Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Qu’est-ce que l’appropriation ?

Qu’est-ce que l’appropriation ?

Il est sûr que quelqu’un qui permet à la société de mieux fonctionner soit récompensé du bien qu’il fait à cette société, par le fait qu’en retour il s’approprie réellement les biens qu’il utilise. Le pouvoir et le libéralisme permettent aux possédants de garder leurs biens sans que ces possédants soient réellement utiles à la société.

Si vous séjournez dans un lieu que vous louez, il semble louable que celui qui paye le plus ce lieu devienne propriétaire du lieu. Ça n’est pas ce qui est constaté. En effet beaucoup de propriétaires ont eu intérêt à emprunter pour que ce soit le locataire qui paye l’emprunt. Le locataire payait non seulement la concurrence avec le nombre grandissant de nouveaux locataires. Mais il payait en plus l’argent privé, cause financière première de privation de liberté.

Ainsi les possédants acceptent l’argent privé parce qu’il signifie aussi désengagement de l’état. C’est ce qui est enseigné par le libéralisme et l’économie monétaire, en cachant toutefois la création monétaire. Ce désengagement de l’état permet le bordel libéral, permettant d’augmenter les inégalités.

Les possédants idiots croient que cela leur est bénéfique. Ça ne l’est en aucune manière. En effet, ce qui est important, c’est surtout de disposer de ce qu’on utilise, afin de se savoir reconnu. Il ne s’agit pas de posséder ceux qui créent les richesses. Dans ce cas on va vers la destruction de la société, car il n’y a alors aucun intérêt à faire avancer la société dans ce as. Il s’agit là de pure spéculation de croire que quelqu’un d’autre puisse appartenir à soi. C’est l’illusion du pouvoir, cause de révoltes.

Après un développement du pays, tout le monde se satisfait à court terme de ce qu’il a. En effet beaucoup sont propriétaires, parce que le commerce et le développement du pays a permis politiquement à chacun de créer un travail utile, ceci contre rétribution de ce qu’a créé la population. Chacun a pu posséder par le fruit de son travail. Il y a donc beaucoup de possédants.

Cependant le libéralisme va intervenir. Après avoir rendu l’école non épanouissante en disant que le pays ne peut plus se développer, la population se passe de l’épanouissement, croyant en cette peur de vivre dans un monde fini. C’est la peur qui mène alors vers le divertissement.

Pourtant historiquement l’humanité s’est constamment développée, avant tout démographiquement. Beaucoup de projets de développement attendent dans les tiroirs, surtout en Afrique. On peut, avec la densité d’énergie à disposition et les canaux, verdir les déserts ou transformer des marécages en champs.Retour ligne automatique
Il n’y a pas de ressources finies, d’une part parce que nous ne faisons que transformer la plupart des ressources, exceptée l’énergie, d’autre part parce que nous ne connaissons même pas les limites de l’univers. Enfin l’humanité a non seulement trouvé dans le monde de plus en plus de ressources, mais en plus ces nouvelles ressources étaient de plus en plus riches. En effet, ce qui est le plus riche est aussi difficilement accessible dans la nature. Par exemple, les marais ont mis beaucoup de temps à devenir des champs en France, grâce aux haches.

Se dire qu’un atome c’est de l’énergie potentielle dénote que tout atome léger ou lourd permet une énergie sans limite. Nous avons prouvé scientifiquement qu’il y a certes un monde fini, mais que l’univers est d’une richesse sans limite, et qu’on ne peut vivre éternellement dans son berceau.

Toutes ces constatations vont contre la théorie libérale de la rente, disant que ce sont qui sont venus les premiers qui ont créé la richesse. En effet des denrées ou produits ne valent rien si elles ne peuvent être vendues. Les propriétaires ne valent rien sans la société qui leur permet de le devenir.

Toutes ces constatations vont aussi contre le malthusianisme, appelée actuellement décroissance, disant qu’il y a trop d’humains. Par contre, les fils de possédants voudront accroître leurs prises, comme des enfants gâtés. Certains, comme le prince Philippe d’Angleterre, voudront se transformer en virus pour tuer les gens, ceci afin que sa caste possède plus.

La population qui croira au divertissement croira à tout ce qu’on lui dira, selon ce qu’elle entendra autour d’elle. Les sondages permettront d’aller vers le libéralisme, consistant à dire "Profitez parce que tout va bien : Les marchés gèrent tout !".

On affichera alors son aboutissement, le malthusianisme, dû au désintérêt envers la science, car la réflexion scientifique de Platon n’aura pas été enseignée. Aussi, les films de science-fiction alarmistes seront le pilotage de la décroissance.

On nous fait croire que ce sont les maisons qui sont écologiques, alors que ce sont les immeubles qui le sont

Ainsi la population croit qu’elle est trop nombreuse, donc il n’y a plus de raison de vivre. Alors les fils de possédants auront plus de richesses qu’ils n’utiliseront pas. Ces richesses n’en seront plus, puisque sont riches ceux qui savent quoi faire de leur environnement. Quelque chose qui ne sert à rien n’est pas économiquement une richesse.

Seulement des possédants seront de plus en plus dépossédés, d’abord par leurs entreprises, ensuite par leurs enfants. La population distinguera une supercherie dans ce libéralisme, même si certains s’épanouiront. En effet l’épanouissement sera censuré et seront reconnus les orateurs talentueux, capables de vous expliquer que tout est louable si suffisamment de personnes l’acceptent, selon le bordel libéral.

La recherche de vérité aboutit à son épanouissement. Ce sera donc le chômage ou une rencontre qui fera que la population osera se remettre en question, pour peu qu’elle cherche le bonheur. Certains n’auront pas abandonné la réflexion scientifique et la recherche de vérité de leur enfance, nécessaires pour apprendre à marcher et à parler.

Ce seront ceux qui ne chercheront pas la vérité qui seront des bourreaux du système, parce qu’aux mêmes malheureux. Seront cependant récompensés les sophistes ne se connaissant pas eux-mêmes, récompensés pour leur méconnaissance du libéralisme, mais surtout pour leur connaissance des autres.

Alors la population possédera peu, et d’autres pays montreront que le développement est bénéfique, pour peu que cette population le sache. Alors, les locataires voudront redevenir des possédants, afin de ne pas être possédés. Ils accepteront la morale de ceux qu’ils ne comprenaient pas avant, parce qu’ils auront eu suffisamment d’informations de ceux qui recherchent la vérité, mais surtout parce que ce combat pour le développement par le bien commun aura été suffisamment connu et remémoré, même si censuré.


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • philippe913 8 novembre 2014 13:14

    vous racontez à peu près n’importe quoi, sauf sur les ressources et leur « découverte ».

    - Vous parlez de bordel libéral alors que plus ou moins toutes les conneries proviennent des états, ou pas loin.
    - Vous parlez d’inégalités croissantes dûes au modèle libéral, capitaliste, sans toutefois montrer que si, effectivement, les inégalités croissent, de la même manière, la misère diminue. Vous préférez donc un monde égalitaire dans la misère à un monde inégalitaire sans misère ? c’est assez paradoxal...
    - vous dites que les riches n’ont comme seul but que thésauriser, sans rien faire de leur fortune, la rendant inutile, ce qui démontrer une totale ignorance de notre monde. La richesse de ces gens que vous semblez haïr, de quoi est elle constituée ? Un peu de trésorerie, et, essentiellement, des parts de sociétés. Ces entreprises ne servent à rien ? ouchn première nouvelle.

    Arrêtez la philo intellectualisante bobo et essayez d’être un poil plus objectif, pragmatique et réaliste.


    • matthius matthius 8 novembre 2014 17:36

      Tous les dirigeants qui ont été à l’école et auront passé des études de dirigeants vous dirons qu’on leur a appris que les marchés c’est magique, qu’il suffit de désengager l’état. Je demande régulièrement autour de moi et constate cela.

      Par ailleurs les états n’ont jamais été aussi pauvres, à cause de la monnaie privée. Aussi l’état est le meilleur moyen de faire ce que veut une nation, ce qu’empêche l’UE.

      Pour la misère vous vous moquez de moi. Ne me dites pas que les SDF dans la rue ont voulu le devenir.

      Je ne haie pas les riches, comme vous essayez de le faire croire. Je dis que les possédants croient avec l’illusion libérale que leur paresse sera récompensée. Actuellement, 0.1 % des possédants possèdent 90 % des richesses matérielles.

      Je dis surtout qu’il s’agit d’être moins idiot et de découvrir qu’être riche c’est savoir utiliser ce que l’on a. Ceux qui ont beaucoup sont-ils réellement riches, s’ils ne savent pas utiliser ce qu’ils possèdent ?


    • matthius matthius 8 novembre 2014 17:49

      L’article heurte moins les défenseurs des possédants maintenant :
      http://www.economie-reelle.org/Qu-est-ce-que-l-appropriation


    • La mouche du coche La mouche du coche 9 novembre 2014 09:50

      Quand dans quelques siècles les historiens voudront comprendre comment au XXIème siècle la télévision et l’éducation ont détruit les cerveaux des gens, ils devront étudier cet auteur.


    • christophe nicolas christophe nicolas 9 novembre 2014 11:48

      Ah, la méritocratie est une douce illusion... et nous ne sommes plus dans un monde où chacun peut vivre dans son petit coin, contrairement au passé, nous impactons nécessairement l’environnement par notre activité. Comme chacun défend ses intérêts professionnels à travers des réseaux, des syndicats professionnels, des partis, il s’oppose nécessairement à ce qui lui fait de l’ombre. Il élague les branches des voisins qui viennent chez lui.


      Si l’élagage est normal pour son sweet home parce qu’un voisin est négligent, on voit tout de suite les abus sociétal et le flou des critères. Prenons le cas des entrepreneurs ferroviaires qui posent les caténaires SNCF. Ils vont s’opposer à tout ce qui gène leur business or leurs travaux mettent en péril le champ magnétique terrestre dès lors qu’on aura la preuve qu’il se crée en surface et je vous invite à regarder ce qu’est un générateur homopolaire de Faraday et à le comparer à la terre.

      Il est certain qu’avec de telles idées, ces messieurs vont « m’élaguer » de leurs activité car ce sont des beutiers. Ils ne réfléchissent pas trop à leur reconversion alors que j’apporte les solutions de substitution, ils parlent de coopération pour la galerie mais c’est implicitement sous la cupidité. Qu’importe, mais posons nous la question du critère d’élagage...

      Le critère est l’esprit de vérité.

      Les entreprises caténaires l’ont-elles ? Non, ceci dit, il n’est inscrit nulle part que ces gens ont un esprit de vérité, tant mieux s’ils l’ont, tant pis s’ils ne l’ont pas, leur parole est sans réel intérêt, ils ne sont pas fiables, ils ne faut pas leur confier des outils d’élagage, ils blesseraient des personnes et la société.

      L’élagage est de la responsabilité des hommes de connaissance sensés avoir l’esprit de vérité pas de ceux qu exploitent, il faut choisir entre Dieu et Mammon

      Actuellement, on a un soucis car l’esprit Sadducéens est revenu du fond des ages tels ces pharisiens rigoristes vis à vis de la loi qui pratiquaient le 100 pour 1, 10000% d’usure, l’esclavage en fait. Il y en a même un qui a accusé Jésus de faire un miracle pour un malade un jour de shabbat !! Le comble du mauvais esprit alors que la religion est faite pour nourrir la forme intentionnelle de bonté, c’est raté pour ce pharisien, il a inversé les fins ce qui est diabolique. La cupidité fait inverser les fins systématiquement donc l’application du critère d’élagage ne doit pas être confié à ceux qui ont l’esprit cupide.

      Si vous écoutez un directeur d’exploitation, il inversera les fins et le PDG qui le place au dessus des fonctions qui ont l’esprit de vérité est simplement un sacré hypocrite.

      A partir du moment où la France a renié Dieu, elle a commencé à jeter le monde dans les bras de Mammon. On appelle cela les lumières, belle inversion... et Laplace enfonça le clou quand Napoléon lui demanda la place de Dieu dans son traité de mécanique en répondant, « Sire je n’ai pas besoin de cette hypothèse ! »

      Effectivement la science de Laplace est parfaitement isotrope et incapable de traiter un phénomène synergétique qui se déroule à plusieurs échelles comme dirait Laurent Nottale. Et oui, Laplace était très intelligent mais totalement orgueilleux dans sa réponse.

      Il y a un phénomène synergétique que tout le monde connaît, c’est le tableau d’amortissement des emprunts car à n’importe quel moment, si vous prenez le reste du capital dû et que vous recalculez l’emprunt pour la même fin, vous retombez sur le même résultat. C’est cela la synergie ce qui signifie qu’une machine synergétique se conçoit en se pensant d’abord dans son ensemble. Peu de gens ont réussi à se hisser à ce niveau de conception, ils ont un immense mérite. Tous ceux qui ont tenté de concevoir ces systèmes d’une façon Laplacienne s’y s’ont cassés les dents.

      Pour conclure, on voit que l’élagage dans le monde des concepts, de l’information, des idées ne répond pas à un concept de propriété mais d’esprit de vérité. Les possédants, n’ont aucun droit dans ce domaine, l’esprit de vérité est un concept universel auquel il faut adhérer, sinon, le possédant crée une communauté hypocrite et enfumeuse qui peut devenir sectaire et néfaste pour la collectivité. Je rappelle que l’esprit de vérité est la forme intentionnelle de bonté plus l’intelligence et si une société l’a, les découvreurs, inventeurs et méritants seront récompensés, sinon cela prouve simplement l’esprit démoniaque de cette société.









      • Zip_N Zip_N 9 novembre 2014 13:33

        « Qu’est-ce que l’appropriation ? »

        C’est un mariage réussi. Les marchés font que 1€ d’aujourd’hui vaudra plus que 10 centimes dans 80 ans, la cause aux marchés spéculatif effet ping-pong, qui retirent de la valeur ce qui en ajoute à eux artificiellement pour s’auto alimenter, alimenter et maintenir son système en s’auto régulant au environ de 0 pour recommencer à chaque fois L’appropriation des mécanismes monnétaires est donc très théorique, subjective et versatile. Une appropriation personnelle ne pouvant durer qu’une vie. L’ inflation au niveau monnétaire serait du a une surractivité boursière.


        • Le421 Le421 9 novembre 2014 14:39

          Il n’y a pas de ressources finies...

          Hum... J’ai bien peur de ne pas vous suivre dans ce chemin-là !!

          Pour moi, cela fait partie de nos grandes erreurs. Croire que la croissance sera infinie dans un monde fini !!
          A moins que vous ne trouviez la solution pour coloniser de façon réalisable d’autres planètes.
          Auquel cas...


          • Zip_N Zip_N 9 novembre 2014 16:21


            Le421, une croissance infinie ? drôle de croyance, quel chapitre ? pas le chapitre des paléontologues , l’anthropologues et géologue. Pourquoi coloniser d’autres planètes alors qu’on peut faire comme les baleines et les dauphins en allant dans les océans et revenir à une vie décente, primordiale et futuriste, se rapprocher de la nature.


            • cyrus cyrus 10 novembre 2014 13:18

              la croissance infinie dans un système aux ressource finis c’ est un peut comme le bug de la fenêtre récursive sous Windows , les ressources mémoires et processeurs étant disponible en quantité finis , plomber par ’ appel reccursif a la fonction de creation de fenetre dans la creation de fenêtre.l’ ordino rame de plus en plus et finit par « figer » n’ ayant même plus assez de ressource pour basculer de la gestion de fenêtre a l’ autre .le clavier et les autre périphérique devienne ainsi inerte dilué dans le « temp machine » .


              • Zip_N Zip_N 10 novembre 2014 14:39

                Chapitre computer ?

                Oui c’est pareil avec la biologie, un cycle à un point de rupture. Il y a croissance de qualité et croissance de quantité, la croissance (technologique) est pas infinie elle né, vieillit, meurt, se transforme, se renouvelle. Ce qui est croissant un jour décroit un autre c’est comme l’être biologique à un certain age il arrête de croitre de masse (quantité) et se perfectionne en qualité. « Quand la quantité de cellules écoute plus sa qualité » c’est le signe de cancer et dégénération cellulaire, ça explose ou il se meurt.

                La qualité croit la quantité.

                La quantité décroit la qualité.


                • cyrus cyrus 10 novembre 2014 16:24

                  en fait la croissance économique dans ce système façon boite de pétri , ne sert en fait qu’ as « compenser en nécessaire » la croissance démographique.l’ effondrement economique se produira fatalement quand nous buterons sur les bord de la boite.Cependant il ne faut pas compter trop sur les ocean il sont deja mit a lourde contribution (surpeche , polution , ...)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès