Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pourquoi des gens sont-ils silencieux - voire pire - à propos du 11 (...)

Pourquoi des gens sont-ils silencieux - voire pire - à propos du 11 Septembre ? Préface / introduction

Pourquoi les gens (bien) sont-ils silencieux - voire pire - à propos du 11 Septembre ?

C'est en substance la question que se pose Frances T. Shure, psychologue supportrice du mouvement Architectes et Ingénieurs pour la Vérité sur le 11 Septembre, dans une série d'articles, visibles ICI.

Avec l'aimable autorisation de Frances T. Shure, nous vous proposons une traduction de cette série, dont voici la première partie.

PARTIE 1 : Préface et Introduction

Frances Shure a effectué une analyse approfondie portant sur un sujet clé de notre époque : "Pourquoi les gens [biens] restent-ils silencieux – ou pire – à propos du 11 Septembre [ou 9/11] ?" L'essai qui en résulte, présenté ici comme une série, est une synthèse à la fois de la recherche universitaire et des observations cliniques.

L'analyse de Mme Shure commence par la reconnaissance de l'observation faite par les professionnels de la psychologie interviewés dans le documentaire "9/11 : les preuves explosives – les experts se prononcent" réalisé par les Architectes et Ingénieurs de la Vérité sur le 9/11, lesquels professionnels décrivent nos tendances humaines au déni afin d'éviter l'inconfort de la « dissonance cognitive ». En effet, la résistance à l'information qui défie sensiblement notre vision du monde est la règle plutôt que l'exception, explique Mme Shure. Il en est ainsi parce que la peur est l'émotion qui sous-tend la plupart des réactions de rejet à l'égard de l'information fournie par les sceptiques du 9/11. Mme Shure dresse le tableau des nombreux types de peurs qui sont concernées, et comment elles sont imbriquées dans le "mythe sacré" de l'exceptionnalisme américain.

À travers le prisme de l'anthropologie et de la psychologie sociale, Mme Shure mettra l'accent sur la diffusion des innovations ; l'obéissance et la foi dans les autorités ; les avis divergents (double pensée) ; la dissonance cognitive ; le conformisme ; la pensée de groupe (raisonnements grégaires) ; la théorie de la gestion de la terreur ; la théorie de la justification des systèmes ; la théorie de la détection du signal ; enfin la connaissance préalable des crimes d'Etat contre la démocratie et les politiques profondes (souterraines).
À la lumière de la psychologie clinique, Mme Shure explorera également les points de vue décrits dans les sections sur l'impuissance acquise ; le syndrome de la violence ; la dissociation ; et l'identification excessive au gouvernement des Etats-Unis. Deux sections sur la recherche du cerveau fourniront également des informations étonnantes sur notre nature humaine.
Enfin, les sections intitulées « exceptionnalisme américain », « Manipulation gouvernementale et mensonge », et « ceux qui manquent de conscience et d'empathie » contiennent des informations précieuses tirées des disciplines de l'histoire, de la psychologie sociale, de la psychologie clinique et des recherches sur le cerveau. Les dernières sections traiteront de la manière dont nous pouvons communiquer plus efficacement au sujet des preuves du 9/11, et de notre besoin humain de sensibilisation et de guérison. Mme Shure conclut en citant le poète Langston Hughes dans un épilogue éclairé qui demande : « Est-ce que l'Amérique est possible ? »

[La première partie (0)] commence avec la Préface et l'Introduction de Mme Shure. Les chapitres successifs nous feront explorer les contributions de la psychologie occidentale pour répondre à cette question obsédante : « Pourquoi les gens restent-il silencieux - ou pire - à propos du 9/11 ? »

Préface

L'essai qui suit n'est pas destiné à persuader quiconque de la théorie affirmant que des éléments au sein de notre gouvernement étaient responsables des attaques dévastatrices du 11 Septembre 2001. Ce document s'adresse davantage et en premier lieu aux 45% des Américains (1) - et à ces gens issues d'autres parties du monde - qui croient déjà qu'une nouvelle enquête est nécessaire, ainsi qu' à ceux qui ont tout simplement des doutes sur la version officielle du 9/11, mais qui n'ont pas approfondi la question. Ce document s'adresse également aux professionnels de la psychologie et des sciences sociales qui pourraient souhaiter examiner la question posée par le titre de manière plus approfondie.

En outre, cet essai devrait être utile à toute personne qui rencontre une résistance à toute idée de changement de paradigme qui peut lui être communiqué, dès lors que la même dynamique et la même recherche s'appliquent en pareil cas. 

Ce travail n'a pas été conçu entièrement seul. Je suis reconnaissante à l'équipe de rédaction des Architectes et Ingénieurs pour la Vérité sur le 9/11 qui m'a suggéré d'écrire un premier article - ainsi la graine a-t-elle été plantée. Une fois que la semence a germé, elle a été nourrie par les suggestions substantielles de Marti Hopper, Ph.D., Sheila Fabricant Linn, M.Div., Dennis Linn, M.Div., Daniel K. Sage, Ph.D., Dorothy Lorig , MA, Earl Staelin, JD, Joseph Lam, Gregg Roberts, John Freedom, CEHP, Danielle Duperret, Ph.D., Paul Rea, Ph.D., Tim Gale, Sonia Skakich-Scrima, MA, et par le soin apporté par les correcteurs Nancy Hall et Dennis McMahon. Je suis profondément redevable et reconnaissante pour leur aide enthousiaste.

En outre, ce travail n'a pas pu être écrit sans les contributions des personnes nommées et citées dans le document. Je l'ai extrait de mes recherches, des observations crédibles, ou de l'inspiration du moment. J'espère que d'autres seront inspirés à leur tour pour compléter cette synthèse de la recherche et des observations afin de nous aider un peu plus encore à répondre à la question : « Pourquoi es gens se taisent, ou pire, à propos du 9/11 ? »

Introduction

«  Si ce que vous dites est vrai, je ne veux pas le savoir ! » s'est exclamé un jeune homme en visite sur notre stand consacré à la Vérité sur le 9/11 à la Foire populaire de Denver. Il faisait allusion aux preuves de la démolition contrôlée des trois gratte-ciels du World Trade Center (WTC) le 11 Septembre 2001.
« Pourquoi ? » lui demandai-je.
« Parce que si ce que vous dites est vrai, je vais devenir très négatif. Psychologiquement, je vais en prendre un coup. » 
Avec gratitude, je lui ai répondu « Merci ! » 
Surpris, il a demandé, « Pourquoi vous me remerciez ? »
« Parce qu'il est rare d'entendre une vérité aussi crue. Merci d'être si honnête ».
Apaisé par notre échange, le jeune homme a bavardé avec moi un peu plus longtemps avant de partir. Je ne l'ai jamais oublié ; il ne m'a probablement jamais oublié non plus. Nous l'avons ressenti tous les deux. Paradoxalement, une vérité profonde avait été partagée.
 
Nous qui travaillons pour informer le public sur le 9/11, et sur les opérations sous faux pavillon (2) nous sommes surpris par la résistance souvent énergique de nos auditeurs. Pourtant, beaucoup d'entre nous dans le Mouvement pour la Vérité sur le 9/11 avons nous aussi d'abord vigoureusement résisté à cette preuve difficile à admettre. Nous avons notre propre histoire pour l'expliquer. Qu'est ce qui conduit à ces réactions de rejet ?

Avant de poursuivre, je tiens à préciser que les personnes qui continuent de s'opposer aux preuves qui indiquent que le 9/11 était une opération sous fausse bannière ne sont pas plus mentalement saines ou malsaines que ceux d'entre nous qui remettent en question la version officielle. Les deux groupes se composent de gens qui couvrent le spectre de la santé mentale.

Il n'est par conséquent pas utile de trouver des pathologies à ceux qui ne voient pas actuellement ce qui est maintenant très clair pour nous, tout comme ceux d'entre nous dans le Mouvement pour la Vérité sur le 9/11 ne devraient pas être rejetés et décriés comme « théoriciens du complot » - cette expression étant un moyen de défense évident envers une attaque pas si injustifiée (3)
 
Les professionnels de la psychologie interviewés dans le documentaire « 9/11 : les Preuves Explosives - Les experts se prononcent » réalisé par les architectes et ingénieurs de la Vérité sur le 9/11 parlent clairement de nos tendances humaines au déni afin d'éviter l'inconfort de la dissonance cognitive. Ils parlent avec compassion de nous tous. Il n'y a là pas d'injures élégantes [NdT : traduction littérale] comme peuvent parfois en user certains membres de cette profession. Et ça fait du bien.

Dans cet esprit, et dans l'esprit d'ouvrir le débat – nous autres humains sommes des créatures complexes – je vais vous faire partager ma réflexion sur les raisons pour lesquelles certains d'entre nous rejetons l'information qui les trouble.

L'histoire nous montre que pour déterminer la réalité, même les scientifiques résistent souvent de façon vigoureuse aux changements de paradigme, alors que nous considérons pourtant ces scientifiques de façon stéréotypée comme objectifs et ouverts d'esprit devant les éléments plutôt qu'enclins à se référer aux croyances. Les expériences de Gregor Mendel et la théorie en résultant sur l'héritage génétique, par exemple, a été combattue par les scientifiques de l'époque lors de son annonce en 1865, et n'a été reprise qu'en 1900 par trois autres scientifiques européens. Il apparaît que la résistance à l'information qui remet en question notre vision du monde de façon conséquente est la règle plutôt que l'exception (4) Fort heureusement, des changements finissent par se produire, la réalité consensuelle se métamorphose, parfois rapidement, parfois de façon atrocement lente.

Pour reprendre ce que je disais dans le film « 9/11 : les Preuves Explosives - Les experts se prononcent », la peur est l'émotion qui sous-tend la plupart des réactions de rejet à l'égard de l'information fournie par les sceptiques du 9/11 : la peur de savoir des choses qui feront s'écrouler notre monde, la peur d'être submergé par nos propres émotions, la peur d'un choc psychologique, la peur que nos vies ne doivent changer, la peur de découvrir que le monde est dangereux, la peur que notre réputation ne soit ternie ou la peur de perdre son emploi, la peur d'être rejeté ou banni par nos amis et notre famille, et la peur de passer pour un idiot parce que nous avons gobé aussi facilement la version officielle.
Cette dernière raison est peut-être particulièrement vraie concernant les intellectuels qui "identifient" souvent fortement avec leur intelligence. Aucun d'entre nous, cependant, n'aime se sentir dupé, car cela menace souvent notre identité et nous ne sommes alors pas loin de nous sentir trahis. Carl Sagan le savait quand il a dit :
« Une des plus tristes leçons de l'histoire est la suivante : Si nous avons été bernés assez longtemps, nous avons tendance à rejeter tout élément de preuve de la machination. Nous ne sommes alors plus intéressés par la découverte de la vérité. Le piège s'est refermé. Il devient tout simplement trop douloureux de reconnaître, même à nous-mêmes, que nous avons été bernés. Une fois que vous abandonnez le pouvoir à un charlatan, vous ne pouvez presque jamais le récupérer. » (5)


La psychologue sociale et érudite Laurie Manwell nous rapporte que l'un de ses professeurs disait qu'il pouvait résumer le comportement humain par l'affirmation suivante : « Les gens aiment être aimés, ils aiment avoir raison, et ils aiment être libres, dans cet ordre ». Ainsi, la plupart des gens abandonnent leur besoin d'avoir raison ou d'être libres si leur besoin d'être aimé est menacé (6) Pourquoi en est-il ainsi ?

La crainte de l'isolement figure sans doute parmi les plus grandes craintes que nous recelions, bien que cela soit souvent inconscient (7) Nous sommes des êtres sociaux. Nous avons besoin des autres pour survivre, et nous avons besoin de ressentir un sentiment d'appartenance. Pour ressentir plénitude et bien-être, nous avons besoin de nous sentir reliés aux autres, d'aimer et d'être aimés. Ceci est la raison pour laquelle le ridicule et l'humiliation sont de puissantes stratégies utilisées, consciemment ou non, afin de censurer ceux dont les points de vues divergent de la « mythologie sacrée » d'une culture.
Un « mythe sacré » est une histoire particulière, que l'on retrouve dans toutes les cultures, qui peut être vraie, fausse, ou partiellement vraie, et qui nous dit qui nous sommes et pourquoi nous faisons ce que nous faisons (8)

Quelle est notre mythe sacré Américain ? Il correspond à peu près à ceci :
" Nous sommes vraiment une nation exceptionnelle avec des ancêtres exceptionnels. Nous nous sommes rebellés contre la tyrannie et avons établi une République démocratique, un modèle que le monde a largement accepté et imité. Notre pays est le pourvoyeur de la démocratie et de la liberté dans le monde et nos interventions dans d'autres pays sont guidées par la bienveillance. Le 11 Septembre 2001, nous avons été pris au dépourvu quand les terroristes d'Al-Qaïda, dans une attaque sournoise, semblable à celle de Pearl Harbor, ont réussi à faire s'écraser des avions commerciaux dans le World Trade Center et le Pentagone, ce qui constitue la blessure la plus importante de notre patrie à ce jour. Cependant, fidèle à l'esprit américain, nous avons immédiatement relevé le défi de frapper militairement le monde des terroristes qui nous haïssent à cause de nos libertés. Pour cela, nous avons déclaré une guerre globale sans fin contre le terrorisme. "

Si nous pouvons mettre de côté cette croyance en notre mythe sacré, examiner les preuves, puis reconnaître que le 9/11 était une opération sous faux pavillon, alors nous pouvons aussi redouter de graves répercussions de la part des autorités corrompues si nous nous exprimons à ce sujet. Une personne m'a dit un jour : «  Je vous remercie tous pour tout ce que vous faites autour de la question du 9/11, mais je pense que vous comprendrez, j'ai des enfants, et je ne peux pas m'impliquer là dedans »

La peur fait partie intégrante de la condition humaine ; pour autant, si nous sommes engagés dans un processus de développement psycho-spirituel, nous ne pouvons laisser la peur dicter ce que nous faisons – ou ce que nous ne faisons pas. Nous pouvons être conscients que la peur ne doit pas guider nos vies.
La plupart d'entre nous ont été traumatisés (9) en regardant l'effroyable destruction des Twin Towers, sachant qu'il y avait des milliers de nos frères humains qui étaient tués à cet instant. Certains d'entre nous avons de nouveau été profondément ébranlés quand nous avons découvert des preuves indiquant que le 9/11 pourrait être une opération sous faux pavillon.

Pourquoi certains d'entre nous comprenons l'évidence et ses implications et décidons d'être actifs, tandis que d'autres se sentent impuissants face à celle-ci ou réagissent avec indifférence ? Et pourquoi d'autres restent sur la défensive, et parfois avec virulence ? Pourquoi, en effet, après avoir entendu les preuves qui contredisent la version officielle du 9/11, certaines personnes respectables se taisent, voire pire ?

Où se situe la différence ? Comment, par exemple, certains peuvent-ils regarder le World Trade Center Building 7 -WTC 7- (10) imploser et s'effondrer sur lui-même et ne pas voir ce qu'ils ont devant les yeux – même quand ils savent à propos de son accélération en chute libre et des autres caractéristiques d'une démolition contrôlée ? Ces personnes peuvent se sentir obligées d'intensifier leur résistance en adoptant des mesures intellectuellement tordues pour se convaincre elles-mêmes, et d'autres personnes, que tout ceci n'est pas une démolition contrôlée. D'autres vont se contenter de jeter le discrédit et la honte sur tous ceux qui veulent étudier les éléments de preuve concernant le 11 Septembre et qui contredisent le mythe officiel.

C'est une vision du monde qui est sérieusement mise à l'épreuve. Qu'en est-il ? En substance, ceci a bien été décrit par les mots d'un journaliste que j'ai rencontré lors d'une action sur le terrain : « Je suis conscient que notre gouvernement fait des choses mauvaises, mais pas ça ! Pas ces tours ! Ils ne seraient pas aussi diaboliques. » 
Donc, nous supposons que notre gouvernement – qui est censé nous protéger, mais qui fait parfois des choses mauvaises – ne serait jamais capable de commettre des actes aussi odieux. Un homme m'a dit lors d'une présentation publique :

« Je trouve que votre déclaration affirmant que notre gouvernement a orchestré le 11 Septembre est très inquiétante et choquante.  »

«  Je crois que j'ai dit que l'accumulation de preuves conduisait à des éléments au sein de notre gouvernement, pas au gouvernement », lui répondis-je.

Il répliqua, avec un grand sérieux : « Cela ne fait aucune différence. Il n'y a aucune façon de me dire ça qui puisse me faire aller mieux !  »

Beaucoup d'entre nous voient inconsciemment en nos dirigeants des figures parentales sur lesquelles nous projetons nos besoins (souvent non satisfaits) d'être protégés. Culturellement, nous sommes même d'accord pour parler de « nos pères fondateurs. »

Les disciplines de la psychologie occidentale et de l'anthropologie ont beaucoup à offrir pour comprendre le comportement humain, mais nous devons nous rappeler que ces disciplines, aussi impressionnantes qu'elles soient, sont finalement des disciplines qui appartiennent seulement à notre culture occidentale. A l'Est et dans certaines sociétés tribales, par exemple, les gens peuvent utiliser la philosophie de la transmigration des âmes pour expliquer le comportement humain ; et les Soufis, la branche mystique de l'Islam, utilisent les neuf types de personnalité de l'Ennéagramme pour expliquer nos divers penchants humains. 
Rappelez-vous le proverbe des cinq aveugles, chacun touchant une partie d'un éléphant ? Chaque homme tire une conclusion quant à ce que l'objet est, selon la partie qu'il touche. Le résultat ? Cinq descriptions partielles et ridiculement inexactes de la réalité.

Par conséquent, plus nous utilisons de lentilles (prismes) différentes, plus grande est notre capacité à obtenir une image claire et plus fidèle de nos tendances humaines. Malgré tout, aux confins des opinions issues des riches disciplines de la psychologie occidentale, de l'anthropologie, de la recherche sur le cerveau, et de l'histoire, nous pouvons trouver plusieurs lentilles qui nous éclairent davantage sur l'énigme consistant à savoir pourquoi l'information qui contredit notre vision du monde est si difficile à admettre.

À travers les prismes de l'anthropologie et de la psychologie sociale, nous allons trouver des informations utiles dans les sections ci-dessous intitulées : la Diffusion des Innovations ; l'obéissance et la foi dans les autorités ; les avis divergents (double pensée) ; la dissonance cognitive ; le conformisme ; les pensées de groupe (raisonnements grégaires) ; la théorie de la gestion de la terreur ; la théorie de la justification des systèmes ; la théorie de la détection du signal ; enfin la connaissance préalable des crimes d'Etat contre la démocratie et les politiques souterraines.
À travers le prisme de la psychologie clinique, nous allons explorer les points de vue décrits dans les sections sur l'Impuissance Acquise ; le syndrome de la violence ; la Dissociation ; et l'identification excessive aux Etats-Unis
Deux sections sur la recherche du cerveau fourniront également des informations étonnantes sur notre nature humaine.
Enfin, les sections intitulées l'Exceptionnalisme Américain ; la Manipulation gouvernementale et le Grand Mensonge ; et ceux qui manquent à la fois de conscience et d'empathie, contiennent des informations précieuses issues d'un mélange des disciplines de l'histoire, de la psychologie sociale, de la psychologie clinique et de la recherche sur le cerveau.

Permettez-moi de souligner que ce document se voudra une synthèse à la fois des rapports de la recherche universitaire et des observations cliniques. Aucune des sections ne pourra être facilement compartimentée dans une catégorie ou une autre, mais elles se complèteront les unes les autres, comme un sujet riche et complexe aura tendance à le faire.

Commençons notre voyage avec une étude anthropologique ...

Note de la rédaction : A suivre dans notre prochain aticle, dans la partie 2 : " La Diffusion des Innovations " [NdT : traduction à venir]


Notes :

(0) Originellement, les articles sont parus à la cadence d'un par mois sur le site des Architectes et Ingénieurs pour la Vérité sur le 11 Septembre (http://www.911truth.org/). Le cadencement s'annonçant différent ici, le texte a été adapté.

(1) Un sondage Zogby révèle que plus de 70 Millions d'Américains en âge de voter soutiennent l'idée d'une nouvelle enquête sur le 11 Septembre” http://www.911truth.org/article.php?sto … 2022041421 ; et que moins de la moitié des Américains sont satisfaits de l'enquête officielle,” http://www.rawstory.com/news/2006/Less_ … 0523.html.

(2) http://en.wikipedia.org/wiki/False_flag_operation
 ; http://fr.wikipedia.org/wiki/Fausse_bannière

(3) Lance DeHaven-Smith, "la Théorie du Complot en Amérique" (University of Texas Press, 2013). DeHaven-Smith analyse l'histoire du développement du caractère dénigrant de l'expression « théorie du complot », en relation à une campagne de propagande orchestrée par la CIA pour discréditer les sceptiques du rapport sur la Commission Warren. Dans cette optique, l'utilisation de ce terme péjoratif peut aussi à juste titre être considérée comme une tactique offensive de la honte, et donc de la censure, envers ceux qui interrogent les instances gouvernementales officielles.

(4) Earl Staelin, JD, "la Résistance à l'innovation scientifique : ses causes et comment les surmonter", un document remis à la Conférence 2001 Intercept, entre les 6 et 9 Juillet 2001 à Laughlin, Nevada, parrainée par le Groupe Kronia. Un autre éclairage de Earl Staelin est que la plupart d'entre nous éprouvons également une inertie psychologique lorsque nous sommes confrontés à une nouvelle théorie dont nous croyons fermement qu'elle n'est pas vraie, et nous devons être convaincus que cela en vaut la peine avant d'être ouvert à cette nouvelle théorie.
Thomas S. Kuhn, "la structure des révolutions scientifiques" 50th Anniversary Edition (University of Chicago Press, 2012).
Voir également http://www.scribd.com/doc/13481854/Resi … rber-1961.

(5) Carl Sagan, "le monde hanté du démon : la science comme une bougie dans l'obscurité" (Random House Publishing Group, 1996).

(6) Tiré de la présentation de Laurie Manwell lors des audiences de Toronto, Ryerson University, 2011 : http://www.youtube.com/watch?v=V_5ZwCpN1jg.

(7) Il s'agit d'une observation et d'une interprétation personnelle, mais elles sont étayées par des récits historiques. Voir notamment que même les sages d'autrefois ont été avertis de tenir compte de leurs paroles dans le deuxième paragraphe de cet article : http://www.jewishvirtuallibrary.org/jso … 1976.html ; voir aussi http://answers.encyclopedia.com/questio … 6779.html.

(8) David Ray Griffin, Ph.D., “9/11 : mythe et réalité,” http://www.amazon.com/9-11-The-Myth-Rea … B000O0YV7O and http://davidraygriffin.com/articles/911 … -reality/.

(9) Dans ce contexte « traumatisme » est défini comme un trouble extrême ou par le fait d'avoir ses ressources internes dépassées, au moins temporairement.

(10) “Résoudre le mystère du WTC7,” (with Ed Asner) : http://www.youtube.com/watch?v=hZEvA8BCoBw.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

111 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 2 janvier 2015 10:49

    Devant la télé (à l’époque) j’ai pu voir les avions percuter les tours...« Abominable »...quand aux explosions avec un peu de bon sens vous sauriez que les maisons et immeubles fonctionnent au « GAZ » qui après accumulation explose en effet...Alors marre de ces révisionnistes de l’histoire qui pour se faire mousser raconte des idioties... !


    • Lithium 2 janvier 2015 15:03

      Il n’y avait pas de source de gaz inflammable dans les tours. Ni de bobonne de gaz, ni d’arrivée de gaz de ville.


    • Doume65 2 janvier 2015 16:20

      « Abominable »

      Oui, et alors ?


    • lsga lsga 2 janvier 2015 17:39

      vala, les complotistes apprennent ce que les communistes ont appris il y a 150 ans : l’exploitation produit l’aliénation (qui, dans sa définition marxiste, est précisément une forme de dissonance cognitive). Seule la pratique de la lutte des classes produit la conscience de classe. 

       
      L’immense majorité du prolétariat est conservateur. Les gens savent ce qu’ils ont, ne savent pas ce qu’ils perdent, ils ne souhaitent pas vivre de grand chamboulement politique et économique. 
       
      Les progressistes révolutionnaires sont toujours une minorité, il est absolument impossible physiquement de convaincre la majorité. Toutes les révolutions, sans aucune exception, ont toujours été le fait d’une petite minorité. 
       
      Maintenant, au sujet des complots de salon de la bourgeoisie qui vous fascinent tant, ne doutez pas que le 11 septembre finira comme l’assassinat de Kenedy : cela fera un film grand public qui rapportera beaucoup d’argent. 
       
      Enfin, quand vous aurez compris que la seule chose que craignent les bourgeois, c’est l’abolition de LEUR propriété privée des moyens de production, vous aurez fait un grand progrès. 

    • OMAR 2 janvier 2015 19:01

      Omar33


      p’tit Charles.

      D’accord avec vous...

      D’ailleurs, aujourd’hui nous avons la preuve pour les explosions des tours :

      Les ADM que Bush et consort n’ont pas trouvé en Irak, eh bien, elles étaient planquées dans ces tours, et ce sont elles qui ont explosées...

      Patate......

    • Andromede95 Andromede95 17 janvier 2015 18:16

      Il n’y avait pas de gaz dans les tours. Mais dans des immeubles en flammes, les bruits d’explosion peuvent avoir bien d’autres causes que de supposés explosifs :

      WTC 1 - Les bruits d’explosion au sous-sol expliqués

      Tours Jumelles - Les bruits d’explosion expliqués

      Bruits d’explosion ou de structure métallique ?


    • jako jako 2 janvier 2015 10:50

      Excellente analyse j’attends la suite avec impatience et bienvenue ici. Les études de plus en plus poussées combinées entre neurologie et phylosophie ( ils sont souvent les deux comme Antonio Damazio) sont de plus en plus précises et vont surement nous faire découvrir un drôle d’humain.
      Pour le 911 je parlerais de sidération.


      • Sylvain Rouvier Sylvain Rouvier 5 janvier 2015 11:18

        Ahahaha l’analyse psychologique du délire complotiste est pourtant bien simple :

        Les personnes confrontées à une situation de perte de contrôle adoptent systématiquement la thèse du complot. Mais pourquoi ?

        Qu’il s’agisse de la théorie selon laquelle les tours du World Trade Center auraient été dynamitées par la CIA, ou de l’idée que Pierre Bérégovoy aurait été en son temps assassiné par les Renseignements généraux, il suffit de constater le succès de ces thèses conspirationnistes pour se convaincre que le complot a bonne presse.

        L’époque y est propice. Un air de paranoïa plane sur les forums Internet. Pourquoi tant d’élucubrations maniaques ? À l’Université de Evanston dans l’Illinois, deux psychologues, Jennifer Whitson et Adam Galinsky, ont découvert un facteur qui expliquerait ce type de phénomène (voir « Lacking Control Increases Illusory Pattern Perception », Science, n° 5898, 3 octobre 2008 - NDLR). Ils ont constaté que l’on se met à croire aux complots dès lors qu’on a l’impression de ne plus contrôler son environnement. Il s’agirait d’une façon de réintroduire du sens là où il semble ne plus y en avoir.


        Dans cette expérience, des volontaires devaient deviner un concept à l’aide d’indices livrés par un ordinateur. Par exemple, si le concept à identifier était celui de vitesse, l’ordinateur montrait deux objets aux volontaires, une automobile et un hamburger. Si le participant choisissait l’automobile, l’ordinateur lui donnait un signal positif et lui montrait deux nouveaux objets entre lesquels choisir, par exemple un avion et un livre. Cette fois, l’ordinateur adressait un message positif si la personne choisissait l’avion, et négatif pour le livre. Peu à peu, grâce aux indices cohérents livrés par l’ordinateur, le participant finissait par trouver la réponse. Il était alors dans une situation dite de contrôle, car ses choix avaient un impact sur sa progression, les indices de l’ordinateur étant cohérents.


        Toutefois, certains volontaires étaient placés dans une situation dite de perte de contrôle. L’ordinateur leur adressait des messages positifs ou négatifs de façon aléatoire, sans lien avec leurs réponses. Les choix des participants, dans ce cas, n’avaient aucun impact sur leur progression.

        J. Whitson et A. Galinsky ont alors constaté que les personnes placées en situation de perte de contrôle avaient tendance à voir des complots là où il n’y en avait pas. Ils l’ont montré en proposant une seconde partie à l’expérience : chaque participant devait s’imaginer occuper un poste important dans une entreprise, où il avait pour mission de gérer les heures de présence des employés et leur usage d’Internet. Dans ce cadre, il était supposé être sur le point d’obtenir une promotion, mais la veille de l’entretien avec ses supérieurs, il notait un échange de messages électroniques particulièrement virulents entre son patron et le collègue occupant le même bureau. Le lendemain, il apprenait que la promotion ne lui était pas accordée. Avait-il été l’objet d’un complot ?

        Face à ce type de situation, l’expérience a montré que les personnes confrontées à une situation de perte de contrôle (dans la première partie de l’expérience) adoptent systématiquement la thèse du complot, alors que les autres participants y sont moins enclins. Pourquoi ? Parce que le fait de voir une volonté organisée derrière un événement quel qu’il soit restaure une forme de compréhension face à son environnement, et l’espoir de retrouver un certain pouvoir d’intervention et de contrôle.

        Pour de nombreux psychologues et anthropologues, un grand nombre de caractéristiques sociales ou culturelles de l’humanité dépendent du sentiment qu’ont les individus de maîtriser leur destin et leur environnement. L’impression de pouvoir organiser son environnement et son travail est l’un des premiers facteurs de bien-être psychique ; à l’inverse, le sentiment de ne rien contrôler entraîne un épuisement émotionnel bien connu des psychologues du travail.

        Toutefois, cette nouvelle étude permet de mieux comprendre la vision « paranoïaque » du monde. Les situations de perte de contrôle, que ce soit au travail ou en famille, diminuant l’influence qu’ont les individus sur leur destinée et sur l’avenir de leurs enfants, semblent attiser le goût du complot, mais également, comme l’a montré cette étude, l’attrait pour les superstitions. Les superstitions sont en effet des moyens de restaurer un contrôle sur l’environnement : on « touche du bois », on porte un vêtement fétiche, etc. Le regain des superstitions et une « paranoïa » collective seraient deux facettes d’un même phénomène.


        Source :
        * Sébastien Bohler, « Des complots partout », Cerveau&Psycho.fr,

      • hans-de-lunéville 5 janvier 2015 17:56

        Sylvain intéressant mais cela confirme donc que les « conspi » sont des cons ? qu’il n’y a jamais de coup calculé ? que le pouvoir est transparent ?


      • Phoébée 2 janvier 2015 10:55

        En fait rares sont ceux qui en voyant la WTC7 s’effondrer croient encore à la VO. Mais il est vrai que ceux qui ont vu La WTC7 s’effondrer sont encore assez rares.


        • kalon 3 janvier 2015 05:41

          Tout aussi rares sont ceux qui savent qu’une 3éme tour a été dynamitée !


        • Allexandre 2 janvier 2015 11:44

          @ l’auteur

          Soit les gens (bien) ont peur de passer pour des complotistes, injure suprême aujourd’hui. Soit ils sont résignés et ne savent pas quoi faire ou dire. Cela dit, il y a longtemps que les Français ont perdu leur esprit révolutionnaire. L’école républicaine leur a tellement fait du lavage de cerveau, qu’ils n’osent même plus se rebeller contre le sacro-saint régime de la République, merveille des merveilles, dont nos politiques ont plein la bouche avec leurs « valeurs de la République ». Corruption, mensonges, inégalités, nivèlement par le bas. Elles sont belles les valeurs de la République. Même si de Gaulle n’a pas fait que des choses positives, il ne voulait pas ça pour la France. Jamais il n’aurait accepté cette mascarade du 11/9. Mes les guignols qui nous gouvernent à droite comme à gauche, ne risquent pas se redresser face aux Etats-Unis, puissants parmi les puissants. Chirac fut le dernier « gaulliste » de ce point de vue.

          • CN46400 CN46400 2 janvier 2015 14:36

            Qu’a dit le général De Gaulle a propos de l’assassinat de JFK ? Rien, parce qu’il ne pouvait rien dire, plus tard, il a juste retiré nos armées de l’OTAN. De ce point de vue Sarko, et Hollande, sont à des années lumière en arrière !


          • files_walQer 2 janvier 2015 17:35

            @CN46400 « Qu’a dit le général De Gaulle a propos de l’assassinat de JFK ? Rien »


            Dans son livre « C’était de Gaulle47 »Alain Peyrefitte prête ces propos au général à son retour des États-Unis, où il avait assisté aux funérailles :
            « Tout ceci n’est qu’une histoire de barbouzes. Nous ne saurons jamais la vérité sur la mort de JFK, ce serait la fin des États-Unis »


          • Allexandre 2 janvier 2015 18:27

            Tu as la réponse. De Gaulle était loin d’être idiot. Il connaissait les Etasuniens parfaitement. Il savait ce dont ils étaient capables.Il n’a pas « juste retiré nos armées du commandement intégré de l’OTAN (et pas de l’OTAN comme tu l’écris. Il a doté la France de l’arme nucléaire contre l’avis des Etats-Unis, il a rapatrier une partie de l’or contre les dollars que possédait la Banque de France après Bretton Woods, en 1965 : six ans plus tard, Nixon dévaluait de dollar de 40% et dénonçait ces mêmes accords de 1944. Il mit en garde Israël contre la guerre qui allait devenir »des six jours". Il refusa son aide dans le cadre de la Guerre du Vietnam. Pour sûr, vous n’avez pas tous les éléments historiques. Morale, apprenez un peu mieux l’histoire avant de vouloir donner des leçons à ceux qui la connaissent un peu plus que la moyenne !


          • TicTac TicTac 2 janvier 2015 11:54

            Bon, si je comprends bien le principe, on arrête sur les preuves supposées indiscutables dont on nous rebat les oreilles depuis 2001 et on attaque sur le flanc de la nature humaine et sa capacité de résignation face au surprenant et à l’incroyable.


            Genre, vous qui ne croyez toujours pas à LA vérité, comprenez pourquoi vous ne voulez pas être convaincus.

            Pour ma part, je serai convaincu quand il y aura des éléments indiscutables et non quand on me mettra sous le nez des convictions fondées sur du vent.

            • credohumanisme credohumanisme 2 janvier 2015 12:09

              C’est exactement cela :
              - le complot existe
              - vous ne croyez pas à la théorie du complot
              - vous n’y croyez pas à cause de ce que vous êtes (l’article)
              - donc vous avez tort de ne pas y croire
              - donc le complot existe

              incroyable non ?


            • flesh flesh 2 janvier 2015 13:37

              juifs absents des tours, hologrammes, etc.. oh la vieille technique de diversion archi connue ! c’est a dire :


              ne citer que les théories les plus fumeuses de je ne sais quels zozos (payés ?) et ignorer soigneusement les éléments troublants. 

              Regardez donc la tour 7 s’effondrer et taisez-vous. Vous perdez votre temps ici.

            • tf1Groupie 2 janvier 2015 14:03

              C’est tout-à-fait ça : les arguments techniques ont tous été démontés alors on passe à la psychologie à 2 balles.

              ça marche pour les amerlocs dont la moitié croit que Michael Jackson est vivant ou que la terre a été créée en 7 jours.
              Et ils ne comprennent toujours pas qu’ils ont une une responsabilité majeure dans le développement du terrorisme.

              Allez mes frères prosternons-nous devant la divinité tour 7 !  smiley


            • flesh flesh 2 janvier 2015 14:09

              Rigole le cerveau au temps disponible, quand les russes lacheront le morceau tu rigoleras moins


            • tf1Groupie 2 janvier 2015 14:49

              Ah oui les Russes vont venir te sauver une fois de plus !  smiley

              C’est pour quand la révélation qui tue ? 2015, 2016,2017 ?

              Nous parce que ça fait 10 ans qu’on nous l’annonce sur Avox la révélation ultime sur le 11/9. Et au final ce qu’on nous envoie c’est un petit psychothérapeute de foire.  smiley


            • flesh flesh 2 janvier 2015 15:12


              La première révélation des autorités russes, c’était en 2009, banane.... mais j’imagine que tu étais bien trop occupé a troller Avox pour être tenu au courant.


              « Politologue russe influent, issu des milieux nationalistes, le général Léonid Ivashov était chef d’état-major des armées le 11 septembre 2001. Ce jour-là, il avait placé ses satellites en alerte pour observer les manœuvres militaires aériennes annoncées aux USA, mais c’est un tout autre spectacle auquel il fut confronté. »

              La suite


            • tf1Groupie 2 janvier 2015 15:20

              Et donc ce politologue, du haut de ses satellites il a pu voir que c’était une Démolition Contrôlée ??
              A part la calvitie de Larry Silverstein il a vu quoi d’autre ?

              C’est ça ton scoop ? Dis-moi Flesh tu devrais consulter ce fameux psychanalyste, ou un autre. Tu avales vraiment tous les canulars, feraient-ils 38 étages comme la tour 7.

              Et bien sûr les Russes vont attendre 20 ans pour lâcher cette terrible révélation qui va ébranler la planète entière ?


            • flesh flesh 2 janvier 2015 15:29

              c’est bien ce que je pensais, tu n’as pas lu et ne liras pas le temoignage du chef d’état major des armées russes en fonction lors des attentats. 

              Oublie, continue a troller et reste dans tes certitudes.

            • tf1Groupie 2 janvier 2015 15:38

              Oh si je l’ai lu et cela n’a rien d’un témoignage !
              Tu devrais avouer toi-même que ce n’est qu’un discours purement politique et ideologique qui essaie de nous vendre le pourquoi du terrorisme. Du reliquat de guerre froide.
              Pas le poil d’un élément factuel sur la journée du 11 sept !

              Alors je répète : va voir un psychanalyste qui t’expliquera pourquoi tu essaies de vendre ton scénario « Inside Job » à qui est suffisamment fragile pour y adhérer.

              Le discours de ton chef d’état major des armées russes ressemble incroyablement à celui des AE for truth. Très étrange non ?


            • Doume65 2 janvier 2015 16:31

              @ TicTac

              « Pour ma part, je serai convaincu quand il y aura des éléments indiscutables et non quand on me mettra sous le nez des convictions fondées sur du vent »

              Et pourtant, tu es bien convaincu de la véracité du discoures officiel alors que non seulement on ne t’as montré aucune preuve mais qu’en plus on a tout fait pour les occulter (torpillage de la commission d’enquête(ce sont des commissaires eux-mêmes qui le disent), destruction des bandes d’enregistrements des interrogatoires de prisonniers de Guantanamo, nombreuses pages de rapports parlementaires classifiés, classification également des données de la simulation du NIST, et surtout, surtout, confiscation de toutes les vidéos ayant pu filmer le crash sur le Pentagone ; plus toutes celles qui ne me viennent pas spontanément à l’esprit)


            • files_walQer 2 janvier 2015 17:15

              @TF1Groupie « C’est tout-à-fait ça : les arguments techniques ont tous été démontés alors on passe à la psychologie à 2 balles. »


              Il ne suffit pas de le dire pour que cela soit vrai.
              Depuis que je m’intéresse à ce triste événement je n’ai encore jamais vu un argument des chercheurs de vérité qui aurait été « démonté » par les tenants de la version officielle.
              Cela ne peut pas arriver, il n’y a en lieu et place d’un débat que des sourires en coin, des invectives et de l’agressivité toujours dans le même sens.

              Et a chaque fois qu’une émission de radio ou de télé à été réalisée dans le but déclaré de faire un débat, jamais les arguments n’ont été réellement considérés. Les « journalistes » n’ont jamais questionné la VO et dans les rares cas ou ils l’ont fait (j’ai souvenir d’une émission de radio), le journaliste n’avait plus de travail le lendemain matin.

              Vous questionnez la VO, vous êtes un cerveau malade et le débat est terminé.

              Vous vous demandez ce que foutait ces israéliens, si joyeux, sur le toit de leur van ce matin là, observant de loin les tours tomber, vous êtes un antisémite et le débat est terminé.

            • tf1Groupie 2 janvier 2015 17:57

              « je n’ai encore jamais vu un argument des chercheurs de vérité qui aurait été « démonté » »

              Alors ça fait très peu de temps que vous creusez le sujet et vous n’avez pas vu les tonnes de debunking qui sont sortis.

              Juste deux exemples de base :
              - l’histoire des hologrammes a été été démontée,
              - la fausse loi physique du « chemin de moindre résistance » revendiquée par les chercheurs de vérité a été vite abandonnée par ces derniers.

              Mais quand on a passé pas mal de temps à expliquer aux chercheurs de vérité et qu’ils reviennent une millième fois avec des arguments du genre « traité de psychologie » il ne reste plus qu’une chose : reconnaitre que ce sont des clowns.


            • Allexandre 2 janvier 2015 18:32

              Parce que tu considères la version officielle comme des preuves irréfutables ? Alors évidemment, tu n’es pas près de changer d’avis. Le simple bon sens devrait te faire cheminer et comprendre la fumisterie dont on a été l’objet. Reprends l’histoire géopolitique des US, en amont et en aval, et si tu as un peu d’esprit critique, tu comprendras tout seul que nous avons été enflés par cette bande d’enflures, de voyous, de bankster de haut vol. Mais si tu ne veux pas savoir, alors tout sera du vent. Y compris ta capacité à réfléchir !


            • tf1Groupie 2 janvier 2015 19:11

              Si tu parles du rapport d’enquête tout le monde sait qu’il est buggué, plein de trous noirs et de contradictions ou d’omissions, ce n’est pas le sujet : tout le monde est au courant.
              Par ailleurs je n’ai pas personnellement participé à l’enquête donc je n’ai pas de preuve irréfutable.

              Mais entre un scénario très simple où des pirates de l’air crashent des avions sur deux tours et un autre scénario où des dizaines d’hommes complotent et bourrent des tours de tonnes d’explosifs tout ça sous la conduite d’un chef (ou une équipe) géniallissime qui réussit son coup à la perfection, y a pas photo : le premier scénario est nettement plus probable.

              Le bon sens y suffit et les theories alambiquées montées par des ingénieurs pour faire croire à l’inside-job ne convainquent pas grand monde.

              Et pendant ce temps-là les autres mensonges (adms, torture), les loupés de l’administration et de la CIA, les attaques aux libertés individuelles américaines, et aussi le VRAI terrorisme, passent au second plan.
              Alors : pas bravo les truthers !


            • Rik.D Rik.D 2 janvier 2015 19:54

              « Si tu parles du rapport d’enquête tout le monde sait qu’il est buggué, plein de trous noirs et de contradictions ou d’omissions, ce n’est pas le sujet : tout le monde est au courant. »



              Ce n’est pas le sujet, car tout le monde est au courant ??

              J’espère que tu as apprécié l’article. 
              Bravo à l’auteur.

            • Hervé Hum Hervé Hum 2 janvier 2015 20:02

              tf1groupie,

              Il est étrange que vous acceptiez le fait des mensonges sur les adm et dans la même phrase niez le fait qu’il s’agisse de mensonge en parlant de « loupés de l’administration et de la CIA ».

              La rationalité dit que si les mensonges sur les adm et la complicité déclaré de Sadham Hussein sont établi, alors on ne peut pas parler de loupés de la CIA et encore moins de l’administration gouvernementale. En effet, parler de loupés de l’administration et de la CIA, consiste à dire qu’il n’y a pas eut mensonge, mais incompétence. En revanche, parler de mensonge, exclu l’incompétence, sauf dans sa capacité à préserver le mensonge comme étant la réalité des faits. Pourquoi donc la CIA n’a pas pensé à déposer des ADM en Irak ? Impossible peut être !

              La remise en cause de la VO n’est pas limité au seuls faits du 11/09, mais aussi dû aux mensonges sur les ADM pour attaquer l’Irak. Cela parce que dans la chaine des évènements, le mensonge sur les adm est la suite directe, conditionnelle des attentats du 11/09. Ils sont indissociables car sans ces attentats, pas de mensonges sur les adm possible pour justifier une guerre contre l’Irak de S Hussein.

              Là aussi, le problème est que la volonté de révolutionner le moyen orient est une volonté politique manifesté bien avant le 11/09.

              Vous pouvez toujours penser à la providence, mais dans ce genre d’affaire, la providence est pour les idiots.

              Voilà un exemple type de ce qu’on appelle « dissonance cognitive » où vous affirmez une chose et son contraire avec conviction profonde d’être une personne rationnelle et raisonnable. Vous vous en convainquez d’ailleurs vous même en parlant de théories fumeuses faites elles pour oublier le reste. Exactement comme vous le dites !

              Vous confondez juste, rationnel et conformisme.


            • tf1Groupie 2 janvier 2015 20:27

              @Hervé,

              Vous voyez de l’étrange là où il n’y en a aucunement ; car sur le 11/9 beaucoup de gens s’ingénient à trouver de l’étrange.
              Il doit y avoir des explications psychologiques à cela, mais bref.

              La CIA c’est beaucoup de gens, donc ce n’est pas parce qu’une personne de la CIA ment une fois que toute la CIA ment tout le temps ; de même il vous arrive de mentir mais vous ne mentez pas en permanence.

              Il y a eu, à l’évidence, beaucoup d’incompétences dans les services américains pour le 11/9 et cela dérange beaucoup de gens qui restent calés sur les beaux films d’hollywood où les agents secrets sont tous géniaux et les héros super forts ; encore une « dissonance cognitive », hein.
              Bref les complotistes regardent trop de films.

              Enfin concernant la guerre en Irak les mensonges de Powell sont révélés au grand jour, la torture est révélée au grand jour ; et bien figurez-vous qu’au lieu de se concentrer sur ce qui est avéré et lourd de sens pour le gouvernement Bush, beaucoup de gens nommés complotistes gaspillent une grande d’énergie à essayer de démontrer, pour l’instant en vain, que le 11/9 est un Inside Job.
              L’enquête sur le 11/9 et les ADMs sont totalement dissociables contrairement à vos affirmations.

              A croire que les truthers font fait exprès de brouiller les pistes pour que Bush et Consorts restent tranquille pendant ce temps.
              Stupidité ou dissonance cognitive selon vous ?


            • pemile pemile 2 janvier 2015 21:02

              @tfiGroupie : Mais entre un scénario très simple où des pirates de l’air crashent des avions sur deux tours et un autre scénario où des dizaines d’hommes complotent et bourrent des tours de tonnes d’explosifs tout ça sous la conduite d’un chef (ou une équipe) géniallissime qui réussit son coup à la perfection, y a pas photo : le premier scénario est nettement plus probable.

              Vous faites une confusion entre deux événements distincts, les crashs et les effondrements.

              Comment vous expliquez ce scénario d’effondrement total qui « réussit son coup à la perfection » sans la partie « et bourrent des tours de tonnes d’explosifs » ?


            • Hervé Hum Hervé Hum 3 janvier 2015 00:27

              tf1groupie,

              si le mensonge est un fait, alors l’incompétence ne joue qu’à la marge, ce qui fait la différence c’est l’intégrité ou non.

              Je suis d’accord avec vous sur un point, la vérité sur les attentats du 11/09 ne porte pas sur les attaques en elles même, donc de savoir si c’est un inside job, mais si le fait qu’elles aient eut lieu est la conséquence d’une volonté politique du gouvernement Bush. Si le mensonge des adm ne fait pas suite du mensonge de l’ignorance (de Bush) de l’attaque du 11/09 et de la décision politique de favoriser le succès des attaques au lieu de les intercepter.

              comprendre que peu importe de connaître les moyens utilisés si les fins sont connus. La responsabilité n’est pas différente et donc moindre que ce soit un inside job ou de la mise en place d’un boulevard jusqu’au tours via tous les loupés que vous signalés de la CIA et l’absence d’avions d’interception.


            • tf1Groupie 3 janvier 2015 10:13

              @Pemile,

              Prétendre que les pirates de l’air avait pour objectif de faire s’effondrer les tours c’est plutôt très osé comme théorie


            • tf1Groupie 3 janvier 2015 10:22

              @ Hervé,

              Je ne pense pas que les avions d’interception soient du ressort de la CIA.

              Les loupés des services de renseignements (CIA,FBI, NSA ...) concernent plutôt le fait de ne pas avoir arrêté les terroristes à temps ; nombreux sont ceux qui reconnaissent que les terroristes auraient pu être « interceptés », en particulier Reopen.

              Mais beaucoup de gens font des theories à partir d’une culture d’espionnage basée sur des films hollywoodiens ; de la pure mythologie.

              Par ailleurs on pourrait parler du « laisser-faire », mais l’Inside Job est tellement plus excitant pour les internautes en manque d’adrenaline. Nanothermite, mini-nukes : le pied !
              Un bon sujet pour psychanalyste.

              En tout cas pendant ce temps on donne le beau le rôle aux terroristes, merci beaucoup pour eux !


            • Hervé Hum Hervé Hum 3 janvier 2015 11:45

              tfi1groupie

              Ici, ce n’est pas les agents qui sont visés, mais ceux qui commandent aux agents.

              Ainsi, imputez vous à la divine providence le fait que les dirigeants aient programmé des exercices de simulation grandeur réelle d’attaque terroriste, qui vont servir de camouflage à la vrai attaque ? Imputez vous à cette même fatalité providentielle le fait qu’au moment des attaques ces mêmes dirigeants étaient occupés à tout, sauf à s’occuper de défense nationale alors même qu’ils avaient ordonnés une simulation d’attaque ? Etc. Alors, les avions ne dépendent pas de la CIA, mais des dirigeants US qui par leur absence malheureuse ont semé le trouble dans la chaine de commandement et permis aux terroristes d’atteindre leurs objectifs.

               La question est là, malgré le fait que les services de renseignements savaient et auraient pu intercepter les terroristes, ils ne l’ont pas fait., mais au contraire, que tout le dispositif de défense s’est retrouvé comme inopérant par un concours de circonstances faisant appel à la divine providence et à l’incompétence érige en art ! Mais vous, vous zappez tout cela, ne retenant que les théories fumeuses des attaques, tout en prétendant ne chercher que la vérité ! La vérité, c’est de savoir s’il y avait connaissance préalable de Bush et consort qui expliquerait leur absence au moment des faits, non de savoir si les tours ses sont effondrés par de la termite ou sans termites car nous ne parlons pas de la cause, mais de sa conséquence directe.

              Il est plutôt étrange de voir les personnalités en charge de la direction des services de renseignements, au moment de la faillite du système de défense, êtres récompensés au lieu d’êtres sanctionnés.

              Comment doit on considérer le fait de récompenser l’incompétence au pays qui prétend baser son éthique et son modèle économique sur la sanction de l’incompétence et la récompense uniquement à la compétence.

              Enfin et pour abonder dans le sens de l’article, comment pouvez vous expliquer le fait que malgré la preuve des mensonges de Bush et ses conséquences criminelles autant pour les étasuniens que pour les pays envahis, il n’y ait pas plus de demande des citoyens de l’inculpation de Bush et de ses ministres ? De haute trahison ?

              C’est assez étonnant qu’un pays puisse obliger un président à démissionner pour avoir espionné son adversaire politique, mais que des mensonges d’état ayant conduit à la guerre et la mort de centaines de milliers de personnes ne soit pas condamné mais récompensé. Un pays si attaché à la morale religieuse défendant l’immoralité de ses dirigeants politiques.

              Comment expliquer, là bas ou ici d’ailleurs, que de tels faits ne pose pas la question des dysfonctionnement de l’usage du pouvoir et de son contrôle.

              La réponse est simple et renvoi effectivement à la psychologie des foules.


            • Rik.D Rik.D 3 janvier 2015 12:22

              « Par ailleurs on pourrait parler du « laisser-faire », mais l’Inside Job est tellement plus excitant pour les internautes en manque d’adrenaline. Nanothermite, mini-nukes : le pied ! »


              La théorie de « laisser-faire » (LIHOP) implique elle aussi un inside-job, non ?
              Tu as l’air de considérer tous ceux qui remettent en cause la VO sur une seule et même ligne.

            • tf1Groupie 3 janvier 2015 16:12

              @ Rik

              Tu n’as pas encore compris que le LIHOP n’a rien à voir avec l’Inside-Job ? Sérieusement ?

              Par exemple pour le LIHOP on n’a pas besoin de Démolition Controlée.

              Sacrée différence non ?

              Accorde tes violons avec toi-même et les autres complotistes s’il te plait...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès