Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Publicité sur le Web et objectivité rédactionnelle

Publicité sur le Web et objectivité rédactionnelle

En 2004, la fameuse phrase écrite par Patrick Le Lay, Président directeur-général de TF1 : « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible », pourrait-elle être attribuée à Internet ? Sans doute ! Les sites Internet d’information et les blogs pourront-ils à l’avenir garder un semblant d’objectivité rédactionnelle alors que leur contenu sera de plus en plus influencé par la publicité qu’ils hébergent ?

Un patron de presse est dépendant de ses annonceurs. Un service public, qui fait appel massivement à la publicité, sait que la présence de publicités dites contextuelles peut interférer avec son message.

Il y a quelque temps, je lisais un billet d’un blogueur connu, concernant un clip vidéo. Il s’insurgeait contre la violence qui émanait d’un clip musical et souhaitait le boycott de l’artiste qui l’avait fait. Mon regard fut à ce moment attiré par une publicité de Google située au-dessus de son article et qui encourageait à télécharger le clip en question. L’artiste a reçu trois distinctions aux NRJ Music Awards, samedi dernier. Qui avait réussi à faire passer son message : le blogueur, ou Google ?

Si la télévision reste de loin le premier média pour la publicité, les supports Internet sont loin de manquer d’atouts. La vidéo est de plus en plus présente sur Internet et elle est fortement appréciée par le public. Le Web permet de mieux cibler le public. Tel site s’adresse à des scolaires, tel autre à ceux et à celles qui aiment faire la cuisine, tel autre à des mamans. Le ciblage dans la presse est moins précis, moins performant. De plus, la presse écrite, la radio, la télévision sont des médias passifs qui ne permettent pas l’interaction. Enfin, il est possible en utilisant des moyens d’enregistrement en différé de « sauter » la publicité à la télévision, ce qui pourrait à terme freiner le recours à la publicité sur ce type de support.

Le Web copie les médias traditionnels. On affiche des publicités sur l’écran. Le site dispose sa publicité au sein de son rédactionnel comme il l’aurait fait sur une page papier. On peut regretter que certaines publicités, non clairement identifiées, puissent passer pour du rédactionnel. Cette confusion trompe le lecteur en brouillant le message.

On a ensuite inventé la publicité au clic. Le paiement est fonction du nombre de clics déclenchés par les visiteurs pour afficher volontairement la publicité.

En fait, ce système ne satisfait vraiment personne. Une fraude aux clics s’est rapidement installée. Dans le domaine des blogs, le blogueur encourage ses lecteurs à cliquer sur la publicité sur le thème : « Si vous aimez mon blog, cliquez sur la pub de mes annonceurs. » Bien évidemment on comprend que les annonceurs souhaitent démarcher des clients potentiels et pas seulement être une source de revenus pour l’auteur du site ou du blog.

Certains annonceurs ont été victimes de concurrents peu scrupuleux. Ces derniers avaient recours à des robots cliqueurs pour alourdir au maximum la facture qui serait adressée à l’annonceur. Cette escroquerie a été principalement constatée dans les liens sponsorisés des moteurs de recherche.

Il semble bien que l’on s’oriente aujourd’hui vers un système dit "de la transformation". J’appellerai cela plus volontiers "de la commission sur vente". Internet étant un média dynamique, on est en effet totalement capable de savoir si la publicité affichée a débouché sur un acte d’achat. Les intérêts entre l’annonceur et le responsable du site ou du blog deviennent plus étroitement liés. Il ne s’agit plus d’afficher, voire d’encourager l’internaute, il s’agit de le convaincre d’acheter.

Le blogueur a généralement la confiance de ses lecteurs. L’annonceur a donc très vite souhaité que le blogueur use de son influence pour convaincre son public.

On a dans un premier temps, et de façon anecdotique, envoyé quelques produits (téléphones portables, lecteur MP3, etc.) pour que le blogueur les teste et donne son avis. Ce système est en fait peu développé. L’avis du blogueur, malgré le cadeau, peut être tout à fait négatif sur le produit.

Depuis quelque temps, Zlio propose aux gestionnaires de sites ou de blogs d’ouvrir leur boutique. Seule originalité, celui qui ouvre sa boutique choisit les produits qu’il veut vendre. Le blogueur est bien là dans un système de commission sur vente. C’est un intermédiaire, il n’est pas marchand, il est annonceur.

 

Payperpost vous paye pour faire un billet, bien sûr positif, sur votre blog pour un produit. Sponsoredrevews ou Reviewme proposent le même système. Le blogueur ne prévient pas son lecteur du caractère publicitaire de son billet, ni de la rémunération qu’il perçoit. On est là dans une situation d’abus de confiance. J’ai cependant tendance à espérer que ceux qui se prêtent à ce petit jeu sont repérés sur la Toile et rapidement mis à l’index. Mais on ne peut jurer de rien.

 

 

Ce qui est condamnable ici, ce n’est pas le recours à la publicité, c’est que le blogueur devienne marchand en « oubliant » d’en avertir ses lecteurs.

Il est urgent de réfléchir aux manipulations qu’entraîne l’adoption de la publicité par les blogs ou par les sites du service public. Faut-il établir une charte de bonne conduite, un label ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • plop (---.---.39.132) 25 janvier 2007 13:35

    la pub sur le net, elle n’existe plus pour moi depuis que j’utilise le navigateur libre Mozilla Firefox et son extension tueuse de pub : adblock plus !


    • Olivier (---.---.93.18) 25 janvier 2007 14:44

      Et ne pensez-vous pas que les journaux traditionnels, soumis à une très forte pression sur leurs revenus, ne pratique pas déjà la publicité « rédactionnelle » payante ?

      Prenons un exemple : un journal fait un article sur une société offrant des guides pour des sports dits « à risque ». Au-dessous de cet article, on trouve de la publicité pour une compagnie d’assurance couvrant justement ces types d’activités sportives.

      Pour vous, est-ce du hasard ou du démarchage de ce journal vers des compagnies dont les produits sont en relation avec leur actualité ?

      Je donne un exemple précis sur mon blog : http://benoli.typepad.com/facilys/2007/01/publicit_et_con.html


      • Petit 25 janvier 2007 15:10

        Paradoxalement c’est le faux qui permet de déterminer le vrai.


        • Christian Bensi Christian Bensi 25 janvier 2007 23:26

          Olivier, je suis d’accord avec ce que vous affirmez ici. Mon propos n’était pas de condamner la publicité contextuelle. Je peux même vous suivre quand vous affirmez sur votre blog qu’ainsi la publicité serait moins agressive.

          Moins agressive en tout cas que le harcellement téléphonique dont nous sommes victimes ou l’avalanche de publicité qui tombe régulièrement dans nos boites aux lettres. Sans doute.

          Je pense simplement que la publicité doit dire son nom, la manipulation est inacceptable et ce même pour des raisons économiques. Le rédacteur doit pouvoir garder le maximum d’objectivité.

          Vous affirmez que les journaux traditionnels pratiquent déjà la publicité « rédactionnelle » payante. Je ne le crois pas. Mais comme je le dis plus haut : « Un patron de presse est dépendant de ses annonceurs » et le journaliste est le salarié de ce patron, je crois ! smiley


          • Christian Bensi Christian Bensi 25 janvier 2007 23:33

            En relisant mon commentaire je constate que mon propos peut être mal interprété. Quand je dis « Vous affirmez que les journaux traditionnels pratiquent déjà la publicité »rédactionnelle« payante. Je ne le crois pas. »

            Je veux dire que quand un papier est écrit pour faire de la publicité, il est généralement indiqué que c’est de la publicité. Ce n’est pas de la manipulation comme dans Payperpost, Sponsoredrevews ou Reviewme.


          • Genkins (---.---.20.123) 5 mars 2007 16:34

            Voici une copie d’un échange de mail que j’ai eu avec le responsable d’un site sur le mariage concernant le dépôt d’un commentaire peu elogieux mais véridique...comme quoi objectivité rédactionnelle et publicité ne sont pas compatibles.

            >From : « . :: Contact - Nordmariage.com ::. »
            <contact@nordmariage.com>
            >To :
            >Subject : Re : Effacement des commentaires
            >Date : Sun, 4 Mar 2007 10:04:13 +0100
            >
            >Bonjour,
            >
            >
            >je comprends votre étonnement de ne plus voir les commentaires trés négatifs à propos de la Ferme de l’Epinette (mais je ne connais pas la salle ; et ne souhaite pas me mêler de ce soucis d’appréciation ni même du soucis qui a pu arriver). Mais Mr Lemaire est intervenu auprès du site pour demander la désactivation des commentaires laissés à son encontre. Et en même temps, je peux comprendre que de tels commentaires ne lui sont pas favorables.
            >
            >
            >Mais de mon côté, je ne peux demander une inscription payante dans mon annuaire, et laisser de tels commentaires à son égard. Je ne deviens plus un site intéressant pour lui, et pour les visiteurs, la vérité de ces commentaires ne les incitent donc pas à le contacter.
            >
            >Je me retrouve donc « le cul entre 2 chaises » ; à savoir entre laisser des commentaires (surement vrai, qui sais-je !) et avoir Mr Lemaire sur le dos, ou les supprimer et laisser les visiteurs dans l’absence d’infos ou de commentaires. Que feriez-vous à ma place ??
            >
            >Je propose donc de laisser les messages déposés sur le forum hier, mais de supprimer les commentaires sur sa fiche.
            >
            >J’en viens même à me poser une question : est-ce que le système de comemntaires doit être maintenu sur les fiches des professionnels ? Ou dois-je modérer par une validation manuelle, les commentaires postés ?
            >
            >En tout cas, merci de votre compréhension, et de votre collaboration.
            >
            >Thibaut
            >
            >Cordialement,
            >
            >Association Nordmariage
            >www.nordmariage.com
            >
            >********************************************************
            > - Original Message -
            > From :
            > To : contact@nordmariage.com
            > Sent : Saturday, March 03, 2007 7:07 PM
            > Subject : Effacement des commentaires
            >
            >
            > MESSAGE sur NORDMARIAGE.COM.
            >
            >
            > Nom :
            >
            > Prénom :
            >
            > E-mail :
            >
            >
            > Objet : Effacement des commentaires
            >
            >
            > Message :
            >
            > Bonjour,
            >
            > Pourriez-vous m’expliquer la raison pour laquelle les commentaires déposés sur certaines salles ont été effacés ? >
            > Je vous remercie.
            >
            > Générateur de mails copyright MicroLogiciel.com


            • Christian Bensi Christian Bensi 5 mars 2007 23:20

              Ce qui me gène dans votre propos, c’est que vous pouvez mettre en difficulté « nordmariage.com » et ce en recopiant un mail sans l’autorisation de son auteur, ce qui peut lui nuire directement alors qu’il s’agit d’une correspondance privée. J’aurais préféré que vous le publiez sans donner les noms.

              Hormis ce problème, le cas que vous soulevez est intéressant.

              Laisser ouverts des commentaires, c’est prendre le risque que ces commentaires ne vous soient pas favorables. C’est sans doute l’auteur du message qui a raison. Il dit : « est-ce que le système de commentaires doit être maintenu sur les fiches des professionnels ? »

              Et la réponse est non ! Laisser un sponsor être malmené par le public est impossible. Quant à modérer à posteriori des commentaires parce qu’ils ne vont pas dans le sens que souhaite l’auteur du site, c’est totalement absurde.

              Il faut choisir : où on donne la parole aux lecteurs ou on ne la donne pas.

              Mais on ne peut pas parler ici cependant de « liberté rédactionnelle » car rien ne nous permet de penser que les écrits de ce site sont manipulés par les annonceurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès