Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Prostitution : Alors, on fait quoi ?

Prostitution : Alors, on fait quoi ?

Et si pour supprimer la prostitution …. on l’interdisait ? Alors que la bonne question est : pourquoi la prostitution ? Et la réponse : parce que les hommes sont des cochons, ne suffit pas.

Il n’y a rien de plus abjecte que la prostitution car elle permet l’exploitation de personnes fragilisées financièrement ou psychiquement. L’âge moyen d’entrée dans la prostitution est de 14 ans, et 70% des personnes prostituées ont été agressées sexuellement dans leur enfance. La prostitution est, hormis quelques exceptions, un chemin de croix pour ceux et celles qui sont contraints de le parcourir. Cela n’a rien à voir avec les films à l’eau de roses des studios d’Hollywood, c’est plutôt un trafic d’êtres humains réduit à l’esclavage.

On pourrait surtout mettre les moyens financiers et humains pour lutter contre le proxénétisme, la prostitution subie et les réseaux mafieux. Il faut venir en aide à ces filles à qui on promet un emploi de serveuse et qui se retrouvent sur le trottoir, à ces personnes contraintes à la prostitution par la violence physique, ou par des menaces de rétorsion contre leur famille.

Une autre priorité serait d’augmenter les ressources des étudiants pour éviter que certaines, et certains, ne franchissent la barrière pour boucler les fins de mois difficiles, et se réfugient ensuite dans les drogues dures. Puis incapables de poursuivre des études, ils se retrouvent pris au piège. Ensuite entre les dealers et les souteneurs, leur vie devient un véritable enfer. Est-ce la seule alternative que la société a à leur proposer ?

On peut également penser que l’abolition est une mission impossible, et que l’Etat devrait encadrer la prostitution choisie en rouvrant par exemple les maisons closes et en fiscalisant les recettes générées par les travailleurs du sexe. Mais alors, lorsque la prostitution fera partie intégrante du marché de l’emploi, et qu’elle sera un travail comme un autre, si vous êtes au chômage et que vous refusez un emploi de prostitué, serez vous rayé de la liste des chômeurs ? En quoi le fait de toucher un salaire abolirait-il l’exploitation sexuelle qui est le principe de la prostitution ?

L’argent généré par la prostitution en France est évalué à plus de 3 milliards d’euros par an. Une prostituée rapporte en moyenne 120 000 euros par an, dont elle ne touchera que des clopinettes et quelques « raclées » en prime, car 80 % de tout ce qui touche au sexe est contrôlés par des organisations mafieuses.

La pénalisation du client voulue par certaines féministes ne va-t-elle pas déplacer simplement les prostituées vers d’autres lieux ? Cela risque aussi de détourner le débat contre toutes les formes de misère de la prostitution et de l’exploitation sexuelle … et de fermer les yeux sur ce système qui permet l’exploitation des personnes, et qui veut que tout soit marchandise !

Dans notre société qui déborde d’images pornographiques et qui nous fait croire que les films et les photos trouvés sur le net ou ailleurs sont la norme dans les rapports humains ou amoureux, il serait bon de se demander si la satisfaction de tous les désirs est la phase ultime de la liberté individuelle. La phase ultime de ceux qui ont les moyens de se l’offrir, évidemment. Les autres subissent. La norme du système capitaliste est que tout s’achète et tout se vend, alors qu’en réalité, tout autre rapport qu’un rapport désiré, pas seulement consenti, mais désiré est un viol, tarifé ou non.

Article publié sur Conscience Citoyenne Responsable

http://2ccr.unblog.fr/2011/12/16/prostitution-alors-on-fait-quoi/


Moyenne des avis sur cet article :  2.85/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • La râleuse La râleuse 20 décembre 2011 17:58

    C’est un très bon article, Robert Gil.

    Et vous avez raison de souligner que la prostitution est imputable à la misère ou tout simplement au manque d’argent (comme pour les étudiants, pour ne citer qu’eux).
    Là encore, je crois que l’actuel gouvernement hypocrite se donne bonne conscience en dénonçant une institution dont il porte en partie la responsabilité. Ce à quoi ce gouvernement hypocrite ajoute encore au sordide en cherchant à gagner de l’argent avec la prostitution sous prétexte de vouloir pénaliser ceux qui s’y livrent (prostitués et consommateurs).

    Cordialement,


    • spartacus1 spartacus1 20 décembre 2011 18:35

      Effectivement, très bon article qu j’aurais été fier de signer.

      Ce soir est faste sur AV, deux bons articles : celui-ci et un sur les performances des ordinateurs.
      Ce n’est pas tous les jours que l’on est gâté de cette façon.


    • appoline appoline 21 décembre 2011 15:37

      Scipion,


      Il existe aussi la castration chimique pour ceux qui se font commander par leur biroute à voir même la castration tout court, (ça donne une jolie voix, vous devriez essayer).
      Tant qu’il y aura des femmes qui ne seront pas disponibles, j’ose espérer que vous en avez en coup dans le nez pour écrire une connerie pareille ou alors.....venez me voir, une touche d’acide sulfurique sur votre appendice devrait vous remettre un tantinet les idées en place.

    • franck2012* 20 décembre 2011 19:32

      L’une, la masturbation, n’empêchant pas l’autre, le recours à la prostitution .


    • franck2012* 20 décembre 2011 19:44

      Une solution rarement évoquée ( modèle australien ).

      Il existerait des cabinets de prostitution ...comme il existe des cabinets d’avocats, de sexologues...

      Salle d’attente, secrétariat... statut des professions libérales .

      Comme chez les ophtalmos, les stomatos, les kinés, les masseurs , les psys ...

      On irait hommes ou femmes se faire du bien avec des pros et on pourrait même envisager un diplôme ....

      Je déconne pas, n’ayant jamais eu recours à des prostitués, j’envisage le problème, le plus efficacement possible, pour les prostitués, leurs clients et la société....


      • franck2012* 20 décembre 2011 21:05

        humainement .... supprimer la prostitution est impossible
        le vouloir c’est la rendre inhumaine


      • Heil Cartman Heil Cartman 21 décembre 2011 11:03

        Comme je l’ai déjà dis précédemment, il y a des milliards de pauvres à travers la planète qui n’ont pas les moyens d’aller aux putes ? Comment font ils ? Ils vont draguer les filles dans la rue, surprenant n’est ce pas ?

        Ben voyons ! Je me souviens de ma copine qui me racontait son merveilleux voyage en Tunisie. 10 jours à se faire appeler « gazelle » tout les trois mètres et à se prendre des propositions indécentes à chaque coin de boulevard.

        Super la drague dans la rue.......


      • foufouille foufouille 21 décembre 2011 11:38

        "Comme je l’ai déjà dis précédemment, il y a des milliards de pauvres à travers la planète qui n’ont pas les moyens d’aller aux putes ? Comment font ils ? Ils vont draguer les filles dans la rue, surprenant n’est ce pas ?« 

        effectivement pour les petits bourgeois
        toutefois certains font des »echanges", il ou elle est fait des cadeaux en esperant que l’autre va etre d’accord


      • AN221 AN220 20 décembre 2011 19:44

        Seule la prostitution des pauvres est visée,celle des riches, en clubs privés ou la bouteille de champagne a 300€ et la passe a 1000€, n’existe pas,pignon sur rue et rcs, générant un chiffre d’affaire conséquent,cotisent et payent des impôts.UMPS tu payes y a pas de problème !!!


        • franck2012* 20 décembre 2011 19:57

          1000 fois d’accord

          On ne peut interdire la prostitution

          Il faut l’organiser pour tous en évitant la solution des Éros-center, et la dissémination dans des vans, des bois, des parkings ....

          La légaliser et lui offrir un statut.

          Aujourd’hui on peut tourner un film porno ou ouvrir un club échangiste, un bar gay sans rien risquer pénalement.... pourquoi les acteurs du rapport sexuel tariffé devraient-ils encore se cacher ?


        • franck2012* 20 décembre 2011 20:01

          Shamika vous vous êtes intercalée dans une discussion avec AN220 qui vous dépasse .... mais nous vous pardonnons votre offense.

          Allez en paix ma fille !


        • AN221 AN220 22 décembre 2011 22:31

          Quand on est con,on est con(ou ou naît con,au choix) et pas très,ni un peu ou beaucoup,n’est ce pas ?


        • franck2012* 20 décembre 2011 21:10

          jamais tenté depuis des millénaires

          comme la lutte contre la drogue le prouve

          tout le monde connaît tout le monde et ca continue de plus belle

          vous n’avez rien appris de la prohibition des années trente aux Etats-Unis, époque qui a vu naître le crime organisé


        • Heil Cartman Heil Cartman 21 décembre 2011 11:09

          ça fait longtemps que la prostitution n’existe plus aux USA (sauf Nevada).

          Mais lol ! C’te vieux mensonges, la prostitution est illégale aux USA mais n’a certainement pas disparue. Et pas besoin d’aller loin pour trouver des stats :

          http://en.wikipedia.org/wiki/Prostitution_in_the_United_States#Statistics_on_prostitutes_and_customers

          A 2004 TNS poll reported 15 percent of all men have paid for sex and 30 percent of single men over age 30 have paid for sex.[22]

          The prostitution trade in the United States is estimated to generate $14 billion a year.[24]


        • Zanini 21 décembre 2011 14:17

          Ah le fameux modèle américain...
          Pas de prostitution de rue ne veut pas dire pas de prostitution !
          Voir l’affaire DSK avec le témoignage de la maquerelle new yorkaise.

          De plus il existe de la prostitution de rue a New York et a LA. Sunset boulevard la ou se déroule l’action du film pretty woman est un endroit bien connu de la prostitution.


        • Heil Cartman Heil Cartman 21 décembre 2011 14:32

          Mais entâmer une discution avec des gens bornés, est peine perdue.

          C’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité. Comme si VOUS étiez venu discuter ici en partant du principe que VOUS pourriez changer d’opinion.

          Mais bien sûr, prenez nous pour des truffes aussi.


        • Guillaume 21 décembre 2011 00:09

           «  tout autre rapport qu’un rapport désiré, pas seulement consenti, mais désiré est un viol, tarifé ou non » C’est faux,voilà ce que dit la loi :

           Article L.222-23 du code pénal dispose que : « Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte, menace ou surprise, est un viol ».

          Heureusement que vous ne faites pas les loi car les partenaires sexuels seraient victime de l’arbitraire de l’autre et il y aurait beaucoup de monde en prison.


          • Guillaume 21 décembre 2011 00:53

             

            Rapport parlementaire page 23

            « En effet, les chiffres de l’OCRTEH font état de seulement six mises en cause de personnes mineures pour racolage soit 0,44 % du total des mis en cause pour racolage en 2010 en France. »

            Il y a une différence abyssale entre les quelques cas que connaissent annuellement les services de police et de gendarmerie et l’âge moyen d’entrée dans la prostitution qui serai de 14 ans.

            Quelles sont vos sources, es ce que les données concernent les prostituées exerçant en France ?


            • Scual 21 décembre 2011 01:10

              Et ben...

              Personnellement je suis totalement favorable à la prostitution. Je trouve même que c’est un métier noble. Je pense aussi que l’esclavage qu’elle est bel est bien aujourd’hui n’a pour origine que son interdiction.

              Légalisons, règlementons et organisons une prostitution « propre » et il n’y aura plus le moindre problème.


              • Scual 21 décembre 2011 22:50

                Tiens mais ça ressemble fortement au commentaire d’un violeur refoulé qui veut se faire des personnes non consentantes et absolument pas intéressées par la prostitution, comme si toutes les femmes étaient des putes... Kerjean, vous êtes un vrai danger publique ma parole. Je préfèrerais largement que ma fille soit pute plutôt qu’avec un psychopathe complètement possédé comme vous. Quitte à choisir, ça me semble bien moins dangereux pour elle.

                Ça me conforte dans l’idée que les opposants à une prostitution consentie et encadrée sont de purs intégristes complètement malades...

                Mais j’ai une question, si votre fille était prostituée, vous voudriez qu’elle soit une esclave sexuelle droguée et maltraitée entre les mains d’un mac et qui ne peut pas choisir ses clients ou bien une femme libre et protégée ayant simplement fait un choix qui selon vous est le mauvais ?

                Remarque si elle faisait ce choix, je sais pas si c’est pas de vous qu’il faudrait ensuite la protéger...


              • Guillaume 21 décembre 2011 01:13

                 En 2008 il y a eu 512 condamnation de proxénétisme aggravé en France (Rapport parlementaire page 23) .J’ai beaucoup de difficulté a comprendre la différence qu’il y a entre les chiffre de la justice et ceux publiée par la presse de 80 %.

                La police anglaise estime a 10 % le nombre total d’immigré victime de traite alors que la législation sur la prostitutions similaire a la notre . http://www.acpo.police.uk/documents/crime/2010/201008CRITMW01.pdf).

                 


                • blablablietblabla espritsubversif 21 décembre 2011 07:22

                  Le problème ici c’est qu’il y a des nanas qui n’ont pas encore compris une partie de la gente masculine ,la vérité c’est que y a des hommes qui ont plus besoin de sexualité que d’autres point .

                   

                  Je ne vois pas ou est le plaisir d’aller avec une prostitué si ce n’est par besoin constant de sexy bref y a des mecs si ils pouvaient se baiser eux meme ils le feraient.

                   

                  Je vois ici à montpellier qu’il y a énormément d’étudiantes qui se prostitue chez elles ça été relaté plusieurs fois la gazette et certains journaux locaux avec témoignage à l’appui et tout donc pas de réseaux ni « maquereau » et alors on va leur interdire de le faire ? non, ben alors vous voyez bien que nos politique font n’importe quoi !!

                   


                  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 21 décembre 2011 08:18

                    Encore un article qui fait dans la surenchère émotionnelle, sans réflexion sérieuse sur les origines de la situation actuelle qui est une situation de prohibition avec l’habituel cortège de conséquences désastreuses au plan de la sécurité (sanitaire et personnelle) et de la criminalité.

                    La meilleure preuve de cette surenchère, c’est cette phrase que la passionaria de service se met à applaudir sans même la comprendre :

                    «  »tout autre rapport qu’un rapport désiré, pas seulement consenti, mais désiré est un viol, tarifé ou non.« 

                    Lisez bien cette phrase. Prenez le temps de la mâcher. Que veut-elle dire ?

                    Elle veut dire qu’à force de pousser le bouchon de l’idéologie toujours plus loin, les tenants de ce sophisme absolu qu’est la notion d’abolition de la prostitution vont jusqu’à affirmer (sans s’en rendre compte) que le viol tarifé est la forme la plus répandue de sexualité chez les personnes mariées.

                    Car, comme chacun sait, les cas où entre personnes mariées, le rapport est désiré par les deux partenaires sont loin, très loin d’être majoritaires.

                    Tout ça pour dire que même si l’intention est belle, elle ne dispense pas de »penser" (un peu plus loin, par exemple, que celle qui, plus haut, nous dit qu’il y a des milliards de pauvres qui ne peuvent pas se payer de prostituées. Voilà la solution, devenons tous très pauvres !).

                    L’intention compte, oui. On peut la juger louable, morale, etc. puisque le souci serait de protéger.
                    Mais la fin ne justifie pas les moyens.
                    Dans l’histoire, l’inquisition et la prohibition l’ont assez bien démontré je crois.


                    • Heil Cartman Heil Cartman 21 décembre 2011 11:14

                      Shamika ou « la néantisation de la pensée et son remplacement par l’émotionnel débridé ».

                      Sans s’en rendre compte elle illustre parfaitement ce que dit Luc-Laurent Salvador.


                    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 21 décembre 2011 12:02

                      C’est drôle !
                      J’ai d’abord pensé que vous parliez de Shamika.
                      L’image du roquet (de sexe féminin) qui aboie par derrière, ça collait bien.
                      Puis je découvre que Shamika c’est vous.
                      J’ai bien peur que Heil Cartman n’ait raison !


                    • Mor Aucon Mor Aucon 21 décembre 2011 16:16

                      C’est dingue, voilà que les tricoteuses révolutionnaires se transforment en police des mœurs. On n’est pas clairs, nous les michetons frustrés. Tenez, mesdames, allez rongez cet os et évitez l’usage de l’acide, ça brûle les lèvres. http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/21/non-a-la-police-des-consciences-et-des-corps_1621134_3232.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter#xtor=RSS-3208001


                    • Mor Aucon Mor Aucon 21 décembre 2011 18:51

                      Il serait bon de s’appliquer à suivre les conseils que l’on donne aux autres. Alors, allez essayer vous-même la prostitution, après vous saurez peut-être de quoi vous êtes entrain de parler et pourrez nous conseiller.


                      • Xtf17 xtf17 21 décembre 2011 09:57

                        Il aurait fallu écrire :
                        Il n’y a rien de plus abjecte
                        que n’importe quoi qui exploite des personnes fragilisées financièrement ou psychiquement.
                        La prostitution n’a rien à voir la dedans.
                        La preuve c’est que le salariat entre aussi dans cette définition.
                        En gros tous les salariés sont des putes.
                        Dès la deuxième phrase (...rien de plus abjecte...) il y a déjà un parti pris par rapport au titre (...alors on fait quoi...). Aucune analyse donc.
                        Bref, n’importe quoi cet article. CQFD.


                        • Xtf17 xtf17 21 décembre 2011 10:04

                          C’est donc l’exploitation qui est abjecte. La prostitution consentie, tout comme le salariat consenti, ne sont dénonçables que dans la limite de notre « servitude volontaire ». Relire La Boetie.
                          Ne soyons ni esclave ni maître.
                          La prostitution est à abolir de la même manière que le salariat est à abolir. Principe d’anarchie (votre article sur le sujet était très bon pourtant). Ces deux questions sont identiques, et sont donc très loin d’être résolues.


                          • zadig 21 décembre 2011 12:06

                            Bonjour,

                            Prostitution et nucléaire sont deux mamelles de Agoravox.

                            Au fait il y a peu être un rapport (intellectuel ! )

                            Salutations


                            • herbe herbe 21 décembre 2011 12:21

                              Il y a un truc qu’il faudra qu’on m’explique, pourquoi continuer à tourner autour du pot ?
                              Il me semble que beaucoup (Tout ?) a déjà été analysé par Michel Houellebecq ici et
                              (société libérale et sexualité)

                              Il y a une révolution des mentalités à faire, pour bien vivre et éviter de recourir aux ersatz que proposent les marchands pour palier au vide existentiel ...
                              Il faut sortir du cercle vicieux !
                              Les relations entre les hommes et les femmes (ou pour tout autre combinaison pour ceux/celles qui le souhaitent...) sont un enjeu sociétal majeur :
                              http://www.peripheries.net/article228.html

                              Ce n’est peut-être pas un hasard si Lo Zen e l’arte di scopare nous vient d’Italie, ce charmant pays où un certain Berlusconi butinait (je reste léger) des filles à peine pubères pendant que les magnifiques quinquagénaires Italiennes vont tenter de trouver l’ersatz en république dominicaine..

                              Alors opposons au fast food sexuel, le slow sex ! par analogie au mouvement de résistance au fast food, le slow food dans l’alimentaire (ça se passe aussi en Italie) !

                               doucement me dit la fille qui m’attend ... : http://youtu.be/EwQgBi2wlwU


                              • herbe herbe 21 décembre 2011 12:42

                                Juste une question pour ceux qui s’occupent du site :

                                Y aurait-il des soucis techniques en ce moment (SQL ou autre) ? ou y aurait-il un système de modération à la volée ?


                              • Constant danslayreur 21 décembre 2011 12:25

                                « Prostitution, alors on fait quoi ? »

                                Heu ... c’est-à-dire que ça dépend en fait, si elles sont plus de 7 % à être aussi bien foutues que la ... heu ... dame de la photo, alors la réponse est claire et nette : « rien du tout » en ce sens qu’aucune mesure ne pourrait être efficace. Vous pourriez empaler les « coupables », puis les découper en cubes à faire revenir aux petits oignons, qu’ils seraient capables de récidiver.


                                • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 21 décembre 2011 12:49


                                  Article abject. Vraiment dégoutant.

                                  Cette haine du sexe, cette haine de l’argent... cette confusion mentale. Ce moralisme d’un autre age... Berk.


                                  • Radix Radix 21 décembre 2011 13:09

                                    Bonjour

                                    « tout autre rapport qu’un rapport désiré, pas seulement consenti, mais désiré est un viol, tarifé ou non. »

                                    Comment faire coïncider cette phrase avec un jugement récent qui a condamné un homme divorcé à 10 000 euros d’amende pour n’avoir pas « honoré » sa femme pendant une longue période avant le divorce ?

                                    Le non-rapport tarifé ? Il fallait y penser !

                                    Je ne sais pas sur quelle base le juge s’est appuyé pour calculer le montant du « dommage » ?
                                    Il s’est renseigné sur les tarifs des prostituées et à multiplié la somme par le nombre de rapports manquants ?

                                    Dur métier que celui de juge !

                                    Radix


                                    • Constant danslayreur 21 décembre 2011 13:29

                                      En fait le juge a inclus les frais de l’implant mammaire pipé posé pour rien, les frais du Cancer au prorata de la proba d’icelui et ceux du psychiatre pour réparer les dégâts.

                                      pfff tout expliquer


                                    • Constant danslayreur 21 décembre 2011 13:31

                                      En plus, la concernée pourra vous le confirmer ça coûte énormément de reconnaitre en public qu’on est une nana mal... heu ... embrassée


                                    • Radix Radix 21 décembre 2011 15:17

                                      Bonjour Constantdanslayreur

                                      Comme le viol entre époux est désormais entré dans l’arsenal judiciaire, je me demande comment un homme peut-être condamné pour avoir refusé de le faire ?

                                      Les « acrobaties » judiciaires me laisseront toujours pantois !

                                      Radix


                                    • Constant danslayreur 21 décembre 2011 15:32

                                      Bonjour Radix
                                      On le serait à moins...

                                      Je ne m’en lasse pas : « tout autre rapport qu’un rapport désiré, pas seulement consenti, mais désiré est un viol, tarifé ou non. »

                                      Bref, la brave femme (les millions de, ouais), sinon frigide du moins pas très portée sur la chose mais qui aimerait quand même son mari et qui ferait tout pour le satisfaire (sans désir donc), se ferait violer au quotidien à l’insu de son plein gré évidemment personne ne lui a dit qu’elle pouvait porter plainte... pas normale une telle rétention d’information...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès