Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Quand Onfray se rêve Camus...

Quand Onfray se rêve Camus...

Très récemment, le journaliste Marial Bild, prenant appui sur les écrits d'Onfray, s'est permis d'affirmer sur les ondes à propos de Sartre que "sa vie durant la seconde guerre mondiale donne la nausée". Cette déclaration aussi effarante que dénuée de tout fondement me permet de revenir sur un de nos nouveaux prophètes contemporains.

Après Bernard Henri Levy, Caroline Fourest et Eric Zemmour, un nouveau penseur auto-proclamé émerge du bourbier médiatique : Michel Onfray. Mais à la différence des premiers, opportunistes pantins, Onfray se rêve un destin et tente de figurer l'Albert Camus de notre époque qu'il prétend, depuis plusieurs années, vouloir réhabiliter face à un Jean-Paul Sartre qui l'aurait exclu du champs philosophique. Cette opposition autour de laquelle Onfray se structure désormais est centrale pour appréhender le personnage et l'inconséquence de son discours.

Onfray, pour mieux se définir, nous raconte ainsi un conte où deux personnalités complexes sont transformées en personnages manichéens de bande-dessinées. Il nous pose un Camus issus d'un milieux pauvre, humaniste, penseur exceptionnel et résistant, face à un Sartre d'origine bourgeoise, malhonnête, manipulateur, médiocre et, pur délire, qui se serait compromis avec l'occupant nazi. Qui plus est, le second aurait passé sa vie entière à conspirer pour écarter le premier du champs du débat intellectuel. Conspiration couronnée de succès puisqu'aux dires d'Onfray, Sartre aurait aujourd'hui triomphé et Camus en serait réduit à être considéré comme un "philosophe de classes terminales". Au travers du prisme d'Onfray, l'histoire de la pensée universelle du XXème siècle se réduirait à cette opposition. Outre le fait, n'en déplaise à nos ethnocentristes, que la France est une goutte dans l'univers de la pensée, Onfray balaye les Bourdieu, Deleuze ou même des Vian ou Aragon.

On reste tout d'abord coi devant une telle redéfinition de la réalité. Puis, bien vite, on comprend qu'Onfray ne nous raconte pas Camus. Il nous raconte Onfray. Un Onfray mythifié à travers son propre regard embué de rancoeurs et de désir de revanche. Ainsi, sur le plan biographique, Onfray ne manque jamais de mettre en avant ses similitudes, réelles ou supposées, avec Camus : origines modestes - dont Onfray prétend tirer une légitimité, engagement politique de gauche, traduction en actes de son engagement, rejet et marginalisation par l'establishment intellectuel et politique de son oeuvre. Sartre figure quant à lui la gauche moralisatrice et "bien-pensante" d'aujourd'hui qui tenterait de museler toute voix originale et juste dont Onfray serait l'avatar.

C'est oublier "qu'origines modestes" et pauvreté ne sont pas synonymes. Que même si tel était le cas, avoir été pauvre n'empêche nullement de pouvoir débiter des âneries. Que Camus lui-même ne s'est jamais prévalu de ses origines sociales pour asseoir la légitimité de son discours. Que le fait de mener des "universités populaires" (curieuse définition pour des conférences publiques) n'est en aucun cas comparable avec la participation à la résistance de Camus. Que Camus, de son vivant, ne fut nullement méprisé par "l'establishment" intellectuel mais au contraire considéré, même par ses détracteurs, comme une figure majeure de la pensée existentialiste. Que personne ne se soucie de marginaliser Onfray qui, tel Zemmour, est omniprésent dans le débat public.

De même, lorsque Camus prit réellement une posture iconoclaste en s'opposant aux disciples du marxisme-léninisme alors triomphants, Onfray ne prend quant à lui aucun risque. Onfray proclame un athéisme et une laïcité - dont il ne comprend pas même la signification - "militant", il fustige la "bien-pensance" et le "politiquement correct" - dont il ignore jusqu'aux significations historiques -, il dénonce un islam menaçant jusqu'aux fondements mêmes de notre société et prône le rejet de toute expression religieuse au-delà des frontières de son appartement, il peste contre des élites déconnectées d'un peuple qu'il est tout aussi incapable que les autres de définir. Allez... ce discours est présent partout. Quotidiennement. Depuis des années. De l'extrême-droite à l'extrême-gauche en passant par le Parti Socialiste. Il n'y a là rien d'original ni d'iconoclaste. Il n'y a là que l'égarement d'un intellectuel de gauche en quête de notoriété médiatique et de reconnaissance par ses pairs et le politique. Ignoré par ces derniers, Onfray se lamente publiquement de n'avoir jamais été reçu par le président de la République malgré sa renommée hertzienne grandissante. Contrit, il se sent aujourd'hui obligé de convoquer dans ses discours des intellectuels d'extrême-droite et de traiter Manuel Valls de "crétin". Peine perdue, ces efforts ne semblent interpeller que nos chroniqueurs aux préoccupations éphémères et ne sauraient passer pour une quelconque révolution de la pensée.

Pour délaisser notre apprenti polémiste, il faut souligner que Camus et Sartre convergeaient tout autant qu'ils divergeaient. Tous deux ont réalisé une oeuvre tant littéraire que philosophique, égrenant les pièces de théâtre, les romans et les essais. Tous deux partageaient les mêmes questionnements et le même cadre d'analyse : l'essence de l'humain, la liberté s'opposant au déterminisme, l'engagement politique "de gauche", la condamnation du travail en tant qu'aliénation, le fait d'avoir été - derrière des certitudes de façade - pétris de doutes tout au long de leurs vies comme leurs proches en ont témoigné.

De même, tous deux peuvent à la fois tirer gloire et s'exposer à un jugement posthume sévère de par leurs engagements. Sartre ne s'est nullement compromis avec le régime de Vichy comme le prétend un Onfray délirant. Il n'a pas pris les armes. La nuance n'échappera à personne. Oui, Sartre a prié Vichy afin de faire jouer deux pièces : ''Huis clos'' et ''Les mouches''. Pièces dénonçant de manière à peine déguisée l'idéologie nazie et les fondements du vichysme. Il est également établi que Sartre fonda une cellule de "résistance intellectuelle" dès 1941, "résistance" éthérée qui, il est vrai, peut prêter à sourire. Mais nulle trace de collaboration ni même de compromission. Le déshonneur de Sartre n'est pas là. Il est dans son aveuglement - mû par son désir de voir l'avènement du rêve marxiste de libération de l'Homme - face aux crimes du stalinisme et du maoïsme. Il est d'avoir proclamé que la fin justifiait les moyens. Aveuglement mis en évidence par la justesse d'un Camus qui, face à l'incarnation intellectuelle du marxisme-léninisme, convoqua Marx dans ''L'Homme révolté'' pour rappeller sa parole tristement prophétique : "des moyens injustes ne peuvent jamais servir un but juste".

A l'inverse, Camus, qui s'honore de par son engagement dans la résistance armée, s'est dramatiquement égaré lorsque, bien que défendant la dignité des peuples colonisés, il défendait l'Algérie française et ne comprenait rien aux revendications du tiers monde, ce qui lui vaudra même la condamnation de ses proches. Egarement contrastant avec l'engagement anti-colonial sans faille de Sartre qui lui vaudra de voir son appartement plastiqué par la très méprisable OAS. On pourrait également souligner la clairvoyance de Sartre quant à la nécessaire libération des moeurs et continuer cette liste ad nauseam. Mais ce qui a été dit suffit à démontrer l'absurdité de la relecture historique partielle de Michel Onfray.

Onfray prétend que Sartre a persécuté Camus jusqu'à l'écraser et le faire disparaître de nos mémoires encore aujourd'hui. Vraiment ? Il semble pourtant que Camus et Sartre demeurent, tant dans notre imaginaire collectif que pour le monde académique, deux auteurs qui, parmi bien d'autres, ont marqué l'histoire de France et plus largement du XXème siècle. De sa pensée mais également de ses déchirements politiques. Bien sûr, Camus et Sartre se sont opposés et, souvent à coup de jugements moraux aussi violents qu'intransigeants, critiqués. Mais cette hargne n'a été que le symptôme de ce qu'ils ont par ailleurs également tous deux affirmés explicitement : la considération envers la pensée de l'autre.

Onfray n'a rien d'un Camus. Mais plus encore que la mise en évidence de la vacuité de ce nouveau penseur médiatique, que ce billet soit l'occasion de ramener les lecteurs vers les oeuvres tant de Camus que de Sartre. Car, alors que la parole d'Onfray s'éteindra avec ses participations aux shows des Giesbert ou Ruquier, celle des auteurs des'' justes'' et des'' mains sales'' résonnent toujours et résonneront encore longtemps dans nos consciences. De par leurs qualités propres. Mais aussi parce que, au-delà de leurs errements respectifs, ils s'opposent, se complètent et se répondent dans le même questionnement. Camus, Sartre,... partis, resterait Onfray ? Qui pourrait s'y résoudre ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.24/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • colere48 colere48 16 mars 2015 10:14

    Voilà un article qui donne la « nausée »  !!


    • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 13:04

      @colere48
      Mais encore ?


    • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 13:53

      @gros macho
      Prouver quoi ?


    • colere48 colere48 16 mars 2015 14:18

      @Shanan Khairi

      A lire vos réponses, c’est non seulement l’article qui donne la nausée, mais son auteur également ! Vous défendez l’indéfendable et vous pratiquez des amalgames ignobles. je doute de votre sincérité !


    • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 14:21

      @colere48
      Pffff... quelle pitié... Doutez mon grand, doutez. Le doute est toujours profitable. Mais en réalité je doute que vous n’en ayez aucun.


    • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 14:24

      @gros macho

      Soyez plus concret. Parce que pour ma part il semble évident qu’Onfray ne prouve rien, il affirme via une lecture expurgée de l’histoire. Et les quelques faits historiques que j’ai rappelé suffisent à le démontrer.

      Soit vous abordez un point précis, soit j’en conclurai que vous ne faites qu’un acte de foi...


    • colere48 colere48 16 mars 2015 15:26

      @gros macho

       smiley  smiley


    • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 15:29

      @gros macho

      Un jaloux de quoi ? Je suis médecin et historien moi. Pas philosophe.
      En fait, vos arguments sont cons. Très cons. smiley

    • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 15:32

      Onfray à les fans qu’il mérite smiley


    • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 16:46

      @gros macho
      quand gros macho se rêve... rien. Le néant. smiley Allez, zêtes marrant. Mais j’ai des courses à faire. Tchatchao.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 2015 19:54

      @Shanan Khairi
      Les commentaires expliquent ce que vous devriez faire : une critique argumentée.
      Les livres d’Onfray s’appuient sur des sources et sur une énorme documentation.
      On peut discuter de ses sources, de ses analyses et de ses synthèses, à condition de faire le même boulot que lui et de fournir d’autres sources.


    • Michel Maugis Michel Maugis 17 mars 2015 17:52

      @Fifi Brind_acier


      Vous vous trompez sur Onfray.

      Je pense que l’ auteur a donné une image assez exacte de Onfray.

      Onfray est un démagogue, qui roule pour le pouvoir. IL USE DE MENSONGES AVÉRÉS pour plaire au système, comme par exemple dire que la terreur c’ est Robespierre, dire que Amadinedjad aurait dit que ISRAEL DOIT ÊTRE RAYÉ DE LA CARTE ( ce qui en soi est parfaitement exacte, et n’ a rien de scandaleux). Onfray se déclare sioniste, etc.. 

      Juste une remarque pour vous Fifi. Cessez d’ employer le terme « stalinien » à tout propos, c’ est comme dire : je suis inculte, je me donne des félicitations, car moi je suis anti-staliniens.

      Belle connerie, dans l’ air du temps. Les fascistes que vous combattez en ukraine, sont aussi anti-staliniens, et ceux qui les combattent vraiment dans le Dombass, sont staliniens... etc. etc..

      Un véritable résistant, et je crois que vous l’ êtes, ne doit pas à chaque instant ce démarquer en traitant les communistes ou ceux qui ne sont pas d’ accord avec vous de « staliniens ».

      C’est une manière très lâche de réutiliser pour soi la propagande fasciste des USA.

      C’ est aussi, n’ avoir aucun argument




    • fred.foyn Le p’tit Charles 16 mars 2015 10:19

      prisonnier pendant la guerre.....En mars 1941, Sartre aurait été libéré grâce à un faux certificat médical, mais d’après les auteurs Gilles et Jean-Robert Ragache, il doit sa libération à l’intervention de Drieu La Rochelle : « À l’automne 40, Drieu avait noté dans son carnet une liste d’écrivains prisonniers — où figurait Sartre — suivie de la mention : Demander la libération des auteurs — contrepartie de mon action N.R.F. »


      • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 14:52

        @Le p’tit Charles
        Vous soulignez que Sartre s’est engagé dans l’armée et a été fait prisonnier avant d’être transféré dans un camps allemand. Le fait également qu’il est possible - et non certain - qu’il ait été libéré de par l’intervention du milieux des écrivains parisiens en grâce auprès des autorités.
        Et ? Assimiler cela à de la compromission avec le régime nazi, voir de la collaboration, comme le fait Onfray sur tous les plateaux télé est stupide. Une bonne façon d’essayer de se poser en iconoclaste... qu’il n’est pas. Onfray est le philosophe des idées dominantes, comme l’a été BHL en son temps.


      • fred.foyn Le p’tit Charles 16 mars 2015 16:23

        @Shanan Khairi...Drieu La Rochelle est celui qui l’à fait libéré...c’est un fait historique et je n’y suis pour rien.. !


      • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 16:53

        @Le p’tit Charles
        Pas exactement. Ce qui est un fait est l’intervention de Drieu (et d’autres écrivains d’ailleurs) en faveur de Sartre auprès des autorités de Vichy. Quant à savoir si Vichy a répercuté cette demande auprès des autorités allemandes et si celles ci lui ont donné suite, cela reste du domaine de la supposition. Il n’y a pas d’archives en témoignant.
        Par ailleurs, l’intervention de Drieu, qu’elle ait eut ou non des suites, contrairement à ce que prétend Onfray, ne démontre nulle compromission de Sartre. Désolé, pour moi Onfray se permet une manipulation de faits historiques pour asseoir une idée.


      • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 16:55

        @gros macho
        Tiens revoila le boulet. Et si vous laissiez les gens qui ont envie de discuter opposer tranquillement leurs arguments ? Chais pas moi... vous êtes sûrement capable de vous trouver une occupation, non ?


      • colere48 colere48 16 mars 2015 17:01

        @Shanan Khairi

        Tiens le « shamane philosoeuf historiste » a terminé ses courses ! 
        ce fut du rapide, ment comme un arracheur de dents celui là !


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 2015 19:56

        @Shanan Khairi
        Si vous aviez réellement lu le livre d’Onfray sur Camus, vous sauriez qu’il y a d’autres preuves sur Sartre, mais de toute évidence vous n’avez pas lu le bouquin.


      • Crab2 16 mars 2015 10:35

        À Shanan Khairi
        Vous racontez des salades, Camus ne défendait pas l’Algérie française, il condamnait les extrémistes des deux cotés, mais aussi les criminels de guerre des deux cotés

        http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/03/la-france-fille-ainee-de-latheisme.html

        -

        http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/03/16/la-france-fille-ainee-de-l-atheisme-5583890.html


        • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 13:04

          Exactement. Il mettait sur le même plan les combattants indépendantistes et les criminels de l’OAS. Et était contre l’indépendance. L’histoire a tranché.


        • colere48 colere48 16 mars 2015 14:15

          @Shanan Khairi

          L’histoire a tranché.

          Oh non elle ne l’est pas ! les seules tranchées sont les milliers de gorges tranchées par les barbares !
          Camus était un humaniste , c’est ainsi, et vous n’y pouvez plus rien !


        • colere48 colere48 16 mars 2015 14:23

          @Shanan Khairi

          ...combattants indépendantistes....

          Des saints selon vous ?
          Voulez vous que je rappel les égorgés, émasculé, les génitaux dans la bouche, les femmes violées et empalées, les femmes enceintes eventrées, et les nouveaux nés éclatés sur les murs !
          Et ne me dites pas : c’est faux
          Il existe des milliers de photos de cette époques disponibles sur le net !


        • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 14:34

          @colere48
          Je vous laisse à la défense de l’Algérie française. Le combat anti-colonial était légitime par essence. Le combat colonial était criminel par essence. Rappeler des crimes de guerre des uns ou des autres n’y changera rien : la France coloniale a été criminelle, est indéfendable et est condamnée comme telle par le monde entier. Pour le reste, je vous laisse à votre « net » et autres fachoblogs...


        • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 14:40

          Tant la fin que les moyens importent. On ne le répètera jamais assez. Et c’est d’ailleurs là une affirmation de Camus.


        • colere48 colere48 16 mars 2015 14:51

          @Shanan Khairi

          Le post colonialisme c’est vous qui l’introduisez dans le débat....
          Bel écran de fumée croyez vous mais qui ne dupe personne
          Car il ne s’agit en fait que des positions récentes de M Onfray sur l’Islam qui motivent vos salissures.


        • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 14:54

          @colere48
          Vous délirez mon garçon... Par ailleurs je suis athée. Je vous prie donc de garder vos préjugés racistes sur mes appartenances religieuses pour vous. Et cela clôt le débat.


        • colere48 colere48 16 mars 2015 15:04

          @Shanan Khairi

          « Peut-être vaut-il mieux pour Dieu qu’on ne croit pas en lui. »
          Albert Camus


        • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 15:09

          @colere48
          Le débat est clôt je vous ai dit. Je ne discute pas avec des gens qui m’attaquent sur base de préjugés racistes.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 2015 20:00

          @Shanan Khairi
          Ce n’est pas du tout ce qu’explique Camus.
          C’est justement les moyens qui posent problème à Camus.
          Encore une fois, vous prouvez que vous n’avez pas lu le bouquin !


        • La Dame du Lac La Dame du Lac 17 mars 2015 00:41

          @Shanan Khairi
          Si le combat anti-colonial est légitime, cela signifie que la Remigration l’est aussi puisque la France est aujourd’hui colonisée par son ancienne colonie. Allons au bout de votre dialectique


        • Michel Maugis Michel Maugis 17 mars 2015 18:32

          @Crab2

          « il condamnait les extrémistes des deux cotés, mais aussi les criminels de guerre des deux cotés »

          c’ est bien ça. Il était pour l’ Algérie Française.

          Pour moi, les véritables extrémistes et les criminels de guerre sont toujours d’un seul et même côté ! Celui du manche.

          L’ autre côté se défend. C’ est normal et c’ est sain.

          Vouloir garder les mains propres, c’ est justement le genre d’ Onfray. Comme c’ est facile.

        • Gabriel Gabriel 16 mars 2015 10:52

          Sartre était un grand mystificateur et il a passé une partie de sa vie à cracher sur Camus comme vous le faites actuellement sur Michel Onfray. Rassurez vous, à force de lire des suites de mots qui forment des phrases vous arriverez peut-être un jour à en comprendre le sens. 


          • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 13:05

            @Gabriel
            Ce qui est sûr par contre, c’est que votre post est dénué de toute signification.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 2015 11:39

            Mélanger Onfray avec les néo cons BHL et Fourest, ou avec Zemmour, c’est la nausée assurée !
            Une vraie technique d’amalgame digne des procès staliniens d’une époque qu’on croyait révolue.


            Onfray a le mérite dans son livre sur Camus, de bien faire le distinguo entre ceux de la Commune, les anarchistes espagnols d’un côté, et les staliniens de l’autre.

            Débat qui a toujours été interdit chez les communistes, et que l’auteur refuse encore une fois, en disqualifiant Onfray comme adversaire compétent dans ce débat. Il est compétent, justement parce qu’il est proche des Communards et pas des staliniens. Mes condoléances.

            Rien que pour vous embêter, Onfray vient de sortir un nouveau bouquin :
            « Une sagesse sans morale », que je n’ai pas encore lu, mais cela ne saurait tarder.

            Voir des gens de Gauche cracher sur la liberté de pensée, tout en pratiquant « Charlie et la non liberté d’expression » est décidément assez consternant.

            • Shanan Khairi Shanan Khairi 16 mars 2015 13:09

              @Fifi Brind_acier
              Vous racontez des âneries avec vos « Charlie », vos « néo cons », vos « staliniens », vos amalgames et blablabla. Faut sortir de votre écriture automatique. BHL, Fourest, Zemmour et Onfray partagent une caractéristique : ce sont des penseurs auto-proclamés issus des médias. C’est tout ce que j’ai écrit. Pour le reste, chacun porte un discours différent. Enfin, votre combat intra-gauche n’est pas mon sujet.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 2015 19:50

              @Shanan Khairi
              Onfray auto proclamé « sorti des médias » ?
              Onfray se fiche des médias.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 mars 2015 07:21

              @Shanan Khairi
              Ne vous en déplaise, le débat en cours entre Vals & Onfray se situe bien sur le terrain de la Gauche.
              Voici les termes du débat entre Vals et Onfray. site « Les crises » de Berruyer.


            • Norbert 16 mars 2015 11:40

              Ce qui ,est dit dans ce bon article est difficilement contestable.
              J’ai l’impression, à l’opposé d’Onfray, que depuis au moins une trentaine d’année on essaie plutôt de « rehausser » Camus au détriment de Sartre à qui l’« on » ne pardonne pas son engagement dans le « mauvais » camp de la guerre froide. Sûrement qu’on pourra reprocher à Sartre d’avoir été un peu trop « stalinien ». La posture d’un Camus au dessus de la mêlée était tout de même plus confortable à tenir et constituait presque une aubaine pour la classe dirigeante. A mon goût le théâtre de Sartre est largement supérieur à celui de Camus mais quoi qu’il en soi ce furent deux très grands personnages de leur époque. Je n’ose croire qu’ Onfray puisse vouloir suggérer une comparaison entre eux et lui en ce qui concerne la stature. Onfray peut tout de même se rendre très utile à combattre des ennemis à sa taille comme BHL par exemple.


              • Robert Lavigue Robert Lavigue 16 mars 2015 14:09

                Sartre ? L’agité du bocal d’après L.F. Céline !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès