Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Public privé... La liste noire des privilèges !

Public privé... La liste noire des privilèges !

Nous sommes loin aujourd'hui d'une égalité de traitement, entre fonctionnaires, salariés ou indépendants. La même retraite pour tous. Cela serait salutaire aussi bien pour les fonctionnaires que pour la population. En effet, l'image des fonctionnaires qui sont en déni des évidences donnent une image de corporatisme fermé et réactionnaire préjudiciable.

Une égalisation normale et juste permettrait de créer une société plus homogène. Si une partie d'entre eux a compris que l'inégalité en droit n'est plus tolérée, une partie d'entre eux souhaite vivre sur le compte du contribuable, quel que soit le taux de chômage de masse que cela entraîne dans le secteur privé, qui sue a faire marcher des entreprises contribuables prise entre l'étau des prélèvements sociaux et des prix de production qui doivent être compétitifs dans une compétition internationale.

Mais pour comprendre, il faut faire une synthèse et décomplexifier ce qui est complexe. Cela reste encore complexe à la lecture, mais donne quand même une synthèse plus claire. C'est le but de cette liste. Le but n'est pas de stigmatiser les fonctionnaires, même si une bonne partie se contente de les prendre sans se scandaliser de cet état de fait dans une indifférence égoïste. 

Les fonctionnaires sont classés en deux catégories, la catégorie A, et la catégorie B, les sédentaires et les actifs.

Privilège 1 Catégorie A : décote plus favorable

La retraite à taux plein des fonctionnaires de la catégorie A nécessite la même durée de cotisation que le salarié du privé et doit justifier comme le salarié privé de 165 trimestres cotisés, par contre la décote est calculée de manière inéquitable en cas de manquement de trimestres.

Pour les fonctionnaires catégorie A, 0% pour ceux né en1946, à 0,625% pour ceux nés en1950, 1% pour la ceux nés en 1953 et 1,25% pour ceux nés après 1955. Pour les salariés du privé, la décote est en sens inverse. 2,5% pour ceux nés en1944, 1,625% pour ceux nés en 1950 et 1,25% pour ceux nés à partir de 1953.

Privilège 2 Catégorie A : durée de cotisation moins importante pour le taux plein.

Un fonctionnaire catégorie A bénéficie automatiquement du taux plein à 65 ans et 4 mois.

Un salarié du privé doit à la fois disposer de 165 trimestres et cotiser 66 ans et 7 mois pour bénéficier automatiquement du taux plein.

Privilège 3 Catégorie A : à décote faite à l'envers, durée de cotisation moins importante.

Si vous vous rappelez le privilège différencié N°1, la décote se fait en pourcentage à l'inverse de la logique pour les fonctionnaires de catégorie A. La décote retenue pour le calcul de la décote est donc plus favorable entre le nombre de trimestres manquants pour atteindre celui requis pour le taux plein à l’âge du taux plein 65 ans et 4 mois à l'inverse du salarié du privé à 66 ans et 7 mois.

Privilège 4 Catégorie A : la surcote n'est pas au même age pivot.

Le fonctionnaire a bénéficie plus jeune de la décote et une surcote plus jeune. Ainsi lorsqu’à 63 ans un fonctionnaire passe en surcote, le salarié du privé est en décote. Il est prévu a terme une égalité, mais qu'a partir de la génération né en 58.

Privilège 5 : une pénibilité exagérément trop large et étendue.

Un prof, une auxiliaire de puériculture, un technicien, un ingénieur public ou un balayeur municipal aurait des fatigues exceptionnelles par rapport à un prof du privé, une nounou privée un technicien privé ou un ingénieur privé ? Plus qu'un couvreur, un maçon du privé ?

Si les fonctionnaires sont considérés d'office en catégorie B et concerne la majorité des fonctionnaires, la pénibilité des salariés du privé est encadrée de façon très précise (par décrets ou arrêtés) à partir d’une définition objective des critères de risques ou de pénibilité et des durées d’exposition. Ce n'est pas la porte ouverte à n'importe qui. C'est extrêmement sélectif. 

Privilège 6 Catégorie B : age légal de départ 5 ans plus jeune.

L’âge légal d’ouverture des droits est de 55 à 57 ans, soit un avantage par rapport aux salariés du privé de carrément 5 ans.

Privilège 7 Catégorie B : la limite d'age légal, permettent de partir encore plus jeune.

Dans la catégorie A on trouve déjà beaucoup de privilèges, mais la catégorie B en aligne encore plus. Vous pouvez ajouter 5 ans de mieux a tous les avantages de la catégorie A. Le calendrier d’évolution de l’âge légal, de l’âge limite d’activité, de l’âge pivot et de l’augmentation de la décote tous décalé de 5 ans.

Exemple : un fonctionnaire de catégorie B né en 1957. Il peut liquider sa retraite à 55 ans et 9 mois contre 62 ans pour un salarié du privé : six ans et trois mois plus tôt  ! Mais, s’il ne compte que 145 trimestres et qu’il liquide sa retraite à 55 ans et 9 mois, sa décote devrait être de 20 trimestres (chiffre maximum). Mais l’âge d’annulation de la décote est 59 ans : par rapport à cet âge, il ne lui manque que 13 trimestres. Il ne subira donc qu’une décote de 13% sur une pension égale à 75% de son dernier traitement indiciaire et percevra plus qu’un salarié de son âge ayant liquidé sa retraite à 62 ans et ayant validé 167 trimestres !

En cas d’insuffisance encore plus importante de trimestres validés, ce même fonctionnaire accédera automatiquement à la retraite à taux plein à compter de 59 ans… le salarié du privé à 67 ans ! Soit 7 ans de privilèges en plus.

Privilège 8  : une retraite par taxation.

La répartition implique que les ressources des cotisants assurent les ressources des pensionnés. Les pensions des retraités de l'état sont prélevées directement sur le budget de l'état. L'état ne dépose pas sa part patronale dans un organisme dédié, chargé de gérer les retraites, mais assure le paiement des retraites directement avec les ressources de l’impôt. Il ne dépose pas sa part patronale dans un fond cantonné chargé de gérer les retraites.

Privilège 9  : une charge à vie pour les contribuables.

Le fonctionnaire à la particularité de n'avoir dans sa vie qu'un seul partenaire, l'état, le contribuable. A la fois avant et après sa retraite. Qu'il soit actif ou à la retraite, il reste à charge du contribuable payeur. Le salarié du privé, lui dépend de son employeur jusque sa retraite. Arrivé en retraite, ses ressources dépendent d'une caisse de retraite. De la même manière, quand il arrive à la retraite, son employeur a déjà payé et se trouve libéré de son salarié, que le salarié retraité bénéficie d'un courte ou longue retraite.

Privilège 10 La pension en pourcentage bien plus importante.

La pension d’un fonctionnaire A ou B est égale à 75% du dernier traitement indiciaire brut non plafonné.

Il s'agit du traitement indiciaire brut du dernier emploi, grade, classe et échelon effectivement détenus depuis six mois au moment de la cessation des services valables pour la retraite.

Pour les salariés du privé, la pension est égale est à 50% du salaire annuel moyen limité au plafond de Sécurité Sociale, calculé sur les 25 meilleures années.

Privilège 11 les pensions ne sont pas limités aux plafonds de la sécu.

Pour les fonctionnaires, le revenu sera égal a 75% du dernier traitement. Il est quasiment impossible qu'un salarié du privé puisse obtenir un tel revenu à la retraite. Jamais aucun retraité du privé n’atteint ce taux. Comment le pourrait-il avec un régime de base qui ne lui assure que 45% de la part de son salaire inférieure au plafond de la Sécurité Sociale ?

Même avec les retraites complémentaires des salariés du privé ARRCO et AGIRC, le taux de remplacement d’un non cadre est aujourd’hui de l’ordre de 60 % si son salaire moyen a toujours été inférieur au plafond de Sécurité Sociale.

Un cadre « moyen » dont le salaire passerait progressivement et linéairement de 1 plafond sécu à 37.032 € en début de carrière à 2 plafond sécu, 74.064 € atteint cinq à dix ans avant de liquider sa retraite, aurait un taux de remplacement de l'ordre de 45% à 50 %.

Privilège 12 Une retraite qui ne correspond en rien a la carrière réelle.

Le retraite du fonctionnaire est calculée sur une base de la rémunération des 6 derniers mois. Dans la fonction publique le grade détermine le salaire, pas la fonction exercée. Par exemple en France il est versé plus de retraites de préfets qu'il n'y a jamais eu de préfets en France...

Privilège 13 Coup du chapeau, entre 9 et 75% de pensions manipulées.

Le "coup du chapeau", dans le ministère de l'économie et des finances, 24% des fonctionnaires changent de grade dans la dernière année, mais à l'intérieur de cette statistique, 75% des haut fonctionnaires de ce même ministère sont sont « gradés » pendant cette période. Mais les autres ministères ne sont pas en reste, Augmentation de grade dans le ministère des anciens combattants 50% des fonctionnaires, la poste 40%, l'intérieur 33%, la défense 30%, l'aviation civile 23% comme à la recherche publique, l'équipement et le logement, 15%, la justice 14% et l'éducation nationale 9%.

Cette fraude ou manipulation entrée dans les mœurs, tolérée semble être d'un faible coût pour l’administration qui l'octroie, pour quelques mois, une augmentation de salaire indiciaire, mais génère une terrible charge sur la société par une amplification de la pension qui sera versée pendant des dizaines d’années, une spoliation scandaleuse des contribuables français.

Privilège 14 Une référence 6 mois ne fait pas une référence 25 meilleures années.

Pour le fonctionnaire, sa pension de retraite sera calculée sur la moyenne des 6 derniers mois, pour le salarié du privé sur la moyenne des 25 meilleures années. Vous imaginez bien que le salaire d'il y a 40 ans a besoin d'être revalorisé pour entrer dans le calcul de la moyenne des 25 meilleures années. Les coefficients d’indexation utilisés pour revaloriser les cotisations constituent un terrible désavantage et pour le salarié du privé une « pénalité cachée ».

Pour vous en convaincre, sous Baladur, le passage de la référence des 10 à 25 meilleures années a engendré des baisses de pension énormes. Il a été démontré qu'un éternel Smicard, après le passage de 10 à 25 se retrouve avec une retraite pénalisée de 15% en moins. Preuve que les coefficients de revalorisation ne sont pas neutre dans le calcul des pensions de retraités du privé.

Privilège 15 Pour certain, les années d'écoles sont comptées.

Pour les instituteurs fonctionnaires, le temps passé à l'école normale à partir de l'âge de 18 ans est considéré comme une durée de service effectif. Un privilège qui permettra a ses bénéficiaires de partir plus jeune que les autres à la retraite.

Privilège 16 * Des « bonifications » à gogo. 25ans = 30 ans.

Les possibilités bonifications sont nombreuses et la liste suivante n'est que l'émergence d'un iceberg caché.

Un partie des fonctionnaires de la police nationale, de l'administration pénitentiaire, des douanes, de la navigation aérienne des militaires se voient crédités de 30 ans de service alors qu'ils n'en ont effectué que 25...Il peuvent donc gagner par rapport à tous les autres gagner 5 années de travail en moins pour obtenir leur retraite.

Privilège 16 ** La suite des « bonifications » à gogo. 6 ans = 8 ans.

Les fonctionnaires ont cette incroyable possibilité de pouvoir bénéficier du privilège d’aligner des « bonifications », des années offertes de cotisations qui constituent chacune une niche sociale scandaleuse.

6 ans = 8 ans pour le service hors Europe. Sympa les voyages ? Meilleurs revenus et plus jeune à la retraite.

Privilège 16 *** La suite des « bonifications » à gogo. 1an = 3ans.

Pour les militaires, les périodes accomplies à bord d'un bateau et/ou les opérations extérieures donnent des bonifications. La valeur de la bonification varie en fonction de l'opération extérieure. 1 an =3 ans ou 1 an = 2 ans ou 1 an =18 mois.

Privilège 16**** La suite des « bonifications » à gogo. 75% =80%.

Les bonifications pour services aériens ou sous-marins commandés en plus des conséquences sur la durée, permettent de faire passer le coefficient de la pension de 75 à 80% après un super coup de chapeau bien entendu.

Privilège 17 Les rémunérations qui ne sont pas soumises à cotisation sociales.

Une part importante des ressources financières des fonctionnaires ne son pas soumises à des cotisations sociales. Supplément familial de traitement, indemnité de résidence, indemnités de fonctions, heures supplémentaires, indemnités de qualification acquises, avantages en nature, etc. Pas plus de cotisations sur l’intéressement, les indemnités de jury, les indemnités de garantie individuelle du pouvoir d’achat (Gipa), les primes de vie chère (40%) et d’indexation (13,8%) propres à l’outre-mer, et les astreintes versées mensuellement à certains agents,

Les primes elles sont néanmoins soumises à des ersatz de cotisations depuis 2003. la RAFP.

On imagine à cette lecture à la Prévert que le commercial privé ou le technicien privé qui se voit ajouter des charges sur son salaire en fin de mois pour la voiture de service n'en revient pas. Le patron de PME persécuté par les URSSAF pour le moindre avantage en nature de quelques dizaines d’euros non soumis à cotisations sociales doit être éberlué.

Le président Hollande a fiscalisé à 20 % l'épargne salariale versés par l’employeur sur un compte dédié, on est surpris qu'aucun journaliste n'a posé la question de réciprocité aux fonctionnaires pouvant bénéficier de l’intéressement.

Privilège 18 La Retraite Additionnelle des Fonctionnaires ne supporte pas la CSG.

Les primes des fonctionnaires doivent désormais cotiser au régime de la Retraite Additionnelle des Fonctionnaires la RAFP depuis 2003. Il est donc complètement faux et ubuesque d’affirmer que pour les fonctionnaires les primes ne sont pas prises en compte. Cette seconde retraite complémentaire sur les primes vient donc en complément de la retraite des fonctionnaires.

Le taux de cotisation de la RAFP est de 10 % du montant de l’assiette : 5% sont à la charge du fonctionnaire et 5% sont à la charge de l’employeur donc des contribuables. Ces cotisations ne supportent pas la CSG, et sont limitées à une assiette de 20 % du traitement indiciaire brut annuel. La cotisation à la charge des fonctionnaires est déductible de leurs revenus. Si vous travaillez dans le privé, on imagine quel plaisir vous auriez a disposer de primes qui ne supportent pas de CSG et du pouvoir d’achat que vous aimeriez en tirer en plus.

Privilège 19 La Retraite Additionnelle des Fonctionnaires ne supporte pas plus les autres charges.

Les cotisations encaissées par le RAFP en 2011 s’élèvent à 1,7 milliards d’euros, soit une charge pour les contribuables de 850.000 millions d’euros. Compte tenu du taux de cotisation de 10 %, et du plafonnement indiciaire c’est donc 25 milliards de primes versées aux fonctionnaires qui ont échappés aux autres cotisations sociales. Avec les déficits cumulés de la sécu, cherchez l'erreur, ou cherchez plutôt le clientélisme !

Privilège 20 Une assurance retraite privée interdite … au privé sans frais financiers.

Les agents de l’État et des collectivités locales et assimilés, âgés de 70 ans au plus". Les personnels civils et militaires de l’État, des régions, des départements, des communes, des établissements publics à caractère administratif, industriel ou commercial peuvent s’affilier à titre personnel à la Prefon. Les anciens agents, les fonctionnaires hors cadre ou détachés et les conjoints des affiliés peuvent aussi s'affilier à la Préfon, une assurance vie qui sort des intérêts supérieurs a pratiquement tous les rendements des assurances vie des banques Françaises, en plus sans frais financier. Dans le privé une assurance vie sans frais est inconnue.

Privilège 21 La Prefon est déductible des impôts.

L’assurance retraite privée du public, la Prefon est nette d’impôts pour les fonctionnaires souscripteurs, là ou les Français du privé bénéficient d’une déduction d’impôts qu'a hauteur de 50% pour leurs assurances vie "avec frais financiers". 

La prochaine modification des régimes est initié par Le président Hollande et le premier ministres Ayrault qui sont les champions du monde de cumuls de retraites de régimes spéciaux en tous genres. Les négociations retraite seront des synergies réalisées par des bénéficiaires de régimes spéciaux, sur des rapports qui ont étés faits par des hauts fonctionnaires bénéficiaires de régimes spéciaux, dans un cadre de représentants syndicaux tous bénéficiaires de régimes spéciaux sous l'égide d'un parti politique, le PS qui compte 75% de ses élus bénéficiaires de régimes spéciaux, et validés par une assemblée nationale composée de 100% de bénéficiaires de régimes spéciaux et dont 60% des membres sont des obligés de l'état....

Les privilèges des uns sont les impôts des autres.

Les négociations sur les retraites ont étés verrouillés par un lobby qui a réussit a faire élire à la présidence un « minable » profiteur de régime spécial qui a comme cahier des charges de protéger le clientélisme.

Il est peut être temps de passer dans une autre société, ou les privilèges seront enfin éliminés ? Mais quand on a goutté un privilège, difficile aujourd'hui de l'admettre ?

Comprendre et démystifier les arguments des uns et des autres est un minimum nécessaire pour se faire une opinion des privilèges des uns et des autres.

Il est peut être temps de comprendre que le plus puissant des lobbys en France est celui des bénéficiaires de régimes spéciaux.

http://lequidampost.fr/liste-noire-de-la-foire-des-privileges-des-fonctionnaires/

http://www.ifrap.org/RETRAITES-SNCF,60.html

http://www.contrepoints.org/2013/06/22/128742-retraite-des-fonctionnaires-une-escroquerie-en-bande-organisee


Moyenne des avis sur cet article :  2.48/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 25 juin 2013 13:36

    Toujours sur Agoravox, voici en plus simple et la desinformation en moins, un article sur les avantages et les inconvenients entre le public et le privé...

    voir : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/public-prive-avantages-et-137800


    • zelectron zelectron 16 août 2013 09:59

      un million et demi de fonctionnaires/assimilé & territoriaux (hormis les « régaliens ») en moins c’est un point et demi de croissance en plus !


    • Bulgroz 25 juin 2013 13:59

      Il faut aussi signaler que le surcoût d’absence de la fonction publique coûte 10 Milliards.

      Car le taux d’absentéisme y est le double.

      Le taux d’absentéisme pour raisons de santé atteint 5,5 % dans le privé,

      contre 7,3 % dans la fonction publique d’État (FPE),
      11 % dans la fonction publique hospitalière (FPH)
      et 11,3 % dans la fonction publique territoriale (FPT).

      Le jour de carence instituée par Sarkozy et supprimée par Lebranchue, vous savez, cette iniquité qui fait que dans le privé, il y a 3 jours de carence et zéro chez les forcats fonctionnaires. Bel exemple de solidarité.

      Le jour de carence dans la fonction publique n’aura vécu au final que deux ans, entre 2012 et 2014, mais il n’aura pas été sans effet. Il a fait chuter l’année dernière de 43,2% le nombre d’arrêts ­maladie d’une journée dans les collectivités territoriales, montre une étude de Sofcap, groupe d’assurances des collectivités locales. Les arrêts de deux jours ont quant à eux diminué de 18% et ceux de trois jours, de 12,2%. « Sans doute faut-il attribuer ces évolutions à la mise en œuvre d’un jour de carence », observent les experts de Sofcap. Ce même jour de carence que la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, jugeait au moment de le supprimer en février « injuste, inutile et inefficace » au motif que son effet sur l’absentéisme « n’était pas démontré ».

      Et cela a été confirmé par Hollande sur M6 : « on ne va pas embêter les fonctionnaires alors qu’on gelé le point d’indice depuis 3 ans !!! »

      Donc , Hollande en contrepartie, autorise les fonctionnaires à être malade 17 jours par an, Hollande leur paie 17 jours de glandouille aux frais du contribuable.

      C’est un véritable scandale.


      • Robert GIL ROBERT GIL 25 juin 2013 14:14

        s’il n’ y avait qu’avec les fonctionnaires que le gouvernement était sympa, la vie serait belle et nos impots a la baisse, oui mais voila...

        voir : ENTRE LE PATRONAT ET LE GOUVERNEMENT, TOUT VA BIEN !


      • lulupipistrelle 25 juin 2013 14:08

        Ah vous aviez raison d’insister... votre article est enfin passé.. et archivé.

        J’ai de bonnes raisons de penser qu’il sera une mine de renseignements pour les visiteurs. 

        • Fergus Fergus 25 juin 2013 14:16

          Bonjour, Spartacus.

          Et dire que, malgré cette litanie de privilèges, la retraite à taux plein des fonctionnaires n’est pas meilleure que celle des salariés du privé. Des nuls, ces fonctionnaires, incapables de se goinfrer malgré tous ces avantages !

          Je précise que je n’ai jamais été fonctionnaire.


          • spartacus spartacus 25 juin 2013 18:21

            @Bonjour Fergus

            La retraite à taux plein est bien meilleure pour les fonctionnaires c’est sans appel.

            Je crois que tu es un ancien de la SNCF, dans une quinzaine, je crois que j’informerai des méthodes de calcul, les durées de cotisation et le modalités comparées comme cet article pour les entreprises publiques.

            Mais c’est avec plaisir si tu peux participer et donner à tous la logique des calculs de retraite SNCF, fort de tes connaissances.

          • tutti frutti tutti frutti 26 juin 2013 07:33

            Rien que 17 jours de glandouille aux frais de l’ Etat , c ’est pas un scandale  ?


          • Fergus Fergus 26 juin 2013 09:25

            Bonjour, Spartacus.

            Non, les retraites à taux plein ne sont pas meilleures à niveau égal. Les distorsions existantes sont liées au fait que le nombre de cadres est plus élevé dans la fonction publique, d’une part en raison de la technicité élevée de certains ministères, d’autre part en raison du classement cadre des enseignants (ce qui n’empêche pas qu’ils soient quasiment les moins bien payés d’Europe).

            Euh... je n’ai jamais mis les pieds à la SNCF, si ce n’est pour prendre le train.


          • foufouille foufouille 25 juin 2013 14:19

            prochain article, la retraite dorée du CAC40 ?


            • spartacus spartacus 25 juin 2013 18:24

              La majorité des dirigeants du CAC 40 ont étés nommés par l’état et sont des hauts fonctionnaires en disponibilité. Dans un pays étatiste comme le notre, beaucoup d’entre eux toucheront en plus une retraite de régime spécial.

              C’est pas un pb d’en parler !

            • spartacus spartacus 25 juin 2013 18:47

              @cogno

              il faut lire ; un p’tit mot a été indiqué privilège 13 sur les hauts fonctionnaires. 

              L’égalité en droits de tous est la seule démarche. 
              Vous souhaitez donc des privilèges ???


            • Mycroft 26 juin 2013 11:22

              Si les dits privilèges correspondent à un mérite particulier, il n’y a rien de choquant.

              Les fonctionnaires (sauf à très haut niveau, où le copinage fais tout) sont sélectionnés par concours. Ils sont donc une élite déterminé par le moyen le plus objectif qu’on ai à notre disposition.

              Ce qui est de facto souhaitable, mieux vaux en effet confier le pouvoir de gestion du pays à des gens méritant. Et non à des aventurier qui n’ont jamais rien prouvé.

              A travail différents, avantages différents. Le fait de faire peser les avantages des fonctionnaires sur la retraites est de facto une arnaque de la part des générations passées. Le problème vient bien de nos anciens, pas de nos fonctionnaires.

              Et notamment aux anciens qui ont influencé le gouvernement. Ceux qui avaient les moyens financiers de corrompre les gouvernement précédent. De manière masqué d’abord (il ne fallait pas qu’ils montrent trop vite qu’ils ne valaient pas mieux que la nouvelle noblesse d’en face), puis de plus en plus affiché par la suite.


            • lcm1789 25 juin 2013 14:56

              Tissu de mensonges.

              Juste un détail, il y a trois catégories de fonctionnaires a, B et C...le reste est à l’avenant.

              prochain article : pourquoi le fonctionnaire doit comme tous les nuisible être exterminer !

              ou alors puisque Spartacus aime les comptes d’apothicaire, j lui propose de faire le compte des exonérations de charges patronales consenties ces 20 dernières années...

              le vrai scandale est là : plein de boites privées ne cotisent pas pour la retraite, la sécu etc...
              et ne parlons pas de l’autre scandale des retraites du privés : les pré-retraites !

              Je rappelle à tous que les salaires en france sont composés de deux parties :
              1) le salaire direct touché à la fin du mois.
              2) le salaire indirect : sécu retraite.

              toucher au retraites c’est baisser les salaires.
              Spartacus veut donc baisser les salaires (des fonctionnaires dans un premier temps).

              C’est vrai que les salariés en france sont honteusement sur-payés !

              Spartacus c’est le chien qui battu par son maitre mord le chien d’à coté pour lui apprendre à n’avoir pas pris de coup de bâton !



              • Richard Schneider Richard Schneider 25 juin 2013 15:58

                @lcm1789 :

                Vous avez l’air de bien connaître la question : ce serait bien d’écrire un article explicatif sur le sujet. 
                Les gens, comme Spartacus, croient que répéter inlassablement la même litanie, deviendra à la longue une réalité intangible. Jamais, du moins à ma connaissance, il n’a exigé que les retraites du privé soient alignées sur celles du public - ce qui ne serait que justice.
                Tant qu’à faire, lui le grand libéral, pourquoi n’exige-t-il pas la réouverture des camps de rééducation ; ainsi il pourrait assouvir et sa haine et sa rancœur envers les fonctionnaires. Mais que pourrait-il alors écrire sur son blog et sur ce site ?

              • spartacus spartacus 25 juin 2013 18:33

                @lcm1789

                toucher au retraites c’est baisser les salaires.
                Amusant cette réflexion de celui qui n’a jamais fait de feuille de paye
                Je demande juste ou la liberté de choix, et l’égalité en droits. Difficile à comprendre quand on est statutaire. 

              • lcm1789 26 juin 2013 11:11

                @ spartacus


                Je sais lire ma feuille de paie c’est suffisant !
                tu ne réponds pas à ma question sur les exonération de charges patronales et les préretraites.



              • spartacus spartacus 26 juin 2013 12:42

                @lcm1789

                Le financement des pré retraites et autres exonérations sont de mon point de vue libéral, scandaleuses aussi. 
                C’est de l’interventionnisme d’état. Vous avez raison.

              • tf1Goupie 25 juin 2013 15:04

                En quoi une « retraite par taxation » et « une charge à vie pour les contribuables » sont-ils des privilèges ??

                Vous en êtes juste réduit à lister toutes vos aigreurs Spartacus, rien de très factuel là-dedans.

                Apparemment les patrons vieillissent mal.
                Après Tatie Danielle on a droit à Tonton Spartacus.


                • spartacus spartacus 25 juin 2013 17:32

                  @tf1goupie

                  Un privilège ne se borne pas qu’a des questions d’argent. Il peut aussi concerner la fiabilité de l’organisme payeur.

                  Un retraite par taxation est différente d’une retraite par fond cantonné (répartition réelle ou capitalisation). Si tu disposes de l’argent de la banque pour faire tes courses, c’est la porte ouvert à la gabegie et l’absence d’analyse de la dépense. Le pouvoir de nuisance du corporatisme devient plus fort que le pouvoir de responsabilité. C’est exactement ce qui se passe. 

                  Une charge à vie est une « rente à vie » assurée par une charge à vie sur le contribuable. Par rapport au salarié du privé dont la charge est assurée par une caisse de retraite dans le code de la mutualité, donc susceptible de faillite. 

                • tf1Goupie 30 juin 2013 13:08
                  Tout-à-fait ridicule et malhonnête : un privilège est censé délivrer un avantage, or ici cela présente plutôt un désavantage comme le prouve la période actuelle.
                  - Les faillites d’Etats sont envisagées sérieusement.
                  - Sous la pression des économies budgétaires les règles du jeu peuvent être remises en cause à tout moment.
                  Votre « rente à vie » en prend alors un coup. Contrairement aux points de retraite complémentaire qui eux sont définitivement acquis.

                  Désavantage supplémentaire : avoir droit aux vitupérations de certains contribuables indélicats.

                  En fait vous n’avez pas l’air d’être au courant de ce qui se passe en grèce ???

                  Non je déconne ; vos avantages cités sont bidons. Ils répondent juste à votre besoin d’allonger la liste. On n’est pas du tout dans une analyse objective.


                • Robert GIL ROBERT GIL 25 juin 2013 15:13

                  sparagus, enleve ton casque et respire un grand coup...

                  Les pensions des fonctionnaires sont comparables avec celles de l’ensemble des retraités, pour la catégorie C par exemple elle est en moyenne de 1011,66 euros, pour la B de 1404,66 et pour la A de 1947,33. La seule supériorité de la Fonction publique, c’est de connaître une quasi égalité salariale entre femmes et hommes.

                  Les principales différences viennent du fait que, dans l’Etat, plus de la moitié des nouveaux retraités sont cadres, les enseignants étant nombreux, et les salaires hommes/femmes identiques. C’est cela qui pour l’essentiel explique que les retraites du public sont pour leur montant moyen supérieures à la moyenne du privé, et non pas une prétendue générosité de leurs régimes de retraite...

                  voir :RETRAITE DES FONCTIONNAIRES …


                  • tiloo87 tiloo87 25 juin 2013 15:25

                    Il y a beaucoup d’approximations, de non-dits et de mensonges flagrants, dans cet article. Dommage, une comparaison complète des différents systèmes serait bien utile.

                    Mais en fin de compte, la question importante ne se pose pas en terme de « privilèges », mais de progrès et de justice sociale.

                    Et là, soit on aligne tout par le bas (ce qui se fait par les temps qui courrent, et que vous semblez soutenir), soit on aligne vers le régime le plus favorable, soit on cherche un juste compromis...mais je sois être un affreux révolutionnaire !


                    • spartacus spartacus 25 juin 2013 17:34

                      Soit on fait un régime unique, soit on laisse le choix total. Mais continuer dans des régimes discriminatoires est un non sens.


                    • tutti frutti tutti frutti 25 juin 2013 15:31

                      on aligne ni vers le bas ni on aligne sur le régime le plus favorable ( de lapin ) .


                      Si on considère que les citoyens sont égaux entre eux , et qu’ une fois à 
                       la retraite on ne travaille plus , on prend l’ argent existant et on le partage 
                       à part égale entre tous les  ayant-droit . 

                      Cela serait digne d’ un pays comme la France qui s’ enorgueuillit de 
                      phrases comme «  droits de l’ homme  » 

                      actuellement c ’est droits pour « certains  » hommes . 

                      Ne pas l’ admettre relève du plus pur fascisme .

                      • tiloo87 tiloo87 25 juin 2013 16:42

                        « on prend l’ argent existant et on le partage à part égale entre tous les ayant-droit . »

                        Bon sang, mais c’est bien sûr : vous êtes communiste !


                      • tutti frutti tutti frutti 25 juin 2013 16:47

                        ni communiste ni autre connerie du genre , juste réaliste . 


                        Les idéologies c’ est pour les meus-neus n’ ayant pas de cerveau . 

                        Ceux qui en sont dépourvue ont besoin de machines à penser . 

                        Et sont bloqués dans ces machines infernales faisant des millions de morts dans 
                        le monde . 

                        Une part de gateau ça se partage équitablement . 

                        Pas des doubles ou triples tranches pour certains et des miettes pour les autres . 


                        C ’est juste du savoir vivre en société .

                        Et on met pas les pieds sur la table non plus . 

                      • ZenZoe ZenZoe 25 juin 2013 15:40

                        A chaque fois qu’un article sort sur ce sujet, on aligne des chiffres, on compare les durées, les taux, les contreparties et les vrais faux privilèges. Chacun défend son bout de gras et c’est normal ... mais on oublie l’essentiel : le symbole !
                        Le symbole est essentiel, tout politique sait ça, d’ailleurs les programmes politiques en sont pleins. Celui de l’alignement public-privé en est un, et le plus important peut-être. Il est le signe d’une société où tous les citoyens sont traités pareil, où l’égalité veut vraiment dire quelque chose. Tant qu’il n’y aura pas d’alignement, les gouvernements, droite ou gauche, n’auront pas la paix. Tandis qu’une partie des citoyens se sentira flouée, une autre restera mal à l’aise, et le pays ne pourra pas avancer.

                        Alors, bon sang, qu’on aligne une bonne fois pour toutes les régimes, mieux, qu’on les fonde tous en un, et qu’on n’en parle plus !


                        • Robert GIL ROBERT GIL 25 juin 2013 15:56

                          le probleme pour les liberaux ne se situe pas a ce niveau. pour les liberaux il faut detruire la fonction public pour la donnée a des interet prives : il y a enormement de fric en jeu. Les libereaux ne sont ni contre les privileges, ni contre les subventions : ils cumulent les deux !

                          Par exemple lorsqu’une region ne debloque pas assez de subventions pour creer de nouveaux rond point, de contournement de vilage, de creation de pont ou de tunnel... c’est tout juste s’ils ne portent pas plainte. Les partenariat public/ privés sont un gouffre pour les finances publics, mais ça ne les derangent pas...les fonctionnaires sont pour eux le bouc emissaire ideal, comme les immigrés pour le FN ou l’europe pour l’ultra droite souverainiste.

                          Les differences et les disparités sont bien plus importantes entre les petites entreprises et les grandes boite du CAC40 ...mais ça ne les derangent pas ! La seule chose qui les derangent c’est que certain secteur leur echappent et ils ne peuvent pas faire du fric...c’est tout ! Alors ce n’est pas la peine de rentrer dans leur jeux si vous n’en avez pas les moyens, iols se servent de vous mais a leurs yeux vous n’etes que de la merde !

                          voir : A QUOI SERVENT LES FONCTIONNAIRES ?


                        • tutti frutti tutti frutti 25 juin 2013 16:03

                           : A QUOI SERVENT LES FONCTIONNAIRES ?


                          à se remplir les poches sur le dos des autres .

                        • Robert GIL ROBERT GIL 25 juin 2013 16:52

                          sur que si t’a essayer de passer le concours t’a du prendre une bache et ton voisin l’a reussi et maintenat tu est jaloux , aigri et con...enfin, ça tu l’etait avant !

                          tu m’a toujours pas dit le nom du dernier speudo que tu a utilisé sur Agoravox avant celui-ci...


                        • tutti frutti tutti frutti 25 juin 2013 16:57

                          sur que si t’a essayer de passer le concours t’a du prendre une bache et ton voisin l’a reussi et maintenat tu est jaloux , aigri et con...enfin, ça tu l’etait avant !

                          tu m’a toujours pas dit le nom du dernier speudo que tu a utilisé sur Agoravox avant celui-ci...


                          Vu le nombre de fautes d’ orthographe en trois lignes ils ont dû te prendre 

                          hors concours .


                          J’ en compte 9 en survolant . 


                          Sont pas au point ces fonctionnaires là . 


                          Mon ancien speudo ( comme tu dis ) c ’est «  Commentveuxtuquejet’  »


                        • Robert GIL ROBERT GIL 25 juin 2013 23:20

                          Excuse moi pour les fautes quand j’ecrit vite je fais pas gaffe, de toute façon mon patron s’en fout, il ne m’a pas embaucher en tant que secretaire...


                        • kalagan75 26 juin 2013 08:46

                          tu as encore écrit un peu vite ...


                        • Esprit Critique 25 juin 2013 15:53

                          Excellent travail.

                          <Précision supplémentaire, pour un retraité du privé ce sont les 25 meilleurs années au prorata des différents régîmes de cotisations, ce qui pour les pluri pensionnés ceux qui ont eu de nombreux employeurs cotisants a des régimes différents, ils sont aujourd’hui une large majorité, s’applique une décote aléatoire supplémentaire extrêmement importante.

                          Une personne peut se voir prendre en compte dans les 025 ans des années du régime général, du début de carrière, d’ il y a quarante ans, et mises de coté des années du régime agricole avec des salaires trois fois plus élevé.

                           


                          • tutti frutti tutti frutti 25 juin 2013 16:00

                            Au regard des articles paraissant sur ce site on voit que 90 % 

                            sont des articles de gauche . 

                            On peut facilement conclure que les auteurs ainsi que les commentateurs 
                            le sont également , allez à vers les 80 % 

                            On s’ aperçoit de la différence entre les discours et la réalité . 

                            La gauche c ’est le délire du Moi Je , du bluff  et de la parade . 

                            Du pipeau , car dans le cas contraires les inégalités concernant les retraites 
                            seraient  résolues . 

                            mais à gauche on préfère marier deux personnes du même sexe ( ce qui au fond 
                            peut être légitime et discutable ) plutôt que de résoudre des problèmes concernant 
                            une majorité de citoyens . 

                            La gauche pipeau de la flute désenchantée ....

                            • Robert GIL ROBERT GIL 25 juin 2013 16:55

                              Toi, t’es un partisan de la pensée unique...c’est comme tes idées elles sont uniques, quand t’en a une tu la sort vite, car t’a peur quelle s’ennuie !

                              Je crois qu tu cumule les tares, pas les idées...tu ressort toujours les memes !


                            • Michel DROUET Michel DROUET 26 juin 2013 10:18

                              ...et 100% des commentaires de Tutti frutti sont de droite...


                            • tutti frutti tutti frutti 25 juin 2013 17:24

                              Et on pourrait dire que toi tu es de la pensée tunique .


                              En tant que fonctionnaire tu niques les autres avec d’ exhorbitants  privilèges 
                              .

                              Tu devrais aller te cacher salopard .

                              • Robert GIL ROBERT GIL 25 juin 2013 18:29

                                perdu, je ne suis pas fonctionnaire, ni communiste d’ailleurs pour repondre a d’autres droles de trolls de ton genre...toi par contre tu est un bon petit BDB au service de tes maitres ! Par contre tu doit avoir un sacré probleme avec les fonctionnaires, jalousie, complexe d’inferiorité...tu devrais aller consulter, parce que tes propos montre une haine peu commune a leur encontre. Est-ce a cause de ce concours que tu a lamentablement échoué ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès