Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Procès Colonna : la paillote de l’accusation sent le brûlé

Procès Colonna : la paillote de l’accusation sent le brûlé

Le légiste qui s’emmêle, l’ancien préfet qui doute, les témoins qui innocentent formellement, ou ne reconnaissent formellement pas, les jours se suivent et ressemblent à un acquittement pour Yvan Colonna, berger dans un costume d’assassin peut-être trop grand. L’accusation ronge son frein.

Présenté par les amis de l’accusé comme un procès à charge organisé par un Etat oppresseur, le procès d’Yvan Colonna se révèle finalement comme l’occasion la meilleure et la plus simple pour le prévenu de démontrer son innocence, si innocence il y a. Sur le « continent », on écoute les témoins, on décortique le dossier, on entend les doutes des uns, les hésitations des autres, on ne réalise pas d’instruction uniquement à charge : Yvan Colonna, en sa faveur, s’en rend compte aujourd’hui. Le doute n’est pas exclu de son procès, n’est pas personna non grata dans la salle d’audience. Un de chute pour les théoriciens nationalistes d’un quelconque complot ourdi par l’Elysée à l’encontre de leur modeste berger, reconnu par personne, pour le moment.

C’est le médecin légiste qui ouvrit le bal des hésitants, la semaine dernière, en présentant ses conclusions et en déduisant que selon lui, le tireur était sans doute d’une taille plus élevé que le prévenu. Mais ce médecin légiste, qui essuya dans la foulée une tempête de questions et une reconvocation devant la cour, n’a eu de cesse dès lors d’affirmer qu’il ne pouvait pas être formel, qu’on ne lui avait « pas demandé la taille du tireur » qu’il n’était pas là pour ça. Le légiste rentré voir Les Experts, ce fut au tour des témoins oculaires du meurtre de commencer leur défilé : ils s’appellent Marie-Ange Contart, Joseph Arrighi, Jean-Pierre Versini ou Joseph Colombani, aucun d’entre eux ne reconnaît Colonna, ni formellement, ni à peu près. L’une parle d’un homme blond, l’autre d’un homme au nez aquilin et d’un autre homme, plus gros, le troisième de deux hommes de grande taille... même le scénario du meurtre n’est pas très clair. Joseph Colombani, ami du préfet, qui l’attendait ce soir-là, déclare avoir entendu des coups de feu, avoir vu le préfet se retourner et dévisager son agresseur, puis s’enfuir dans une impasse, puis revenir, tomber à terre et finalement être achevé froidement de deux balles, « comme un chien », selon ses propres termes. Un scénario qui ne cadre pas tout à fait avec une accusation qui présentait jusqu’ici des circonstances sommaires rappelant davantage une exécution mafieuse qu’un assassinat qui apparaît pour le coup, un peu confus. N’a-t-on pas entendu dire en début de procès que la première balle avait, en quelques secondes, provoqué la mort du préfet ? Bref, à la suite de ces différents témoignages, l’accusation est à terre, ou muette, en attendant de meilleurs jours.

Pire encore : le témoin Marie-Ange Contart (qui, pour reprendre les termes de Clément Weill-Rénal, le chroniqueur de France 3, « a des souvenirs précis, mais ne reconnaît personne ») sous-entend même que l’enquête aurait été orientée : « Le jour où j’ai dit : "Ce n’est pas lui,"(Colonna, ndlr) j’ai eu l’impression qu’on ne me croyait plus... J’ai eu l’impression de dire tout à coup quelque chose qui n’arrange pas... de faire la plus grosse bêtise de ma vie ». Quelque chose qui n’arrange pas, en voilà du grain à moudre pour les amis du berger (dont Eric Cantona, qui s’est déplacé « convaincu de l’innocence » de l’accusé), en voilà des nuits blanches en perspective pour le premier magistrat de France, muet jusqu’au bout des grèves, mais qui pourrait bien se trouver en porte-à-faux dans ce procès Colonna si les doutes persistent. Sarkozy, puisque c’est de lui qu’il s’agit, qui n’a pas dû trop goûter la sortie de Bernard Bonnet, hier, sur France Info. L’ancien préfet, successeur d’Erignac, et victime collatéral du célèbre incendie de la non moins célèbre paillote « Chez Francis », attendu lundi prochain à la barre des témoins, a donc confié en avant-première ses « doutes » quant à la culpabilité de Colonna. "J’ai des doutes effectivement sur Yvan Colonna et ces doutes, je les exprimerai. Je répondrai avec beaucoup de prudence. En aucune façon, je ne serai péremptoire", martèle le préfet, avant d’ajouter, un brin péremptoire quand même sur ce coup « Maintenant on sait que l’assassinat ne sera jamais pleinement élucidé ». Diantre ! C’est la paillote judiciaire qui soudain s’enflamme ! « Il ne s’agit pas d’être polémique, mais ce qui est vrai c’est que les renseignements que j’ai donné à la justice, et je dis bien à la justice, sont de novembre et de décembre 1998 et auraient pu permettre sans doute d’accélérer le cours de l’enquête », ajoute Bonnet, qui n’entend donc pas porter le chapeau. Lui, son enquête, il l’a faite, et bien faite, aidé par un informateur qui lui balance l’identité des membres du commando Erignac, plus Colonna, mais sans donner les prénoms. Le préfet croira à l’époque qu’il s’agit de Stéphane Colonna, mais la piste sera vite abandonné. Bonnet avoue aujourd’hui que jamais « Yvan Colonna » ne lui a été ainsi désigné comme faisant partie du commando. Maintenant, que veut dire Bonnet quand il évoque les « ombres de cette enquête » ? En quoi ses fameuses notes de fin 98 auraient-elle pu ou dû aider les enquêteurs ? Qu’en a fait la justice ? Lundi, peut-être, l’ancien préfet Bonnet voudra bien souffler sur ses braises ou au contraire tentera, un peu comme le légiste non formel, d’étouffer le feu qu’il vient d’allumer. On verra.

En attendant, le doute, incontestablement, prend de l’ampleur. Et le doute profite à l’accusé. Accusé qui dans l’immédiat ne fanfaronne pas, mais doit se réjouir de la tournure des événements. Et doit se réjouir d’être Français, c’est-à-dire de bénéficier de la fameuse présomption d’innocence. Qui n’est pas, on le voit, qu’un vain mot. Pour Yvan Colonna, indubitablement, ça ne se corse pas. Personne, pour l’instant, pour l’identifier. Personne de sûr, peu de preuves matérielles. Reste à l’accusation, sans doute, à s’appuyer sur la fuite de l’accusé comme preuve de son implication dans l’acte. C’est maigre. Reste surtout, on peut le souhaiter, à Yvan Colonna à parler enfin, tenter de démêler l’écheveau. Lui sait quelque chose, on peut presque être formel sur ce point là.

La justice est un jeu, disait Vergès, et le jeu profite pour l’instant au berger de Cargèse. Mais l’avantage est faible dans un tribunal, il suffit parfois de pas grand-chose pour que tout bascule. Pas de conclusion hâtive à tirer : si l’assassin du préfet Erignac n’a pas encore de visage, il reste encore de longues semaines pour régler la mire, dissiper le flou.


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 22 novembre 2007 10:21

    Rien ne semble etre claire dans cette affaire.

    Il y avait un grand préfêt qui avait commencé à découvrir des choses au sein de l’administration (les cartes grises qui servaient à blanchir un trafic de voiture de luxe) avec la mafia corse et qui semblait toucher le monde de la politique tant le financement des campagnes électorales étaient opaques et un « contrat » aura été mis pour éliminer ce grand serviteur de l’Etat,en instrumentalisant des extrèmistes corses

    Constatons que Nicolas Sarkozy aura mis les moyens pour retrouver Colonna ,la justice doit nous apporter des réponses maintenant,elle le doit avant tout à la famille du Préfet mort pour la France


    • JL JL 22 novembre 2007 10:32

      je note lerma, que vous n’écrivez pas : Constatons que Nicolas Sarkozy aura mis les moyens pour retrouver l’assassin et les commanditaires de ce contrat « qui instrumentalise des extrémistes corses », mais :

      «  »Constatons que Nicolas Sarkozy aura mis les moyens pour retrouver Colonna «  ». C’est bien ce que vous dites n’est-ce pas ?

      Très subtil. Et que dites-vous de l’exclamation de Sarkozy : « Nous avons arrêté l’assassin su Préfet Erignac » ?


    • Vincent 22 novembre 2007 11:10

      Il a peut-être mis les moyens pour le retrouver, mais le temps aussi car si mes souvenirs sont bons, lors de son arrestation, il me semble avoir lu quelques articles qui disaient que le président actuel savait très bien où loger le berger, mais qu’il attendait le bon moment pour son arrestation.

      Ce qui pour moi, tendrait à augmenter le doute quant à la culpabilité du Corse incriminé, en effet, merde lorsque vous savez où se trouve un présumé assassin de préfet, vous l’arrêtez sur le champ, vous ne prenez pas le temps de monter une opération de com comme cela a été fait.


    • JL JL 22 novembre 2007 13:28

      Voir une réponse dans la question de Voltaire un peu plus bas.


    • JL JL 22 novembre 2007 17:35

      « Dernier rebondissement en date, annonce le Figaro : les avocats d’Yvan Colonna envisagent de faire citer comme témoin Claude Guéant et de porter plainte pour « subornation de témoin » contre le secrétaire général de l’Élysée, lequel, selon Le Point, aurait convoqué fin octobre M. Marion pour s’assurer qu’ils « s’abstiendraient de tout règlement de compte avec des policiers chargés de l’enquête »...

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=31491


    • Sylvain 22 novembre 2007 10:34

      Présomption d’innocence peut-être, mais on ne dirait pas à voir le début de l’article : « le procès d’Yvan Colonna se révèle finalement comme l’occasion la meilleure et la plus simple pour le prévenu de démontrer son innocence, si innocence il y a ». Navré, mais c’est l’inverse : le procès est l’occasion d’établir la culpabilité de l’accusé, si culpabilité il y a. L’article souligne d’ailleurs bien les flous du dossier, qui témoignent d’un manque décevant de professionnalisme de la part du parquet.


      • stephanemot stephanemot 25 novembre 2007 14:13

        « manque décevant de professionnalisme de la part du parquet » ? possible.

        amicales pressions en marge du procès ? pas impossible non plus.


      • JL JL 22 novembre 2007 10:39

        «  »Reste surtout, on peut le souhaiter, à Yvan Colonna à parler enfin, tenter de démêler l’écheveau. Lui sait quelque chose, on peut presque être formel sur ce point là.«  »

        «  »on peut le souhaiter«  » ? Il ne serait pas corse s’il disait ce qu’il sait et qu’un autre plus impliqué que lui devrait dire.


        • Voltaire Voltaire 22 novembre 2007 10:58

          Ne connaissant pas le dossier, et étant peu intéressé par les faits divers, je ne me prononcerai pas sur le fond du dossier.

          En revanche, il est un élément essentiel dans toute affaire de crime organisé : seuls les premiers témoignages, pris rapidement après les faits, sont à prendre en compte de façon crédible. Les risques de pression sont trop importants dans ce type d’affaire pour utiliser des déclarations plus tardives. A côté des éléments matériels, ce sont donc ces premières déclarations qui devront être utilisés pour établir un jugement.


          • JL JL 22 novembre 2007 13:30

            Cette remarque répond très bien à la question de Vincent, à savoir, pourquoi a-t-on mis si longtemps à arrêter non pas l’assassin, mais Yvan Colonna ?


          • chan 22 novembre 2007 15:22

            Qui peut penser un instant que des corses ou autres témoins oseront témoigner contre M. Colonna ? Il faut méconnaître la Corse pour le croire. On ne saura jamais si M. Colonna a participé ou non à l’assassinat du préfet.


          • FGsuperfred 22 novembre 2007 11:33

            cet homme sert de pigeon depuis le départ alors que personne n’a jamais pu le reconnaitre c’est un jeu politique (un de plus) qui vise à faire taire les nationalistes corses un jeu de cons auquel le gouvernement est habitué et gagne trop souvent.. ;


            • Jean-Pierre Lovichi Jean-Pierre Lovichi 22 novembre 2007 11:42

              Bon article qui fait bien la part des choses. Si ce n’est effectivement, comme dans le figaro du reste, une inversion de la logique pénale qui doit démontrer la culpabilité et non l’innocence. C’est lors de l’instruction que les éléments allant dans le sens de l’innocence de Colonna aurait dû être relevés et utilisés.

              Pour le reste, effectivement, il reste encore deux semaines et demi d’audience et notamment, outre l’intervention médiatisée du préfet Bonnet, la confrontation d’Yvan Colonna avec les membres du commando d’ores et déjà condamnés.

              C’est là, à mon sens, que le nœud du procès va se faire et la décision d’acquittement ou de condamnation se construire.

              Il va bien falloir que tout s’éclaire autour des questions que tout le monde se pose : 1/ Pourquoi certaines personnes ont-elles dans un premier temps donné le nom d’Yvan Colonna et pas un autre ? 2/ Pourquoi se sont-ils rétractés ? C’est cette confrontation demandée par les défenseurs d’Yvan Colonna durant l’instruction et qui interviendra à la barre qui fera sans doute la différence.

              Personne n’a jamais contesté à l’avance le procès en cours. Il a simplement été demandé qu’il soit équitable et effectivement, il semble pour l’heure s’effectuer dans de bonnes conditions. Cette demande n’était pas totalement illégitime au vu de la qualité de l’instruction qui, on le découvre effectivement jour après jour, laisse tout de même à désirer et ne permet en tout cas pas d’expliquer, pour l’heure, le maintien en détention d’Yvan Colonna au vu de la faiblesse des charges qui semblent peser sur lui à ce jour...


              • sale bête 22 novembre 2007 12:09

                Tout ça sent la barbouzerie à plein nez :

                arrestation de Colonna le 4 juillet 2003, deux jours avant le référendum sur le projet de collectivité unique ...

                http://fr.wikipedia.org/wiki/Corse http://fr.wikipedia.org/wiki/Yvan_Colonna

                la manipulation des élections et des masses est une science quasi exacte de nos jours !

                la grotte d’ouvéa :

                « Le 5 mai 1988, trois jours avant le second tour des élections présidentielles, cette prise d’otages se termina par un affrontement violent. Les forces de l’ordre donnèrent l’assaut sur ordre des autorités françaises. »

                http://fr.wikipedia.org/wiki/Ouv%C3%A9a

                papy voise :

                « Trois jours avant le premier tour de la présidentielle, le 18 avril 2001, un septuagénaire est agressé à Orléans. »

                http://olivier.hammam.free.fr/imports/divers/cauchemar/partie1c.htm

                 :-0


                • Suspect 22 novembre 2007 13:26

                  C’est étrange, mais tout se passe comme si les complices du véritable assassin avaient piégé les enquêteurs (ou brouillé les pistes avec eux) selon le processus suivant : 1/Les premiers co-accusés désignent comme coupable leur ami Ivan Colonna en fuite, sachant qu’il ne risque rien, restant introuvable. 2/La fuite de Colonna, l’assassin désigné, atteste d’ailleurs leurs dires et sa recherche mobilise tous les enquêteurs. 3/La capture (ou la reddition ?) d’Ivan Colonna, aussitôt désigné coupable par Sarkozy, ministre de l’Intérieur, dispense la Police d’explorer d’autres pistes, qui serient plus fructueuses. On songe à l’histoire « Omar m’a tuer » 4/La tenue d’un procés sans enquête sérieuse, ni fondement ni preuve permet de d’acquitter et libérer tranquillement l’accusé. 5/Il est alors trop tard pour reprendre l’enquête sur d’autres pistes, dont les preuves ont ainsi disparu au fil des ans. Cf Omar encore... 6/Il n’est pas impossible que la Police et l’Etat aient, comme cela arrive, sciemment coopéré dans ce scénario, afin de couvrir de plus gros bonnets, évitant ainsi des représailles dangereuses.


                  • CAMBRONNE CAMBRONNE 22 novembre 2007 17:57

                    Suspect

                    Je suis assez d’accord avec votre analyse sans forcèment penser au complot .

                    Les complices de colonna avaient tout intérêt à le charger alors qu’il était en fuite cela leur a permi de n’être jugés que pour complicité .

                    Ils ont été jugés et ne peuvent pas être rejugés selon le droit français .Il est donc très possible que l’assassin du préfêt soit parmi l’équipe déja jugée .

                    Yvan colonna risque bien d’être acquité et le coup aura été bien joué .

                    Il y a peut être complot et connivence avec l’etat mais ce n’est même pas nécessaire pour comprendre le déroulement des faits .

                    Salut et fraternité .


                  • manu 22 novembre 2007 14:02

                    Membre du comité de soutien à Yvan Colonna (www.yvan-colonna.com)

                    Voilà un article au titre prometteur qui finalement, comme tant d’autres, ne sait pas aller jusqu’au bout des évidences. Ainsi la procédure contradictoire et la présomption d’innocence seraient respectées ? L’auteur de cet article peut il nous expliquer alors pourquoi Yvan Colonna a fait 4 ans de prison préventive, allant bien au delà des délais raisonnable imposées par la Cour européenne des droits de l’homme. Pourquoi, alors que tous les éléments qui aujourd’hui deviennent publics sont avancés par les avocats depuis le déut de l’instruction ?

                    Plutôt que d’incriminer à mauvais escient une soi disant paranoïa des soutiens à Yvan Colonna vis à vis des complots, il serait préférable de se demander pourquoi Yvan a été arrêté à quelques jours du référendum en Corse sur son statut territorial.

                    Bref, l’Etat travaille avant tout à sa permanence, au plus grand profit des détenteurs du pouvoir, quelque soit les dommages collatéraux comme les médias se plaisent à les appeller. Il faut croire que cet article participe à sauver la face d’un Etat dont les écarts sont de règles.

                    Et précisions : je ne suis pas Corse.


                    • Alarcon 6 décembre 2007 12:56

                      J’aime beaucoup le "et je ne suis pas corse..." qui conclut (sur tous les médias) les interventions tendant à prouver l’innocence du berger de Cargèse ! Dois-je comprendre que le fait de se déclarer "non-corse" est une marque d’honnêteté intellectuelle sinon d’honnêteté tout court ? Merci pour les insulaires... Tout cela est d’un comique !!!


                    • vivelecentre 22 novembre 2007 14:20

                      malheureuesement , cela semble parti pour une nouvelle demonstration d’omerta, de lacheté ambiante...

                      Le temps aura été utile pour que les pressions habituelles s’exercent.

                      La « raison » * des independantistes l’aura emporté pour dissuader tout le monde d’avoir des souvenir trop precis de cette affaire m^me si sous le coup de l’emotion et d’une certaine prise de conscience , quelque uns avaient trouvé le courage , perdu par la suite , de ne plus se taire

                      vraiment navrant........

                      * la raison ? , la pression permanente sur les biens et les personnes de ces groupuscules, autrement dit le TERRORISME


                      • vivelecentre 22 novembre 2007 16:08

                        juste pour voir s’ils sont plus courageux que leurs amis independantistes corses, qui a voté negatif sur mon comentaire ?


                      • ragoa 22 novembre 2007 18:08

                        @vivelecentre

                        L’Omerta est d’un bel effet sur ta personne.

                        Lâcheté les témoins ? Tu gallèges pitchoun. La nature humaine aurait plutôt opté pour « courage fuyons », ne surtout pas se faire connaitre auprès des autorités. Moins d’1 dizaine de témoins seulement !!! allez zu ah !

                        Dissuasion dans le style « effaceur de souvenir », un effet heroes ? Ma foi, on peut se tromper mais il semble que tous les témoins maintiennent leurs premières déclarations. Ceci dit, t’as peut être des news que le tribunal n’a pas et internet pour nous informer. Sinon c’est pas joli, joli, ce que tu insinues, c’est pas sympa pour celles et ceux qui ont des « c.ui..es » pour témoigner.

                        Mais après tout, ce n’est pas étonnant, à force de « raisonner en déraison » on finit toujours par justifier la dictature, il y aurait pas moins de 60% de français qui sont dans ton cas. L’air du temps fabrique hélas des déshumanisés par conviction pour certain, et par crétinisme pour beaucoup.

                        Je ne sais si Colonna est coupable ou non, le déroulement du procès m’incite à penser qu’il est innocent, qu’il y a manipulation de la part de l’Etat. Et du fait de cette implication de l’Etat, du fait de l’existence de ce noyau de déshumanisés, je pense que la Sarkocrassie lui a déjà rêglé son compte. Condamné. J’en veux pour preuve la présence parmi le jury de magistrats, de ce toulousain redevable à sa hiérarchie de ne pas être à la même place que Colonna pour des actes dignes d’une dictature, (falsification de preuves entre autres). Après ça, les preuves on peut s’asseoir dessus. Et le peuple là dedans ? mais il le vaut bien non ?. Adessias pitchoun.


                      • niko74 niko74 22 novembre 2007 21:58

                        « J’en veux pour preuve la présence parmi le jury de magistrats, de ce toulousain redevable à sa hiérarchie de ne pas être à la même place que Colonna pour des actes dignes d’une dictature, (falsification de preuves entre autres) » pourriez vous préciser ? c’est très interessant ça.


                      • ragoa 23 novembre 2007 19:54

                        sur ce site http://olivierbonnet.canalblog.com/archives/2007/11/13/6872070.html

                        encore mieux le livre qui lève un peu le voile sur ce rapport.

                        Mais sans conteste, le plus de renseignement à la source, auprès de la chancellerie via le rapport officiel l’incriminant. Enfin si elle voulait bien faire l’effort de le rendre public, mais bon faut pas rêver.

                        Pourquoi laisse t’on faire ça ? J’ai du mal à comprendre notre passivité. Adessias


                      • Gordzol 22 novembre 2007 14:35

                        Oui et en plus truculent , Chirac qui fait semblant de montrer ses couilles par inattention à Brégançon pour occuper les journalistes avec autre que « ses affaires » ... Tout cela est possible car la pensée , l’expression , les idéaux , sont confinés dans un espace , public , certes, mais consensuellement cantonné au ouèb , avec la bénédiction de nos pseudos oppositions politiques du moment .

                        Les médias populaires sont devenus le jardin de ceux qui payent effectivement les fantoches sensés les diriger . C’est une bonne chose les « acrimed » , « agoravox » et autres blogs , mais sorti du Canard Enchainé , personne n’ose l’information aujourd’hui dans les médias dits traditionnels .Le « Canard » est d’ailleurs obligé de mentionner « journal satirique » dans son en-tête .

                        En effet , aussi , aucun politique ne s’est vraiment mouillé pour quoi que ce soit depuis 30 ans (au moins) ; ceux qui l’ont tenté sont oubliés , marginalisés ou au chomage (ou cadavres) ; ça ne va pas commencer aujourd’hui , alors que la presse est enfin à la solde . On ne risque pas d’entendre les VRAIES raisons de l’assassinat du préfet pendant la durée du secret de l’instruction ; c’est à dire jamais si personne des ses réels commanditaires ne l’ouvre ... Avant sa prescription( 20 ans pour un meutre ).


                        • Vilain petit canard Vilain petit canard 22 novembre 2007 15:23

                          [Mode MauvaisEsprit ON]

                          Et si Colonna avait été arrêté justement en échange de la garantie que son dossier resterait bien vide, et son procès bien nul ? Ça fait une belle arrestation avant élection (premier acte), plus : une libération glorieuse d’un nouveau héros corse (deuxième acte). Troisième acte : Yvan Colonna, blanchi par la Justice et surtout par les medias, se présente à une élection locale, puis devient l’interlocuteur privilégié de notre bien-aimé Président sur toutes les affaires corses. « J’ai changé. J’ai appris à apprécier cet homme estimable, qui lui aussi, a connu l’injustice et s’est battu courageusement pour faire la preuve de son innocence : nous avons beaucoup de points communs, en fait », nous a déclaré Nicolas Sarkozy la veille du référendum insulaire sur l’introduction des casinos détaxés sur l’Ile de Beauté.

                          [Mode MauvaisEsprit OFF]


                          • JL JL 22 novembre 2007 16:42

                            Et comment expliquez vous le très célèbre : « Nous avons arrêté l’assassin du préfer Erignac »" dans cette hypothèse ?

                            Quelqu’un se serait-il moqué de Nicolas Sarkozy ? Ho ho !


                          • niko74 niko74 22 novembre 2007 22:00

                            rooooooooh, c’est bon ça. smiley


                          • Vilain petit canard Vilain petit canard 23 novembre 2007 12:21

                            JL, à mon avis, Sarkozy ne réfléchit pas très longtemps à l’avance, mais il réfléchit très vite sur le coup. Sa fameuse réactivité... et ses incohérences. « Oh ! On va arrêter Colonna, et puis j’avais promis devant tout le monde, vite à la télé, j’en fais un coup médiatique, je peux pas me déjuger ». Et puis tout d’un coup : « oh ! zut, je viens de réaliser que Colonna peut me servir, vite je vais voir comment je peux le recycler ». Et ainsi de suite.

                            C’est comme le CPE : ouiiin c’est mon idée, Villepin me l’a piquée, puis : arrhh caca c’est une mauvaise idée il en faut pas, puis devant les manifestations : rrrhooo tout ça c’est la faute à Vilepin, je peux pas restaurer l’ordre, etc.


                          • JL JL 23 novembre 2007 13:32

                            bonjour VPC, ça peut en effet être une interprétation. On peut ne pas s’en satisfaire.


                          • JL JL 23 novembre 2007 13:38

                            Vivelecentre, et d’autres qui se sont heurtés à ce pb : la version accessible à partir de la Une n’est pas mise à jour en temps réel. Vous remarquerez que la version qui s’affiche à partir de l’envoi d’un commentaire ou autres liens est différente et actualisée en TR. smiley

                            nb. ceci fait que lorsqu’on visite un article sans aller au delà, on n’accède pas aux derniers commentaires.

                            Sans prendre parti, ceci peut s’expliquer soit par facilité technique, soit par souci de procéder à une crtaine censure, ce que je ne crois pas, et c’est pourquoi je déplore cette situation.


                          • brieli67 22 novembre 2007 16:26

                            Qui est le chef nos préfets ?

                            Le Ministre de l’Intérieur !

                            Alors simple qu’on les fasse venir Tous au procès Tous ceux qui sont encore vie bien sûr. d’André Bord jusqu’à MAM. 

                            Trop facile d’invoquer raisons d’Etat et secrets Défense Nationale.


                            • L'équipe AgoraVox L’équipe AgoraVox 22 novembre 2007 17:05

                              <h4> heyehhhhhhehjhhdsfh</h4>


                              • Vilain petit canard Vilain petit canard 23 novembre 2007 10:19

                                Pardon, vous disiez... ????


                              • vivelecentre 22 novembre 2007 17:42

                                c’est bizarre, on lit 21 reactions au sujet mais seulement une quinzaine sont visibles

                                d’autre ont disparu dont par exemple :

                                «  »malheureuesement , cela semble parti pour une nouvelle demonstration d’omerta, de lacheté ambiante... Le temps aura été utile pour que les pressions habituelles s’exercent.

                                La « raison » * des independantistes l’aura emporté pour dissuader tout le monde d’avoir des souvenir trop precis de cette affaire m^me si sous le coup de l’emotion et d’une certaine prise de conscience , quelque uns avaient trouvé le courage , perdu par la suite , de ne plus se taire

                                vraiment navrant........

                                * la raison ? , la pression permanente sur les biens et les personnes de ces groupuscules, autrement dit le TERRORISME «  »

                                y a t’il aussi l’omerta sur Agora ? etes vous aussi sous pression ?


                                • Proudhon Proudhon 25 novembre 2007 18:20

                                  Patientez « viveladroite », pour vous faire plaisir on va vous filer un 11.43, comme celà vous pourrez aller mettre une balle dans la tête à Yvan Colonna puisque il semblerait d’après vos nombreux propos que celà vous démange de le descendre sans procès.


                                • Gordzol 22 novembre 2007 19:38

                                  de même que les commentaires sont sélectionnés et n’apparaissent pas tous à l’arrivée sur la page . un mode de fonctionnement qui pourrait devenir alors un vice de fonctionnement suivant « qui » sélectionne et « pourquoi »... ne serait ce pas plus transparent ? car les opinions de nos voisins , même non partagées nous renseigneraient toujours sur l’état d’esprit ambiant du moment . pour les plus perspicaces on pourrait même noter parfois l’arrivée de trolls sur certains sujets qui fâchent . ce serait même , comme un brevet de pertinence du sujet ... ... d’être attaqué par des trolls .


                                  • drzz drzz 22 novembre 2007 19:56

                                    Sait-on si les Corses ont livré Colonna pour faire courir la France et cacher le véritable assassin ?

                                    drzz http://leblogdrzz.over-blog.com


                                    • moebius 22 novembre 2007 21:16

                                      ... c’est le procès du nationalisme, moins de Colonna... Ca parait tout cousu de fil blanc et ça ressemble a une parti de cluedo. Mais ce prefet a été assasiné par le peuple Corse ! chut motus et bouche cousu comme disent les enfants, on attent Hercule Poirot.


                                      • moebius 22 novembre 2007 21:24

                                        « le peuple Corse » entre guillemets, le peuple toujours entre guillemets et « attent » avec un d et bouche « cousu » avec un e et...


                                      • moebius 22 novembre 2007 21:37

                                        confrérie, pénitent, vitrine, clandestinité, complot, bombe, maquis, maffia, honneur, sang, sacrifice, machisme, mediterrannée... tout les ingrédients pour faire un roman plébéen trop facile

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès