Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Quand un Recteur applique le Concordat…

Quand un Recteur applique le Concordat…

Pour certains, l’Alsace Moselle n’est pas la France puisque dans cette partie de France le Concordat est encore en cours, il n’y a pas de séparation des églises et de l’Etat et le délit de blasphème existe encore !?

C’est certainement ce qu’a pensé le Recteur de l’académie de Strasbourg qui aurait peut-être voulu qu’un professeur de Mulhouse soit jugé pour blasphème….

Ce Recteur n’a pas été aussi loin, il a simplement suspendu un professeur accusé d’avoir montré des caricatures à ses élèves de quatrième.

D’après le Monde.fr avec AFP | 22.01.2015 à 18h17

« Dans un premier temps, en effet, ce professeur d'arts plastiques du collège François-Villon, situé dans une zone d'éducation prioritaire (ZEP), avait été suspendu pour quatre mois. Il lui était reproché d'avoir fait circuler dans une classe de quatrième des caricatures montrant Mahomet nu, jeudi 8 janvier, au lendemain de l'attentat qui a visé la rédaction de Charlie Hebdo. »

. « La décision de le suspendre n'a pas été prise à la légère, explique alors le recteur. C'est une mesure visant à veiller au bon fonctionnement du service public, à protéger la communauté éducative et l'enseignant lui-même. »

Sans entendre le professeur, sans mener une enquête sérieuse, le Recteur n’écoutant que les rumeurs a pris une décision de suspension de l’enseignant durant quatre mois.

Mais voilà, même dans cette région spécifique, il y a des syndicats enseignants qui ont su se mobiliser pour défendre non seulement la liberté pédagogique dans le cadre du respect des programmes nationaux mais aussi le droit de tout enseignant, notamment dans le secondaire de ne pas se contenter d’imposer une minute de silence à ses élèves mais aussi d’expliquer pourquoi la liberté d’expression est inaliénable.

Mais peut-être que ce Recteur ne mérite pas de rester en poste !

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • CHALOT CHALOT 23 janvier 2015 08:17

    Ce Recteur s’est mis au service de ceux qui aimeraient que la liberté de l’expression soit limitée et qui rêvent de l’application de l’interdiction de blasphème !
    Honte à lui !


    • Aldous Aldous 23 janvier 2015 13:29

      Perso, je pense qu’on seraient bien inspirés de réintroduire l’étude de la bible à l’Ecole, et d’y ajouter celle du Coran et du Talmud.


      Ca permettrait de limiter les conneries abyssales que ceux qui s’autorisent à penser nous débitent sur les religions.

      On apprendrait que le Christ a dit « Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme. », a abolie la loi du Talion et a inventé la laïcité et commande d’aimer son prochain et même son ennemi.

      On apprendrait que la « religion de paix » de Mahomet considère les « mécréants » ne sont qu’impureté et ordonne « Et tuez les, où que vous les rencontrez » 

      Que le Talmud explique que les chiens méritent plus de respect que les non-juifs, et qu’il faut reserver le nom d’homme aux seuls juifs.

      Les bambins auraient alors de quoi se faire une opinion par eux même selon les enseignements factuels au lieu de subbir l’endoctrinement anticlérical premaché qui prevaux dans notre belle république « des lumières » où l’on nous fait ingurgiter les croisades et l’inquisition jusqu’à saturation pour nous dégouter de notre passé tout en élevant la vulgarité crasse de Charlie Hebdo en nouveau Parthénon.

    • Ouallonsnous ? 23 janvier 2015 16:04

      « Pour certains, l’Alsace Moselle n’est pas la France puisque dans cette partie de France le Concordat est encore en cours »

      Bien sûr que non, les français ont chèrement payé le retour de l’Alsace Lorraine au territoire national, ce qu’il manque c’est l’unification des lois avec le reste du territoire.

      Il ne faut pas chercher plus loin que l’intervention occulte du lobby religieux auprès des autorités de la république qui se sont laissé corromprent !


    • François de Mendizabal 23 janvier 2015 18:33

      Décidemment Charlot, vous êtes trop. « Honte à lui » était effectivement l’expression qui était utilisée pour le contrevenant, dans le délit de blasphème. Donc ce Recteur, en appliquant, la loi du concordat en vigueur en Alsace Lorraine, a commis un blasphème contre la République. La République est donc, une, sainte et indivisible. Vous êtes, finalement, un catho qui s’ignore...

      Pour rappel, le blasphème est lié à la notion de sacré et de saint. Je vous accorde qu’il est difficile de savoir ce qui est sacré, ou saint... Ceci dit en vous lisant, on a compris, ce qui pour vous, est sacré et au-dessus es lois et du Droit. Vous n’êtes pas, Charlot, à une contradiction prés !


    • François de Mendizabal 23 janvier 2015 18:41

      Il y a, effectivement, une différence considérable entre la loi du Talion et le Nouveau Testament. Les notions d’universalité et de laïcité sont originaires du Nouveau Testament. La France modernes a des origines et des racines chrétiennes profondes, mais se sont des connaissances qui ne sont pas faites pour les Charlots... 


    • TicTac TicTac 23 janvier 2015 08:35

      Et pourtant, le Recteur est un grand bonhomme.


      • TicTac TicTac 23 janvier 2015 10:17

        Un petit lien pour mes moinsseurs compulsifs : l’art de décaler les sons n’a pas l’air de les toucher.


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 janvier 2015 17:36

         smiley smiley smiley c’est à trier par le chou, votre truc, chère comtesse...


      • TicTac TicTac 23 janvier 2015 17:43

        La comtesse n’est plus là, elle s’est tordu l’humérus.


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 janvier 2015 19:52

        Ah ? merde... surement un mauvais choix dans la date...


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 janvier 2015 20:07

        Mais, si je puis me permettre, bien qu’il puisse sembler logique que la république n’aime pas les comtesses, c’est marrant quand-même, de voir qu’on aboutit à tant de soins en mairie...


      • oncle archibald 23 janvier 2015 09:24

        Et si ce recteur avait tout simplement voulu calmer le jeu alors qu’une discussion élèves professeur était en train de tourner au vinaigre ? Est-il nécessaire de mettre de l’huile sur le feu dans une période ou les sensibilités sont exacerbées ? Peut-on faire toit et n’importe quoi, sans réfléchir aux conséquences de son acte, simplement parce que ce n’est pas défendu ? 


        Etait-il nécessaire de s’appuyer sur les caricatures que ce professeur a utilisées, sachant qu’il allait choquer une partie de son auditoire, pour essayer d’apprendre aux élèves ce qu’est la liberté d’expression ? N’aurait-il pas pu choisir ce jour là, très proche des événements tragiques de Paris, d’autres caricatures que celle montrant Mahomet nu ? 

        Voila d’autres questions qui me paraissent pouvoir être posées sans attenter à la liberté d’expression et sans la réduire au droit de choquer une partie de la population dans un moment particulièrement délicat.

        Quoi qu’il en soit le problème administratif que vous évoquez a été réglé, certainement sous la pression des syndicats, mais ne sont-ils pas là pour çà ? Le soufflé est retombé, le rectorat est revenu sur sa décision et a décidé de lever la sanction. Le recteur adressera à l’enseignant « une lettre de rappel à la loi »  soulignant que «  dans un contexte particulier, il faut faire attention aux mots que l’on utilise ». Le professeur, « à sa demande », ou peut être tout simplement dans son propre intérêt ne retournera pas dans son établissement, mais ira enseigner ailleurs.

        Dans mon lycée chéri, Pierre de Fermat à Toulouse, nous avions en classe de seconde un professeur de Français-Latin-Grec qui s’était aussi chargé des cours d’instruction civique. Et oui, ça existait déjà en 1960 ! Parfois il nous apportait tout l’éventail de la presse quotidienne qu’il achetait à ses frais et nous faisait analyser les commentaires sur un même événement dans les différents journaux, pour nous faire prendre conscience que chacun a « sa » vérité.

        • François de Mendizabal 23 janvier 2015 18:46

          Vous n’avez pas compris qu’il reste le blasphème contre la République. C’est bien ce que cherche à démontrer Charlot. Donc ne cherchez aucune modération, le délit de blasphème est absolu... 


        • eric 23 janvier 2015 10:55

          Dans la presse de gauche (dont tous les titres ont à un moment ou un autre recouru aux dessinateurs de Charlie), on recense le nombre de personnes fourrées en taule pour avoir blasphémé contre le « nous sommes tous des Charlie ». On se félicite de la fermeté des autorités.

          Les mêmes qui n’étaient pas dans la rue quand on assassinait des enfants à Toulouse, entre autre, on mobilisé le ban et l’arrière ban de l’État du PS, des médias, pour protester contre cette insupportable agression...contre eux.

          Pas mal se sont empressés de signaler aux potentiels terroristes qu’ils se trompent de cibles. « C’est pas nous les islamophobes, c’est Zemmour, Houelbecq et Le Pen ».

          Ce qui est particulièrement émouvant, c’est que dans un passé encore récent, c’était hier, « les inciviles » étaient toujours qualités de « jeunes » ( pas vraiment responsables vous comprenez). Oui, il a agressé un vielle dame, mais il est bien jeune, oui il a crié alla u akbar en précipitant sa bagnole sur les passants, mais est il vraiement équilibré ?)

          Dans le recensement du Nobs ou de libé, à partir de 18 ans, « c’est un homme a » ( c’est plus« un jeune ») et si sous l’effet de l’ébriété, il a dis en gros « mort aux vaches », avec les 250 mots que les pédagogues de gauche accordent à leurs propres élèves des banlieues pauvres, sous la forme, « je suis coulibaly », alors il représente un danger pour la république.

          4 ans fermes.

          A ce compte là : 
          - il vaut mieux prendre le risque de tenter d’organiser l’évasion d’un terroriste.
          - Quelles sont les part respectives de l’alcool et de l’échec éducatifs des profs dans cette pauvreté de vocabulaire ?
          - Est ce qu’un tel blasphème vaut de zéro à 4 ans fermes suivant les tribunaux, les juges et les régions (comme l’a justement noté le syndicat de la magistrature)  ?

          Autant de questions qui interrogent plus la « république des Charlies » que l’Islam à mon avis.

          Maintenant, compte tenu de la bonne volonté de l’enseignant en cause pour défendre la liberté d’expression dans l’absence d’amalgame et la lutte contre l’apartheid, je ne peux que lui dire comme aux autres : Tous au club med ! http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/tous-les-charlies-au-club-med-ou-162314?pn=1000#forum4221875


          • philouie 23 janvier 2015 12:00

            Chalot,

            vous êtes contre quelqu’un qui promeut la paix sociale ?


            • philouie 23 janvier 2015 12:01

              Chalot,

              je vous signale que les signes ostentatoires religieux sont interdit à l’école.

              Charlie DEHORS !


              • Pascal L 23 janvier 2015 12:39

                A propos du blasphème en Alsace et Moselle, il n’est plus appliqué depuis longtemps. Les représentants des grandes religions dans ces régions (catholique, juive et musulmane) ont demandé officiellement à l’Etat français la suppression de cette loi. Cela c’est passé cette année avant le 11 janvier.


                Le concordat devrait également être supprimé, mais c’est un peu plus délicat à cause des équilibres financiers. Le fait est que l’Etat tiens à l’utiliser à son avantage en ayant un droit de regard sur les nominations des responsables religieux. Les difficultés pour la récente nomination de l’Evêque de Metz après les manifestations sur le mariage est un signal d’alarme. Ce genre d’arrangement n’est pas digne d’un état laïc.

                • Pascal L 23 janvier 2015 17:05

                  On peut voir cet article ici. Le Conseil Régional du Culte Musulman s’est distingué après le 11 janvier en demandant le maintien et l’extension de ce délit à toute la France. Beaucoup d’associations laïques ont essayé de récupérer la demande à leur compte après le 11 septembre. Puissent-elle être également entendues.

                   
                  Je maintiens que personne n’a demandé l’application de cette loi depuis la réunification de l’Alsace et de la Moselle à la France. Ce dont nous parle Chalot est une image, il faut lire le texte. De toute façon un recteur d’académie n’a pas de légitimité à demander l’application d’une telle loi et si aucune religion le demande… Même lorsque les Femen ont envahi la cathédrale de Strasbourg, il n’a jamais été fait mention de blasphème.


                • Pascal L 23 janvier 2015 21:00
                  Je cite l’auteur : « Ce Recteur n’a pas été aussi loin, il a simplement suspendu un professeur » 
                  Vous avez un problème avec le second degré. Cette loi n’a jamais été appliquée. 
                  Je ne me prononcerai pas sur le fond de l’affaire. Si les faits sont graves, la justice tranchera, pas sur la base de la loi sur le blasphème mais plutôt sur des faits d’abus d’autorité.


                • Aldous Aldous 23 janvier 2015 12:58

                  Marrant ça, cette soudaine passion pour les minutes de silence obligatoires de la part de gens qui detestent les rituels imposés.


                  • philouie 23 janvier 2015 13:21

                    ou qui autorise le blasphème en étant choqué que certains brulent le drapeau.


                  • septikettak septikettak 23 janvier 2015 14:45

                    Pourquoi montrer à des élèves des dessins d’un torchon comme Charlie Hebdo. C’est le monde à l’envers. L’école n’a pas à faire la promotion de ces torche-culs. Je vous signale que je ne suis pas croyant. Pourquoi pas des bouquins porno tant qu’on y est. Ce serait peut-être la vraie liberté d’expression ? J’en doute.


                    • mirry 23 janvier 2015 16:13

                      <Selon les témoignages d’une vingtaine d’élèves de classe de 4e, le lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo, cet enseignant de Mulhouse aurait montré une caricature de Mahomet nu en disant aux élèves : « Vous devez regardez ça ». La suite est racontée par le recteur de l’académie de Strasbourg, Jean-Pierre Gougeon : "Lorsqu’un élève a répondu “Moi, ça me gêne”, il aurait commencé à crier violemment : “Je suis le chef de mon cours, c’est moi le maître ici… Tu peux sortir ta kalachnikov !” Un dérapage qui n’aurait donc rien à avoir avec le simple fait de présenter une caricature de Charlie. « Ce n’était pas maîtrisé, c’était violent », analyse le recteur.>

                      Un petit oubli Chalot ?


                      • CHALOT CHALOT 23 janvier 2015 17:02

                        Ce sont les ragots, aucune enquête pédagogique ou administrative n’a été faite


                        • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 janvier 2015 17:39

                          « Pendre d’abord. Justice après. »
                          (goscinny dans un des ses premiers Lucky-Luke, avec Morris, « le Pied-tendre », je crois)


                        • rocla+ rocla+ 23 janvier 2015 18:20

                          Un recteur c’ est pour les érections ?


                          • rocla+ rocla+ 23 janvier 2015 18:22

                            Mahomet il commence à me courir sur l’ haricot .


                            • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 24 janvier 2015 00:01

                              Il commence seulement ?

                              Enfin, capitaine, avez-vous oublié vos anciens exploits ?

                              « Le crabe aux Pinces d’Or » pages 36 à 38.

                              Les Musulmans en prenaient pour leur grade.

                              Curieux d’ailleurs que cet album n’ait toujours pas suscité de polémiques, après l’affaire « Tintin au Congo »...


                            • egos 23 janvier 2015 20:45

                              Evidemment ...


                              les Alsaciens sont de dangereux complotistes séditieux, alliés aux forces obscures des légions Vaticanes et de son bras armé l’Opus Dei

                              une menace bien réelle pour l’unité du pays et la sauvegarde de la République que les « je suis » ont célébrée en procession, communion oserai-je, 

                              guidés par ses plus valeureux défenseurs, son(es) bras armé(s) ? en tête de cortège

                              rendons leur hommage, cela ne mange pas de bretzel, pardon de kouglof, du moins pas encore

                              car l’Alsacien est de par sa nature, non seulement germain d’ascendence et de language (cf Wiki), gravement périphérique (d’ou l’usage du terme les gens de l’intérieur, périph = banlieue,danger, islamisme donc religieux)) dépositaires d’acquis sociaux inédits (dont un système de couverture maladie avantageux) d’une culture locale hospitalière chatoyante et originale, en bref une variété de Corses sans explosifs, ni armes feux ou dispositifs (précisons les Corses Canalisés ) dispositifs fiscaux dérogatoires, des Basques sans Eta, des Dom Tom sans Békés, chômage et subventions.

                              un tel passif commande aux bataillons de réserve, sociales et républicaines, Besancenot de la partie c’est dire, de lever son (ses) bras vengeur et tel Persée de trancher la tête de la Méduse sous peine de se voir pétrifiée.

                              que représente donc l’impact de ce Concordat en termes financiers face aux ors & pompes de la République, ses alcoves et arcanes, le poids de la corruption et de l’évasion fiscale, des politiques ruineuses, des passes droit, du coût de l’entretien des monarques républicains (2,6 miil € pour le seul Sarko dit « je le vaut bien »), le haut, le bas et moyen clergé républicain ?

                              un symbole, assurément et chacun connait le poids des symboles,

                              Netanyahu, Orban, Perechenko, Hollande 1er et SpeedyManu (se propose d’organiser 1 manifs, encore une, sur le modèle de Paris, place Maidan je suppose) Hollande 1er et Speedy
                              Manu les premiers, même les « je suis »

                              c’est pour cela qu’il faut, sans relâche ou retenue, dénoncer les Alsaciens et leur imposture

                              une noble et sainte cause,

                              évidemment, je me répète ...

                              • CHALOT CHALOT 23 janvier 2015 22:05

                                Le délit de blasphème existe dans les textes particularistes de cette partie de France.

                                Ces textes peuvent être appliquées.

                                La mobilisation a été forte à Mulhouse, chez les enseignants qui n’ont eu que trois non grévistes et dans les milieux associatifs.

                                L’enseignant a exercé correctement sa fonction et c’est l’interprétation d’une famille qui a conduit à cette sanction. La principale et le Recteur se sont couchés devant les religieux et les ragots.l


                                • philouie 23 janvier 2015 22:18

                                  ouais.
                                  la justice se couche depuis trop longtemps en France.

                                  Charlie Hedbo n’a rien à faire dans une école.

                                  Charlie DEHORS.


                                • philouie 23 janvier 2015 22:20

                                  Chalot,

                                  je vous rappelle que l’ECOLE EST LAIQUE

                                  si vous coulez que la religion n’y entre pas, n’y faites pas entrer Charlie.


                                • CHALOT CHALOT 23 janvier 2015 22:48

                                  Philouie ! personne et surtout pas moi ait demandé d’introduire Charlie dans les écoles.
                                  Ce professeur a montré et il a eu raison, ce qu’était ce journal qui avait vu sa rédaction assassinée.


                                  • philouie 23 janvier 2015 22:53

                                    non Chalot. là ça va trop loin.
                                    insupportable.

                                    laissez les enfants hors de cette merde.


                                  • Marko Pauleau Marko Paulot 23 janvier 2015 23:16

                                    Et quand des francs-maçons censurent un site net de discussion ???


                                    • Marko Pauleau Marko Paulot 23 janvier 2015 23:20

                                      Le prof en question a fait de la provocation, par préjugé en oubliant que les pauvres n’ont pas ses représentations mentales... question de différence de classe sociale : les humbles tiennent à leurs icônes. Il n’y a pas si longtemps on parlait d’opium du peuple, Chalot a déjà oublié l’époque du socialisme !


                                      • rajex rajex 23 janvier 2015 23:40

                                        « Un recteur c’ est pour les érections ? »


                                        Non ! c’est un trou du cul avec chauffeur !
                                        rectum erectus

                                        • tf1Groupie 23 janvier 2015 23:44

                                          Oui les enseignants sont pour la laïcité, néanmoins concernant les opinions politiques ils ne sont pas toujours très « laïques », et là bizarrement ça ne gène personne.


                                          • philouie 25 janvier 2015 20:35

                                            Et lui, Chalot, vous ne le défendez pas ?

                                            Charlisme ?

                                            Bonne sodomie les gars.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès