Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Qu’arrive-t-il à Eric Zemmour ?

Qu’arrive-t-il à Eric Zemmour ?

Le CRAN vient de demander à RTL la démission d'Eric Zemmour, en raison de l’une de ses dernières chroniques, la dernière peut-être (« dernière au sens de « latest » et peut-être aussi de « last », pour ceux qui connaissent la langue de Shakespeare) où il emploie, pour décrire la France d’aujourd’hui, qu’il met en parallèle avec des époques sombres du Moyen Age, des termes aussi ahurissants que « razzias », « pillages », « bandes de » (Roms, Kosovars, Maghrébins, Africains) qui « dévalisent », « violentent » ou « dépouillent ». Pour ajouter ensuite que la population française sidérée et prostrée crie sa fureur, une fureur qui se « perd dans le vide intersidéral des statistiques".

Tout d’abord, j’aimerais savoir comment il est possible qu’une population prostrée soit en état de crier sa fureur. Généralement, une attitude prostrée engendre un silence soumis, un abattement teinté de désespoir qui rend impossible ce genre de manifestations bruyantes et même parfois un peu hystériques.

J’aime aussi beaucoup l’emploi en parallèle des termes « sidéré » et « sidéral ». Je ne vais pas essayer d’utiliser cela pour prouver quoi que ce soit puisque ça ne prouve rien, mais je tenais juste à faire remarquer à quel point c’est beau, c’est poétique, c’est exhaltant ! Voilà une envolée lyrique recherchée qui sert parfaitement la prose distinguée d’Eric Zemmour. A moins qu’il ne soit en train de faire de l’humour, un humour provocateur qui serait certes de très mauvais goût, mais qui aurait au moins le mérite de prouver qu’il ne croit pas un mot lui-même de ce qu’il affirme.

Eric Zemmour est passionné d’histoire, et c’est cela que j’admirais autrefois chez lui, bien que j’aie rarement, mais alors très, très rarement, et c’est peu dire, eu l’occasion de partager ses points de vue, du temps où il était sur le plateau d’ONPC. Mais je crois qu’il faut tout de même savoir reconnaître (au sens de « déceler », mais aussi d’ « admettre ») les qualités des gens dont on ne partage en rien l’avis, la vision du monde. J’appréciais donc et j’approuvais le principe selon lequel il allait chercher dans les faits historiques l’explication des événements présents, parce que je pense que c’est justement l’attitude à adopter, la seule qui permet de comprendre véritablement, de décrypter de façon neutre (très important, la neutralité) l’actualité, la remettre dans son contexte sur le long terme (la notion de « long terme » étant ici utilisée par rapport au passé, et non, comme on le fait toujours, par rapport à l’avenir). Connaître l’histoire aide aussi, du moins on l’espère, à ne pas reproduire éternellement les erreurs et les horreurs commises dans le passé. Ce serait bien que les dirigeants du monde soient également des historiens. Neutres, cela va sans dire.

Or, Eric Zemmour se sert cette fois de l’histoire non plus pour comprendre le présent, décrypter de façon neutre un événement d’actualité (ce qu’on peut, et doit faire, par exemple, pour comprendre ce qu’il se passe désormais en Ukraine) mais pour mettre en parallèle, à des fins idéologiques, deux situations qui n’ont, dans les faits, rien de commun, mis à part le parallèle lui-même que tient absolument à faire, de façon artificielle et tarabiscotée, le chroniqueur.

Certes, je ne vis plus à Paris, ni même en France, et ne sais donc plus aussi bien ce qu’il s’y passe, mais j’y reviens dès que cela m’est possible, et jusqu’à présent je n’ai pas constaté de problèmes du genre que décrit Zemmour. Mais puisqu’Eric Zemmour affirme que la France est désormais victime de l’équivallent des temps modernes des anciens pillages et razzias médiévaux, je dois avoir besoin de changer de lunettes. Dès que ce sera fait, d’ailleurs je décroche à l’instant le téléphone pour prendre rendez vous pour un test occulaire, je m’en vais, lors de ma prochaine visite parisienne, qui j’espère ne saurait tarder, me mettre très activement à la recherche de ces hordes barbares sans foi ni loi qui déferlent dans les rues de nos villes et nos faubourgs pour dévaliser, violenter et dépouiller les braves gens, dont j’observerai alors, pour les dépeindre ensuite dans un prochain article, la sidération et la prostration.

A part si l’on se retranche derrière une forteresse imprenable (comme au Moyen Age), ce que semble préconiser Eric Zemmour qui prend pour exemple le Japon, un pays qui fut longtemps un des plus fermés de la planète, et si l’on se met à contrôler systématiquement l’identité de toute personne qui ose braver le couvre feu et mettre le nez dans la rue, afin de vérifier qu’il ne s’agit pas d’un(e) délinquant(e), ou d’une future probable possible graine de délinquant en devenir (voire l’emprisonner à titre préventif, on sait jamais, ça peut toujours servir) il y aura toujours des problèmes de violence. Le La société idéale n'existe pas, et c'est une utopiste qui vous le dis. Les bandes, la violence, les personnes agressées, cela a toujours existé, cela a toujours fait peur, et il y a toujours eu des personnes qui se sont servi de ces faits pour tenter de se faire élire. Alors comment expliquer à Zemmour, sans avoir l’air de passer pour une donneuse de leçons, que cela n’a rien à voir avec l’origine des gens ?

Autant j’admirais il y a quelques années la culture de Zemmour, bien que j’aie toujours trouvé ses positions bien trop conservatrices pour moi, autant désormais je suis déçue et choquée de le voir utiliser l’histoire à des fins de propagande haineuse, et sidérée face à sa progressive dérive vers quelque chose qui me semble teinté d’extrémisme.

Ceci étant dit, le CRAN s’appuie, pour demander la démission de Zemmour, non pas sur le discours qu’il a effectivement prononcé, mais sur une « purification ethnique » qu’il appellerait « implicitement ». Ce « implicitement » me gêne. Même si l’analyse faite par le CRAN du discours de Zemmour est correcte, au sens où c’est effectivement ce qu’il a voulu dire, le problème, c’est qu’on ne condamne pas quelqu’un pour une chose qu’il n’a pas dite. Zemmour n’a pas appelé à une épuration ethnique. Il n’a pas prononcé ces termes. Si le CRAN s’appuie, pour justifier sa requête, sur une phrase que Zemmour n’a pas explicitement prononcée, c’est comme s’il reconnaissait que ce qu’il a effectivement dit n’est pas en soi condamnable, et qu’il faut par conséquent « trouver autre chose » pour le faire condamner, si je peux me permettre, comme essayer de le pousser à la démission sur la base de ce qu’il aurait pu dire, ou sur ce qu’il voulait « implicitement » dire... Ca ne tient pas debout. Je ne pense pas que c’est ainsi que l’on peut résoudre le problème de personnes comme lui qui dérivent peu à peu, à moins qu’il ne soit déjà les deux pieds dedans, vers des positions extrémistes. Une chose est sûre, son discours est chargé de haine et du rejet, très explicites pour le coup, de l’« autre ».

La station de radio doit juger les propos de Zemmour non sur l’implicite, mais l’explicite. Si les propos de Zemmour correspondent à leur « ligne éditoriale » (je ne sais pas si l’on peut utiliser cette expression pour une station de radio), alors ils ne les choqueront pas. Si ses propos vont totalement à l’encontre des valeurs qu’ils prônent, alors là évidemment, il y a un problème qu'ils vont devoir résoudre, problème auquel certains viendront à coup sûr ajouter celui de la liberté d’expression, désormais sacro-sainte au point que, de nos jours, même insulter quelqu’un, le traîner dans la boue, semble relèver de la liberté d’expression.

Il est clair que la radio se trouve face à un cas de conscience.

Zemmour, que vous arrive-t-il ? Pourquoi cédez-vous aux sirènes de l’extrémisme ? Pourquoi vous rangez vous apparemment du côté de ceux qui cherchent à monter les uns contre les autres, qui stigmatisent et accusent toujours les mêmes, à savoir les immigrants, ou ceux qui, du fait de la misère dans laquelle ils se trouvent dans leur pays, tentent de le devenir, les fils d’immigrants, petits fils d’immigrants, petits petits fils… des pires maux d’une société que d’autres ont créée, avec, déjà, son lot de meilleur et de pire, avant même leur arrivée ? Zemmour, que vous soyez conservateur, voire ultra conservateur, est votre droit le plus strict. Mais là, vous vous égarez. Vous vous êtes égaré sur des chemins qui ne mènent et ne mèneront jamais nulle part. On le sait, pourtant. L'histoire nous l'a appris. Ressaisissez vous. Vous valez mieux que cela.

Dans une vidéo répondant aux propos de Zemmour, Aymeric Caron rappelle que Zemmour prend son cas personnel pour justifier du fait qu’on peut avoir grandi en banlieue et s’intégrer. Caron explique cela par le fait qu’il n’est pas issu des mêmes banlieues, des banlieues "les plus chaudes", et là je pense qu’il commet une erreur. Celle de penser (semble-t-il, je ne vais pas commencer à faire moi aussi dans « l’implicite ») que certaines banlieues sont « naturellement » des banlieues « chaudes ». Elles ne sont pas chaudes par nature. Elles le deviennent progressivement, du fait de l’isolement social mais aussi géographique, du chômage qui gangrène peu à peu le tissu social, du manque flagrant d’aide, et du rejet des autres. Les voitures brûlent, les jeunes cassent tout ? C’est effectivement un problème très grave, mais il y en a un autre, de problème, que l’on ne voit même pas : c’est uniquement lorsqu’ils se mettent à tout casser que la « société » se rappelle, tout à coup, que ces jeunes "de banlieue" existent. En dehors de cela, ils sont les invisibles, les transparents de la société française.

Ce dont Eric Zemmour devrait se rappeler, et l’histoire est là pour cela, c’est que ce n’est pas évident d’arriver dans les années cinquante, soixante ou soixante dix comme ouvrier en abandonnant derrière soi sa famille (avant de pouvoir la faire venir avec le « regroupement familial »), pour faire les boulots dont les Français ne veulent pas (on ne ramasse pas les poubelles quand on est Français, n’est-ce pas, c’est trop dégradant, on préfère laisser ce sale boulot à ceux qu’en réalité on méprise), se retrouver parqués dans des cités dortoirs loin des centre ville, ou dans une chambre de cinq mètres carrés d’un foyer pour travailleurs immigrés, et être considéré, par la population du pays dans lequel on a immigré, au mieux comme un travailleur immigré temporaire auquel on n’a ême pas besoin de s’intéresser puisqu’il va de toute façon, tôt ou tard (et plutôt tôt que tard, n’est ce pas…) rentrer chez lui, au pire comme un « bougnioule », un « négro » et autres charmants noms d’oiseaux reflétant parfaitement la profondeur et l’intelligence de certains, en tout cas toujours considéré comme une personne inférieure, issue d’une culture inférieure, qu'on a autrefois tenté d'élever au rang de "civilisé", et quoi qu'il arrive, une personne qui ne sera jamais chez elle en France, même si elle y demeure depuis quarante ans.

Vous vous battez pour vous faire votre place, pour élever vos enfants, et après vous, vos enfants et petits enfants, pourtant nés en France, ne sont pas non plus considérés comme de « vrais » Français. Et on a le culot, par-dessus le marché, de vous reprocher ensuite de « ne pas vouloir vous intégrer ». La bonne blague…


Moyenne des avis sur cet article :  2.59/5   (83 votes)




Réagissez à l'article

158 réactions à cet article    


  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 10 mai 2014 08:40

     S’associer à toute forme de xénophobie n’est simplement pas possible.
     Une anecdote cependant : un commissaire Européen discute avec un journaliste : les Roumains comme tous les autres citoyens Européens ont la possibilité de libre circulation, mais les investisseurs Français peuvent aller librement en Roumanie, c’est donc un marché gagnant-gagnant. Vous ne trouvez pas qu’il y a un problème de raisonnement ??


    • Surya Surya 10 mai 2014 09:52

      « S’associer à toute forme de xénophobie n’est simplement pas possible. » C’est pourtant ce que Zemmour fait dans cette chronique. Je ne lui reproche pas sa vision conservatrice du monde, mais cette dérive vers quelque chose qui ne relève même pas d’un raisonnement logique.
      Pour ce qui est de l’Europe, pour répondre de façon générale, elle ne fonctionne pas dans l’état actuel des choses. Elle doit donc être réformée. Cependant, je ne pense pas que ce serait une bonne chose de la quitter purement et simplement.


    • Mowgli 10 mai 2014 10:01

      Je suis incapable de discerner la moindre trace de raisonnement là-dedans. Alors, un problème de raisonnement smiley encore moins !


    • Bergegoviers Bergegoviers 10 mai 2014 19:06

      Cette façon de traiter de xénophobe quiconque n’est pas béat devant l’étranger me fait penser à cette petite vidéo très instructive et que chaque antiraciste devrait visionner :


      Comment les blancs conquirent l’Amérique :

    • posteriori 11 mai 2014 09:27

      J’aimerais bien savoir le nom du connard qui a fait croire à zemmour qu’il était blanc.


    • ahtupic ahtupic 10 mai 2014 08:45

      Naturellement, les partis politiques bien-pensants européistes et mondialistes doivent être d’accord pour se débarrasser d’un des derniers commentateurs qui sort souvent des vérités. Mais l’oligarchie ne veut plus que des larbins et ce n’est pas elle qui va défendre la liberté d’expression, ni les autres d’ailleurs..


      • Surya Surya 10 mai 2014 09:59

        Le problème, c’est que, comme je l’ai dis plus haut, Zemmour est en train de dériver. Il a tout à fait le droit d’être contre l’Europe si tant est que ce soit le cas, il a tout à fait le droit de penser qu’il faut réguler (voire stopper) l’immigration si pour lui c’est ce qui va résoudre nos problèmes, toutes les opinions sont permises à partir du moment où l’on ne tombe pas dans la propagande haineuse. Tout de même, vous avez vu la violence du vocabulaire qu’il emploie ? On n’est plus dans la politique, on n’est plus dans l’économie, on est juste dans la haine et le rejet.


      • Mowgli 10 mai 2014 10:09

        « vous avez vu la violence du vocabulaire qu’il emploie ? »

        Puisque vous vous piquez de connaître la langue de Shakespeare, profitez-en donc pour méditer cet adage : « sticks and stones will break my bones, but words never will. »


      • appoline appoline 10 mai 2014 19:56

        Et pourtant cela va leur retomber sur la gueule. Que croyez vous qu’ils fassent nos dirigeants ? Ils nous attisent mais le peuple est beaucoup mieux informé qu’il y a 60 ans.


      • lucidus lucidus 10 mai 2014 08:59

        J’ai rarement lu un article aussi pompeux, prétentieux et suant la vanité à chaque ligne. Avec auto-analyse de la subtilité du vocabulaire employé, en simultané... C’est puant de fatuité, et pour ceux qui connaissent la langue de Shakespeare, dans le sens de l’anglais de la perfide Albion (quelle culture, n’est-ce pas..), this is du caca !!! smiley


        • Surya Surya 10 mai 2014 10:02

          J’ai rarement vu un commentaire aussi peu utile à l’avancée d’un débat, aussi haineux, aussi insultant, aussi bas de gamme.
          Le reste, je vous le laisse, c’est votre vocabulaire, pas le mien.
           smiley


        • Bergegoviers Bergegoviers 10 mai 2014 19:10

          Il est vrai que l’oeil du serpent ne saurait supporter la dénonciation de la dictature européenne.


        • appoline appoline 10 mai 2014 19:57

          Et pourtant il va falloir se réveiller car les atlantistes veulent bel et bien notre peau


        • Surya Surya 10 mai 2014 20:48

          Bonsoir Achéron,

          Vous dîtes : « Publiez cet article sur Agoravox est déjà courageux car vous allez les avoir collés à votre page toute la journée ... »

          Bah, je m’attendais à un déferlement de haine et d’agressivité, donc je ne suis pas surprise.
          Franchement, ça m’est totalement égal. Premièrement j’ai passé une super bonne journée, deuxièmement je suis totalement imperméable à la haine. Je ne serai jamais du côté de la haine et du rejet de l’autre. Les moinssages et le pourcentage de l’article ne me touchent donc pas personnellement, je ne prends pas cela pour du courage, ils sont juste pour moi une sorte de baromètre de l’ambiance qui règne visiblement en France en ce moment. Et ça a l’air d’être vraiment l’horreur.
          Il y a trop de commentaires. Je ne vais pas pouvoir répondre à tous, car ce soir je ne pourrai pas rester sur Internet, mais je répondrai demain aux personnes qui déposent des commentaires courtois et argumentés, quelque soit l’opinion exprimée. Comme Sabine par exemple, à qui j’ai répondu ce matin, qui n’est pas du tout d’accord avec moi mais qui a la classe de m’avoir répondue sans m’avoir agressée. J’espère avoir le temps demain de répondre à toutes ces personnes, je m’excuse à l’avance s’il y a des commentateurs auxquels je ne pourrai pas répondre.
          Bonne soirée à vous  smiley


        • rocla+ rocla+ 11 mai 2014 11:38

          L’ opinion Française c ’est Hollande dégage .


          C ’est ça l’ opinion Française .

        • JL JL 11 mai 2014 11:42

          ’’C ’est ça l’ opinion Française .’’

          Non, c’est l’opinion du pseudonommé rocla.


        • rocla+ rocla+ 11 mai 2014 11:52

          La mauvaise foi à l’ état pur . 


          Avec un indice de popularité tournant autour de 17 % 
          Hollande serait l’ homme de la situation pour 99,95 % . 

          Faut être fort gogol pour penser de la sorte . 

          Sauf pour pour les adeptes d’ une secte casquée .


        • Surya Surya 11 mai 2014 12:30

          Bonjour Achéron,

          J’espère en effet qu’Agoravox n’est pas un baromètre de la société française, mais en tout cas c’est le baromètre du site lui même, comme vous le faites remarquer. Agoravox n’est plus le site ouvert, sur lequel on pouvait débattre, sur lequel je suis arrivée fin 2008 pour y déposer mes premiers commentaires. Le site a changé, l’ambiance a changée. Désormais tout un chacun peut y déposer des commentaires ou y écrire des articles haineux, en toute bonne conscience, au nom, bien entendu, de la liberté d’expression. facile... C’est devenu le dégueuloir, excusez moi du terme, de tous les haineux, les racistes et tutti quanti.
          Vous avez sans doute raison, Zemmour devait en réalité cacher son jeu. je le croyais simplement ultra conservateur, ce qui ne me gêne pas tant que ce n’est pas accompagné de haine (d’ailleurs, il ne suffit pas de clamer haut et fort qu’on n’est pas raciste pour que ce soit la vérité) mais qu’il s’agit juste d’une position économique qui peut se débattre, mais la graine de la haine était peut être déjà plantée en lui. Elle a bien poussé, depuis...


        • rocla+ rocla+ 11 mai 2014 12:36

          Très instructive la façon de Surya parle de haine et adoube 

          Archéron qui traite d’ abrutis ceux qui pensent autrement que lui . 

          On touche le fond d’ l’auto-encensement  . 



        • Imperator Djanel III Imperator Djanel III 11 mai 2014 14:17

          Là où cela devient proche du délire paranoïde, c’est que plus il exprime avec une vaine force ses idées xénophobes de hordes pillant la Gaule et plus il est attaqué par les associations antiracistes. Il devient alors victime persécutée ; position dont il jouit manifestement. (...). La pensée paranoïaque inclut typiquement des croyances de persécution liées à une menace perçue comme provenant des individus"

          Très juste Achéron.

        • claude-michel claude-michel 10 mai 2014 09:10

          bof...Zemmour à du « cran » et dit tout haut ce que pense tout bas bon nombre de personne...Chapeau monsieur pour votre courage.. !

          (On emmerde le CRAN)...que ces gens rentre chez eux si la France ne leur convient pas.. !

          • Surya Surya 10 mai 2014 10:06

            C’est vrai, claude-michel, il dit en effet tout haut ce que bon nombre de personnes pensent tout bas, et c’est justement ça qui m’inquiète. Quel pourcentage de la population française est devenu xénophobe ? C’est très inquiétant. Les immigrés sont toujours (plus ou moins) acceptés si l’économie va bien, et c’est toujours vers eux que les doigts se pointent (avec l’aide de partis qui jettent autant qu’ils le peuvent de l’huile sur le feu) dès que ça commence à aller mal.
            Haïr et stigmatiser des gens, ou groupe de gens, n’a jamais résolu aucun problème économique.


          • claude-michel claude-michel 10 mai 2014 10:33

            Par Surya....Stop...la haine de l’autre existe depuis la nuit des temps..elle ne date pas d’avant hier..et les politichiens en profitent pour mettre de l’huile sur le feu pour entretenir cette haine simplement...elle leur est utile pour faire des guerres en gagnant beaucoup d’argent en fabriquant des canons.. !

            Ne tombez pas dans le panneau...

          • Bergegoviers Bergegoviers 10 mai 2014 19:23

            « C’est vrai, claude-michel, il dit en effet tout haut ce que bon nombre de personnes pensent tout bas, et c’est justement ça qui m’inquiète. »


            Si vous êtes inquiet que bon nombre de personnes pensent différemment que vous c’est que vous faites un délire de toute-puissance (vous croyez que vous êtes Dieu et que tout ceux qui vous contredisent sont le Diable) et feriez bien de consulter rapidement un psychiatre.
            Ou de prendre immédiatement la carte d’un parti politique, de vous convertir à une religion ou encore de monter une armée afin de prendre le pouvoir par les armes.

            Car seule la violence vous permettra d’obliger les autres à penser la même chose que vous.

            Mais un bon traitement pourrait vous faire redescendre sur terre et considérer qu’après tout, le monde est riche de sa diversité d’opinions et qu’il est sain, naturel, de se frotter à la contradiction sans forcément sortir son fusil.

            Cette vidéo est aussi pour vous : Comment les Blancs conquirent l’Amérique.

          • appoline appoline 10 mai 2014 20:10

            Vous pouvez aussi remonter au temps où nous nous sommes pris une belle branlée par Jules César, ces cons de romains, nous devrions leur coller un procès au cul pour tout ce qu’ils nous ont fait subir (ben oui, j’ai pas la mémoire courte)


          • Allexandre 10 mai 2014 23:00

            le psy c’est vous qui devriez le consulter !! Mais les plus idiots se croient tjs les plus intelligents, même quand ils dorment. Y’en a plus ils vieillissent plus ils sont abjects


          • Allexandre 10 mai 2014 23:01

            Je pense qu’il y en a d’autres qui devraient quitter la France.... pour aller dans les terres qu’ils ont piquées !!


          • Surya Surya 11 mai 2014 12:36

            à bergegoviers

            Bon, je suis sympa, je vous réponds bien que vous soyez insultant et agressif (mais bien sûr, quand on lit votre délire, « se prendre pour dieu »  smiley on se dit que vous, vous n’avez absolument pas besoin d’aller voir un psychiatre, bien sûr…  smiley )

            Ce qui m’inquiète, ce n’est pas que les autres aient une opinion différente de moi, ce qui m’inquiète, c’est la montée de la xénophobie. Ca me semblait pourtant clair, mais visiblement certains font exprès de ne pas comprendre. Ou alors ils ne font pas exprès, et alors là…

            Il est évident qu’un pays dont les habitants sont haineux et xénophobes est un pays qui va bien. Il y règne une ambiance de joie de vivre, où les gens dialoguent et débattent dans la courtoisie, les passants ne regardent pas de travers un mec dans la rue, au minimum quarante cinq fois par jour, sous prétexte qu’il est d’origine Arabe (par exemple) et qu’on a décidé de le détester, par principe, histoire de se donner l’impression d’être supérieur, les gens se concentrent sur les véritables problèmes... Bref, un pays où il faut bon vivre.

            Visiblement, cette ambiance vous convient à merveille. Je dirais même, vous y contribuez, et visiblement vous en redemandez !  smiley



          • César Castique César Castique 11 mai 2014 12:49

            «  Les immigrés sont toujours (plus ou moins) acceptés si l’économie va bien... »


            Sauf, bien entendu, dans les pays où l’économie se porte aussi bien que la « xénophobie » (Suisse, Norvège, Pays-Bas, Autriche, etc.).

            Ce genre d’argument bidon - que les immigrationnistes ressassent pour se rassurer eux-mêmes - a, depuis longtemps, dépassé la date de péremption. Et, par définition, chaque jour un peu plus.

          • Xenozoid Xenozoid 11 mai 2014 12:54

            Cesar ton pays a été envahi ? l’ukraine ?


          • César Castique César Castique 11 mai 2014 18:24

            « Cesar ton pays a été envahi ? l’ukraine ? »


            C’est un pays, ça ?

          • Trelawney Trelawney 13 mai 2014 10:46

            La France et les français ne se sont jamais pris une branlé par Jules césar, puis qu’à l’époque de César, la France et le français n’existaient pas


          • Spartacus Spartacus 10 mai 2014 09:51

            Il y a donc une idéologie de la « pureté de la parole » comme hier une idéologie de la « pureté de la race » ?


            La liberté de parler et dire est en danger. La judiciarisation des propos est un cancer.
            Ces associations politisées en utilisant la judiciarisation de la parole font du mal à la démocratie. Au lieu d’argumenter elles ostracisent. 
            Elle font même de la pub a outrance pour ce qui n’a été relevé par personne, la radio marche en fond sonore pour la moitié des gens et Zemmour n’étant comme centre d’intérêt que ceux qui lui portent intéret. Ceux qui n’écoutaient pas RTL, sont maintenant au courant. Quelle pub !

            • Surya Surya 10 mai 2014 10:17

              Spartacus, je crois que, comme toute forme de liberté, la liberté de parole s’arrête là où commence celle du voisin.
              C’est une question de respect, de respect de la personne humaine.
              On n’a pas à insulter, parler avec violence et haine de gens qui n’ont strictement rien fait, qui veulent juste immigrer quelque part parce que dans leur pays d’origine la vie est trop difficile. Ils n’y sont pour rien. Pourquoi est-ce eux qui sont haïs ?
              Si la liberté de parole doit être totale en France, y compris le droit d’insulter, alors il faut accepter la réciproque en ce qui nous concerne.
              Pourquoi, dans ce cas, les Français réagissent-ils toujours aussi mal quand des articles de la presse étrangère critiquent la France ? Ca fait toujours un tollé, comme si la presse étrangère avait commis un crime de lèse majesté, et les réponses ne sont qu’un flot de haine à l’encontre du ou de la journaliste qui a osé prendre la parole pour critiquer la France.
              On ne peut pas s’arroger le droit de dire absolument tout ce qu’on pense, et ensuite être choqué et outré parce que d’autres prennent également ce droit, pour nous critiquer. (D’autant plus que ces critiques visent l’économie, la politique de notre pays, et ne sont même pas teintées de haine personnelle à l’égard du peuple français)


            • Mowgli 10 mai 2014 10:26

              « la liberté de parole s’arrête là où commence celle du voisin. »
              C’est bien ça. C’est le premier à gueuler le plus fort qui en remporte la part du lion.


            • mortelune mortelune 10 mai 2014 15:35

              S’il devait y en avoir qu’un à faire taire ce serait Spartacus...


            • marc 10 mai 2014 17:57

              Mowgli


              Non, celui qui remporte le prix, c’est toujours le même, la racaille bankster qui possède les moyens d’information et les utilise sans vergogne pour défendre ses intérêts par le mensonge, l’intox ou le silence ( voir le traitement mediatique des monarchies du golfe : aucun) aux dépens des 99% de la population

            • Spartacus Spartacus 10 mai 2014 18:21

              @surya

              Vous confondez le moral et le légal
              Vous ne faites pas la distinction nécessaire. 
              La violence verbale est moralement condamnable mais pas judiciairement. 
              La condamner pénalement est une atteinte à la liberté fondamentale d’expression. 

              Il est impossible de déterminer par la loi si tel ou tel propos constitue une violence verbale sans que le législateur prenne une positon partiale et impliqée. 

              Il ne faut pas confondre ce qui est condamnable moralement (les vices) avec ce qui est condamnable juridiquement (les crimes, comme les agressions contre les personnes ou leurs biens).
              Or, le moralisme ouvre nécessairement la voie au gouvernement de la police de la pensée, à l’interdiction du débat et à des demandes infinies de pénalisation.

            • Surya Surya 11 mai 2014 12:45

              Ce que vous dites est tout à fait juste, il faut faire la distinction entre le moral et le légal en effet.

              Donc, si c’est légal, au sens de non condamnable juridiquement parlant, on s’en fiche que ce ne soit pas moral ? Visiblement c’est le cas pour beaucoup de gens.

              La mentalité ambiante, actuellement, c’est « je dis ce que je veux, je suis chez moi, si t’es pas content t’as qu’à retourner dans ton pays » (leur pays c’est la France, mais ça, tout le monde ne parvient pas à le comprendre) « c’est la liberté d’expression de dire ce que je veux, on peut pas me condamner pour ça et je t’emmerde. »

              Bonjour l’ambiance...

              Je pense qu’il nous revient à tous de nous poser cette question : est-ce que je vais dire est il moral au sens où je ne risque pas de blesser une personne, ou un groupe de personnes qui ne m’ont strictement rien fait ? Ou bien, variante : est-ce que je vais dire correspond à la personne que je souhaite être ? Autrement dit, ai-je envie d’être « ça », une personne rongée par la haine et le ressentiment, qui balance à la figure des autres des trucs que je ne supporterais pas, en plus de ça, qu’on me balance à la figure ?

              Il ne s’agit pas de « police de la pensée » au sens où vous l’entendriez dans un pays dictatorial. Il s’agit juste de respect de la personne humaine. Traiter avec respect des gens qui le méritent, qui y ont le droit, exactement comme vous, et qui en plus ne vous ont rien fait.

              Maintenant, qu’on élise un parti politique extrémiste en France, et vous allez voir s’il ne va pas y en avoir, de la police de la pensée, et de la vraie, celle là !! Vous allez peut être comprendre à ce moment là ce que c’est que de vivre dans un pays hermétiquement fermé et dictatorial.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès