Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Quand la « racaille » met les voiles...

Quand la « racaille » met les voiles...

La mer se révèle souvent une excellente éducatrice pour les jeunes qualifiés de difficiles, non insérables. Une expérience vient d’être saluée pour avoir permis à des jeunes « dans la galère » de voguer en apprenant les règles de la vie sociale.

"Lorsque le vent soufflera, je repartiras. Dès que les vents tourneront nous nous en allerons..."

C’est un gendarme qui eut l’envie de devenir éducateur pour prévenir les risques de récidive des jeunes primo-délinquants. Le concept lancé en 2003 a porté ses fruits. Sur 47 adolescents qui ont appris à naviguer, seuls 3 ont récidivé. L’initiative vient d’être couronnée du prix Solidarité Reader’s Digest et France Bleu.

Gérard Bourdet est gendarme à Valognes et depuis 2003 éducateur et président de l’association "Voiles écarlates" qui travaille de concert avec le juge des enfants et le conseil général ainsi que d’autres partenaires institutionnels. Il se voit confier des mineurs placés sous protection de justice ainsi que des adolescents faisant l’objet de mesures de réparation pénales. Ces derniers se voient attribuer des tâches diverses : nettoyage de ports, protection du littoral, carénage des bateaux, etc.

"Ma profession de gendarme m’ayant permis de constater à maintes reprises que la mise en détention de mineurs n’est pas la meilleure solution pour la majorité d’entre eux, ces derniers récidivant, je suis de ceux qui pensent (ainsi que les bénévoles qui m’entourent) qu’il faut trouver une alternative à l’emprisonnement et laisser une chance au jeune de se racheter."

Voir le site de "Voiles écarlates".

Mais de telles initiatives ne sont pas forcément réservées à des jeunes difficiles. Elles peuvent aussi accompagner l’insertion sociale de majeurs.

La Boudeuse à la rencontre des "peuples de l’eau"

En juin 2004, La Boudeuse et son équipage se lancent dans un vaste tour du monde sous le haut patronage de l’UNESCO. Ils sont allés à la rencontre de peuples des îles mal connus ou difficiles d’accès : les indiens Yuhup, les Pascuans, les Rapa Nui, les peuples polynésiens d’atolls perdus...

La Boudeuse a accueilli à son bord des jeunes : des majeurs ici, âgés de 18 à 25 ans, qui ne sont pas des délinquants mais qui sont issus de collectivités locales associées au projet et intégrés au programme jeunesse de la mission.

Découvrir le programme jeunesse de La Boudeuse sur le site la-boudeuse.org.

Quand survient le drame

Le célèbre juge des enfants Jean-Pierre Rosenczveig a exprimé en 2003 des réserves et conseils de précaution à prendre pour les séjours de rupture en mer. Son article fait suite à un drame survenu cette année-là sur le bateau géré par une association :

"Quelques remarques générales s’imposent de ma part qui recoupent les questions posées et peuvent éventuellement être utiles au débat."

Parti en Zambie le 24 février 2003 pour effectuer ce que les services sociaux appellent un "séjour de rupture", un garçon de 15 ans de la région brestoise, y est décédé le 17 mars. Il était devenu le souffre-douleur de son groupe qui comptait huit autres mineurs en difficulté et a subi des violences. L’encadrant du séjour, âgé de 39 ans, fut mis en examen pour "séquestration et violences aggravées sur personne vulnérable" et écroué le 9 avril à Brest. Selon les dires de garçons du groupe, il aurait encouragé et même participé à certains faits.

Jean-Pierre Rosenczveig avait alors réagi à l’événement et rappelé quelques principes dans un entretien avec Le Parisien du 19 avril 2003 :

A la question "Faut-il encourager les séjours de rupture  ?", le magistrat répond qu’il faut examiner au cas par cas et adapter. Il déclare : "Je ne suis pas sûr, en l’occurrence, que Cyril devait être envoyé si loin", mettant en garde aussi sur la tentation d’encadrement et d’un suivi au rabais quand l’enfant est loin. L’éloignement ne suffit pas en soi. En revanche, il n’est pas surpris par le fait que « l’éducateur » sur place n’était pas diplômé. Dans le secteur de l’enfance en danger, il est parfois fait appel à des non-professionnels, souvent très compétents mais qui offrent toutes garanties sur la qualité du séjour. Le juge pointe le danger de l’essor d’un véritable marché de l’enfance en danger. "Financièrement, c’est un secteur qui pèse très lourd : au moins 35 milliards de francs (5,34 milliards d’euros). Il peut se révéler très lucratif pour les structures qui y interviennent, même s’il est rare que les intervenants en profitent individuellement."

Aujourd’hui, les leçons ont été tirées et le succès de la mission "Voiles écarlates" le prouve.

Documents joints à cet article

Quand la « racaille » met les voiles...

Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 31 janvier 2008 09:55

    Voila l’exemple type de ce qu’avait produit la goche caviar au pouvoir

    Les voyous font du bateau et les victimes sont oubliés !

    Il faut arrêter de financer avec des aides publics ce type d’association,car les voyous ne méritent aucunes compassions ni aucunes aides

    Comme vous le rappelez ,c’est avant tout du bizness qui se cache derrière ce type d’association dont "arche de zoé" etait l’exemple type

     

     


    • La Taverne des Poètes 31 janvier 2008 09:57

      "Pendons-les haut et court !" Et pour les pédophiles "Qu’on leur coupe les couilles !"

       


    • La Taverne des Poètes 31 janvier 2008 10:00

      Lerma, si vous étiez moins bête, vous auriez lu l’article et remarqué que ce ne sont pas, pour la plupart, des voyous. Les jeuens majeurs sont en insertion sociale sur la "Boudeuse". Les autres sont des primo-délinquants seulement et ne sont pas des voyous vu que justement ils ne récidivent pas. Contrairement à vous qui récidivez chaque jour dans vos commentaires idiots malgré les appels à la raison de tout l’Agoravox !

       


    • patrice69 patrice69 31 janvier 2008 10:29

      Lerma, il est certe scandaleux que l’on néglige à ce point les vicimes. Nous sommes d’accord.

      Mais pour le reste, la taverne des machins n’a pas tort. On fait quoi, on zigouille tout le monde.

      Franchement, c’est un propos irresponsable.


    • Zalka Zalka 31 janvier 2008 10:29

      C’est sûr, l’ancien gendarme qui s’occupe de cette assoc est un affreux gauchistes libertaire ! qu’on le brûle avec les racailles de son bateau !

      Il doit être super vieux le type qui a connu une journée sans que Lerma dise une connerie

       


    • La Taverne des Poètes 31 janvier 2008 10:47

      Pas "des machins", patrice69 : "des poètes" ! Tout simplement, des poètes.


    • masuyer masuyer 31 janvier 2008 20:33

      Je trouve que la puissance comique de Lerma est sous-estimée, qu’elle soit volontaire ou involontaire. C’en est même presque dangereux, j’en suis tombé de ma chaise et ai failli m’étouffer.

      Je le plusse.


    • patrice69 patrice69 1er février 2008 09:47

      "Pas "des machins", patrice69 : "des poètes" ! Tout simplement, des poètes. "

      Milles excuses.


    • Zalka Zalka 31 janvier 2008 11:22

      Seb, lisez bien l’article : "C’est un gendarme qui eut l’envie de devenir éducateur pour prévenir les risques de récidive des jeunes primo-délinquants. Le concept lancé en 2003 a porté ses fruits. Sur 47 adolescents qui ont appris à naviguer, seuls 3 ont récidivé. "

      C’est bien connu, les gendarmes sont d’affreux gauchistes libertaires qui méprisent le droit et sont pour le laisser aller. Et puis 44jeunes qui ne seront pas des délinquants, c’est nul ! si on les avait tous pendus par les couilles, il n’y aurait pas eu derécidive !


    • La Taverne des Poètes 31 janvier 2008 11:51

      Un vol à l’étalage : hop pendaison ! Poursuivons dans cette direction : un pet de travers de Seb59 sur Agoravox et hop je lui transperce le bide. Vous êtes décidément magnifique Seb59.  Avec vous chacun aurait une arme et tirerait dans le tas.


    • Zalka Zalka 31 janvier 2008 13:31

      Ce que vous êtes incapable de comprendre c’est que le combat contre la délinquance (et donc pour la sécurité des citoyens) ne passe pas QUE par la repression. Bien sûr, il faut des flics, bien sûr, il faut punir. Mais il faut aussi éduquer et prévenir.

      Cet initiative s’adresse à des jeunes qui se sont fait choppés pour la première fois pour de graves conneries, mais ils sont récupérables sans la cas prison. Les statistiques le prouvent : les récidives sont plus rares. Ce qui signifie que si on les avait simplement envoyé en taule ou mis au travaux forcés, ils auraient recommencés, engendrant ainsi des préjudices supplémentaires.

      Par ailleurs, ce ne sont pas des vacances type : transat, pétard, glandouille. C’est un voyage formateur, avec une discipline importante. Le principe est de les mettre dans la situation ou un manquement à la discipline est dangereux pour eux, de les rendre responsables de leurs actes. C’est la première étape pour vivre en société.

      Enfin, si après ce stage, ils récidivent (cas très faible), et bien, qu’ils payent donc de manière conventionnelle leurs délits.

       

      Mais continuez donc avec vos raisonnement simplistes. Parler de "vacances payées" est tout simplement idiot. Avec vos méthodes, la criminalité explosera sans aucun doute.


    • masuyer masuyer 31 janvier 2008 20:37

      Je ne sais pas à quoi ça tient, il faudra peut-être un jour analyser ça, mais Seb59, dont les commentaires n’ont rien à envier en terme d’ineptie à ceux de Lerma, ne déclenche pas la même hilarité.

      Ah ! les mystères insondables du talent


    • JL JL 1er février 2008 10:12

      @ Masuyer : peut-être parce que Lerma nous devient familier ?


    • masuyer masuyer 1er février 2008 10:51

      JL,

      je ne crois pas que l’explication est là. Il y a quelque chose dans le style :

      Voila l’exemple type de ce qu’avait produit la goche caviar au pouvoir

      Les voyous font du bateau et les victimes sont oubliés !

      Honnêtement, je pense franchement que Lerma est plutôt quelqu’un qui parodie un certain type d’intervenants. Le plus drole étant que maintenant, il est lui même parodié (voir le simulateur de commentaires Lerma de Gasty).

      PS : j’ai répondu à votre question sur le fil de l’article de Léon concernant les manuels d’économie. Bonne journée


    • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 31 janvier 2008 11:19

      Vous voulez faire un tour en bateau gratis, sans contre partie : bruler des voitures, frapper des gens, cracher sur la république, en plus vous aurez le droit à une mjc toute neuve à démolir.


      • chico_du_33 31 janvier 2008 11:41

        dans quel monde on vit pour lire des commentaires aussi réactionnaires et pleins de haine.

        Si la prison était la solution de tous les problèmes, ça se saurait.

        Vous devez être de ces gens qui veulent aussi, comme Mme Dati, qu’on enferme les gens, qui ont purgé leur peine, au nom du principe de précaution....


        • chico_du_33 31 janvier 2008 11:50

          c’est vrai qu’enfermer des délinquants, des criminels, des violeurs, des assassins ensemble constitue une véritable solution pour que ces personnes puissent changer (enfin si vous considérer que quelqu’un peut changer et se repentir de ses actes)...

          ça me parait logique que leur montrer autre chose que la misère de la banlieu ou de la prison peut les aider à s’en sortir.

          Mais bon vous avez raison, peut etre qu’il faudrait tout simplement rétablir la peine de mort, ça nous éviterait à avoir a chercher des solutions !


        • Zalka Zalka 31 janvier 2008 13:44

          Seb59, le séjour sur ce bateau n’a rien de vacances. Ce n’est pas un loisir, c’est un stage de réinsertion à la dur. L’homme qui les organise est un gendarme, donc un homme qui a consacré sa vie à la sécurité de ses concitoyens, et qui face à la délinquance a compris que des primodélinquants pouvaient être récupérés d’une autre manière que par la prison. Je ne doute pas que cet homme n’ai aucuns états d’âme face à des multi récidivistes. Cela ne l’empêche pas de sauver des gamins de la délinquance (et donc d’honnêtes citoyens ne seront pas agressés) grâce à un bateau.

          Votre argumentation fait très troglodytes : "Toi taper moi ? Moi taper toi !" Impossible pour vous de voir plus loin et de comprendre que la prison automatique dès la première incartade provoque une récidive plus importante que ce genre de stage. Bref, vous préférez une méthode qui provoquera plus de crimes dans le futur.

          Et l’exemple, me direz vous ? Mais il y a toujours eu de la criminalité, même lorsqu’on pendait pour vol de pommes ! Alors l’exemple ne vaut rien. Vous nierez certainement qu’avant il y eu autant (voir plus) de criminalité qu’aujourd’hui, mais c’est une habitude chez les attardés nostalgiques d’un "avant" qu’ils fantasment.

          Je défend les voyous ? Non. Jamais. Je défend une méthode qui donne de meilleur résultat.


        • masuyer masuyer 31 janvier 2008 23:41

          Mais Zalka,

          le fait même qu’il puisse y avoir un poste de télévision dans une cellule est une honte dans la système de pensée d’un Cris Wilkinson ou d’un Seb59. Peut-être que parce que la pire punition serait pour eux d’en être privés

          Ils font partie de ces gens qui même sous Pinochet, Staline, Pol Pot dénoncerait le laxisme des autorités. Et le mêmes vous diront que les Africains sont des sauvages, "t’as vu au Tchad, ils ont les travaux forcés".

          .

           


        • masuyer masuyer 1er février 2008 11:35

          La "méthode tapette".

          Tu es vraiment affligeant mon pauvre Seb, en fait je te plains sincèrement. si, si.


        • La Taverne des Poètes 1er février 2008 11:55

          Pour avoir traité un gendarme de "tapette" c’est quoi le tarif ?


        • Didier B Didier B 31 janvier 2008 11:51

          Ca fait plaisir de voir qu’il y a des gens qui croient encore que tout n’est pas perdu.

          Il est toutefois dommage de constater que ces initiatives sont privées alors qu’il est du rôle de l’état de veiller à la cohésion de la société (par l’insertion ou la réinsertion)

          @ La Taverne

          Dommage que votre article se finisse sur une négative, ca casse le rythme et ca nuit peut etre au message.


          • La Taverne des Poètes 31 janvier 2008 12:56

            La recherche de la présentation uniquement positive n’est pas forcément un gage d’objectivité. Mais est-ce vraiment une note négative ou la simple information d’un fait qui a son importance ?

             


          • La Taverne des Poètes 31 janvier 2008 12:57

            Sur l’autre point : les intiatives sont privées, mais les fonds sont publics.


          • ze_katt 31 janvier 2008 12:47

            Faire un voyage sur un bateau a voile est loin d’être une sinécure. Il y a énormement de travail pénible à faire à la main pour que le bateau puisse avancer.


            • Marc Bruxman 31 janvier 2008 13:19

              A Seb et Lerma,

              De toute façon vous paierez pour ces délinquants que ce soit la prison ou le séjour en bateau. Ce dernier vous parait plus agréable et vous aimeriez que les délinquants en chient ! Soit !

              Mais la prison n’est pas censé être une fin en soit et si le taux de récidive est effectivement supérieur avec la prison qu’avec le bateau alors on doit en déduire que le bateau est une solution efficace.

              Pour beaucoup de jeunes "racailles" le problème est avant tout un manque complet de repères sociaux. Il est encore possible de les reconstruire si on agit au premier acte de délinquance. Par contre si l’on attend que le délinquant soit à la cinquiéme récidive

              Donc je vous rappelle qu’un primo délinquant ado n’est en général pas condamné à de la prison ferme et que si le séjour en mer peut aider à éviter la récidive c’est une bonne chose car cela évitera de créer des victimes supplémentaires.

              La dessus, il faut se fier aux chiffres plutot qu’à l’émotion. Même si je ne doute pas que certains "humanistes" qui voudraient voir "le droit des victimes respecté" ne se seraient pas offusqués si on leur avait dit que les "racailles" étaient fouettées au chat à neuf queues sur le bateau et que les récalcitrants étaient jetés au requins avec un bandeau sur les yeux ;)

              Bref, un peu de réflexion et moins d’émotions des fois cela ne fait pas de mal.

               

               


              • jzk 31 janvier 2008 13:50

                Ah làlà, que d’énergie dépensée pour légitimer, protéger, encenser la racaille.

                On est vraiment un pays de bonnes poires. La vraie question est : "pourquoi arrêterait il leurs conneries ?"

                Ben oui ils ont tout à gagner à continuer, il y a plein de bonnes âmes dans ce pays pour tout laisser passer. Bien entendu ce sont des gens qui ne vivent pas en quartier sensible comme moi.

                Payer avec mes impôts une croisières aux mecs qui m’ont cambriolé, menacé ma copine et ma soeur de viol m’écoeure. Mais comme statistiquement les bandes mous ont prouvé que c’était meilleur que la prison, on va continuer à entretenir la délinquance avec le sourire.
                Payons pour ces arriérés qui n’ont pas été éduqués, on est bon qu’à ça dans ce pays. En plus le bateau c’est romantique. C’est ça qui a du inspirer notre grand romantique de la Taverne des pouet.


                • La Taverne des Poètes 31 janvier 2008 14:03

                  JZK : "des gens qui ne vivent pas en quartier sensible comme moi." Je vis aussi en zone sensible. J’y ai vécu longtemps comme pauvre avant d’y vivvre comme représentant de la classe moyenne. Et je n’ai pas trouvé que le passage à tabac et le mépris étaient de bonnes méthodes ni la prison. Personne n’a prévu de généraliser la croisière pour les délinquants sauf dans vos fantasmes. Et une croisière avec un gendarme sur un bateau à l’ancienne où le boulot ne manque pas, ce n’est pas vraiment "La croisière s’amuse". On voit bien que vous n’avez jamais essayé la navigation et l’entretien de bateau.

                  Cela coûte plus cher à la collectivité de réprimer aveuglément et de générer la récidive et la révoltes de masse.

                   


                • La Taverne des Poètes 31 janvier 2008 14:07

                  Et j’ajoute qu’il faut aussi des "pouets" pour imaginer l’avenir et pas seulement des Attali et des Sarkozy. Et je suis fier d’être "pouet" !


                • Zalka Zalka 31 janvier 2008 16:12

                  Bandes mous ? Pauvre con... On peut se comporter de manière pragmatique et choisir une méthode des résultats, ou on peut être un cromagnon et continuer à taper la montagne en espérant qu’elle s’effondre.

                   

                  1. vous voyez un encensement de la racaille là où il n’y a qu’un hommage à l’initiative d’un gendarme. Une initiative qui marche et qui a permis à un certain nombre de jeunes de ne plus être délinquants
                  2. vous voyez une croisière, là où il s’agit d’un stage sur un vieux voilier avec le travail que ce la représente : un travil accompli par les jeunes, et pas par des gentils monos.

                  Vous êtes donc d’une malhonnêteté affligeante, car je ne crois pas que vous soyiez stupide au point de confondre un stage sur la boudeuse avec un week en sur le yacht de Bolloré.


                • jzk 31 janvier 2008 17:13

                  Et les victimes de ces timbrés, de ces mal élevés, de ces animaux...

                  Vous leur offrez à eux aussi un petit tour en bateau pour tenter d’effacer leurs traumatismes ?
                  Ben non eux on s’en tape, on n’a pas de fric pour eux.

                  Quel pays de con franchement ! Toujours les même qui trinquent ! Toujours les même qui paient ! Et c’est toujours aux même à qui on va faire de la lêche. Bien sûr, faut surtout passer pour un humaniste et pas que l’on nous taxe de racisme.


                • Zalka Zalka 31 janvier 2008 17:32

                  Quel pays de con ? Si nos compatriotes sont à votre image, vous aurez probablement raison !

                  Par quelle miracle de mentalité débile en êtes vous venu à penser que s’occuper de réinsérer des délinquants (et donc d’en faire d’honnêtes citoyens) empêchait de penser à leurs victimes ? On peut parfaitement réinsérer les petits cons et dédommager les victimes ! Probablement parce que vous êtes idiot au point de penser que ce stage est une récompense alors qu’il n’en est rien !

                  Par ailleurs, vous oubliez de pensez aux victimes potentielles. Un jeune délinquant qu’on réinsère, c’est un type qui va bosser au lieu d’agresser. C’est des victimes en moins !

                  Au lieu de ça vous raisonnez en Action/Réaction. Ca vous soulage. Et tant pis si c’est un échec total. Au moins les animaux sont moins con que vous. Lorsqu’ils ont mal en tentant quelque chose, il arrête. Pas vous apparament.


                • jzk 31 janvier 2008 17:55

                  Vous ne pouvez évidemment pas comprendre, n’étant surement pas soumis vous et vos proches à la délinquance quotidienne comme c’est le cas ici dans cette ville poubelle qu’est Tourcoing.

                  Très sincèrement, réinsérer des animaux "pour leur bien", je m’en contrefiche, nous quand on appelle les flics on nous répond "on ne se déplace pas pour ça" (des menaces de viols), quand on appelle les assurances pour se faire dédommager la voiture volée et la maison cambriolée, on nous indemnise des cacahuètes au vu du préjudice.

                  Mais bon, je suis rassuré, ces délinquants seront réinsérés et rééduqués grâce à l’aprentissage de la vie sur un bateau. Je vais mieux en dormir la nuit dis donc.


                • Patrick LUCO Patrick LUCO 31 janvier 2008 14:04

                  Saluons ce genre d’initiative !

                  La mer c’est très efficace pour remettre les idées en place !

                  C’est une école de rigueur, de discipline et de savoir-faire en plus de la "solidarité" : à bord tout le monde compte !

                  Chacun apprend à faire confiance et à donner confiance. On passe immédiatement à la caisse en cas de faute ou d’erreur.

                  Le Père Jaouen avait en son temps embarqué des gens en difficulté à bord du Bel Espoir que j’ai souvent vu en mer.


                  • impertinent3 impertinent 31 janvier 2008 14:07

                    Je vais parler de mon expérience pratique. Je suis moniteur de plongée sous-marine.

                    Dans le club où je sévis , nous recevons, chaque été, un groupe de jeunes loubards (ils ont tous connus la police et assez souvent le juge) encadrés par des éducateurs (chapeau, ils font un travail formidable) pour trois ou quatre plongées (en fait, une série de baptèmes). Je ne sais pas qui paye, par contre je peux constater les résultats.

                    On a au départ un groupe de jeunes de 16-20 ans, bagarreurs, contestataires, malpolis, la confrontation avec les éducateurs est à la limite de l’affrontement physique (rassurez-vous, les éducateurs ont le format). Ces jeunes, qui se veulent caïds de banlieues, arrivent en roulant les mécaniques. Mais une fois mis au pied du mur, ou plus précisément au moment de s’immerger en compagnie du moniteur, il n’y a plus personne, la main que le moniteur tient (par sécurité) se crispe et sans doute que si l’on met une olive entre les fesses on en tire 1 litre d’huile. Cela leur fait beaucoup de bien de voir qu’il y a quelque chose de plus fort qu’eux : la mer.

                    Et la thérapeutique est, à mon avis, excellente : la plupart du temps ces jeunes nous quittent en nous disant : "au revoir monsieur, merci de ce que vous avez fait".

                    Alors, je ne sais pas quel est le coùt de ce genre de mesure (le bateau de cet article ou la plongée) mais il me semble que c’est bien moins coûteux que la prison, puisqu’une simple recherche sur internet, fait apparaitre un coût de détention allant de 100 € à 600 € selon le genre d’établissement. http://www.quid.fr/2007/Justice/Etablissements_Penitentiaires/1


                    • Vincent Frédéric Stéphane 31 janvier 2008 14:12

                      Je ne saurais pas dire pourquoi mais je suis convaincu que ce SEB59 a une caisse customisée, avec un équipement audio dernier cri et qu’il fait des concours de basses sur les parkings de supermarchés. Pas vous ?


                      • muyelle 31 janvier 2008 14:36

                        ça devient lassant ses commentaires de cromagnon ...

                        je prefere payer pour des expériences de réinsertion telles que celle là (pour des jeunes qui pour certains non jamais vu la mer !!) plutot que pour de nouvelles prisons.

                        la vie en mer sur de tels bateaux est loin de ressembler à une croisière !!parole de bretonne


                        • Yohan Yohan 31 janvier 2008 14:38

                          Ce type de stage est coûteux pour la DASS et certaines associations en font parfois un bizness, leur permettant d’assouvir leur propre passion de la mer. Pour qu’ils aient une utilité sociale, il faudrait que ce type de chantier-école en bateau ne reste pas qu’une ballade d’agrément mais serve notamment à acquérir des compétences professionnelles (électricité, mécanique et maintenance des bateaux). Des compétences susceptibles d’intéresser le nautisme et la plaisance, secteurs en pein essor.


                          • muyelle 31 janvier 2008 14:53

                            complètement hors sujet

                             


                          • Fif Fif 31 janvier 2008 15:58

                            Les deux bateaux du Père Jaouen (Bel Espoir et Rara Avis) ont remis dans le droit chemin des générations de paumés.

                            Ces deux voiliers naviguaient principalement entre la Bretagne et les Antilles, et les membres de ces équipages embarquaient au titre du service militaire.

                            La coupe de cheveux et la tenue réglementaire n’étaient pas les préoccupations principales du Père Jaouen, mais son mélange de rigueur et de bienveillance faisait merveille (et en plus, au mouillage, ces voiliers dégageaient un délicieux parfum d’herbes aromatiques).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès