Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pourquoi des gens sont-ils silencieux - voire pire - à propos du 11 (...)

Pourquoi des gens sont-ils silencieux - voire pire - à propos du 11 Septembre ? PARTIE 16 : la dissociation

Pourquoi les gens (bien) sont-ils silencieux - voire pire - à propos du 11 Septembre ?

C'est en substance la question que se pose Frances T. Shure, psychologue supportrice du mouvement Architectes et Ingénieurs pour la Vérité sur le 11 Septembre, dans une série d'articles, visibles ICI.

Avec l'aimable autorisation de Frances T. Shure, nous vous proposons une traduction de cette série, dont voici la seizième partie.

 

En répondant à la question posée par le titre de cet essai, le chapitre du mois passé - 15 : Le syndrome de la maltraitance (partie 1 & partie 2) - a exploré comment la réaction « nous ne pouvons rien faire à ce sujet » opposée aux preuves qui refutent la version officielle du 9/11 peut être la conséquence de relations toxiques survenues très tôt - souvent caractérisées par un lien traumatique - qui provoquent des sentiments d'impuissance, de honte, ou d'apathie à l'âge adulte.

Dans ce nouveau chapitre [Ndt : avril 2015], nous continuons l'analyse de Mme Shure à la partie 16 : la dissociation.

 

 

La dissociation est un mécanisme de défense psychologique qui se produit sur un continuum [1], allant d'un léger détachement, que nous avons tous vécu de temps à autre, à la forme la plus extrême, appelée trouble dissociatif de l'identité. Cette dernière forme, succinctement appelée TDI, était autrefois connue comme trouble de la personnalité multiple. Le TDI est un mécanisme d'adaptation pour la victime de tortures ou de maltraitances répétées - habituellement endurées à un très jeune âge. Pour se protéger de la douleur insupportable de cette torture, la victime peut se fragmenter en deux ou plusieurs identités distinctes, avec chaque identité, ou personnalité, prenant le contrôle de l'individu à différents moments. [2]

 

Au milieu de ce vaste continuum se situe un stade de dissociation grave et malheureusement trop ordinaire, qui, comme les TDI, provient aussi d'un traumatisme qui est généralement contracté à un âge précoce. Ce qui différencie ce niveau de dissociation moyen de l'impuissance acquise et du syndrome de la maltraitance (1 & 2), qui sont liés par le fait qu'ils sont générés par un traumatisme, c'est que les adultes victimes de cette forme de traumatisme précoce ne réagissent pas à la maltraitance ou aux informations à contre courant – telles que les éléments de preuve présentés par les sceptiques du 9/11 – avec impuissance, honte, ou apathie. Au lieu de cela, ils se protègent automatiquement en fermant biologiquement leur conscience au point de se détacher émotionnellement au moment même où l'expression de leurs émotions serait considérée comme une réponse plus normale face à une telle situation. De toute évidence, la dissociation protège psychologiquement une personne qui a été traumatisée par la maltraitance subie pendant l'enfance vis à vis d'un choc ressenti de plein fouet. Tout aussi clairement, la victime de maltraitance à un si jeune âge est particulièrement vulnérable et impuissante. Incapable soit de se battre soit de fuir, elle se défend elle-même par le gel des émotions et la dissociation vis à vis de la maltraitance. Dans ces situations grandement traumatiques, qui sont au minimum des trahisons très profondes quand elles ne sont pas de vraies tortures, les réflexes de la jeune victime évacuent la conscience loin de la situation périlleuse – abus sexuel ou physique par un parent, par exemple – mais aussi loin de sa réaction émotionnelle face à ce danger. Par conséquent, l'événement et la réaction de la personne à cette situation choquante deviennent refoulés dans une partie de l'inconscient de l'individu.[3]

 

Upload images

 

Si quelqu'un qui a été soumis à de telles maltraitances entend les éléments de preuve qui laissent penser que les « figures parentales » du gouvernement ont peut-être commis – ou tout du moins sciemment permis – les assassinats de masse de ses propres compatriotes, des nouvelles aussi choquantes peuvent facilement activer la mémoire de cette personne par rapport à un choc ou à un traumatisme antérieur, lorsque ses parents ou d'autres figures d'autorité adultes ont mis en danger sa sécurité ou sa survie. Quand une personne aussi vulnérable entend les éléments que les sceptiques du 9/11 exposent, elle peut réagir avec une expiration soudaine, les yeux figés, son visage peut devenir blême, ou elle peut devenir muette et ne plus réagir comme si elle était désorientée, de sorte qu'elle semble « planer ».[4] Ces signes physiologiques sont des indications qu'un évenement antérieur choquant et réfoulé a été remémoré, et que la personne est à nouveau en train de « dissocier. » Naturellement, la plupart des victimes de cet état évitent comme la peste ceux qui contestent le mythe officiel du 9/11 avec une information légale et factuelle. 

 

Hebergeur d'image

 

Dans l'essai du mois prochain, nous allons examiner un groupe de personnes qui a une dynamique psychique très différente : au lieu d'occulter la vérité sur le 11 Septembre, ces personnes peuvent devenir furieuses par la simple allusion à cet événement, en raison de leur identification excessive aux États-Unis d'Amérique.

 
------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Notes :

 

[1] Un continuum est un ensemble d'éléments tels que l'on peut passer de l'un à l'autre de façon continue.

 

[2] Voir : http://www.psychologytoday.com/conditions/dissociative-identity-disorder-multiple-personality-disorder

En français, voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Trouble_dissociatif_de_l%27identit%C3%A9

 

[3] Janae B.Weinhold and Barry K. Weinhold, Healing Developmental Trauma : A Systems Approach to Counseling Individuals, Couples, & Families (Love Publishing Company, 2011), 154–156. Les Weinholds voient le traumatisme du développement sur un continuum qui distingue le stress, le traumatisme, et le choc. Des trois, le choc est la forme la plus débilitante [Ndt : qui fragilise une personne] de traumatisme du développement et est à la base du système de défense psychologique que constitue la dissociation. 

 

[4] Janae et Barry Weinhold, Healing développement Trauma , 148


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès