Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pourquoi des gens sont-ils silencieux - voire pire - à propos du 11 (...)

Pourquoi des gens sont-ils silencieux - voire pire - à propos du 11 Septembre ? PARTIE 15 : le syndrome de la maltraitance (1/2)

Pourquoi les gens (bien) sont-ils silencieux - voire pire - à propos du 11 Septembre ?

C'est en substance la question que se pose Frances T. Shure, psychologue supportrice du mouvement Architectes et Ingénieurs pour la Vérité sur le 11 Septembre, dans une série d'articles, visibles ICI.

Avec l'aimable autorisation de Frances T. Shure, nous vous proposons une traduction de cette série, dont voici la quinzième partie.

[Ndt : cette quinzième partie étant plutôt longue, elle sera scindée en deux articles dans cette version française]

 

En répondant à la question posée par le titre de cet essai, le chapitre précédent – l'impuissance acquise – évoquait les réactions conditionnées de totale impuissance et de désespoir résultant d'un traumatisme douloureux ressenti en continu ou de l'adversité qui implique un manque de contrôle réel ou perçu.

Dans ce nouveau chapitre [Ndt : mars 2015], nous continuons l'analyse de Mme Shure à la partie 15 : le syndrome de la maltraitance.

 

Bruce Levine : le syndrome de la maltraitance (ou de l'agression)

Une dynamique qui peut aider à expliquer la réaction « nous ne pouvons rien faire à ce sujet » face aux éléments qui réfutent la version officielle du 9/11 est le « syndrome de la maltraitance », tel que le décrit le psychologue clinique Bruce E. Levine. Pour maintenir le contrôle, les conjoints violents, les patrons et les gouvernements imposent le mensonge, la violence physique et psychologique, et l'injustice au visage de leurs victimes. Lorsque les victimes continuent d'avoir peur de sortir de ces relations ou échouent à se battre, elles s'affaiblissent, elles se sentent humiliées par leur passivité, elles se sentent détruites, et elles ressentent de la honte. [1]
 
Notre vraie nature n'abrite pas de sentiments de honte. Issue d'un traumatisme, la honte est caractérisée par la haine de soi et le sentiment premier que nous sommes indignes et détestables. Finalement, les victimes d'une relation marquée par un traumatisme peuvent développer une peur profonde de ne pas pouvoir survivre sans l'agresseur dans leur vie. Cette croyance accroit leur sentiment d'impuissance.

Une forme encore plus extrême de cette dynamique implique les victimes de captivité, qui peuvent s'attacher à leurs ravisseurs, et peuvent même les défendre. Connue sous la terminologie de « syndrome de Stockholm », cette relation peut également concerner les enfants qui sont, psychologiquement et physiquement, de facto captifs de leurs parents maltraitants. [2]

 

Patrick Carnes : les liens de la trahison

Psychologue et conseiller en addictions sexuelles, Patrick J. Carnes nous donne une meilleure compréhension du syndrome de l'agression en introduisant le concept de « lien de la trahison » ou, autrement dit, « lien du traumatisme. » Il a constaté que ces liens dysfonctionnels surviennent quand ceux qui sont trahis (habituellement des enfants) s'attachent à quelqu'un qui est destructeur pour leur bien-être, ayant pour conséquence l'élaboration d'un modèle pour de futures « fidélités malsaines » [3]

 
Normalement, nous pensons que des relations abusives concernent des individus généralement des enfants maltraités par leurs parents ou des femmes battues par leurs maris violents  mais d'autres auteurs, dont Levine, reconnaissent que le syndrome de l'agression peut aussi s'appliquer à des groupes ou à des sociétés entières.

 

James Tracy : le syndrome du citoyen battu

Par exemple, James F. Tracy, un collègue professeur de l'étude des médias à l'Université Atlantique de Floride, a mis en application les quatre étapes que les victimes d'abus familiaux franchissent jusqu'aux abus collectifs, et il a inventé l'expression de « syndrome du citoyen battu » pour définir cette nouvelle catégorie plus vaste. Tracy souligne que les agressions de citoyens par les gouvernements ont atteint un point de « grave maladie de la société ». Tracy dit que les citoyens maltraités traversent ces quatre mêmes étapes (s'ils réussissent, en fait, à se libérer des mesures maltraitantes de leur gouvernement). Plus précisément, les citoyens maltraités vont :

  1. nier qu'il y ait des violences politiques envers les citoyens de la part de leurs gouvernements, lorsque cette violence existe bien évidemment ;

  2. éprouver de la culpabilité et une faible estime d'eux-mêmes en croyant que de toute façon ils sont responsables de la violence politique ; ou éprouver de la peur d'avoir été désignés comme des terroristes potentiels par le gouvernement, qui les incite à trouver une justification ou à tolérer la destruction des libertés civiles par les autorités ;

  3. atteindre « l'éclaircissement » qui s'ensuit, en se rendant compte qu'ils ne sont pas responsables de ces mauvais traitements, bien qu'ils peuvent toujours essayer de travailler avec le gouvernement maltraitant ; et enfin

  4. faire preuve de responsabilité en quittant la relation maltraitante et en travaillant à mettre en place de nouveaux modes de gouvernance. [4]

 

En d'autres termes, que nous soyons enfants, conjoints, ou des citoyens, nous avons un profond besoin de faire confiance à nos parents, à nos conjoints, et à notre gouvernement. Lorsque nous sommes maltraités physiquement ou émotionnellement dans ces relations, nous essayons de garder cette confiance intacte en trouvant une explication logique aux actions de l'agresseur et en nous culpabilisant. Lorsque nous acquiesçons de cette façon, cependant, nous nous sentons impuissants, ce qui engendre à son tour notre colère et notre frustration à avancer. Si nous avons le courage de penser par nous-mêmes, nous nous rendons compte que nous ne méritons pas cette maltraitance - même si nous pouvons toujours essayer de travailler avec les agresseurs. Comme nous accumulons du courage, nous nous battons si nous en sommes physiquement capables, ou nous quittons la relation maltraitante. Au travers de ce processus, nous regagnons notre intégrité, le respect de nous-mêmes et nous acquérons de l'autonomie. 

 

Edward Bernays : l'ingénierie (ou fabrique) du consentement

Un autre exemple de citoyens maltraités par la manipulation délibérée de l'opinion publique par les gouvernements, ainsi que par des sociétés a été initié par l'Autrichien d'origine américaine neveu de Sigmund Freud, Edward L. Bernays.

Fortement influencé par Freud, Bernays était convaincu que les êtres humains sont naturellement entraînés par des désirs monstrueux et des craintes intérieures irrationnelles, que la civilisation est censée contenir.

Comme c'est le cas pour beaucoup d'entre nous, Bernays était un homme complexe qui, tout en souhaitant sincèrement que la démocratie s'épanouisse, croyait aussi que le citoyen moyen était franchement trop stupide pour qu'on lui fasse confiance au sein d'une démocratie.

Sa vision utopique était une société démocratique dans laquelle les énergies libidinales dangereuses contenues en chacun des êtres humains pourraient être exploitées et bien canalisées par l'élite des sociétés dans un but de bénéfice économique. La production en masse de biens répondrait à la préoccupation permanente des conduites intrinsèquement irrationnelles des masses. Cette dynamique culturelle devait permettre d'assurer la continuité de la production de masse tout en satisfaisant les dangereux instincts animaux qui menaçaient de diviser la société.

En d'autres termes, Bernays a estimé que pour former une société encadrée et prospère le « mode de vie américain » qu'il a tant valorisé – les masses avaient besoin d'être scientifiquement manipulées par une classe de citoyens d'élite par un « gouvernement invisible » qui comprenait ces forces dangereuses.

Selon Bernays, cette manipulation serait fondée sur des constatations faites dans des domaines tels que la sociologie, la psychologie sociale et l'anthropologie, et serait accomplie grâce à des techniques secrètes de modelage d'opinion, qu'il a appelées « l'ingéniérie du consentement. » Dans cette stratégie, la publicité est utilisée pour montrer aux masses les images d'eux-mêmes auxquelles ils devraient aspirer et les produits qu'ils auraient besoin d'acheter pour satisfaire ces images. Ainsi, la science des relations publiques, plus communément appelée « propagande », était née, en grande partie du fait de Bernays, puis alimentée et développée par des sociétés afin de vendre leurs produits, et par des sociétés spécialisées en relations publiques afin de vendre des candidats à la présidentielle et de la politique étrangère. [5]

 

Bernays a écrit :

Upload images

 

si nous comprenons le mécanisme et les motivations de l'esprit de groupe, n'est-il pas possible de contrôler et d'embrigader les masses selon notre volonté et à leur insu ? ... Si vous pouvez influencer les dirigeants, avec ou sans leur consciente coopération, vous influencez automatiquement le groupe vers lequel ils penchent. [6]

[Les chercheurs en psychologie de groupe] ont établi que le groupe a des caractéristiques mentales distinctes de celles de l'individu, et qu'il est motivé par des pulsions et des émotions qui ne peuvent être expliquées sur la base de ce que nous savons sur la psychologie individuelle. Ainsi, la question s'est naturellement posée :

 

 

 

 
Cette stratégie pour influencer en premier les leaders d'opinion de la société a également été découverte par les anthropologues comme un moyen de présenter et diffuser de nouvelles idées dans une société (voir Partie 2 : Diffusion des Innovations). Bernays a fait un usage libéral de ces « autorités tierces » afin de promouvoir les cas de ses patients. Parmi ses campagnes de propagande réussies : les médecins déclarent que le meilleur petit déjeuner est composé de bacon et d'œufs, les dentistes recommandent la fluoration de l'eau parce que cela est sûr et bénéfique, et dégoter de jeunes mannequins allumant des « torches de la liberté » a brisé le tabou visant les femmes fumeuses. [7]

Les Américains, qui ont considéré un temps qu'ils étaient des citoyens avec des droits civiques, ont été manipulés par les techniques de propagande de Bernays, en se voyant en tant que consommateurs dont l'estime d'eux-mêmes était fonction des produits qu'ils achetaient. Les politiciens qui ont employé des experts en relations publiques qualifiés en « spin » [8], ont constaté que lorsqu'ils étaient candidats à une élection, ils n'avaient qu'à faire n'importe quelle promesse que ce soit que demandait leur électorat – qu'ils aient l'intention de donner suite ou non à ces promesses. Il s'agit évidemment de la culture dont nous héritons aujourd'hui.

En plus de travailler avec des sociétés et des personnalités connues, Bernays a travaillé avec le gouvernement américain et la CIA pour mettre en application des décisions de politique étrangère. Par exemple, il s'est joint à d'autres scientifiques des sciences sociales afin d'influencer l'opinion publique en faveur du soutien à la participation américaine à la première Guerre Mondiale. Il a également travaillé de concert avec le gouvernement américain et la United Fruit Company afin de faciliter le renversement du président démocratiquement élu du Guatemala, Jacobo Arbenz Guzmán, en lui collant l'image de communiste – une allégation qui a été soigneusement reprise sans aucune critique par les grands médias américains. [9]

Dans les années 1960, des manifestants ont déclenché une réaction à travers les Etats-Unis contre cette manipulation du public, qu'ils considéraient comme un moyen de tenir le public rassasié par l'achat de produits, tandis que le gouvernement faisait ce qu'il voulait – ce qui, à l'époque comprenait la mise en œuvre d'une politique étrangère dévastatrice au Vietnam. [10]

Beaucoup de citoyens comprennent maintenant que la stratégie de croissance illimitée des biens produits en masse n'est pas durable pour notre planète. Ils se rendent compte également qu'une démocratie de nom dirigée par une élite dont les membres parviennent à manipuler le public n'est plus une démocratie – ce qui constitue un fait qui ne semble pas avoir éclairé le brillant Edward Bernays.

Ses affaires en tant que conseiller en relations publiques à New York ont prospéré à partir de 1919 et jusqu'en 1963, et il a même été nommé l'un des 100 Américains les plus influents du 20è siècle par Life magazine. Au cours de sa brillante carrière, les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, notamment les camps de concentration, ont renforcé sa croyance dans les conduites naturelles monstrueuses tapies en l'être humain, de même que sa croyance en la nécessité d'avoir une classe dirigeante qui permettrait de contrôler les pulsions des masses.

Néanmoins, par un exemple amère mais classique d'ironie – et qui aurait dû constituer une alerte pour repenser son arrogante certitude concernant la manipulation des autres – ses idées brillantes concernant la manipulation de l'opinion publique se sont retournées contre ses frères juifs dans l'Allemagne nazie. Bernays racontait dans son autobiographie, l'Histoire d'une idée, une conversation lors d'un dîner à son domicile en 1933 :

Karl von Weigand, correspondant à l'étranger pour le journal Hearst, un vieux routard de l'Europe qui venait juste de rentrer d'Allemagne, nous a parlé de Goebbels et de ce que sa propagande prévoit afin de consolider le pouvoir nazi. Goebbels avait montré à Weigand sa bibliothèque de propagande, la meilleure que Weigand n'avait jamais vue. Weigand a dit que Goebbels utilisait mon livre [le livre de Bernays] La cristallisation de l'opinion publique comme un fondement pour sa campagne destructrice contre les Juifs d'Allemagne. Cela m'a choqué...

Évidemment l'agression des Juifs d'Allemagne n'était pas une réaction émotionnelle soudaine des nazis, mais une campagne délibérée et planifiée. [11]

 
Dans quelle mesure les spinmeisters [12] d'aujourd'hui vont-ils nous maintenir à l'intérieur de « la fabrique du consentement » de Bernays – dans une matrice de mensonges – en s'en prenant à nos peurs naturelles humaines ? Si l'événement sous fausse bannière du 11 Septembre 2001 est une indication, et si la propagande officielle sur ce qu'il s'est passé en ce jour fatidique en est une autre, les propagandistes officiels vont nous emmener aussi loin que nous les laisserons faire. Selon la lanceuse d'alerte Barbara Honegger, l'ancien directeur de la CIA William Casey avait carrrément fait remarquer début février 1981 : « Nous saurons que notre programme de désinformation est un succès quand tout ce que croira le public américain est faux. » [13]

 

Hebergeur d'image

 

En fin de compte, les « spins », les mensonges et la maltraitance nous conduisent vers la destruction commune, pas vers la prospérité et la liberté qu'Edward Bernays avait envisagées. Les professionnels de la psychologie morale, y compris le rédacteur, croient fermement que notre profession ne devrait pas être utilisée pour contrôler, manipuler, exploiter, maltraiter ou torturer les êtres humains. Malheureusement, d'autres au sein de ma profession ne sont pas d'accord, comme en témoignent certains membres de l'American Psychological Association qui ont facilité ou contribué à la torture de détenus après le 9/11. [14]

 
Les psychologues scrupuleux soutiennent que les objectifs ultimes de notre profession sont d'aider les gens à mieux se comprendre, à guérir et mettre en valeur la bonté naturelle avec laquelle nous sommes nés, et à devenir des individus libres, sages et pleins de compassion.

 

Douglas Rushkoff : Pourquoi nous écoutons ce qu' "ils" disent

Douglas Rushkoff, professeur de culture numérique à l'Université de New York, nous donne un autre exemple de l'injustice sociale au sein du marché. Rushkoff révèle que les techniques d'influence encouragées par Dale Carnegie (Comment se faire des amis) et affinées par la CIA pour ses interrogatoires non coercitifs, ont été adaptées et mises à jour par une variété d'industries pour leur marketing et leurs pratiques de vente. Dans son exposé détaillé et fascinant, "Coercition : Pourquoi nous écoutons ce qu' "Ils" disent", Rushkoff démontre que le procédé est sensiblement le même, d'une part dans le cas d'un interrogatoire dans une pièce sans fenêtre par un agent de la CIA, et d'autre part lors de manipulations apparemment bénignes faites par un vendeur de lit.

Tout d'abord, établir une bonne relation et la confiance (par exemple, utiliser la stratégie du « bon policier / méchant policier »). Puis, en utilisant les ficelles du métier, désorienter le sujet en perturbant son organisation émotionnelle. La confusion arrive naturellement. Le manuel de la CIA explique :
 
Lorsque ce but est atteint, la résistance est sérieusement diminuée. Il y a un moment – qui peut être très bref – où la vivacité est suspendue, une sorte de choc psychologique ou de paralysie... qui fait s'écrouler le monde qui est familier au sujet ainsi que l'image qu'il a de lui-même dans ce monde. Les interrogateurs expérimentés savent reconnaitre cet effet quand il apparaît et savent qu'à ce moment là, la source est beaucoup plus ouverte à la proposition. [15]

 
Rushkoff note que lorsque ce moment de désorientation arrive, le sujet est prêt pour la manipulation. Il entre dans un état régressé, ce qui confère immédiatement une certaine autorité à l'interrogateur ou au vendeur, que le sujet considère désormais comme une figure parentale. L'accord avec cette autorité « parentale » suit naturellement, qu'il s'agisse de la divulgation d'un renseignement ou de l'achat inutile d'un lit à 3.000 $.

[Ndt : suite de cette quinzième partie au prochain épisode, dans 15 jours]

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Notes :
 

[1] Bruce E. Levine, Get Up, Stand Up : Uniting Populists, Energizing the Defeated, and Battling the Corporate Elite (Chelsea Green Publishing Company, White River Junction, VT, 2011).

[2] Ibid. Le terme « syndrome de Stockholm » dérive d'un braquage survenu en 1973 dans une banque suédoise au cours de laquelle les otages se sont émotionnellement attachés à leurs ravisseurs. Voir http://en.wikipedia.org/wiki/Stockholm_syndrome.

Bruce E. Levine « Are Americans a Broken People ? Why We’ve Stopped Fighting Back Against the Forces of Oppression » AlterNet, December 11, 2009. See http://www.alternet.org/story/144529/are_americans_a_broken_people_why_we%27ve_stopped_fighting_back_against_the_forces_of_oppression.

[3] Patrick J. Carnes, Les liens de la trahison : se libérer des relations exploitantes (Deerfield Beach, FL : Health Communications, Inc., 1997). 

[4] James F. Tracy, « la conscience humaine et le « syndrome cu citoyen maltraité » : Les impacts psychologiques de la propagande de guerre et du terrorisme parrainé par l'État. » , voir : http://www.globalresearch.ca/human-consciousness-and-the-battered-citizen-syndrome-the-psychological-impacts-of-war-propaganda-and-state-sponsored-terrorism/5407954
 
Pour les quatre étapes psychologiques du syndrome de la femme battue, voir http://www.domesticviolenceinfo.ca/article/psychology-of-the-battered-woman-syndrome---264.asp

[5] See http://www.sourcewatch.org/index.php/Edward_Bernays. McGinniss, la vente du président : l'importance classique de l'emballage du président . (Penguin Books, 1969)

[6] Edward Bernays, propagande . (Ig Publishing, 1928) 71-73

[7] Voir http://www.sourcewatch.org /index.php/Edward_Bernays

[8] Spin [littéralement : « tournoiement »] : dans les relations publiques, le spin est une technique de propagande, réalisée en fournissant une interprétation particulière d'un événement afin de faire adhérer l'opinion publique en faveur ou contre une organisation ou une personnalité publique.

Voir (en) : https://en.wikipedia.org/wiki/Spin_%28public_relations%29

[9] Ibid.

[10]  Pour en savoir plus sur cette histoire fascinante, voir le DVD en quatre parties Le siècle de l'auto par le cinéaste Adam Curtis, première diffusion sur BBC TV en 2002.

[11] Citation trouvée sur http://www.sourcewatch.org/index.php/ Edward_Bernays

[12] spinmeisters : autrement appelés « spin doctors » ou « doreurs d'image » en français canadien, il s'agit d'un conseiller en communication et marketing politique agissant pour le compte d'une personnalité politique, le plus souvent lors de campagnes électorales. Le terme est généralement porteur d'une connotation négative : la pratique a en effet montré que le spin doctor n'agit pas toujours de façon morale notamment du fait de l'emploi de la technique dite du storytelling.

Voir (fr) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Spin_doctor

[13] Dans un e-mail qu'elle m'avait adressé personnellement, Barbara Honegger a confirmé qu'elle était la source de cette citation, ayant été présente comme analyste politique de la Maison Blanche lors de la réunion de février 1981 dans le salon Roosevelt avec le Président Reagan et ses nouveaux secrétaires de cabinets et chefs d'agences. Le nouveau directeur de la CIA, William Casey, a prononcé ces paroles en réponse à une question du président à l'ensemble des secrétaires de cabinets et chefs d'agences : « Quels sont vos principaux objectifs pour vos ministères ou organismes ? » Ayant travaillé avec l'animateur de radio Mae Brussell à son retour en Californie depuis la Maison Blanche, Honegger était également la source de l'information indirecte de Brussell concernant les mots de Casey. Honegger a également dit qu'elle se rappellait que Casey avait dit « … le programme sera un succès…plutôt que « ...le programme est terminé... »

Pour plus de détails sur Honegger au sujet de cette citation, voir : http://www.infiniteunknown.net/2015/01/15/did-cia-director-william-casey-really-say-well-know-our-disinformation-program-is-complete-when-everything-the-american-public-believes-is-false

[14] Roy Eidelson, « Jetés dans les profondeurs : l'Association Américaine de Psychologie en eaux périlleuses » ( Truthout , le 12 Janvier, 2015). Voir : http://www.truth-out.org/opinion/item/28497-cast-into-the-depths-perilous-waters-for-the-apa

[15] Douglas Rushkoff, « Coercition : pourquoi nous écoutons ce qu' « ils » disent » (Riverhead Books, New York, NY 1999) p. 41

Source originale citée dans la note de Rushkoff, « Coercition : CIA, manuel « Kubark » de contre interrogatoire », classé CIA publication, Juillet 1963, obtenu par l'intermédiaire d'un Freedom of Information Act en 1997, et publié sur Internet. Voir : http://www.uscrow.org/downloads/Survival%20Public%20Domain/Kubark_Counterintelligence_Interrogation_torture_manual1963.pdf


Moyenne des avis sur cet article :  3.74/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • nours77 nours77 21 avril 2015 14:40

    Parce tout les français en ont vraiment rien a faire d un vielle attentat qui c est passé loin de la france, et que tout le monde sait que c est un coup du gouvernement des états unis pour aller en guerre en Irak et s approprier des puits de pétrole et d uranium et y mettre une base militaire qui sert de pied de pont dans le nord de l Afrique...


    • lsga lsga 21 avril 2015 14:46

      oui, c’est comme pour Kennedy : les gens n’en ont rien à foutre.

       
      Hollywood en fera un film à gros budget d’ici une vingtaine d’année, qui aura un très gros succès et rapportera beaucoup d’argent. Les gamins qui iront le voir au cinéma se diront que ces veilles histoires d’espionnage, c’est super sympa. 



    • Alex Alex 21 avril 2015 21:31

      @lsga

      On nous cache tout, on nous dit rien !
      52 après, quelle révélation pouvez-vous nous faire sur Kennedy en dehors du fait qu’il y a des zones pas franchement nettes ?

      Pour le 11/9, j’hésite entre de faux avions en synthèse 3D et des missiles car je n’ai pas suffisamment suivi les révélations du seul spécialiste mondialement reconnu, Monsieur M.
      Quelle qu’ait été la technique utilisée, les réalisateurs méritaient un Oscar pour les effets spéciaux parfaitement réalisés et synchronisés !


    • berry 21 avril 2015 22:17

      @lsga
      T’aimerais bien que les gens n’en aient rien à foutre..... mais ce n’est pas le cas, évidemment.
       
      Disons plutôt que l’état profond américain censure et désinforme un maximum pour détourner l’attention du public.
      Quand ça ne suffit pas, il n’hésite pas à menacer et à assassiner les témoins trop bavards.
      Un vrai système mafieux, en somme.
       
      Le procureur Garrison, qui avait rouvert l’enquête sur Kennedy, voyait ainsi ses témoins se faire assassiner les uns après les autres par la CIA, au fur et à mesure qu’il rendait compte de l’avancement de son enquête à ses supérieurs.
       
      Après le 11 septembre, les sénateurs Leahy et Daschle qui s’opposaient aux lois Patriot Act recevaient des lettres piégées à l’anthrax en guise de menace de mort. Le message a été bien reçu et les lois sont passées.

       


    • lsga lsga 22 avril 2015 09:47

      @berry
      Et c’est devenu quoi l’affaire Kennedy : un film à succès. Basta. 

       
      Se battre contre les complots de salon ne sert à rien. C’est le système Capitaliste lui-même qu’il faut attaquer. 


    • pemile pemile 22 avril 2015 15:06

      @berry Après le 11 septembre, les sénateurs Leahy et Daschle qui s’opposaient aux lois Patriot Act recevaient des lettres piégées à l’anthrax en guise de menace de mort. Le message a été bien reçu et les lois sont passées.

      Les révélations du livre de Graeme MacQueen paru en 2014 « The 2001 Anthrax Deception : The Case for a Domestic Conspiracy » viennent d’être confirmées par le chef de l’équipe du FBI en charge de l’enquête.

      Il Fatto Quotidiano Paul Craig Roberts : Révélations sur les dissimulations dans l’enquête sur l’anthrax


    • César Castique César Castique 21 avril 2015 16:56

      Ces articles sont captivants - je les conserve tous -, mais je trouve particulièrement dommage qu’ils s’articulent autour d’un truc aussi foireux que le 11 septembre. Maintenant, il reste à se demander si cette longue série de textes ne tend pas à une contre-manipulation. Qui serait aussi, par définition, une autre manipulation...




      • pemile pemile 21 avril 2015 17:16

        @César Castique
        C’est quoi le coté « foireux » du 11 septembre ?

        Quelle serait la « contre-manipulation » de ces articles « captivants » d’analyses des blocages et conditionnements ?

        Dans les dernières nouvelles, l’AIA l’association des architectes américains va se prononcer sur le wtc7


      • doctorix doctorix 21 avril 2015 17:19

        @César Castique

        Les attentats du 11/9 ont ceci de commun avec les vaccins que seuls ceux qui ne les ont pas étudiés croient toujours à la version officielle.
        Quant au consentement passif des masses, nous venons d’en avoir deux nouveaux exemples avec la loi Macron et la loi sur la santé. On nous a enfumés avec des détails très médiatisés de ces lois, alors que les articles dangereux étaient passés sous silence.
        Et le bon peuple croit encore qu’il tient les commandes...

      • César Castique César Castique 21 avril 2015 18:41

        @pemile

        « C’est quoi le coté « foireux » du 11 septembre ? »


        Le fait que nous ne puissions rien vérifier par nous-mêmes. On doit croire les défenseurs de la thèse officielle, ou on doit croire les détracteurs de la thèse officielle. 

         

        Moi, je considère que je ne dois rien du tout, parce que si la vérité éclate un jour
        - ce dont je doute - aucune révélation, quelle qu’elle soit, ne parviendra à me surprendre. Je n’ai donc pas à prendre position dans un sens ou dans un autre.


        « Quelle serait la « contre-manipulation » de ces articles « captivants » d’analyses des blocages et conditionnements ? »

        On ne saurait écarter la possibilité qu’une officine quelconque orchestre, à partir de failles et d’invraisemblances du dossier, une manœuvre de grande envergure dans le but de déstabiliser les autorités fédérales américaines, en minant leur crédibilité auprès de l’opinion.

        Ce serait tout à fait à la pogne d’anciens du KGB, en chômage partiel, formés à la désinformation*, et, dans le contexte actuel, ce serait très rigolo

        « Dans les dernières nouvelles, l’AIA l’association des architectes américains va se prononcer sur le wtc7 »

         

        Et bien, je peux d’ores et déjà vous révéler que ses conclusions seront applaudies par ceux qu’elles conforteront dans leurs convictions et réfutées par les autres.

         

        @doctorix


        « Les attentats du 11/9 ont ceci de commun avec les vaccins que seuls ceux qui ne les ont pas étudiés croient toujours à la version officielle.  »

        C’est ce que vous, vous croyez. Je n’ai pas de temps à perdre avec cela, et je ne crois rien du tout.


        « Quant au consentement passif des masses, nous venons d’en avoir deux nouveaux exemples avec la loi Macron et la loi sur la santé. »

        C’est vieux comme le monde, et sans remonter à Noé, je vous rappelle qu’elles ont décapité un roi, avant de se soumettre, onze ans plus tard, à un empereur.


        «  Et le bon peuple croit encore qu’il tient les commandes... »

        Je ne suis pas sûr que ce soit ce à quoi il aspire. Quand on a offert aux Islandais l’opportunité de prendre leur destin en main en rédigeant une nouvelle constitution, la grande majorité des citoyens concernés s’en sont foutus et le projet finalement rédigé, roupille au fond d’un tiroir sur lequel on a omis de coller une étiquette « Constitution citoyenne ». Ce qui fait qu’on ne le retrouve plus.


        * Cf Vladimir « La désinformation, arme de guerre » (Julliard, l’Age d’homme, 1986).


      • César Castique César Castique 21 avril 2015 20:02

        @César Castique

        * Cf Vladimir Volkoff


      • berry 21 avril 2015 21:01

        @César Castique
        Vous semblez vous donner du mal pour ne pas comprendre.
         
        Vous avez des intérêts à défendre ?


      • César Castique César Castique 21 avril 2015 23:21

        @César Castique


        « Vous semblez vous donner du mal pour ne pas comprendre. »


        C’est pour « comprendre » qu’il faut se donner du mal. Et comprendre quoi ? Je n’ai aucune réponse à cette question. 


        « Vous avez des intérêts à défendre ? »


        Non, je n’ai pas de temps à perdre smiley

      • pemile pemile 23 avril 2015 11:31

        @Andromede95
        Toujours le même, rien à dire mais tu le dis quand même !

        J’ai pas trop d’espoir que l’AIA se mouille, mais attendons de voir.


      • coquecigrue coquecigrue 21 avril 2015 21:46

        La seule vérité, c’est la falsification des faits. 

        C’est encore « le mensonge d’Ulysse » ? Mais nous ne connaitrons jamais LA VERITE ...... ! 
        Comme dans bien d’autres domaines.. ;

        • berry 21 avril 2015 22:54

          « le mensonge d’Ulysse »
          un livre écrit en 1950 par Paul Rassinier, résistant, déporté, et révisionniste !


          • soi même 22 avril 2015 14:18

            il y a un beau piège avec le 11/9, c’est vouloir à tous prix faire craché la vérité à des menteurs invétérés, je pense pas que les gens veulent ignorées ses événements, je trouve même que c’est peut être salutaire de pas chercher la à tous savoir sur c’est événement, les faits qui ont suivie sont parlant par eux même et je crois plus que les personnes ont véritablement compris l’après 11/9 que l’évement lui même .


            • Dom66 Dom66 22 avril 2015 22:30

              11 septembre, un lapsus qui fait peur

               https://www.youtube.com/watch?v=7xYqx1jQ3vw

               Us Air force

              https://www.youtube.com/watch?v=fi-xZ4JmBis

              Citizen investigation

              http://www.citizeninvestigationteam.com/videos/national-security-alert

               

              11 septembre 2001 Le complot,

              C’est long mais bien

              https://www.youtube.com/watch?v=VGjFCCCF0AA

               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès