Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pompiers, les enfants turbulents de la République

Pompiers, les enfants turbulents de la République

Dans un style peu habituel à sa ligne éditoriale, le quotidien Le Figaro, dans son édition du 21 novembre, s’est employé à mettre de l’huile sur le feu dans le conflit qui oppose les pompiers à leur ministre de tutelle, Nicolas Sarkozy. Publié à un moment opportun pour ce dernier, le titre de l’article au titre évocateur : “ Pompiers : les enfants gâtés de la République ” s’emploie à tenter de désacraliser la profession. Une provocation de plus pour les pompiers dont la journée de mobilisation d’hier a été marquée par des incidents violents avec les forces de l’ordre.

Comme souvent, il y a le fond et il y a la forme. La forme, le quotidien s’est employé à la soigner. Le chapeau introductif de l’article donne le ton : Des salaires élevés, un temps de travail allégé, une retraite anticipée : ces fonctionnaires territoriaux manifestent aujourd’hui pour de nouveaux avantages. Le fond de l’article soulève pourtant une réelle problématique.

Qu’ils le veuillent ou non, les 37 000 pompiers professionnels doivent admettre que les temps et les circonstances ont changé. Il y a belle lurette que les uniformes, tout comme les fonctions d’ailleurs, ont perdu de leur prestige et de leur autorité. Subrepticement, le pompier a sombré dans le rôle de bonne à tout faire de la République, du ramassage des SDF au pompage des caves inondées. De la sécurité, c’est vrai, mais aussi beaucoup d’actions sociales, évaluées à 70% de leur temps de travail. Personne ne remet en cause la qualité ni l’importance du travail accompli par les pompiers. Ces derniers pourtant, derrière ce seul prétexte, et le capital de sympathie dont ils disposent, ne peuvent imposer un tabou sur le coût financier qui lui est attaché.

Oui, les services d’incendie et de secours, ça coûte cher. Très cher. Les collectivités locales le savent bien. La facture des services de secours et d’incendie supportée par les conseils généraux est en hausse de près de 60 % depuis cinq ans. Dans les départements, la marge de manœuvre financière se trouve réduite par le désengagement de l’Etat et l’explosion du traitement social dont ils ont hérité (RMI, APA). La présidente de l’Association des départements de France rappelle les efforts déjà réalisés, ainsi que l’engagement pris d’ouvrir des négociations sur l’octroi de nouvelles primes et sur la fin de carrière pour un surcoût entre cinquante et soixante millions d’euros. Le maximum possible pour les collectivités.

Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est une erreur administrative commise par la Direction générale des collectivités locales, qui a mal interprété un décret du 3 juillet sur la base duquel avait été étendue l’attribution d’une prime de 72 euros. Dès le 5 juillet, le texte était amendé et la bonification supprimée, relançant ainsi les débats salariaux.

Dans une démocratie, que le débat soit ouvert est une chose normale. Ce qui l’est moins, c’est qu’une poignée d’agités jette le discrédit sur une profession par des actes inadmissibles. Les pompiers, parce qu’ils sont un symbole de la République, ont un devoir d’exemplarité. Dans une société à la dérive, c’est aussi ce qu’on leur demande de ne pas oublier. Tout comme le fait que notre organisation des secours repose sur l’implication aussi essentielle qu’importante de pompiers volontaires directement issus de la société civile, étrangement absents des débats.

Il reste que si la République souhaite faire du ménage dans les privilèges, elle ne doit pas pointer du doigt tel ou tel, mais, dans un souci d’indispensable équité, remettre à plat toutes les situations. Et comme charité bien ordonnée commence par soi-même, que nos élus s’interrogent sur les privilèges dont ils bénéficient. C’est ce qu’on appelle l’exemplarité.


pompiers manif
Vidéo envoyée par nando76

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.97/5   (70 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


    • Pompiers arroseurs arrosé (---.---.67.90) 22 novembre 2006 10:43

      A partir du moment ou ils cassent du Flic, ils auront des difficultés a ce faire aider par les flis dans les banlieues. Et les jeunes des banlieues ont la un bel exemple


      • Josew (---.---.25.142) 22 novembre 2006 10:52

        Le Figaro s’est spécialisé dans la mise à sac du pays par des articles provocateurs interposés...

        D’abord Redeker et ses provocations anti-islamiques, maintenant les pompiers qualifiés d’enfants gâtés alors qu’ils font un métier souvent terrible : à ce rythme-là de provocations, le pays sera dans un désordre total pour les prochaines élections, pour le plus grand plaisir de Sarko, le poulain officiel du Figaro, qui ne ne va pas tarder à démissionner pour ajouter le désordre à la provocation...

        L’actionnaire principal du Figaro, le marchand d’armes dassault, doit se frotter les mains et a certainement encore d’autres articles explosifs à publier.

        Décidément, Bayrou avait bien raison de sqe méfier de tous ces lobbies militaro-industriels qui foutent en l’air notre beau pays !!


        • Bill Bill 22 novembre 2006 11:04

          Le figaro et libération, entre autres, sont subventionnés par l’état, pas assez de lecteurs !

          Vive la presse libre ! Nous payons la propagande de Sarkozy et des autres par nos impots, même pas moyen de boycotter ces journaux popur de bon.

          Bill


        • Depi Depi 22 novembre 2006 11:11

          Tout d’abord, pour Redeker ce n’était pas un article dans le sens où la politique éditoriale s’appliquait. Cela a été publié dans Débats & Opinions où à peu près tout le monde peut publier. On peut être de droite, d’extrême gauche ou de gauche tout le monde a voix au chapitre.

          De plus, j’ai eu beau lire l’article deux fois je ne vois pas en quoi c’est explosif si ce n’est dénoncer une réalité. Bien entendu, les pompiers c’est pas facile à vivre tous les jours. C’est une vocation. Ils gagnent déjà 30% de plus que les fonctionnes de même classe. Ce qui a déclenché ce « feu » est une erreur administrative dans un décret du 3 juillet si je ne me trompe par la direction des collectivités territoriales.

          Dénoncer les avantages demandés par les pompiers par rapport à ceux qu’ils ont déjà, en comparaison de ce qu’ont les autres fonctionnaires, c’est vraiment un article provocateur à souhait. Ouh la la.. Ce qui fait désordre c’est surtout le comportement de certains pompiers hier.


        • Bill Bill 22 novembre 2006 11:00

          Oh oui, c’est déplorable que cette poignée d’agités ai pu faire ce qu’elle a fait !!! Votre dernière phrase est tout à fait sensé, quel exemple ont ils donné !!!

          Je me rappelle qu’il y a quelques temps les gendarmes aussi avait manifesté, cas inédit ! En effet les gendarmes sont des militaires et n’ont pas le droit en théorie de le faire.

          Tout cela exprime fort bien le ras-le-bol de tous les français confondus, les pompiers ne peuvent pas intervenir dans les cités et ont sans doute la sensation qu’on ne les respectent pas. J’entendais un policier dire qu’on ne les « aime » pas... ! En effet, être policier, pompier ou gandarme, c’est se mettre au service des autres et les autres sont en ce moment, bien ingrats !

          Bill


          • Y’a le feu ! (---.---.218.193) 22 novembre 2006 11:09

            Quelque soit leurs revendications (justifiées ou non), le comportement de certains pompiers hier est inacceptable, scandaleux... c’est la tendance actuelle : le tout et le n’importe quoi, mais surtout la violence ! Pitoyable.


            • Fred (---.---.64.1) 22 novembre 2006 11:23

              Il faut croire qu’ils n’ont pas trouvé d’autres moyens de s’exprimer. Notre ministre de l’intérieur veut des épreuves de force, il les a...


              • Y’a le feu ! (---.---.218.193) 22 novembre 2006 15:02

                Agresser les forces de l’ordre, c’est donc le seul moyen de s’exprimer aujourd’hui ?


              • Fred (---.---.64.1) 22 novembre 2006 15:39

                Ma foi, on commence à se poser la question... Je ne cautionne pas vraiment mais citez moi aujourd’hui une manif ou ca finit pas en coup de boules ?? Ou alors c’est peut etre que les pompiers ne sont pas comme nous, ils doivent avoir des parents polygames, et là je dis aux pompiers « aimez la France ou quittez là »


              • Y’a le feu ! (---.---.218.193) 22 novembre 2006 16:04

                A Paris même, il y a chaque année plusieurs centaines de manifestations (oui vous avez bien lu en moyenne plusieurs par jour) et toutes ne finissent pas dans l’excès, bien heureusement, c’est donc qu’il y a d’autres « mondes possibles » !


              • Fred (---.---.64.1) 22 novembre 2006 16:12

                Sans doute, je le souhaite, mais je rejoins les commentaires disant que la colère ronge ce pays, ou plutôt une profonde lassitude. Nous ne sommes pas devenu des barbares d’un jour à l’autre. Pompier est un métier difficile et reste une vocation. Pour en venir à des débordements pareil, la colère doit être forte, et surtout, aller dela de leur revendication : un sentiment global d’être méprisé que beaucoup d’autres ressentent. Personnelement (mais je suis gauchiste tendance anarchiste ca doit être pour ca) je me sens solidaire de ces pompiers et de la colère qu’ils expriment (même si moi ca va très bien merci)


              • LE CHAT (---.---.75.49) 22 novembre 2006 11:29

                Les pompiers font quand même nettement moins de ravages que les agriculteurs subventionnés avec nos impôts .

                Ils ont fait ce qu’ils ont fait , mais ils ont légitimement de quoi se plaindre .c’est toute la france qui gronde en ce moment........


                • le mave 22 novembre 2006 11:38

                  ça veut dire quoi « comportement inacceptable,scandaleux ». On vit dans une société violente qui ne comprend que le langage de la violence . Serait ce à dire qu’on aurait le devoir de supporter toutes les violences sans avoir le droit de l’être soi-même. Vous ne semblez même pas vous rendre compte à quel point notre environnement est violent : pollution ,bruit,agressivité et j’en passe. J’ai transité dernièrement par Paris et j’ai été surpris de croiser dans les gares se militaires en armes .Pour combattre quel ennemi ??? Alors que les pompiers aient botté les fesses de 2 ou 3 pandores ou est le problème


                  • Y’a le feu ! (---.---.218.193) 22 novembre 2006 15:07

                    Merci « Le Mave » pour votre appel à la raison. Moi aussi je voudrai bien une augmentation de mon traitement et une meilleure reconnaissance de mon statut, alors je vais me faire un ou deux flics... c’est vraiment ce que j’ai de plus intelligent à faire !


                  • Y’a le feu ! (---.---.218.193) 22 novembre 2006 15:37

                    Rappelons que la Fédération nationale des sapeurs-pompiers a elle-même parlé d’« actes méprisables ».


                  • Christophe (---.---.112.217) 22 novembre 2006 12:10

                    @l’auteur

                    Nous sommes d’accord sur le fait que la violence n’aboutit guère à l’exemplarité des comportements citoyen ... mais encore faut-il savoir ce qui c’est produit durant la manifestation qui au début, du moins, avait vocation à être non violente ; les forces de l’ordre ont tendance actuellement à faire usage rapidement de la force pour des raisons chères à leur chef de file ; renseignez-vous sur les différentes manifestations qui ont lieu en France ces derniers temps.

                    D’autre part, le ras le bol des combattants du feu professionnels est des plus compréhensibles à mon sens. Alors que leur ministre de tutuel surfe sur la vague de leurs actions en les citant comme exemplaires dans des conditions de danger extrême, il ne reconnais aucunement formellement les risques de leur profession. Pire, par la décentralisation, il reporte une majeure partie de leurs revenus sur les collectivités territoriales sous forme de primes ce qui à terme, avant le calcul des versements de leur retraite, leur salaire réel ne représente, au mieux, que 60% de leurs revenus. Ainsi, dégrévé de 40%, ils possèdent un revenu à la retraite qui s’élève à moins de 40% de leurs revenus en activité. Un bel avantage en effet qui fait d’eux des privilégiés, n’en doutons pas ! smiley

                    Leur ministre de tutelle ne souhaite sans doute pas que l’on mette en exergue toute la démagogie dont il sait faire preuve lorsque cela lui sied !


                    • Y’a le feu ! (---.---.218.193) 22 novembre 2006 15:13

                      Savez vous cher Christophe que les policiers et gendarmes qui se font taper dessus (apparemment pour certains intervenants ici, ils sont faits pour ça) eux aussi bénéficient d’un traitement composé à plus de 30 % de primes qui ne rentrent pas en compte dans le calcul de la retraite ?


                    • Christophe (---.---.58.18) 22 novembre 2006 19:49

                      Si les policiers sont satisfaits de ce traitement, ... mais serions-nous tous satisfait d’un tel traitement ? Parler, comme le fait le Figaro, des avantages de ces fonctionnaires est peut-être réel si ils argumentent. Leur retraite n’est pas un avantage mais un désavantage par rapport à la grande majorité ; je veux bien vous croire pour la police si cela s’avère exact.

                      Cependant, pour la gendarmerie, j’ai quelques doutes ! Un corps de l’armée française serait primé par les collectivités locales et territoriales ? Cela me surprend, honnêtement. Mais à la limite, cela compense-t-il le fait d’avoir, pour les militaires, une retraite à taux plein après 25 ans de service au lieu des 40 à 42 ans pour les autres. Tant qu’à y être, parlons des réels privilèges ! smiley


                    • FURAX (---.---.228.110) 22 novembre 2006 13:23

                      Attention , ce ne sont pas les pompiers de paris les responsables !!! smiley Mais les pompiers de province, attention de ne pas, comme d’habitude dans notre cher pays faire d’amalgame ! smiley

                      Ils n’ont pas le droit de manifester, d’ailleurs, ils ont condamné gravement ces types d’actes... smiley

                      même, si , il est vrai que les crs les ont un peu provoqué...


                      • Y’a le feu ! (---.---.218.193) 22 novembre 2006 15:26

                        Cher Furax, pouvez vous développer sur les actes de provocation des forces de l’ordre. J’aimerai bien savoir. Merci


                      • FURAX (---.---.228.110) 22 novembre 2006 15:53

                        Je travaille à Nation et j’ai tout vu hier, les flics ont tout fait pour énerver les pompiers. lance à eau, matraquage etc... Mais bon, avec votre esprit étroit et au vue du commentaire au-dessus, on devine très bien dans quel camp vous etes... Que les pompiers, infirmières et autres étudiants se fassent casser la gueule, ça ne vous gène pas, par contre un flic à terre, et c’est la gabegie, hein ?l’anarchie chez les michetons...


                      • Y’a le feu ! (---.---.218.193) 22 novembre 2006 15:56

                        Cher Furax, visiblement nous avons donc un point commun : l’esprit étroit !


                      • (---.---.132.39) 22 novembre 2006 13:37

                        « Alors que les pompiers aient botté les fesses de 2 ou 3 pandores ou est le problème » Je cite « Le mave »

                        Dépêches Reuters : Sept gendarmes mobiles et huit CRS ont été blessés », a indiqué la préfecture de police en début de soirée, précisant qu’ »un gendarme mobile avait été grièvement atteint à la tête et un autre avait eu la jambe fracturée à coups de massette ».


                        • FURAX (---.---.228.110) 22 novembre 2006 14:59

                          Bof, ça venge les infirmières (qui demandaient juste un peu de considération) qui se sont fait lâchement tabassées en 1989, vous vous souvenez ? Cinq ou six infirmières avaient eu une incapacité de travail de cinq à six semaines si je ne m’abuse... Pas très constructif, je sais....mais ça fait du bien quand la balance penche un peu de l’autre côté !


                          • Yann (---.---.31.124) 22 novembre 2006 15:31

                            C’est marrant, c’est plus facile pour les politiques et flics hauts placés d’etre ferme envers les pompiers et infirmieres que envers les casseurs et autres racailles. Pour les premiers,on sort le canon à eau, et pour bien d’ autres on s’ecrase et on baisse son froque.


                            • Droopy (---.---.162.39) 22 novembre 2006 15:31

                              Et voilà le retour d’un grand classique indémodable : le fonctionnaire avantagé pompier ou autre opposé aux autres qui en chient. Et à chaque fois tout le monde tombe dans le piège. Comme celà personne ne fait attention aux turpitudes de ceux qui nous ont gouverné, gouvernent ou gouverneront.
                              - personnellement je comprends que les pompiers, pour les avoir fréquenté professionnellement, en aient marre. Ils interviennent jour et nuit bien souvent sur des faits qui traumatiseraient à vie le plus résistant des citoyens ordinaires. Et en contrepartie, on les écrase de plus en plus sous la paperasse pour la moindre intervention, on les ampute d’une prime, on mégotte sur les retraites ..... Arrive un moment où la colère devient insupportable à gérer et fait perdre la tête aux plus faibles.
                              - mais en plus je soupçonne que de telles manifestations ne soient que les prémices de mouvements beaucoup plus dangereux. La société est en ébullition et les bureaucrates se cachent derrière leurs statistiques. Ca m’étonnerait que ça dure encore longtemps sans exploser de partout.


                              • (---.---.3.30) 22 novembre 2006 15:37

                                La violence est toujours un échec, certe.

                                Mais craché son venin sur les pompiers, franchement, la on touche les sommets de la conneries.

                                Pensez vous sérieusement qu’on puisse vous et moi seulement imaginer combien est dure cette mission, physiquement et psychologiquement ?

                                Vous iriez vous tous chercher un être humain en train de cramer dans les flammes ? ou désincarcérer un grand blessé sur la route ? ou aller chercher un mort par noyade ?

                                Et pourquoi cette colère aussi ? Posez vous la question.

                                Un ministre n’aurait il pas fait de merveilleuses promesses ?? dont aucune n’auraient été tenues ?

                                Je pense plutôt comme cela été dit précedemment que cet excès de violence est une manifestation de plus de la colère qui ronge ce pays.


                                • Y’a le feu ! (---.---.218.193) 22 novembre 2006 15:53

                                  Cher inconnu, je n’ai vu personne ici cracher son venin sur les pompiers. J’en vois certains critiquer le comportement de certains d’entre eux au cours de la manifestation d’hier, j’en vois d’autres les applaudir, j’en vois encore d’autres se féliciter de constater que des représentants des forces de l’ordre en aient pris plein la gueule (excusez l’expression), j’en vois encore rappeler la difficulté du travail de pompier... mais je ne vois vraiment personne cracher son venin sur cette profession. Ou alors je suis aveugle... ou bête.


                                • (---.---.3.30) 22 novembre 2006 16:59

                                  dont acte

                                  peut-être ais je mal ressenti l’article ou certaines interventions.

                                  Mais j’ai du mal à apprécier de tels critiques sur une profession par ailleur fort honorable, quoiqu’il ait pu se passer hier.

                                  J’en dirais de même pour les médecins critiqués à mon avis de façon inconsidéré dans un message ci dessous.

                                  Quelques puissent être les erreurs ou les excès des uns ou des autres, ces professions sont cruciales pour tout un chacun, et donc nous ferions mieux de trouver des solutions pour répondre à leurs attentes plutôt que de les critiquer.


                                • FURAX (---.---.228.110) 22 novembre 2006 17:06

                                  C’est bien d’être lucide envers soi-même...


                                • Y’a le feu ! (---.---.218.193) 23 novembre 2006 07:52

                                  Me faire traiter, à mots couverts, d’imbécile, par vous, Furax, je le prends comme un compliment. Merci.


                                • Furax (---.---.177.193) 23 novembre 2006 08:31

                                  Oh ! petit pépère est vexé ? smiley


                                • (---.---.37.70) 22 novembre 2006 15:41

                                  Les casseurs parlent aux casseurs..


                                  • (---.---.169.27) 22 novembre 2006 15:57

                                    prenons l’exemple des médecins généralistes copieusement augmentés depuis 2002

                                    nos généralistes quasi fonctionnaires (voire supra-fonctionnaires)avec non seulement la sécurité de l’emploi mais pouvant exercer dans la ville ou le village de leur choix et émargeant à > 10 000 € net par mois va bientôt revenir sur le devant de la scène pour réclamer le passage de la consultation à 23 € et empocher 1000-1500 € supplémentaires par mois alors que de nombreux travailleurs pauvres à 900 € mensuels(et sans aucune sécurité de l’emploi) dorment dans leur voiture faute de pouvoir s’« offrir » un logement et que la pauvreté « explose » dans ce pays

                                    pathétique france


                                    • Candide (---.---.218.193) 22 novembre 2006 16:09

                                      Je croyais que nous parlions des pompiers ?! De plus votre discours sur les généralistes est rempli d’erreurs et de contre-vérités, vous auriez dû en rester au sujet, rien qu’au sujet.


                                    • FURAX (---.---.228.110) 22 novembre 2006 16:19

                                      Et alors ? ils ont fait, pour la plupart plus de dix ans d’études,très chères, ou est le problème ? heureusement qu’ils sont bien rémunérés, sinon ils s’en iront du pays. Et le jour ou vous n’aurez plus de médecin, plus de pompiers, plus d’école, vous ferez quoi ??? Ceux qui gagnent 1000 euros, c’est leur problème, point barre, ils n’ont qu’à plus bosser et se mettre au RMI ; là, ils auront tous les droits( droit au logement, CMU, carte orange gratos et bouffe gratos). Ils n’avaient qu’à bosser à l’école et etre un peu plus malins, oui, je sais je suis un salaud et j’assume !


                                    • Y’a le feu ! (---.---.218.193) 22 novembre 2006 16:47

                                      Il n’y a rien à ajouter. Furax vient en une phrase de résumer sa pensée profonde.


                                    • boubou (---.---.63.131) 22 novembre 2006 16:17

                                      Moi j’ai pas grand chose à revendiquer ; juste trouver de quoi bouffer à la faim du mois...et une copine !!!!


                                      • Candide (---.---.218.193) 22 novembre 2006 16:24

                                        Trouvez vous une femme-flic, vous feriez d’une pierre deux coups.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès