Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pour une vraie politique de l’immigration

Pour une vraie politique de l’immigration

La « reconduite à la frontière » tient lieu de politique à l’encontre des étrangers en situation irrégulière : option à revoir ; le vrai enjeu d’une politique de l’immigration est l’intégration des étrangers souhaitant s’établir durablement sur le territoire français.

On compte, selon les dernières études statistiques de l’INSEE qui concernent l’année 2004, 4,9 millions d’immigrés en France, dont 2 millions (soit 40 %) ont la nationalité française. On ne connaît pas le nombre exact des étrangers qui séjournent en France de manière irrégulière, c’est à dire dans des conditions non conformes au code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) ; ce nombre est au moins égal à celui des arrêtés de reconduite à la frontière mis à exécution, soit 20 000 en 2005 ; il est probablement bien supérieur. Le recensement des familles en situation irrégulière qui se sont manifestées à la suite de la circulaire du 13 juin 2006 portant mesures de régularisation à titre exceptionnel pour les familles ayant un ou plusieurs enfants scolarisés et ont ainsi été répertoriées dans un fichier spécifique mis en place à cette occasion devrait (ironie du sort !) faciliter le dénombrement de cette catégorie d’étrangers.

Le débat actuel sur l’immigration hésite entre deux pôles : éloignement systématique des étrangers en situation irrégulière, au risque du reste de faire naître des situations humaines inacceptables sur un plan moral (voir le site du collectif « enfants étrangers citoyens solidaires »), régularisation massive, souvent à la suite d’actions dures de type « grève de la faim » et/ou occupation d’ouvrages publics. La régularisation massive a été le choix du premier gouvernement Mitterrand en 1981/82 et l’éloignement systématique est le choix de l’actuel ministre de l’intérieur avec toutefois le tempérament apporté par la circulaire citée plus haut qui a en principe permis la « régularisation » d’environ 6 000 ménages en situation irrégulière, sur 30 000 demandes.

Ce débat est toutefois très réducteur. Pour prendre la mesure du problème posé par l’immigration en termes de débat de société, il faut articuler la réflexion autour des deux questions suivantes :

1°) L’éloignement des étrangers démunis de tout titre de séjour est il la seule réponse au caractère irrégulier du séjour ?

2°) Comment assurer l’intégration des étrangers en situation régulière, cette fois-ci, dans la société française ? Jusqu’où doit on aller dans l’exigence d’intégration ?

1° La réponse à apporter à la première question n’est pas aisée.

En principe, en droit français, le non respect d’un texte de nature réglementaire génère des pénalités financières (paiement d’une amende). En droit français, des pénalités sont prévues pour sanctionner la présence de l’étranger en situation irrégulière, « l’aide au séjour irrégulier » (CESEDA) ou l’emploi d’un travailleur clandestin ( code du travail ). Le non respect par un étranger ressortissant d’un Etat tiers à l’Union européenne des règles relatives au séjour en France (détention obligatoire d’un titre de séjour) est quant à lui sanctionné de manière habituelle par une mesure administrative qui est une mesure d’éloignement de l’étranger vers son pays d’origine, dénommée « reconduite à la frontière » (titre III du CESEDA). Les pouvoirs publics doivent-ils systématiquement « éloigner » un étranger en situation irrégulière ?

Il faut en premier lieu rappeler qu’en application du CESEDA, le préfet peut toujours accorder un titre de séjour à un étranger en situation irrégulière pour des motifs humanitaires : il n’est absolument pas tenu de mettre en oeuvre une mesure d’éloignement du territoire français.

Par ailleurs, il faut insister sur le fait que nombre d’étrangers se trouvant sur le sol français en situation irrégulière le sont, non du fait d’un choix personnel de ne pas respecter délibérément les règles sur le séjour , mais du fait qu’ils y sont « acculés » : ils ont souvent fui le pays d’où ils sont originaires parce qu’ils y vivent dans la misère où que sévit dans ce pays une situation de guerre civile endémique et de chaos politique (ex : République démocratique du Congo, Sierra Léone...) ou encore qu’ils craignent en vivant dans ce pays pour leur vie ou leur liberté (Algérie, Russie, Turquie...). Bien sûr, dans nombre de cas, les étrangers qui contestent la mesure d’éloignement dont ils sont l’objet ne peuvent établir, y compris devant le juge administratif, les risques qu’ils encourent en cas de retour dans leur pays, sauf lorsqu’ils ont été soumis à la torture et en conservent des séquelles ! Une « régularisation » se conçoit pour ces étrangers, au moins à titre « humanitaire ».

Enfin, si la « reconduite » a un sens lorsqu’ elle intervient au début du séjour irrégulier, elle en a moins lorsqu’elle est mise en œuvre après plusieurs années de séjour, quand l’étranger a commencé à s’intégrer socialement et professionnellement. Doit-on, dans ce cas, parler de « prime à l’irrégularité » comme l’a fait l’actuel Gouvernement lorsqu’il a supprimé la condition des « dix ans de présence » ? Cette vision des choses apparaît pour le moins simpliste et ne rend pas compte d’une réalité fort complexe.

Je propose dans ce domaine une réponse très modulée, au cas par cas, qui pourrait tenir compte des critères suivants :

- l’étranger vit en couple et a des enfants scolarisés et intégrés dans la société française  : on rejoint l’hypothèse de la circulaire du 13 juin 2006 qui, de manière surprenante, a limité à deux mois les possibilités de régularisation pour les familles concernées : pourquoi ? La présence d’enfants scolarisés et déjà intégrés dans un tissu social est au contraire une chance pour la société française , notamment dans la perspective d’un renouvellement des générations. Contraindre des familles ayant des enfants scolarisés, parfois depuis plusieurs années, à quitter la France est une mesure dont on saisit mal l’intérêt et la pertinence : en premier lieu, « l’intérêt supérieur de l’enfant » n’est-il pas de rester en France avec ses parents, dans son école ? En second lieu, n’a-t-on pas maintenant les outils juridiques pour aider les familles en cause jà s’intégrer dans la société française (voir ci-dessous les développements sur le « contrat d’accueil et d’intégration » institué par la loi du 24 juillet 2006) ?

Le nombre de familles « régularisées » est de ce point de vue excessivement limité par rapport au nombre de demandes enregistrées : est-ce étonnant, dans la mesure où l’instruction des demandes a eu lieu pendant l’été  ?

L’institution d’un tel critère, au moins pour la délivrance d’une carte de séjour temporaire, nécessiterait en tout état de cause une modification du CESEDA, dans un sens beaucoup plus libéral que ce qu’a opéré la récente réforme. La reconstitution d’une cellule familiale en France et l’intégration des enfants dans le tissu social local pourraient constituer des critères de délivrance d’un titre de séjour.

- L’étranger occupe déjà un emploi non déclaré dans un secteur où on rencontre (ou non) des difficultés de recrutement : la logique n’est elle pas, d’une part, de sanctionner l’employeur qui a contourné le code du travail et, d’autre part, de protéger le travailleur clandestin en lui procurant un titre de séjour et en l’aidant le cas échéant, à trouver un logement digne ? Faut il donc, alors même qu’il s’est fait « exploiter » au regard des lois françaises, le sanctionner en l’éloignant du territoire français ?

La politique des mesures d’éloignement doit, en bref, être repensée, en considérant que l’implantation de certaines familles doit être prise en charge sur le plan de l’intégration et sur le plan social et non traitée comme une « intolérable intrusion » sur le territoire français.

2° Mais une véritable politique de l’immigration passe également et surtout par la mise en place d’outils d’intégration des étrangers qui souhaitent s’installer durablement en France. C’est la seconde problématique du débat.


A cet égard, l’un des apports majeurs de la loi du 24 juillet 2006 relative à l’immigration et à l’intégration est la mise en place d’un « parcours d’intégration »de l’étranger qui souhaite s’installer durablement en France. La loi du 24 juillet a rendu obligatoire la mise en oeuvre d’un « contrat d’accueil et d’intégration » (CAI), dispositif déjà existant depuis juillet 2003 à titre expérimental. Ce contrat comporte, d’une part, une formation linguistique sanctionnée par un diplôme national et, d’autre part, une présentation des institutions de la République et des principes qui régissent la République française.

La loi (qui modifie en ce sens le CESEDA) prévoit en outre que la délivrance d’une première carte de résident est, dans les cas prévus par l’article L 314-9 du code (conjoint de français, membres de la famille venus au titre du regroupement familial, père ou mère d’un enfant français), subordonnée à l’intégration républicaine de l’étranger dans la société française (article L 314-2 du même code). Une telle mesure apparaît pertinente : l’établissement durable en France passe par l’intégration de l’étranger dans la société française ; cette intégration nécessite l’apprentissage de la langue française et, d’autre part, l’engagement personnel de l’intéressé de respecter les principes qui régissent la République française, au nombre desquels figurent le principe de l’égalité des droits entre les hommes et les femmes et le principe de la laïcité, mais aussi le principe de la liberté individuelle, de la liberté de conscience etc....

Sur ces problèmes d’intégration, deux questions distinctes se posent :

- L’intégration concerne non seulement les parents, mais aussi les enfants : dans ce domaine, la France a pris un grand retard : le CAI aurait déjà dû être prévu depuis de nombreuses années ; qu’en est il des enfants qui n’ont à la maison ni soutien scolaire, ni stimulation intellectuelle, c’est à dire ceux dont les parents, ne connaissant pas le français, ne sont pas en mesure de préparer leur intégration dans la société française ? Seules des associations sont concrètement en mesure de prendre en charge ces enfants et de leur assurer un minimum de soutien en termes d’intégration à l’école. La mise en place d’un CAI au niveau des parents ne dispensera pas la collectivité au sens large d’aider financièrement ces associations et de faire de ce soutien une priorité politique, au point de rencontre des politiques d’éducation nationale et d’intégration. Il faut ainsi que l’Etat consacre des crédits aux communes connaissant un fort taux de population immigrée afin que l’action de ces associations soit largement encouragée. Il n’est dans ce domaine nul besoin d’une réforme législative, mais « seulement » de prévoir des dotations en crédits.

- Jusqu’où doit on aller dans l’exigence d’intégration ?

Apprendre la langue française est une chose, s’assurer que les familles en cause vivent dans le respect des principes républicains en est une autre.

Comment va-t-on s’assurer que les étrangers qui demandent une carte de résident vivent dans « le respect effectif des principes qui régissent la République française » ? Qu’en sera-t-il des familles qui vivent selon la tradition de leur pays d’origine, en méconnaissance du principe de la laïcité ou du principe d’égalité de traitement entre les hommes et les femmes (confinement de la femme à la maison, mariages forcées, mutilations sexuelles...) ? Devra-t-on refuser sur ce terrain un titre de séjour durable ; Je pense que oui : aucune intégration durable ne sera possible s’il y a méconnaissance d’un « code » social commun.

Le multiculturalisme et sa confrontation aux valeurs qui forment le socle de la République française depuis un siècle et plus constituent un enjeu et une gageure pour les gouvernements des prochaines années, qu’ils soient de droite ou de gauche.


Moyenne des avis sur cet article :  3.11/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • Marsupilami Marsupilami 6 décembre 2006 12:34

    « Comment va-t-on s’assurer que les étrangers qui demandent une carte de résident vivent dans « le respect effectif des principes qui régissent la République française » ? Qu’en sera-t-il des familles qui vivent selon la tradition de leur pays d’origine, en méconnaissance du principe de la laïcité ou du principe d’égalité de traitement entre les hommes et les femmes (confinement de la femme à la maison, mariages forcées, mutilations sexuelles...) ? Devra-t-on refuser sur ce terrain un titre de séjour durable ; Je pense que oui : aucune intégration durable ne sera possible s’il y a méconnaissance d’un « code » social commun ».

    Oui, mais s’ils ont des enfants scolarisés, que fait-on (contradiction flagrante avec la première proposition) ?

    Et que fait-on dans le cas des familles ayant reçu la citoyenneté française et qui ne respectent pas les lois de la République, l’égalité entre sexes et le principe de laïcité ?


    • seb59 (---.---.180.194) 6 décembre 2006 14:16

      « Une « régularisation » se conçoit pour ces étrangers, au moins à titre « humanitaire ». »

      Non, je ne suis pas d’accord avec vous !

      Pourquoi la france devrait elle laisser entrer des immigrés sans papier au titre de l’« humanitaire » ?

      Nous ne pouvons pas porter toute la misere du monde sur nos epaules ! Les sans papiers sont des gens qui rentrent illegalement en france, à l’encontre de nos lois.

      Et ces personnes le savent ! Et nombre d’entre elles jouent la montre, en esperant (sachant ?) que tot ou tard, un gouvernement va les regulariser.

      Bafouer nos lois ainsi, justifie l’expulsion de ces personnes, avec enfants et famille.

      Le principe du « j’ai un enfant scolarisé alors on peut pas m’expulser » me revolte !

      Autant distribuer les cartes de sejour dans ce cas ... smiley


      • Astérix* (---.---.20.45) 10 décembre 2006 01:04

        La France ne peut laisser les Africains, bronzés ou noirs, venir se reproduire chez elle jusqu’à ce que les Français européens deviennent minoritaires, avant de finir par disparaître.

        Ce qui ne saurait tarder, compte tenu qu’ils ont 4 enfants par femme, et jusqu’à 14 au frais du contribuable comme le célèbre imam de Vénissieux, quand les Françaises en ont péniblement 1.5 ou 1.6

        Et ne vous semble-il pas curieux, alors que notre natalité est inférieure à 2 enfants par femme, et donc négative, nous soyons passés de 50 à 62 millions en deux coups de cuillère à pôt !!!!!

        D’où ils sortent ces 12 millions++ ????

        Ça s’appelle du nettoyage ethnique où je n’y connais rien !

        "Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri [...]Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans qui, demain, seront vingt millions et après-demain quarante. Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-deux-Églises, mais Colombey-les-deux-Mosquées !” Charles de Gaulle

        Astérix*


      • F. ANTONY (---.---.1.39) 10 décembre 2006 12:51

        Savez-vous que la population française vieillit inexorablement et que la pyramide des âges évolue en conséquence de manière négative ? . Nous avons besoin de l’immigration pour renouveler les jeunes générations et remplacer les départs en retraite en masse ces prochaines années. L’intégration et l’assimilation sont tout à fait à l’ordre du jour : ce sont desenjeux fondamentaux et incontournables, à l’ordre du jour de toutes les réunions interministérielles, notamment les réunions du CICI (comité interministériel de contrôle de l’immigration) . Vous ne pouvez en rester à des appréciations vieilles de trente ans. C’est comme si en éducation, vous prôniez le martinet pour faire travailler les enfants !

        la « cervelle de colibri »


      • Obélix (---.---.248.236) 10 décembre 2006 14:01

        Bravo !

        Mais voyons, quand la France sera devenue l’Afrique, qui-donc viendra apporter des sacs de riz à nos petits noirs affamés ?

        Les mêmes causes produisant les mêmes effets, les populations qui meurent de faim et se massacrent en Afrique, mourront de faim et se massacreront en France Africaine !

        Il est d’un esprit malade de penser que notre deficit de natalite puisse etre compense par la colonisation de la France par des populations exotiques qui lui sont totalement etrangeres tant par la religion, les moeurs et la culture que par la race.

        Et il ne s’ en trouve pas un parmi vous, tetes d’ oeuf, pour proposer des lois natalistes au seul profit des Francais de Souche Europeenne (FSE).

        Si, il y eut Michel Debre qui institua les Allocations Familiales pour que les Francais fabriquent de petits Francais

        Mais comme ca faisait un peu trop Vichy, le benefice des Allocs fut etendu, au detriment des meres europeennes, a tous les etrangers venant vivre sur notre sol !

        La pompe aspirante etait ainsi inventee !

        Obelix


      • F. ANTONY (---.---.1.39) 10 décembre 2006 15:36

        Que de peurs et que haine, M. le FSE (on n’est pas loin de la « race aryenne ») ! on ne construit pas une politique de l’immigration sur un tel terreau. portez vous donc candidat pour escorter les mamans en situation irrégulière avec leurs bébés , le fusil à la main, vers les charters , menton en avant , avec en tête, une « belle idée de la France » !


      • Astérix* (---.---.31.151) 11 décembre 2006 15:07

        ’Maman’est le premier de l’enfant pour sa mère. Laissez-lui en donc l’exclusivité car il est trop chargé de magie pour être galvaudé !

        Je sais que depuis ’Nique ta Mère’ le mot ’mère’ est devenu une insulte. Il est donc en voie d’être banni du langage par les extrémistes du politiquement correct !

        Quelle mièvrerie !

        Berthe aux Grands Pieds : la maman de Charlesmagne ????

        Anne d’Autriche : la maman de Louis XIV ?????

        Décidemment, le ridicule ne tue plus.

        Asterix*


      • F ANTONY (---.---.73.102) 11 décembre 2006 19:17

        Vous êtes dans l’invective et la polémique, pas dans le débat raisonné. ça vous amuse peut être , pas moi. Bye


      • Astérix* (---.---.31.151) 12 décembre 2006 00:25

        Les bons comptes de l’Imam de Vénissieux

        Des petits malins se sont amusés à calculer combien coûtait au contribuable Abdelkader Bouziane, l’imam de Vénissieux, expulsé provisoirementen 2004 par la France après avoir déclaré que l’on pouvait battre sa femme...

        M. Bouziane a 2 épouses et 16 enfants, 8 pour chaque femme...

        Pour la polygamie, Monsieur Bouziane explique :"J’ai déclaré mon statut à la Préfecture . Elle a accepté que ma deuxième femme me rejoigne en France sans lui délivrer de carte de résidence. Mais comme nos enfants sont nés en France, ils sont Français. Du coup même si elle n’a pas de papiers elle ne peut pas être expulsée".

        1)Madame Bouziane n° 1 : avec ses 8 enfants touche €978,08 d’allocations familiales tous les mois + 3 allocations pour jeune enfant = €438,98 + allocation logement €300 à la louche auquel s’ajoute le RMI pour deux personnes €626,82 + 8 enfants = €1964,02 + allocation de rentrée scolaire pour 4 enfants €1030,44.

        2) La deuxième épouse n’étant qu’une concubine est plus gâtée car considérée par la C.A.F comme un « parent isolé ». Elle touche donc l’API qui s’élève à €707,19 pour un parent seul avec 1 enfant auquel on ajoute 176,80 euros par enfant supplémentaire. Mme Bouziane n°2 touche donc tous les mois €1944,79

        3) Toujours pour ses 8 enfants l’épouse n°2 touche chaque mois €978,08 d’allocations familiales.

        4) Ayant 3 enfants de moins de trois ans elle a donc droit à l’A.P.J.E. €161,66 3 fois soit €484,98.

        5) Comme « parent isolé » allocation logement, à la louche plus ou moins €300

        6) Avec ses 8 enfants elle n’a pas le temps de travailler, d’autant que son barbu de mari déclare que la femme musulmane « n’a pas le droit de travailler avec des hommes parce qu’elle pourrait être tentée par l’adultère »...

        RMI pour une personne seule €417,88 + €167,15 par enfant soit au total €1755.

        7) Si elle a au moins 4 enfants en âge d’être scolarisés : Allocation de rentrée scolaire €257,61 x 4 = €1030,44 soit un total (en mensualisant la rentrée scolaire) de €5548,80 par mois pour la gagneuse N*2

        Au total Mr et Mme Bouziane n°1 peuvent toucher €3812,95 par mois et Madame Bouziane n°2 €5584 par mois

        Soit un total de €9 396.95 par mois ou FF61 640 par mois

        Français, continuez à bosser dur en sachant que les Nords et Noirs Africains ont besoin de vous !

        ...et ne manquez pas de faire suivre, afin que tous les contribuables sachent que ce n’est pas en vain qu’íls se saignent aux quatre veines pour que la « France » prospère.

        Remarque : Songez que le malheureux Imam, avec son unique concubine, fait figure de prolo des allocs à côté des Noirs multigames qui en ont 5 ou 6 avec quelques douzaines de marmots !

        Ya pas à dire : les allocations braguettes ça payent plus qu’une pute à Clichy !

        Asterix*

        D’aprés Bartoo (by.jover at gmail.com) - Date : 6 juin 2006 à 07h41


      • Astérix* (---.---.17.237) 13 décembre 2006 22:04

        >

        Bravo donc, car l’article de Jamet révelle quelques chiffres intéressants.

        Mais avec vous on ne sait jamais : Info ou Intox ?

        Comme disait Nietszche « la tolérance est le commencement de la décadence. »

        Sans rancune.

        Astérix*


      • Zamenhof (---.---.202.99) 13 décembre 2006 22:09

        C’est frappantr de voir renaître envers les « autres » les « éstrangerss » qui viennent d’« ailleurs » exactement les même haines, discriminations et répugnances que les Basques pratiquaient il y a quelsues siècles envers les cagots !

        "Les cagots en butte à l’hostilité du reste de la population, ont au cours des siècles, accumulé des rancoeurs contre les brimades, moqueries, agressions, diffamations, accusations. Au XVIIIème siècle, ils semblent susceptibles, impulsifs et même agressifs aussi bien envers des non-cagots qu’envers leurs congénères.

        D’après F. MICHEL (page 129) : « Il est rare qu’une réunion d’individus de pur sang se sépare à la suite d’une partie de plaisir sans que les cagots n’aient été l’objet de leurs sarcasmes et de leurs insultes ».

        D’après Gil REICHER : « Ils n’attaquent jamais pour provoquer une bagarre, mais si on les poussait à la lutte, ils y déployaient une remarquable bravoure ».

        D’après Gilbert LOUBES : « A côté de la volonté d’exclusion se manifeste à l’égard des cagots une certaine agressivité verbale, sous forme d’insultes, de vexations, de chansons désobligeantes, dont Francisque MICHEL a recueilli quelques spécimens ».

        Il a fallut aux populations du Sud-Ouest un millénaire pour accpter les cagots comme des hommes comme les autres ; et voilà que ça recommence ! smiley smiley

        Et tout ça basé en dernière analyse uniquement sur le fait que ces gens viennent ... d’« ailleurs », voilà le grand tabou !!

        « Lors des accusations des populations dîtes non-cagotes à l’encontre des cagots, le prétexte à leur vindicte était, parmi d’autres, »qu’ils venaient d’ailleurs". En effet les habitants de la vallée du Bastan et de la Navarre disaient qu’ils venaient du nord, du Béarn et de la Gascogne. Ceux du Pays Basque côté français croyaient que les cagots étaient originaires d’Espagne, donc du sud, tandis que les Aragonais, pour leur part, désignent leurs cagots comme natifs de la Haute-Navarre. Afin de justifier leur haine, leur ségrégation, leur mépris à l’égard des cagots, ces habitants non-cagots du Sud-Ouest de la France ou du Nord de l’Espagne les considéraient comme des étrangers venus d’une autre région, vallée, paroisse et installés à proximité de leur habitat, mais dans des hameaux ou quartiers isolés."

        Des gosses !! les hommes sont des sales gosses, quand deviendront-ils adultes ?


      • JLE (---.---.199.198) 15 décembre 2006 10:29

        @ Astérix

        Hallucinante, cette note de Jamet, n’est-ce-pas ? Avouez qu’en ces temps tourmentés, il y a de quoi s’interroger sur l’importance du fossé qui ne cesse de se creuser entre les technocrates européens et les petits citoyens que nous sommes. Cette note es tellement révélatrice de leur inconscience que j’ai tenu à vous le faire partager.


      • Astérix* (---.---.251.71) 17 décembre 2006 16:56

        > >

        Extraits de : extremecentre.org/2006/03/13/une-allocution-memorable-dabdelaziz-bouteflika/

        >

        Allocution Mémorable d’Abdelaziz Bouteflika

        (Beyrouth, Dimanche 07 Décembre 2003)

        Monsieur le Président, Altesse royale, Excellences, Mesdames et Messieurs,

        J’ai préparé, en cette occasion, un discours académique, dans lequel j’ai tenté d’exprimer à mon ami, Son Altesse royale l’Emir Khaled Fayçal Ben Abdelaziz, toute la révérence et l’estime qui lui reviennent de droit, au Président Emile Lahoud, le respect et la considération qu’il mérite et au Liban frère....................................

        J’ai évoqué dans mon discours les défis ...............notre glorieux passé..............Permettez-moi d’être franc avec vous ......................

        Si le Monde arabe ne disposait pas jusque-là d’un système approprié de mesure de ses performances économiques et sociales, des compétences arabes viennent de lui en proposer un sous la forme d’un “Rapport sur le développement humain arabe” réalisé avec le concours du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et du Fonds arabe de développement économique et social (FADES).

        >>le Monde arabe n’est pas riche, contrairement à ce qu’a longtemps laissé penser une idée reçue. Le produit intérieur brut des pays arabes (550 milliards de dollars) est inférieur à celui d’un pays comme l’Espagne (600 milliards de dollars) ;

        >>le revenu annuel moyen arabe par habitant est de moitié inférieur à la moyenne mondiale ;

        >>les exportations hors hydrocarbures de l’ensemble du Monde arabe (284 millions d’habitants) sont inférieures à celles d’un pays comme la Finlande (5 millions d’habitants) ;

        >>le Monde arabe traduit chaque année cinq fois moins de livres qu’un pays comme la Grèce qui ne compte que onze millions d’habitants ;

        >>le nombre total de livres traduits par les Arabes depuis l’époque du Khalife Al-Maamoun (9e siècle de l’ère chrétienne) équivaut au nombre de livres traduits chaque année en Espagne ;

        >>le nombre de brevets d’invention déposés par des Arabes entre 1980 et 2000 est de 370, contre 7.652 pour Israël (pour la même période) ;

        >>le nombre d’utilisateurs d’Internet est de 1,6% de la population dans le Monde arabe, contre 79% aux Etats-Unis ;

        >>il y a 18 ordinateurs pour 1.000 habitants dans le Monde arabe, contre 78 dans les pays industrialisés ; 53 journaux pour 1.000 habitants paraissent chaque jour dans le Monde arabe, contre 285 dans les pays industrialisés. .................................... Il est un fait que nous ne pouvons plus faire semblant d’ignorer, à savoir que tous les pays issus des anciennes civilisations ou des grandes religions nous ont largement devancés sur la voie du progrès et du bien-être, que ce soit les hindous, les bouddhistes, les confucéens, les juifs ou, bien entendu, les chrétiens.

        ..................

        Par une sorte de coïncidence de l’histoire, c’est entre 1860 et 1880 que les Japonais, les Hindous, les Chinois, les Arabes et les Juifs ont simultanément pris conscience de leur décalage historique par rapport à l’Occident, et entrepris d’y remédier en jetant les bases de leur renaissance et de leur mise à niveau technologique. A l’exception de celui porté par les arabo-musulmans, tous ces projets ont débouché au bout de quelques décennies sur des puissances de rang respectable.

        ...............

        Quand on médite avec le recul nécessaire sur les causes de l’échec de la Nahda arabe et sur ce “siècle pour rien” durant lequel nous avons connu “nakba” sur “naksa”, on ne peut que se rendre à l’évidence que celles-ci ne sont pas d’ordre économique, politique ou militaire, mais qu’elles tiennent fondamentalement à nos représentations mentales, à notre manière de comprendre le monde et la vie. Ces causes ne ressortissent pas aux moyens, comme le disait le penseur algérien Malek Bennabi, mais aux idées. Si nous avons tout fait faux, les uns et les autres, et ce, malgré la diversité des approches appliquées, c’est parce que nos idées, qui, elles, procèdent d’une même trame et d’une même matrice, nous ont porté aux mêmes erreurs et aux mauvaises décisions que nous avons parfois prises dans les domaines de la politique, de l’économie et des relations internationales depuis que nous avons repris en main nos destinées. Et lorsque nous rapportons notre état général à celui des nations qui se sont développées au cours du XXe siècle, lorsque nous comparons leurs ressources naturelles aux nôtres, lorsque nous confrontons les facteurs favorables et les handicaps qui ont été le lot des uns et des autres, l’explication de notre retard et de notre échec collectif surgit d’elle-même : la vision des choses qui nous anime est inadaptée aux défis et aux réalités auxquels nous sommes confrontés.

        Beaucoup de penseurs arabes ont tiré au cours du siècle dernier la sonnette d’alarme et appelé l’attention des masses et des élites sur la nécessité de réformer des modes de pensée devenus anachroniques

        ................ces réformateurs, disais-je, ont posé les problèmes du Monde arabe dans des termes que la culture ambiante ne pouvait pas accepter. ............................ Ces réformes doivent toucher nos systèmes politiques, nos systèmes éducatifs, nos politiques économiques, nos relations entre nous et avec le reste du monde. Nous devons mettre en place une organisation sociale fondée sur la liberté de pensée, la liberté de conscience, la liberté de commerce et d’industrie, le pluralisme politique, l’égalité entre l’homme et la femme, la séparation des pouvoirs... .......................... La nouvelles Renaissance, nous devons l’appréhender non plus comme un thème théologique, mais comme une mutation psychologique à réaliser.

        RETENONS QUE :

        >>>>>>>>>>>> « le nombre total de livres traduits par les Arabes depuis le IXeme siècle chrétien équivaut au nombre de livres traduits chaque année en Espagne. »

        Qu’on arrête donc la désinformation en cours sur la grande culture Arabe qui nous aurait amené la Renaissance : au VIIIeme siécle ils sortaient à peine du désert et au IXeme ils disparaissaient. Et la grande culture abbaside était grecque, Perse et Indienne mais pas Arabe !

        Quant à leur Renaissance, comme dit Bouteflika, on l’attend toujours !

        Astérix*


      • Frédéric ANTONY 6 décembre 2006 15:04

        Effectivement, il peut y avoir contradiction : l’arbitrage est à faire par le législateur, entre le critère de la présence d’enfants scolarisés qu’on peut difficilement envoyer vivre dans leur pays d’origine et le critère du défaut d’assimilation des parents. La matière est loin d’être simple et ne se résoud pas à une opposition régularisation massive/reconduite. Par ailleurs, le pb de l’acquisition de la nationalité française est autre chose : il s’agit d’une réglementation différente : code civil et la population n’est pas forcément la même. Frédéric ANTONY


        • seb59 (---.---.180.194) 6 décembre 2006 15:23

          « enfants scolarisés qu’on peut difficilement envoyer vivre dans leur pays d’origine »

          Pourquoi ne le pourrait on pas ? Leur presence est une consequence du choix des parents (entree irreguliere).

          Nous ne sommes pas responsables de leurs enfants.

          Aux parents d’assumer leurs erreurs, et d’etre expulsés avec leur famille.

          La regle la plus simple est souvent la meilleure !

          En agissant ainsi on enverrait un message fort à tous les candidats à l’immigration irreguliere : « la france est un etat de droit, et l’immigration sauvage n’est pas la bienvenue ».


        • F. ANTONY (---.---.37.186) 8 décembre 2006 15:52

          Allez donc en parler aux membres du collectif « citoyens solidaires » qui se battent depuis bien avant l’été pour défendre les familles des enfants scolarisés depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, pour éviter l’expulsion de ces gamins ; parlez-en aux enseignants qui soutiennent cette action ; parlez en aux parents concernés français dont les enfants fréquentent ces enfants et qui les ont reçus ; votre solution expédiente manque un peu du sens des réalités, croyez moi ! dans ce domaine, évitons les idées toutes faites et les jugements à l’emporte pièce, restons humbles.


        • Asterix* (---.---.248.236) 10 décembre 2006 16:09

          Ce qui est triste est que l’Arabo-Africanisation de la France n’ est pas un fait subi mais voulu, decide et mise en oeuvre.

          Quand on a admis cela on a tout compris !

          Il faut lire ’EURABIA’ de Bat Ye’or, un ouvrage extremement documente qui expose le projet d’ une grande puissance EURO-ARABE devant s’opposer aux Etats-Unis.

          Autrement dit : Immigration contre Petrole et fusion Euro-Arabe pour edifier un grand ensemble geopolitique.

          D’ou notre revirement anti-Israelien d’abord et anti-Americain ensuite.

          26-27-28 avril 2006

          Institut du Monde Arabe à Paris

          « Perspectives d’un partenariat stratégique euro-arabe »

          Non seulement culturel, economique et politique mais STRATEGIQUE !

          Eurabia est a l’origine le titre d’une publication éditée en 1975 par le Comité Européen de Coordination des Associations d’Amitié avec le Monde arabe.

          ’La condition préalable à tous les accords économiques avec les pays de la Ligue Arabe, nécessitait la création en Europe « d’un mouvement d’opinion » favorable aux Arabes. Cette question avait été examinée par de nombreux experts de l’Association de Solidarité Franco-Arabe et de l’Assemblée Générale de l’Association Parlementaire pour la coopération Euro-Arabe à Strasbourg :

          D’entree de jeu les Arabes diktat leurs conditions :

          « S‘ils veulent réellement coopérer avec le monde arabe, les gouvernements européens et les dirigeants politiques ont l’obligation de s’élever contre le dénigrement des Arabes dans leurs organes d’information. Ils doivent réaffirmer leur confiance en l’amitié euro-arabe et leur respect envers la contribution millénaire des Arabes à la civilisation universelle. Cette contribution et son application pratique seront l’un des thèmes de notre prochain numéro. ». (Editorial

          D’ou l’entreprise de desinformation creatrice d’ un certain nombre de mythes :

          - L’Age d’or de la Science Arabe : FAUX ! Les savants de Bagdad etaient Perses ou Grecs. On ne peut pas en meme temps sortir du desert et avoir invente l’eau chaude !

          - L’algebre : FAUX ! Chinois-Indien-Perse. Transmis par les caravanes.

          - Le Paradis Andalous : FAUX ! Celle-la, c’est la meilleure !Chretiens et Juifs y avaient le statut de dhimmi, autrement dit de sous-hommes. Avicenne et Averroes, tant cites pour leur ouverture d’ esprit , en furent bannis !

          - Les Arabes nous ont transmis l’heritage grec : FAUX ! Constantinople, Rome et Florence avaient des echanges permanents. Les grecs avaient des colonies en Sicile et a Marseille. La chute de Constantinople en 1453 provoqua un exode de ses intellectuels vers l’ Italie et en particulier Florence, berceau de la Renaissance,

          Si nous n’avons pas eu besoin des Arabes pour declencher notre Renaissance, eux, par contre, on attend toujours la leur !!!

          On n’avait jamais enetendu parler de tout cela avant 1975.

          Depuis, sur ordre de la Ligue Arabe la machine `a desinformer, la Propagandastaffel, s’est mise en marche !!!

          Asterix*


        • Zamenhof (---.---.202.99) 13 décembre 2006 22:11

          Avez-vous lu le fameux texte de Saint-Exupéry : « C’est Mozart qu’on assasine » ?


        • VEGA Thierry (---.---.61.116) 6 décembre 2006 16:22

          La seule réponse à cet article de « délire humaniste » est de faire comprendre à son auteur que la seul vraie politique de l’immigration est celle d’une immigration Zéro, accompagné de l’expulsion de tous les allogénes qui vampirisent notre économie !

          C’est simple, mais ça devrait être éfficace !

          Thierry


          • F. ANTONY (---.---.37.186) 8 décembre 2006 15:57

            Mais Monsieur, réveillez vous ! l’immigration zéro est impossible, regardez les infos, les reportages, réalisez la pression qui vient des pays tiers , un nombre important d’étrangers est prêt à tout pour gagner l’Europe et notamment la France, y compris « crever » ! n’avez vous pas lu les reportages du Monde sur l’immigration clandestine ? ; voulez vous donc ériger un mur de quinze mètres de haut tout autour du territoire français. Votre naîveté est sidérante. Informez vous !


          • Asterix* (---.---.248.236) 10 décembre 2006 16:35

            Souvenez-vous ! Meme Raymond Aron reconnaissait a contre coeur que la victoire du Communisme sur le Capitalisme etait dans sens de l’ Histoire et donc ineluctable.

            Et puis arriva Ron Reagan. Et Walesa et Wotjila....

            Et le sens de l’ Histoire a fait plouf !

            Quant a l’ immigration, charbonnier etant maître chez soi, il suffit d’ arreter la pompe asirante pour qu’ elle se tarisse.

            Juste une vanne a tourner :

            Si Pas de papiers=pas d’embauche=pas de travail =pas d’allocs=pas de soins =pas de logement=rien a bouffer vous verrez que votre pompe aspirante va devenir refoulante. Et vite !

            Un conseil : ne lisez-pas le Monde, c’est un monstre de desinformation.

            Asterix*


          • marcel (---.---.119.181) 6 décembre 2006 17:29

            Une vraie politique de l’immigration est la reconduite à la frontière d’une part et de porter des projets de développement dans les pays de ces migrants d’autre part.

            Je travaille dans une ZUS et ce sont les assedic qui payent les réfugiés. C’est de l’ordre de 90€ par semaine.

            Question : est ce normal que les assedic payent des indemnités à des réfugiés au détriment des chômeurs ?


            • seb59 (---.---.180.194) 6 décembre 2006 17:33

              @ marcel

              Pour ma part, je ne vois pas pourquoi un refugié touche le moindre centime de l’etat.

              Voila la premiere economie a mettre en oeuvre.


            • Asterix* (---.---.248.236) 10 décembre 2006 17:27

              Les Assedic qui payent les refugies ???? Mais non !

              Les Assedic c’est comme l’ Etat, les Regions, les Departements ou les Communes : elles n’ ont pas un rond !

              Il n’ y a que les Francais pour ne pas realiser que le soi-disant argent de l’ Etat, c’est le leur !

              Les seuls qui ont des ronds ce sont les contribuables... et encore, pas pour longtemps !

              Ce sont donc eux qui payent pour les refugies, pour les sans papiers, pour le regroupement familial, pour les voitures et les bus qui brulent, pour les ecoles en panne, pour les flics, pour les pompiers, pour les prisons et pour l’ intergration dont ils ne veulent pas etc

              Combien ca coute ?????

              Tabou !

              Hein ?

              Pourquoi tu tousses ?

              Asterix*


            • Internaute (---.---.0.53) 6 décembre 2006 18:16

              Avec des magistrats comme l’auteur on n’est pas sorti de l’auberge. Je suppose qu’il est le premier à condamner à dix ans de prisons un maire qui refuse de vendre un bout de sa commune aux Africains et qu’il absoud d’avance ceux qui brûlent nos autos.

              Monsieur, vous devriez aller exercer vos talents anti-français à Mogadiscio.

              Une vraie politique de l’immigration est de rendre la vie tellement impossible à ceux qui ne sont pas invités qu’ils n’aient plus envie de revenir. Si l’Europe nous interdit d’extrader les étrangers en situation irrégulière, rien nous interdit de les déplacer sur le territoire de la République, lequel contient aussi de nombreux atolls dans le pacifique.

              Il n’y a pas la moindre raison pour que nous financions un développement en Afrique lequel ne se fera jamais sans une véritable colonisation. Avec 1.200 milliards d’aide déjà donnée, nous voyons le résultat. Rien, toujours rien. Pourquoi continuer dans cette voie sans issue ?


              • Asterix* (---.---.248.236) 10 décembre 2006 19:53

                Inutile de poursuivre une aide incontrolee a l’Afrique, aide detournee par des chefs tribaux affubles du titre de President, voir d’Empereur, qui s’offrent avec les fonds destines a leurs peuples des apartements de luxe a Singapour, New York, Monaco, Paris ou Geneve.

                Il est evident que cet aide financiere devrait etre investie sous controle du bailleur, ce qui impliquerait une Re-Colonisation de l’Afrique.

                Quant a ceux qui, tel Chirac, le professionel de la compassion, s’appitoyent sur le sort de l’Afrique, ils savent aussi bien que vous et moi que la Politique Agricole Commune subventionnee est l’une des causes de sa ruine.

                Quand un poulet europeen subventionne arrive a Dakar ou a Abidjan a un prix qui est de moitie inferieur a celui d’ un poulet local, cela signifie la ruine d’un producteur qui ira grossir la population des bidon-villes.... une famille de plus que l’Europe devra nourrir.... en Afrique ou chez nous !

                Ceci est vrai pour l’agriculture mais aussi pour la peches : les eaux poissonneuses du Senegal sont pillees par la peche industrielle et chacun connait le drame de la perche du Nil du Lac Victoria dont l’UE a importe 45 000 tonnes en 2003 et qui est maintenant en voix de disparition.

                Pour cette meme raison, seul 1/3 des terres agricoles du Cameroun sont exploitees.

                Conclusion : l’UE pille l’Afrique, detruit son economie locale et la condamne a l’assistanat.

                Mais tout cela est du passe : la Recolonisation est en marche et les Chinois s’en charge !

                Asterix*


              • La Taverne des Poètes 6 décembre 2006 19:53

                Article intéressant sur le plan informatif et qui pose assez bien la réflexion.

                D’accord avec la volonté exprimée dans le titre : il faut une véritable politique de l’immigration. Je doute que Sarkozy, vu les exemples déjà donnés par lui, aille en ce sens. Ni Le Pen. Mais quel candidat ou parti a présenté un projet sérieux ?


                • stefword (---.---.79.125) 7 décembre 2006 01:09

                  Je me demande bien à quoi ont pu servir alors les deux grandes nboucheries du 20ème siècle si ce n’était pour éviter à un peuple (les teutons) d’en dominer un autre par l’envahissement de son territoire et par l’aliénation de sa culture.... Nous en sommes presque au même stade, l’envahissement tiers-mondiste est perpétuel et commence sérieusement à influer sur la qualité de vie et la culture du VRAI peuple français...Ouvrez les yeux et arrètez vos délires humanistes à trois balles !


                • (---.---.229.236) 7 décembre 2006 01:22

                  « Normalement, ça devrait donc pas tarder à disparaitre ces conneries, vu qu’il n’y a qu’une seule Terre. »

                  Viens donc vivre dans mon quartier : c’est presque « arabe obligatoire » si tu veux parler à tes voisins ou faire tes courses, et on verra aprés si tu es toujours aussi joisse de l’immigration..


                • DEALBATA (---.---.166.140) 7 décembre 2006 09:33

                  C’est vrai, en 1940 on aurait dû les accueillir avec plus de respect et Kollaborer avec eux. A bas les frontières ! Cette idéologie de néo-collabobos est pitoyable, peut-on affréter une navette avec du carburant pour l’aller en direction de mars pour que ce bipède équipé d’une déchetterie idéologique puisse aller vivre avec nos amis les martiens ?


                • seb59 (---.---.180.194) 7 décembre 2006 10:12

                  @Arthur Mage

                  Ben justement s’il n’y a qu’une seule terre, que chacun apprenne à respecter l’autre et ses lois.

                  Venir s’installer en france sans papiers est ILLEGAL ! C’est pas compliqué !

                  La loi est la meme pour tout le monde.

                  Parce qu’une fois en france qu’est ce qui se passe pour l’immigré :
                  - j’ai pas de logement
                  - j’ai pas de boulot
                  - j’ai une famille , je la fait venir
                  - ils n’ont pas de boulot non plus
                  - je n’arrive pas a m’integrer
                  - ma famille non plus
                  - les lois , je m’en tamponne
                  - je demande des aides pour vivre , et ma famille, mes enfants
                  - je viens defiler dans la rue, soutenu par des assos, car je suis fier d’etre là illegalement.
                  - et puis j’aimerai bien voter aussi
                  - et je me sens discriminé

                  Tu crois pas qu’on est un peu trop sympa avec tout le monde ?

                  J’aimerai bien, moi aussi, qu’on soit sympa quand je paie mes impots, ou que je me fais prelever sur la fiche de paye !


                • seb59 (---.---.180.194) 7 décembre 2006 10:15

                  @ arthur

                  « perdent violemment la boule »

                  t’as pas encore compris qu’ils faisaient ca pour s’amuser et faire les malins ?

                  Ils ne revendiquent rien du tout. Enfin si : dehors les poulets, un boulot facile et du fric...


                • seb59 (---.---.180.194) 7 décembre 2006 11:16

                  @ arthur

                  Avant tout, merci d’avoir (et de) corriger mes fautes d’orthographe. Car malheureusement, je tape vite et j’ai d’autres choses à faire à coté, ce qui n’a pas l’air d’etre votre cas. Pour l’integration et l’education, ne vous en faites pas, j’ai ce qu’il faut.

                  Je vais reprendre moi aussi vos commentaires, on ira plus vite.

                  Pour chirac, ca n’est pas mon pote, je ne le connais pas, il merite surement la prison. Comme 75% des hommes politiques à mon avis, vu que la plupart font de la politique pour l’argent et le pouvoir.

                  Mais on n’est pas là pour parler de J.Chirac (avec une Maj pour vous faire plaisir).

                  « (Et crever de misère, c’est LEGAL ou c’est ILLEGAL ? L’empathie, ce qu’on appelle l’humanité, c’est LEGAL ou c’est ILLEGAL ?) » :

                  Oui, c’est bien beau tout cela, mais il y a surement sur la terre au moins 1 millard de personnes pauvres, malheureuses, brimées (c’est moche, je suis d’accord) et on ne va pas toutes les accueillir ici, ni pouvoir financer leur vie.

                  - « logement (trop cher) » : c’est pareil pour tout le monde

                  - « boulot (chômage) » : ca aussi, les personnes habitant legalement en france y sont confrontées.

                  - « j’ai une famille , je la fais venir (vous êtes normal) » : normal ? si la personne est en regle, peut-etre, sinon NON ! Le but c’est quoi ? Profiter du système ?

                  - « je n’arrive pas a m’intégrer (fantasme de français) » : Ah bon ? Pourtant, nombreux sont les articles ecrits sur Agoravox par des « pro-immigrations » qui se plaignent de cela...

                  - « les lois , je m’en tamponne (sport français) » : possible, mais étant francais je prend mes risques, prison et amende. Et respecter les lois du pays qu’on veut integrer, c’est la moindre des choses !

                  - « je demande des aides pour vivre , et ma famille, mes enfants (normal) » : financées par qui ? Les gens qui travaillent légalement et qui payent des impots. On peut aussi amener des cadeaux de noel si vous voulez, je suis sur que les citoyens francais ont trop d’argent.

                  - « je suis fier d’être là illégalement (et de souffrir ?) » : S’il souffre, c’est qu’il serait mieux ailleurs , non ?

                  - « j’aimerai bien voter aussi (c’est bien !) » : qu’est ce qui est bien ? que les gens qui sont illegalement sur le territoire votent ?

                  - « Il suffit de vous lire pour voir qu’ils ont raison de se sentir discriminés. » : si discriminer l’autre, c’est defendre ses propres opinions, alors oui ils peuvent. Sinon, je n’ai rien contre ses personnes, je demande le respect des lois et de notre pays.

                  Pour finir, l’epoque ou l’on pouvait se permettre d’etre une « grande terre d’accueil » est terminée, et il serait temps de ranger les grands principes humanistes/hippies !

                  J’ai fait un effort sur l’orthographe, bien à vous...


                • (---.---.229.236) 7 décembre 2006 11:19

                  Cette amour des immigrés est suspect. Vous êtes un fou suicidaire, vous haissez les français, vous voulez les anéantir : vous devriez consulter.


                • seb59 (---.---.180.194) 7 décembre 2006 11:38

                  @Arthur Mage

                  Tiens, plus d’arguments maintenant, bizarre...

                  On va pas tarder à se faire traiter de racistes.


                • DEALBATA (---.---.166.140) 7 décembre 2006 12:01

                  S’il y a des étrangers qui méritent d’être Français, il y a des Français qui ne mérite plus de l’être : Incitation à la haine nationale. Déchéance de la nationalité Française et départ vers ce nouvel Eldorado qu’est le DegueuliColorLand. Le sida de la pensée cela se soigne par une tri-thérapie qui à fait ses preuves : « Travail, Famille, Patrie ».


                • Fred (---.---.155.75) 7 décembre 2006 13:19

                  Arthur Mage,

                  ce n’est pas un probleme de peur de ses semblables mais simplement un probleme de realisme par rapport a l’empleur du probleme. Les immigres sont mal integres, nous sommes endettes alors pourquoi en faire venir plus ? Nous devons d’abord resoudre les problemes en France et aider les gens en France (Francais ou pas d’ailleurs) qui sont en difficulte avant de penser aider les autres pays.

                  Je me demande combien d’argent nos chers humanistes donnent chaque annee pour aider ces personnes qui veulent accueillir en France. Au vu des statistiques de don prive en France, j’ai peur qu’il y ait de beaux discours mais rarement des actes.


                • Astérix* (---.---.18.5) 12 décembre 2006 12:02

                  On ne saurait à la fois glorifier la Résistance à l’invasion et à l’occupation allemande des années 40 et en même temps souhaiter l’invasion et la colonisation de la France par l’Afrique !

                  Et il est tout de même bizarre que les soi-disant anti-colonialistes d’hier soient devenus les plus enragés supporters de l’immigration d’aujourd’hui !

                  Masochisme ???????????????

                  Astérix*


                • (---.---.229.236) 7 décembre 2006 00:58

                  La France aux français, l’Algérie aux algériens, ca m’a l’air d’une trés bonne politique.

                  « Le multiculturalisme et sa confrontation aux valeurs qui forment le socle de la République française depuis un siècle et plus constituent un enjeu »

                  Arf ! Nous sortir le discours à la mode, qu’on aura oublier avant 10 ans, non vraiment, ca ne fait pas sérieux..

                  Et puis c’est quoi les valeurs de la république ? La France est tout de même plus important que la république, qui n’est qu’une forme organisation, respectable, mais sans plus. Ce n’est évidement pas la république qui fait le français. Ce sont les français qui ont des valeurs, pas une abstraction, mais ces valeurs ne définissent pas une identité, car les valeurs, on en change lorsqu’elles ne fonctionnent plus. C’est pour cela qu’un immigrés, même avec des papiers d’identité français, et respectant les lois, n’est pas pour autant un français, et cela sur plusieurs générations en général. D’ailleur la plupart des immigrationnistes sont eux même des immigrés. Pour eux, être français se réduit à être républicain..

                  Enfin, les français ne veulent pas des immigrés. On voit tout les jours des enseignants, des journalites, et autre donneurs de leçons se débrouiller pour ne jamais les fréquenter, ni vivre avec, et jamais faire cohabiter leur enfants avec eux. Toute la société est en train de s’organiser autour du concept de race, même si c’est implicite, évidement. Bref, tôt ou tard le Fn arrivera au pouvoir : la question raciale en France n’en est qu’à ses débuts. (Je n’ai jamais compris comment les gens qui assimile le Fn au Nazi et lepen à hitler en arrivent à la conclusion que la réponse est d’augmenter le nombres de Juifs -d’immigrés... Si quelqu’un à la réponse..)


                  • (---.---.166.229) 7 décembre 2006 02:49

                    Plus fort que l’immigration, la supression du droit de vote pour les Français arrivés en Nouvelle-Calédonie après 1998 !

                    Le texte qui sera soumis au vote des députés le 13 décembre vise à rétablir à la date de 1998 le gel du corps électoral de Nouvelle-Calédonie pour les élections provinciales de 2009 et de 2014, comme le réclament les indépendantistes.

                    Villepin est pour, soutenu par la gauche, alors que Sarkozy et la majorité de l’UMP considèrent que tous les résidents français depuis plus de dix ans doivent avoir le droit de voter, quelle que soit leur date d’arrivée dans l’archipel.

                    Au moment où l’on parle de faire voter les étrangers aux élections locales de métropole - parce qu’ils payent des impôts, cette curieuse exception calédonienne fait du bruit. Si cette loi était votée, il faudrait qu’elle soit soumise au Conseil Constitutionnel.

                    Déjà certains envisagent de ne plus payer leurs impôts s’ils ne peuvent pas voter en 2009.

                    Le but de la manoeuvre est de ne pas risquer qu’un jour les kanaks soient minoritaires en Nouvelle-Calédonie ; on leur a fait des promesses dans ce sens, paraît-il. Belle idée dont pourraient s’inspirer les Corses, et - pourquoi pas - les Français de métropole.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès