Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Professeurs des écoles, quels visages ?

Professeurs des écoles, quels visages ?

Réflexion sur un monde étrange : le monde des professeurs des écoles. De l’école rurale aux écoles de « banlieues », quels visages ?

Professeur des écoles ; à la base, un métier, ou plutôt un sacerdoce, qui a pour objectif principal l’éducation de nos enfants. Aujourd’hui, un métier tenu et coincé dans un système monolithique. Qui osera dire que ce métier est le même lorsqu’on se trouve dans un village de 2000 habitants, avec une école à niveaux multiples, ou lorsqu’on est dans un quartier d’une commune urbaine, avec une classe d’enfants d’origines multiples ?

Petit aperçu de cette disparité : école du village, en Saône et Loire, 2000 habitants dans le village, des familles de la classe moyenne, peu de chômage, en fin de CP, 20 des 21 élèves savent lire parfaitement un texte (le seul enfant en difficulté a été hospitalisé cinq mois dans l’année). 16h45, fin de la journée ; la "maîtresse" papote deux minutes avec les parents ; 17h, elle rentre chez elle, après avoir récupéré ses propres enfants dans la classe de son collègue. Une petite demi-heure pour finir de préparer la séance du lendemain, et à 17h45 elle peut suivre la scolarité de ses enfants (le grand va entrer au collège l’an prochain). École d’un quartier classé en zone sensible ; ZEP ; une classe de 25 enfants ; cinq nationalités différentes ; une partie des enfants n’ont débuté leur scolarité que depuis un an ; avant de se poser la question de savoir lire un texte, la maîtresse doit apprendre le français à un groupe de six enfants ; à la fin du CP, seuls six enfants auront acquis les bases de la lecture ; 16h45, fin de la classe ; des enfants restent à la séance d’accompagnement à la scolarité, la maîtresse fait le lien avec la responsable de cette action sur les enfants ; 17h15, elle a rendez-vous avec une maman pour évoquer les difficultés scolaires de son enfant ; 18h, une réunion du conseil de ZEP est prévue ; 19h30, fin de la réunion ; elle peut enfin rentrer chez elle et va devoir attendre le coucher de ses enfants pour finir de préparer sa séance du lendemain.

Une telle différence ne peut qu’engendrer des frustrations, des questions, des renoncements, des amalgames.

Aujourd’hui, il apparaît nécessaire de travailler sur une réelle prise en compte de cette diversité de situations. Le ministère de l’Éducation nationale et les syndicats enseignants se doivent de réflechir à cette complexité.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • HKac HKac 7 décembre 2005 11:09

    Sympathique article. En effet, comment peut-on croîre à l’égalité des chances quand tant de disparités existent aussi bien pour les élèves que les enseignants ? Cela amène d’autres questions (liste non exhaustive) :

    - Comment faire pour que dés l’enfance un citoyen puisse disposer des meilleurs atouts pour réussir son cheminement dans la vie ?
    - Réussir sa vie, est-ce juste lié aux potentialités individuelles ou bien une part de « coup de pouce » ne peut-elle pas aider certains élèves à surmonter les obstacles qu’ils ont eu le malheur d’hériter par leurs conditions de vie initiales ?
    - Une école de la « deuxième chance » est-elle envisageable pour que chacun puisse avoir la possibilité (ou la chance) d’aspirer à l’élite d’un pays ?
    - Dans l’alternative, une élite doit-elle fatalement être issue d’une « filière » basée sur la provenance sociale ?

    Sincèrement, votre article est une amorce à un débat très vaste que je vous encourage à poursuivre sur Agoravox. Bonne continuation.


    • Voltaire (---.---.108.81) 24 décembre 2005 19:17

      Où sont les idiots qui nous ont serinés pendant des années en affirmant que l’avenir était dans ces gosses de banlieue ? Ces mêmes idiots qui prônent la société multiculturelle et qui planquent leurs gosses dans des collèges où pas un fils d’immigrés n’y vient semer le trouble. Pour ne pas avoir voulu regarder la vérité en face, pour avoir imposé le politiquement correct, on est tous dans un triste état. Et c’est encore Le Pen qui sera là au second tour.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès