Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pourquoi une révolution centrée sur l’argent

Pourquoi une révolution centrée sur l’argent

Oui, pourquoi une "action révolutionnaire" autour de l'argent ?

Parce que rien ne peut véritablement se faire, se créer, s'imaginer se concevoir ou se rêver sans que la question du coût de l'opération ne surgisse. En fait l'argent est devenu le centre de toutes les activités de nos sociétés.

Aujourd'hui, je dirais qu'il y a déviance dans la fonction initiale de la monnaie, de l'argent qui, fondamentalement, était de simplifier les échanges. Rôle qu'elle joue que très partiellement aujourd'hui.

En fait elle est devenue un bien aussi "monnayable" qu'une paire de chaussettes, un immeuble à condos, un jet privé ou qu'un sous-marin nucléaire.

Mais revenons à nos moutons du jour, pourquoi une action centrée sur l'argent ?

Pour répondre à cette question, je me dois de vous proposer un petit exercice pédagogique qui présente de nombreuses similitudes avec la réalité.

Cet exemple, certes imparfait, illustre assez bien la structure de notre monde moderne.

Ne trouvez-vous pas que nos sociétés, notre monde d'aujourd'hui, ont de fortes similitudes avec des véhicules automobiles ?

Si nous regardons bien, celles-ci sont un amalgame de pièces composées de toutes sortes de matières, du métal, du plastique, du verre, de la céramique et que sais-je encore ?

Ces pièces composent un ensemble de systèmes interdépendants les uns des autres, un moteur, un système de transmission, un système électrique, un système de freinage, un système de climatisation pour le chauffage ou le rafraichissement de l'habitacle et bien évidemment une carrosserie. De plus, ces voitures ont maintenant toutes des composants électroniques. 

Comment nos nations ressemblent-elles aux automobiles ?

Regardez, le moteur c'est le système économique avec ses grandes entreprises et ses PME. C'est lui qui propulse la société.

La transmission fait penser au réseau bancaire. Ce sont les banques qui par le financement transmettent l'énergie déployée par le moteur.

Le système électrique ? Pourquoi pas le milieu de l'éducation avec ses stimuli intellectuels ses chercheurs !

Je continue ma comparaison avec le système de freinage, n'est-ce pas le système judiciaire qui par ses lois modère et encadre les élans des citoyens ! La climatisation ? J'y voie la presse et tous les médias papier, l'audio et autres télévisions, eux qui projettent le chaud et le froid sur l'opinion publique !

La carrosserie ? Vous avez deviné, elle s'apparente au monde de la culture et de l'esthétique.

Et, il est relativement aisé de voir dans le monde politique un parallèle avec le système électronique qui avec les logiciels et ses contrôles opérationnels, permet à la voiture de rouler à la bonne vitesse avec plus de performance, etc.

Je sais, mon exemple est imparfait. Je vous l'ai dit en entrée de jeu, car ici, c'est bien un jeu, c'est une manière d'illustrer, simplement, un sujet fort complexe. D'aucuns diront que c'est simpliste. Peut-être !

Mais venons-en à l'essentiel de cette comparaison.

L'ESSENTIEL C'EST LE CARBURANT

Pour l'automobile, c'est l'essence, le diésel ou, plus récemment, l'électricité.

Et, le carburant des sociétés, des états, du système économique dans son ensemble, ne serait-ce pas l'argent, la monnaie, les monnaies ? 

Dans les deux modèles

Pour qu'ils soient fonctionnels, animés, mobiles, vivants

Il leur faut une source d'énergie

Un carburant

Sans carburant un moteur ne fonctionne plus. Que peut-il se passer si notre système économique n'a plus accès à sa source d'énergie, à l'argent ?

Si nous voulons que notre humanité survive, nous n'avons plus le choix. Ce n'est qu'une question de temps avant que tout s'écroule tragiquement.

Il est impérieux pour notre survie de faire une vraie révolution. Certes elle doit être humaniste, c'est-à-dire dans le respect de toutes vies. Mais pour réussir cette révolution avec certitude, il nous faut changer notre carburant social.

Seul un nouveau modèle dans nos échanges monétaires peut nous sortir de cet invraisemblable cheminement tranquille vers la mort.

Prochaine chronique : Quel pourrait être le nouveau système monétaire de demain ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Aldous Aldous 6 avril 2013 12:14
    Dans ces conditions, ce qu’on déteste avec le plus de raison, c’est la pratique du prêt à intérêt parce que le gain qu’on en retire provient de la monnaie elle-même et ne répond plus à la finalité qui a présidé sa création. Car la monnaie a été inventée en vue de l’échange, tandis que l’intérêt multiplie la quantité de monnaie elle-même. C’est même là l’origine du mot “Taux” (Tokos en grec qui signifie engendré) : car les êtres engendrés ressemblent à leurs parents, et l’usure est une monnaie née d’une monnaie. Par conséquent, cette dernière façon de gagner de l’argent est de toutes la plus contraire à la nature.

    Aristote 

    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 avril 2013 10:40

      ILS SE FOUTENT DE VOUS............................QUI....LES POLITIQUES

      leur cynisme n’a d’égal.que leur corruption..............

      mr wauquiez  jeune loup aux dents longues de l UMP estime qu’un bel appart a paris de 600000 euros et un pavillon en province..DE 400000 euros .c’est
      NORMAL ce n’est pas du patrimoine ,,, ???

      ce n est pas leur patrimoine qui nous interesse ce sont leurs comptes en suisse a monaco ou aux caimans................et il y en a beaucoup trop comme le TROP D ELUS 650000

      ILS NOUS PRENNENT VRAIMENT POUR DES CONS !!!!!!!!!!


    • Aldous Aldous 6 avril 2013 13:28

      L’article se trompe malheureusement complètement sur la nature de l’argent quand il le compare au carburant d’un moteur.


      L’argent, c’est l’huile, pas le carburant.

      Le carburant c’est la force de production (intelligence + travail + énergie)

      Fait passer l’huile pour le carburant, c’est le fondement de l’escroquerie des financiers et des ’’économistes’’ de Chicago.


      • Jean-Pierre Pfisterer Jean-Pierre Pfisterer 6 avril 2013 13:41

        Je ne comprends pas votre commentaire. l’huile c’est un lubrifiant, comme les dividendes, le profit. Sans carburant il ne peut y avoir de propulsion, même les vivants comme nous, pour vivre, pour être animés, avons besoin de carburant, que sont nos calories. 


      • Aldous Aldous 6 avril 2013 19:23

        Vous faites comme si l’argent était une chose préexistante qu’on injecte dans l’économie et dont la réaction (oui il y a aussi un comburant) produisait la force qui anime l’économie.


        C’est faux, archifaux tant dans le principe que dans la fonction.

        L’argent est un produit et non une ressource.

        Il est une matérialisation de la richesse produite par le moteur économique, du moins du temps ou l’argent était en... Argent et en or.


        Tout le contraire d’un carburant qu’on consommerait pour produire des richesses.


        Depuis l’abandon de l’or, l’argent n’est qu’un billet au porteur, une dette qu’on se refile.

        Il ne thésaurise que des dettes et non plus de la richesse reele.

        Il est donc essentiellement un vecteur entre l’émetteur de la dette et le récepteur de la dette indiquée sur le billet.

        C’est donc un liquide de transmission (tiens on dit justement que c’est de liquide) : huile, liquide hydraulique, liquide de frein...




      • soi même 6 avril 2013 14:32

        A votre question sur l’argent, une autre question surgir inévitablement, il nous est impossible aujourd’hui de se passer de l’argent, par contre, il n’est pas impossible de limité l’impact dévastateur quel génère, toute la question, avons nous la volonté pour cela ?


        • Jean-Pierre Pfisterer Jean-Pierre Pfisterer 6 avril 2013 16:08

          En effet, nous avons besoin d’un outil pour effectuer nos échanges économiques. Et toute la question est bien : « avons nous la volonté ? » Mais qui est ce « NOUS » ?
          Dans nos systèmes politiques actuels, vous n’avez pas pas plus de pouvoir que j’en ai et les rares personnalités politique progressistes ont les mains liés par les oligarques de l’économie.
          Que NOUS reste-t-il ?
          Une révolution politique ? Ceux qui prendraient le pouvoir, « genre » Hollande, Obama et autres, disons avec réserve, « progressistes », dans quelque pays que ce soit, seraient rapidement contrôlés.
          Alors que NOUS reste-t-il ?
          Une révolution qui détruirait non pas des humains mais un objet : L’ARGENT.
          Utopie oui un peu ! Et après ! 


        • soi même 6 avril 2013 19:15

          @ jean Pierre ; vous doutez que recel la force Moral comme puissance de transformation, car il s’agit bien d’être déterminé, et tant que l’on reste dans conscience abstraite de la situation, il est évident que je peux que vous donnée raison !

          Visiblement vous n’avez pas encore fait le tour de la puissance du non, qui commence par soi même, je ne veux plus de cela !

          Cela a le même effet que la goutte d’eaux incessante qui va finir par percé la pierre !

          Il y a comme un bonne nouvelle, de se pôle de 160 journalistes qui révèlent le pot aux rose des comptes offshores.

          http://www.lemonde.fr/offshore-leaks/

          Ce n’est qu’un début qui va sans doute pas resté sans suite.


        • ecolittoral ecolittoral 6 avril 2013 16:01

          Avec l’euro, on tourne à l’eau méthanol. C’est mauvais ! Le véhicule n’arrête pas d’accélérer, ça chauffe, les durites fuient, les pneus éclatent et les freins ne servent à rien.

          Comme on est en descente, sur une petite route de montagne ça va mal finir !
          Ou est mon parachute !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès