Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Portrait : Je vous présente, il s’appelle Henri

Portrait : Je vous présente, il s’appelle Henri

Je vous présente ? Voici Henri. Parisien, le teint blanchâtre, les mains ridées et rougies par le froid, Henri a le physique de Clint Eastwood. C’est le même en plus vieux. A 45 ans, il paraît aujourd’hui en avoir vingt de plus. Ce coup de vieux, mon clochard préféré a commencé à le ressentir fin 1999 quand sa vie a basculé. C’était le 15 décembre.

clochard14arr.1208024633.jpg


Il a connu un grand bonheur dans sa vie : la naissance de sa fille. Puis, ce fut rapidement la dégringolade. Electricien, son patron l’a ensuite licencié pour «  ivresse excessive ». Il aimait trop se sentir libre et buvait comme on boit de l’eau, juste pour se déshydrater. « Ce liquide grâce auquel on s’évade, ce briseur de vie », comme il dit, lui fait encore aujourd’hui oublier les soucis quotidiens. Il oublie, mais devient aussi incontrôlable, c’est bien là le problème. Si bien que, de fil en aiguille, sa femme l’abandonne finalement. Elle ne supporte plus de le voir dans cet état. Avec leur fille, elle s’en va. Avec sa petite fille chérie, sa Marie. Depuis, l’eau a coulé sous les ponts. Du temps où, un peu plus tard, il retrouve un job décent, il se met à leur recherche. Hélas, en vain. Il garde donc cette date en tête : le 15 décembre 99. Ce jour-là, sa famille l’a rejeté et sa vie s’est brisée, un peu comme un verre que l’on laisserait tomber au sol par inadvertance.

Je lui parle de lui, de son présent, de sa vie aujourd’hui. Pensif, plongé dans ses souvenirs, face à face avec lui-même, il me regarde en larmes. Il n’aime pas ce qu’il est devenu : un homme quelconque à qui on ne dit plus bonjour, celui à qui on ne sourit plus. Non, ce n’est pas un détail. Il avait un salaire fixe jadis. On le réduit à trois lettres : SDF. Un jour, on le retrouve dans le 14e arrondissement, il est assis sur un bout de carton, pour ne pas salir son pantalon avec, devant lui, une coupelle en bronze qui attend, elle aussi, que les pièces la réchauffent. Un autre jour encore, on le retrouve errant dans les bouches du métro. L’hiver ? Il se couvre comme il peut, avec de l’aluminium gracieusement donné par les pompiers.

Ses amis ? Ce sont les commerçants, les passants ou encore ceux qu’il dénomme « mes voisins ». Ici dans le quartier tout le monde connaît Henri ! Mais qui le connaît vraiment au fond ? Quand vient un passant, ses fossettes se dévoilent. Alors il demande presque machinalement une pièce, voire deux. Les joues creusées par la faim, il conserve un sourire angélique, un sourire naturellement contagieux. Le genre de sourire qui, quand il vous est adressé, vous rappelle une évidence : un sourire fait du bien et au fond cela ne coûte rien. Pas plus qu’un simple bonjour. Pour Henri, un bonjour, c’est une sucrerie, un rayon de soleil dans la nuit. L’hiver, il se réfugie aux restos de cœur. Pendant le mois de ramadan, il goûte aux charmes orientaux à une « Chorba pour tous ». Ces moments-là pour lui sont devenus des moments de vie grâce auxquels il revit.

Dans notre société, où règne le chacun pour soi, de nombreux Henri sont condamnés à vivre à même le sol, dans nos rues. Nous passons bien souvent à côté sans avoir une pensée pour ces Henri. A qui la vie n’a pas fait de cadeau. Demain, après-demain, je n’hésiterai plus de temps en temps à m’arrêter quelques minutes. Juste quelques minutes dans le tourbillon de ma vie. Juste quelques minutes...

Ecrit par Lylia Benammour pour www.radiobistrot.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.59/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • arturh 21 avril 2008 13:52

    Vous feriez mieux d’avoir une pensée pour sa fille et pour sa femme dont il a d’ores et déjà détuit une bonne partie de leurs vies.


    • Et zou ! 21 avril 2008 14:13

      @ Lerma

      "Au lieu de cela,on laisse ce genre d’individus détruire l’éco-système et des quartiers entiers"

      Vous pouvez développez svp ?

      Qu’entendez-vous par "ce genre d’individus" ? et par destruction de l’éco-système ?

      J’adhère à votre point de vue sur le traitement de l’alcoolisme sous la contrainte si nécessaire et le besoin de réinsertion, mais vos deux dernières phrases ne montrent que mépris, accusations gratuites et mise au ban des SDF !

      Je ne vous souhaite jamais de vous retrouver dans cette situation, j’y ai échappé de peu (bien que non alcoolique) et se retrouver dans la rue peut arriver très vite : accident de travail en intérim==>perte d’emploi==>les économies fondent à vue d’oeil==>impossible de payer le loyer==> La rue ! (et tout cela en 3 mois) !

      Alors modérez vos propos et songez un instant que cela pourrait vous arriver (ou a quelqu’un de votre entourage)

      Et zou !


      • LE CHAT LE CHAT 21 avril 2008 15:02

        Ce jour là, sa famille l’a rejeté et sa vie s’est brisée .

        Elle avait sûrement de bonnes raisons ! dur problème que celui de l’alcoolisme qui est une des maladies les plus répandues en France mais qui ne suscite pas une once de compassion ! Pourquoi si peu d’études, de recherches et si peu de moyens sinon répressifs pour eradiquer le fléau ? L’alcool comme le tabac rapportent tellement au fisc ......


        • arturh 21 avril 2008 15:58

          Oui mais interdire l’alcool, ça rapporte encore plus de fric, et aux pires, comme on le sait depuis la Prohibition américaine et comme on le voit avec l’interdiction du canabis en France, qui est pourannt autant consommé qu’en Hollande où il est autorisé


        • Forest Ent Forest Ent 21 avril 2008 17:47

          Et il y en a qui disent que l’alcool n’est pas une drogue ? L’étude de toxicité de l’Inserm l’avait mis au deuxième rang juste derrière les opiacés (héroine, morphine,...). Pourquoi cette drogue dure est-elle la seule qui ne soit pas interdite ? Dont la publicité ne soit pas interdite ? Pourquoi ne pas faire des pubs conviviales pour l’héroine "à consommer avec modération" ?


          • gül 21 avril 2008 18:01

            Les lobbies, mon cher Forest, les lobbies.....

            A quand le lobby des drogues dures ? Non, trop politiquement incorrect, pour vivre heureux, vivons cachés !...


          • gül 21 avril 2008 18:16

            Je voudrais, si vous le permettez recentrer le débat. Celui-ci n’est pas basé sur la présence de SDF et des éventuels inconvénients qui peuvent en découler, mais sur notre indifférence face aux autres.

            Au même titre que le SDF, une personne agée est souvent victime d’une immense solitude. De la même façon, qu’est-ce donc qui nous empêche de nous arrêter discuter quelques minutes avec elle, lui adresser un sourire lorsqu’on la croise, l’aider pour porter ses courses, ou autre.

            Il est là le problème de notre société, où chacun a peur de l’autre, au point de ne plus oser le regarder en face, ni de côté.

            Lorsque j’habitais Paris, il y avait aussi le "clochard du quartier". J’avais pris l’habitude de m’arrêter chaque jour, nous faisions un brin de causette, je lui apportais du pain, ou de quoi manger, et quand il faisait froid, je lui préparais un plat chaud que je lui descendais vers 21 h pour l’aider pour la nuit.

            J’ai mille fois hésité à lui proposer de dormir à la maison, parce que je me disais que ça devait être trop dur à supporter ce froid. Mais voilà, je vivais seule, j’avais un peu peur, on m’avait dit "surtout pas ,t’es folle !!!!". pourtant franchement il était génial gentil ce type.

            Un jour je ne l’ai plus vu, il m’a manqué, je ne sais pas ce qu’il est devenu.

            Et aujourd’hui, bien des années plus tard, je culpabilise de ne pas avoir démonter cette peur idiote.

            Et aujourd’hui, j’aime sourire à ceux qui me semblent seuls, je parle aux personnes agées que je croise régulièrement et je sympathise avec mes voisins.

            Ca ne me coute effectivement absolument rien ; et même ça m’apporte : ce qu’ils peuvent me donner, et, ce que j’en ressens, égoïstement, de moi-même. On se fait plaisir en faisant plaisir, non ?

            C’est simpliste comme vision des choses mais c’est aussi une réalité envisageable par chacun de nous.


          • gül 21 avril 2008 18:53

            Merci, c’est très juste.


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 21 avril 2008 20:37

            Gül,

             

             merci .


          • Dame Jessica Dame Jessica 22 avril 2008 11:29

            @ Gul

            Merci Gul pour la tendresse, la générosité et la bienveillance de votre post....C’est un tel soulagement pour l’esprit de lire votre prose pleine de cette compassion qui est comme une caresse sur les plaies vives et qui fait si cruellement défaut à certains (non, je ne vous salue toujours pas Lerma !) qu’il me fallait vous en faire part. C’est un peu fou quand on y songe, exprimer haine et d’intolérance est communément admis mais on se défend de parler d’amour ou de bonté comme d’une maladie honteuse.

            C’est en partie à des personnalités comme la vôtre que je dois de ne pas désespérer de mes semblables...Oui, j’ai l’indécrottable naiveté, à 38 ans, de croire encore a ce qu’il y a de beau, d’estimable, de précieux et, lâchons le mot, de bon en nous...C’est bête, hein ? Mais j’assume cette candeur et je vous remercie encore de me permettre, par la grâce de votre regard, de me sentir moins sotte qu’il n’y parait...


          • Lisa SION 2 Lisa SION 21 avril 2008 18:44

             

            ANECDOTE


             

            La mouette déplumée.


             

            Un jour que je travaillais ( ce qui est également anecdotique...) sur l’île du Frioul, en face de Marseille, lors de la pause repas, comme j’avais le temps, je m’engageai sur la colline qui dominait l’auberge sans savoir que juste derrière plongeait la falaise.


             

            La suivant sans réfléchir, je fus très vite inclus dans un formidable bain de vie intense. La mer était d’un bleu-vert profond et sur une dizaine de mètres on pouvait distinguer le roc vertical disparaitre dans ses eaux claires. Le soleil de plomb pétrifiait ce décor, unissant tous les tons, et des centaines de mouettes s’activaient dans le ciel.

            Rien ne semblait m’interdire de me confondre dans cet environnement étranger jusqu’à ce que mon attention fut attirée par des claquements d’ailes. En effet, au fur et à mesure de ma tranquille progression, un groupe savamment hyérarchisé tournoyait autour de moi. En levant les yeux, je pus très bien déterminer leur mission précise : Elles m’agressaient de plus en plus. Je finis par m’arrêter, les regardant fondre une à une sur moi. Cela me permit de constater à quel point les plus courageuses et vaillantes, qui m’approchaient du plus près, en piqué, et déployaient bruyamment leur ailes à quelques mètres de moi, manquaient de plumes...


             

            Puis, m’interrogeant sur le pourquoi, je m’aperçus que, là, à trois mètres de mes pieds, se tenait debout, face à la mer...le plus jeune membre de la famille n’ayant encore jamais volé... !


             

            Chez les humains, dans nos familles, les édentés à qui il manque des plumes, on les rejette sur les trottoirs et sous les ponts, pour mieux croquer leurs enfants.

            Dans nos familles à tous, n’a-t-on pas notre... Henri.


            • jaja jaja 21 avril 2008 19:58

              @ Lerma :

              Votre commentaire est consternant de bêtise. Ma profession voulant que je sois constamment en contact avec des SDF, je peux vous assurer que chez les alcooliques la dépression est pratiquement toujours sous-jacente. L’alcoolisme chronique est une véritable maladie comportant des implications psychologiques non négligeables.

              Je n’ai jamais rencontré d’alcooliques heureux et fiers de l’être... J’ai souvent écouté leurs sanglots lorsqu’ils parlaient de leurs enfants dont ils n’avaient plus aucune nouvelle depuis des années ou de leurs pauvres vies qu’ils savent ratées mieux que personne...

              Comme tout malade, les personnes victimes de cette addiction méritent notre compassion... Ont-ils leur part de responsabilité dans leur déchéance ? Sans doute et alors ? Ils n’en restent pas moins des hommes ou des femmes à qui nous devons un élémentaire devoir de solidarité.

              Dans ma pratique il m’est arrivé d’insister pour envoyer en cure des personnes plus ou moins volontaires. Le sevrage n’a jamais marché dans ces cas. Si le malade ne s’implique pas de lui-même, c’est foutu....

              Quand à votre sevrage forcé à la méthode Kapo ce serait (au mieux) une perte de temps... 

               


              • morice morice 21 avril 2008 21:29

                Merci pour votre très beau texte.. citoyen, Lylia. Si les gens se rendaient compte que ça peut aussi LEUR arriver, ils verraient plutôt cela d’un autre œil... il ya encore beaucoup de chemin à faire pour ça : merci d’avoir fait les premiers pas.


                • tvargentine.com lerma 21 avril 2008 23:05

                  Ou est passé mon commentaire ?

                  Qui l’a censuré ?

                  Il n’est pas normal que sous pretexte de dénoncer un bizness d’une société de prod qui cible des reportages sur des "clodos" pour en faire des "victimes"est scandaleux et encore plus de censurer cette dénonciation de l’exploitation qui en est faite

                  Répugnant de la part du lache qui a censuré mon commentaire

                   


                  • gül 21 avril 2008 23:20

                    Lerma, ne vous énervez pas, il reste les commentaires, ce qui prouve, comme les fossiles, que ce-dit post a bien existé....il y a fort longtemps !


                  • Dame Jessica Dame Jessica 22 avril 2008 10:11

                    @ Lerma

                    Mais de quoi parlez vous ? Quelle censure ? Vous nous confondez avec vous même, je crois ! Pensez -vous réellement que nous nous abaisserions à votre déplorable niveau et vous donnerions une importance que vous êtes loin de possédez en vous "censurant" ? Le lâche de cette triste anecdote c’est vous Monsieur Lerma, une fois de plus... Que vos propos et votre âme soient d’une telle aridité qu’ils donnent froid dans le dos est une chose, accuser à tort et à travers d’être victime de la censure de ses pairs est une nouvelle élucubration de votre esprit fatigué...La paranoia est le cancer des personnalités comme la vôtre, innaccessible à la compassion, uniquement préoccupée d’elle même, soucieuse d’avancer dans l’existence les yeux, l’esprit et le coeur clos afin de n’être pas dérangé par les cris silencieux de ses semblables...Vous êtes pathétique, Monsieur, et tristement méchant ce qui est pire que méchant tout court.

                    Faites preuve de courage et muselez votre malveillance, pour ceci il pourrai vous être pardonné d’être celui que vous êtes...Je souhaites vraiment que vous ne vous rendiez pas compte de l’image pitoyable que vous donnez de vous même, le contraire serait odieux.

                    Comme toujours, je ne vous salue pas et vous prie d’agréer ma déconsidération la plus totale.


                  • WOUF 21 avril 2008 23:27

                    J’avais déjà vu l’article là-tantôt, et j’ai plussé, j’avais hésité pour un post, et puis ... mais comme Gül d’amour vient de me raccoler avec un civet de chat....

                    Bon alors , une histoire vécue....

                    Je vois un jeune gars ( 20 ? ) dans un parc avec un matelas de couchage. Il n’avait pas du tout le style d’Henri. L’endroit est inhabituel pour les sdf et le mec est seul. Intrigué, je lui demande... Je sens qu’il n’a pas l’air con, et surtout, je sentais encore de l’énergie. Je me dis "ce mec n’est pas foutu". Je lui explique quelques trucs pour l’assistance sociale, mais je comprends qu’il était barré car il avait essayé de les niquer. Ben ouais...

                    Alors je lui ai filé de quoi bouffer quelques jours. Puis le lendemain, il m’est venu une idée et je suis repassé et lui ai filé les coordonnées de la légion étrangère ( trouvées sur le net ) en lui expliquant que ce serait génial pour lui..etc... Il était visiblement intéressé. On a causé près d’une heure. Finalement il s’est décidé à tenter le coup, et il est parti. Je lui ai laissé mon adresse pour qu’il m’écrive, mais j’ai déménagé peu après. En tout cas, je ne l’ai plus jamais revu dans la rue...

                    let’s hope


                    • WOUF 21 avril 2008 23:52

                      Il m’est arrivé aussi parfois de donner des "conseils" politiquement très incorrects à de jeunes sdf, genre : vuat mieux être en taule que dasn la rue...

                      Ben ouais, on y passe mieux l’hiver, on n’y a pas faim, on y est mieux respecté ( ben si.. ) et il y a des services sociaux qui vous aident à vous réinsérer.

                      Et c’est logique, car quand on emmerde la société, elle se bouge le cul pour qu’on ne l’emmerde plus.

                      Pas trop choquée, Gül ?


                    • gül 22 avril 2008 00:25

                      Heu, si, un brin, Wouf !

                      Je ne suis pas sûre que le milieu carcéral soit très indiqué....Certes il y fait chaud et on a à manger (enfin un semblant) mais bon, il y a tout le reste, qui n’est pas forcément très cool : les agressions en tous genres, l’islamisation galopante, la perte de son identité, bref, des trucs pas trop sympas à mon goût.

                      Quant à la légion étrangère, pourquoi pas, si on est taillé pour. Je connais bien et ça ne laisse pas forcément indemne non plus...Donc, avec parcimonie, et si on sent que vraiment on peut tenir le choc, quand on s’engage d’est 5 ans minimum et en général une fois qu’on y est on continue !


                    • WOUF 22 avril 2008 00:34

                      Je sais de quoi je cause, belle Gül.... tu dramatises un peu. La France, ce n’est pas la Turquie. Ce qu’on voit à la tv est très excessif. Les gardiens sont des fonctionnaires qui ne veulent pas d’emmerde. Et le fric est roi en taule. Tu vois le topo ?


                    • WOUF 22 avril 2008 00:36

                      Quant au risque d’agressions et à la perte d’identité, sdf, c’est pire ...


                    • WOUF 22 avril 2008 00:39

                      En taule, y a aussi des petits boulots. Et certains réussisent parfois aussi à se créer des relations sentimentales par courrier, qui deviennent ensuite des visites, et voilà ....


                    • L-HOMME-CHOCOLAT L-HOMME-CHOCOLAT 21 avril 2008 23:47

                      Bonsoir à tous,

                      Content de voir que le portrait réalisé pour www.radiobistrot.com par notre chroniqueuse Leila Bennamour (quel joli nom !) suscite autant de réactions... Elle se fera rapidement un plaisir de vous répondre !

                      Concernant la censure...hummmm...non ce n’est pas dans notre esprit ! Nous n’y sommes pour rien si il y a des coupes.

                      Di’ici là, je vous souhaite une bonne soirée :)

                      A bientot sur www.radiobistrot.com !

                       

                      Mathieu Duchesne, Rédac Chef de radiobistrot.com (où chacun est le bienvenue !) Et en + NOUS on fait des apéros :) :) :)


                      • gül 21 avril 2008 23:50

                        Merci Dom d’être venu faire un tour !


                      • maxim maxim 22 avril 2008 00:04

                        bel article ....

                        dans ma ville ,j’ai mes potes sdf ,ceux à qui je file de la monnaie quand j’en ai ,à qui j’achète des biéres quand il fait chaud ...

                        il y en a un que je prend en stop quand il est à l’arrêt de bus ( je le connais depuis longtemps ,il avait été compagnon d’émmaus ...)mais la bouteille lui a porté tort ....

                        dès qu’il me voit il cavale pour me demander un €uro ,il sait à quelle heure je vais à la boulangerie......il guette mon passage .....

                        je me dis ,et si un jour ça m’arrivait ?


                        • jamesdu75 jamesdu75 22 avril 2008 01:25

                          Mouais bof, regarder les problemes sociaux de plus prés c’est clair que ca aide. Mais la raison est de savoir pourquoi du jour au lendemain il est devenus alcoolique ? Ca arrive pas comme ca, tout seul.

                           

                          Si comme une fois j’avais entendus, un type a perdus sa femme et sa fille dans un accident de voiture, il a intenté un poocés a renault ou je sais plus qui pour defaut de la voiture neuve. Il a perdu et on lui ademandé une somme telle qu’il s’est retrouvé a la rue. Ou d’autres histoir dans le mm genre. Ce qui aurait été sympas c’est d’avoir l’autre point de vue, celui de sa femme. Ca aurait moins gnangnan et plus en phase.

                           

                          Le mythe du gentil SDF phylosophe j’ai jamais trop hadéré. Parce que si vous êtes a gare de l’Est ligne 7 vers 22h30, les SDF qui font cuire je sais pas trop coin des les couloirs ca donne envie de gerber, si vous vous mettez a dire quelques choses. Tout de suite on vous traite de riche (logique vous avez un travail, malgrés un appart en forme de boite a carton).


                          • maxim maxim 22 avril 2008 07:58

                            ouais,mais il y a des accidents de la vie,la maladie,un divorce,le chomage...l’alcoolisme aussi malheureusement .....

                            chacun réagissant de manière différente aux embûches de l’existence .....

                            actuellement ,c’est tellement facile de basculer d’un bord à l’autre .....

                            toujours est il que le nombre de laissés pour compte augmente de plus en plus et l’on voit des gens de plus en plus jeunes dormant sous les ponts .

                             


                            • Django Django 22 avril 2008 08:52

                              Décidemment Lerma, vous êtes stupide et sans coeur...Si vous préférez les gens bardés de rolex et qui s’engraisse sur le dos des pauvres, c’est votre problème (psy ????) ;Mais de grâce, un peu de dignité !!!!


                              • wotan 22 avril 2008 09:46

                                Il manque un commentaire et les réactions associés. De la censure sur Agora vox ? Je croyais qu’Agoravox était un média citoyen.

                                Radio paris ment radio paris est allemand.


                                • wotan 22 avril 2008 09:49

                                  J’ajoute : Si Lerma vous fait tant réagir de façon aussi extrème c’est parcequ’il est moins hypocrite que vous, parcequ’il y a de la vérité indéniable dans ce qu’il dit.

                                  S’il disait de pures bétises personne ne commenterait ou ne supprimerait ses messages.


                                • Dame Jessica Dame Jessica 22 avril 2008 10:33

                                  @ Wotan

                                  Je serai fort inquiéte d’être indifférente à la bétise...

                                   


                                • wotan 22 avril 2008 11:12

                                  Il y a surout ce que l’on n’aime pas entendre et que l’on appelle bétise parceque justement on n’aime pas l’entendre.

                                  Mais il y a une autre chose qui me choque ici, Lerma a été censuré soit, mais pourquoi n’a t’on pas le début d’une explication là dessus ? un justificatif ? Quelqu’un de responsable (hé ho un responsable ??) qui vient ici dire "J’ai décidé de supprimer le message de Lerma et les commentaires associés parceque 1 et 2 et 3..."

                                  Ca me rappelle quand Staline faisait gommer sur les photos où il y avait Lenine Staline et Trostky la tête de Trostky car il voulait effacer de la mémoire des gens ce personage.


                                • Dame Jessica Dame Jessica 22 avril 2008 14:04

                                  @ Wotan

                                  Je ne traite pas de "bétise" ce que je n’aime pas entendre ou voir mais je trouve regrettable que certains esprits chagrins préférent déformer une idée jusqu’à ce qu’ils puissent la faire entrer (de gré ou de force) dans le cadre de leurs système de pensée plutôt que de changer le cadre lui même...Parfois obstination et bétise sont proche parents...


                                • lili 22 avril 2008 16:10

                                  Bonjour,

                                  Je viens de prendre connaissance de vos commentaires...

                                  Pour ce qui est de la censure, je n’y peux rien !

                                  Bien à vous,

                                  Lylia Benammour

                                   


                                  • Dame Jessica Dame Jessica 22 avril 2008 16:51

                                    @ Lylia

                                    Bonjour et merci à vous pour ce bel article...

                                    Nous savons parfaitement que vous n’êtes pour rien dans l’hypothétique censure des posts de Lerma, ne faites donc pas attention aux commentaires parfois nauséabonds de certains posteurs et continuez de nous ouvrir les yeux et le coeur.

                                    Bonne journée miss Lylia et à bientôt surement...


                                  • lili 22 avril 2008 21:44

                                    Je ne comprends rien a ce site... mdr !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès