Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pour en finir avec la drogue

Pour en finir avec la drogue

En jetant l’opprobre et la honte, l’interdit et la délation, lesquels sont soigneusement relayés par tous les maillons serviles que nous sommes, sur la plus naturelle, la plus inoffensive d’entre toutes, la plus durable puisque connue depuis l’antiquité, nous en venons à accepter de bien pires auxquelles nous nous sommes accoutumés, comme les grenouilles dans la casserole, et pour lesquelles nous faisons même une pub quotidienne sur nos polos que nous avons parfois payé, même équitable, très cher.

Si cela ne nous suffit pas, il devient même possible de se faire rémunérer pour trimballer quotidiennement une grande marque sur sa voiture. On s’est tous baladés avec des fringues frappées de marques reconnues écrites en anglais pour des produits à la mode, on a bu des boissons gazeuses brunes, et maintenant la même marque que celle qui apparaît cent fractions de seconde derrière la formule 1 du champion. Si tant est que celui-ci se montre avec le même ou une nouvelle marque que l’on a pas encore, et c’est le rush sur la galerie marchande. Dans ce cas précis, la drogue n’est même plus le produit vanté sur le torse du coureur ou du tennisman, mais l’envie des produits dérivés à la mode.

Nous sommes aussi de bénévoles colporteurs de fausses rumeurs à l’encontre de résistants aux consommation de masse, nous nous moquons du « fait à la main », de certains habillements non conventionnels ou hors mode, et de ces outils fait-maison de certains bricoleurs insolites. Nous sommes aussi, sans le savoir parfois, les maillons de la grande chaine du renseignement généralisé, les petits espions, voire, juste des petits pions gratuits, de la haute Autorité que l’on a de nos voix porté au trône, mais qui ne maitrise pas toutes les lois.

Nous sommes également militants quotidiens pour des causes des grands partis du plus grand nombre ( 1O,83 % du total ), dédaignant d’autant les petits combats défendus pourtant par les plus courageux de tous. Nous sommes aussi de bénévoles propagateurs des bienfaits de quantité de produits légalement autorisés, au sujet desquels nous n’accordons rarement attention aux petites lignes écrites inscrites sur l’emballage, comme celles de nos contrats assurances. Nous sommes aveugles et fautifs.

Ce sont donc les Autorités qui décident où placer le curseur. Dans le cas du chanvre indien, interdit à la vente et aux préparations depuis le premier janvier 1955, alors que les sous-produits innombrables de cette matière existaient sous forme de médicament de préparations depuis la nuit des temps, mais aussi de cordes, paniers, hamacs, chaises, nattes, corbeilles, isolation toitures, briques de constructions légères, etc... C’est un arrêté de loi qui a été soutenu par un puissant lobby au compte du très célèbre industriel étasunien Dupont de Nemours. Inventeur du nylon, qui, pour s’imposer a tout simplement court-circuité la concurrence naturelle entre ces deux matières concurrentes.

En effet, il a suffi qu’un groupe de législateurs dominants en nombre de voix, probablement renseignés sous la table par de puissants lobbys qui les ont invités dans des colloques ( chef d’œuvre ) sur le sujet, souvent au bout du monde tous frais payés par la marque, pour qu’ils aient décidé d’interdire telle ou telle plante issue de nos espaces agricole, pour remplacer une production locale par un marché transatlantique. Tous les timides réfractaires ont même dû faire face à de la gente féminine déterminée et prête à se plier en arguties orales convaincantes.

_Mais, qui est donc ce Dupont de Nemours ? Le16 Février 1937, découverte du nylon. Le chimiste américain Wallace Hume Carother dépose le brevet de sa nouvelle invention, pour le compte de la société Dupont de Nemours. La production de la nouvelle fibre synthétique débutera en février 1938 dans les usines Dupont d’Arlington dans le New-Jersey. Le nylon viendra remplacer les poils de porc des brosses à dent. Il connaîtra également un succès fulgurant en bonneterie. Pas de problèmes, la matière s’est avérée efficace dans bien des domaines comme les voiles plus solides, et autres cordages, mais c’est sans compter la pollution qu’il génère.

Origine de la fortune :

...On cite le cas du consortium chimique américain Dupont de Nemours et du trust anglais Imperial Chemicals Industrie, qui subventionnaient l’I.G. Farben avec laquelle ils s’étaient partagés le marché mondial de la poudre, et de la banque Dillon de New York qui subventionnait le Vereinigte Stahlwerke, trust allemand de l’acier. D’autres étaient subventionnés par Morgan ou Rockfeller, principaux acteurs et fournisseurs d’acier destiné à l’armée allemande, etc...

Les industries chimiques et pharmaceutiques de ces deux Etats ont participé et profité de la guerre pour s’investir, mais en plus, usé de leurs poids financier et de leurs relations intestines pour soudoyer nos élus. En effet, pour s’imposer chez nous, nos élus n’ont pas hésité à juger une plante naturelle, dangereuse et donc illégale, exactement comme, le 16 janvier 1920 La très célèbre prohibition, le 8e amendement de la Constitution américaine, établissant l’interdiction de l’alcool, est entrée en application. La loi fut renforcée le 28 octobre par le "Volstead Act" qui interdit la vente d’alcool y compris dans les restaurants et les bars. Un commerce parallèle de vente et de fabrication d’alcool va alors fleurir jusqu’en 1933. Treize ans de guerre souterraine, treize ans de trafics mafieux, de morts suspectes et violentes...juste à cause de la signature innocente d’un législateur innocent ou inconscient.

Tout récemment, l’ortie ( décret sus-mentionné est le texte de loi d’orientation agricole n° 2006-11, du 5 janvier 2006 : ) commune, dont le purin est un excellent engrais que l’on peut trouver à l’état entièrement naturel dan son propre jardin, a failli être interdite pour cause de risques sanitaires, empoisonnements ou contaminations scientifiquement obscures. Ils envoient immédiatement la maréchaussée surveiller nos comportements et nos attitudes, pour que nous marchions tous instantanément dans le rail de la consommation de masse.

En Afghanistan, la simple rumeur d’éradication de la culture de pavot fait immédiatement monter le cours par trois. A la simple idée que l’offre va diminuer et les prix montent en flèche. Depuis la chute des Talibans la production a été multipliée par dix par endroits en période de pointe. Quand la récolte est bonne en quantité, les années chaudes et humides, le paysan producteur voit le prix de son travail chuter. Le Khan peut lui stocker sa marchandise et la vendre dès la prédiction d’une saison sèche.

Chez nous, on condamne l’effort, néanmoins courageux, des faucheurs volontaires de champs infestés de poisons presque devenus légaux, avec le soutien à reculons de la presse régionale confidentielle ou de vidéos privées...En Afghanistan, là bas, les mêmes convient la presse officielle pour dispenser la preuve que l’on lutte bien contre une agriculture pourtant naturelle.

La boisson gazeuse, c’est les résidus de feuille de Coca coloré au pétrole et sucrée à l’aspartame. Ceci suffit-il à accepter les guerres qui perdurent dans toutes les régions productrices de ces matières depuis des décennies ? En boire quand on a soif sous entend que l’on aura instantanément un plaisir intense mais vite suivi d’une soif encore plus violente. Il en sera de même avec la viande nourrie avec les plants ogm car les deux sont chargés d’ajouts sucrés chimiques en quantité suffisamment importante pour entrainer un besoin perdurant. Seule l’élite mondiale goûte à la cocaïne pure qui annihile la fatigue et vante ses effets dans les milieux propagateurs de mode. Pétrole et drogue suivent les même circuits et y renoncer, c’est régler instantanément les deux pires principaux problèmes mondiaux.

Mais, comment admettre qu’un Etat qui fabrique un produit chimique ou naturel peut l’interdire sur son territoire tout en en ayant encouragé au préalable l’exportation vers l’autre bout du monde ? C’est un produit issu de labos étasuniens et interdit aux Etats unis depuis 1963, qui a contaminé la Martinique et la Guadeloupe. Le Chlorodécone a pollué toutes les Antilles. Les plantations de bananes étant situées en amont des terres agricoles, il a contaminé les cultures de patates douces en aval, puis l’eau des rivières et leurs élevages d’écrevisses, les crabes en bord de mer, les bovins, le lait de vache, jusqu’au sang de 90 % des femmes enceintes. Seules les bananes - sauf à en déguster la peau - échappent à cette contamination. (in Libération, 30 Août). Aujourd’hui, « La société Red Bull a introduit un contentieux devant le Conseil d’Etat, fondé sur le décret n°2006-1684 du 16 octobre 2006, qui prévoit, conformément au droit européen, qu’un produit qui circule légalement dans un Etat membre ne peut être interdit par un autre Etat membre que si ce dernier apporte la preuve de sa nocivité. »

Ainsi la livre et le dollar participèrent-ils au complot mais on n’a pas entendu dire que les Dupont de Nemours, les Dillon, les Morgan, Ies Rockfeller, etc. avaient été cités à comparaître comme complices devant le Tribunal de Nüremberg.

En conclusion, nous perdurons dans une longue période de prohibition qui ouvre les portes à des produits synthétiques, génétiquement modifiés, et sommes encouragés à coup d’outils coûteux de jardin à l’essence qui pue et fait un bruit monstre à l’heure de la sieste à tous porter plainte contre toutes ces herbes folles qui poussent sans le concours d’aucune loi humaine et qui ravagent nos territoires si purs et si beaux. Il faut absolument lutter contre ces plantes sauvages qui pompent l’eau des plantes saines modifiées génétiquement contre les parasites et qui représentent l’avenir de la race humaine. En ingurgitant ces bienfaits de la chimie organique, les hommes s’assurent d’être vaccinés contre toutes les atteintes que ces plantes parasites diffusent dans l’atmosphère par leurs pollens infectés et nuisibles. Seuls les plants eunuques et soumis garantissent la non prolifération de germes contaminés et contagieux puisque leurs graines seront stériles. Vive le progrès de la chimie salvatrice dans son combat contre l’horrible dissémination alergénétique, et gloire au nobles représentants de la guerre contre la nature hostile... Allez, tous au pas derrière moi :

 

round ... up ! round ... up ! round ... up !

 

 

http://www.ena.fr/index.php?page=ressources/rapports/memoires/2004/paradis

 

http://www.dailymotion.com/relevance/search/+pavot/video/x3fub1_envoye-special-opium-le-poison-afgh_politics

 

 

Documents joints à cet article

Pour en finir avec la drogue

Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

98 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 10:17

    L’article est un peu long et fourre tout, et encore, j’en ai extrait des bouts qui serviront dans le fil. Toutes mes excuses pour ce conglomérat peut-être indigeste mais partant d’un seul sentiment : Il faut que ça s’arrête. Pour cela, je veux bien être le grain de sable qui enraye la machine, l’empêcheur de tourner rond et l’éolienne qui arrête le vent.


    • frugeky 13 août 2010 10:31

      Bonjour,
      non ne vous excusez pas, l’article n’est pas du tout long et se lit très bien.

      On trouve dans beaucoup de nos villages des chenevières qui étaient utilisées pour éliminer l’écorce des tiges dont, à l’époque, on ne savait pas se servir. C’est donc bien une culture traditionnelle qui a été éliminée pour faire plaisir à des intérêts étrangers (même si Dupont de Nemour ça sonne bien français). Vous remarquerez que ce sont les mêmes, parmi ceux que vous citez, qui ont bloqué les crédits de recherche de Tesla qui proposait une énergie à meilleur marché.

      Tant qu’on aura des élus qui mangeront dans la main des pollueurs les lois iront toujours dans le même sens. Y’a plus qu’à faire sans eux.


    • zelectron zelectron 13 août 2010 23:26

      Bonsoir Lisa
      En résumé les avantages du chanvre sont très largement supérieurs à ses inconvénients, d’autant que toute surface cultivée est soumise à déclaration et contrôle théoriquement stricts. Nos élus de toutes façons n’ont pas les moyens d’en juger, et c’est pourquoi le problème va rester entier jusqu’à ce l’un d’entre eux prenne son courage à deux mains, c’est à dire ...


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 23:34

      Vas y zélectron, développe...Que veux tu dire ?


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 14 août 2010 08:19

      Je tiens à signaler que la photo satellite qui révèle des panaches de fumée sur le globe analyse chacun et dépiste ainsi l’origine des sources de cannabis brulé. Ha, on me dit que c’est faux...


    • liberta 13 août 2010 10:34


      Intéressante vidéo mais qui ne répond pas aux vraies raisons qui permet au trafic d’opium de perdurer, bien que Doris Boudenberg fait remarquer que si l’afghanistan a une guerre à faire c’est bien celle sur le front de la drogue

      Croyez vous que ce trafic et la culture du pavot pourrait se faire sans le soutien des Nations Unies

      Karzhai est le représentant officiel des Nations Unies en afghanistan et permet ainsi la poursuite des cultures et des trafics qui sont leur manne financière

      Les américains ont su déverser du napalm sur les champs au Vietnam et ils ne sauraient pas éradiquer l’opium ????

      Ils savent détruire des villages afghans (2000 morts civils depuis janvier 2010)

      C’est vraiment nous prendre pour des demeurés que de nous laisser croire qu’ils n’arrivent pas à détruire et remplacé par d’autres cultures ces champs d’opium !!!!!!!

      Les vrais trafiquants ne sont pas ceux qu’on veut nous faire croire et il suffit de d’insteresser aux bases aériennes du Kosovo tenues par l’armée américaine pour savoir que c’est la plaque tournante aérienne des trafics

      Ainsi tout est dit - il n’y a rien à comprendre d’autre que les Nations Unies sont responsables, sinon organisatrices de ces trafics qui font perdurer la guerre en afghanistan








      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 11:04

        Bonjour Liberta,

        " Ainsi tout est dit - il n’y a rien à comprendre d’autre que les Nations Unies sont responsables, sinon organisatrices de ces trafics qui font perdurer la guerre en Afghanistan « 

        Je vous remercie de donner caution avec maints arguments solides et courageux à mon texte. C’est une vidéo d’hier : http://www.agoravox.tv/actualites/sante/article/patrice-pelloux-pour-la-27260 qui m’a brusqué. Cet homme, urgentiste renommé, qui connait bien l’évolution des drogues dans le temps, qui dénonce l’arrivée de pire encore que celle dont parlent les autorités, en vient à cautionner les salles de shoot. C’est bien que cela déborde pour qu’il opte pour cette solution encore eu profit du big pharma.

        @ frugely,

         » Tant qu’on aura des élus qui mangeront dans la main des pollueurs les lois iront toujours dans le même sens. Y’a plus qu’à faire sans eux. "

        En effet, une responsabilité de conscience impose de se prendre en main même dans ce domaine épineux. Le bouc-émissaire qu’est cette plante rustique pour laquelle les autorités budgétisent un dépistage est aux antipodes du problème. La cocaïne dont se repait l’élite n’a rien de commun avec les différentes poudres blanches que l’on peut fabriquer avec des médicament frelatés chez soi. Mais jamais on n’atteindra les mélanges odieux qui forment l’essentiel du bas de gamme.


      • Madoff Madoff 13 août 2010 11:08

        Excellent complément à l’article.

        Il n’y a qu’à analyser l’augmentation de la production / exportation de l’opium et autres dérivés en afghanistan depuis la présence américaine pour confirmer une corélation ma foix bien malsaine.

        Il est de notoriété publique également que Karzhai est un consommateur régulier d’opium , ce qui n’est pas pour nous rassurer quand à la situation dans ce pays.

        Et l’armée française qui se rend complice de telles manoeuvres à son insu et au notre .
        Voilà qui devrait nous revolter suffisament pour demander à ce que la France retrouve une partie de sa dignité que le Nain 1er nous a enlevé en nous réintegrant à l’OTAN.


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 11:14

        Merci Madoff, je vais de ce pas prendre des actions chez vous...


      • Madoff Madoff 13 août 2010 11:20

        Oh vous savez la mauvaise publicité ...
        L’histoire dira de moi que j’ai usurpé sans différenciation de race et de couleur , un vrai humaniste
        en quelque sorte smiley


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 11:57

        La mauvaise pub est celle qui fait le plus vendre.
        votre pseudo est quand même composé de « mad » et « off »
        ça doit être lourd à porter.

        @liberta,

        ’’ Les vrais trafiquants ne sont pas ceux qu’on veut nous faire croire et il suffit de d’intéresser aux bases aériennes du Kosovo " j’aborde cette question avec al naïveté qui me caractérise : http://www.alterinfo.net/J-ACCUSE_a16021.html


      • liberta 13 août 2010 12:05

        @ lisa sion

        c’est bien ce que je disais - alterinfo s’en fait l’écho et c’est assez incroyable qu’aucune voix médiatique importante ne s’empare du sujet
        Peut être pourrions nous demander à JF Khan ?????????????????


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 12:21

        «  et ne pourrait on pas demander à JF Khan ?... » Sauf s’il a goûté à la matière, puisque le nom de sa dynastie fratrie ou lignée est cité dans l’article « Le Khan peut lui stocker sa marchandise et la vendre dès la prédiction d’une saison sèche. »


      • liberta 13 août 2010 12:31

        @ lisa sion

        la lignée des Khan est représentée par l’Aga Khan qui est au Pakistanais et a un empire financier important et est considéré là bas comme un bienfaiteur du fait de ses nombreuses activités caritatives


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 15:41

        L’Aga Khan, bien connu à Chantilly, grand bienfaiteur des lieux puisqu’il a cédé une part de son terrain pour tracer un contournement vers le centre ville. Ville où se retrouvent les dominants politiques, financiers et mafieux autour du champs de course. A quand une émission télévisée où il serait invité à discuter avec Rockfeller ?


      • easy easy 15 août 2010 21:16

        Je rectifie un peu Liberta

        Le Napalm c’est la bombe incendiaire à base d’essence et de polystyrène inventé à Harvard, interdit mais utilisé quand même par les Français et les Américains sur le Vietnam, n’a pas d’incidence toxique.

        C’est l’agent orange (le Round-up), une dioxine, utilisé concentré comme défoliant militaire par les US et ne tuant d’abord que les plantes qui pollue durablement les sols et eaux et provoque des malformations.


      • easy easy 15 août 2010 21:19

        Je rectifie un peu Liberta

        Le napalm c’est le produit incendiaire à base d’essence et de polystyrène inventé à Harvard. Interdit mais utilisé quand même par les Français et les Américains sur le Vietnam, il n’a pas d’incidence toxicologique notable. 

        C’est l’agent orange (le Round-up), une dioxine, utilisé concentré comme défoliant militaire par les US et ne tuant d’abord que les plantes qui pollue durablement les sols et eaux et provoque des malformations.


      • brieli67 15 août 2010 22:08

        non easy

        l’agent orange n’est pas le Round_Up
        va voir Wiki anglais et allemand
        si si ! ce sera très intéressant : produit vendu par un « futur » président de la RFA

        Corrige tes fiches !!!


      • easy easy 15 août 2010 22:35

        Evidemment que le Roundup n’est pas l’agent orange ( terme un peu raccourci pour désigner plusieurs agents marqués de couleurs diverses en réalité). J’ai cité Roundup afin que notre ami réalise bien la différence entre un défoliant répandu en pluie ou aérosols et une bombe incendiaire.
        (Il n’est pas certain qu’à dose égales, le Roundup ne s’avère pas aussi polluant et dangereux à long terme que l’agent orange)


      • brieli67 16 août 2010 04:09

        désolé on ne fait pas des raccourcis de la sorte !

        cherche et décris-nous le « bon » produit


      • easy easy 16 août 2010 08:02



        Non Brieli, à mes yeux, sur ce topic où aucune formule chimique n’a été citée par quiconque, ça ne sert à rien de décrire plus précisément.

        Distinguer entre un poison contre les plantes et un produit incendiaire suffit sur ce topic où l’on ne se retrouve pas entre chimistes.
         
        (J’ai fait 4 ans de chimie, biologie et biochimie)


        Le raccourci dont je parlais ici c’est sur le terme d’agent orange que vous avez repris sans broncher. Sous cette désignation il y avait en fait une dizaine de produits différents, donc une dizaine de bidons à bande de couleur différente mais c’est la couleur orange qui a été retenue en manière de générique et en raccourci par les soldats pour désigner tous ces bidons.

        Que notre ami Liberta ou ses lecteurs distinguent clairement entre un poison biologique répandu en pluie et une bombe incendiaire me semble amplement suffisant sur ce topic.

        Vous avez vu un bombardement de napalm en vrai ?
        Entendu les cris et senti l’odeur d’une personne brûlée au napalm ?
        Vu l’épandage de l’agent orange en vrai ? 
        Serré le pied d’une personne née sans bras à cause de l’agent orange ?

        Nul n’empêchera l’Occidental d’étaler son psittacisme.


      • brieli67 16 août 2010 08:57

        PSYTTTTTTTTTTTTTTTTTA KOI ?

        une maîtrise ou une licence ? qu’importe !

        je vous demande tout simplement d’ effeuiller le wiki version anglaise et allemand et vous trouverez des réponses.... en suivant les liens. C’est didactique, vous êtes scientifique et vous avez le temps....

        Pour les trémolos « humanistes », à d’autres.
        La scission MdM/Msf je connais.
        De la vieille histoire, n’est-ce pas ?

        nb :Les sources US officielles estiment de 1963 à 1971 le TCDD provenant du 2,4,5 - T est de 160 kg
        ( Seveso 1976 : 1,5kg )


      • easy easy 16 août 2010 09:57

        A Brieli,

        MdM/Msf ... Humanitaire... vous n’y êtes pas. Et c’est précisément ce que je reproche aux Occidentaux psittacistes (qui le sont encore plus depuis le Net et le C/C). Ils récitent ou copie collent mais manquent d’imagination.

        Vous n’avez pas imaginé que j’aie pu vivre en live et en tant qu’ado, la guerre du Vietnam.

        Brieli, vous, comme moi, nous avons envie d’apporter quelque chose aux autres. Nous sommes tous, les garçons surtout, prométhéens. Et chacun d’entre nous cherche à se rendre utile en livrant ce qu’il peut aux autres. Et le fait de rapporter des liens, des C/C fait partie de ce travail prométhéen « Regardez ce que j’ai trouvé les amis ! »

        Franchement, c’est bien de ramener de l’info glanée à G ou à D. Mais il faut réaliser que si 100 % des prométhéens ne faisaient plus que ça de C/C des infos ou docs nous nous retrouverions dans une immense cage de perroquets.

        Il faut livrer autre chose que du rebattu, du fast food. Car ramener du WiKi ou autre c’est ramener du fast food, ya pas un brin de personnalisation ou de réflexion dans ce geste. C’est très analogue au rôle de sentinelle. On dit ce qu’on a vu mais on n’a rien créé.

        Certes il en faut des sentinelles, des concierges et des veilleurs de nuit mais c’est le minimum du prométhéisme.

        Sur ce topic, vous nous avez ramené des brouettées de liens. Merci beaucoup.
        J’aurais préféré découvrir de nouveaux concepts. C’est peut-être parce que j’ai déjà trop lu mais sur ce topic comme sur les centaines d’autres, je n’arrive plus à trouver quoi que ce soit de neuf ou d’original.


      • LE CHAT LE CHAT 13 août 2010 11:08

        ça devient grave si on peut plus récolter des tomates bio sur un terrain arrosé au purin d’orties et de prêles ! non à la prohibition !


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 11:16

          Le Chat,

          je ne sais pas si vous habitez toujours vers Fos sur mer, mais là bas, je vous déconseille de cultiver quoique ce soit.


        • LE CHAT LE CHAT 13 août 2010 11:22

          Et même de respirer certains jours , mais il faut bien bosser .....


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 11:12

          " C’est donc bien une culture traditionnelle qui a été éliminée pour faire plaisir à des intérêts étrangers (même si Dupont de Nemour ça sonne bien français). Vous remarquerez que ce sont les mêmes, parmi ceux que vous citez, qui ont bloqué les crédits de recherche de Tesla qui proposait une énergie à meilleur marché. "

          En effet, si l’on pèse le poids qu’il a fallu pour imposer ces modes, et quand on voit la tournure des évènements, il devient aisé de croire que d’autres solutions, produits, et sources d’énergie locales permettraient d’être autonome chez soi. Il n’est alors pas surprenant de constater, tout comme l’autorité fait taire ceux qui disaient la vérité, elle a aussi kidnappé les inventeurs de concepts gratuits.


          • liberta 13 août 2010 11:19


            juste pour information, la famille Dupont de Nemours, Reynolds, est une Elite émininente de la famille des Illuminatis


          • brieli67 13 août 2010 11:19

            Napoléon et le chanvre 


             

            Autour des redoutables janissaires, toujours des apothicaires

            ça te dit quelque chose........... la cartouche de TROUPES.

            Tes informations et ton questionnement ne sauraient être complets sans se tourner vers l’Armée et la SEITA. Cette dernière pour fuir les foudres de la Justice s’est réfugiée en Espagne.

            Oui ! l’ETAT français « inoculait » du shit dans la ration quotidienne du bleu-bite et du combattant jusqu’en 1984. Depuis quand ? Ce qui est certain : Napoléon sur son trajet de retour d’ Alexandrie a chargé sa barque en Morée/ Péloponnèse... 

            En fait départ précipité de l’Egypte... sous escorte de la flotte anglaise.

            En pratique fallait peut-être garder cette SEITA avec son réseau de buralistes.




            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 12:01

              Merci Brieli pour ces liens à consulter.

              A propos de seita, qui est devenu propriétaire de l’hectare et demi de l’ancien siège social au centre de Strasbourg ?


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 12:32

              extrait : " En 1798, pendant la campagne d’Egypte, Napoléon promulgua un décret qui interdisait aux soldats français de "boire de la liqueur forte fabriquée par les musulmans avec une herbe nommée Hashish, et de fumer les feuilles de Cannabis". Au retour de l’expédition en Europe, l’utilisation du hashish commença à se répandre dans toute la France. Pendant la guerre Franco-Anglaise, avec la défaite définitive de Napoléon à Waterloo en 1815, la France commença à faire pression sur le Tsar Alexandre Ier afin de bloquer les livraisons de chanvre indispensables à la flotte anglaise. En 1810, contraint de vendre la Louisiane aux Etats-Unis pour un prix ridicule (5 cents l’hectare), et à la recherche de financements, Napoléon décida d’intervenir avec les armes face à la Russie hésitante. La flotte américaine en profita tout de suite, en vendant au Tsar du rhum, du sucre, du café, du tabac, en échange de Cannabis, cédé promptement aux anglais. Mais ces derniers trouvèrent un nouvel accord avec Alexandre Ier, qui garantissait les livraisons de chanvre à des coûts plus bas : le congrès des Etats-Unis décida d’entrer en guerre à côté de Napoléon, dans le but de conquérir le Canada. Mais, la désastreuse campagne de Napoléon en Russie libéra aussitôt les Anglais des engagements européens et les tentatives de guerre américaines furent évitées avec succès. Le traité de Ghent (1814) conclut la partie, en garantissant définitivement l’inviolabilité des conflits canadiens d’une part et d’autre part la liberté de commerce pour les navires américains. "

              En effet, comme le fait remarquer cet extrait du lien de Brieli et le com de vraddrak, ce sont bien les pirates de marins qui signent les lois aux terriens que nous sommes.

              La mondialisation est entièrement assise sur les échanges intra planétaires qui ont entièrement besoin du pétrole pour assurer ces transports. Pour ne pas voir cela, il faut être sous tranquillisant ou perfusion. Merci à vous deux de le confirmer.


            • brieli67 13 août 2010 18:28

              Vieille histoire que le tabac en Alsace 

              à lire ce résumé d’une thèse d’un japonais

              Alsace=terres de contrebandiers : le tabac donne des feuilles au bout de 3 mois, on peut déjà espérer à l’automne du vin des grappes de tiges plantées dans le sol en aôut de l’année précédente
              der Strassburger ( le strasbourgeois) l’un était redouté, le plus gros mortier d’Europe tiré par 8 chevaux. A la Réunion en 1681, la ville en avait 7 en réserve et le Roi de France en possédait deux. installés a 8 km de la cathédrale. Connaissant l’engin et la volonté royale de raser Strasbourg ( et qqs bien sonnantes et trébuchantes), la ville a ouvert les portes.
              L’autre Strassburger est un succés commercial d’un Irlandais établi à Strasbourg : il a inventé le Earl Grey des tabacs à chiquer/ à fumer ensuite vers 1730 : il a saucé parfumé l’herbe à Nicot. Les soldats de tous les camps ne juraient que par ce tabac.

              La Manuta : 
              au début et un certain nombre d’annéees elle était ici dans la Chapelle Eglise de ce Monastère un Bien National transformé par l’Etat.
              Un des seuls couvents qui ont survécu la Réforme : les cathos avec l’Evêque Reuss en tête s’opposaient à la destruction et modernisation des locaux contre l’avis accordés par Viollet Le Duc et Mérimée.... 
              La ville a concédé ce terrain pour une Manufacture  « modèle Rolland », dont le prototype fut conçu à Strasbourg entre 1848 et 1851 par l’ingénieur du même nom. Son plan en grille repose sur la combinaison de cinq bâtiments rectangulaires qui limitent deux cours intérieures : la cour d’honneur et la cour du service technique.

              proprio de l’usine  Le groupe Imperial-Tobacco.
              Grosse bataille juridique : comme souvent à Strasbourg. L’hôtel (des salauds de) Klinglin
               
              KLINGLIN François-Joseph

              Prêteur royal à Strasbourg sous Louis XVA

              Baron de Hattstatt, Conseiller d’état, François-Joseph Klinglin est nommé prêteur royal à Strasbourg en 1725 par Louis XV. Protégé par le ministre d’Argenson, par son frère Christophe, président du conseil souverain d’Alsace et par le Maréchal du Bourg, gouverneur militaire de la province, il va pendant plus de 20 ans s’enrichir de manière éhontée sur le dos de la province et particulièrement de Strasbourg.

              Il achète notamment pour un prix dérisoire un terrain place Broglie, fait construire les bâtiments par les ouvriers de la ville, les revend à prix d’or à la ville… et en obtient la location gratuite pour lui et les siens. Il échange le bailliage d’Illkirch, de bon rapport, appartenant à la ville, contre celui plus pauvre de Hoenheim qui lui appartient ; il se spécialise dans les pots-de-vin, dessous de tables, détournements de fonds… Dénoncé par un de ses anciens complices, il est arrêté le 25 février 1752, mis au secret, et meurt en prison juste avant son procès, le 6 février 1753.


              fait office de Hôtel du Préfet loué à l’Etat pour le franc symbolique.


              Impérial_Tobacco ne peut vendre que la pierre, les bâtisses.

              Le sol est à la Ville de Strasbourg. La Seita demandera des comptes à l’Etat pour verser des dédommagement au Groupe Impérial_Tobacco et Strasbourg et ses habitants seront maîtres du projet d’urbanisation.


            • Vladdrak1476 Vladdrak1476 13 août 2010 11:56

              Bonjour Lisa
              A propos du chanvre et de Dupont, j’ai vu dernièrement un reportage sur l’activiste Jack Herrer qui était pour la dépénalisation et la réintroduction dans le commerce de tous les produits à base de chanvre (et Dieu sait qu’ils sont nombreux).
              J’ai halluciné quand j’ai vu un extrait d’un film de l’US Navy qui encourageait les paysans américains à être patriote en cultivant du chanvre ; ben oui entre le carburant, le textile, le papier, la construction, les médocs et même la bouffe, on peut en faire des choses avec le chanvre.
              Je vous mais le lien pour visionner le docu :
              http://www.megavideo.com/?d=PR74Y863


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 15:51

                Bonjour Vladdrak,

                je viens de visionner cette vidéo dont je vous remercie de l’avoir ajoutée à mon article incomplet bien que déjà bien lourd. Elle dit en substance que le chanvre est un éventail de mille produits finis... Ajouté au fait que la prohibition est une entrave artificielle à une concurrence entre produits, nous voilà renseigné sur les objectifs des promoteurs d’un monde entièrement synthétique.
                Merci pour cette perle qui se referme dans mon huitre.


              • Daniel Roux Daniel Roux 13 août 2010 13:53

                Mon long commentaire ne portera que sur la drogue.

                Il ne serait pas sérieux d’en parler sans d’abord évoquer ses ravages.

                De l’alcool à l’héroïne en passant par le haschich et le LSD, les abus d’usage ont provoqué des millions de morts et des millions de victimes de déchéance sociale.

                Pour certaines drogues, il ne s’agit que d’une question de dosage, un gâteau pimenté au hash n’a jamais fait de mal à personne à condition de ne pas prendre le volant ou d’entreprendre l’escalade de la tour Eiffel. Par contre, vivre le joint de marijane au bec, vous mènera doucement mais surement sur la pente de la déchéance psychique et physique.

                Par contre, une seule prise d’héroïne ou de crack peut vous conduire en enfer. La dépendance est pratiquement immédiate et peu s’en sorte sans aide et sans dégâts. Les personnes sous dépendance de ces drogues sont capables de tout pour se procurer leur drogue : vol, meurtre, prostitution. Il s’agit clairement d’un poison pour les utilisateurs et pour la société.

                L’Homme a besoin de se droguer et il le fera de toute façon, pour oublier sa finitude ou son chef de bureau, pour se distraire ou juste parce que le copain le fait. Faute de mieux, en France, il utilise en excès l’alcool : apéritifs, pousse-café, vin de table.. C’est facile de s’en procurer et c’est légal. Et même, si ce n’était pas légal, c’est facile à fabriquer pour pas cher et à stocker.

                Hélas, l’alcool n’est pas inoffensif. Il provoque la dépendance et conduit à l’alcoolisme avec son cortège de conséquences sociales en cascades jusqu’à atteindre les conjoints et les enfants. De plus, il a des effets secondaires importants, la dépendance, les cancers, les maladies cardio-vasculaires, des troubles du comportements incompatibles avec la conduite automobile notamment. Des dizaines de milliers de mort chaque année, sont dû directement à l’alcool.

                La liberté d’user et même d’abuser de drogues douce ou dure peut elle être revendiquée comme la liberté d’expression ou la liberté d’entreprendre ? Doit-on protéger les personnes contre elles-mêmes ou doit-on leur laisser leur libre-arbitre ?

                Certains prônent la répression totale comme les hommes politiques français bouffis de leur supériorité de classe et toujours prompts à imposer une morale moyenâgeuse au peuple, alors qu’eux mêmes s’exemptent de toutes règles et bafouent les valeurs de notre société.

                D’autres, à l’inverse demande la libéralisation totale des drogues, sous l’étendard de la liberté et des droits de l’Homme, arguant que la prohibition enrichit les mafias et les fabriquant d’alcool.

                Pas si simple de ne pas tomber dans ses propres contradictions. Sur ce sujet grave comme sur beaucoup d’autres, il n’y a pas de solution miracle. Ni la répression aveugle, ni la tolérance irresponsable.

                La position obstinée et obscure du pouvoir et les moralisateurs de tout poil n’est pas tenable. Ils ne sont pas crédibles. Ils acceptent tous les risques liés à la consommation d’alcool, mais continuent obstinément d’interdire les drogues aux effets parfois moins nocifs surtout si leurs qualités est surveillée. Du coup, la lutte contre la drogue, mal comprise, est inefficace car impopulaire.

                C’est ce que n’acceptent plus les citoyens qui s’intéressent à ce problème. Ils veulent mettre fin à une prohibition fondée plus sur l’hypocrisie et la protection d’intérêts privés que sur les risques réels. Le cannabis (et ses déclinaisons) est la plus connue des drogues et probablement la plus efficace en terme d’effet/coût sociaux surtout si la qualité est sous contrôle. Cela n’empêchera pas les campagnes d’information sur les abus ou sur les modes de consommation. Rappelons le ici, fumer de l’herbe, c’est comme fumer du tabac, cela tue.

                Le premier avantage d’une réforme sur le cannabis sera que l’ Etat retrouvera une crédibilité sur le sujet, qu’il pourra mener des campagnes d’information sur les dangers réels des drogues, y compris sur l’alcool et le cannabis.

                Plus crédible, il pourra mener une guerre féroce et sans compromis contre les particuliers et les organisations procurant des drogues entraînant la dépendance ou portant atteinte à l’intégrité physique et psychique. Il ne devrait même pas tolérer la possession pour usage personnel de ces produits dangereux pour les personnes et pour la société.

                Qu’en pense le PS ?


                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 15:03

                  Long commentaire ayant mérité de devenir article, Daniel,

                  L’avantage là dessus du PS est que la plupart de ses animateurs ont goûté au cannabis en 68 et après. Leur dernière chance de retourner au pouvoir repose sur une campagne en faveur de la légalisation, comme elle se réveille en Californie après une répression des plus dures.

                  Peut-être Patrice Pelloux qui fréquente le Fouquette’s saura alerter les gouvernants sur la gravité et l’urgence dans ce domaine.

                  " De l’alcool à l’héroïne en passant par le haschich et le LSD, les abus d’usage ont provoqué des millions de morts et des millions de victimes de déchéance sociale. « Dans ce domaine aussi, le manque de réflexion sur les causes et le tout répressif n’y peuvent rien quant à la progression continuelle de cette déchéance sociale.

                   » La liberté d’user et même d’abuser de drogues douce ou dure peut elle être revendiquée comme la liberté d’expression ou la liberté d’entreprendre ? Doit-on protéger les personnes contre elles-mêmes ou doit-on leur laisser leur libre-arbitre ? « Le libre arbitre ne peut pas être inscrite dans les cartons d’un gouvernement qui s’est auto signé une constitution rejetée par les français. La drogue n’étant pas le produit mais l’usage, le dosage, c’est bien le libre arbitre qui permet de gérer les doses et responsabilise l’utilisateur. La dépendance et l’abonnement dictés par les impératifs économiques favorisent le trafic et les consommations diverses.

                   » C’est ce que n’acceptent plus les citoyens qui s’intéressent à ce problème. Ils veulent mettre fin à une prohibition fondée plus sur l’hypocrisie et la protection d’intérêts privés que sur les risques réels " d’autant plus qu’on peut déduire le rapport entre l’entrée à l’Otan et la résurgence des produits plus dangereux encore que l’herbe ancestrale. Le canal militaire, diplomatique, et aviation civile sont les principaux constituant des trafics mondiaux. Il semblerait qu’il n’y ait plus que la tête de l’État qui ne le sache pas.

                  Merci pour votre intervention.


                • slipenfer 13 août 2010 16:04

                  @ Daniel Roux
                  merci pour ce post de prévention
                  je précise une ou 2 choses
                  il n ’y a pas de dose létal (mortel) pour l’homme après 250 micro/gramme l ’effet est le même qu’900 et +
                  peu-être qu’en en buvant 1 litre la sais pas.
                  Les décès au LSD sont du a de mauvais trip,défenestration etc..
                  Le LSD est un psychotrope très puissant et peu par contre
                  vous envoyez en psychiatrie si votre personnalité vous y prédispose(border line ou trop jeune)
                  Dans tout les cas le mieux c’est d’utilisé se produit avec des érudits, dans un cadre de recherche
                  sur la psyché humaine.

                  Dans les années 50 à 60, le LSD fit l’objet d’un petit nombre d’expérimentations, sur l’animal et sur l’homme. L’expérimentation animale n’apporta pas grand chose, seules quelques rares espèces comme des araignées et les poissons combattant présentant des altérations notables du comportement sous LSD. La dose létale 50 (dose qui provoque le décès de 50 % des animaux testés) se révéla très variable selon les espèces mais toujours au moins des centaines de fois plus élevée que la dose active chez l’homme. Aucun décès par surdose n’a d’ailleurs été observé chez l’homme. Lien
                  lire les livres de stanislav groff
                  Stanislav Grof commence ses recherches sur les drogues psychédéliques, surtout le L.S.D

                  Si par hasard vous absorbez de l ’héroine ,ne paniqué, on est pas accroc a la première
                  fois,mais c ’est vite fait si on insiste, le crack c’est plus rapide encore, c’est 2 drogues
                  sont très destructive.
                  Pour l ’extasié, Mdma attention aussi en particulier a la déshydratation,des patrons salopards
                  en boite de nuit coupe l ’eau froide dans les toilettes (un crime) pour obliger
                  les expérimentateurs à payer au bar.
                  L’opium était utilisé en chine par les vieillards soufrant de maladie chronique douloureuse,
                  les jeunes des villages était sérieusement remis dans le droit chemin quant-il touchaient
                  aus médoc a papy  smiley
                  Prenez des renseignements avant de vous lancez dans ces aventures.


                • easy easy 16 août 2010 08:24

                  A Daniel,

                  Je trouve ce commentaire raisonnable.

                  Mais je trouve aussi qu’ il comporte des bétonnages abusifs ou excessifs donc contre productifs, dont celui-ci en particulier «  »«  »«  »Certains prônent la répression totale comme les hommes politiques français bouffis de leur supériorité de classe et toujours prompts à imposer une morale moyenâgeuse au peuple, alors qu’eux mêmes s’exemptent de toutes règles et bafouent les valeurs de notre société«  »«  »«  »







                • sisyphe sisyphe 13 août 2010 13:55

                  Bon article (quoi qu’un peu confus), qui fait bien la part entre : 


                  - les drogues légales (parce que largement rentables pour les multinationales de l’empoisonnement), voire imposées, contre le gré des consommateurs (OGM, engrais et désherbants chimiques, farines animales ; j’en passe, et des pires) 

                  - et l’interdiction totalement absurde faite aux autres qui, comme lors du temps de la prohibition (justement évoquée), engendre un monstrueux trafic plus ou moins souterrain, favorise les « marchés » parallèles, et fait le jeu de toutes les mafias, quand la légalisation en favoriserait le contrôle, et permettrait d’éradiquer toute une économie parallèle, et de mieux soigner les toxicos..

                  A cet égard, on notera l’actuelle controverse sur les « salles de shoot »  ; où, pour une fois, Bachelot avait pris une position lucide et intelligente, avant d’être démentie par la premier ministre. 
                  Du coup, les toxicos vont continuer à se shooter n’importe où, n’importe comment, avec n’importe quoi, sans contrôle, et faire le jeu des barons de la drogue, bien planqués dans les paradis fiscaux...

                  Largement aussi con que la prohibition ; décidément, les dirigeants sont vraiment au sommet de ceux à qui la vie n’apprend rien... 

                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 août 2010 15:17

                    Bonjour Sisyphe, article confus parce que tentaculaire.

                    Vous dites : « A cet égard, on notera l’actuelle controverse sur les salles de shoot  » Je trouve très surprenant que soit d’actualité ce sujet alors que dans ce domaine, un autre est bien plus souvent cité, voire même culpabilisé. Je pense qu’en apportant débat et voix législative sur la légalisation, l’on verrait diminuer l’essor de certaines drogues dure imposant la controverse du jour. Celle ci n’intervient uniquement que pour remédier à une nouvelle forme bien plus dangereuse, le shoot, et en parler et le mettre à la une, est prendre encore un gros risque de prendre les gants d’un pire danger. Ce serait irresponsable que de conseiller aux ministres concernés de se shooter une seule fois pour savoir de quoi ils parlent, puisqu’ils connaitraient ainsi les dimensions du flash dont on ne revient jamais indemne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès