Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Qu’est-ce que l’homophobie ?

Qu’est-ce que l’homophobie ?

Deux chrétiens ont été condamnés en justice pour avoir écrit et diffusé un tract contenant le témoignage d’un ancien homosexuel ayant opté pour l’hétérosexualité, pour des motifs notamment religieux. Cette condamnation est-elle légitime ? Est-elle ou non une atteinte à la liberté d’expression ? Que dit-elle de notre société ?

En France, deux chrétiens ont été condamnés, le 2 novembre 2015, pour « provocation à la discrimination à l’égard d’un groupe de personnes à raison de leur orientation ou identité sexuelle ». Alain Boutinon et Michel Oudot ont même failli être poursuivis pour « incitation à la haine et à la violence en raison de l’orientation ou identité sexuelle » ; mais ce chef d’accusation n’a pas été retenu.

Tract et tact

 De quels faits ces deux chrétiens sont-ils les auteurs ? D’avoir rédigé pour l’un, et distribué pour les deux, lors de la foire de Rouillac et dans des boîtes aux lettres, le 27 avril 2015, un tract contenant le témoignage d’un ancien homosexuel qui expliquait comment, à la suite de sa conversion à Jésus-Christ, il avait opté pour l’hétérosexualité en considérant que son homosexualité n’était pas en accord avec la volonté de Dieu. Ils ont été condamnés à payer ensemble 1 500 € à l’association antihomophobie adheos, 1 000 € pour frais de justice, les frais de parution du délibéré dans la presse, cela assorti d’une amende de 2 000 € pour l’un et de 1 000 € pour le deuxième.

 Les deux condamnés par le Tribunal de Grande Instance d’Angoulême ont fait appel et seront rejugés le 6 avril 2016. Le Comité Protestant Évangélique pour la Dignité Humaine (CPDH) et le Conseil National des Évangéliques de France (CNEF) ont décidé de les soutenir.

 On peut discuter du tact ou du manque de tact à la fois du contenu de ce témoignage (que j’ai lu) et de son mode de diffusion. En revanche, il est tout à fait étonnant qu’un témoignage vécu puisse être condamné en tant que tel, et cela d’autant plus qu’il ne contenait aucun propos de condamnation contre les homosexuels.

 Il y a un peu plus une trentaine d’années, l’homosexualité était considérée comme une maladie et, en tous cas, comme une orientation sexuelle à l’écart de la norme. Aujourd’hui, dans les manuels scolaires, elle est présentée comme exactement équivalente à l’hétérosexualité, ce qui pourrait pourtant se discuter non pas tant sur le plan religieux, comme on le croit, que sur le plan anthropologique et biologique. Cette indifférenciation serait-elle devenue un dogme sévèrement gardé par quelques inquisiteurs ministériels ?

Droit à quelle différence ?

 Dire qu’hétérosexualité et homosexualité ne sont pas équivalentes, c’est passible des tribunaux. Aujourd’hui, il est devenu interdit de dire que l’homosexualité peut ne pas être souhaitable, qu’elle peut poser problème, et qu’on peut choisir de devenir hétérosexuel. Ce tract ne dit rien de plus. Or, s’il vaut une condamnation en justice, pourquoi n’a-t-on jamais vu, dans les dernières décennies, de condamnation pour apologie de l’homosexualité, ce que divers artistes, auteurs, cinéastes, politiciens ne se privent pas de faire ?

 J’ai retrouvé un texte qui vaut aujourd’hui son pesant de cacahuètes : « Si la nature nous pousse à avoir des rapports intimes avec des personnes du sexe opposé au nôtre, en quoi cette singularité dérange-t-elle le bourgeois ? » Et savez-vous qui est l’auteur de cette remarque ? Pierre Desproges,[1] qui montrait ainsi par son sens unique de l’ironie qu’il faut se justifier d’avoir des comportements qui autrefois passaient pour ordinaires.

 Par un curieux phénomène d’inversion (…), la revendication du droit à la différence s’est transformée en interdiction de contester la différence, ce qui revient à dire qu’aucune orientation ou presque, aucun comportement ou presque ne sont contestables notamment sur le plan éthique (mais on voit que le domaine du « presque » recule), et qu’on risque d’être traduit en justice quand on ose établir une hiérarchie. Autrement dit : on n’a pas le droit de dire que la différence… est différente, et qu’on peut lui préférer autre chose. Ce tract ne disait rien de plus, et du moment que la personne qui témoignait dans le tract a changé librement d’orientation sexuelle (ce qui est certain puisque aucune poursuite pour abus de pouvoir n’a été engagée), je ne vois vraiment pas en quoi ce tract ni sa diffusion sont condamnables en justice. Dire que l’homosexualité ne nous plaît pas personnellement, ce n’est pas être homophobe. Et si je n’aime pas faire du ski de piste, ou même si je pense que c’est mauvais pour la santé ou pour l’équilibre écologique des montagnes, ça ne veut pas dire que je suis skieurdepistophobe.

Délit d’opinion

 Pour terminer, citons une partie de l’article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé… » Pour le cas qui nous préoccupe, cet article implique donc le droit de changer d’orientation sexuelle, de dire pourquoi, et même de le faire savoir publiquement.

 En conséquence, il me paraît évident que toutes les poursuites à l’encontre de Alain Boutinon et Michel Oudot doivent être purement et simplement abandonnées.

 Et ceux qui ne sont pas d’accord avec leur tract ont parfaitement le droit de diffuser un tract qui dit le contraire.

 

[1] Marianne du 24-12-2016, p. 96, extrait de « Chroniques de la haine ordinaire », France Inter le 24 avril 1986.


Moyenne des avis sur cet article :  2.74/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

129 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 3 mars 17:24

    Depuis quand la population française se répartit-elle entre « chrétiens » et non-chrétiens«  ?


    Quelle que soit l’affaire, je jugement ne parait pas porter sur les croyances des condamnés, mais sur des attendus à base juridique. Ils auraient pu être bouddhistes ou athées, ce sont les faits qui sont jugés et non l’appartenance confessionnelle de ces gens.

    Que vous ne soyez pas d’accord avec le tribunal, ça vous regarde, et vous ne vous privez pas de le faire savoir, mais vous donnez une information fausse en écrivant : » Deux chrétiens ont été condamnés en justice pour avoir écrit et diffusé un tract contenant le témoignage d’un ancien homosexuel ayant opté pour l’hétérosexualité, pour des motifs notamment religieux. « 

    S’ils avaient été condamnés pour viol, auriez-vous écrit : »Deux chrétiens ont été condamnés pour viol ?". Bien sûr que non. Ce ne sont pas des memùbres de communautés qui sont jugés, mais des citoyens.

    • Pale Rider Pale Rider 3 mars 17:46

      @M de Sourcessure
      Mes excuses : j’ai dû mal formuler ma phrase. Le pour des motifs notamment religieux portait sur les motivations de la personne qui témoignait, par sur celles du tribunal.
      Il n’est cependant pas exclus que ces chrétiens, de surcroît membres d’une église minoritaire, aient été victimes d’un discrédit peut-être subconscient de la part du tribunal.
      En tous cas, je ne fais pas, en tant que citoyen, de distinguo entre chrétiens et non-chrétiens. En revanche, beaucoup de mes concitoyens en font. Par exemple, quand on est contre le Mariage pour Tous, on est immédiatement taxé de catho intégriste, ce qui est très réducteur.
      Quand on n’est pas d’accord avec la tendance dominante, surtout en matière de moeurs, le fait d’être chrétien est une circonstance aggravante. Du coup, on ne considère pas que les chrétiens savent aussi réfléchir et qu’il peut être utile de débattre avec eux de leurs arguments.
      J’ajoute que si cette condamnation avait frappé des agnostiques ou des musulmans, ma réaction serait la même. A titre personnel, je suis membre d’Amnesty International, et tous les mois, j’écris pour tirer de prison des gens qui pensent souvent le contraire de ce que je pense.
      En tous cas, merci de votre remarque, qui m’a permis de clarifier !


    • Pere Plexe Pere Plexe 3 mars 17:47

      @M de Sourcessure
      Et surtout c’est la teneur du tract qui nous aurait éclairé pour savoir si oui ou non la peine est justifiée.

      Selon certain il fait de l’homosexualité une maladie dont on peut guérir...
      Surtout le pasteur de la communauté condamne ce texte.

      Je crois que les deux gus font appel.

    • oncle archibald 3 mars 18:00

      @Pere Plexe : absolument et si Pale Rider voulait bien nous donner un lien vers ce texte nous pourrions nous faire une opinion personnelle.


    • César Castique César Castique 3 mars 18:57

      @Pere Plexe



      « Surtout le pasteur de la communauté condamne ce texte. »


      Curieux pasteur indeed, quand on sait ce que son Dieu de l’Ancien Testament pensait - et on ne peut pas concevoir une vraie divinité changeant d’opinion, velléitaire - de l’homosexualité et des homosexuels... 


      Moi, par exemple, c’est ma grand-mêre, réformée pratiquante justement, qui m’a instillé, dès l’âge de 5 ans, une solide animadversion à l’égard des invertis, dont elle craignait les « manoeuvres » de l’un deux en particulier, domicilié tout à côté de chez elle, où je me rendais presque tous les jours.
      J’en reviens au tract

      Un fac-similé se trouve sur Internet,, mais certaines remarques relevées lors de mon surfage m’ont donné l’impression que c’est d’abord, et surtout, le titre qui heurte les uranistes et les gay friendly, dans la mesure où il fait passer l’homosexualité pour une addiction,, quelque chose de négatif donc, à quoi une « cure de désintoxication » permettrait d’échapper.


      Et puis je me suis souvenu d’un petite perle - aujourd’hui disparue dans les culs-de-basse-fosse du web (il faut systématiquement copié-collé, ce qui nous plaît bien) - qui n’est plus publiable à sept ans de distance, mais dont la conclusion conserve toute sa pertinence :


      "Sans savoir vraiment dire si c’est handicap ou vice, péché ou fatalité, maladie ou dépravation, inné ou acquis, nous ne le souhaitons pas à ceux que nous aimons."


      Et il m’est apparu que le concept de libération n’était pas forcément déplacé. Si nous ne souhaitons l’homosexualité à ceux que nous aimons, et bien, nous devons nous réjouir s’ils s’en sont sortis...


    • tf1Groupie 3 mars 22:02

      @César Castique

      "c’est ma grand-mêre, réformée pratiquante justement, qui m’a instillé, dès l’âge de 5 ans, une solide animadversion à l’égard des invertis"
      Vous avez été vacciné ? ... quelle chance smiley

      Quelle est la pire affliction, être réformé pratiquant, ou être inverti ?


    • César Castique César Castique 3 mars 22:47

      @Pere Plexe

      « Vous avez été vacciné ? ... quelle chance... »



      Il n’y a pas d’effets secondaires, je n’ai donc jamais eu à m’en plaindre.


      « Quelle est la pire affliction, être réformé pratiquant, ou être inverti ? »


      D’autant plus dur à dire que l’un n’empêche pas....n’empêche plus ! l’autre...


      Il y a quand même des jours où l’on se trouve mieux dans sa peau d’agnostique que dans une autre.

    • oncle archibald 3 mars 18:21

      Ça n’est pas facile mais j’ai trouvé le texte que je donne à lire ci-dessous :

      Délivré de l’homosexualité

      J’ai toujours eu soif d’exister et j’allais dans les plus grandes soirées, les plus huppées où se rendaient tous les gays et même des célébrités qu’on voit à la télé. Et quand j’arrivais devant la porte, on écartait la foule pour que je rentre parce que quand Mickaël paraissait c’était la star qui rentrait, la diva, avec les costumes, les paillettes. J’étais méconnaissable et tout le monde se demandait si j’étais une femme parce que j’allais vraiment dans l’extrême. Cependant, quand je me retrouvais devant la glace à me démaquiller en me disant : « c’est déjà fini », c’était l’horreur. Le vide qui était en moi devenait béant. Parce que, avec le diable, on pense qu’on va chercher des choses qui construisent, mais plus on va chercher ces choses-là, plus on s’enfonce au point que ça devient réellement un puits sans fond.

      Un ami chrétien que je connaissais m’a invité. Il m’a dit : « dans mon église le 31 décembre on se réunit entre jeunes et on fait un super réveillon. Viens tu verras et ça te fera du bien. Je n’avais rien de prévu ce jour-là. J’y suis allé.

      C’est là que j’ai vu la main de Dieu sur notre génération. Ça m’a vraiment touché : c’était tous des jeunes du même âge que moi et j’étais étonné de voir cette louange, cet amour et cette implication pour Dieu. Ça m’a littéralement bouleversé. Cela m’a convaincu que c’était là que je trouverais de l’aide. Pendant un temps, j’allais à l’église le dimanche et la nuit j’étais dans le lit avec mon ex. Mais à un moment donné je me suis dit : « il faut que tu arrêtes tout, il faut que tu trouves
      une solution, il faut que tu partes de la maison. » Il fallait que je me détourne de tout ce qui me rendait vulnérable. Bien qu’ayant donné ma vie à Christ, j’étais encore faible, j’étais encore en phase de reconstruction. Je connaissais mes failles et j’ai fermé un à un tous les endroits où il y avait des failles.

      Voici quelques exemples :

      • La télé : certaines émissions, certaines images, certaines publicités peuvent éveiller des idées.
      • Internet, je n’ai pas besoin de vous dire ce qui se passe sur internet : la pornographie etc. : J’ai coupé
      • Facebook : j’avais toute une flopée d’amis. Ce n’est pas possible, quand on veut marcher dans la sainteté, on ne peut pas s’entourer de telles personnes.
      • Mon attitude, ma manière de voir, de penser, de m’habiller même. J’ai dû changer tout cela. Même l’odeur de mon parfum me rappelait certaines images, certaines pensées. J’ai dû couper avec tout cela.

      Le conseil que je peux donner à une personne qui baigne encore dans ce combat spirituel, qui est liée par la masturbation, la pornographie, etc … : il est très important de se confier à quelqu’un de confiance, de ne pas garder en vous. Car ce qu’on garde, ça germe, ça murit et ça porte des mauvais fruits.

      Le 19 juillet dernier, j’ai été baptisé et ça a été extraordinaire : J’ai prêté publiquement allégeance à Jésus-Christ. Je suis définitivement libéré et entré dans une totale délivrance. »
      Mickaël


      • Pale Rider Pale Rider 3 mars 18:29

        @oncle archibald
        Merci : vous avez été plus rapide que moi pour retrouver ce texte, que j’avais lu.
        Ainsi, chacun pourra se faire son opinion.


      • tf1Groupie 3 mars 22:06

        @oncle archibald

        Rien que le titre pose problème ...


      • tf1Groupie 3 mars 22:17

        @tf1Groupie

        « Délivré de la pédophilie
         », ça aurait plus de chien ... mais ça pourrait entrainer des plaintes de jeunes enfants de choeur.


      • oncle archibald 3 mars 23:22

        @tf1Groupie : rien que le titre pose problème dites vous ? Ainsi il serait interdit à quelqu’un de trouver pesante son homosexualité et de le dire ? On marche sur la tête ces temps ci !


      • tf1Groupie 4 mars 11:53

        @oncle archibald

        On est délivré d’une maladie, ou d’un mal (relevant du spirituel ou du moral).

        Cet homosexuel trouvait pesante son homosexualité comme Michael Jackson trouvait pesante sa negritude ?

        Pourtant quand on lit ce tracte, on voit que ce que l’auteur trouvait pesant c’est plutôt sa vie diissolue : alcool, soirées festives etc ...
        Mais on retient dans le titre que sa vie dissolue était l’homosexualité.

        C’est quand on se cache derrière les mots qu’on marche sur la tête.


      • oncle archibald 4 mars 14:22

        @tf1Groupie : vous voulez dire qu’aucun homosexuel ne déplore de l’être ? Ils sont tous très heureux de ne pas être des papas-mamans « comme les autres » ... Vous êtes sûre ?


      • tf1Groupie 4 mars 14:31

        @oncle archibald

        Comme certains déplorent d’être noirs.
        Il suffit que la société mette suffisamment de poids pour vous culpabiliser de ce que vous êtes et vous empêcher de vous assumer.
        Votre participation est d’ailleurs la bienvenue.

        Si je vous sors un tract d’un homme délivré « de sa condition d’homme » après s’être fait opéré pour être une femme, vous applaudirez des 2 mains ?

        On a tous certaines choses personnelles qu’on aimerait bien changer ; mais quand c’est la société qui vous intime l’ordre de vous auto-dénigrer ça peut être dur à vivre.

        Un homosexuel déplore sans doute d’être rejeté par sa famille, traité comme une fiotte, qualifié de sous-être.
        Deux solutions : la religion ou le suicide, c’est ça la conclusion ?


      • oncle archibald 4 mars 14:44

        @tf1Groupie : mais il y a des homosexuels qui s’assument et sont très heureux, d’autres qui ne s’assument pas et sont malheureux. Si pour quelques uns de ces derniers la religion est un réconfort qui leur évite de développer des idées suicidaires et qu’ils aient envie de partager leur expérience qu’y voyez vous de sanctionable par la loi ? Car c’est bien ça le sujet de cet article non ?


      • tf1Groupie 4 mars 14:56

        @oncle archibald

        Ce tract affirme qu’être homosexuel est une souffrance ; s’il y a des gens qui trouvent le confort dans la religion pour fuir un problème tant mieux pour eux, mais il pourraient alors découvrir la tolérance et dire qu’il ne faut pas avoir honte d’être homosexuel.

        Le sujet de cet article c’est : la conversion est une solution à la maladie homosexuelle.

        Une autre solution serait de dire que la société devrait plus humaine au lieu de proposer la religion comme un palliatif aux souffrances imposées par la société.


      • Pale Rider Pale Rider 4 mars 15:03

        @tf1Groupie
        Non, ce n’est pas le sujet. ça ferait l’objet d’un autre article, et je ne m’y lancerai certainement pas.
        C’est Oncle Archibald qui a une fois de plus raison : le sujet, c’est : a-t-on le droit de dire qu’on a choisi de ne plus être homosexuel ?
        Pas autre chose. smiley


      • soi même 4 mars 15:10

        @Pale Rider, il faut en réalité , la condamnation est justifier , et cela ne tien pas à l’idée d’être pour où contre homosexualité, mais à voir le libellé la photo et le texte qui est au passage très irrespectueux et impudique au demeurant.
        Cette information aurait du être rester interne à cette église et en aucun cas mit sur la place public.

         


      • tf1Groupie 5 mars 11:41

        @Pale Rider

        Vous avez raison , je me suis mal exprimé : c’est le tract qui suggère que l’homosexualité est une maladie dont on peut être délivré par le Religion.

        Le sujet de l’article concerne plutôt la façon dont est présenté ce message.

        Car on peut également dire qu’on a choisi de ne plus être juif ; mais la manière de le dire peut soulever des problèmes.


      • Trelawney Trelawney 3 mars 18:22

        Il y a un peu plus une trentaine d’années, l’homosexualité était considérée comme une maladie et, en tous cas, comme une orientation sexuelle à l’écart de la norme.

        Il y a 30 ans, une femme adultère pouvait être condamnée à 2 as de prisons et son mari pouvait la tuer en cas de flagrant délit sans qu’il lui soit fait grief. Par contre s’il tuait l’amant c’était plus problématique.

        Eh oui on évolue !


        • Pale Rider Pale Rider 3 mars 18:34

          @Trelawney
          Disant cela, je n’ai pas dit que j’approuvais. Ceci étant, l’Evolution, comme le Progrès, ne sont pas forcément vers un mieux. Le sens de cet article, c’est justement de dire qu’on a le droit de refuser certaines évolutions, ou de les contester, ou de les rectifier.
          L’homosexualité n’est pas un sujet simple. Et ce n’est pas en nous forçant à la considérer comme banale et indiscutable qu’on avancera. Dans le témoignage qu’Oncle Archibald a retrouvé, il y a quand même des éléments qui donnent à réfléchir, même si on n’est pas nécessairement d’accord avec tout.


        • Jimmy 4 mars 13:12

          @Trelawney
          Il y a 30 ans, une femme adultère pouvait être condamnée à 2 ans de prisons
          quel progrès en peu de temps ! maintenant cette femme est pratiquement encouragée par la bien-pensance à tromper son mari, elle pourra facilement obtenir le divorce même s’il y a des enfants, ceux-ci devront s’accommoder d’un beau-père auquel ils feraient mieux d’obéir au doigt et à l’œil sous peine de courir le risque d’une triste fin.


        • mmbbb 6 mars 11:52

          @Jimmy la morale est toujours la morale des autres. Les bordels ont ete fermes J’avais regarde une emission durant la nuit puisque je faisais de l’asthme sur les bordels par Alphonse Bourdard qui les avait bien connus .Ces bordels destines a la bourgeoisie puisque le service propose etait haut de gamme Amusant le lit sur ressort imitant les soubresauts d’un train alors qu un paysage en trompe oeil defilait Boudard disait : le bourgeois avait sa femme pour la procreation le bordel pour l’amusement et la messe pour la conformite sociale. Lorsque l on gratte un peu le vernis des convenances morales, on s’apercoit tres vite que celui ci est friable Comme l’eglise avec les affaires de pedophilie Auparavant la morale etait sauve puisque rien ne transparaissait ce n’est plus le cas et les Boutins qui nous emmerdent avec sa morale et pourfend l’homosexalite n’a jamais eu une larme pour les gamins abuses La reine Elisabeth 2 a rendu hommage au scientifique britannique de genie Aan Turing castre chimlquement apres la guerre alors qu il avait reussi a casser le code de lorentz des allemands .la guerre a ete ecourte et le nombre de mort limite Le marechal lyautey etait homosexuel rien n’est vraiment nouveau comme l’hypocresie de jadis et de maintenant


        • oncle archibald 3 mars 18:34

          C’est le témoignage d’un homosexuel « repenti » et vraiment je ne vois rien dans ce texte qui puisse constituer une incitation à l’homophobie, je dirais même au contraire, il y a la dedans quelque chose de touchant.

          Je pense que le jugement en appel a de bonnes chances d’être favorable à Alain Boutinon et Michel Oudot sinon c’est que la liberté d’expression en France n’est qu’une image utopique, pas une réalité.

          Un homosexuel a-t-il le droit de dire qu’il état mal dans sa peau de travelo et qu’il s’est senti mieux en renonçant à des sorties en boites gay sur les conseils de ses nouveaux copains ? S’il n’a pas cette liberté merde alors !


          • Garibaldi2 3 mars 20:13

            @oncle archibald

            Ce n’est en rien le témoignage d’un homosexuel ’’repenti’’, jamais un tribunal n’aurait condamné sur la base d’un témoignage authentique, sinon ce serait condamner un délit d’opinion. N’importe qui peut dire qu’il se sent mieux maintenant qu’avant : un ancien chasseur devenu anti-chasse, un ancien RPR devenu UPR (!), un ancien hétérosexuel devenu homosexuel (j’ai des doutes sur la sexualité de départ !), un ancien bigame devenu monogame, un ancien ...


          • Iren-Nao 5 mars 03:09

            @oncle archibald
            la liberté d’expression en France n’est qu’une image utopique, pas une réalité.
            C’est en effet le conformisme le plus affligeant qui fait loi.
            Vous le savez bien
            Iren-Nao


          • Garibaldi2 3 mars 19:24

            Qu’il aille se faire ....., le trav qui n’existe pas !

            ’’Quand Mickaël paraissait c’était la star qui rentrait, la diva, avec les costumes, les paillettes.’’

            ’’Le 31 décembre on se réunit entre jeunes et on fait un super réveillon. Viens tu verras et ça te fera du bien. Je n’avais rien de prévu ce jour-là. J’y suis allé.’’

            ’’la nuit j’étais dans le lit avec mon ex’’ qui n’avait rien prévu avec lui ce 31 décembre !!!!

            ’’Facebook : j’avais toute une flopée d’amis.’’

            Mais seule ce 31 décembre !!!

            Elle se fout de la gueule de qui la starlette ? La Diva n’avait rien de prévu pour le 31 décembre ?! On y croit les neuneus, on y croit !!!


            • Garibaldi2 3 mars 19:56

              Le tract est là :

              http://www.adheos.org/fichierUploader/Tract_homophobe.pdf

              Hélas, 3 fois hélas, le lien donné dans le tract ne fonctionne plus :

              www.topchretien.com/toptv/view/27869/delivre-de-lhomosexualite-et-de-la-debauche.html

              C’est tellement gros comme témoignage d’une soit disant situation vécue !!!

              On y croit les neuneus, on y croit !

              Plus d’info : https://lc.cx/4AtV


              • oncle archibald 3 mars 23:12

                @Garibaldi2 : mais qu’est-ce qui vous ennuie autant ? Que j’ai retrouvé et donné le texte « incriminé » pour que chacun puisse le lire et se faire une opinion ? Et qu’est ce que le tribunal a jugé ? Un faux en écriture ou un texte soupçonné d’avoir un contenu homophobe ? Moi je vois le récit d’un mec qui prétend avoir été une fofolle en délire dans des boîtes gay et qui prétend ne plus l’être à ce jour, grâce à l’aide d’amis chrétiens. Ou est l’homophobie là dedans ? Qu’est ce qui est interdit par la loi ? De changer de « genre » mais dans ce sens seulement ? De mentir en inventant ce récit ? D’avoir des amis chrétiens quand on est homosexuel ? Précisez nous ou est le délit ! Il ne suffit pas de crier haro sur l’homophobie à partir de votre ressenti, il faut qu’il y ait dans cet écrit matière à constituer un délit.


              • Garibaldi2 4 mars 02:32

                @oncle archibald

                Le tribunal a jugé un texte dont il a estimé qu’il était ’’une provocation à la discrimination à l’égard d’un groupe de personnes à raison de leur orientation ou identité sexuelle’’. lire : https://fr-fr.facebook.com/stoprelaisinfos/posts/1270057466343566
                Le pasteur de la communauté (évangélique qui serait l’émettrice du tract), Johann del Zotto, s’insurge. ’’ Je n’ai jamais eu connaissance de ce papier. Je le trouve méprisable, je ne cautionne pas du tout. ’’ lire : http://www.sudouest.fr/2015/05/09/homophobie-au-courrier-1915800-937.php

                Le tract est titré : ’’Délivré de l’homosexualité’’, ça commence avec du lourd ! Vous pensez sincèrement que ce texte est l’authentique, alors qu’il est totalement caricatural et déballe tous les poncifs possibles.

                Aucun tribunal ne condamnerait quelqu’un parce qu’il a décrit son expérience personnelle, et que par exemple il estimerait qu’après avoir été homosexuel, étant maintenant hétérosexuel, il estimerait que sa nouvelle sexualité l’aurait libéré de ce qu’il estimerait être un poids. C’est sa vie, son ressenti.

                Quand JMLP qui dit ne pas croire à l’égalité des ’’races’’., c’est le droit de JMLP de le penser, et il a même le droit de dire qu’il pense ça. Mais dire qu’il y a une inégalité des ’’races’’ ça c’est un délit. Vous voyez l


              • Garibaldi2 4 mars 02:42

                @oncle archibald

                Désolé, gros bug, message parti en cours de rédaction !

                .....

                Le tract est titré : ’’Délivré de l’homosexualité’’, ça commence avec du lourd, qui a mon opinion a pesé dans la balance de la justice ! Vous pensez sincèrement que ce texte est authentique, alors qu’il est totalement caricatural et déballe tous les poncifs possibles (mais que vient faire la masturbation dans cette galère, c’est pour balayer large ?).

                Aucun tribunal ne condamnerait quelqu’un parce qu’il a décrit son expérience personnelle, et que par exemple il dirait qu’après avoir été homosexuel, étant maintenant hétérosexuel, il estimerait que sa nouvelle sexualité l’aurait libéré d’un poids. C’est sa vie, son ressenti.

                Quand JMLP dit ne pas croire à l’égalité des ’’races’’., c’est le droit de JMLP de le penser, et il a même le droit de dire qu’il pense ça. Mais dire qu’il y a une inégalité des ’’races’’ ça c’est un délit. Vous voyez la différence ?

                Vous voulez du ’’repenti’’ ... à votre santé (!) : http://www.promesses.org/arts/89p12-14f.html

                et même en images (!) : http://jesuschrist1.tv/emissions/un-jeune-homme-delivre-de-lhomosexualite-par-jesus-christ/


              • Pale Rider Pale Rider 4 mars 09:05

                @oncle archibald
                Je vous suis reconnaissant d’avoir exactement résumé ce que je voulais faire ressortir dans cet article.
                Le problème n’est effectivement pas que ce témoignage nous plaise ou non. Toute la question est de savoir s’il est délictueux. On attend le verdict en appel : il sera instructif sur l’état de notre société et sur sa conception de la liberté d’expression.


              • Pale Rider Pale Rider 4 mars 09:28

                @Garibaldi2
                Merci pour l’info sur la désapprobation du pasteur.
                J’ai moi-même eu naguère des problèmes avec des « électrons libres » qui, avec des distributions de ce genre, ont failli torpiller un groupe d’étude biblique que j’avais lancé, et qui fonctionnait très bien.
                Il y a donc une seule chose qui serait répréhensible : avoir donné les coordonnées du pasteur et de l’église sans leur aval. ça, ça pourrait aller en justice, car ce pourrait être considéré comme une usurpation de signature. Ce genre de comportement est totalement à proscrire. Si ces deux personnes voulaient diffuser ce tract, il fallait qu’elles le fassent sous leur responsabilité personnelle sans engager leur communauté.


              • alinea alinea 4 mars 10:14

                bo@Pale Rider
                Donc avoir honte de quitter le beau monde des partouzes gaies ?
                Tous les homosexuels ne sont pas des grandes folles qui traînent dans les boîtes !
                Il quitte une vie de débauche parce qu’il rencontre la spiritualité, et les curés s’en sentiraient offusqués ?
                C’est quoi ce monde ?


              • Chamiot 4 mars 12:02

                @Pale Rider

                Bonjour,
                ***On attend le verdict en appel : il sera instructif sur l’état de notre société et sur sa conception de la liberté d’expression*****

                Pourquoi ? Vous avez encore des doutes ou des illusions sur cette ignoble merde égalitariste (et son élite transnationale avide de déstructuration et de mondialisation, laquelle élite il n’est pas permis de la nommer, puisqu’elle a « pondu » des lois spéciales pour ça)

                Pour imposer ce qui est contre-nature, il faut beaucoup de lois et beaucoup de « tribunaux ». Sur le cas d’espèce, dans toute société normale (basée sur des valeurs saines = hiérarchiques), la pédérastie (masculine) a toujours été considérée comme un crime (parce qu’une atteinte à l’ordre social où le masculin est dominant, une insulte à l’image du masculin) et ses adeptes été l’objet du mépris le plus abyssal (d’où l’usage de l’insulte ultime « pédé » et du majeur dressé)

                Au fil des décennies j’ai eu la chance (douteuse) de voir, sans surprise, se dérouler le processus habituel  :
                - dépénalisation partielle, puis totale
                - tolérance officielle
                - promotion médiatique
                - protection légale
                - pénalisation des actes « anti » (ici anti-homos) : les circonstances « aggravantes »
                - pénalisation des opinions « anti » : délit d’opinion qui touche ici, c’est vrai, à l’ubuesque (un peu comme lorsque la carpette Pujadas se voit « accusé » d’antisémitisme !)


              • Garibaldi2 4 mars 12:25

                @Chamiot

                ’’la pédérastie (masculine) a toujours été considérée comme un crime (parce qu’une atteinte à l’ordre social où le masculin est dominant, une insulte à l’image du masculin) et ses adeptes été l’objet du mépris le plus abyssal ...’’

                Vous êtes bien inculte et devriez vous renseigner sur les pratiques ayant cours officiellement pendant la Grèce et la Rome antiques, à Sparte, chez les Celtes, au Japon, en Chine, en Océanie, en Créte ... Merci de m’expliquer en quoi un homosexuel est moins viril qu’un hétérosexuel ? Confondriez-vous les Village People avec une troupe de pom-pom girls ?

                Merci aussi de m’indiquer quelle loi criminalisait en France l’homosexualité entre 2 adultes consentants ?

                Quand à votre tirade sur l’utilisation de l’insulte ultime de pédé, dois-je vous rappeler que celle de con fait référence au sexe de la femme.


              • Chamiot 4 mars 23:55

                «  »@Garibaldi2
                **Vous êtes bien inculte**
                Humm... Quand (avec un d) on écrit comme vous ***Quand à votre tirade*** au lieu de « Quant à votre tirade » (les 2 mots n’ont vraiment aucun rapport !) on évite de critiquer ainsi.

                J’ignore, c’est vrai, les moeurs des Babouins ou des cannibales de Nouvelle-Guinée...
                Quant (avec un t !) aux Peuplades européennes antiques il ne s’agissait pas, pour ce qu’en connais, de votre singulière « homosexualité entre 2 adultes laids, barbus, vieux et consentants » mais d’un homme adulte qui s’offrait du plaisir avec un bel ado dans une relation asymétrique beaucoup plus compréhensible (chose alors évidente, que vous appelleriez aujourd’hui pédophilie, concept inventé récemment pour casser du mâle et du curé - où sont les rabbins pédos ?)

                Le crime de sodomie a traversé les âges en Europe (atteinte à l’ordre naturel des choses pour l’Eglise). Naguère encore en France, l’homosexualité était circonstance aggravante de l’exhibition sexuelle. Quand j’étais gamin police et justice n’emmerdaient pas les curés qui caressaient en privé (sans conséquence sociale) les têtes blondes, mais faisaient en sorte que l’ordre public ne soit pas troublé par 2 pédés en train de se bisouter au vu et su de la population (en privé, une société normale n’en avait rien à faire, tout comme, a fortiori, d’un père qui rendait un hommage vespéral à sa (ses) fille(s). A l’époque, charbonnier était encore maître chez lui et la justice s’attachait à la conservation de la structure hiérarchique de la société (mobile fonctionnel) et non à la traque des anciens dominants (mobile idéologique).

                ***dois-je vous rappeler que celle de con fait référence au sexe de la femme.***
                De l’eau à mon moulin, puisque traiter un homme de femme (d’homme raté, avec un vagin) est du même ordre que le traiter d’hommelette (de pédé, inverse, caricature d’un homme normal). Dans les 2 cas, c’est la virilité qui est sérieusement mise en doute, d’où l’insulte pour un homme...normal  smiley


              • Garibaldi2 5 mars 05:19

                @Chamiot

                Une faute d’inattention n’est point signe d’inculture, et quand on prétend donner des leçons aux autres, on commence par éviter d’écrire une phrase incohérente telle que : ’’ il ne s’agissait pas, pour ce qu’en connais, de votre singulière « homosexualité entre 2 adultes laids, barbus ...’’, et on soigne sa ponctuation !

                Je laisse aux autres forumeurs le soin d’apprécier votre bienveillante opinion sur les prêtres pédophiles, ainsi que sur les pères violeurs de leurs filles. Je doute fort que la chanteuse Barbara eût apprécié la vôtre concernant les assauts matutinaux et non sollicités de son père.

                Et comme vous me semblez un peu obtus, je me permets de penser que vous n’avez pas compris le sens de mon dernier paragraphe !

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès