Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pour Todd, seule compte l’origine

Pour Todd, seule compte l’origine

Emmanuel Todd fait partie des esprits forts qui ne s’en laissent pas compter par les événements. Ils ne les reçoivent pas tels qu’ils leur parviennent, ils les jugent. Le bien d’un côté, le mal de l’autre, lui du côté du bien.

Emmanuel Todd est géographe-démographe-historien. Il superpose des cartes et lit la permanence des comportements, attitudes et opinions. Vous croyiez que la grande manifestation rassemblant 4 millions de Français contre les tueries de Charlie et de l’Hyper Cacher de Vincennes représentait une adhésion à des valeurs républicaines ? Vous vous trompiez. L’origine des manifestants montre qu’il s’agit d’une hystérie du catholicisme zombie.

Il faut dire qu’il a de bonnes raisons personnelles de faire confiance à l’origine des individus. Emmanuel Todd est fils d’une famille bourgeoise-bohème avant le mot, un grand-père écrivain (Paul Nizan) un père journaliste (Olivier Todd), un grand-cousin anthropologue, (Claude Lévi-Strauss !). Pas de femme de ménage ni de garagiste dans la famille.

La manifestation du 11 janvier aurait, selon Todd, une signification absolument contraire à celle dite et crue par les participants. Elle serait là « pour dire que caricaturer la religion des autres est un droit absolu - et même un devoir ! » Ce serait « une perte de sang-froid, une pure et simple imposture ». Le pauvre Emmanuel en a honte d’être Français. Que faire pour lui ?

E. Todd fait comme beaucoup d’intellectuels, il donne son opinion, appuyée sur son expertise, un peu comme les critiques de cinéma ou de théâtre argumentent leurs ressentis d’une meilleure connaissance du cinéma ou du théâtre que la plupart des gens. Cela ne fait pas de la science.

Il ne parle que des manifestants ; dans les manifestants, il parle surtout de leur origine, laquelle les rend semblables au cours du temps, clones les uns des autres et ne pouvant tenir qu’un seul, permanent et même discours. Tout est là, pour lui. Il ne regarde pas les événements qui ont amené cette manifestation.

Il y a beaucoup d’impossibilités, d’à-peu-près, de faussetés dans ce regard porté de façon hémiplégique sur les manifestants. Il y a peu de faits, surtout des procès d’intention : les manifestants ne seraient pas venus de leur plein gré, ils seraient manipulés. Les faire passer pour ce qu’ils ne sont pas, voilà l’entreprise de Todd. Ils ne savent pas ce qu’ils font. Ils ne se rendent pas compte.

Autre procès d’intention : ils ont défendu le droit au blasphème, et même le devoir de blasphémer, personne n’a défilé parce qu’il y a eu des morts pacifiques, tués par des hommes armés déterminés, à la suite d’autres attaques de ce type à Montauban, Toulouse…

Côté origine clonant sans fin les individus, beaucoup de palinodies : Paris et l'Ile-de-France étaient des bastions du « système égalitaire » dans des travaux antérieurs de Todd et ils ont défilé en masse. Mais pour Todd « Je suis Charlie » vient de la périphérie Alsace, Rhône-Alpes… Lyon, capitale de la Résistance, est dite catholique, cette fois.

« Si on renvoie tout le temps les musulmans à leur origine, on doit renvoyer tout le monde à son origine, c'est un acte de justice ». C’est la base de son anthropologie, qu’il applique au Président : « Le père de Hollande est un catholique d'extrême droite, sa mère une catholique de gauche. Valls vient d'un milieu catholique catalan ». Ils sont ainsi discrédités pour tout ce qu’ils font et disent et pour tout le temps.

Todd va très loin dans le mensonge : « La France aux commandes (celle de « Je suis Charlie »), c'est celle qui a été antidreyfusarde, catholique, vichyste ». Et qui l’est resté, donc. Les bras vous en tombent.

Ce n’est pas ce livre qui compte. Le phénomène qu’il représente n’est pas dans le peu de valeur de sa démonstration. Ce peu de valeur suscite, à juste titre, beaucoup de discours d’indignation. Il est en effet nécessaire et même fondamental de ne pas laisser filer une telle haine de la République, de la Démocratie et de mener le « débat » fortement. Todd a l’air de considérer que le nombre de réactions à son livre est un succès en soi et un gage de la valeur de ce livre !

On ne peut détacher la manifestation des tueries de Charlie et de l’hyper cacher. La question est : comment continuer à faire société quand des membres de cette société se font justice eux-mêmes, dans une dissymétrie des peines qui viole même la vieille du Talion, qui viole le renoncement à la peine de mort, le renoncement à la vengeance (se faire justice soi-même) ?

La France est pliée en trois (en gros) : les Charlie (comme ci-dessus) ; les « oui mais » (on devrait tous être musulmans, au moins sur ce point de dogme qui interdit de représenter le prophète) ; les esprits forts, (le vrai est le contraire de ce que l’on voit).

L’honnêteté intellectuelle, le refus de l’insulte, seraient nécessaires. L’argumentation devrait être la seule méthode. Il faudrait peut-être juger les actes et non les origines. Emmanuel Todd, et les éditions du Seuil, portent un coup pénible à la démocratie et à la République.

JPEG - 106.2 ko
Photo perso sur bombage rencontré par hasard
C’est faux ; bien sûr, nous ne sommes pas tous noirs. Nous ne sommes pas tous Berliner... etc.

Moyenne des avis sur cet article :  2.32/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • colere48 colere48 12 mai 2015 18:33

    Emmanuel Todd, et les éditions du Seuil, portent un coup pénible à la démocratie et à la République.

    Insupportable péroraison de Todd hier à 2h du mat chez Field , énorme déception de constater que cet « intello » n’a rien compris , ou pire, se complait dans ce qui dés lors n’est que de la propagande...


    • bernard29 bernard29 12 mai 2015 18:49

      Ce qui est bien avec Todd, c’est que chacun peut faire son introspection.

      Ainsi la meilleure des argumentations que vous auriez du faire, aurait été de développer vos propres motivations à vous dire « je suis Charlie » en dépassant les simples raisons d’une marche blanche « Plus jamais ça ». (horreur devant le crime, halte à la violence et au terrorisme ...). Et là,

      En effet on peut quand même vous signaler que dire « tous ensemble pour sauver la République » est déjà sujet à caution. Ainsi, vous trouverez ci dessous une intervention digne et responsable après un attentat terroriste dramatique..

      C’est un discours modèle, d’un peu moins de trois minutes, prononcé par du chef du gouvernement norvégien de l’époque, Jens Stoltenberg, lors d’une conférence de presse, quelques heures après les attentats qui avaient touché l’île d’Utoya et Oslo le 22 juillet 2011. Anders Behring Breivik venait de tuer plus de 70 personnes avec une bombe près du siège du gouvernement puis une fusillade sur l’île d’Utoya, avant d’être arrêté. en voici la fin : .

      « ......Nous ne devons pas renoncer à nos valeurs. Nous devons montrer que notre société ouverte peut faire face à cette épreuve. Que la meilleure réponse à la violence est encore plus de démocratie. Encore plus d’humanité. Mais jamais de naïveté. C’est quelque chose que nous devons aux victimes et à leurs familles. ».

      En France, plus de démocratie on attend toujours et depuis longtemps. On a eu le message « venez à la manif du 11 janvier pour sauver ou défendre les valeurs de la République. » Et ceux qui appelaient était justement ceux là-même qui dénaturent notre propre démocratie et qui entretiennent les communautarismes et les corporatismes.


      • Ruut Ruut 12 mai 2015 22:08

        @bernard29
        A l’inverse de notre gouvernement qui a fait moins de démocratie et plus de censure et de répression de la pensée.

        Une idée ne s’enferme pas, elle se combat avec des arguments, pas des prisons.

        Seules les faibles intellectuellement et les lâches emprisonnent pour des idées.


      • JL JL 12 mai 2015 19:24

        Je ne sais pas si la grande majorité des manifestants était conformes à l’archétype décrit par Emmanuel Todd,
         
        mais je suis sûr d’une chose : ce sont les copies-conformes à cet archétype qui s’en défendent ; aucun d’entre eux ne nous dira en face qu’il ne l’est pas, non, ils vous diront que ce sont les autres qui n’étaient pas conformes. Et t ils en infèrent qu’Emmanuel Todd a tort.
         
        Argumentaire plus faux-cul, tu meurs.


        • Orélien Péréol Orélien Péréol 12 mai 2015 22:01

          @JL
          Vous écrivez : « mais je suis sûr d’une chose ».


          Vous êtes vraiment sûr de ça ? Dites pourquoi ; développez.

        • 1984 12 mai 2015 23:17

          @Orélien Péréol
          A ce petit jeu Orélien vous pourriez être perdant.
          Pardon je vous ai appelé Orélien alors que votre prénom est bien sûr Charlie !


        • JL JL 13 mai 2015 07:52

          @Orélien Péréol
           
          je n’ai pas besoin de développer, il suffit de poser la question : y a-t-il ici ou ailleurs, une seule personne qui puisse nous démontrer qu’elle n’est en rien conforme à l’archétype du Charlie, et qui dise que si c’était à refaire, il le referait ?


        • tf1Groupie 13 mai 2015 15:24

          @JL
          Donc par principe quelqu’un qui dit « je ne suis pas raciste » est forcément raciste.

          Continuez, c’est du haut-vol... pardon, du Todd


        • esote esote 12 mai 2015 20:07

          Je ne partage pas votre opinion . Vous reprochez à Emmanuel Todd le biais idéologique qui affecte l’analyse qu’il fait de la manifestation du 11 janvier. Cet exercice pourrait se concevoir si vous même n’étiez pas, tout au long, arc bouté sur le biais exactement inverse.

          En gros vous dénoncez, dans le chef de Todd, l’imposture qui consiste à feindre de démontrer la manipulation dont furent victimes les Charlies sans jamais – disons, de manière indiscutable- faire la démonstration de cette manipulation.

          Or, dans le même temps,vous vous appuyez, en ce qui vous concerne, sur de fausses « évidences » basées le plus souvent sur des analyses pour le moins discutables, produites, à l’unisson, de façon assez massive, (pour ne pas dire suspecte, en somme) par la quasi totalité des médias pendant et juste après la tragédie.

          Si, pour vous l’analyse , à chaud, volontiers caricaturale et réductrice d’une réalité complexe , (c’est à dire ; où les méchants ne sont pas « que » très méchants et où les « gentils » ne sont pas aussi réellement innocents que l’agneau qui vient de naître) que les médias ont ressassé pendant des heures et sur tous les tons en mettant systématiquement l’émotionnel au premier plan, si, donc, cette analyse, pour vous, ne pose pas, en soi, de questions alors, c’est qu’un certain biais idéologique est, chez vous trop prégnant. Celui qui consiste à penser que les médias servent à nous délivrer l’information la plus objective possible. Et c’est tout.

          Et donc,que les causalités les plus cousues de fil blanc sont faites pour vous, sur mesure.

          Acceptez que d’autres que vous aient pu voir, dans le traitement accordé à cet événement, l’exploitation type d’une opération « choc et effroi » ; amener le maximum de personnes à réagir sous le coup de l’émotion. Sans surtout « se poser de questions ».

          Ces autres que vous plus méfiants , c’est à dire, se souvenant des « couveuses de Saddam Hussein », par exemple ou des passeports des terroristes du 11 septembre miraculeusement épargnés par le kérosène enflammé, … etc, événements qui, entre autres massacres,depuis, ont, en leur temps, fait le lit du « Patriot act » aux Etats Unis...


          Or, il se trouve justement que notre « Patriot act » à nous, vient tout juste de passer ... Disons, comme une fleur...

          Un heureux hasard, sans doute...évidement pour que « plus jamais ça » blablabla...


          Mais je suppose que le fait qu’une manifestation pour défendre la liberté d’expression débouche quasi en direct sur une loi permettant le contrôle de la pensée, cela ne vous choque pas davantage...


          • philouie 12 mai 2015 20:13

             Emmanuel Todd, et les éditions du Seuil, portent un coup pénible à la démocratie et à la République.
             
            MORT DE RIRE.
            Je profite de cette assertion ridicule pour reposter un petit extrait qui décrit bien la « démocratie » que Todd et les éditions du seuil mettent en péril (par parenthèse, mettre en péril la république, vous place, de fait, aujourd’hui sous écoute)

            « A mesure que les dictatures gagnent en pouvoir, elles remplacent les élections libres par le plébiscite. Mais l’étendue du plébiscite dépasse le secteur soumis naguère au jugement du corps électoral. C’est maintenant l’élection qui devient l’une des formes du plébiscite.
            Le plébiscite peut revêtir un caractère de publicité, lorsque les chefs et les symboles de l’Etat s’exposent au regard. L’aspect des foules énormes, délirantes de passion, est l’une des marques essentielles de notre entrée dans une ère nouvelle. Sa magie fait régner, à défaut d’unanimité, l’accord des voix : car si une autre voix s’élevait ici, des tourbillons se formeraient pour engloutir celui qui l’a fait entendre. De là vient que l’individu désireux de se distinguer ainsi aurait vite fait de machiner des attentats : cela revient au même, quand aux conséquences.

            ...
             
            L’intention de notre homme [il parle de l’homme qui s’apprête à voter »NON« ] n’est peut-être pas tellement singulière : elle peut-être partagée par bien d’autres encore et il est fort vraisemblable que leur nombre dépasse sensiblement ces deux pour cent du corps électoral dont nous avons parlé. Tout au contraire, le metteur en scène tente de lui inspirer la conviction qu’il est bien seul. Et il ne s’en tient pas là - la majorité ne se contente pas d’en imposer par son nombre ; elle s’arme aussi des marques de la supériorité morale.
            Nous admettrons que notre électeur avait assez de discernement pour résister à la propagande, prolongée et sans équivoque, dont la pression s’est insidieusement accrue jusqu’au jour du scrutin. Elle se renforce de ce que la déclaration se déguise en questions fort honnêtes d’apparence : on l’invite à participer au choix de la liberté, ou bien à un vote en faveur de la paix. Or, qui n’aimerait pas la paix et la liberté ? Il faudrait pour cela être un monstre. Ce qui déjà confère au »non« l’odieux du crime....
             »
             
            Traité du Rebelle- Ernst Jünger 1951

            Bon, les Charlie ne verront pas le rapport.
            C’est en cela qu’ils sont Charlie.


            • esote esote 12 mai 2015 20:21

              @philouie
              Excellent !
               Merci pour cette bouffée d’air pur.


            • JP 13 mai 2015 13:09

              @Orélien Péréol
              après votre article stupide et non argumenté, répondre par un bof prouve qu’au moins si vous manquez de réflexion, par contre vous ne manquez pas d’air


            • TSS 12 mai 2015 20:37

              A partir du fait que 4 millions de personnes defilent ,comme un seul homme,derrière

               Netanyahou et divers tyrans africains la manif’ est obligatoirement biaisée... !!


              • 1984 12 mai 2015 23:20

                @TSS
                Il y a un « i » en trop dans votre « biaisée ».


              • COVADONGA722 COVADONGA722 12 mai 2015 21:56

                en même temps ça doit lui faire drôle à Todd le soutien de ses nouveaux alliés .



                • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter 12 mai 2015 22:35

                  Mais non Asinus

                  Des soutiens comme Jean-Lucien, phare de la pensée et du journalisme citoyen, prés de 30.000 commentaires ici en 8 ans, ça n’a pas de prix

                  Ajoutez-y Mohamed Philouie, auprès duquel Tariq Ramadan fait figure d’arpète-dialecticien, qui, jour après jour, nous explique tous les avantages que nous n’avions pas mesuré de la dhimmitude.

                  Notre sociologue ne peut que se sentir renforcé par le soutien de tels intellectuels alors que son opposition ne peut guère s’appuyer que sur de misérables Onfray ou Finkielkraut

                  Pour ma part je m’incline et vous rejoins au stand de tir ...


                • Orélien Péréol Orélien Péréol 12 mai 2015 22:32

                  Je souhaiterais que les commentateurs de mon article commentent mon article et ne profitent pas du sujet pour dire ce qu’ils en pensent, tout comme si je n’avais pas pris la peine d’écrire un article. Il va de soi, mais il vaut mieux bien insister qu’ils sont invités à donner leur avis, à condition que ce soit en lien avec mon article. Cela me parait une règle qui ne devrait pas être dite.


                  J’ai voulu dire ceci :
                  1/ l’origine familiale par régions est l’épistémologie des travaux et des livres d’Emmanuel Todd
                  2/ je conteste tout un état d’esprit qui grandit dans la société et dans le monde, qui place l’origine au-dessus de tout, au-dessus des gestes, au-dessus des faits, au dessus des actes. Autrement dit, je ne pense pas que cette épistémologie est performante pour analyser ce qui se passe (globalement). Je pense qu’on est responsable de ses actes et pas de son origine.

                  Au passage, je signale la belle naissance d’Emmanuel Todd, qui est une aide appréciable pour qu’il se soit lancé dans cette épistémologie. « Bon sang ne saurait mentir » et « tout ce qui n’est pas noble est ignoble ». Je préfère préciser qu’Emmanuel Todd n’a pas exprimé ce point de vue, à ma connaissance. OK pour des commentaires de ce point de vue, qui est dans mon article, que je commente moi-même.

                  Ensuite :
                  3/ E Todd ne regarde que les manifestants. C’est leur origine qui les fait manifester. Ils ne répondent pas à un crime. Je conteste.
                  4/ E Todd a inversé la signification politique des origines régionales par rapport à des travaux antérieurs pour trouver le renversement de la signification de la manif du 11 janvier. Tout comme si son opinion, très affective, l’entendre parler est pénible, informait l’origine dont il parle, et non l’origine elle-même. C’est un idéologue.
                  5/ Il pense qu’il ne faut pas ramener sans arrêt les musulmans à leur religion, alors que c’est lui qui a créé quasiment cette épistémologie et qu’il est le seul à la « porter » en France. Si je mets des guillemets à « porter », c’est parce ses constats sur les structures des régions de France ont changé voire se sont inversés ces derniers temps, contiennent des « oublis » majeurs...
                  6/ Il réduit Hollande à son origine sans vergogne. Si j’ai cité son origine à lui, je ne l’ai pas réduit à cela.

                  Vous pouvez commenter ces points. 

                  • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter 12 mai 2015 22:38

                    @Orélien Péréol

                    « Vous pouvez commenter ces points »

                    Et à quelle heure ramassez-vous les copies ? smiley


                  • Orélien Péréol Orélien Péréol 12 mai 2015 22:39

                    @Sharpshooter
                    a toute heure


                  • 1984 12 mai 2015 23:23

                    @Orélien Péréol
                    Relisez-vous et si vous ne trouvez pas de contradiction dans vos propos... Ben relisez encore !


                  • Orélien Péréol Orélien Péréol 12 mai 2015 23:30

                    @1984
                    pffffff !


                  • Orélien Péréol Orélien Péréol 12 mai 2015 22:38

                    J’ai écrit cet article pour répondre à la mauvaise foi épaisse, orgueilleuse, moqueuse, méprisante, irréductible de certains commentateurs, qui se placent eux-mêmes dans la toute-puissance, rencontrés sur d’autres articles il y a quelques jours.

                    Ces prétendus commentateurs ne tiennent jamais un sujet, ils glissent tout le temps vers d’autres sujets, substituent les intentions supposées de l’auteur aux arguments posés par l’auteur... etc. 

                    Je viens de faire un résumé synthétique de mon article. Je vous en remercie.
                    Peut être, je rebâtirai un autre article sur cette synthèse. C’est comme ça que je travaille.

                    Je répondrai à celles et ceux qui argumentent sur mes arguments, dans la mesure de la disponibilité de mon temps.

                    • philouie 12 mai 2015 22:58

                      @Orélien Péréol
                      Ces questions n’ont , de mon point de vue, que très peu d’intérêt relativement au sujet qu nous préoccupe ici, à savoir le basculement de la France dans une société de plus en plus totalitaire et l’utilisation du terrorisme dans la manipulation des masses.
                      Savoir si nous sommes conditionnés par nos origines ou si nous en sommes indépendant - et à l’évidence la vérité se situe quelque part entre ces extrêmes - est dans ce contexte, un peu ridicule.
                       
                      Du sage qui nous montre la lune, on ne discute pas de la forme du doigt.


                    • Orélien Péréol Orélien Péréol 12 mai 2015 23:29

                      @philouie
                      Merci de cette réponse sérieuse, (sérieuse ne veut pas dire triste).


                      La question portée par E. Todd n’est pas de savoir si on est conditionnés par notre origine, un peu, beaucoup, ou pas du tout.
                      E. Todd a établi un lien entre les structures familiales dans une région (d’Europe, il a travaillé aussi sur l’Italie) et le vote majoritaire. C’était très étonnant et cela avait l’air de marcher.
                      Je dis qu’il a renversé sa méthode, qu’il dit le contraire de ce qu’il a dit et écrit auparavant et que si on veut comprendre un phénomène (ça, c’est de manière générale), il faut intégrer le maximum d’information. Or, si l’on ne regarde que les manifestants, et pas les événements qui ont « produit » cette manif, on ne peut pas faire une bonne analyse parce qu’on manque volontairement la moitié de l’affaire. etc. Je ne vais pas recommencer...

                      Quant au basculement dans une société de plus en plus totalitaire, je ne vois qu’une chose à répondre : cette alarme a existé de tout temps (au moins dans la modernité).
                      Cordialement

                    • philouie 12 mai 2015 23:47

                      @Orélien Péréol
                      Comme je l’ai déjà dit, je n’ai pas la compétence pour juger de la sociologie de Todd.
                      je vous propose un article qui peut-être complète votre point de vue dans sa conclusion que je reproduis ici.

                      Il est assez possible que ce qui est dit là, ne soit pas incompatible avec ce que dit Todd, en ce sens que d’un même évènement, plusieurs niveaux de lecture sont possible. A l’évidence, il y a un parti-pris chez Todd, (il parle d’une intuition avant de commencer son étude). Pour moi ce sont des questions secondaires.

                      extraits :

                      Après avoir lu « Qui est Charlie ? », je n’adhère pas à la thèse d’Emmanuel Todd sur les mobiles politiques, selon lui d’ordre ethno-religieux, qui auraient conduit les uns à se sur-mobiliser et les autres à se sous-mobiliser lors des manifestations.

                      Ma lecture du motif des manifestations suit le principe philosophique du rasoir d’Occam, que la méthode scientifique appelle le principe d’économie. À savoir : je n’ai pas besoin de causes supplémentaires, si les causes déjà identifiées suffisent à expliquer le phénomène.

                      Sur cette base, concernant le mobile des manifestants, l’instinct grégaire pour faire foule d’un « nous », les « gentils », contre « eux », les « méchants » (c’est-à-dire les terroristes), me semble une explication basique à la fois nécessaire et suffisante. À cet égard, je ne vois pas en quoi les manifestations auraient été moindres si, par exemple, les cibles avaient été la rédaction de Radio J, et les terroristes des néonazis.

                      Quant à la sous-mobilisation des milieux populaires, là encore, le principe d’économie me conduit à me contenter d’une cause nécessaire et suffisante : les pauvres étant des exclus de la société, des déclassés, ils se sont sous-mobilisés quand il s’agissait d’un « nous »porté par la « France d’en haut » dont ils ne font pas partie. Cette sous-mobilisation serait donc un symptôme non pas d’une grande crise ethno-religieuse française, mais plus simplement d’une aggravation stupéfiante de la cassure entre la « France d’en haut » et la « France d’en bas ».

                      Sur ce point, je suis donc conduit à un désaccord avec l’Emmanuel Todd de 2015… en étant d’accord avec l’Emmanuel Todd de 1995. Ce dernier est en effet l’auteur d’une note pour la Fondation Saint-Simon, intitulée « Aux origines du malaise politique français », qui expliquait la crise politique française par l’existence d’un fossé, de plus en plus béant, entre la France des inclus et la France des exclus.


                    • philouie 13 mai 2015 01:13

                      Je voudrais ajouter une chose : il y a un point sur lequel Todd, Vall et Thomas Guénolé sont d’accord : tout le monde n’a pas été Charlie. Et se point donne raison à Todd : l’unanimisme qu’on nous a vendu est une imposture.
                      Alors Valls, en profite pour pointer du doigt les banlieues qui seraient ainsi le problème de la France et admet aussi qu’une partie des Français qui sont en difficulté ne ce sont pas senti concernés. Manifester pour la liberté d’expression serait un divertissement bourgeois pour qui n’a pas la liberté de trouver un boulot ni celle de trouver un logement.
                      T Guénolé y voit une rupture entre la France d’en haut et la France d’en bas. Todd ajoute que la lecture des cartes montrent que la question religieuse est également à prendre en compte. Il propose le critère de l’age, le critère de la couche sociale et le critère de la religion ou plutôt de l’origine religieuse. C’est intéressant, mais ce n’est pas ce qui m’intéresse.
                      Moi, ce qui m’intéresse c’est de voir que tout le monde n’est pas Charlie et au propos de Todd qui demande qui est Charlie, moi je demande mais « qui n’est pas Charlie ? »
                      Comme je l’ai fait remarquer dans mon extrait de Jünger, on veut nous faire croire à l’unanimisme, que tout le monde est Charlie : ceux qui ne sont pas Charlie ne seraient qu’une infime minorité, pire ils ne seraient pas la France. Ce que je vois alors, c’est que ce slogan « Je suis Charlie » est en réalité un discours d’exclusion, un discours qui exclut une partie des Français - ceux qui ne sont pas Charlie - de la République.
                      Je dis non. On peut ne pas être Charlie et on doit pouvoir s’exprimer sur les raisons pour lesquels on n’est pas Charlie, sans être frappé d’anathème par les bien-pensants. Voir à ce sujet comment Booba, s’est fait insulter par Charlie Hebdo, simplement pour avoir émis quelques idées pas tout à fait conforme à ce qu’il faut aujourd’hui penser.
                      Moi, j’ai plein de raison de n’être pas Charlie bien que mon profil socio-ethnique me classerait chez Todd dans la catégorie de ceux qui le sont.

                      Quelques raisons de n’être pas Charlie :
                      - la liberté d’expression : je crois qu’en France la liberté d’expression est cadenassée par les marchands d’armes et les industriels.
                      - l’hommage aux victimes : j’y oppose l’indifférence que la grande majorité de Français ont à l’égard des victimes du terrorisme. Cabu et Wolinski mort ? oui, et alors ?
                      - le respect dû au mort : merci de me signaler la dernière fois que Charlie Hebdo à manifestéun tel respect.
                      - le droit au blasphème : l’insulte ne fait pas partie de mes valeurs.
                      - Charlie Hebdo un journal innocent  ? non un outil de la politique néo-conservatrice américaine qui nous conduit dans aux chocs des civilisations : des millions de morts sont à venir et leur ligne éditorial participe de ce massacre.
                      - le droit à la caricature ? Comme pour la « Libre Parole » de Drumont où le journal de streicher ? non merci.
                       - dire non au terrorisme ? la principale fabrique de terrorisme est les USA dont nous sommes de serviles valets. La France pratique le terrorisme d’état, je ne vais pas donner ma voix à ces politiques.
                      - aussi je crois au complot et je crois aussi les musulmans et les plus faibles d’entre nous seront encore ceux qui vont payer le plus lourd tribut dans cette affaire.
                      etc, etc, etc...
                       
                      Je ne suis pas Charlie. Je ne pense pas être le seul. Je ne crois pas que la liberté d’expression en France soit telle qu’elle permette l’expression de ce genre de point de vue autrement qu’à la marge.
                      Pour le dire autrement, nous ne sommes pas Charlie et notre expression est confisquée par les médias de masse et par les politiques et Charlie cautionne ce fait : la parole est confisquée, la république est prise en otage.
                       
                      Si l’on veut lutter contre l’hydre totalitaire qui s’installe en France, il faut libérer la parole, il faut multiplier les débats, il faut opposer les points de vue contradictoire : Charlie, c’est le contraire de ça.
                      « Je suis Charlie » est totalitaire.
                      Profondément totalitaire.


                    • Laulau Laulau 13 mai 2015 08:08

                      @Orélien Péréol
                      Il est vrai que la manie de Todd de faire appel aux origines des gens pour expliquer tout et son contraire n’a pas grand chose de scientifique. Là je vous donne raison, mais comme beaucoup ici, je refuse de tomber dans le piège de la manifestation des Charlies où beaucoup de braves gens, sous le coup de l’émotion, se sont laissé entrainer. Il faut être aveugle pour ne pas s’étonner de la proximité de ces évènements avec le vote d’une loi liberticide. On manifeste pour la liberté d’expression et le droit de critiquer la religion et on débouche sur une loi qui risque de permettre de mettre Julien COUPAT, en prison pour terrorisme sur un dossier complètement fabriqué par la police ..... Lorsque l’on défile derrière des chefs d’états véreux, il faut s’attendre à être manipulé !


                    • JL JL 13 mai 2015 08:12

                      @philouie
                       

                      Vous dites : ’’Quant à la sous-mobilisation des milieux populaires, là encore, le principe d’économie me conduit à me contenter d’une cause nécessaire et suffisante : les pauvres étant des exclus de la société, des déclassés, ils se sont sous-mobilisés quand il s’agissait d’un « nous » porté par la « France d’en haut » dont ils ne font pas partie. Cette sous-mobilisation serait donc un symptôme non pas d’une grande crise ethno-religieuse française, mais plus simplement d’une aggravation stupéfiante de la cassure entre la « France d’en haut » et la « France d’en bas ». Sur ce point, je suis donc conduit à un désaccord avec l’Emmanuel Todd de 2015’’

                       

                      Je ne vois pas où Todd aurait tort, où est-ce que vous diriez le contraire de lui ? 

                       

                      Cette question que je vous pose complémentaire dans le sens de l’anti-thèse, à celle que je viens de poser à orélien Péréol ci-dessus :

                       

                      y a-t-il une seule personne qui puisse nous démontrer qu’elle n’est en rien conforme à l’archétype du Charlie, et qui dise que si c’était à refaire, elle referait la même manif ?

                       

                       

                       

                       


                    • philouie 13 mai 2015 08:49

                      @JL
                      Il s’agit d’une citation de Thomas Guénolé, dont j’ai dit que le point de vue n’excluait pas celui de Todd.
                      Ce critère, de la France d’en haut et de la France d’en bas est aussi un critère à Todd, puisqu’il dit que ce sont les classes sup. qui ont, majoritairement, manifesté.
                      Ce que à mon sens , reconnait également, à demi-mots, E Valls :

                      D’autres ne se sont pas sentis concernés, non par opposition au mouvement, mais simplement parce que les difficultés quotidiennes – le réel – les empêchent, trop souvent, de croire à cet idéal rappelé avec force par les slogans et les pancartes : la citoyenneté, la cohésion, la solidarité.
                       
                      Je disais moi-même :
                      Manifester pour la liberté d’expression serait un divertissement bourgeois pour qui n’a pas la liberté de trouver un boulot, ni celle de trouver un logement.

                      Donc, ici, le rasoir d’occam de Guénolé, devient réducteur, en ceci qu’il ne se contente pas de donner une explication suffisante, mais évacue d’autres critères que Todd considère légitime à la lecture des cartes.


                    • bakerstreet bakerstreet 13 mai 2015 10:58

                      @philouie


                      Que n’aurait on pas écrit s’l n’y avait pas eu une réaction d’ampleur après ce carnage, et cette tentative de putsch sur la démocratie...Pas besoin d’être grand expert pour voir, que tout le long de l’histoire, des marches comme celle du 11 janvier se sont déroulées de façon récurrente, révélatrices qu’une unité occulte existait et cimentait un peuple. Quelle consolation, ce 11 janvier, dans un univers de morosité et de désespérance, soumis aux diktats de l’individualisme, de l’égotisme, d’une pensée liée à l’éphémère et à la jouissance. 
                      « Mais voilà que le professeur Nimbus est arrivé, et se frottant le crane en disant j’ai trouvé »...C’est plus fort que moi, Brassens me travaille par les temps qui courent. J’en met partout..J’ai déjà beaucoup répondu sur le front de la peste, heu je veux parler de Todd, ses postures de juge suprême, infatué, sortant sa pseudo science pour vous la boucler définitif, comme à la grande époque du positiviste...Cet événement provoque de sérieux têtes à queue et réminiscences pour ceux qui connaissent un peu l’histoire..Le terme de science exacte, travestie, a toujours été utilisé par les démagogues, les sophistes, et les grands manipulateurs, pour expulser tout débat : Freud en a été un des derniers avatars, avec la psychanalyse. 
                      Todd arrive donc, bon bûcheron, avec sa hache sur l’épaule, pour cliver l’opinion, faire un coup d’édition. Il nous a fait une belle OPA sur des sujets d’actualité bien plus brûlants, comme cette loi de surveillance générale, qui passe comme lettre à la poste ( mais vu l’état du service public, l’mage n’est sans doute plus très adaptée)... Un peu comme ces inquisiteurs du moyen age qui en voulant sauver votre âme, vous installait sur le bûcher. 

                    • philouie 13 mai 2015 11:37

                      @bakerstreet
                      révélatrices qu’une unité occulte existait et cimentait un peuple
                       
                      Ce que dénonce Todd, c’est justement cette croyance qu’il qualifie d’imposture.
                      Vous avez le droit d’y croire, comme l’ensemble de média, comme l’ensemble des élites dirigeantes mais en réalité c’est faux.
                      Vous étiez une catégorie particulière des Français qui ne représentait ni la France , ni le peuple.
                       
                      Je reposte ce que Jünger dit à propos du totalitarisme :

                      L’aspect des foules énormes, délirantes de passion, est l’une des marques essentielles de notre entrée dans une ère nouvelle. Sa magie fait régner, à défaut d’unanimité, l’accord des voix : car si une autre voix s’élevait ici, des tourbillons se formeraient pour engloutir celui qui l’a fait entendre.

                      ...Le metteur en scène tente de lui inspirer la conviction qu’il est bien seul. Et il ne s’en tient pas là - la majorité ne se contente pas d’en imposer par son nombre ; elle s’arme aussi des marques de la supériorité morale.

                       
                      C’est exactement ce qui s’est passé.
                      un flash totalitaire.
                      auquel vous applaudissez.


                    • bakerstreet bakerstreet 13 mai 2015 11:56

                      @philouie

                      Ernst Jünge, l’auteur d’orages d’acier, un type faisant l’apologie du champ de bataille..Drôle de maitre penseur.. Un type, plus qu’ambigu, qui a éxalté  la « mobilisation totale », en décrivant les contours du totalitarisme. Un des penseurs du fascisme ! Pourquoi ne citez vous pas non plus « La psychologie des foules » de Gustave Le Bon, un des livres de chevet d’Adolph Hitler...Il ne vous ai pas apparu à l’esprit que les foules ne se ressemblent pas forcément, d’un endroit, ou d’une date à une autre, et que celles qui levaient la main à Nuremberg n’était pas tous à fait les même que celles qui se sont levées à Odessa, en 17 ; ou en 1789, ou 1830, ou en 1848, pour ne citer que quelques dates...Les phrases que vous citez sont bien révélatrices d’une pensée fasciste, simplificatrice, exonérant la cause, et faisant de la foule vue du dessus, comme un plan cinématographique, une entité qu’il faut séduire, apprivoiser, dominer, révélant la posture et le mépris de celui qui compte l’utiliser à son objet. On en revient à Herr Todd !

                    • bakerstreet bakerstreet 13 mai 2015 12:11

                      @Orélien Péréol


                      C’est un peu trop facile de se justifier qu’à partir d’une pseudo compétence, en matière de sociologie et de statistique pour imposer des vues. Une façon de clore le bec de ceux qui vous dérangent ? Sa science des cartes et des recouvrements me laisse très sceptique, et je crains fort qu’on parvienne à démontrer avec le leurre n’importe quoi...Ce concept de catholicisme zombi, comme il l’appelle, est un peu fort à admettre sans le sourire....C’est du grand n’importe quoi. Ne pourrait on pas non plus superposer la carte des Charlie avec celle de l’alcoolisme excessif ?... Qu’il s’étonne ne pas avoir vu d’ouvrier à Paris manifester n’est pas trop dur à comprendre : Les ouvriers n’existent plus. Les dernière salopettes et bleus de travail sont à la comédie française pour les intermittents du spectacle à l’occasion de tournages d’époque. 
                      La vrai question qu’on devrait se poser est celle ci : Pourquoi ces grandes manifestations d’indignation et de rejet offusquent autant le bonhomme, autant qu’une partie de intelligentsia, au point de ne reculer devant aucun argument honteux pour la salir. Le front républicain, le vrai, je veux dire, dérange ceux qui veulent mettre la république à la botte d’un lobby. 
                      Cherchez lequel....
                      Voilà pour moi la vrai raison de toute cette gesticulation

                    • JL JL 13 mai 2015 12:14

                       
                      ’’Que n’aurait on pas écrit s’il n’y avait pas eu une réaction d’ampleur après ce carnage’’
                       
                      Quel âne, ce bakerstreet, qui donne du grain à moudre à la thèse qu’il conteste !
                       
                       smiley
                       
                      ’’Tentative de putsch sur la démocratie  !’’ !!!
                       
                      On dirait que bakerstreet est un soutien masqué d’Emmanuel Todd qui ne dit que des conneries pour discréditer les charlies.
                       
                       smiley


                    • franc 13 mai 2015 12:56

                      @bakerstreet

                      -

                      Oui bonne objection contre philouie

                      -

                      A l’en croire toute mobilisation ou manifestation en grande masse serait un flash totalitaire et réactionnaire

                      -

                      Ainsi 1789 ou 1848 serait une révolution totalitaire et réactionnaire

                      -

                      Ainsi toute mobilisation ou manifestation en masse contre le totalitarisme serait du totalitarisme --------------------------Absurde.

                      -


                    • JL JL 13 mai 2015 13:10

                      Les charlies n’ont aucun argument pour contrer Emmanuel Todd : il n’ont que l’insulte, la vocifération et le déni.


                    • philouie 13 mai 2015 13:44

                      @bakerstreet
                      Ernst Jünger est un monument que ne réussira pas a appréhender un esprit superficiel.
                      S’il traversa le XX° Siècle, (1895 - 1997) Il n’en fut pas qu’un contemplateur solitaire mais un acteur très engagé.
                      Soldat de commando d’assaut, blessé 7 fois pour un total de 14 blessures en 14-18
                      Fervent nationaliste et activiste pendant les années 20, il se retira de l’action politique avec la montée du nazisme dont il se tint toujours éloigné, alors qu’il aurait pu sans difficulté en être un cadre dirigeant.
                      Il théorisa le totalitarisme puisque le mot même vient de lui. (Le travailleur 1930)
                      Officier des forces d’occupation à Paris, il fit parti des conjurés de l’attentat contre A Hitler (bien qu’il fut contre le projet), il échappa au suicide assisté parce qu’Hitler lui vouait une grande admiration.
                      Ce fut un penseur qui pensa, c’est à dire dont la pensée évolua au long d’une longue existence de sorte qu’il n’y a pas à le réduire à ses écrits de jeunesse. C’est lui qui m’a appris à penser la politique : je le considère comme l’un de mes maîtres.
                       
                      Toujours est-il que lorsqu’il parle du totalitarisme, il en parle en connaissance de cause.
                      Que vous ne vous reconnaissiez pas dans les lignes qui vous dépeignent si bien, ce n’est pas pour m’étonner. Pourtant quand on voit le résultat de tout ça et cette loi sur le renseignement, cela devrait vous mettre la puce à l’oreille...
                       
                      Vous citez Gustave Le Bon que vous préférez ignorer, mais comprenez bien que les tyrans, eux, l’étudient avec grande attention.


                    • philouie 13 mai 2015 13:46

                      @franc
                      Ainsi 1789 ou 1848 serait une révolution totalitaire et réactionnaire

                      Il vous a échappé qu’en 2015, les manifestants manifestaient avec les tyrans et ne cherchaient, en aucune façon, à les renverser.


                    • Orélien Péréol Orélien Péréol 13 mai 2015 16:11

                      @philouie
                      Je ne vois pas grand intérêt à cet article sur les raisons de défendre E. Todd.

                      J’essaie de voir comment et pourquoi un discours aussi peu sérieux que celui d’E. Todd trouve preneur chez un éditeur, suscite une polémique ensuite (ça c’est pas trop dur à voir) et qu’est-ce que cela implique dans la société (implique dans le double sens réciproque : qu’est ce que la société contient pour se reconnaître dans cette présentation folklorique et agressive d’un acte et qu’est-ce qu’une telle polémique va laisser comme trace).
                      Mêler des considérations sur la personne et sur le texte ne me paraît pas honorable. Todd n’est pas un grand intellectuel, s’il se défend mal ne peut, en aucun cas et pour personne, être une raison de le défendre (il y a des gens indéfendables qui ne savent pas se défendre)... Je conteste son épistémologie et le peu de sérieux qu’il a avec cette épistémologie. Quant à lire le livre, ce n’est pas le problème. Je parle de ce que j’ai lu et de ce que j’ai entendu.
                      Ensuite, les marxistes n’ont pas lu Marx, les Chrétiens n’ont pas lu la Bible, même pas le nouveau testament, les musulmans n’ont pas lu le Coran etc., d’une manière générale.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès