Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pulsion de mort

Pulsion de mort

Personne ne connaitra jamais les raisons qui ont poussé Adam Lanza, ce jeune homme timide de 20 ans au prénom biblique qui semble nous dire adieu sur cette photo, à tuer le 15 décembre dernier à Newtown 26 personnes, dont sa mère passionnée d’armes, et 20 enfants. Mais par-delà l’émotion légitime suscitée par cette tragédie il n’est pas interdit d’essayer de penser ce drame horrible parce qu’il est le premier à toucher des enfants aussi jeunes, ce qui est encore plus incompréhensible, mais aussi parce qu’étant la sixième tuerie aux États-Unis en 2012 cela semble traduire une augmentation préoccupante depuis quelques années.

En 2009, dernière date pour laquelle des chiffres officiels sont disponibles les armes à feu ont tué 31 000 personnes aux États-Unis. Et parmi ces morts, plus de 18 000 seraient des suicides. (Source Sud-Ouest).

Or un petit comparatif sur l’armement dont disposent les habitants de ce pays avec le Canada et la France montre ceci :

Les américains sont les citoyens les plus armés au monde, devant les Yéménites. Ils possèdent 270 millions d'armes à feu, soit 88,8 armes pour 100 habitants, qui ont causé 9146 homicides en 2011 soit 2,97 pour 100 000 habitants.

Au Canada les 9,95 millions d'armes à feu, qui représentent 30,8 armes pour 100 habitants, ont entrainé 173 homicides l'an dernier soit 0,51 pour 100 000 habitants, ce qui fait 6 fois moins de risques d'être tué par arme à feu qu'aux USA.

En France les 19 millions d'armes à feu qui circulent, soit 31,2 pour 100 habitants, ont causé 35 homicides en 2011 soit 0,06 pour 100 000 habitants ce qui fait 50 fois moins de risques d'être tué par arme à feu qu'aux USA.

Source : Office des Nations unies contre les drogues et le crime (Onudc)

Et si l’on s’interroge sur les responsabilités engagées dans ce genre d’évènements dramatiques il est évidemment assez confortable de croire qu’elles reposent sur une raison unique bien ciblée dans chaque affaire (c’est la faute à …). Personnellement je pencherais plutôt pour un groupe de causalités spécifiques aux États-Unis qui ont été progressivement intériorisées de façon identitaire par tous les citoyens de ce pays au titre d’une culture spécifique, et qui agissent ensemble ou séparément de façon plus ou moins importante selon les cas. On peut notamment pointer :

- La vente libre et constitutionnelle des armes de guerre.

- Les troubles mentaux et les souffrances tues.

- La compétition acharnée comme moteur du capitalisme dur.

- Des médias qui privilégient l’émotion plutôt que la réflexion.

- La tradition religieuse du talion : « Œil pour œil, dent pour dent ».

- Le premier fournisseur d’armes au monde.

- La diffusion massive de jeux vidéo et de spectacles violents.

- Une culture de la maitrise plus que de la parole.

- Un environnement social et/ou familial défaillant.

- Le déni collectif de la mort et l’idéalisation de la jeunesse.

- Les lobbies guerriers et leurs intérêts économiques.

- Une tradition de militarisme et d’emploi de la force.

Ces pistes ne sont bien entendu qu’une première approche indicative à poursuivre et développer. Je crains seulement que cette sombre tragédie débouche en définitive sur un renforcement de l’idéologie sécuritaire avec à la clé une augmentation massive des ventes d’armes et la mise en place dès l’école maternelle de policiers voire de commandos défensifs armés jusqu’aux dents qui ne feraient à terme que renforcer le processus funeste. Et je remarque à nouveau que les caméras de vidéo-surveillance idéalisées par tant de citoyens, mais si onéreuses en installation comme en maintenance, ne permettent qu’un très faible taux d’élucidation des affaires criminelles et n’empêchent en aucune manière ces tueries monstrueuses car les seules armes réellement efficaces contre la violence sont les mots :

« Apprendre à penser, à réfléchir, à être précis, à peser les termes de son discours, à échanger les concepts, à écouter l’autre, c’est être capable de dialoguer, c’est le seul moyen d’endiguer la violence effrayante qui monte autour de nous. La parole est le rempart contre la bestialité. » (Jacqueline de Romilly)


Moyenne des avis sur cet article :  3.72/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

139 réactions à cet article    


  • ZenZoe ZenZoe 18 décembre 2012 10:32

    Aux dernières nouvelles, Lanza souffrait d’une forme d’autisme et devait être surveillé en permanence par une infirmière. Sa mère n’en pouvait plus et recherchait un institut pour l’accueillir. Du coup, une foule d’autres questions se posent, dont : comment a-t-il pu échapper à la surveillance de l’infirmière ? Comment a-t-il eu accès aux armes de sa mère, armes qui auraient du être dans un coffre-fort ?


    • Fergus Fergus 18 décembre 2012 16:20

      Bonjour à tous.

      Dans un article de septembre 2010 intitulé Mary, Max et le syndrome d’Asperger, j’évoquais cette forme d’autisme particulière dont pourrait avoir été atteint Adam Lanza si l’on en croit certains commentateurs. Et il n’y aurait rien de surprenant si ce fait était confirmé. Non que les « aspies » soient potentiellement dangereux, ils sont en général totalement inoffensifs du fait de leur introversion pathologique. Mais ils développent souvent des idées fixes, parfois jusqu’au génie, et cela dans les domaines les plus variés. Certains sont capables de réciter l’annuaire des chemins de fer, d’autres  de connaître jusque dans les détails les plus insignifiants la classification des hymenoptères.

      Et beaucoup adorent en général, souvent jusqu’à l’obession, la manipulation des objets.  En mettant Adam au contact des armes à feu comme cela a été dit, sa mère a peut-être enclenché le processus en engendrant une passion potentiellement destructrice si elle est venue à la rencontre d’une volonté de purification ou d’un message de nature paranoiaque. Je ne suis pas médecin, ni même spécialiste du syndrome d’Asperger malgré les recherches que j’ai faites pour écrire cet article, mais cela me semble plausible.

      Cordialement.

       


    • astus astus 18 décembre 2012 17:14

      Merci Fergus et ZenZoé pour ces liens avec les autistes de type Asperger, dont on parle beaucoup alors qu’ils ne représentent qu’un infime minorité des autistes, la plupart d’entre eux ayant malheureusement un important retard mental en plus de leurs difficultés à communiquer. Mais il est vrai que la prévalence de ce trouble grave que je connais bien est passée de 1/10000 dans les années 1970 à 1/100 aujourd’hui (!) depuis qu’ils sont été associés aux TED (troubles envahissants du développement), un terme vague qui ne signifie pas grand chose pour des cliniciens.

      Quoiqu’il en soit les autistes ne sont très généralement pas dangereux autrement que pour eux-mêmes (quelques cas de suicide) si l’on excepte des crises de désarroi passagères. Or dans le cas d’Adam, il y a toute une organisation stratégique calculée pour parvenir à cette tuerie abominable. Le fait qu’il commence par sa mère, comme je l’ai dit ailleurs, ne me paraît pas non plus anodin.

      Je n’ai malheureusement pas d’hypothèse établie sur des faits à proposer, mais il me semble que les dimensions de persécution et d’envie sont à prendre en compte dans ce cas, d’autant que la mère travaillait dans cette même école et s’occupait donc d’autres enfants que lui-même, ce que peut-être il a mal supporté, avec la séparation du couple parental en arrière plan comme preuve subjective d’un abandon possible. Mais je redis qu’il ne s’agit là que de supputations de ma part qui ne pourront probablement jamais être prouvées, et qui n’ont par conséquent que peu de valeur.

      Cordialement. 

    • appoline appoline 19 décembre 2012 14:16

      L’autisme est un mal qui est méconnu par la science. Certains autistes peuvent se révéler très agressifs et incontrôlables. Baignés dans un milieu où certaines règles ne sont pas observés, ils peuvent devenir dangereux. Même s’ils paraissent dans le autre monde, ils enregistrent ce qu’il se passe autour d’eux, pour peu qu’ils aient été blessés d’une manière ou d’une autre, ils peuvent passer à l’acte.

      Ils sont en grande souffrance et pour beaucoup n’ont ni conscience ni peur de la mort, enlever la vie à quelqu’un ne représente rien pour eux et n’a pas de valeur particulière.

      La mère a déconné en laissant à sa porté des armes auxquelles il n’aurait jamais dû avoir accès, par plus qu’il est très intelligent d’emmener un gamin avec cette pathologie sur un stand de tir. 

    • ZEN ZEN 18 décembre 2012 10:32

      Bonjour astus

      Difficile à comprendre, en effet.
      Tu fournis quelques clés intéressantes.
       Il est sûr que la manie parfois furieuse des armes d’assaut, dénoncée souvent par M.Moore entre en jeu
      J’ai découvert ce matin une autre piste : comment la panique irrationnelle d’une mère peut engendrer des monstres...
      Du travail pour les psychanalystes et les sociologues...

      Bien à toi


      • astus astus 18 décembre 2012 11:22

        Bonjour ZEN et merci pour ce lien passionnant vers les « preppers », (un mot que j’ignorais car j’en était resté aux « survitalistes » des années 60) dont les angoisses sont en effet de nature à enfanter des monstres par le sommeil de la raison. 

        Mon sentiment est qu’Adam était resté très dépendant de sa mère en raison de son retrait social ce qui pourrait expliquer qu’il a eu le besoin impératif de la faire taire en lui-même en la tuant en premier. Mais ce n’est là qu’une simple hypothèse de travail au milieu de bien d’autres déterminants que j’essaie de lister dans mon post et qu’il faudrait développer davantage.

        Bien amicalement.


      • crazycaze 18 décembre 2012 11:43

        Ne rajoutez pas au drame l’incompétence des psychanalystes à comprendre quoi que ce soit ! 


      • cogno4 18 décembre 2012 12:05

        Ne rajoutez pas au drame l’incompétence des psychanalystes à comprendre quoi que ce soit !

        Commentaire débile, inconsistant, sans intérêt, un peu comme les gens qui râlent après la météo, ou les profs, ou tout le monde...


      • aspic aspic 18 décembre 2012 20:34

        Bonsoir Zen, bonsoir l’auteur,

        faudra faire attention : cette affaire est trôp frâiche, tous les infos qui circulent ne s’avèrent pas juste :
        http://www.masslive.com/news/index.ssf/2012/12/media_matters_mad_dash_for_i nf.html

        J’ai entendu que la maman était enseignante à cette école, puis d’autres infos disent que la famille n’avait aucun lien avec cette école, puisque la famille venait d’un autre endroit.
        Puis j’ai entendu sur d’autres chaines anglosaxonnes que le tueur revenait de son frère, ayant fait un long traject avant d’arriver à l’école...

        Même Der Stern en Allemagne avoue avoir déjà repris de fausses infos :
        http://www.stern.de/panorama/amoklauf-von-newtown-das-doppelleben-der-nancy-lanza-1943998.html

        puis :
        http://www.stern.de/panorama/amoklaeufer-von-newtown-wer-war-adam-lanza-1942570.html

        Der Stern écrit qu’au début le frère du tueur, Ryan, à du se défendre d’être le tueur, étant pris à parti dans les réseaux sociaux... avant qu’il s’est présenté à la police.

        Dans le fonds : être un « Prepper » aux USA ne signifie pas forcément être anxieux, ou fou, mais parfois tout simplemen, d’être conscient que des choses désagréables ou calamiteux peuvent arriver puis de s’y préparer :
        -il fallait mieux être un Prepper à New Orleans, puis aussi récemment avec Sandy à New York

        Attendons donc un peu pour avoir plus d’infos avant de se poser en juge.


      • crazycaze 19 décembre 2012 10:55

        @cogno : Je suppose que vous parlez de votre commentaire... Les psychanalystes ont montré leur incompétence face à l’autisme Si vous ne vous êtes pas aperçu, c’est que vous vivez sur une autre planète.


      • ricoxy ricoxy 19 décembre 2012 20:18

        Oui, l’amok, ce vieux phénomène de contestation de la société, cette pulsion de mort, montre le bout de son nez régulièrement – surtout aux États-Unis.

        En France, seuls les militaires, les flics et surtout les truands ont le droit de posséder une arme. C’est suffisant pour de sanglants règlements de compte. Marseille vient d’adopter comme armes de la ville le logo d’une kalachnikov.


      • lionel 23 décembre 2012 07:25

        Bonjour, 

        Effectivement aspic, cette histoire ressemble à une opération psychologique de subvertion, comme l’affaire de la tuerie d’Aurora.

        A lire :


        Nous sommes dirigés par des psychopathes n’ayant aucune limite morale ou éthique pour parvenir à leurs fins...

      • Corinne Colas Corinne Colas 24 décembre 2012 11:30

        L’auteur des faits, Adam Lanza, a été décrit comme personne autiste avec Syndrome d’Asperger. De nombreux médias ont alors présenté l’autisme comme l’une des causes du drame. En réponse, Autism Rights Watch a rappelé que :

        « La recherche des causes ne doit pas être la recherche d’un bouc émissaire ». 

        Etre « autiste  », « bizarre », « maladroit », « timide face aux caméras », « intello », ou « quelqu’un mal à l’aise avec les autres » ne fait pas d’une personne un meurtrier de masse.

        --------

        Personnellement, je rajouterai même que « bizarre », « maladroit », « timide face aux caméras », « intello », ou « quelqu’un mal à l’aise avec les autres »... cela ne fait pas non plus un diagnostic d’autisme...


        La joie des diagnostics de nos médias et internautes :

          - « presque autiste » (qui n’est pas un diagnostic même si cela a été soi-disant dit par son frère non médecin et ne lui ayant pas parlé depuis des années)

        - « Asperger »

        - « trouble de la personnalité »

         ... le tueur a même été étiqueté schizophrène mais c’était sans doute moins vendeur que le mot autisme qui en fait tant délirer certains ici comme de l’autre côté de l’Atlantique. 

         En bref, du flou, du vague, de l’incertain voire du contradictoire dans les médias qui en raffolent et c’est repris à l’envi ! 

         Allez hop, le bizarre a pour nom « autisme » et si le gamin a été un brillant élève, ce sera « Asperger », n’en parlons plus... l’affaire est entendue, c’est même d’ailleurs l’explication de son geste. Forcément puisqu’il était fou, j’ai même lu « débile » quelque part sur Agoravox car débile et fou, cela marche bien avec la représentation de l’autisme à la façon des crétins des Alpes commentant les capacités mentales du jeune soupçonné d’être la cause de la tragédie.

         En plus avec la mère qu’il avait... nous avons aussi la cause de la cause, du grandiose !

         C’est-à-dire en plus de l’autisme forcément la cause de la tuerie, la mère dingue forcément la cause de l’autisme, mon brave Michu ! CQFD, vu que c’était une « je sais pas quoi », cela renforce l’hypothèse de l’autisme. Après la voyance à distance, le diagnostic médical à distance svp !


        Ne connaissant de l’affaire que ce que l’on veut bien nous raconter, peut être que le tueur a reçu un diagnostic d’autisme après tout, voire d’Asperger (mais pas de « presque ») . En tout cas, ce diagnostic ne doit pas servir de bouc émissaire car ce n’est pas la cause du drame.

        Avoir la varicelle n’empêche pas de se casser une jambe, les autistes peuvent avoir d’autres problèmes associés comme nous tous…

        Soit le tueur était autiste ou Asperger plus « autre chose »

        Soit il n’avait reçu aucun diagnostic d’autisme ou Asperger et avait en effet « autre chose ». 


        Il serait simple de dire « psychotique » mais non, il faut broder quitte à inventer et à raconter des sottises énormes sur ce qu’on ne connait pas car l’autisme fait bien plus fantasmer les psys en herbe ou de salon. Et l’auteur, loin d’expliquer aux commentateurs ignorants, préfère en rajouter une louche, c’est une honte !

         On sait que la France a un retard de 20 ans à rattraper concernant la compréhension de l’autisme mais là, c’est le comble.

         Mise au point :

        La cause de l’autisme n’est pas une relation difficile avec la mère. Faire ici encore une fois l’amalgame, c’est une technique de manipulation tendancieuse de l’opinion. Elle ne marche que chez les ignorants puisque l’auteur fait siennes des théories psychanalytiques pourtant condamnées par la communauté scientifique internationale.

         Rappelons aussi que l’autisme n’est pas une maladie mentale. Les autistes ne sont pas des « fous », ne souffrent pas tous de retard intellectuel, ce ne sont pas non plus des psychopathes en puissance. Tout au contraire, à l’instar de tous ceux souffrant de troubles d’apprentissage divers et d’origine neurologique, ce sont généralement des victimes de la connerie humaine des bien normés, disons-le sans fioritures quand la coupe est pleine !


      • Javascript Javascript 18 décembre 2012 10:39

        J’ai moinssé l’article car il met (encore) en cause les jeux video et ça je ne peux pas l’accepter.

        Il y a eu assez d’études qui ont maintes fois démontrées que le lien entre les jeux video et les tueurs psychopathes n’existe que dans la tête de journalistes en manque de bouc émissaire sur qui taper.


        • cogno4 18 décembre 2012 10:47

          En effet, vu le succès des jeux comme COD, avec ses joueurs par milliers, on cherche ou sont les milliers de débiles qui flinguent les gens dans les rues, ou sont les hordes de jeunes rendus déjantés par les jeux ?
          Ben nulle part, elles n’existent pas.


        • crazycaze 18 décembre 2012 11:48

          Absolument. Les études montrent qu’il n’existe aucun lien entre l’usage des jeux vidéo aux contenus violents et la tendance aux comportements violents chez les adolescents et les jeunes adultes. Par contre, un tel lien, faible néanmoins, existerait lorsque le joueur addct à ces jeux serait un adulte.


        • astus astus 18 décembre 2012 11:54

          Bonjour Javascript,

          Vous avez tout à fait le droit de moinsser mais je remarque seulement que sur une douzaine de déterminants possibles pouvant mis être en relation avec le geste d’Adam vous n’en retenez qu’un, ce qui est peu. Par ailleurs je ne souhaite pas du tout vous déloger de vos certitudes, car c’est une tache impossible : plus on tape sur un clou et plus on l’enfonce disait je crois Dumas. 
          Mais je vous signale à tout hasard qu’il existe une étude récente réalisée par des chercheurs de l’Université de Grenoble (Laurent Bègue) en collaboration avec d’autres universités (Allemagne, EU) qui montre que plus des étudiants jouent à des jeux vidéo violents et plus leurs pensées et leurs conduites agressives augmentent. Ce qui ne signifie pas qu’ils se mettent à zigouiller tout le monde.  
          Enfin d’autres recherches prouvent que le jeu compulsif entraîne une augmentation de certaines structures centrales du cerveau telles que le striatum qui sont des zones en relations avec les conduites élémentaires ne mettant pas en jeu un processus de réflexion.
          Cordialement

        • cogno4 18 décembre 2012 12:06

          Par contre, un tel lien, faible néanmoins, existerait lorsque le joueur addct à ces jeux serait un adulte.

          Si ton gars est déjà atteint, un jeu vidéo ne va pas y changer grand chose, au mieux, tu peux dire que c’est un révélateur, mais c’est tout.


        • velosolex velosolex 18 décembre 2012 12:13

          Les psychologues militaires se sont aperçus aussi que leurs tireurs d’élites, étaient à l’entrainement moins performants quand ils tiraient sur des silhouettes humaines que sur des cibles rondes en carton.
          Après qu’ils aient passé aux jeux video, cette différence a disparu.
          Conclusion : Le tireur a vu une censure morale et ses affects disparaitre, par la déréalisation qu’entraine le jeu video. Ceux ci font maintenant partis de l’arsenal de désembilisation, et ont permis au tireur de ne plus être parasité.


        • lulupipistrelle 18 décembre 2012 12:18

          Votre argument sur les conduites agressives et les jeux video serait recevable, si la même étude était diligentée... au hasard pour vérifier si le spectacle de jeux de ballons, induit ou pas une agressivité chez le public... 
          Le foot fait chaque année des milliers de morts,et pas un neuro-chercheur pour regarder ce qui se passe dans le cerveau des supporter ? 


        • Javascript Javascript 18 décembre 2012 14:07

          Bonjour Astus,

          Vous avez parfaitement raison de signaler que je ne m’offusque que d’un seul point précis sur la douzaine de « déterminants possibles » que vous évoquez et effectivement on pourrait lancer le débat sur d’autres points que celui des jeux vidéos.
          Ceci dit si je m’arrête sur ce point précis c’est parce que y a comme un certain ras le bol à voir revenir ce marronnier à chaque fait divers de grande importance. Car si on fait le bilan de 30 ans à taper sur les jeux vidéos on s’aperçoit que COD (Call of Duty) est responsable de Merah et Breivik (lien), GTA pousse les ados américains à faire des remake de la fusillade de Columbine (lien) et à cause de Counter Strike un petit allemand s’est soudain prit d’une envie de massacre (lien) la bêtise ayant atteint son apogée quand des débiles ont confondu le tueur de Newton avec un développeur de Mass Effect (lien).

          Remarquez à chaque fait divers son « jeu video violent » responsable et de tout les maux. En ce moment c’est le dernier COD qui est montré du doigt mais en moins de 10 ans la série GTA à du être soupçonné de fabriquer des tueurs en séries au moins 20 fois. On peut même remonter jusqu’à DOOM II (ça nous rajeunit pas) qui avait fait polémique parce que l’armée américaine s’en était servi pour former des recrues (lien).

          C’est pas contre vous Astus mais depuis le temps que des « journalistes » croit avoir trouver l’anté-christ numérique qui corrompt nos chères petites têtes blondes ils nous le sortent presque à chaque massacre du moment que le tueur à moins de 30 ans.

          Remarquez y a une nouveauté ce coup-ci, le tueur était forcément coupable puisqu’en plus de jouer à COD il n’avait pas de compte Facebook (lien), c’était donc forcément un nouvel Hitler en puissance.

          Cordialement.


        • lulupipistrelle 18 décembre 2012 14:17

          @Javascript : vous avez signé la pétition contre l’article misérable de Madame Gallois ?



          signé : une fan des Elderscrolls III, IV, V... 

        • velosolex velosolex 18 décembre 2012 15:46

          lulupipistrelle

          L’entrainement au tirs par l’intermédiaire des jeux video fait partie de l’entrainement des soldats US.
          Je ne comprend pas trop votre argumentation à propos du foot. A ce que je sache, les hooligans n’ont pas besoin des jeux video pour apprendre à exprimer leur haine. Le foot d’ailleurs, en lui même n’a pas de toxicité, ce sont les énergumènes dans les gradins qui posent problème.
          Supprimez le foot, ils trouveront ailleurs un abcès de fixation.
          Malheureusement la bétise a de beaux jours devant elle.
          Centrifugée par le narcissisme, le culte de la force, et un outil ’( le fusil) pour déréaliser, et rendre encore tout raptus dans sa rapidité d’action encore plus incontrolable ( tuer avec un couteau ne met pas en action les mêmes paramètres, et ne déréalise pas le passage à l’acte, autant dans sa rapidité que dans son exécution)

          Bien sûr que les jeux video peuvent être mis à l’index. Au nom de quoi devrait on faire l’économie d’une réflexion, et se mettre la tête dans le sable ?
          Ce n’est pas le jeu video en lui même qu’il faut accuser, mais son utilisation
          C’est sûr que quand un ado passe la moitié de ses journées devant, il y a de quoi se questionner !
          Tous les jeux video ne sont pas à mettre dans le même sac, mais ceux, particulièrement pervers, basés sur le combat, la banalisation de la mort, et la jouissance de faire des cartons, pose évidemment problèmes.

          L’australie depuis une dizaine d’années, a légiférer sur le port d’armes, suite à un fait divers particulièrement sanglant, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.
          Elle était auparavant très laxiste, comme les états unis.
          Depuis cette loi, le nombre d’homicides à chuté de 60 pour cent.
          Qu’est ce qui fait qu’un ado va passer de l’autre coté ?
          C’est une question très ancienne.
          beaucoup d’écrivains s’y sont penchés.
          Et ce d’autant plus, que comme beaucoup de nous, ils ont la certitude d’avoir,, à ce moment fragile de la vie, où l’on recherche les limites, d’être passé à cote du pire.
          Simenon en fera un des ressorts de son oeuvre.
          Une multitude de facteurs sont au travail, dans ce genre de pulsion.

          Notre époque est particulièrement habile pour en trouver toujours de nouveaux, et se laver les mains, en regardant ailleurs, quand le pire arrive.


        • Javascript Javascript 18 décembre 2012 16:12

          @ Lulupipistrelle

          Je ne dirais qu’une chose : FUS RO DAH (sur cet article ^^)


        • gaijin gaijin 18 décembre 2012 17:26

          «  les hooligans n’ont pas besoin des jeux video pour apprendre à exprimer leur haine. »
          tout a fait !!!!
          on inverse le rapport de cause a effet, la question devrait être :
          pourquoi les jeux vidéos violents ont t’ ils tant de succès ?


        • appoline appoline 19 décembre 2012 14:20

          Je suis désolée mais de quelle manière peut-on quantifier l’incidence des vidéos sur les enfants et les ados, il n’y en a aucune, ni dans un sens ni dans l’autre. Mais, si vous faites entrer dans le crâne d’un gosse que tuer est un acte anodin, il l’imprime. Donc, il n’est pas impossible que confronté à une certaine situation le gosse se réfugie dans ses acquis. Vivre dans la violence, même virtuelle, ne créée pas l’équilibre


        • lionel 23 décembre 2012 07:35

          Bonjour, 


          S’amuser à tuer, même virtuellement, ne témoigne pas non plus d’une maturité psychologique, existentielle, bien au contraire. 

          De plus, si les jeux vidéos violents ne présentaient pas un intérêts pour les psychopathes au pouvoir, pourquoi le Pentagone a t’il autant investi dans cette pseudo activité (il n’y a que les doigts qui bougent) virtuelle ? 

          Ceci dit, il doit exister des jeux vidéos de qualité qui peut être peuvent ramener l’empathie chez les êtres humains, je ne m’y connais rien du tout mais je suis ouvert. 

          connaissez vous la Bande dessiné de Jodorowski, les Technopères ? Le héro s’efforce de trouver LE jeux vidéo qui émanciperait les humains, leur rendrait leur humanité, d’un monde ultra-violent dirigé par des psychopathes « jésuitiques ».

          Une Noble cause pour les jeux vidéo pourquoi pas ? Celle de nous ramener à nous, même la « nature » et nous faire poser les manettes des joy sticks...

        • lionel 23 décembre 2012 09:22

          On trouve malheureusement des milliers de gens (il n’y a pas que des « jeunôts » pour s’abrutir de jeux haineux ey ineptes) rendus débiles qui n’ont aucun soucis pour autrui, leurs proches, leurs parents, voisins, concitoyens... Aucun soucis non plus pour la politique, l’économie, l’agriculture, la Palestine, la mondialistion, les modèles constitutionnels, la finance etc... 


          Et derrière toutes ces problématiques, se trouve celles des pulsions de vie ou de mort...

        • crazycaze 23 décembre 2012 09:43

          - 4 pour avoir rapporter ce que les études montrent ??... Peut-être me suis-je mal fait comprendre ? Dire qu’un lien existe n’implique pas un facteur de causalité mais une corrélation, autrement dit, que lorsque c’est un adulte qui joue de façon addictive à des jeux vidéo aux contenus violents, il est également plus probable qu’il aura tendance à avoir des comportements violents dans la vie réelle. Enfin, l’entraînement des soldats grâce à des jeux vidéos est tout aussi logique que celui des pilotes de l’aviation civile, et n’est pas destiné à les rendre pus violents mais plus réactifs aux situations.


        • lionel 23 décembre 2012 16:36

          Merci de la précision. Pas si « crazy » que cela...


          Bonne soirée

        • révolQé révolté 18 décembre 2012 10:40

          Je ne connais pas la distance du réseau ferroviaire français,mais la SNCF a enregistré une augmentation de 30% des suicides sur ses rails depuis le début de l’année.
          une info que l’on occulte facilement dans les merdias.
          Faut il interdire le train en france ou plutôt se demander pourquoi tant de gens se foutent en l’air.. ???


          • cogno4 18 décembre 2012 10:45

            Et c’est quoi le rapport ?


          • Traroth Traroth 18 décembre 2012 16:39

            @cogno4 : le rapport est évident. L’augmentation des tueries aux Etats-Unis est un révélateur, tout comme l’augmentation des suicides. Mais étrangement, les dirigeants refusent obstinément de percevoir le message que ces drames cherchent à leur envoyer...


          • tesla_droid84 20 décembre 2012 15:41

            Apres les gens gueulent sur les agents de la SNCF parce que les trains sont en retard, ces derniers dépriment et sont les prochains candidats au sucide, c’est sans fin.


          • cogno4 18 décembre 2012 10:43

            Et l’autre abrutit n’a rien trouvé d’autre comme solution que de proposer d’armer les écoles... vaut mieux en rire va.

            La pays ou tout est possible... surtout le pire.
            Que valent quelques vies face aux millions de dollars du marché des armes ? absolument rien !

            Alors oui, c’est malheureux, mais en même temps, c’est bien fait pour leur gueule, pas besoin d’être nostracactus pour deviner que vendre des flingues à tout le monde permet ce genre de pétage de plomb surmédiatisé.
            Qu’il assument leur mentalité de cowboys, je ne les plains pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès