Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pourquoi une loi sur le port de la Burqa ?

Pourquoi une loi sur le port de la Burqa ?

Un sujet qui fait couler beaucoup d’encre : un débat ouvert par des députés vers une éventuelle loi sur le port de la burqa et du niqab. Les débats sont vifs parmi les politiques et les internautes.

Alors pourquoi devrait-on voter cette loi si jamais elle était proposée ? Essayons de répondre à quelques questions souvent trouvées sur les forums :

Pourquoi les femmes ayant fait le choix de porter un voile ou une burqa devraient-elles l’enlever lorsqu’elles sont en public ?

La réponse est évidente : le respect des règles de la société dans laquelle elles vivent. La France a fait le choix d’exclure la religion et tout prosélytisme dans le domaine public. Le voile ou la burqa est un symbole extrêmement fort sur le plan de la religion.

Oui mais le voile ou la burqa fait partie de certaines coutumes ou d’un style de vie, n’est ce pas la moindre des choses de respecter les coutumes de l’autre ?

Découvrir de nouvelles coutumes ou cultures est une expérience extrêmement enrichissante. Mais retournons la question : pourquoi les femmes journalistes devraient-elles porter un voile quand elles effectuent des reportages dans les pays où l’Islam est très présent alors qu’elles n’en portent pas dans leur pays d’origine et qu’elles ne sont pas citoyennes du pays où est réalisé le reportage ? Toujours la même réponse : elles le font par respect des règles en société du pays dans lequel elles effectuent le reportage.

Quand une femme voilée se balade dans la rue, c’est pourtant du domaine privé et pas public ?

Reprenons le terme de domaine public : il s’agit d’exclure tout signe ostentatoire d’une structure publique dépendant de l’Etat. Alors pourquoi la rue est-elle aussi concernée ? Tout simplement que les règles de vie en société ne se limite pas aux bâtiments publics.

Prenons l’exemple de la langue française : langue officielle mais uniquement obligatoire dans les administrations. Il n’y a aucune loi vous imposant de parler français dans la rue, dans les magasins mais nous le faisons naturellement car c’est une règle de vie en société en France, imprégnée en nous, presque logique dans notre esprit.

Et les prêtres et les Sœurs ? C’est pourtant un signe ostentatoire non ?

Ce n’est pas faux, seulement il y a une grosse différence : les prêtres et les Sœurs ont fait le choix d’une vocation religieuse à plein temps sans aucune autre activité professionnelle (je parle évidemment d’un emploi) et dans une certaine mesure sans vie familiale, ils ont fait le choix d’un parcours entièrement tourné vers leur religion.

Et les mini-jupes ou les femmes dénudées sur des panneaux publicitaires, ce n’est pas aussi dégradant voire plus pour la femme qu’une burqa ?

Effectivement mais cela fait partie d’un débat moral et non religieux. De même, poser dénudée ou porter une mini jupe ne fait pas partie d’un principe d’une religion, c’est un choix extérieur et étranger à toute religion, que ce choix soit dégradant ou non.

N’est-ce pas du racisme déguisé ? Est-ce que l’Etat ne s’acharnerait-il pas sur la religion musulmane parce qu’il est bâti sur des racines chrétiennes.

C’est vrai, c’est un fait : la France a de profondes racines chrétiennes, à tel point qu’on l’appelait « la fille aînée de l’Eglise ». Seulement, la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat n’est pas passée sans mal à l’époque : exclusion des religieux de l’enseignement public, rupture des relations diplomatiques avec le Vatican, protestation des catholiques y voyant une atteinte aux libertés individuelles, intervention de l’armée pour procéder à l’inventaire des biens de l’Eglise voire confiscations de ces derniers, violences aux portes de certaines églises entraînant des morts parfois... Malgré ses racines chrétiennes, la France a choisi et a payé cher sa séparation avec l’Eglise. L’Islam n’est pas ainsi la seule religion à qui il a été demandé certains sacrifices.

N’est-ce pas indigne de la France qui se veut être la patrie des Droits de l’Homme et du Citoyen ?

Rappelons l’article 1er de la Constitution française : La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances

Laïque : la France a fait le choix de la laïcité, en d’autres termes : la religion est absente de toute structure publique et aucune religion n’est privilégiée.

Egalité de tous les citoyens sans distinction de religion : il n’y a aucune discrimination quelle que soit la religion. Alors certes, il y a des discriminations religieuses de la part de certaines personnes, entreprises, propriétaires, c’est un fait mais il ne faut pas oublier qu’il y a des discriminations aussi en fonction du sexe, de l’âge, d’un handicap ou de la catégorie sociale. Mais ce sont des faits individuels, réprimés par la loi et donc par l’Etat qui garantit le respect des croyances, il n’y a aucune loi imposant la discrimination négative.

Et le sapin de Noël ou le Père Noël dans les rues, les magasins ou les écoles, ce n’est pas du prosélytisme chrétien ?

Noël est une fête chrétienne mais jamais le Père Noël n’apparaît dans la bible. Il est plutôt la conséquence d’un détournement commercial d’un événement ; mais ce personnage était déjà présent dans la culture nordique, viking et celte. Demandez à un enfant ce que veut dire Noël pour lui : les cadeaux. Quant aux autres fêtes telles que Pâques ou la Pentecôte, c’est l’héritage chrétien de la France, tout pays a un héritage culturel mais rien n’empêche un individu ou à un groupe de militer pour la disparition de ces fêtes du calendrier civil pour une parfaite laïcité de la société.
 
Ce débat continuera certainement à faire beaucoup parler de lui mais il faut toutefois éviter de tomber dans l’excès dans ce genre de débat. N’oublions pas que le plus important est de se battre pour quelqu’un pour qu’il puisse exprimer ses idées.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

218 réactions à cet article    


  • orage mécanique orage mécanique 19 juin 2009 10:51

    N’oublions pas que le plus important est de se battre pour quelqu’un pour qu’il puisse exprimer ses idées.

    Ok pour les idées mais je me battrais jamais pour qu’une personne puisse exprimer ses certitudes.


    • Gabriel Gabriel 19 juin 2009 13:48

      Bonjour,

      Que l’on puisse prendre la défense de ce type de soi-disant marque religieuse en dit long sur la léthargie neuronale des défenseurs du vêtement. De surcroît ce sont à 99% de gros macho handicapés du bulbe qui, eux ne le porteront jamais !


    • jps jps 19 juin 2009 19:26

      On peut s’interroger de la nécessité d’une commission d’enquête pour interdire le nikab ou la burka car si le foulard islamique (le hijab) véhicule des valeurs contraires à l’esprit de la Convention européenne des droits de l’homme, notamment au principe d’égalité entre les hommes et femmes ( CEDH, 15 févr. 2001, req. n° 42393/98, D. c/ Suisse ), ceci est d’autant plus vrai pour le sefseri, le tchador le nikab ou la burka. . SUITE : http://poly-tics.over-blog.com/article-32851879.html


    • who_cares 21 juin 2009 10:14


      sans polémiquer sur les thèmes « la liberté s’arrête où commence celles des autres » ou autre « signes ostentatoires »

      Le port de la burqa dans les lieu public pourrait théoriquement être toléré si :

      1. Les porteurs/porteuses acceptaient de se découvrir sans faire d’esclandre chaque fois que cela serait nécessaire lors des formalités administratives (contrôle d’identité, photo de passport, photo de carte d’identité, etc...)

      2. Si les porteuses le font REELLEMENT de leur plein gré. Et non parce qu’elle ont peur de « passer pour une pute » auprès de leur communauté, quand ce n’est pas celle de se faire passer à tabac par leur conjoint.

      3. Si tous les porteurs/porteuses respectaient la loi.

      Le point 2. est malheureusement invérifiable : il est impossible de vérifier qu’une porteuse de burqa le fait réellement de son plein gré, en effet, si est y est contrainte, oserait-elle le dire ?

      Le point 3 est aussi un réel problème : toute personne mal intentionnée, quelle que soit sa couleur ou sa religion, pourrait se servir de la burqa pour masquer son identité et commettre des délits ce qui -soit dit en passant - jetterai l’opprobe sur la communauté le portant, en nuisant à son image.

      C’est pourquoi je pense que le port de la burqa


    • who_cares 21 juin 2009 10:22

      message précédent tronqué, je termine ...

      ... c’est pourquoi je pense qu’autoriser le port de la bourqa dans les lieux publics irait à l’encontre du bon sens pour des raisons pratiques.

      Le revers de la médaille est que cela deviendra de fait un signe de « nique le gouvernement », ce que ne manqueront certainement pas de pratiquer certain(e)s.


    • ouallonsnous 21 juin 2009 11:48

      Plutôt que d’épiloguer plus longtemps sur ce qu’il faudrait ou ne faudrait pas faire à propos de croyances ou rites qui ne sont pas les nôtres, mais que nous avons prévu de respecter à travers les applications de la laïcité, c’est à dire à conditions qu’elles ne débordent pas du domaine privée, et dans le respect d’autrui, préoccupons nous plutôt des signes ostentatoires de prosélytisme provocateur à l’égard de nos lois.

      Il est évident que le port de la burqa, est une dérive intégriste islamiste, mais que faît-on des dérives et provocations des intégristes juifs sionistes, qui elles se constatent en quantité, journellement et en tous lieux, en premier lieu, dans certains lieux publics et principalement dans ces temples de la laïcité que doivent rester nos écoles, souillées de maniére morbide par ces plaques de marbre noires qu’a imposé la lâchetée des édiles municipaux reniant nos morts et nos principes républicains, au profit uniquement des enfants déportés de religion juive ?

      Cela est attentatoire, à la mémoire de nos disparus quelque que soit leur confession, attentatoire au principe de solidarité insrit dans la constitution et attentoire aux  principes de laïcité et de tolérance qui reconnaît une seule et même valeur à tous les citoyens.

      Il est évident que tous ces « accrocs », aux principes fondamentaux de la République, sont « gravissîmes », et qu’il est tant d’appliquer réellement les régles de vie découlant de nos principes républicains.

      Pour commencer, ne tolérons pas d’entorses à la loi de séparation des églises et de l’état, ce que s’empresse de vouloir faire « qui vous savez » !


    • LE CHAT LE CHAT 19 juin 2009 11:08

      c’est vrai , à Séville , c’est juste les jours de carnaval !


    • Massaliote 19 juin 2009 16:00

      Tout à fait d’accord. A méditer :

      La secrétaire d’Etat à la Ville Fadela Amara se déclare « favorable à l’interdiction totale de la burqa » en France, dans un entretien paraissant vendredi dans « Le Parisien/Aujourd’hui en France » 

      « Je suis pour l’interdiction de ce cercueil qui tue les libertés fondamentales » , confie l’ancienne présidente de Ni putes ni soumises. Pour elle, « il faut que le débat actuel aboutisse à une loi qui protège les femmes » .

      La secrétaire d’Etat à la Ville voit dans le port de la burqa « le signe d’une présence concrète de fondamentalistes sur notre sol » .

      Les femmes qui portent la burqa sont « des victimes » , « en proie à différentes oppressions comme la domination masculine ou l’endoctrinement des intégristes » , affirme Fadela Amara. Pour elle, « l’exigence du port de la burqa est parfois un fantasme sexuel masculin » .


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 2009 21:00

      @ Abg... des


       Il me semble bien que vous ayez raison. Il y a une certaine urgence, car la crise économique va renforcer les sentiments identitaires et le choix politique sera entre fermer les frontières a une immigration qui ne veut pas s’intégrer - ce que je souhaite vivement - ou toutes les dérives qui iront au-dela et auxquelles je ne souscris pas. Je crois que l’étranger qui est déjà admis doit conserver le droit d’y rester, pour autant qu’il affirme sa volonté de respect des us et coutumes du pays d’accueil.


    • Grasyop 20 juin 2009 10:43

      « Or, il est interdit de se déguiser sur la voie publique en France, sauf Mardi Gras prévu à cet effet. »

      Première fois que j’entends ça ! Source ?


    • abdelkader17 19 juin 2009 11:03

      je vois dans le voile ou la burqa une réponse à la cécité Française qui depuis des décennies
      refuse l’application de l’égalité républicaine , et se réfugie en permanence dans des concepts aussi vagues et creux que ceux d’intégration.
      Le mirage de l’intégration, la persistance de discriminations, d’un racisme structurel aura définitivement convaincus les individus que la France n’était pas prête de faire une place à ses minorités, voyant même en elle l’ennemi intérieur, le refuge religieux comme retour au source,
      seul élément fédérateur d’une communauté d’exclus.


      • Sébastien Sébastien 19 juin 2009 11:11

        Abdel, on s’integre, on n’est pas integre. L’integration suppose un effort. Ce n’est pas quelque chose qui tombe du ciel.

        L’integration n’est pas un vain mot, bien au contraire, et la burqa va precisement a l’encontre de l’integration.


      • abdelkader17 19 juin 2009 11:22

        @sebastien
        parler d’intégration pour des nationaux Français est une hérésie,vocabulaire qui masque la persistance d’un regard différencié et suspect de l’altérité.


      • Sébastien Sébastien 19 juin 2009 11:33

        Oui je suis d’accord avec toi sur le principe. Mais dans les faits, on pourrait parler de reintegration si la personne s’est mise en marge de la societe.


      • abdelkader17 19 juin 2009 11:43

        @Sébastien
        Penses tu que l’on choisisse réellement de se mettre en marge de la société ?
        c’est comme si tu me disais que le sdf est heureux de sont statut.


      • Siggy54 Siggy54 19 juin 2009 11:52

        Ca n’a rien à voir, le SDF n’a pas choisi de l’être car il est une victime économique.


      • abdelkader17 19 juin 2009 12:14

        @Siggy
        que connaissez vous de l’exclusion du haut de votre suffisance et de vos certitudes ?
        On ne choisit pas non plus d’être stigmatisé pour ses origines sociales, ethniques ou religieuse


      • Siggy54 Siggy54 19 juin 2009 12:27

        « @Siggy
        que connaissez vous de l’exclusion du haut de votre suffisance et de vos certitudes ?
        On ne choisit pas non plus d’être stigmatisé pour ses origines sociales, ethniques ou religieuse
         »

        Oh croyez-moi, je sais ce qu’est que l’exclusion pour le vivre. J’avais rappelé que la discrimination négative est réprimée par la loi. Et dans ce domaine on peut parler d’inégalité quant à l’application, ce qui peut faire l’objet d’un autre débat.


      • Sébastien Sébastien 19 juin 2009 12:38

        Abdel, ne viens pas me dire qu’une personne qui met une burqa dans une societe laique ne se met pas en marge de la societe.


      • samir 19 juin 2009 13:18

        je vous cite
        "Prenons l’exemple de la langue française : langue officielle mais uniquement obligatoire dans les administrations. Il n’y a aucune loi vous imposant de parler français dans la rue, dans les magasins mais nous le faisons naturellement car c’est une règle de vie en société en France, imprégnée en nous, presque logique dans notre esprit."

        Par analogie

        Prenons l’exemple de la laicité vestimentaire : elle est officielle mais UNIQUEMENT obligatoire dans les administrations et structures publiques de l’etat francais. Il n’y a aucune loi imposant a une femme une tenue vestimentaire précise dans la rue, dans les magasins, la liberté vestimentaire est une liberté fondamentale...

        la burqua est anti-laique ? si elle est portée dans la rue je ne vois pas en quoi
        ma liberté s’arrete la ou celle des autres commence, je suis musulman je n’aime pas la burqua ni le niqab importés de cultures qui ne sont pas la mienne (marocaine) mais j’admire la France pour l’espace de liberté qu’elle offre a ses ctoyens...

        votre article tient plus de l’islamophobie sournoise qu’autre chose il n’y a rien de plus ridicule que quelqu’un qui n’assume pas ses opinions

        la procahine étape c’est le voile ?


      • Sébastien Sébastien 19 juin 2009 13:37

        Non Samir. La prochaine etape apres l’acceptation de la burqa c’est d’arreter d’envoyer les femmes a l’ecole. D’avoir des bonnes illetrees a la maison qui passeront le temps a changer des couches et a faire la bouffe.


      • samir 19 juin 2009 13:40

        dois je répondre en parlant francais ou en faisant des cris de singe peut etre que vous comprendrez vu le nieavu de votre réponse....poncifs et stéréotypes


      • Noel Flantier 19 juin 2009 14:35

        @ abdel

        « parler d’intégration pour des nationaux Français »

        Nationaux ? Parce qu’ils sont nés sur le sol ? Ou parce qu’ils ont une carte ?

        Non , c’est juste administratif, rien à voir avec la nationalité !


      • Gazi BORAT 19 juin 2009 14:44

        Où que l’on se trouve dans le monde, la nationalité n’est jamais qu’une question administrative.. à ne pas confondre avec les fantasmes identitaires..



        gAZi bORAt


      • samir 19 juin 2009 15:07

        c’est quoi l’intégration ?

        payer ses impots et respecter les lois ca devrait suffire apparemment non


      • appoline appoline 19 juin 2009 15:20

        @ Abdel,

        Voyez vous cela. Le français qui n’accepte pas que l’on piétine la France serait le grand méchant loup. Mais rien n’oblige des étrangers à rester chez nous si ça ne leur convient pas. Le français n’est pas obligé de vous accueillir les bras ouverts, vous vous imposez pour la plupart et n’apportez rien de positif à notre pays. Ce ne sont pas les diplômés qui viennent ici mais des gens non qualifiés qui demandent les droits avant de se mettre au boulot. Et il faudrait que l’on se taise, mais, c’est une plaisanterie. En plus, on se fait cracher dessus, ben voyons.

        Quant à la burqa, cela m’étonnerait que beaucoup de femmes acceptent de se déguiser ainsi. Je souhaite que le législateur interdise cette pratique digne d’un autre âge. Le voile ? Avec les températures qui commencent à grimper, voir ces femmes reluisselantes de transpiration, je doute qu’elles y soient très à l’aise. Dieu a vraiment des idées bizarres par moment, enfin on lui fait dire tellement de conneries.


      • samir 19 juin 2009 15:23

        oui la nation moderne et la construction artificielle des identités nationales a travers le monde sont d’enormes inpeties


      • abdelkader17 19 juin 2009 21:59

        @appoline
        Calmez vous, vous allez faire une attaque est ce que j’ai parlé de piétiner les valeurs de la France ? vos interprétations sont plus que tendancieuses, on ne peut même plus discuter sans que le discours du facho primaire resurgisse, la France aimez là ou quittez la.
        votre discours transpire la haine primaire et ne masque ni vos intentions ni vos perceptions de l’altérité, je suis Français descendant de colonisé et m’exprime en tant que tel sur les dysfonctionnements de la société dans laquelle je vis n’en déplaise à nos petits esprits chagrins.
        Si c’est pour m’invectiver à chaque fois comme vous le fait sans rien apporter au débat je vous ai déjà dit que ce n’était même pas la peine de m’importuner, on peut être en désaccord mais l’amalgame et l’insulte comme marque de fabrique c’est un léger.


      • Acturevue Acturevue 20 juin 2009 09:59

        Tous ces messages me font bien rire. Les plus sincères dissimulent à peine leurs justifications anti-burka par du racisme et les autres prétendent défendre l’intérêt de la femme. Mais arrêtons un peu l’hypocrisie, depuis quand le sort d’une femme musulmane vous préoccupe ???????? Ce que vous criez dans tous vos messages, c’est que tous les musulmans rentrent dans leurs pays. Votre finalité ? Craindre l’étranger et prier pour qu’il parte.

         Vous osez dire qu’il faut que les femmes ou les hommes immigrés s’intègrent. 
        Mais on ne peut s’intégrer que si celui chez qui on le fait nous accepte. Quelqu’un ici les accepte ? Vous allez tous répondre en coeur que vous les avez acceptés et qu’ils ont piétinés la France. Cela me fait rire quand on connaît le passé français. On entend personne dire « qu’ils gardent leur pétrole ! »... Vous avez même pas l’intelligence de savoir la richesse culturelle, mais aussi matérielle pour les petits bons français comme vous (bon veut dire pour vous détestable). Vous ne faîtes que détruire l’utopie qui consiste à dire que la France est une terre d’accueil et de culture. La différence entre un musulman qui vient en France et un français qui va en Afrique, c’est que là-bas il est accepté, en France le musulman est rejeté.
        Mais je sais que parler avec vous, c’est pisser dans un violon. Je vous suggère une seule chose : Créer le parti extrémiste d’Agoravox, que la France entière profite de votre bêtise et de votre haine !
        Détestablement,



      • LE CHAT LE CHAT 19 juin 2009 11:06

        y’a la burqa pour hommes !  smiley il y a la parité maintenant !


        • Gabriel Gabriel 19 juin 2009 13:50

          Salut le chat. Tu crois qu’ils ont quelque chose à cacher ?


        • GreenGarden GreenGarden 19 juin 2009 13:56

          En tout cas, un sympatique salut, de ces jeunes hommes en buka, que les jeunesses hitlériennes n’auraient pas renié !


          G.

        • Sébastien Sébastien 19 juin 2009 11:08

          Pour les immigres, je ne comprends pas pourquoi ils viennent en France s’ils veulent continuer a vivre comme chez eux. Changer de pays ne se fait pas uniquement sur un plan geographique mais aussi sur un plan culturel. Quand on veut habiter dans un autre pays, on se doit d’adherer a ses coutumes, sa culture, ses moeurs...

          Pour les francaises qui veulent porter le voile, je ne comprends pas non plus pourquoi alors qu’habitant en France, elles veulent se conformer a des coutumes qu’elles ne connaissent pas et qui ne sont pas celles du pays dans lequel elles vivent.

          Et puis les femmes se sont battues pour acquerir de nombreux droits et je pense que la burqa les renvoie 100 ans en arriere. Et puis si on commence a accepter la burqa, on devra egalement accepter que ces femmes n’aillent pas a l’ecole, n’aient pas de vie sociale. C’est un engrenage extremement dangereux car la burqa n’est que la partie visible d’un mode de vie qui n’est pas celui de la France.

          Aussi je pense qu’il faut vraiment faire la difference entre le voile qui couvre les cheveux et la burqa. On doit permettre aux gens de se conformer a leur religion, evidemment, mais pas a des coutumes qui ne sont pas les notres.


          • LE CHAT LE CHAT 19 juin 2009 11:24

            se déguiser en rabbi Jacob et agiter des drapeaux israeliens dans des manifs , ça le fait pas non plus pour l’intégration !


          • Internaute Internaute 19 juin 2009 12:09

            Le discours humanitaire du respect de la femme et droit de l’hommiste pertube la vision des choses.

            Les immigrés viennent en France pour manger de la bonne soupe, ce qui est vrai de tous les immigrés dans tous les pays du monde. Le reste, ils s’en fichent et il n’y a aucune raison pour qu’ils perdent leur habitudes ni leur culture. C’est vrai pour tout le monde, partout dans le monde. Est-ce que vous vous imaginez que les expatriés français vivant au Japon ont cessé de dormir dans un lit ? Savez-vous que beaucoup de juive à Montréal sont tondues et portent une perruque ? Savez-vous que le succès de la chaîne d’hôtels Hilton vient du standard américain que le touriste US peut retrouver partout dans le monde ? L’américain est inassimilable dans les autres pays (non blancs), inintégrable et cela ne pose de problèmes à personne.

            Ces histoires d’intégrations sont des bêtises de philosophes. S’il est vrai qu’une toute petite quantité de population étrangère peut s’assimiler, la soit-disante intégration cesse dès que le volume augmente un tant soit peu ou dés qu’il s’agit d’une population ayant un lien fort au travers d’une religion différente de celle du pays conquis. Quans en plus les deux réunis l’intégratin est impssible.

            Nous avons des communautés vivant côte à côte et soumises à la même administration. Ceux qui ont provoqué l’invasion de la France en s’imaginant un futur différent se sont mis le doigt dans l’oeil. Nous allons vers un communautarisme de plus en plus exacerbé.


          • Fergus fergus 19 juin 2009 13:04

            Et surtout à des coutumes qui, n’en déplaise à l’argument avancé par celles qui portent la burqa ou le niqab, n’ont strictement aucun fondement religieux, tous les spécialistes de l’islam (oulémas, imams et chercheurs) sont d’accord sur ce point.

            Hors de l’Afghanistan, le port de cet accoutrement n’est imposé que par des intégristes appartenant à des sectes salafistes. Ce type de pratique doit être fermement et définitivement banni du territoire national !


          • claude claude 19 juin 2009 14:06

            bonjour,

            je suis assez partagée sur l’opportunité d’une telle loi.

            en effet, en tant que femme, la burqua et tous ces vêtements qui enferment la femme dans une prison ambulante, me révulsent à un point qu’il est difficile de dire. on devrait faire un immense autodafé avec ces prisons ambulantes !

             j’ai aperçu pour la 1° fois une jeune femme, parlant français, entravée de cette soir, il y a 15 jours à colmar. ma première réaction a été la révolte et l’empathie.
            j’avais envie de descendre de voiture et lui demander pourquoi elle s’emprisonnait ainsi, pourquoi elle abandonnait sa dignité de femme et son droit au libre arbitre...

            mais, si on légifère :

            • leurs imbéciles de maris ou de familles ne vont-elles pas leur interdire de sortir, et d’avoir ainsi encore accès à une minuscule fenêtre vers le monde ?
            • quid est de la liberté de religion ?

            la réponse à ce problème de burka n’est pas simple, ni manichéenne. il faudra beaucoup de doigté pour faire reculer les tentations de l’obscurantisme et faire évoluer les mentalités vers un plus grand respect des femmes par cette portion de musulmans intégristes traditionalistes.

            je suis d’accord aves sébastien : le foulard ne met pas les femmes en retrait de la société et leur permet d’accèder à l’acole, l’université, la formation professionnelle, d’exercer une profession. il leur est ainsi possible d’evoluer et un jour de le quitter.
            on pourrait le comparer au voile des religieuses, qui elles ont pleinement choisi leur engagement religieux.

             la contrainte risquant de donner des résultats à l’opposé de ce qui est attendu, je ne sais vraiment pas quelle est la conduite à tenir.

            la seule solution serait peut-être être un travail de fourmi portant sur l’éducation, l’accès à l’instruction des femmes, une structure d’accueil pour celles qui veulent échapper au poids des traditions, mener un travail social auprès des hommes porteurs de ces mêmes traditions.


          • claude claude 19 juin 2009 14:08

            bonjour,

            je suis assez partagée sur l’opportunité d’une telle loi.

            en effet, en tant que femme, la burqua et tous ces vêtements qui enferment la femme dans une prison ambulante, me révulsent à un point qu’il est difficile de dire. on devrait faire un immense autodafé avec ces prisons ambulantes !

             j’ai aperçu pour la 1° fois une jeune femme, parlant français, entravée de cette soir, il y a 15 jours à colmar. ma première réaction a été la révolte et l’empathie.
            j’avais envie de descendre de voiture et lui demander pourquoi elle s’emprisonnait ainsi, pourquoi elle abandonnait sa dignité de femme et son droit au libre arbitre...

            mais, si on légifère :

            • leurs imbéciles de maris ou de familles ne vont-elles pas leur interdire de sortir, et d’avoir ainsi encore accès à une minuscule fenêtre vers le monde ?
            • quid est de la liberté de religion ?

            la réponse à ce problème de burka n’est pas simple, ni manichéenne. il faudra beaucoup de doigté pour faire reculer les tentations de l’obscurantisme et faire évoluer les mentalités vers un plus grand respect des femmes par cette portion de musulmans intégristes traditionalistes.

            je suis d’accord aves sébastien : le foulard ne met pas les femmes en retrait de la société et leur permet d’accèder à l’école, l’université, la formation professionnelle, puis d’exercer une profession. il leur est ainsi possible d’évoluer et un jour de le quitter.
            on pourrait le comparer au voile des religieuses, qui elles ont pleinement choisi leur engagement religieux.

             la contrainte risquant de donner des résultats à l’opposé de ce qui est attendu, je ne sais vraiment pas quelle est la conduite à tenir.

            la seule solution serait peut-être être un travail de fourmi portant sur l’éducation, l’accès à l’instruction des femmes, une structure d’accueil pour celles qui veulent échapper au poids des traditions, mener un travail social auprès des hommes porteurs de ces mêmes traditions.


          • LeGus LeGus 19 juin 2009 14:42

            @Claude,
            Et bien je suis presque de votre avis, tout arrive smiley
            Néanmoins vous dites :
            "je suis d’accord aves sébastien : le foulard ne met pas les femmes en retrait de la société et leur permet d’accèder à l’école, l’université, la formation professionnelle, puis d’exercer une profession. il leur est ainsi possible d’évoluer et un jour de le quitter.« 

            Et bien justement si la loi leur interdit l’école. Une foi dépassé l’age d’obligation scolaire elle peuvent être »librement contrainte" par leur entourage à ne plus aller à l’école.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès