Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Police lyonnaise : les bavures se multiplient

Police lyonnaise : les bavures se multiplient

Depuis quelques jours, les médias ont mis la lumière sur le numéro 2 de la PJ de Lyon, Michel Neyret, qui a été mis en examen pour corruption, dans le cadre d'une enquête ouverte en marge d'une affaire de trafic de stupéfiants.

Celui-ci a été placé en détention provisoire à la prison de la Santé à Paris, en début de semaine.

Les vicissitudes de la police lyonnaise ne s’arrêtent pourtant pas là.

On apprend en effet qu’une plainte a été déposée par deux ouvriers lyonnais, d’origine magrébine, pour avoir fait l’objet d’insultes à caractère raciste par deux policiers lyonnais.

Pire encore, l’une de ces victimes, Yacine, a même été frappée très violemment par les deux agents de police.

Les faits remontent au 26 janvier 2011 vers minuit.

Ce soir là, Yacine et son collègue Mourad* travaillent de nuit dans une usine à Pierre-Bénite, dans le Rhône. Les deux jeunes ouvriers, d’une trentaine d’années chacun, prennent leur pause dans la cour de l’usine. A ce moment là, deux policiers, en patrouille à bord de leur véhicule, les interpellent en leur demandant ce qu’ils font là.

L’un des agents leur dit « bonsoir » mais se heurte à un silence. Yacine ne l’a pas entendu car il a dans les oreilles des bouchons antibruit. Le policier réitère son bonsoir et demande ce qu‘ils font là « en haussant la voix ».

« Vous ne voyez pas qu’on est derrière notre entreprise. On travaille ici », rétorque l’ouvrier.

Le fonctionnaire lui répond alors « avec ta tête de macaque derrière ton grillage, tu ferais mieux d’être dans un zoo ». Surpris, le jeune homme lui demande « pour qui il se prend ».

« Et là, le policier s’est excité. Il nous a traités de sales bougnoules (...) Retournez dans votre pays (...) », assurent Yacine et son collègue.

Le salarié s’en va prévenir son contremaître. « A aucun moment, je ne les ai insultés » précise Yacine.

Les policiers se dirigent au poste de garde de l’entreprise pour l’interpeller. Voyant l’ouvrier menotté, l’un des deux supérieurs hiérarchiques présents demande aux policiers ce qu’ils vont faire de lui. Dans la plainte remise au procureur, les deux chefs racontent qu’un agent a répondu « qu’en France, la justice ne pouvait pas faire grand chose contre ces gens-là ».

Ils ajoutent que Yacine, emmené dans le véhicule de police « a quitté l’entreprise dans un parfait état physique ».

Yacine, placé à l’arrière du véhicule, est alors tabassé durant tout le trajet, ne pouvant opposé aucune résistance en raison de ses menottes dans le dos.

Puis, comme si de rien était, il est placé en garde à vue…pour « outrage à agents » !

Yacine et Mourad ont décidé de porter plainte, par la voix de Me Nicolas Cellupica, avocat au barreau de Paris. Un juge d’instruction vient d’être nommé dans cette affaire.

« La police est là pour faire respecter la loi. Elle n’est pas au dessus d’elle ! Ce qui s’est passé est d’une gravité extrême » assure-t-il.

Selon nos informations, la LICRA se serait également constituée partie civile dans le dossier aux côtés de Yacine et Mourad.

« Je souhaite que toute la lumière soit faite sur le comportement des deux agents de police qui ont tabassé Yacine et insulté Mourad » insiste Me Nicolas Cellupica qui a également saisi l’Inspection générale de la police nationale et la Commission nationale de déontologie de la sécurité.

« Il existe des cas trop nombreux de ce genre. Une sanction exemplaire s’impose, car les répercussions de cette affaire doivent aller bien au-delà du cas isolé que je défends » affirme Me Nicolas Cellupica qui invite les autres victimes de faits similaires « à réagir sans aucune hésitation ».

Quant à la plainte déposée par les deux policiers contre Yacine, elle aurait été classée sans suite très rapidement par le Procureur de la République de Lyon.

« C’est bien la preuve que rien ne peut être reproché à mon client. J’ai une confiance totale en la justice » assure Me Nicolas Cellupica.

Affaire à suivre donc.

* le nom de la victime a été modifiée


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • lloreen 5 octobre 2011 20:47

    Lisez ce message révolutionnaire et partagez sans modération...
    Un homme averti en vaut deux...

    http://mahamudras.blogspot.com/2011/10/un-physicien-en-colere-parle-denergie.html


    • Scual 6 octobre 2011 00:22

      Et après certains se demandent pourquoi tant de personnes ne respectent pas la France.

      Ben voila la seule et unique réponse.


      • Dzan 6 octobre 2011 10:23

        A cause de la pression des « buchettes » et d’une bonne dose de racisme, voilà à quoi on arrive.
        Combien de gens, même« Gaulois » propres sur eux, se sont vus malmenés et menottés, par des flics, survoltés.
        Et le must, si vous protestez, : Outrage à agent. Et comme au minimum, ils sont deux et assermentés, vous ètes cuits !!!


        • Scual 6 octobre 2011 13:38

          Vous savez les contacts avec les crapules ne sont pas interdits, même pour les policiers.

          Si cette personne est inquiétée par la justice, c’est pas pour des amitiés mais pour des affaires concernant la justice.

          Donc pour l’instant il est présumé innocent. Mais si c’est pas le cas, c’est bel et bien une crapule et rien d’autre.

          Des crapules, il y en a de tout en bas jusqu’au sommet de l’État. Qu’il n’y en ait pas quelques unes dans la police, y compris au sommet, c’est ça qui aurait été bizarre.

          Les gens sont outrés et c’est normal, mais si cette affaire est sortie ça veut dire qu’on ne reste pas forcément impuni dans la police. Bref la justice fait sont travail. La police fait son travail et quand elle le fait pas ça fini par tourner mal pour elle. Outreau a montré que ça vaut pour la magistrature.

          Bref, y a des couacs mais globalement tout le monde continue de faire son travail. L’État a de beaux restes malgré 15 années dédiées à sa destruction. Espérons qu’on inversera la tendance l’année prochaine, sinon des policiers pourris récompensés pour avoir fait du chiffre en provoquant eux-même les outrages... ça deviendra la norme, ça a déjà commencé. Et c’est tout les policiers, même les vertueux qu’on montre du doigt.


        • Scual 6 octobre 2011 16:36

          Non mais dans cette histoire en gros il s’agit de payer les indics avec de la came quand même.

          Avec du fric saisi je veux bien, après l’indic fait bien ce qu’il veut avec, mais avec de la came détournée par la police en cachette, ça dépasse les limites selon moi.

          Après peut-être que j’ai rien compris à cette histoire, j’ai juste survolé certaines brèves...


        • 1984 6 octobre 2011 13:51

          ça justifie la suite ????


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 6 octobre 2011 14:44

          Bonjour fait divers commun et quotidien,

          « Je souhaite que toute la lumière soit faite sur le comportement des deux agents de police qui ont tabassé Yacine et insulté Mourad » pas compliqué, le numéro deux de la police lyonnaise a introduit dans le poulailler et même dans le chaud bizzarre par l’intermédiaire du numéro trois Olivier Marschall une cocaine base extrêmement n&faste,celle là même qui a ruiné les incas importée par les espagnols 


          • iris 6 octobre 2011 15:01

            en saone et loire récemment des CRS ont été arrété pour corruption-


            • louviellas louviellas 6 octobre 2011 17:05

              Neyret est un bon flic. qui s’est trop médiatisé et marginalisé par des méthodes peu orthodoxes.

              Ce n’est ni le premier, ni le dernier et il faut être niais pour croire qu’un indic va s’allonger, comme dans les mauvaises séries US, où l’on voit ce bon vieux Briscoe manipuler les balances avec un billet de 20 $.

              Dans le feuilleton Lyon police judiciaire, il en va autrement et, si Briscoe péchait le gardon, Neyret, lui, s’attaquait au silure.

              La pègre rêvait de sa mise hors circuit et c’est en bonne voie, car même T.... M......, le plus célèbre convoyeur de fonds du pays vient, par l’intermédiaire de son avocat, lui demander des comptes sur les 2,5 millions d’euros qui manquent au pactole qu’il a dérobé à la société de transport de fonds qui l’employait.

              Je pense qu’il est hors de propos de mélanger les missions de la P.J. et celles des « bleus ».

              Les brutalités policières étaient pires qu’aujourd’hui, juste après la seconde guerre mondiale, quand des gamins se faisaient rectifier le portrait pour avoir cassé une vitre.

              Que les flics aient une dent contre les magistrats, cela peut se comprendre aussi.

              Dans un passé relativement récent, un grand policier, encore plus médiatique et aux méthodes radicales a eu son heure de gloire en faisant truffer de plomb Jacques Mesrine, au beau milieu de la foule.

              Du grade de commissaire, Broussard a été promu super Préfet.

              Si un tel fait divers se produisait aujourd’hui, des cohortes d’indignés s’en iraient prendre d’assaut l’Élysée.

              A tort ou à à raison, je vous en laisse juges.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

simono-odiebo


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès