Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pour l’OCDE, les professeurs ne sont pas assez payés en (...)

Pour l’OCDE, les professeurs ne sont pas assez payés en France

Alors que les néolibéraux ont le vent en poupe, sur la dette, les déficits, la compétitivité, la dérèglementation généralisée (d’où l’attaque contre certaines professions), il n’est pas inutile de rappeler que même l’OCDE pense que nos professeurs ne sont pas assez payés

Des professeurs payés au lance pierre
 
En outre, l’OCDE n’est pas une organisation particulièrement favorable aux fonctionnaires, donc son constat est d’autant plus intéressant. Le niveau de salaires des professeurs en France, quel que soit le niveau, ressort sous la moyenne de l’organisation : 17% inférieur à la moyenne pour les professeurs des écoles, 3% pour les professeurs de collèges et 2% pour les professeurs de lycée. Mais surtout, la moyenne de l’OCDE est trompeuse car elle recouvre des pays au niveau de développement et de richesse assez différent. Aussi, il est plus intéressant de comparer le niveau de rémunération des professeurs en France avec celui de leurs homologues en Allemagne ou en Grande-Bretagne.
 
Et là, les résultats sont stupéfiants. Quand un professeur du primaire gagne 31 163 euros en moyenne tout compris, son collègue britannique ressort à 38 654 euros et son collègue allemand, à 52 417 euros, doit plus de 60% de plus ! De même, au collège, les rémunérations passent à 37 130, 42 576 et 57 647 euros respectivement. L’écart persiste au lycée, même s’il continue à légèrement se réduire, avec 40 675, 42 576 et 62 793 euros respectivement. Si on peut argumenter que l’Allemagne profite d’une plus faible démographie pour mieux rémunérer un nombre de professeurs moins important proportionnellement, cet argument ne tient pas pour la Grande-Bretagne.
 
L’abandon de l’éducation nationale

Ce constat, qui n’est pas nouveau, et que j’avais déjà développé sur le blog, n’est pas vraiment surprenant. Tant de signes nous indiquent aujourd’hui que les professeurs ne sont pas bien traités en France. Toutes les études sur l’éducation démontrent que le premier facteur de qualité de l’enseignement et de l’apprentissage des enfants est la qualité des enseignants. Or cette qualité dépend bien évidemment du statut de la fonction dans la société. Et il est évident aujourd’hui que ce statut a bien perdu de son lustre, ce qui se constate chaque année avec le manque de candidats au CAPES, qui impose d’admettre des candidats dont le niveau aurait été jugé insuffisant il y a quelques années.

En fait, l’Etat, gauche comme droite, a abandonné les professeurs et les élèves en faisant le choix d’une politique économique de laisser faire et de laisser passer suicidaire pour un pays comme le nôtre et qui restreint les moyens de l’éducation nationale. Résultat, les professeurs ne peuvent pas exercer leur métier dans de bonnes conditions, ils ne sont pas bien payés et du coup, leur statut en prend un coût. Mais ce faisant, c’est toute la jeunesse qui se retrouve abandonnée à son triste sort. Pour cette raison, je suis fier d’avoir contribué à construire un programme présidentiel, qui, en 2012, donnait les moyens de changer cela, avec 5,7 milliards d’euros de crédit en plus en 5 ans.
 
Bien sûr, les grincheux néolibéraux trouveront toujours des arguments pour attaquer les professeurs. Mais aujourd’hui, comme le montre cette étude, comme bien d’autres, c’est qu’ils manquent surtout de considération, y compris financière, pour faire leur métier, qui est si important.

Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • mac 20 septembre 2014 15:45

    Il faut revoir l’ensemble de la grille salariale de la fonction publique et découpler certaines professions pour lesquelles il est difficile de recruter car dans l’état actuel des choses, augmenter les enseignants en revalorisant le point d’indice oblige à augmenter les presque 6 millions de fonctionnaires en même temps.

    Il est un fait qu’en n’augmentant pas certains enseignants comme ceux de maths dont certains peuvent assez facilement être reconvertis en informaticiens, par exemple, on risque de se retrouver sans enseignants devant nos enfants ou avec les pires tocards...
    Un prof des années 80 commençait à 2 fois le smic, avait des élèves relativement dociles et prenait sa retraite avant 60 ans alors qu’un débutant d’aujourd’hui commence à peine au smic, enseigne parfois à des sauvageons que leurs parents ne maîtrisent plus et aura peut-être à peine le minimum vieillesse à 70 ans.
    Il ne faut tout de même pas espérer attirer les meilleurs dans ces conditions...




    • bakerstreet bakerstreet 20 septembre 2014 16:22

      Vos statistiques ne s’intéressent qu’à un corps de fonctionnaire : Si vous faisiez les autres vous vous apercevriez qu’il en est de même, en termes de comparaisons ( les infirmiers en France par exemple sont payés bien moins qu’en Italie ou en Angleterre...


      Je ne parle que de la boutique que je connais, mais à mon avis, la fonction publique, hors l’oligarchie la plus élevée est concernée ( et ceux là n’ont pas à se plaindre de la comparaison)....

      N’oublions pas aussi que 80 % des fonctionnaires en France révèlent de la catégorie C, alors que les profs sont de la catégorie A...)
      Vous ne savez visiblement pas grand chose des difficultés d’autres professions, et faites l’impasse sur les avantages liées à la votre : Dans le secteur de la santé, les primes qui font souvent le tiers du salaire, ne sont pas comptés pour la retraite, par exemple, ce qui aboutit pour une carrière pleine, à partir avec la moitié du revenu....

      On voudrait bien vous voir vous insurger ainsi hors esprit corporatif. 
      Dire que les professeurs sont mal traités en France relève d’une conviction carrément religieuse, en rupture avec la réalité, ces cinq millions de chômeurs, diplômés ou non. 

      Que les salaires soient plus élevés dans l’Europe du nord n’est pas vraiment un scoop....
      Là n’est pas l’essentiel. La France possède en dépit de ses devises égalitaires, une tradition d’inégalité et de distorsions salariales, parmi les plus fortes d’Europe, si ce n’est pas la pire.


      La crise du recrutement....Hum hum : 

      On voudrait bien vous voir être exhaustif et ne pas cacher la vraie raison. A l’heure où pas mal de jeunes émargent à plus grand mal à 1000 euros par mois, plus d’un serait attiré par l’éducation nationale, si le concours d’entrée n’était pas fait pour les décourager...Là où le concours d’instit pour entrer à l’école normale, se faisait il n’y pas si longtemps au niveau du bac( ou les stagiaires étaient rémunérés 1 smig) il faut maintenant le master pour s’inscrire au concours.....Idem pour la majorité des profs en service qui étaient recrutés au niveau License.....

      Pas besoin d’être grand clerc pour savoir cette belle vérité : Le nombres de candidat au portique va forcément diminuer, et aboutir à une moindre excellence de recrutement. Tartuferie lié au travail au corps des syndicats, pour se voir plus beau, et méritant en ce miroir déformant. 

      Je sais que les pays du nord, ont un recrutement qui se fait en gros sur les bases de notre ancien système. 

      Au vue des résultats, ils ne s’en portent pas plus mal.

      Alors, en exigeant encore plus de moyens, sans s’interroger sur la cohérence, on peut ne faire que le parallèle avec les errements de notre vieille armée, avec là aussi les résultats qu’on sait.

      • mac 20 septembre 2014 16:52

        @Bakerstreet

        Le métier d’enseignant a tellement d’avantages que plus grand monde ne veut le faire !
        Contrairement à quelques années auparavant, presque plus aucun enfant d’enseignant ne souhaite embrasser la profession (quand on en sera à ce point pour les notaires et les pharmaciens, c’est que leur statut aura pris un sacré coup !) 
        Un pays où des gens comme vous trouvent normal de payer un prof au smic (ce qui ne permet même pas de se loger dans autre chose qu’un gourbi en région parisienne) sous prétexte que la plupart des jeunes gagnent maintenant moins que le smic voit ses jeunes les plus compétents se barrer à l’étranger. Et c’est bien ce qui se passe...



        • mmbbb 20 septembre 2014 18:25

          Et alors d’autres professionnels bossent comme des dingues Ma compagne est en profession liberale nous avons pris qu’une semaine de vacance cette annee Personne n’est venu frappée a notre porte pour nous plaindre Faites un autre metier l’education nationale est le premier poste budgetaire les impots sont deja a un niveau jamais atteint Il y a un probleme dans ce pays 


        • mac 20 septembre 2014 19:31

          @mmbbb

          Dans beaucoup de pays l’éducation est le premier poste budgétaire ramené au PIB, la seule différence chez nous c’est que le système est plus centralisé et essentiellement public donc les sommes paraissent plus importantes pour les gens qui ne réfléchissent pas plus que le bout de leur nez.
          Vous parlez de profession libérale, précisez laquelle... Mon dentiste ne travaille que trois jours par semaine parce qu’il a largement assez pour vivre très décemment comme cela. Maintenant si son grand objectif dans la vie était de se payer une porsche neuve tous les ans, il ne prendrait peut-être pas de vacances...
          Enfin votre diatribe ne change rien aux faits qui sont têtus : on trouve visiblement encore assez de gens pour faire notaire et , semble-t-il, plus assez pour faire prof de maths...





        • bakerstreet bakerstreet 20 septembre 2014 23:24

          Mac


          Vous savez très bien que la grille indiciaire des profs est loin de commencer au smic ; elle commence au bas de l’échelle à 1400 euros net à peu près et atteint 1800 euros un peu plus de deux plus tard, pour atteindre 2600-2700 en fin de carrière ( pour les profs certifiés de classe normale : ( bon il suffit de regarder la grille, consultable en ligne)

          La progression est donc assez rapide, par rapport par exemple à un infirmier, qui débutant sensiblement au même tarif, n’aura gagné que 100 euros trois ans plus tard, et ne suit pas la même progression..

          Il faut tout de même savoir que la salaire médian dans ce pays est de 1700 euros. Si la moitié de la population gagne plus que cette somme, les smicards représentent près de 20 % de la population. Les 10 % de chômeurs n’étant pas comptabilisés, voilà déjà sensiblement 30 % de la population pas franchement favorisée, et c’est un minimum et un euphémisme.
          Le ton misérabilisme, qu’il est de bon ton que certains emprunte, me semble donc quelque peu déconnectée de la réalité du pays, pas franchement terrible.

          Quant à la désaffection relative, vous n’avez pas lui semble t’il mes arguments, qui ne sont d’ailleurs pas un avis personnel, mais bien une évidence martelée par beaucoup : Le jour où vous exigerez bac + 5 pour faire commencer des études de couvreur, vous ne trouverez plus grand monde pour réparer vos ardoises...Un métier qui a de la hauteur, certes, mais qui est quelque peu dangereux, et dévalorisée ( c’est bien leur faute, ils n’ont qu’à avoir un syndicat et un lobbying puissant)....

          Il faut que bon bec soit bien instruit me direz vous....ouai...Bon, les résultats d’ensemble n’amènent pas franchement un satisfecit à cette nouvelle conception franco française qui se renforce de plus en plus, jusqu’à atteindre des effets comiques : On exige d’une enseignante prenant en charge des gamins de maternelle un master, en géo ou en maths, alors que ces connaissances en psychologie infantile sont absentes.

          Je n’ai rien contre les profs, qui font comme d’autres une métier difficile, et beau, sans aucun doute. 
          Seulement la mauvaise foi de certains est tellement révoltante, en n’indiquant que les chiffres et les impressions qui l’arrangent, que je réagis, comme je réagis devant n’importe quel raccourci corporatisme et enfumage, présent dans tous les domaines, dans le domaine de l’agriculture par exemple, un lieu où là aussi les ministres ont l’obligation de manier la langue de bois, et de soigner leur jeu de jambes..... 

          On peut faire partie d’un corps de métier, sans être sur la défensive à la moindre remarque venue d’ailleurs, et prendre cela pour de la provocation. 

          N’allez pas cherchez ailleurs parfois l’origine de cette impression d’être mal compris, ostracisé : Certains regrettent cette France des images d’Épinal où l’instit était une personnalité respectée, redoutée même, en tout cas rarement contredite...Les professionnels ont maintenant, dans l’éducation comme la santé, affaire à des gens emmerdants, qui ne se tiennent pas au garde à vous, pour le meilleur et c’est vrai parfois pour le pire. 


        • mac 21 septembre 2014 11:23
          @Bakerstreet
          Dans les années 80, un prof certifié commençait à 2 fois le smic contre 1,2 aujourd’hui. On peut donc dire que la profession se smicardise petit à petit d’autant plus que le salaire des jeunes enseignants à été revalorisé de plusieurs centaines d’euros il y a quelques années pour ne pas finir en dessous du smic . Celui des gens à mi carrière n’a pas bougé, ce qui fait qu’on observe un nivellement des salaires qui ne suivent même plus la hausse des prix réelle (vous savez celle qui tient compte des coûts du logement et de l’énergie pas celle qu’on nous balance au JT !) en incluant les revalorisations d’échelons.
          Je me souviens de mon prof d’EPS qui roulait en BMW série 5 dans les années 80 suscitant une certaine envie chez les élèves de terminale. Il est possible que de voir arriver un prof mal habillé, avec une Twingo vieille de 10 ans, se logeant dans un 12 m2 et n’ayant éventuellement plus les moyens de se soigner les dents puisse questionner les élèves sur l’intérêt de faire des études...

          Mais les profs c’est peut-être comme les curés, ils ne devraient pas parler d’argent ?
          Ceci étant peut-être réservé aux banquiers, aux notaires, aux experts comptables, aux avocats ou autres ?

          Franchement, dans certaines disciplines comme les maths ou l’informatique on peut comprendre que certains se refusent à aller négocier leur bac plus 5 pour des salaires aussi faibles alors qu’ils peuvent aller vendre leurs services dans des boites en Suisse, au Canada ou à Hong-Kong pour beaucoup plus.
          J’ai toujours un peu de mal avec la rengaine de certains commentateurs vis à vis des enseignants. On y sent comme des comptes à régler, un syndrome freudien mal assimilé peut-être...
          En tout cas dans bon nombre de pays, quand un enseignant parle de sa profession, cela ne provoque pas l’animosité qui règne dans ce pays, bien au contraire. Un signe peut-être de plus de son déclin irréversible ?







        • bakerstreet bakerstreet 21 septembre 2014 17:20

          Mac


          Gardez donc vos symboles freudiens pour vous, et les troupeaux de BMW seront bien gardés...

          Je ne me garderais pas de vous parler de la représentation phallique et autoritaire de ce genre de caisse, et de la fascination qu’elle représente autant dans les banlieues, que chez certains. 

          Si grande que certains smicards, d’ailleurs n’hésitent pas à s’endetter pour s’acheter un vieux modèle dont le kilométrage laissera derrière lui un nuage de particules, propres à dégoutter un motard lui faisant la chasse.....

          Petite digression, représentative de certaines valeurs. 
          Donc, le flouze, les pépètes, l’oseille....
          C’est fou ce que l’argot des banlieues, compense en valeur sémantique, au niveau de la sémantique le veau d’or, celui auquel vous serez jugé auprès des imbéciles.

          Vos arguments sont de vieux clichés propres à endormir une classe de rhétorique. 

          Le chantage à la valise ? Beaucoup dans l’histoire l’ont exercé, des aristos au bourgeois effrayés par le front populaire, l’arrivée des communistes après la guerre, mai 68, et j’en passe. Et bien qu’ils s’en aillent donc. ....
          Sauf que ce n’est pas si facile, de s’offrir au plus offrant, comme un produit boursier.
           La déprime et le blues de pays n’atteindront pas les plus forts. 
          Voilà ce que c’’est, de définir des priorités, et de devoir les assumer. 

          Vous tentez d’ailleurs d’envenimer le débat, en caricaturant les avis nuancés ou divergeant, qui refusent d’approuver une vision caricaturée, et tronquée du problème, dont on pourrait parler pendant des heures.....Ne vous étonnez pas que l’éducation et ses problèmes soient au cœur du débat, parce que, en crise. Vous devriez au contraire vous féliciter que les gens, parents ou citoyens engagés ne soient pas un troupeau de moutons bêlants....
           :
           Pour mon compte je n’ai absolument rien contre personne, que ce soit contre les profs les paysans, ou tout autre corps de métier. 
          Ce que je reproche à cet article, c’est qu’il est simplement corporatiste, qu’il se féliciterait d’une augmentation pour sa pomme, en ignorant superbement les autres, sans doute bien moins méritant. Vous feriez un autre job, que vous en seriez autant affecté. 
          « Après moi, l’enfer.... »

          Pour qu’il soit pertinent, il aurait fallu que ces belles statistiques tiennent comparaison du salaire moyen des pays concernés, la moindre des choses pour comparer. 
          En Allemagne, en Hollande où j’ai travaillé, ou en Angleterre, autant qu’en suisse bien sûr et dans les pays scandinaves, les salaires sont incomparablement plus élevés qu’en France ; même si vous jugez avoir un salaire misérable, il est simplement à l’encan des pratiques salariales des autres disciplines

          Mais libre à vous, il est vrai, de vous faire yankee, australien ou Persan, ou qatari ! 
          Là bas, ils sont généreux comme crésus, sauf pour les bonnes pakistanaises. Surement vous pourrez vous éclaté en BM, comme dans un publicité pour teenager, et être payé selon votre immense mérite. 
          Mais j’ai oui dire et expérimenté que notre bon vieux pays, à des richesses et des situations de rentes qui entrent davantage dans l’indice du bonheur, que du PIB...

          Je vous rejoindrais si vous définissiez une ligne politique digne de ce nom, produisant des excédents, en vue d’une redistribution. 
          Le métier que vous faites est pour moi secondaire, la critique se jouant sur la logique du discours partisan, et cultivant la persécution.

        • mac 21 septembre 2014 19:43

          @bakerstreet

          J’ai pris l’exemple de la BMW que je ne porte pas spécialement dans mon coeur mais j’aurais tout aussi bien pu prendre un exemple culinaire où l’on passerait du plateau de langoustines à la lasagne garnie par Spanghéro ou même à la pâtée pour chien. Mais peut-être n’appréciez-vous pas non plus la gastronomie ?
          Un prof gagnerait deux fois plus en Allemagne et à ma connaissance le salaire médian y est comparable à 10% près, donc cet argument ne tient pas.
          Vous parlez de corporatisme mais c’est un mal français dont on se passerait bien où ceux qui crient le plus fort ou peuvent nuire le plus obtiennent en premier satisfaction. Il s’avère que depuis une dizaine d’années, les grèves des profs passent assez inaperçues et donc n’obtiennent pas satisfaction. En outre beaucoup de profs (dont une partie substantielle vote à droite contrairement aux idées reçues) ne se sentent pas représentés par les dirigeants du FSU et autres syndicats médiatisés.
          Il n’y a pas de chantage à la valise, beaucoup de jeunes diplômés se barrent à l’étranger ou partent y faire des études sans revenir, c’est un fait tout comme le manque d’engouement annoncé pour la fonction de prof de maths. Le bonheur de vivre à la française commence à relever du mythe, notre IDH qui était le premier il y a une quinzaine d’années est maintenant à la traîne et les travailleurs détachés polonais ou les bonnes pakistanaises non déclarées ne sont pas forcément plus cher payés à Neuilly qu’à Beverly.
          Je ne cherche pas à faire pleurer sur ce métier mais force est de constater qu’il est de moins moins valorisé et bien payé d’où, sans doute, une certaine crise de recrutement, point barre...





          *




        • lemouton lemouton 20 septembre 2014 19:08

           pour mmbbb


          d’autres professionnels bossent comme des dingues —> exact et.. ?

          Ma compagne est en profession liberale nous avons pris qu’une semaine de vacance —> oui et pour combien de revenus ?

          l’education nationale est le premier poste budgetaire smiley  —> oui exact et.. ?

          les impots sont deja a un niveau jamais atteint Il y a un probleme dans ce pays —> oui exact et justement demandez vous quel est le deuxième poste du budget de la France, celui qui avale le total de l’impot sur le revenu..

          Vous commencerez à avoir le début de réponse au marasme actuel..

          Je vous laisse chercher smiley

          • mac 20 septembre 2014 19:38

            @Le mouton

            Il ne va tarder à devenir le premier poste budgétaire du pays au rythme où vont les choses mais ça rapporte aux rentiers et aux usuriers qui ne peuvent être des fainéants puisqu’ils ont de l’argent (postulat de base du système capitaliste).


            • Arnes Arnes 21 septembre 2014 09:47

              Le salaire des enseignants est faible, mais le budget de l’éducation nationale est dans les plus élevé d’Europe. La raison est que pour nourrir le mammouth, une armée de non enseignants s’active à pousser des papiers inutilement : statistiques obsolètes, organisation de la migration vers le soleil des enseignants qualifiés, élaboration de notes de service illisibles, examens nationaux coûteux et inutiles, ...

              Par ailleurs, l’OCDE constate que le système va dans le mur avec un taux d’échec qui progresse régulièrement.

              Il est donc urgent de changer le logiciel : mieux rémunérer les bons enseignants certes, mais décentraliser le système en améliorant la formation pratique, le recrutement et le suivi des enseignements.
              Un bon exemple pourrait être l’école privée où le chef d’établissement recrute et suit ses enseignants.

              • ghjuvanpaulu 21 septembre 2014 09:57

                 ET DANS QUELLES CONDITIONS  : Sans parler des conditions de travail : Quel employé accepterait de travailler en juin ou en septembre dans une salle où sont présents 25 à 30 élèves + l’enseignant sans climatisation ? Dans les bureaux où sont présents un employé ou une secrétaire (quelque soit l’administration) la clim ne fait pas défaut... cherchez l’erreur !

                Ouvrez la porte ou la fenêtre nos dit-on ! Pour entendre les cris des enfants qui font EPS dans la cour ? ou les hurlements d’un collègue qui a du mal à faire cours avec la 3° techno ?

                • Alren Alren 21 septembre 2014 17:09

                  Je trouve que les profs sont trop payés, mais pour mes enfants (mes petits enfants), je veux, j’exige des enseignants parfaits, surmotivés, très brillants intellectuellement (mais qui ne font pas grève !), en face de qui j’aurai toujours raison étant plus compétent(e) que lui en matière d’éducation et au final prêts à sacrifier leurs vies pour mes chéris.

                  Si mon fils réussit c’est qu’il est intelligent. S’il échoue c’est la faute des profs.

                  Allez, avec le chômage de masse, on trouvera bien toujours des poires pour faire ce métier, leurrés par la noblesse et l’importance sociale de leur mission !


                  • diverna diverna 22 septembre 2014 12:54

                    Article qui soulève de bonnes questions mais manque peut être un peu de contenu. Il y a eu de bonnes réactions (le niveau des commentaires sur Agoravox monte !) sur les comparaisons avec d’autres fonctionnaires comme les infirmiers.
                    Je voudrais revenir sur 2 points : que comparez-vous exactement ? Les salaires net en France sont impactés des prestations sociales, tout le monde le sait. Qu’en est-il en Allemagne ? Si les mêmes professeurs doivent ensuite se payer une mutuelles pour leurs soins, ça change TOUT mais la réflexion induite par votre article reste : la France, au bord du gouffre mesure le coût exhorbitant de la secu, avec ses 17 milliard d’euros de fraude estimée.
                    En général je me fiche de savoir si mon commentaire est suivi mais sur la question du salaire net ou brute je demande un éclaircissement.
                    Le second point c’est la question du nombre d’heures demandées. je crois savoir que les prof en Allemagne font davantage d’heures de cours, le distingo entre Agrégés et CAPES n’existe pas bien entendu etc.... Là encore : les enseignants sont-ils prêts à de tels changements ???


                    • bakerstreet bakerstreet 22 septembre 2014 23:10

                      Diverna


                      Je vous suis tout à fait dans votre raisonnement ;

                      J’ai entendu il y a quelques temps, à l’heure de la matinale de france inter un intervenant danois.

                       Ce type avait un salaire de 6000 euros par mois, mais pas loin du tiers de cette somme disparaissait en impôt. 

                      Quand au reste, il ne se sentait pas pour autant exploité, ni pompé : L’état providence danois fonctionnait à ce prix......
                      Bon, il s’estimait heureux de pouvoir s’acheter une Renault neuve....
                      « Quoi, une Renault.... »
                      J’ai trouvé assez attristant la réaction de quasi horreur et d’incompréhension du plateau des journalistes......

                      Faut il habiter l’Europe du nord, et s’acheter une de nos voitures ( dont pour ma part, je n’ai d’ailleurs jamais eu à me plaindre, ma vaillante kangoo depuis 10 ans ne m’a occasionné aucun problème....) ?

                      Petite précision, il s’agissait d’une clio achetée tout de même plus de 20 000 euros.....Les taxes là bas faisant presque tripler l’achat neuf d’une voiture....

                      Alors évidemment si l’on s’égare, on ne se barre pas tant que ça...
                      Le salaire sur la table, est sujet à bien des variantes dans chaque pays, au niveau de sa disposition monétaire. 
                      Les comparaisons du tableau de l’article, se voulant table de lois, sont tous à fait limitées !

                      Mais c’est vrai qu’elles se suffisent à elles mêmes, ne correspondant qu’à une représentation partisane, et non à un sujet de réflexion. 

                    • JL JL 23 septembre 2014 08:43

                      L’État providence français fonctionne, je devrais dire fonctionnait très bien. C’est le Medef et les poujadistes qui ont fait comme dit l’adage : si tu veux noyer ton chien, prétend qu’il a la rage.

                      Le Medef pour piller ce qu’il y a de rentable dans les Services publics ; les poujadistes par haine des fonctionnaires qui représentent pour eux la double sinon triple peine : fonctionnaires -> impôts + inspecteurs des fraudes ; en outre, pour un commerçant un client averti n’en vaut plus que la moitié : l’école publique est leur bête noire, puisqu’ils paient pour instruire leurs clients.

                      Et je ne parle pas des employeurs exploiteurs, ceux qui emploient la MO immigrée, de préférence sans papiers. Ce sont ceux-là qui râlent le plus contre l’immigration massive.


                    • bnosec bnosec 22 septembre 2014 14:31

                      La France consacre un pourcentage plus important de son PIB pour l’éducation que l’Allemagne par exemple. Et les profs y sont payés moins cher. Il faut faire des économies ailleurs que sur le salaire des profs. Limiter le nombre d’établissements scolaires par exemple (comme en... Allemagne). Ca limite de ce fait les frais d’entretien et les frais de personnle non enseignants (administration, etc).
                      Après on pourra comparer ce qui est comparable.


                      • bourrico6 22 septembre 2014 15:43

                        Allemagne par ci, Allemagne par la .....Tout le monde ne peut être Allemand, allez vous faire mettre avec votre Allemagne à la con, ou mieux, allez y vivre et foutez nous la paix avec ce pays de pillard.

                        Je sais, c’est vous qui prenez pour les autres.


                      • bnosec bnosec 23 septembre 2014 09:38

                        Quel délicatesse de ton bouricot, votre pseudo vous sied à merveille.

                        Ce n’est pas moi qui compare le système français aux autres systèmes mais l’auteur de l’article.
                        Je remet juste les points de comparaison dans le contexte. Ca ne sert à rien de comparer le salaire des profs de pays différents en laissant de côté tout le système éducatif de chaque pays.

                        Et pour répondre en me mettant au niveau de votre vomi littéraire, j’en ai rien à carrer de l’Allemagne...


                      • bourrico6 22 septembre 2014 15:45

                        Alors, ou sont les Raclure et les Spartachiottes ?
                        Ou sont les simplets d’AV ?

                        Personne pour cracher sur ces fainéants de fonctionnaires gréviste et surpayés qui sont toujours en vacances ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès