Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Produire, instruire...

Produire, instruire...

François Bayrou dans son dernier livre appuie sa future campagne présidentielle sur ces deux idées directrices.

La question qui se pose est : ces deux actions sont-elles indépendantes ? Peut-on construire un programme pour produire d'avantage en France d'une part et un autre programme indépendant d'autre part pour instruire mieux ? Je prétends que non, voilà pourquoi.

Depuis trois générations, les classes moyennes, prenant modèle sur les aristocrates d'abord, puis sur les riches bourgeois, ont dédaigné les professions en contact avec la matière : paysans, ouvriers, artisans et leur ont préféré, pour eux-mêmes mais surtout pour leurs enfants, les professions libérales, les carrières militaires, administratives si possible dans la fonction publique, en tous cas salariées. Depuis une trentaine d'années, cette tendance a envahi l'ensemble de la population, y compris d'origine ouvrière.

Il n'y aurait que demi-mal si le système éducatif était capable d'ouvrir les yeux des jeunes sur les larges possibilités de métiers et activités de l'industrie, du commerce, de l'administration, de la finance...Mais, combien avez-vous rencontré d'enseignants, voire de conseillers d'orientation, capables d'informer les élèves sur un métier de la vraie vie autre que le leur ? Comment le pourraient-ils ? Ils ont toujours été enseigné ou enseignants, ils n'ont, la plupart du temps, pas d'occasion de s'informer sur d'autres métiers, encore moins ceux de l'industrie, là où on produit en série et en respectant des normes et des conditions économiques inconnues de l'administration. Bien plus, au nom du mépris du profit et de l'indépendance des intellectuels vis à vis du système productiviste certains élèvent au rang de doctrine philosophique cette ignorance.

Une autre influence néfaste s'est répandue largement dans nos entreprises depuis une vingtaine d'années. Elle se résume par une formule courte : "faire faire au lieu de faire" ce qui signifie : " achetez, sous-traitez mais ne fabriquez pas" avec le sous-entendu : "nous n'aurons plus besoin de ces ouvriers revendiquards et flemmards...". Cette tendance est une conséquence directe des deux constats précédents, elle est le fait de ces jeunes cadres sortis des grandes écoles après des brillantes études théoriques. Ceux-ci non plus ne sont pas à l'aise ni avec la technique productive, ni avec les ouvriers, par contre ils se gaussent de termes étasuniens : ils n'encadrent pas, ils "managent", ils ne font plus d'affaires mais du "bisness", ils ne le font plus en produisant mais en "tradant" (spéculant). Ils préfèrent négocier des contrats d'achats de produits plutôt que de conduire une unité de production pour les fabriquer, ils vont même jusqu'à préférer acheter une entreprise viable pour la dépecer et la vendre par morceaux.

J'évoquerai aussi les entreprises artisanales qui disparaissent quand l'ancien patron prend sa retraite et qu'il n'a pas trouvé le moindre candidat pour sa succession alors que l'outil et la clientèle existent, cependant que des jeunes d'une trentaine d'années cherchent des emplois. Et pourtant, prenons un exemple, quelle formation faut-il pour devenir artisan peintre ? Prestataire très recherché auquel il suffit d'un peu de bon sens, de rigueur et de courage pour monter en quelques années une entreprise fructueuse.

On le voit, les Français se sont laissés influencer par une mode néfaste : Ils veulent tous des emplois de bureau. Le phénomène peut être considéré comme culturel.

Il est nécessaire d'inverser cette tendance et ce ne sera pas facile. Pour cela on ne pourra pas agir facilement sur la mentalité des familles ni sur celles des cadres d'entreprises, il n'y a pas de "leviers" simples à actionner pour les inciter suffisamment. Il ne sera pas non-plus facile de faire évoluer le système éducatif mais c'est impératif . Si l'on n'arrive pas à faire rentrer dans les missions de l'éducation nationale celle de "instruire pour produire", on ne pourra jamais redonner au Français le goût de la production.

Je propose quelques "pistes" :

  • 1 : recruter en nombre significatif des volontaires exerçant déjà une profession dans le domaine productif pour enseigner dans les collèges et lycées à temps partiel dans une discipline proche de leur métier,

  • 2 : inciter, en leur permettant de cumuler deux rémunérations, de nombreux enseignants à exercer une profession productive hors éducation nationale, à temps partiel : ne doutons pas, d'ailleurs, que ce sont les meilleurs qui relèveront le défi,

  • 3 : ne plus recruter à plein temps de techniciens pour les titulariser dans des postes d'enseignants techniques. Cette solution pratiquée jusqu'à maintenant sélectionne les techniciens les moins motivés du milieu productif en leur donnant une occasion d'y échapper à bon compte, ils n'apportent donc pas beaucoup "d'esprit productif" à l'enseignement technique,

  • 4 : inciter, voire obliger, les enseignants à plein temps du secondaire et du supérieur à effectuer au moins un stage de 2 semaines par an en entreprise,

  • 5 : développer les stages en entreprises pour les collégiens et lycéens avec des mesures incitatives pour les entreprises.

Ces quelques propositions ne sauraient être exhaustives, il faudra trouver d'autres mesures, sans doutes, pour que le goût de l'effort productif se développe au lieu d'être étouffé mais elles visent à rapprocher le monde éducatif de la "vraie vie" et à renforcer son influence constructive sur la santé de la nation.

Scribe


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • L'Hérétique L’Hérétique 31 décembre 2011 10:59

    Un peu violent votre projet, mais sur le fond, les idées ne sont pas mauvaises. Ne tapez pas trop sur les enseignants : songez qu’ils sont à la base du système et qu’ils ne sont pas comptables de toutes les conneries qui sont décidées au-dessus d’eux...


    • Scribe Scribe 1er janvier 2012 19:32

      Bonjour l’Hérétique : mon intention n’est pas de « taper sur les enseignants » même si je sais bien que mon article ne plaira pas à tous. D’abord je suis issu d’une famille d’enseignants et puis j’ai aussi modestement enseigné à temps partiel. Mais ce qui me parait important c’est d’augmenter la « porosité » de la séparation entre enseignants et non enseignants.
      Scribe


    • FrédéricLN FrédéricLN 31 décembre 2011 11:01

      92 dirigeants d’entreprise répondant à une enquête Occurrence/Institut de l’entreprise, http://www.debateco.fr/sites/default/files/Produire_en_France_Occurrence-%20VFF_1.pdf , « mettent les questions de l’éducation, de la formation et de l’innovation en tête des priorités sur lesquelles agir pour améliorer la compétitivité française. »


      Voilà qui va tout à fait dans votre sens : pour produire mieux, exporter, innover… il faut rendre plus efficace notre système éducatif.

      • Taverne Taverne 31 décembre 2011 11:07

        Pour les emplois de bureau, il faudrait que les collectivités locales qui ont besoin de main-d’oeuvre puissent revenir sur les 35 heures. On augmente la durée de travail - ne fut-ce que temporairement - pour éviter de recruter. mais çà, la gauche ne voudra jamais.


        • Taverne Taverne 31 décembre 2011 11:14

          Dans le privé : tout le contraire. Il faut inciter à l’embauche. Donc pas de niche fiscale pour favoriser les heures supplémentaires. Ou niche fiscale réduite à des cas bien précis.


        • gogoRat gogoRat 18 février 2012 12:29

          Quand on prétend viser à une démocratie, et quand on se pense en position légitime d’éduquer ( qui plus est, de « former » ensuite) ses compariotes, comment peut-on accepter le privilège de ces statuts de fonctionnaires-à-vie qui contredit l’idéal d’égalité inscrit dans notre constitution ?

           rappel : (wikipédia)
          Le mot privilège, du latin privata-lex (« loi particulière »), est à l’origine une disposition juridique conférant un statut particulier.



        • franck2012* 31 décembre 2011 11:30

          Pourquoi j’ai l’impression, Bayrou, bloqué, gelé comme l’économie libérale qui nous a entraîné vers la crise que nous connaissons.
          Tout sauf le changement.
          Une de ses priorités : l’enseignement professionnel, seul capable de nous relancer dans la course aux emplois perdus face à la mondialisation. Ce sont les français le problème. Ils sont mal formés et n’ont plus la culture du travail. Face à la Chine et L’inde, l’argument en pleine catastrophe économique porte ! C’est grand beau, c’est beau,c’est intelligent !
          On ne demandera pas à Bayrou de faire l’effort de sortir de la confortable camisole idéologique dans laquelle il est engoncé jusqu’aux oreilles.
          Vous n’entendrez pas parler, en dehors de l’étiquetage nationale de nos produits nationaux, cette mesure grotesque et qui devrait le disqualifier d’entrée de jeu, vous n’entendrez pas ce néo-libéral nous parler d’un protectionnisme bien compris, à la veille d’une guerre économique qui pourrait déboucher sur une guerre tout court.
          c’est probablement un des candidats les plus dangereux, car un des moins capables de changer de paradigme. Bloqué qu’il est sur la construction européenne, la défense de l’euro et des idées rendues obsolètes par la vitesse de propagation de la crise néo-libérale. Sa crise à lui et aux siens, et qu’ils voudraient bien nous mettre sur le dos. Après le ’ travailler plus ’, le ’ former plus ’.

          Je relève dans l’article de l’auteur
           : ’ ...ne doutons pas, d’ailleurs, que ce sont les meilleurs qui relèveront le défi ’ , ’ Cette solution pratiquée jusqu’à maintenant sélectionne les techniciens les moins motivés du milieu productif en leur donnant une occasion d’y échapper à bon compte ’ , ’ inciter, voire obliger, les enseignants à plein temps du secondaire et du supérieur à effectuer au moins un stage de 2 semaines par an en entreprise ’....

          CCL : Les français étant des fainéants démotivés on va les remettre au boulot avec des recettes de grand-mère.

          Oui, il eut fallu que nous investissions massivement dans la formation professionnelle. Mais comme l’Allemagne qui va connaître, elle aussi, une énorme crise. Il faudra aussi revenir sur le dogme libéral et protéger nos travailleurs : Patrons et salariés français .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès