Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Quand le chômage tue

Quand le chômage tue

C’est Jacques Sapir qui a dégotté cette information sur son blog  : une étude de l’INSERM estime que le chômage provoquerait 10 à 20 000 décès de plus par an, à mettre en perspective avec les plus de 3000 victimes de la circulation routière. Un chiffre qui fait froid dans le dos.

Des conséquences du chômage
 
L’étude de l’INSERM est effrayante. Déjà, « entre 2008 à 2010, 584 suicides pourraient être attribués à la hausse du chômage  ». Suite à une étude sur « 6000 volontaires pour observer les effets du chômage sur la santé cardiovasculaire et la mortalité globale  », Pierre Meneton, de l’INSERM, affirme que le chômage tuerait « entre 10 000 et 20 000 personnes par an  ». La surmortalité des chômeurs serait « trois fois supérieure à celle des non-chômeurs  » du fait d’accidents cardiovasculaires et de pathologies chroniques, liés à leur condition. Les chômeurs ont davantage de comportements à risque, consommant plus d’alcool, moins de fruits et légumes et un apport calorique supérieur.
 
Pour l’instant, ce sujet est mal pris en compte, même si « les conseillers peuvent aussi les orienter vers les bilans de santé gratuits de la caisse primaire d’assurance-maladie  ». Dans son papier, Jacques Sapir complète cette étude en citant Alberto Bagnai pour qui « on peut faire du mal à autrui pour plusieurs raisons : pour en tirer un avantage personnel, et dans ce cas on est un bandit ; sans avantage personnel, ou même avec un dommage pour soi, et dans ce cas on est un imbécile. Il s’ensuit que l’imbécile, au point de vue macroéconomique, est plus dangereux du bandit. Appauvrir sans s’enrichir, voir en appauvrissant soi-même, ne saurait pas être vu comme une bonne politique ».
 
Munich social, énième saison
 
Tout ceci montre à nouveau à quel point il est essentiel de garantir le plein emploi, ou de s’y rapprocher le plus possible, chose inconnue dans notre pays depuis plusieurs décennies malheureusement. Il est pour le moins suprenant que nous ne parvenions pas à comprendre à quel point l’assurer est important. Le plein emploi est si important aux Etats-Unis que la politique monétaire de la Fed en dépend, quand, dans la zone euro, la BCE ne regarde que le niveau de l’inflation. Il est vrai néanmoins que le marché du travail n’est pas conçu de la même manière que dans beaucoup de pays européens, entre un salaire minimum plus faible et une protection des travailleurs beaucoup moins développée.
 
Philippe Séguin avait raison de dénoncer, il y a plus de vingt ans, le « Munich social  » d’une classe politique qui semble ne pas vraiment se soucier du niveau du chômage, se contentant de mesurettes désiroires et d’attendre les courants favorables de la conjoncture, venus des hoquets imprévisibles et irrationnels des marchés, des monnaies ou des matières premières. L’étude de l’INSERM donne une réalité concrète aux souffrances que créé le chômage de masse dans lequel la France vit depuis bien trop longtemps. Pire, la situation risque de se détériorer, entre automatisation à tout crin et une possibilité sans cesse accrue de délocaliser les emplois dans des pays à bas salaires.
 

Merci donc à Jacques Sapir de faire connaître cette étude capitale de l’INSERM qui montre à quel point nos dirigeants devraient faire de l’emploi l’objectif numéro de leurs politiques (sans remettre en compte le niveau des salaires). Que de souffrances du fait du chômage de masse !


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Croa Croa 4 avril 2015 14:19

    Il faut aussi tenir compte du fait que les gens faibles, dans leur tête et même physiquement, sont plus touchés par le chômage que les bien portants. Ceci dit le chômage ne risque pas d’arranger leurs cas, évidemment (!), et le bilan que dresse l’auteur est implacablement logique.


    • lsga lsga 4 avril 2015 16:54

      Le chômage ne fera qu’augmenter. Le progrès technologique permet de libérer l’être humain de l’obligation de travailler : tant mieux. Bien entendu, c’est incompatible avec le système Capitaliste, qui fait sombrer dans la misère ceux qui ne travaillent pas. Soyons donc précis : ce n’est pas le chômage qui tue, c’est le Capitalisme.


      • Alex Alex 4 avril 2015 21:03

        @lsga

        « le système Capitaliste fait sombrer dans la misère ceux qui ne travaillent pas. »

        Tu es donc dans la misère ?!

      • Robert GIL Robert GIL 4 avril 2015 19:07

        Le président des patrons et son bras armé, la direction de Pôle emploi, veulent faire porter sur les chômeurs eux-mêmes la responsabilité de leur situation. Culpabilisation et contrôles renforcés sont à l’ordre du jour. La moitié des personnes inscrites à Pôle emploi ne sont pas indemnisées. Les jeunes de moins de 25 ans n’ont pas droit au RSA contrairement aux rumeurs les plus folles qui courent sur les «  assistés  ». Une fois obtenues, les allocations ne sont pas si faciles à garder  : répondre aux convocations stériles et fournir des justificatifs en cas d’absence, actualiser avec le calamiteux «  39 49  » ...
        .
        voir :
        C’EST AINSI QUE LES CHÔMEURS VIVENT !


        • Saltz Saltz 4 avril 2015 20:46

          Le chômage provoquerait 10 à 20 000 décès de plus par an.

          Voilà une information qui méritait d’être dite.

          Il faut ajouter l’exposition accrue aux maladies.
          Je peux citer le cas d’un collègue dont le diabète a explosé quand il a été licencié.
          Pour la petite histoire, il a eu la chance de trouver du travail moins d’un an après et son diabète a baissé.


          • Bruce Baron Bruce Baron 5 avril 2015 03:55

            Je ne conteste pas du tout cet article, qui reflète sans doute la réalité des faits. Je tiens néanmoins à dire que je connais quelqu’un qui est resté au chômage pendant 14 mois (bien malgré lui, puisqu’il cherchait évidemment pendant toute la période), et c’est exactement l’inverse qui s’est produit : Il s’est inscrit dans une salle de sport et y est allé (tenez vous bien) tous les jours de la semaine pour y rester 6 heures d’affilée. Au programme : course, musculation, cours collectifs, cardio, natation, sauna, etc. Le matin il mangeait un bol de céréales, une pomme et une orange. En revenant le soir il mangeait des salades ou du poisson. Ses boissons : eau et jus de fruit. Dès qu’il y avait du soleil il sortait et s’exposait. Pas de télé, et un minimum d’internet. Et tout ça a duré 14 mois. Je peux vous dire qu’à la fin de son chômage, quand il a retrouvé un boulot, il avait une santé de fer comme il n’avait jamais connu auparavant !


            • foufouille foufouille 5 avril 2015 09:48

              @Bruce Baron
              sur une courte durée, c’est facile.
              mais si cela dure des années, c’est beaucoup plus chiant et mal vu.


            • La Dame du Lac La Dame du Lac 5 avril 2015 04:59

              Le chômage tue certes...Mais le travail aussi ! Il ya un million de suicides par an dans le monde et 12 000 en France. Dans 80% des cas, ces suicides sont liés au travail. Certaines professions sont plus ciblées, comme a police ou encore les professions dans les établissement pénitenciaires. Ca ne risque pas d’être « l’amour » la cause du suicide aujourd’hui. Il n’y a peut y avoir d’amour dans ce monde libéralisé et pétri de libertarisme progressiste. Il n’y a donc plus que l’argent. On vit et on meurt pour l’argent. Et dire que des gens se suicident pour une force théorique...Car oui, l’argent n’est qu’une force théorique , des nombres sur des écrans.


              • Raymond SAMUEL Raymond SAMUEL 5 avril 2015 10:06

                @La Dame du Lac,

                Pas d’accord Madame DULAC. Le dernier suicide autour de moi a été provoqué par une trahison conjugale répétée. L’ami avait tout le reste.
                Si la somme des souffrances humaines de couple (souffrances pour la plupart provoquées par la nouvelle culture) étaient palpables nous serions effondrés !


              • Raymond SAMUEL Raymond SAMUEL 5 avril 2015 10:06

                @La Dame du Lac,

                Pas d’accord Madame DULAC. Le dernier suicide autour de moi a été provoqué par une trahison conjugale répétée. L’ami avait tout le reste.
                Si la somme des souffrances humaines de couple (souffrances pour la plupart provoquées par la nouvelle culture) étaient palpables nous serions effondrés !


              • zygzornifle zygzornifle 5 avril 2015 10:36

                Quand des « sans dents illettrés de la France du bas » mettent fin a leur jours dans indifférence la plus totale c’est toujours une bénédiction pour un gouvernement et ça fait reculer un chiffre quelque part bon a présenter a la presse....

                Le jour ou ces désespérés se conduiront comme des bonzes Tibétains ils seront tellement nombreux à s’immoler que la France embrasée sera visible de la Lune et la le gouvernement appuyé par ses scientifiques et journalistes déclareront qu’une épidémie quelconque frappe au cerveau une certaine couche de la population mais chance inespéré les politiques sont immunisés donc ils conduiront le pays comme d’habitude vers le gouffre.........

                • Aristide 5 avril 2015 18:28

                  Voilà ce qui est écrit dans les conclusions de l’étude INSERM qui a été publié et retenu par SAPIR.


                  « Même si l’échelle écologique limite l’interprétation causale des résultats, on peut retenir qu’il existe une association significative entre le taux de chômage et le taux de suicide en France entre 2000 et 2010 »

                  En d’autres termes, il est impossible de dire qu’il y a une relation de causalité. L’association ou la corrélation de ces deux parmètres étudiés est établie, la causalité ne l’est pas. Plus vraisemblablement une cause initiale entraîne à la fois la perte de santé, augmente le risuque de suicide et la perte d’emploi ou la difficulté à en trouver.

                  Sapir, qui ne cesse de prévoir la fin de l’Euro pour les mois qui suivent depuis des années, devrait être plus prudent. Il sait qu’il manipule les données de l’INSERM.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès