Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Quand la justice règle ses pendules sur l’heure de l’Elysée...

Quand la justice règle ses pendules sur l’heure de l’Elysée...

France : L’affaire Borrel, une preuve de l’extrême dépendance politique de l’injustice française et de la persistance structurelle de la déraison d’Etat.

« Indépendance de la justice » ? Voici une preuve (parmi bien d’autres) que la République française ne respecte pas ce principe républicain de simple bon sens... Je comprends la satisfaction (la consolation) de la veuve du juge Borrel : « L’Etat n’est pas contre la vérité ». Enfin... Quels combats menés par elle et d’autres (souvent ignorés par les médias et les politiques) depuis 1995 ! La justice retient enfin la thèse d’un homicide et non plus d’un suicide. Enfin...

medium_borrel_juge.jpg

Mais la clef du déverrouillage se trouvait dans le coffre-fort de la « raison d’Etat », donc de la déraison démocratique et de la négation de la justice. Même la chronologie affichée de ce déverrouillage illustre à la fois le primat du « fait du Prince », le caractère monarchique et arbitraire de notre pyramide judiciaire et l’extrême dépendance du pouvoir judiciaire.

C’est quelques heures après avoir reçu (devant les caméras, bien sûr) la veuve Borrel que, subitement, le procureur de la République (du roi) a publié un communiqué qui vaudrait analyse de texte à l’école de la magistrature : « Si la thèse du suicide a pu un temps être privilégiée, les éléments recueillis notamment depuis 2002 militent en faveur d’un acte criminel (...) Les expertises anthropologiques, médico-légales et de police scientifique concluent à l’existence de lésions osseuses sur le crâne et sur l’avant-bras gauche, faites à l’aide d’un objet contondant, et à la découverte de deux produits inflammables de nature distincte versés sur le corps. (....) Bernard Borrel était couché sur le sol lorsque les liquides ont été répandus sur sa personne de manière aléatoire », Comme tout cela est bien dit ; un « suicidé » qui réussit à s’assommer, à s’arroser, et à gratter une allumette...

Comme l’information circule vite : « Depuis 2002 » ! Le temps d’un mandat présidentiel... Comme la justice est rapide ! Douze ans d’enquête, cinq juges d’instruction, des pressions djiboutiennes sur RFI (pour déplacer un journaliste trop curieux), des résultats d’analyses (y compris ADN) non publiés et haussements d’épaules d’hommes de loi sans foi qui prenaient Elisabeth Borrel « pour une folle, aveuglée par son chagrin ».

medium_borrel_elisabeth.jpg

Dans ce communiqué, précisent les agences de presse, « le magistrat précise qu’il répond à une demande de la juge d’instruction chargée de l’affaire et ne mentionne pas l’Elysée ». Belle pudeur.

Le procureur ne se prononce évidemment pas sur la piste d’un meurtre commandité par le pouvoir politique de Djibouti, hypothèse soutenue par Mme Borrel. "En l’état, l’instruction vise à compléter ces éléments par des auditions et de nouvelles expertises afin, notamment, d’identifier les auteurs et de connaître leurs mobiles", conclut le communiqué. C’est bien, cela. Djibouti vaut bien qu’on attende encore... Elle est digne et belle, la France d’aujourd’hui.

medium_chirac_djibouti.jpg

Sans regretter le temps où ce « beau et grand pays » déclarait la guerre au peuple pour un coup de chasse-mouche sur un émissaire qui ne remplissait qu’un rôle de facteur, on devrait tout de même ouvrir une vraie enquête sur « les raisons du silence de l’institution judiciaire », pour reprendre la belle litote de Sarkozy...

Sur le site du Quai d’Orsay, on peut lire : « Djibouti accueille la première base militaire française à l’étranger (2 700 hommes). Cette implantation dans une zone stratégique (accès à la mer Rouge et au Golfe persique) constitue un relais pour des opérations de projection et un terrain d’entraînement en conditions arides. La signature, le 3 août 2003, de la convention sur la situation financière et fiscale des Forces françaises de Djibouti (FFDJ) pour une durée de dix ans inscrit dans la durée la présence militaire française à Djibouti. En vertu de cette convention, la France verse chaque année 30 millions d’euros à la République de Djibouti en contrepartie de la présence des FFDJ sur le territoire djiboutien. Plus de 4 000 ressortissants français vivent à Djibouti. » No comment, comme on dit sur Euronews.

Question subsidiaire et bien évidemment stupide : Combien d’"affaires Borrel", c’est-à-dire de dossiers dits « politiques » classés sans suite au mépris des règles les plus élémentaires de la justice, sur « ordre » des grands décideurs de la « déraison d’Etat » et avec la complicité lâche de magistrats prisonniers d’un système qui favorise la soumission à l’arbitraire ?

medium_justice_indépendance.JPG

A ce stade, Chantal Cutajar ne manquerait pas d’évoquer les mille et un dossiers liés aux "affaires politico-financières" et à "l’argent sale". Elle aurait raison. La déraison d’Etat se manifeste surtout de nos jours dans ce secteur de l’économie criminelle. Allô, Eva Joly ? Allô, Denis Robert ? Mais où est donc passé "l’appel de Genève" ? Et qui connaît encore le "manifeste de Strasbourg" ? Aucun rapport avec Djibouti ? Non, mais...

La vraie « ouverture politique » consisterait, non à plagier partiellement, avec perversité, les exhortations (si décriées durant la campagne présidentielle) de Bayrou pour un « gouvernement de rassemblement », mais à reprendre les proposition concrètes du même Bayrou sur l’indépendance de la justice. Puisque c’est le seul qui faisait preuve d’audace et de raison dans ce domaine-là. Un domaine où nos partenaires européens ont de grandes leçons à nous donner, même si la formule de Georges Brown, l’ancien ministre britannique, reste sans doute vraie : "Tous les Etats ont des cadavres dans leurs placards".

medium_saint_louis.jpg

Mais l’image de saint Louis rendant la justice sous son chêne est sans doute trop prégnante dans nos esprits... Même si nous ne sommes que très rarement gouvernés par des saints !

Au fait, si Chirac a étouffé ce dossier que Sarkozy vient de sortir des oubliettes de l’injustice d’Etat, on ne lui demande aucun compte ? Je dois vraiment être resté très naïf....

Daniel RIOT


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • sergeï 21 juin 2007 15:07

    En démocratie tout part du peuple et revient au peuple et ce dernier a forcément les dirigeant et l’Etat qu’il mérite. Ces derniers sont les reflets fidèles de la hiérarchie des valeurs dominantes et force est de constater que l’exigence de justice et d’impartialité de l’état n’est pas prioritaire.

    Bien sûr, tout le monde vous dira le contraire et se déclarera indigné de l’affaire Borrel ou d’autre identiques ... mais qui sera prêt à un action concrète sur ce thème, à sacrifier un week end, à s’allonger au milieu d’un carrefour pour marquer cette indignation ? Pas grand’monde en vérité... Par contre, modifiez quelques règles concernant la circulation automobile (ex ; les codes en villes)ou une catégorie d’usagers et vous aurez le week end suivant un pays en ébullition ett des hordes de sans colottes déchainés prêts à en découdre.

    Qu’on le veuille ou pas, la réalité est bien celle-là : il y a un monde entre les valeurs affichées et celles qu’on est prêt à défendre rééllement. Et les politiques ont forcément intériorisé cettte réalité et cette indulgence inavouée.

    Dans le peuple, cette indulgence se travestit en fatalisme goguenard : mais mon pauvre ami, il en a toujours été ainsi et ce n’est pas prét de changer, tous des salauds (ou presque)...et chez les dirigeants en cynisme assumé. D’ailleurs, il existe dans notre pays une tendance à ce qu’on pourrait appeler une « historisation »des dirigeants qui tend à les absoudre de leur part d’ombre.

    D’un ancien dirigeant on dira : ce fut un « grand » homme d’état avec sa part d’ombre et de lumière, de succés et d’échecs, d’erreurs et d’intuitions justes...Bref, il a compté pour l’histoire du pays.On fait une sorte de « package », de bilan historique au sens comptable.

    Cette façon de juger, qui se veut scientifique et neutre est en elle même pertinente mais le problème est que les dirigeants, à mon avis, se jugeant par avance de « grands » hommes ont tendance à l’anticiper et à ne juger leurs décisions qu’à l’aune de leur futur bilan global et non par leur valeur morale intrinsèque. D’une certaine façon, la finalté historique de leurs actes, c’est à dire leur consécration personnelle, justifie certains actes douteux, qu’on leur padonnera sans doute plus tard au nom de tout le reste.

    Le problème, pour quelqu’un comme Monieur Chirac par exemple, c’est que la maigreur du bilan et de sa contribution à l’Histoire risque de ne pas masquer la gravité de certains actes. François Mitterrand a eu le bon goût, oserai-je dire pour répondre à l’objection que je vois pointer, de décéder et de se contituer historiquement avant que les foudres du jugement publicne lui tombe dessus. Au Etats Unis, le peuple est beaucoup moins indulgent vis à vis de la moralité des actes des dirigeant politiques et on devrait s’en souvenir à l’heure où l’on s’oriente vers un système présidentiel « à l’américaine ».


    • claude claude 21 juin 2007 16:19

      bonjour,

      « Comme tout cela est bien dit ; un « suicidé » qui réussit à s’assommer, à s’arroser, et à gratter une allumette... » il avait peut-être pris une assurance-vie à ne verser qu’en cas de suicide simultané avec tous ces moyens : le juge borel voulait absolument ne pas se rater... smiley

      merci pour cet article qui pointe une fois encore, le doigt sur les égouts de la république. chaque président, de gaulle inclu, trimballe quelques casserolles derrière lui, reste à savoir quelles seront celles du petit nicolas...


      • Adama Adama 21 juin 2007 19:34

        Rien que pour cette affaire ,merci Sarkozy.


        • sergeï 22 juin 2007 10:36

          Disons que la bienpensance a changé de camp... Ou parlons plutôt de pensée systématique : c’est le même travers de pratiquer la louange systématique que la critique systématique et aussi de penser que forcément toutes les critiques adressées à Monsieur Sarkozy le sont par des raleurs automates de gauche ...

          C’est vrai que l’attitude de Monsieur Sarkozy vis à vis des affaires « oubliées » doit être portée à son crédit et que ses succés en politique étraangère doivent être ou devront être reconnus et replacés dans leur contexte.

          C’est vrai aussi, à mon sens, que lorsqu’il aura réussi son « pont d’arcole »,ou sa campagne d’Egypte il sera tenté d’utiler le prestige qu’il en aura recuilli pour son pouvoir personnel : c’est un risque possible compte tenu de sa personnalité et de son style d’action et qu’on peut craindre que cette politique ne soit pas trés indulgente vis à vis des plus fragiles et des plus démunis dans cette société. En formulant cette crainte, je ne pense pas proférer de dangereux propos extrémistes ou insensés. ...


          • petitcurieux 27 juin 2007 14:34

            Liens particulièrement édifiants sur l’état de « notre » (enfin, à ce qu’il paraît !) justice :

            http://www.dailymotion.com/visited/search/roche/video/xbz4_affaire-allegrele-scandale-roche

            http://www.politiquedevie.net/Justice/AffairePierreRocheMars2005.htm

            http://www.affaireroche.com

            Vous m’en direz des nouvelles !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès