Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Quand l’histoire officielle occulte les noms des responsables de la (...)

Quand l’histoire officielle occulte les noms des responsables de la collaboration de l’Etat français avec le régime nazi

L’histoire officielle semble occulter à dessein les noms des véritables responsables de la collaboration de l’Etat français avec l’Allemagne nazie... Pendant ce temps, l’action menée par Alain Lipietz, député européen (Vert), et sa famille à l’encontre de la SNCF et de l’Etat qu’il traîne en Justice pour « complicité de crime contre l’humanité » semble poser problème : peut-on, au nom de « la nécessaire repentance », attaquer les institutions, les entreprises privées, qui durent obéir aux ordres d’un Etat légitimé et institutionnalisé par un vote ? La question reste posée.

Selon Jack Dion, qui signe son article sous ses initiales : J.D. : « La ‘’repentance’’ a encore frappé »[1]... Mais, dans les faits, qu’en est-il exactement ?

A l’instar de ceux qui s’y sont frottés, sans succès, Alain Lipietz, député européen, et sa famille ont décidé de s’en prendre à la SNCF[2] et à l’Etat, qu’ils ont décidé d’assigner en Justice pour « complicité de crime contre l’humanité »...

Selon le député européen, « la SNCF aurait joué un rôle majeur : celui d’avoir transporté deux membres de sa famille vers les camps de Drancy avant leur transfert en Allemagne... »...

Si ces deux membres de la famille Lipietz ont eu beaucoup de chance du fait de la Libération de Paris intervenue avant leur transfert dans le camp d’Auschwitz, des milliers de juifs, mais aussi des résistants ou des membres de diverses minorités moururent dans d’atroces conditions dans tous les camps de la mort de l’Allemagne du IIIe Reich... Eux aussi avaient été transportés par la SNCF réquisitionnée par l’Etat français pour le bénéfice des dirigeants criminels du régime nazi : c’est ce qu’Alain Lipietz tente de faire comprendre en intentant ce procès qu’il espère salutaire pour la ‘’repentance’’...

Néanmoins, la démarche d’Alain Lipietz et de sa famille est très mal perçue par ce journaliste de Marianne...

S’interrogeant sur « la nécessaire repentance » invoquée par le député européen, Jack Dion en vient à se demander fort justement « si, après l’entreprise publique ferroviaire, la Police, la Gendarmerie, la Justice, le patronat, la paysannerie, la presse, le petit commerce ne vont pas être attaqués à leur tour au prétexte que beaucoup de leurs éléments sombrèrent corps et bien dans la collaboration »... Notre confrère va beaucoup plus loin lorsqu’il considère avec raison que « ce concept fourre-tout peut être dangereux, voire contre-productif » : en effet, comment peut-on s’en prendre à des entreprises publiques, à des services de l’Etat, alors qu’ils étaient constitutionnellement réquisitionnés par un gouvernement légitimé et légalisé par un vote[3] destiné à étouffer les libertés publiques et à servir le régime nazi pendant quatre longues et dures années ?

Mais, qu’en est-il réellement lorsque Jack Dion s’interroge sur le fait de savoir « à quoi sert une telle initiative, aujourd’hui, alors qu’on sait tout du nazisme, de Vichy et de la collaboration » ?

L’on en vient à se demander si la question de notre confrère est logique, dans la mesure où il utilise, pour reprendre ses propres termes, ce "dangereux et contre-productif concept fourre-tout" qui consiste à accuser à tort et à travers une ville, Vichy, d’être seule responsable d’une politique de collaboration avec l’Allemagne nazie au prétexte qu’elle fut la capitale de l’Etat français[4].

L’on en vient aussi à se demander si, à l’instar d’autres journalistes écrivant sur la IIe Guerre mondiale, Jack Dion ne se fait pas le complice de ceux qui, à dessein, occultent, au nom de l’histoire officielle, les noms des véritables responsables de la politique de collaboration avec l’Allemagne nazie menée par l’Etat français...

C’est comme si on voulait dissimuler à jamais les noms :

- du plus grand responsable de cette trahison : le maréchal Philippe Pétain, au prétexte qu’il fut le principal vainqueur de la Bataille de Verdun lors de la 1re Guerre mondiale 

- de Pierre Laval au prétexte qu’il fut deux fois président du Conseil et plusieurs fois ministre sous la IIIe République avant de passer définitivement dans le camp de la trahison ...

Darlan, Darnand, Bousquet, Pucheu, Déat, Doriot... et tant d’autres ministres, préfets ou hauts fonctionnaires... furent, aux plus hauts niveaux de l’Etat, de la Police nationale, de la Gendarmerie nationale, de la Magistrature ou du Corps préfectoral, les véritables responsables et instigateurs de la politique de collaboration menée par le maréchal Pétain... Devrons-nous aussi taire à jamais leurs noms, sous le prétexte que beaucoup d’entre eux eurent une conduite exemplaire et héroïque lors du premier conflit mondial...

Alors, il est facile de jeter l’opprobre sur la ville de Vichy au prétexte qu’elle fut, en tant que capitale de l’Etat français, le théâtre de la promulgation des lois les plus perverses et scélérates promulguées par un gouvernement jugé légitime par beaucoup de nations...

Non... Il ne s’agit en aucun cas de réécrire l’histoire !

S’il y eut bel et bien un gouvernement de l’Etat français installé à Vichy[5], il ne faudrait plus occulter à dessein les noms des véritables responsables de la collaboration entre l’Etat français et l’Allemagne nazie...

En ce sens, la lecture très attentive de la proposition de loi de Gérard Charasse, député de l’Allier, « visant à substituer, dans les communications publiques invoquant la période de l’État français, aux références à la ville de Vichy, l’appellation "dictature de Pétain" »[6], devrait être suffisamment explicite puisqu’elle incite à appeler un chat un chat... au nom, justement, de la « nécessaire "repentance" »... et de l’histoire !



[1] Marianne, Rubrique « Coups de projecteurs » : en Page 7 de son n° 474 [Edition du 20 au 26 mai 2006]

[2] Qui fut nationalisée en 1938

[3 ] Au cours de ce vote, qui, le 10 juillet 1940 accordait les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, 80 parlementaires, sur les 569 présents dans une grande salle Casino de Vichy, s’opposèrent avec courage à leurs collègues qui votèrent le projet gouvernemental destiné à déléguer le pouvoir constituant au gouvernement présidé par le maréchal Pétain.

[4 ] Dominique Dutilloy : « Quand la pensée unique revisite l’histoire au nom d’un néologisme », in Marianne, Rubrique « Le Journal des lecteurs » ; en Page 54 de son n° 459 [Edition du 4 au 10 février 2006]

[5] Et non un gouvernement de l’Etat français dénommé : « Gouvernement de Vichy » ou « Régime de Vichy »... !


Moyenne des avis sur cet article :  3.54/5   (145 votes)




Réagissez à l'article

104 réactions à cet article    


  • Scipion (---.---.103.48) 23 mai 2006 12:50

    Je ne suis pas sûr qu’il y ait vraiment une volonté de dissimulation... C’est peut être aussi une question de générations, mais je ne connais pas l’âge de M. Dion.

    Je me permets alors de vous faire observer, M. Dutilloy, que règne désormais un delirium anti-vychiste qui n’existait pas, me semble-t-il, dans les années 80. En outre, la lecture de livres et de journaux des années 60, montre qu’il y a une quarantaine d’années, la période s’abordait avec beaucoup plus de sérénité qu’aujourd’hui...

    Notre ami Courouve, qui est un observateur attentif des mouvements de la société, devrait pouvoir confirmer.

    A mon avis, cette hystérie est la conséquence de l’addition de quatre facteurs :

    - la permanence du Front national en tant que force politique incontournable,
    - le révisionnisme faurissonnien,
    - l’effondrement du communisme soviétique (que l’on pouvait considérer comme une circonstance atténuante de la Collaboration) et
    - le cinquantenaire de la libération d’Auschwitz...

    Je peux bien évidemment me tromper, comme dans toute analyse de ce genre.


    • Marsupilami (---.---.41.72) 23 mai 2006 13:16

      Ouaf !

      @ Scipion

      Pour une fois je suis d’accord avec toi, sauf sur la « circonstance atténuante de la Collaboration », qui est une ignominie dont tu es coutumier.

      Et il y en MARRE de ceux qui sans cesse reconvoquent le passé pour appeler les vivants du présent à la « repentance » ou au « devoir de mémoire » (ouaf !), surtout quand cela n’apporte rien aux connaissances historiques déjà acquises et indubitables - ce qui est le cas du régime collaborationniste pétainiste. Ça s’appelle retourner le couteau dans une plaie cautérisée et déjà refermée depuis longtemps. Et cela s’appelle aussi faire diversion pour éviter d’affronter les brûlants problèmes du présent... comme celui de l’immigration nord-africaine et de l’islamisme par exemple, qu’Alain Liepitz soutient aveuglément avec sa bonne conscience d’écolo-bobo irresponsable.

      Houba houba grrr...


    • frederickh (---.---.102.41) 23 mai 2006 21:37

      @Marcipulamichoseimmonde

      « Et cela s’appelle aussi faire diversion pour éviter d’affronter les brûlants problèmes du présent... comme celui de l’immigration nord-africaine et de l’islamisme par exemple, qu’Alain Liepitz soutient aveuglément avec sa bonne conscience d’écolo-bobo irresponsable. »

      Comme pollueure de ce forum, il n’y a pas pire ! Comment peut-on vivre, au quotidien, avec une telle haine ?

      Si « toutes les routes mènent à Rome... », Toute intervention de Marsuhaine mène à l’immigration, nazislam et autre débilités noséabandes.

      Quel formatage as-tu subit ?


    • Marsupilami (---.---.180.178) 23 mai 2006 21:47

      Ouaf !

      Aucun, sinon la rencontre avec le réel. Et je ne t’en veux pas de ta réaction d’ignorant : tu changeras peut-être d’avis.

      Houba houba !


    • RAMSAY (---.---.33.102) 24 mai 2006 08:04

      Il est triste de constater que :

      - Tout article sur la période du deuxième conflit mondial appelle immédiatement des commentaires relevant des dernières tendances xénophobes et/ou racistes.

      - Tout article à tendance xénophobe appelle de même à des commentaires invoquant en retour les formes de xénophobies et/ou racismes qui avaient cours autour de la période du deuxième conflit mondial.

      - Le parallèle que beaucoup relèvent entre le climat de ces deux époques - la nôtre et les années 30/40 -est donc tout à fait légitime. Les fantasmes sont par contre réactualisés car la détestation de l’Autre - il en faut toujours un - élément incontournable de recherche de cohésion des sociétés en crise se centre sur une autre cible : le Musulman Eternel ( .comme autrefois le Juif Eternel ).

      - Les nouveaux mythes sont ainsi.. l’islamo-gauchiste (ex judéo bolchevik), l’islamisation de la France (ex-enjuivement), l’islam criminogène ( ex Talmud criminel), etc..

      - Cette excitation des tendances haineuses n’est, malheureusement pas le monopole de l’extrême droite car des sociaux démocrates (autoproclamés) « réalistes » aiment à s’y joindre comme autrefois durant la période sombre de l’antisémitisme d’avant guerre. On leur avait répondu alors, avec raison : « L’antisémitisme, c’est le socialisme des imbéciles ». Que leur dire aujourd’hui ?

      - Les antisémites professionnels d’autrefois aimaient avancer des arguments imparables : collusion entre Moscou et Wall street, liste de noms pas bien français à des postes d’influence, caractère criminogène de la culture juive, meutres rituels lors du Sabbat, racisme « scientifique, puis avec la résistance contre l’occupant vint l’accusation de »terrorisme".. Que nous dit le racisme dominant aujourd’hui ?

      Pour rappeler une formule cent fois rebattue : « Le ventre est encore fécond d’où vint la bête immonde.. »

      RAMSAY


    • Scipion (---.---.47.201) 24 mai 2006 09:08

      « L’antisémitisme, c’est le socialisme des imbéciles ».

      C’est une de ces définitions à la con, dont se gargarisent ceux qui sont en panne d’arguments.

      Dans le Petit Larousse îllustré des années 20, l’antismitisme est défini comme la « doctrine de ceux qui estiment que les Juifs occupent une place trop importante dans la société ».

      Dans L’antisémitisme, son histoire et ses causes", Bernard Lazare, juif lui-même, écrit, dans la préface :

      Il m’a semblé qu’une opinion aussi universelle que l’antisémitisme, ayant fleuri dans tous les lieux et dans tous les temps, avant l’ère chrétienne et après, à Alexandrie, à Rome et à Antioche, en Arabie et en Perse, dans l’Europe du Moyen Âge et dans l’Europe moderne, en un mot, dans toutes les parties du monde où il y a eu et où il y a des Juifs, il m’a semblé qu’une telle opinion ne pouvait être le résultat d’une fantaisie et d’un caprice perpétuel, et qu’il devait y avoir à son éclosion et à sa permanence des raisons profondes et sérieuses.

      Puis, il en remet une couche au dénut du premier chapitre :

      Partout où les Juifs, cessant d’être une nation prête à défendre sa liberté et son indépendance, se sont établis, partout s’est développé l’antisémitisme ou plutôt l’antijudaïsme, car antisémitisme est un mot mal choisi (...)

      Si cette hostilité, cette répugnance même, ne s’étaient exercées vis-à-vis des juifs qu’en un temps et en un pays, il serait facile de démêler les causes restreintes de ces colères ; mais cette race a été, au contraire, en butte à la haine de tous les peuples au milieu desquels elle s’est établie. Il faut donc, puisque les ennemis des Juifs appartenaient aux races les plus diverses, qu’ils vivaient dans des contrées fort éloignées les unes des autres, qu’ils étaient régis par des lois différentes, gouvernés par des principes opposés, qu’ils n’avaient ni les mêmes mœurs, ni les mêmes coutumes, qu’ils étaient animés d’esprits dissemblables ne leur permettant pas de juger également de toutes choses, il faut donc que les causes générales de l’antisémitisme aient toujours résidé en Israël même et non chez ceux qui le combattirent.

      C’est con, comme ça nous met loin de l’« antisémitisme, socialisme des imbéciles », hein dis ?

      Alors, qu’est-ce qu’on fait ? On autodafise tous les exemplaires du dictionnaire qui, définissant l’antisémitisme, ne font pas référence à la Shoah ? Et on jette sur le même bûcher les restes de ce pauvre Bernard Lazare ?

      Après tout, il y a toute une gauche qui, à l’occasion de la guerre d’Espagne, a montré une réelle aptitude à fusiller les morts...


    • Marsupilami (---.---.188.59) 24 mai 2006 09:45

      @ Ramsay

      Ouaf !

      "Les fantasmes sont par contre réactualisés car la détestation de l’Autre - il en faut toujours un - élément incontournable de recherche de cohésion des sociétés en crise se centre sur une autre cible : le Musulman Eternel (comme autrefois le Juif Eternel).

      « Cette excitation des tendances haineuses n’est, malheureusement pas le monopole de l’extrême droite car des sociaux démocrates (autoproclamés) »réalistes« aiment à s’y joindre comme autrefois durant la période sombre de l’antisémitisme d’avant guerre. On leur avait répondu alors, avec raison : »L’antisémitisme, c’est le socialisme des imbéciles« . Que leur dire aujourd’hui ? »

      Tu me fais un mauvais procès d’intention. La notion essentialiste de « Musulman éternel » n’existe pas dans mon esprit et je n’ai aucune haine contre les musulmans en tant qu’individus. Par contre, je suis absolument contre l’Islam, cette religion intolérante, obscurantiste et moyennâgeuse qui fait peser sa chappe de plomb sur plus d’un milliard d’êtres humains.

      Je ne réponds pas à ta phrase « L’antisémitisme, c’est le socialisme des imbéciles » puisque Scipion (dont je ne partage pas les idées) l’a fait avant moi.

      Par contre, je pourrais te dire que « La sous-estimation du danger islamiste, c’est l’angélisme des imbéciles ». Ça te va ?

      Houba houba grrr...


    • RAMSAY (---.---.8.19) 24 mai 2006 10:14

      Monsieur Scipion,

      Ne devriez-vous pas, pour lire correctement, desserrer de quelques crans la jugulaire de votre casque modèle 1935 ?

      -  La citation de Bebel que j’ai reproduite n’avait aucunement pour but de donner une définition générale de l’antisémitisme - comme vous avez tenté de le faire - mais s’appliquait, comme l’avait fait ce socialiste allemand, à répondre aux sociaux démocrates qui s’égarent sur les pentes glissantes du racisme et de la xénophobie. De la fin du XIX° siècle aux années 50 fleurirent alors les doctrines visant à soustraire des militants des mouvements ouvriers et à les diriger vers le nationalisme en réduisant l’ennemi capitaliste à une fantasmatique ploutocratie juive tirant les ficelles et récoltant le bénéfice de l’exploitation des prolétaires.
      -  Ainsi NSADP ne signifiait-il pas Parti national socialiste des travailleurs allemands ?

      Cependant, je comprend que ce type de logique vous échappe. Votre weltanschuung semble préférer, à la problématique de la lutte des classes, la vision d’un darwinisme généralisé, opposant races et cultures dans une lutte sans merci.

      RAMSAY


    • RAMSAY (---.---.8.19) 24 mai 2006 11:00

      @ MARSUPILAMI

      Sincèrement désolé pour le procès d’intention, ce n’était pas mon but, mais, dernièrement, dans la discussion à propos de la reconnaissance du génocide arménien j’ai été choqué par une caricature représentant ce qui ressemble au fantasme du « Musulman Eternel. Rien n’y manquait : la djellaba, la barbe, le cimeterre et le coup de pied du « héro » salvateur boutant la « vermine » dehors..

      En plus - cerise sur le gâteau - ce post appelait à lutter contre la discrimination raciale. Je n’ai pu m’empêcher de faire le parallèle avec certaines caricatures de rabbins d’avant guerre. Sans doute s’agit-il du même dessinateur ?

      RAMSAY


    • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 24 mai 2006 11:19

      « Et cela s’appelle aussi faire diversion pour éviter d’affronter les brûlants problèmes du présent... comme celui de l’immigration nord-africaine et de l’islamisme par exemple, qu’Alain Liepitz soutient aveuglément avec sa bonne conscience d’écolo-bobo irresponsable. »

      Marsu, ça va, je commence à vous connaître, mais admettez qu’on aurait pu mettre la même phrase dans la bouche de scipion et le sens en aurait été différent... Tous les immigrés ne sont pas islamistes (pendant 70 ans, les flux migratoires étaient constitués d’Arméniens, de Polonais, d’Italiens... sans que cela soit des islamistes. Ceci dit, regardez Mayrig de Verneuil ou lisez ’Les ritals’ de Cavanna, vous verrez que les difficultés d’intégration existaient déjà à l’époque), tous les musulmans ne sont pas islamistes, vous vous êtes justifié ensuite un peu plus loin, mais admettez que cette phrase fait un peu peur si on ne connaît pas la personne qui l’exprime...

      Il peut y avoir péremption sur la période de l’occupation. Je ne parle pas d’amnistie, que les historiens continuent à faire leur boulot, mais bon, ça ne me choque pas de savoir qu’on a d’autres choses à faire actuellement que de chercher des cirminels de guerre qui ça se trouve sont décédés ou exilés depuis belle lurette... Priorité numéro 1 : l’emploi (parce que c’est surtout une manière comme une autre de noyer le poisson et de cacher l’incapacité de nos gouvernants à résoudre le problème du chômage), et numéro 2 : le respect de la loi 1905. C’est pas de l’angélisme, Marsu, c’est juste que ce que je souhaite en numéro 1, c’est un travail...


    • Marsupilami (---.---.32.123) 24 mai 2006 11:24

      @ Ramsay

      Ouaf !

      Excuses acceptées. Je précise que ce n’est pas moi qui ai posté cette caricature.

      Je comprends en partie ta réaction. Il est actuellement très difficile de critiquer l’Islam (et non les musulmans) sans se faire traiter de racisme (ce qui est idiot, puisqu’il y a des musulmans de toutes les ethnies et de toutes les couleurs) ou de chercheur de bouc émissaire. Et trop nombreux sont ceux qui se déclarent islamophobes alors qu’en réalité ce sont tout simplement des racistes anti-maghrébins. Je n’appartiens pas à cette salle engeance. Et tu peux remarquer que je dans mes posts je m’élève toujours contre toutes les formes de racisme. Récemment, j’ai même tancé Galilée, qui est juif et qui faisait du racisme anti-Allemand et anti-Polonais à cause du nazisme et des camps de concentration. La connerie n’a pas de frontières.

      Houba houba !


    • Daniel Milan (---.---.168.127) 24 mai 2006 11:36

      Alors toujours fidèle au poste, le Kagébiste sans frontière !


    • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 24 mai 2006 11:38

      Euh... Marsu, question sémantique, mais la religion des musulmans, tu l’appelles comment ?

      Les musulmans pratiquent l’Islam, les islamistes pratiquent l’islamisme. Tu n’es pas islamophobe mais ’islamismophobe’, et là, il n’y a vraiment pas de mal smiley.


    • Marsupilami (---.---.32.103) 24 mai 2006 11:49

      @ Ludovic

      Je sais, j’avance sur le fil du rasoir... mais j’ai un bon sens de l’équilibre et je ne suis pas sujet au vertige.

      « Priorité numéro 1 : l’emploi (parce que c’est surtout une manière comme une autre de noyer le poisson et de cacher l’incapacité de nos gouvernants à résoudre le problème du chômage), et numéro 2 : le respect de la loi 1905. C’est pas de l’angélisme, Marsu, c’est juste que ce que je souhaite en numéro 1, c’est un travail »...

      Je suis d’accord sur tes priorités, mais je ne les hiérarchiserais pas, puisqu’elles appartiennent à des domaines différents. Le problème de l’emploi relève de la politique économique, tandis que le respect de la loi de 1905 relève de la paix civile. Et rappelle-toi que les islamistes de l’UOIF, avec lesquels fricote le très communautariste Nicolas Sarkozy, essaient de manipuler cette loi pour faire financer la construction de mosquées et d’écoles coraniques par l’Etat républicain, ce qui est inacceptable.

      Nos églises et temples sont des monuments historiques la plupart du temps vides. Les mosquées, elles, sont pleines à craquer et répandent de plus en plus le poison de l’intolérance. Là est toute la différence et le problème fondamental.

      La loi de 1905 était un compromis pragmatique qui permettait une coexistence pacifique entre une chrétienté déclinante et l’Etat républicain. L’Islamisme, lui, est en plein développement : les circonstances historiques ne sont pas du tout les mêmes. C’est pourquoi j’estime nécessaire un toilettage profond de cette loi pour traiter de front et sans concession le problème de l’Islamisme... qui n’est jamais que la vitrine militante de l’Islam.

      Ensuite, tu oublies une autre priorité : la gestion de l’immigration. 70 % des immigrés ou candidats à l’immigration étant d’origine africaine, et pour la plupart musulmans, le problème de l’immigration et celui de la laïcité sont étroitement liés.

      Si les sociaux-démocrates ne s’attaquent pas de front, dans un esprit humaniste mais sans angélisme tiers-mondiste à ces trois priorités qui sont liées comme les doigts d’une main, alors ce sera l’extrême-droite qui s’en occupera, et là, il n’y aura plus aucune considération humaniste, mais un déferlement de haines identitaires et de racisme nauséabond. Sur ce sujet, un Strauss-Kahn est nettement plus crédible qu’un Fabius qui veut démagogiquement régulariser tous les sans-papiers.

      Houba houba !


    • bulgroz (---.---.22.178) 24 mai 2006 12:01

      Il va sans dire que j’adhère totalement aux dires de Marsu à tout point de vue. C’est d’abord pour moi un gain de temps et surtout un intérêt à toujours le lire.


    • Marsupilami (---.---.191.55) 24 mai 2006 12:08

      @ Ludovic

      La religion des musulmans, c’est l’Islam. La religion des islamistes, c’est aussi aussi l’Islam. Il est évident qu’il y a beaucoup de musulmans modérés (exemple : Ka, ma musulmette voilée préférée qui s’exprime avec sagesse, tolérance et drôlerie sur les forums d’Agoravox), mais il est tout aussi évident que l’Islam n’est pas une religion modérée (lis le Coran et des livres d’Histoire : c’est une évidence) et qu’il y a de plus en plus de musulmans pas du tout modérés (ceux qui s’expriment sur Agoravox sont particulièrement gratinés, comme celui qui écrivait récemment, et texto : « La laïcité est un terme typiquement français qui veut dire merderie et connerie ».

      Bref, les islamistes il faut s’en débarrasser. Vu que les musulmans modérés, qui devraient s’en occuper, sont quasiment inaudibles quand ils ne sont pas sournoisement complices, c’est à l’Etat républicain de les affronter sans aucun compromis.

      @ Daniel-chacal Milan le nazislamiste

      Canaille. Tu as réussi à placer ton petit post haineux au milieu de cette discussion entre gens sensés. Tu pues la haine.

      Houba houba !


    • Scipion (---.---.45.159) 24 mai 2006 12:30

      « De la fin du XIX° siècle aux années 50 fleurirent alors les doctrines visant à soustraire des militants des mouvements ouvriers et à les diriger vers le nationalisme en réduisant l’ennemi capitaliste à une fantasmatique ploutocratie juive tirant les ficelles et récoltant le bénéfice de l’exploitation des prolétaires. »

      On croirait entendre Radio Pékin à l’apogée de la productivité intellectuelle du Grand Timonier...

      Ainsi NSADP ne signifiait-il pas Parti national socialiste des travailleurs allemands ?

      Absolument, et il comportait même un courant de partageux frénétiques, qui n’ont pas tous été éjectés en même temps que Grogor Strasser ou liquidés en même temps qu’Ernst Roehm... Goebbels lui-même..., je crois savoir... Sans être absolument certain.

      Cependant, je comprend que ce type de logique vous échappe. Votre weltanschuung semble préférer, à la problématique de la lutte des classes...

      La lutte des classes, elle a tué cent millions de personnes, alors vous croyez pas qu’elle a plus faim, qu’elle est rassasiée ? En tout cas, elle devrait...

      « ...la vision d’un darwinisme généralisé, opposant races et cultures dans une lutte sans merci. »

      Sans merci, il ne faut pas exagérer. A toutes les époques, il y en a qui baissent le pantalon. Et dès que leurs effectifs dépassent un certain seuil, il n’y a plus de « sans merci » qui tienne. C’est drapeau blanc, reddition et collaboration...


    • Dejan (---.---.74.77) 25 mai 2006 11:23

      Bonjour, Qu’il est agréable de voir quelqu’un rappeler que NAZI est la contraction de « national-socialisme » et que l’emploi de ce qualifiquatif correspond tout à fait à la volonté pour ses initiateurs d’en faire une doctrine économique, sociale et politique plutôt de gauche. DORIOT, le grand Jacques et DEAT, le gars Marcel, entres autres ne s’y sont pas trompés. Donc quand j’entends nos intellos de gauche (oui je sais il y a pléonasme !!!!) s’appliquer à préférer l’appellation « nazi » à celle de « national socialisme » .... Demander par hasard à un lycéèn ou un étudiant la signification de NAZI.... Dejan


    • Yak (---.---.186.86) 25 mai 2006 11:33

      @Scipion .

      « Ainsi NSADP ne signifiait-il pas Parti national socialiste des travailleurs allemands ? »

      Presque, mais en français l’ordre des mots est inversé par rapport à l’allemand.

      La traduction exacte est « Parti socialiste national des ouvriers allemands ». (Arbeiter avait le sens d’ouvrier).

      NAZI est l’abrévation de NAtional-soZIalist, traduction socialiste national.

      NAZISMUS est l’abréviation de NAtional-soZIaliSMUS, traduction socialisme national.


    • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 25 mai 2006 19:40

      Scipion, contrairement à ce que vous pensez, je pense qu’il y a une volonté délibérée de dissimulation : c’est moi, et non Monsieur Jack Dion [Journaliste à « MARIANNE »], qui le prétend !

      A mon tour de vous faire observer qu’il ne règne pas de delirium anti-vichyste, pour la simple et bonne raison que je ne reconnais pas ce terme « VICHYSTE » issu, même s’il figure dans le dictionnaire, d’un raccourci de langage lamentable...

      Quant à ce delirium dont vous parlez et que je nommerais delirium anti-pétainiste, il existe bien : il est antérieur au désastre du 21 avril 2002...

      Ceci dit, je suis tout à fait en accord parfait avec votre analyse, que je partage malgré l’utilisation de certains termes impropres selon moi


    • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 25 mai 2006 19:47

      Scipion, contrairement à ce que vous pensez, je pense qu’il y a une volonté délibérée de dissimulation : c’est moi, et non Monsieur Jack Dion [Journaliste à « MARIANNE »], qui le prétend !

      A mon tour de vous faire observer qu’il ne règne pas de delirium anti-vichyste, pour la simple et bonne raison que je ne reconnais pas ce terme « VICHYSTE » issu, même s’il figure dans le dictionnaire, d’un raccourci de langage lamentable...

      Pour rappel, les noms se terminant par la terminaison « isme » ou « iste », supposent qu’il s’agit de philosophie politique ou d’adeptes de philosophie politique : que je sache, VICHY n’est pas une personne...

      Quant à ce delirium dont vous parlez et que je nommerais delirium anti-pétainiste, il existe bien : il est antérieur au désastre du 21 avril 2002...

      Ceci dit, je suis tout à fait en accord parfait avec votre analyse, que je partage malgré l’utilisation de certains termes impropres selon moi


    • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 25 mai 2006 19:47

      Scipion, contrairement à ce que vous pensez, je pense qu’il y a une volonté délibérée de dissimulation : c’est moi, et non Monsieur Jack Dion [Journaliste à « MARIANNE »], qui le prétend !

      A mon tour de vous faire observer qu’il ne règne pas de delirium anti-vichyste, pour la simple et bonne raison que je ne reconnais pas ce terme « VICHYSTE » issu, même s’il figure dans le dictionnaire, d’un raccourci de langage lamentable...

      Pour rappel, les noms se terminant par la terminaison « isme » ou « iste », supposent qu’il s’agit de philosophie politique ou d’adeptes de philosophie politique : que je sache, VICHY n’est pas une personne...

      Quant à ce delirium dont vous parlez et que je nommerais delirium anti-pétainiste, il existe bien : il est antérieur au désastre du 21 avril 2002...

      Ceci dit, je suis tout à fait en accord parfait avec votre analyse, que je partage malgré l’utilisation de certains termes impropres selon moi


    • Olga (---.---.1.121) 23 mai 2006 14:06

      Votre article - au contraire de ce que vous écrivez - ne fait que reprendre l’Histoire officielle imposée par De Gaulle depuis 1945.

      Sans Pétain - appelé par Paul Raynaud, le Présient du Conseil et nommé par la Chambre de Gauche issue du Front Populaire de 1936 - nous aurions eu un Gauleiter comme les polonais.

      Et il n’y aurait pas eu 70 000 juifs déportés mais 700 000 (voyez ce qui s’est passé en Pologne et en Hollande).

      Sans l’armistice, demandé et accordé par l’Allemagne, la France aurait été entièrement occupée dès 1940 et probablement contrainte de livrer sa flotte aux nazis.

      Nous aurions probablement perdu aussi l’AFN : en 1940 l’Allemagne aurait pu débarquer sans problème en Algérie, empêchant ainsi le futur débarquement allié en AFN et par conséquence le débarquement en Sicile.

      Je vous laisse deviner la suite.

      Avant de qualifier le Maréchal Pétain de « traître », commencez donc par regarder exactement ce qui s’est passé et par examiner le contexte de l’époque.


      • Marsupilami (---.---.41.72) 23 mai 2006 14:19

        Ouaf !

        @ Olga

        Encore une décervelée qui croit encore à la fable pétainiste de l’épée et du bouclier... à gerber.

        Houba houba grrr...


      • Olga (---.---.59.14) 23 mai 2006 15:10

        @Marsupilami

        Je maintiens.

        Je ne conteste pas qu’il y ait eu collaboration.

        Je ne conteste pas que certains aient fait du zèle, alors qu’ils auraient pu se contenter de faire ce qu’on leur demandait, voire de résister.

        MAIS :

        Si vraiment, le gouvernement de Vichy avait collaboré comme on l’a dit :

        Pétain, si vraiment il avait été un traître, aurait très bien pu :

        - ne pas demander d’armistice (voir plus haut les conséquences)
        - signer un traité d’alliance avec l’Allemagne (*) : il avait les pleins pouvoirs, rien ne l’aurait empêché de le faire
        - l’Armée française se serait trouvée face à l’Anglerre, soulageant ainsi l’Allemagne lors de la bataille d’Angleterre
        - la France aurait fourni UN GROUPE D’ARMEES pour la guerre à l’Est
        - l’Armée française aurait aidé l’armée allemande à repousser un éventuel débarquemt : lors du premier assaut les pertes alliées ont été telles qu’Eisenhower a hésité à lancer la seconde vague d’assaut ; quelques divisions françaises en plus, et c’était cuit pour les alliés.

        Et l’Europe serait restée nazie, et nous serions peut-être pas là pour en parler.

        * comme la Hongrie ou la Roumanie, avec la différence que la France de l’épque était une puissance bien plus grande


      • Jojo2 (---.---.255.244) 23 mai 2006 15:27

        Si ma tante en avait on l’appellerait mon oncle...

        Pétain a pris des mesures discriminatoire vis à vis des Juifs sans que les nazis le lui aient demandé...


      • Marsupilami (---.---.41.72) 23 mai 2006 16:09

        Ouaf !

        Mais qu’est-ce que tu as contre les Olga ?

        Houba houba !


      • (---.---.71.67) 23 mai 2006 16:11

        Euh, contrairement à la légende les pertes en vie humaines durant le premier jour du débarquement furent relativement faibles ( environ 7.000 morts du côté allié)...il faut dire que le nombre de soldats alliés engagés dans cette bataille n’était pas très élevé non plus ( environ 135.000 dont environ 50.000 combattants directs)...


      • Jojo2 (---.---.158.64) 23 mai 2006 16:52

        Olga mi honnête ?


      • Scipion (---.---.63.55) 24 mai 2006 06:52

        « Encore une décervelée qui croit encore à la fable pétainiste de l’épée et du bouclier... à gerber. »

        En général, je ne suis pas les liens installés par les intervenants - aussi par manque de temps... Je fais une exception, et je ne suis pas déçu... smiley)

        Il faut être sacrément gonflé pour renvoyer à une interview de cette fielleuse crapule judéo-stalienne de Joe Nordmann, qui a donné sa pleine mesure de dégueulasserie lors du procès Kravchenko !

        Ils sont bien, tes copains, Marsupilami... Pas à gerber... du tout... eux... Ben merde alors.


      • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 24 mai 2006 11:23

        Bon, on ne va pas refaire le procès de Pétain... Il a eu un procès, une accusation, une défense et en conclusion il a échappé à la peine de mort (au contraire de Laval et Tardieu), et été condamné à l’exil sur l’île d’Yeu. Comparé à ses collègues, il s’en est plutôt bien sorti, il a été jugé coupable avec des circonstances atténuantes. Point final.


      • RAMSAY (---.---.8.19) 24 mai 2006 13:48

        « Réduire Petain à la collaboration ? »

        La défaite a été pour Pétain une « divine surprise » dont il a su profiter pour tenter d’installer le type d’état dont il rêvait : une dictature autoritaire, antisémite et xénophobe sous l’égide du catholicisme le plus réactionnaire et sur le modèle de ce qu’avait mis en place son ami Franco sur les cendres de la république espagnole.

        Cela suffit à rendre ce personnage ignoble.

        « Son ami Franco.. » Franco et Pétain avait eu l’occasion de s’apprécier mutuellemnt durant la campagne contre la sécession d’Abd El Krim qu’ils menèrent au Maroc en parfaite « collaboration » et aussi durant les années où le « fusilleur de 1917 » avait été ambassadeur en poste à Madrid.

        Il fut doublé dans ses rêves d’une France cul-bénit et rurale par d’autres sur sa droite (Doriot, Deat..) qui préférèrent à partir de 1943, faire évoluer le régime vers quelque chose qui ressemblait plus au national-socialisme.

        Collaboration ou pas, le vieillard a mérité l’indignité nationale et sa place dans les poubelles de l’histoire..

        RAMSAY


      • Dejan (---.---.74.77) 25 mai 2006 11:27

        Merci Olga, Mais pour nos aligneurs de mots de ce forum, il est évident que vos idées « simplistes » ne valent même pas la peine d’être relevées. Je suis en toute simplicité d’accord avec vous. Dejan


      • Jojo (---.---.255.244) 23 mai 2006 14:13

        N’importe quoi. Personne ne blâme la ville de Vichy, bien connue pour ses sources bicarbonatées, et son joli tissu à carreaux...

        Quand à la repentance, on en a déjà discuté sur ce forum, c’est vrai qu’il y en a un peu marre de la forme qu’elle prend. Mais je ne vois pas qui, où, comment, pourquoi aurait dissimulé les nom de Pétain, Laval, etc...


        • Daniel Milan (---.---.168.91) 23 mai 2006 15:45

          Je pense qu’on doit avant tout regarder le présent et se tourner vers l’avenir au lieu d’instrumentaliser cette période de l’histoire... Les différents acteurs de cette période de l’histoire qui vivent encore ont plus de 85 ans, je ne vois pas l’intérêt que les médias, les politiques et autres, nous ressassent tous les jours les moment sombres d’une guerre qui a fait dans les 50 millions de victimes, dont beaucoup n’ont pas vraiment su pourquoi il étaient envoyés à l’abattoir, ni quelles valeurs il défendaient ! Dans les années qui suivirent la fin de la seconde guerre mondiale, l’épuration mise en place toucha des millions de personnes. Les chiffes exacts sont dans un Quid de 1992, je ne les ais pas en tête, mais il y eut en France, des centaines de milliers d’arrestations, des milliers d’exécutions sommaires et autant de condamnations à mort. Que pouvait-on faire encore de plus ? Et que pourrait-on faire encore « au nom de la Mémoire » ? Oui, dire que des innocents ont été aussi exécutés ou abattus, pour s’emparer de leurs quelques biens ! Et qu’il y a eu des résistants de la dernière heure qui ont passé au travers les mailles de l’épuration ! Dire également que des « libérateurs »/occupants ont fêté la « libération » en Algérie en réprimant dans le sang (en massacrant !)des révoltes d’algériens, à Sétif, en particulier !


          • Marsupilami (---.---.164.11) 23 mai 2006 17:05

            Ouaf !

            Et c’est toi, Daniel-chacal Milan, qui a pensé et écrit tout ça ? Incroyable. Tu as réussi à maîtriser la technique du copier-coller ? Je n’en reviens pas. Il doit s’agir d’une mutation neurobiologique majeure...

            Houba houba !


          • Daniel Milan (---.---.168.91) 23 mai 2006 18:55

            Ca m’arrive aussi de penser... quand je ne suis pas trop fatigué !...


          • (---.---.252.172) 23 mai 2006 15:50

            Bonjour,

            Je ne suis pas tout à fait d’accord avec votre note N° 3. Pétain avait effectivement reçu les pleins pouvoirs pour élaborer une constitution qu’un vote aurait du par la suite légitimer.

            Or ce vote n’a jamais eu lieu et Pétain s’est octroyé les pleins pouvoirs de gouverner.

            En outre :

            Certains disent que le gouvernement de Vichy était illégitime et De Gaule l’aurait reconnu juste pour dire que, la république de France n’ayant jamais cessé d’exister, il n’était pas nécessaire d’installer l’AMGOT et que la France pouvait fort légitimement participer à l’armistice. (Résumé très rapide)

            D’autres disent que Pétain rêvait de devenir le chef( roi, dictateur, etc) de ce qu’il restait du pays et qu’il n’aurait agi que dans ce sens.

            Jean


            • gem (---.---.117.250) 23 mai 2006 17:11

              Faut être précis : M. Lipietz n’a pas fait ce procès, il a seulement repris un procès de sa famille (de son père, à l’origine).

              Le seul reproche qu’on peut leur faire, c’est d’avoir attendu 2001 pour lancer ce procès. Mais, juridiquement, rien ne s’y oppose, à partir du moment où on a mis le doigt dans l’engrenage infernal de l’imprescriptibilité.

              Pour le reste, « wait and see ». J’attend avec impatience la plainte suivante, par exemple celle d’antillais descendant d’eclaves contre les ports d’attache de navires négriers.


              • Le porc clandestin (---.---.240.250) 23 mai 2006 17:38

                Et moi, j’attend avec impatience une plainte de la France contre l’Italie pour l’invasion romaine de -44 avec demande de réparations à la clé.

                P.S. : et aussi contre les anglais pour la guerre de cent ans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès