Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Policiers ! hors de l’école !

Policiers ! hors de l’école !

PAS DE POLICIER DANS LES ECOLES !

En 2010, le gouvernement de l'époque, à droite toute, a mis en place un dispositif d'interventions « pédagogiques » de policiers référents dans plusieurs départements.

Ces « personnels » assurent une mission de prévention auprès des élèves du secondaire dans des établissements bien ciblés.

Ils participeraient à la lutte contre le décrochage scolaire et participeraient à la réussite scolaire.

Ce dispositif qui avait été fortement critiqué par les enseignants notamment qui dénonçaient la confusion des fonctions est maintenu par la « gauche ».

Hier le PS dans l'opposition, s'opposait à la présence de policiers dans les collèges :

Communiqué de presse de Pascal BUCHET, Maire de Fontenay-aux-Roses et Conseiller général des Hauts-de-Seine, Premier secrétaire fédéral du Parti socialiste 92 :

« Les ministres de l’Intérieur et de l’Education nationale ont pris la décision d’imposer des policiers dans 44 collèges des Hauts-de-Seine*
Cette décision imposée par ordre hiérarchique sans aucune concertation, sans demande ni même l’accord des Principaux et des Conseils d’administration des collèges, sans même recueillir l’avis des maires est inacceptable. »

Aujourd'hui, c'est un gouvernement socialiste qui poursuit la politique pourtant justement critiquée

La préfète de Seine et Marne confirme le principe du policier référent et comme ses collègues vante le système mis en place par l'ancien gouvernement.

Cela s'appelle peut être la continuité républicaine !?

Comme l'explique un enseignant interrogé par la République de Seine et Marne sur la présence de cette policière :

« Le problème, c'est qu'elle vient en arme, que sa voiture de police est garée sur le parking du personnel enseignant. Tout cela stigmatise l'établissement scolaire....Cette présence armée qui n'est pas justifiée crée une confusion entre l'autorité répressive et l'autorité éducative. »

Il manque cruellement de postes de surveillants, de postes de médiateurs formés, parfois de professeurs et aujourd'hui au lieu de répondre à la demande pressante des enseignants et des parents, les autorités maintiennent une présence policière auprès des élèves.

Cette mère qui témoigne de sa crainte est-elle à côté de la plaque :

« Que se passerait-il si un jour un élève parvient à détourner son arme ? »

Non , vraiment ce n'est pas la police qui réglera les problèmes de l'éducation nationale.

A chacun sa place !

Je vais terminer mon propos par une clarification : si je suis opposé à cette présence « éducative » de policier dans les écoles, je ne pêche pas par « évangélisme » ou par faiblesse.

Quand un principal ou un professeur est agressé physiquement par un élève ou par un parent, il a raison de porter plainte et là, la police diligentée remplit sa mission .

Chacun a sa mission... Quand la policière explique au journaliste que cette année elle a aidé « une mère de famille qui ne parlait pas le français à reprendre son fils en main... », elle avoue avoir assuré une mission qui n'est pas la sienne et qui normalement doit être assurée par des personnels de l'Education Nationale qu'on appelle les médiateurs.

 

Jean-François Chalot

JPEG - 37.8 ko
la policière
c’était hier et c’est encore aujourd’hui !

Moyenne des avis sur cet article :  3.19/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • lambda 20 septembre 2012 09:33

    Le problème se pose en effet de voir la police entrer dans les écoles

    D’ici peu on les verra sur l’estrade remplacer les enseignants - J’en verrai plutôt certains derrière les pupitres avec les élèves

    Si cette dérive est présente aujourd’hui en france c’est que la hiérarchie des inspections académiques dépendantes aussi du Ministère de l’Education a failli dans ses obligations de protection aussi bien des enseignants que des élèves

    Le vrai problème se trouve au sein même du Ministère de l’Education qui a laissé s’engouffrer dans la brèche une autre instance ministérielle qui n’avait rien à y faire mais qui répond à une politique déviante des règles républicaines


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 20 septembre 2012 10:01

      Remplacer lesenseignants par des curés ou par des flics, ce n’est certes pas la solution. Mieux vaudrait des personnels plus nombreux et mieux formés dans les écoles et des flics dans les points chauds !


      • latortue latortue 20 septembre 2012 10:24

        ou est le mal ???????????? certain ne s’en plaigne pas bien au contraire et surtout les élèves les plus vulnérables
        http://www.lejdd.fr/JDD-Paris/Actualite/Un-flic-a-l-ecole-77490
        il ne faut pas critiquer en permanence certaine initiative sont bonne d’autre moins les enseignants ne savent pas ce qu’il veulent, plus de sécurité, plus de personnel, plus de ci et de là, les flics ne sont là que pour leur assurer une sécurité qu’ils réclament tous a corps et a cris .le boulot des profs est d’enseigner pas de faire la police et certaines zones a risque deviennent invivables pour tous .il en faudrait plus de flic dans et devant les écoles .


        • Fergus Fergus 20 septembre 2012 11:50

          Bonjour, Latortue.

          Pas d’accord, la place des flics n’est évidemment pas dans l’école. Une seule exception : les interventions de témoignages sur leur job comme peuvent en faire les professionnels d’autres métiers. Rien d’autre !


        • latortue latortue 20 septembre 2012 18:16

          et la violence dans les écoles et devant les écoles le racket les profs malmenés les élèves armés c’est qui les profs qui vont faire la loi ????????????c’est leur rôle ça de faire les gendarmes a l’école ???mais vous rêvez la seule chose qu’il savent faire c’est se mettre en grève quand il y a un problème rien d’autre ,c’est pas ça qui règle le problème il revient de manière cyclique .
          c’est extraordinaire ça quand on essaye de faire quelque chose pour que les choses aillent mieux les profs gueules ’’pas de flic a l’école et ci et là ’’mais si on vous laisse vous débrouiller et que l’école devient une zone de non droit comme dans certain quartier là vous appellerez bien les forces de l’ordre mais il sera trop tard .


        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 20 septembre 2012 11:16

          Ce Sarkozy était complétement cintré...


          • CHALOT CHALOT 20 septembre 2012 11:44

            Il y a tant à faire avec intelligence.
            Arrêtons de tout confondre : l’éducatif et le répressif et de fonctionner par gadget : ici ce sont des flics armés dans les collèges (?), là des jeunes de banlieue sans qualification qu’on prend comme adultes relais....
            Les personnels ont besoin de qualification, d’accompagnement et non de coups de pub pour des solutions « miracle » qui restent dans le sensationnel et le sécuritaire !


            • latortue latortue 20 septembre 2012 18:20

              chalot va dire ça au prof poignardé ou au gamin racketté ou aux enseignants roués de coup ,pas confondre répressif et éducatif des mots tout ça, là ou il y a violence école ou pas la lois a sa place , comme dans les quartiers .venez vous plaindre après ce genre de réflexions .


            • pissefroid pissefroid 20 septembre 2012 13:26

              L’école est là pour ouvrir les esprits,
              la police est là pour arrêter des délinquants.
              Mettre la police à l’école, c’est reconnaître que l’école ne remplit pas son rôle.

              Mettre la police à l’école,
              c’est refuser de mettre plus d’enseignants,
              pour que chaque élève ait plus de chance d’ouvrir son esprit,
              et donc de réussir sa vie.

              Quand l’école primaire réussira à apprendre la lecture et l’écriture à tous les élèves,
              je pense qu’un grand pas sera fait dans l’amélioration de la condition des enseignants.


              • Fergus Fergus 20 septembre 2012 14:24

                Salut, Calmos.

                Le fait est que la discipline laisse à désirer, notamment par la faute d’un laxisme et d’une perte des valeurs hiérarchiques engagés depuis des décennies. Difficile de remonter maintenant la pente. Cela dit, une grande part de ces dérives sont liées à la diminution du personnel, d’une part, et à l’inadaptation du profil et de la formation des enseignants, d’autre part. 

                Á propos de fessées, quelques souvenirs dans un papier de 2010 Au bon vieux temps des châtiments corporels dans l’enseignement catholique.

                Bonne journée.


              • titi 20 septembre 2012 23:59

                « Cela dit, une grande part de ces dérives sont liées à la diminution du personnel, d’une part, et à l’inadaptation du profil et de la formation des enseignants, d’autre part. »

                Turlututu

                On peut toujours doubler le personnel : ce sont des baltringues.

                 


              • Yohan Yohan 20 septembre 2012 14:43

                Etudiant, j’ai encadré les garderies et petites vacances dans les écoles de la Ville de Paris. Les gamins se filaient des peignées et j’intervenais pour séparer les belligérants, admonester et montrer une présence masculine dans la cour pour éviter le grand n’importe quoi. 

                En théorie, j’étais assisté par des profs qui recevaient une prime pour cette surveillance en plus de leurs heures de cours, un choix de leur part pour gagner un peu plus. Sauf que la plupart du temps, les profs papotaient dans le hall en sirotant leur café, ne s’intéressant que très peu à ce qui se passait dans la cour de récréation, un lieu où elles évitaient de mettre les pieds. En gros, je suis à l’intérieur parce qu’il fait froid et les gamins eux n’ont jamais froid. 
                Les problèmes viennent de là, d’un abandon des responsabilités des adultes, du laxisme et de l’absence d’autorité sur les élèves.
                Pourtant, j’ai souvenir de surveillants qui, lorsque j’étais élève, punissaient plutôt sévèrement les fauteurs de trouble.

                • tf1Goupie 20 septembre 2012 16:46

                  Le vrai mot d’ordre devraient être : « la délinquance hors de l’école ».

                  Parce que « la police hors de l’Ecole » c’est juste un discours ideologique/politique qui n’est d’aucune utilité pour les enfants.

                  Parce que dire : il faudrait mieux ceci, il serait bien que cela", c’est juste des paroles en l’air.

                  Bien sûr que l’indiscipline, les incivilités et les agressions sont monnaie courante à l’école ; bien sûr que l’Etat a failli. En quoi refuser l’entrée des policiers dans l’école va-t-il améliorer les choses ?


                  • Magnon 20 septembre 2012 17:48

                    @Chalot

                    Le policier à l’école, quelle idiotie !
                    Il faut rester à la dure loi de la sélection darwinienne, « Strugle for life » !
                    Vive la baston, le règlement de compte derrière les cagoinses, la dépouille et l’éducation à la dure, après tout, il faut préparer les enfants à la dureté du monde...
                    Je ne parle pas de l’éducation sexuelle à la dure, à 15 dans les vestiaires du gymnase !


                    • tf1Goupie 20 septembre 2012 18:19

                      « A chacun sa place ! »

                      Alors ce serait bien que les Enseignants n’aient plus besoin de faire la police dans les écoles, ce qui occupe souvent une partie significative de leur temps.

                      Que tous ceux qui ont de bonnes idées, concrètes, pour qu’il en soit ainsi lèvent la main.


                      • titi 20 septembre 2012 23:51

                        La place des flics est partout où s’applique la loi.

                        L’école n’y fait pas exception.

                        Si vous comptez sur les gnangnans de l’éducation nationale pour faire appliquer les règles élémentaires du vivre ensemble, vous êtes vraiment à coté de la plaque.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès