Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pour arrêter avec la désinformation sur les intermittents du (...)

Pour arrêter avec la désinformation sur les intermittents du spectacle

Ce texte est une réaction à l'article de mr Vial d'août 2012,

réaction tardive mais mieux vaut tard que jamais.

Tout d'abord, il est important pour chacun de nous de réfléchir à notre société d'aujourd'hui, la crise est bien ancrée et elle sera là encore longtemps. des changements sont possibles et pour cela nous devons proposer pour que les hommes politiques agissent.

Les droits sociaux sont mis à mal depuis quelques temps et ils seront renégociés à la fin de cette année, on nous prépare donc à ce que les bouc-émissaires ne soient pas crédibles. les intermittents du spectacle font partie de ceux-là.

Je vous invite donc à ne pas avaler tout ce que les média véhiculent et encore moins à vous limiter dans le savoir. Cherchez, fouillez, fouinez, les moyens existent aujourd'hui, ce que visiblement ne font pas les journalistes sur ce sujet.

Je ne le suis pas, je suis juste un citoyen qui s'inquiète de voir la désinformation s' installer, reprise bien entendu par de prétendu patriotes qui ont oublié qu' avant tout nous somme des citoyens et que notre citoyenneté est basée sur un socle de trois mots visibles sur tous les frontons de l' état et des écoles républicaines.

La solidarité en est une des conséquence de ces trois mots. l'interprfessionalité aussi et ce débat inexistant devrait enfin avoir lieu et plus largement qu'autour du secteur de la culture, le travail doit être repensé car les conditions d'aujourd'hui ont complètement changé.

 

Mantenant, ma réaction :

Mr Vial, malheureusement, ne connait pas du tout son sujet et devrait se renseigner sérieusement, étonnant de la part d’une personne qui désire entrer en politique. A moins que ce ne soit simplement son appartenance au front national qui dicte ses mots.

Je vous suggère simplement de vous renseigner par vous même un peu plus sérieusement, étant entendu que bien sûr, il existe des abus comme dans le reste du monde du travail, ils sont minoritaires comme partout mais sont toujours mis plus en avant que le reste, la fraude nuit à tout le monde et le système des prestations sociales dans notre pays est basé sur le partage et le collectif. 

Juste quelques points pour être clair : 3% des chômeurs (intermittents) représenteraient à eux seul 30% du déficit de l’ Unedic.

Malheureusement la Cour des compte se trompe, tout les économistes sont d’accord, ces chiffres sont non seulement faux mais il est impossible de faire une telle comparaison, donc : FAUX. 

(iI est d' ailleurs très étonnant qu' avec des chiffres aussi délirant, on n'aille pas chercher plus loin).

..."Trois mois de travail sur 10 et huit mois de chômage à taux plein"...

 Ce sont 507 heures travaillées dans les 10 derniers mois qui donnent droit à une ouverture de droit de 243 jours, ce n’est pas tout à fait la même chose. seule une petite minorité d’intermittents peuvent effectuer ces 507 heures dans une période courte, la globalité nécessite entre 8 et 10 mois, une autre partie des intermittents n’arrivent pas à effectuer ces heures et sortent du chômage en attendant de travailler suffisament. Enfin une très petite minorité (4%) en effet fraude. 

Pour reprendre l’expression « taux plein » allez voir le site de l’unedic pour vous rendre compte ce que sera l’indemnité d’un intermittent qui ne réussit à travailler que 507 heures, vous aurez tout compris.

Les intermittents protestent qu’il travaillent plus de huit heures par jour :

N’IMPORTE QUOI ! la plupart des contrats sont à l’heure, au cachet ou à la date encadrés par des lois comme dans tout le monde du travail. De plus je ne vois aucun rapport avec l’ouverture des droits.

...« Très loin des conditions imposées aux autres travailleurs… »

Les conditions ne sont pas imposées aux travailleurs elle sont discutées et négociées entre les représentants des travailleurs et ceux du patronat dans le cas où ces travailleurs se retrouveraient au chômage. concernant les intermittents ceci àmène les annexes 8 et 10 et d’ autres annexes pour d’autre secteurs d’activité. Eh oui, les secteurs sont différents et donc les conditions différentes.

...« celui de vouloir approcher à tout prix les artistes, les people, les sportifs, leur monde, la scène, la télévision. Et de vivre leur gloire par procuration, »...

Il est bien connu que les employés de Windows et surtout en Chine ne travaillent que pour un jour boire un café avec Bill Gates.

 ..."la tique accrochée au cheval de César vivait celle de l’Empereur » ...

Belle métaphore, les chômeurs apprécieront.

...« ce n’est pas à l’Etat de jouer les assureurs : l’Etat-providence ne devrait être destiné qu’à ceux qui, malgré leurs efforts et à leur corps défendant, ont besoin d’un filet de sécurité ou d’une béquille temporaire »...

 (sniff sniff), l’ état ne cotise malheureusement pas à l’Unedic, ni les fonctionnaires, ce sont les travailleurs et les employeurs du privé qui le font, et bizarrement, ce qu’écrit ici mr Vial est exactement le rôle de l’ assurance chômage.

...« si l’on met fin à leurs privilèges d’un autre temps »...

quel privilège d’être au chômage ! et l’autre temps, c’ est 2003.

...« sabotage de représentations à Orange ou Avignon, défilés dans les rues de Paris, grève de la perche sur les plateaux TV. De tout cela, la majorité des Français n’a que faire »…

Bien sûr, tout le monde sait que les intermittents sont des terroristes et que la majorité des français n’a que faire des combats sociaux et du droit de grève (pour ma part je croyais que ce n’était que moins de 5% aux dernières élections, mais bon, je me trompe peut-être).

...« pu asseoir leur crédibilité en termes de volonté politique et de responsabilité »...

Eh oui, certains hommes politiques ont la volonté politique et la responsabilité de défendre la culture et les artistes dans notre pays, ceci participe à « l’exception culturelle française ». Certains autres en d’autres temps ont préféré brûler tout ça, nostalgie, quand tu nous tiens...

Et n’oubliez pas, renseignez- vous sérieusement par vous même et forgez-vous votre propre opinion.

Consultez, si vous le désirez, le site de la CIP-IDF et regardez les films "Riposte" ainsi que les films des audition de l'Assemblée nationale. 

Cordialement.


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • jako jako 8 mars 2013 12:40

    Une belle mise au point, merci à vous.


    • TSS 8 mars 2013 16:48

      Euh, désolé, mais les intermittents qui gardent une paye plus que confortable (3000 eur/mois et plus) pendant des mois je les ais vu quand j’étais a Paris*.

      J’ai une personne dans ma famille diplomé de 2 des plus grandes ecoles d’arts de France

      qui est intermittent et serait bien content de toucher cette somme,cela lui eviterait de ramer... !!


      • Agora 8 mars 2013 17:25

        Effectivement, moi aussi j’ aimerais gagner 3000 euros par moi, malheureusement, ce n’ est pas le cas et bien sûr que chez les intermittent il y a des abus comme partout d’ ailleurs (4%), il faut bien entendu, sanctionner, peut-être avez vous rencontré des abuseurs ou tout simplement des gens compétents très bien rémunérés, je ne sais pas.

        Je ne crois pas que les artiste aiment la vie précaire de « bohème » mais qu’ entendez-vous par faire comme tout le monde ?

        Le jour (que je ne vous souhaite pas) où vous ne pourrez vous lever pour aller travailler, cette solidarité nationale, vous aidera aussi. et il n’ y a rien de tocard à se lever la matin pour aller travailler.

        Pour les factures d’ hotel je suis entièrement d’ accord avec vous ce système est à revoir mais les bénéficiaires pour la plupart sont des étranger qui viennent s’installer en france légalement. je ne crois pas que des étrangers en situation irrégulière se voient payer leur chambre d’ hotel par l’ état. (à part des fraudeurs bien sûr, comme partout).

        Les HLM je ne sais pas, les critères d’ attribution sont les mêmes pour tous et les abus profitent bizarrement plutôt à des gens plus aisés que les critères définis.

        Quant aux bobos gauchos, ils viennent juste d’ arriver, l’ état a été dirigé par la droite depuis belle lurette.

        Pour finir, la solidarité n’ a rien à voir avec l’ appartenance politique, elle est destinée à ceux qui en ont BESOIN quelque soit leur appartenance et même s’ ils n’ en ont pas d’ ailleurs.


        • alinea Alinea 8 mars 2013 21:16

          Vous vous gourez complet sur ce qu’est un intermittent Actias ; on élimine les assocs’ qui donnent ce statuts à des employés temporaires ;on garde le théatreux le musicien qui met, au bas mot, six mois à monter son spectacle ; il a une petite notoriété locale, il le joue six mois ; je ne sais plus exactement le quota aujourd’hui, mais au début du statut, c’était 48 spectacles par an ; ce doit être plus. Payé peu ( ce n’est pas une star !) ; boulot de recherche de spectacles, promotion voire pub : être artiste, c’est un boulot à plein temps. À vous lire, il n’y aurait de place que pour Johnny et Mireille Matthieu ; Dieu nous en garde ! La passion de son boulot n’empêche pas qu’il faut payer son loyer, bouffer et tout. Lisez ma petite histoire, vous verrez que le monde a changé en trente ans !


        • alinea Alinea 8 mars 2013 19:19

          Une petite histoire vécue, ma manière de soutenir les artistes !
          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/du-spectacle-dans-nos-patelins-130911


          • Agora 8 mars 2013 19:38

            Une belle histoire Alinéa, merci.


          • Agora 8 mars 2013 23:30

            Merci de vos réponses Actias, je vous donne les miennes, vous avez vos convictions comme tout le monde, mais les convictions ne suffisent pas, il faut des faits.

            « qu’ils se fassent rémunérer comme intermittents ne veut rien dire, ils se font rémunérer comme salariés, tout simplement, l’ intermittence est un état de travail qui ne concerne nullement le spectacle mais tout le travail par intermittence. (interim, saisonniers, intermittents du spectacle et tout autre travailleur précaire de tous le secteurs : CDD en clair

            si ceux qui revendiquent et obtiennent une paye de grand bourgeois l’ obtiennent, c’est que leur employeurs estiment qu’ ils le méritent, comme dans tout autre secteur, je ne voit pas le rapport avec la couverture sociale. S’ il y en a un c’est beaucoup trop, NON, pas d’ accord, l’ ancienneté et le »mérite" que je qualifirais plutôt d’expérience professionelle se paye et c’ est normal je pense.

            tous les intermittents, comme tous les salariés sont payés pour ce qu’ils travaillent, pas plus, je crois que vous mélangez le salaire et l’ indemnisation chômage.

            donc effectivement, tu bosse en intermittence, tu es payé en intermittence, c’ est la réalité. 

            « faire comme tout le monde » (Essayer de) Bosser a plein temps pour se faire payer tous les mois .... La vie de boheme (pas de domicile fixe, peu d argent, deplacements frequents etc ...) est la meilleure mais j ai passer l age....« 

            et bien désolé de vous rappeler que les intermittents du spectacle ne sont pas une race à part, ils essaient de bosser à plein temps mais les spécificités de ce secteur l’ empêchent, ils essaient d’ avoir un salaire tous les mois , car les indemnités chômage sont inférieures à un salaire, ils ont contrairement à vos idées reçues un toit, souvent une femme et des enfants comme tout le monde, ont effectivement,(contradiction de votre part), peu d’ argent et effectivement parcourent 4 fois plus de kilomètres que bon nombre de salariés, ce n’ est pas la meilleure vie et beaucoup ont passé l’ age, mais il n’y a pas d’ autre choix.

            Les intermittents ne sont pas une »race« de jeunes »travellers« , désolé.

            ... »Oui, partiellement et tres chichement, mais les intermittents peuvent se lever, alors pourquoi etre solidaire ? boulot intermittent, paye intermittente, on assume« ...

            Oui, ils assument, ils sont moins couverts que tout les autres secteurs du travail, le votre y compris. Encore désolé.

            passons le chapitre des étrangers et des sans papiers, ce n’ est pas le propos et merci d’ accepter votre égarement, c’ est un tout autre débat et peut-être pourrons nous converser autour d’un article qui s’y réfère.

            ... »Et bien les intermittents n ont pas BESOIN de ma solidarité, il en ont envie, pour pouvoir continuer a faire un boulot qui leur plait et leur occroit de tres longues vacances payées".... 

            Effectivement, lorsque des gens font un boulot qui leur plait, bizarrement ça dérange. désolé que le votre ne vous plaise pas.

            vous ne leur payez pas des vacnces (les congés spectale sont là pour ça), vous contribuez à leur ASSURANCE chômage comme eux, assurent la votre, ça s’appelle l’interprofessionalité, et tant mieux pour vous si vous n’ êtes pas au chômage car dans le cas contraire, eux comme les autres salariés du privé, vous aideraient par leurs cotisations.

            Les plus faibles de vos concitoyens sont les plus précaires, les chômeurs en font partie, merci à vous.

            Je constate que votre analyse sur les problèmes liés à l’ écologie planètaire sont très pertinents et vos recherches sur le sujet poussées, faites de même sur les problèmes liés à l’ emploi dans notre pays puis, à l’échelle planétaire et reparlons en.

            J’ espère qu en tant qu’expatrié, la vie vous sourit et que les conditions du pays où vous vivez vous conviennent.


            • spartacus spartacus 9 mars 2013 10:29

              C’est plus complexe que ce qu’en dit l’auteur.


              Le problème de l’intermittence est la « gestion différenciée » du chômage de ces derniers, par les annexes 8 et 10 du règlement des indemnités.

              L’assurance chômage regroupe uniquement les salariés du privé.
              Les Assedics sont un organisme social de droit privé. Ils n’ont pas à faire de discrimination de leurs adhérents. 
              Vous imaginez un assureur qui rembourse mieux les uns que les autres avec une cotisation de base similaire ?

              Les fonctionnaires, les agents EDF ne cotisent que 1%. Les indépendants, les TNS ne sont pas assujettis. 

              La vérité ce n’est pas à l’assurance chômage d’assumer une volonté politique de promouvoir le spectacle.

              La vérité c’est qu’il n’y a aucune raison de considérer les intermittents du spectacle différemment des travailleurs à temps partiel. C’est de la discrimination.

              La vérité ce n’est pas à l’assurance chômage des salariés privés de payer les choix de carrière ou de vie de certain au détriment de la masse des autres.

              Si les intermittents sont une priorité politique, alors c’est à l’état de prendre en charge les « différences ». 

              La vérité c’est qu’il faut supprimer les annexes 8 et 10 et envoyer la facture à l’état.

              • Agora 9 mars 2013 12:57

                Bonjour Spartacus, petites précisions :

                les intermittents cottisent à la même caisse que tout le monde (du privé j’ entends) : l’Unedic.

                si les annexes 8 et 10 éxistent, c’ est que le secteur est particulier, il existe d’ autre secteurs particuliers et d’ autres annexes, heureusement car tous les secteurs ne sont pas les mêmes et certains ont des spécificités plus contraignantes que d’ autres.

                vous parlez de discrimination là où il s’ agit de différence.

                désolé de vous contredir mais les cotisations sont différentes et il n’ y a pas que les salariés qui cotisent mais aussi les employeurs.

                Je ne connais pas le système concernant les fonctionnaires donc je m’ abstiendrais.

                L’ assurance chômage n’ assume pas la promotion du spectacle, elle assume la protection des salariés qui se retrouvent au chômage, l’ état quand à lui l’ assume par des subventions via un ministère.

                Je ne dis pas que tout va pour le mieux dans le meilleur des monde, j’ explique juste des faits et pour revenir à ce que je disais précédemment, les intermittents ne sont pas des travailleurs à temps partiel comme les autres car le secteur est différent des autres.

                Je ne connais pas, par exemple, toutes les spécificités du secteur de l’ intérim, mais il y a une annexe spécifique pour ce secteur. ce sont les partenaires sociaux du secteur qui l’ ont mise en place comme les annexes 8 et 10.

                Vous parlez de choix de carrière, je pense que tout le monde a le droit de faire un choix de carrière, l’intermittence n’ est pas un chox de carrière et d’ ailleurs il y a trois fois plus de cdi que d’ emplois précaires dans ce secteur, l’ intermittence est une spécificité de ce dit secteur, on y peut rien, c’ est le marché du travail qui veut ça.

                Je connais votre avis sur la question car ce n’ est pas la première fois que vous vous exprimez sur le sujet, mais le mien est simple :

                Beaucoup de choses doivent être renégociées et changées car effectivement ce système n’ est pas encore le meilleur qui soit, ceci n’ implique pas un nivèlement par le bas, mais doit être fait dans un soucis de justice et d’ équité. Ce ne sera ni à vous, ni à moi, ni à l’ état de décider, ce sera aux partenaires sociaux de le faire. l’ état, quant à lui, validera, ou pas.

                Pour finir je vous rappelle simplement que la réforme des annexes 8 et 10 de 2003 à été mise en place par les trois syndicats « patronnaux » du secteur et des syndicats minoritaires de salariés. Les grèves n’ y ont rien changé, les conditions des chômeurs se sont dégradées, celles des employeurs améliorées et pour ce, je comprends tout à fait votre point de vue.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Agora


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès