Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Quelle est la différence entre emploi et travail ?

Quelle est la différence entre emploi et travail ?

Voici deux notions que nous avons facilement tendance à confondre. Et à tort vous vous en doutez. Car de cette confusion qui semble au départ peu importante, a découlé une nouvelle manière de penser mais aussi de présenter les choses aux travailleurs et à la population en générale, même celle qui ne travaille pas encore. Un petit rattrapage pour faire la différence entre les deux

De nos jours le travail occupe le centre de nos vies, on y passe des heures et c’est même lui qui nous définit la plupart du temps en tant qu’être humain. Lorsque vous rencontrez quelqu’un la première question sera souvent « qu’est que tu fais dans la vie ? ». Non pas ce que tu fais de manière générale, cela sous entend qu’est ce que tu fais comme métier. Ce qui occulte dès le départ vos passions, vos réalisations personnelles et autres domaines qui n’ont pas attrait au travail. Ce qui est assez réducteur. Si cela convient parfaitement pour certaines personnes, pour d’autre la question est tellement réductrice que s’en est ridicule.

Mais pire encore une personne au chômage, intermittente du spectacle ou ayant un poste peu reconnu aura des sueurs froides à la vue de cette question, et évitera dès lors tout contact avec des personnes qu’elle ne connait pas. Et pire encore ces mêmes personnes pourront cependant être dans des associations, être bénévoles pour distribuer des repas ou tenir une bibliothèque ou faire du soutien scolaire, cela n’aura pas d’importance face à cette question. Cela importe peu si le métier qu’ils exercent n’est pas à la hauteur des attentes des autres.

Et je ne vais pas vous mentir moi-même je me sens mal à l’aise devant cette question. J’exerce plusieurs activités en même temps, j’ai donc pris l’habitude de les énumérer tous à mon interlocuteur qui se trouve souvent désemparé du coup. Le malaise est inversé. Et à ce moment là on se rend compte que les gens ont du mal à accepter cela, car ils ne sont pas habitués, et que si une personne représente plus d’un métier cela déstabilise. On doit entrer dans des cases, du moins le plus que l’on peut, et je ne vous parle pas du moment où il faut se déclarer aux services d’état, qui souvent tombent à côté de la plaque. C’est ainsi que je me suis retrouvé catalogué informaticien programmeur, alors que j’étais graphiste-maquettiste. Le constat sera réducteur, mais aussi véridique si l’on réduisait cela à une équation : humain adulte = métier.

Les définitions

Au début de cet article je vous avais proposé de découvrir la différence entre travail et emploi. J’aurais pu ajouter métier. Et pour cela nous allons devoir nous pencher sur leurs définitions. J’ai consulté wikipédia et voici ce que l’on nous dit :

« Au sens économique usuel, le travail est l’activité rémunérée qui permet la production de biens et services. Avec le capital, c’est un facteur de production de l’économie. Il est essentiellement fourni par des employés en échange d’un salaire. Le processus d’entrée et de sortie de l’emploi se fait par le marché du travail. »

Nous retrouvons ici plusieurs notions intéressantes : rémunération, production, bien, service, employé et marche du travail. Un travail c’est donc lorsqu’une personne occupe un poste pour produire un bien ou un service pour un tiers (commerçant ou particulier). En échange de son temps il perçoit un salaire. Car oui lorsque vous êtes embauché vous vendez en fait de votre temps, et en fonction de vos compétences vous serez plus ou moins rémunéré, enfin en principe car souvent c’est l’employeur qui définit à l’avance le salaire car la négociation est rompue par une trop grande abondance de candidats sur le marché. Le marché voici une autre notion importante. Si l’on parle de marché ce n’est pas pour rien. Les employeurs disposent d’un vrai marché où les candidats viennent proposer leurs services contre une rémunération. Les candidats sont des produits. D’ailleurs sur la valeur qu’il produit il n’en touche qu’un pourcentage, car dessus il faudra retirer les charges salariales, mais aussi la marge que va faire la société qui l’emploie.

Du coup en suivant ce principe un indépendant n’est pas un salarié, logique, il ne perçoit pas de salaire. Il paie ses cotisations, rembourse ses emprunts, met de côté de l’argent qu’il pourra investir et ensuite se paie. Nous avons ici une route parallèle. Mais en échange ils produisent des biens ou des services. Contrairement aux actionnaires. Dont leur principe est d’acheter des actions dans une ou plusieurs sociétés, qui avec ces fonds pourront faire tourner leur entreprise. En échange les actionnaires recevront une fois par an une part sur les bénéfices que l’on nomme dividendes et cela sans jamais avoir produit quoique ce soit pour la société dans laquelle ils ont des actions. Contrairement aux employés par exemple. Ils ont juste prêté de l’argent, en prenant le risque que l’action se dévalue.

Et l’emploi dans tout ça

Passons maintenant à la définition d’emploi. « Un métier est d’abord l’exercice par une personne d’une activité dans un domaine professionnel, en vue d’une rémunération. » je m’arrête ici, car à mes yeux un métier n’est pas que cela. Un métier c’est la maitrise professionnelle d’une activité et la mise en pratique de ces connaissances à laquelle peut s’ajouter les connaissances personnelles de la personne. Un écrivain aura appris à écrire, mais dans ces récits il mettra souvent une part de lui ou de ses expériences. Ne serai-ce que son style qui en découle. A moins que vous ne pensiez qu’écrivain n’est pas un métier ? Dans ce cas prenons un journaliste. De plus une personne pourra avoir un métier, donc comment exercer cette activité, sans pour autant bien le faire. Il n’y a aucune notion de valeur et de qualité. De même qu’une personne pourra voir appris un métier et l’exercer bénévolement. Un métier c’est une maitrise, un emploi c’est un poste que l’on occupe dans lequel on produit pour toucher une rémunération. Donc cette définition est fausse ou du moins biaisé. Ou alors c’est remettre en question la notion de métier, et refuser qu’une personne utilise ce qu’elle a appris dans un autre domaine que professionnelle. Pourtant vous pouvez très bien être menuisier dans une société, et faire pour des meubles dans vos moments de loisir. Vous utilisez alors bien vos connaissances et votre expérience pour réaliser le même type de production, mais cette fois-ci sans être payé.

Bon j’avoue j’ai un peu triché car la définition sur wikipédia ajoute ceci ensuite : « Par extension, le métier désigne le degré de maitrise acquis par une personne ou une organisation du fait de la pratique sur une durée suffisante de cette activité (expérience et savoir-faire acquis, voire amélioration des pratiques si ce métier le permet). » mais en remettant en cause la définition c’était un moyen pour moi de mettre le doigt dessus et de mieux la définir au-delà du cadre du travail. Il serait difficile de dire si le mot par extension, est ici plus ou moins péjoratif ou non, ce que l’on peut noter c’est que cette notion n’a pas été mise dans la définition principale mais à la suite avec une mise en garde. Et a aucun moment le côté rémunéré d’un métier n’est remise en cause. Métier et emploi sont dès lors très proches pour wikipédia, et pour la plupart des personnes.

Encore un peu d’emploi

Sur la page du mot emploi, voici la définition qui nous est donné « Un emploi, en économie, consiste à utiliser des personnes actives de la population à des activités économiques. En France, un emploi est assimilable à un contrat passé entre deux parties, l’employeur et le salarié, pour la réalisation d’un travail contre une rémunération, par l’exercice d’une profession, ou bien pour un travailleur indépendant, la réalisation de multiples contrats implicites ou explicites dans le cadre de l’exercice d’une profession. Une personne bénévole n’occupe pas un emploi au sens strict du terme. »

Nous avons juste avons qu’un emploi est une activité rémunéré par un employeur envers un employé. Un indépendant ne peut pas être défini ainsi, ici il y a donc abus de langage. Un indépendant n’occupe pas un emploi car il n’a pas d’employeur, mais des commanditaires. Il ne perçoit pas de salaire. Un indépendant exerce donc un métier. Par contre nous somme d’accord sur le fait qu’un bénévole n’occupe pas un emploi, par contre il peut exercer un métier. Un charpentier qui aide une association bénévolement en construisant des abris, fait bénéficier celle-ci d’une connaissance dans un domaine, au même titre qu’il exerce cette activité professionnellement.

Instrument de torture

Même si certains linguistes contestent l’étymologie de ce mot, il ne faut pas oublier que el mot travail, voulait dire en ancien français, tourment ou souffrance. Ça donne envie. Le mot serait même un dérivé d’un instrument de torture nommé tripalium. Si on peut contester ces origines, on ne peut décemment pas dire que la bourgeoisie gagnait sa vie en travaillant et même qu’elle l’apprécie. Le travail représentait pour eux un labeur, une chose à éviter et à laisser aux plus pauvres. Eux avaient des loisirs. C’était notamment le cas au moyen âge, dans les cours seigneuriales. Même les commerçants qui étaient parfois très riches, ne faisaient pas partie de la cour, alors qu’il exerçait un métier. Car ils le savaient bien, travailler était fatiguant et pouvait vous tuer à la tâche. Et puis de l’argent il n’en avait pas besoin.

L’école lieu de formation professionnel et non de connaissance, donc plutôt d’éducation

Cette idée que le travail est au centre de tout nous est inculquée depuis tout depuis. Et ceci dans le but d’être de bon travailleur plus tard. Très rapidement on troque la connaissance pour la formation quasi professionnelle. On demande aux enfants de suivre des règlements, d’être performant, de ne pas se tromper et d’écouter. D’ailleurs l’état ne s’en cache pas en ayant nommé le ministère, éducation nationale et non pas connaissance scolaire par exemple. Ici le ton est donné on va éduquer vos enfants. Pourtant il n’est pas rare d’entendre que l’éducation est du ressort des parents et non de l’école. Chose avec laquelle je suis parfaitement d’accord. Pourtant l’école est trop souvent une antichambre du monde professionnel.

Arrivé au lycée on va demander aux élèves de suivre des filières non pas pour acquérir en premier lieu des connaissances dans un domaine, mais avant tout pour se former et obtenir un diplôme permettant d’accéder à un certain emploi par la suite, ou entrer dans des écoles qui le feront. On se spécialise immédiatement pour le monde du travail. Et combien de jeunes sont amenés à choisir un filière qui embauche (soi disant), au détriment d’une filière qu’ils auraient aimé suivre, tout ceci pour se garantir d’obtenir un emploi en sortant de l’école. Pire encore certains élèves prennent des filières qu’ils n’aiment pas simplement parce que le salaire est plus important.

C’est aller à l’encontre de la bonne réalisation du travail qui lui sera demandé et son épanouissement. Qui aime faire un métier ou un travail qu’il n’aime pas ? Personne, et si vous le faites malgré tout par nécessité, vous le ferez sans passion, sans envie et surement moins bien qu’une personne qui aime ça. Dès lors c’est aller à l’inverse de la logique et donc créer des travailleurs malheureux simplement pour entretenir un besoin professionnel. Un secteur a besoin de travailleurs, l’école lui en fournit.

Un humain = un travail

Le travail est un sujet très vaste, qui touche aussi bien la population, que la politique, la finance et la philosophie. Le sujet est trop vaste pour en parler correctement en quelques lignes. Je n’ai fais qu’effleurer l’iceberg.

Le travail a subi plusieurs révolutions au cours des siècles, et aujourd’hui nous sommes peut être à la porte d’une nouvelle révolution, face à une offre qui s’amincit de plus en plus à mesure que les pré requis pour occuper un poste, parfois précaires, sont de plus en plus disproportionnés. Cela a un impact sur chaque personne, mais également sur notre économie et pire encore sur le monde dans lequel nous vivons. Et pas en bien malheureusement. Et à l’heure actuelle, la plus grande révolution que l’on pourrait faire serait de ne pas considérer les autres comme leur travail, mais comme la somme de leurs connaissances, passions et expériences avec ce qu’ils ont à nous apporter. Ça serait déjà faire un grand pas dans la bonne direction.

Le travail est donc un sujet très vaste sur lequel j’aurais l’occasion de revenir, cela ne fait aucun doute.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 20 juin 17:33

    La distinction est très simple quand on remplace « travail » par « force de travail ».


    Sur ce qu’on appelle « le marché de l’emploi », le patronnat a réussi à se positionner en bien faiteur en inversant les données : l’offreur c’est lui, le demandeur, c’est le chti nouvrier.

    Dans la réalité, c’est celui qui vend sa force de travail qui constitue l’offre, et l’employeur qui en a besoin est le demandeur.

    Cette inversion n’est pas innocente, car elle inverse le rapport de forces.

    D’ailleurs l’état, cette administration au service des industriels et des financiers distingue deux services dans le ministère du travail et de l’emploi :
    - il contrôle la réglementation qui encadre les conditions d’exploitation des salariés dans le monde du « travail »
    - il distribue les « aides » aux employeurs et aux chômeurs dans le domaine de l’« emploi » qui devient du coup un secteur « assisté ».

    • Xenozoid Xenozoid 20 juin 17:41

      @Jeussey de Sourcesûre


      Cette inversion n’est pas innocente, car elle inverse le rapport de forces.

      c’est la fonction même du pouvoir

    • rocla+ rocla+ 20 juin 21:47

      surtout si l’ inversion  est très inversée .


    • JL JL 20 juin 18:10

      Le capital crée des emplois ... ailleurs ; et détruit le travail, ici.


      • JL JL 20 juin 18:11

        Plus exactement : il détruit les travailleurs.

         

      • rocla+ rocla+ 20 juin 21:48

        @JL


        Faut éradiquer les capitales .

      • JL JL 21 juin 08:40

        @rocla+,

         
        commençons déjà par traquer leurs idiots utiles qui commencent à nous les gonfler menu.


      • rocla+ rocla+ 21 juin 08:49

        @JL


        Bien vu JL . 

        Faudra commencer  à l’ instar de l’ étalonnage  du mètre  par définir 
        la longueur d’ onde de l’ idiotie .

        Le mètre  est défini  depuis 1983 comme le distance parcourue par la lumière dans de le vide  en 1/299 792 458 de seconde  .

        Concernant l’ idiotie  il est probable que la distance de la Terre à la Lune soit trop 
        courte . 

        Qu’ en pensez-vous ?


      • Hermes Hermes 21 juin 13:27

        @rocla+

        inutile d’aller voir plus loin que le bout de son nez


      • clostra 20 juin 18:25

        « C’est quand qu’on va où ? »

        On asticote les chômeurs qui exercent cet emploi à plein temps et en prime des quasi coups de pieds dans le derrière (pour les faire avancer ?) tout en annonçant qu’il y aura 1 million d’emplois supprimés dans les proches années qui viennent. Chercher l’erreur qui n’est ni dans la compétence, ni dans l’emploi (du verbe employer, utiliser, se servir de).

        Alors, on comprend bien le sens des coups de pieds dans le derrière, très « nationalistes » car sinon quoi ? Il faut qu’on en fasse plus, mieux, qu’on innove pour damer le pion à toutes ces têtes pensantes des Indes, de Chine, et d’autres terres découvertes (ou non) à marée basse ...

        Voilà pourquoi il faut donner des coups de pieds dans le derrière des chômeurs pour qu’ils créent à eux seuls non pas le million d’emplois qui vont faire défaut mais si possible 2 millions.

        On ne va tout de même pas se fâcher contre ceux qui occupent un emploi !


        • rocla+ rocla+ 20 juin 18:38

          Emploi  :  c ’est un poste de travail dans une entreprise . 


          Travail  :  tâches effectuées par l’ employé dans le cadre de son emploi . 

          Métier  :   appellation d’ un certain nombre de techniques nécessaires pour 
                     fabriquer un objet  : sabotier , ébéniste etc ...

          Patron  :  espèce de salaud qui donne un emploi ( selon Agoravox )

          Martinez : genre de moustachu à oeil sombre 

          Gattaz   :  homme adoré par les larbins ( voir Gil Foufouille et autres )

          Chirurgien  plastique  : Cahuzac  , ennemi de la Finance 

          Flamby   : yaourt Elyséen moi Président 

          Valls      : Ibère  rien pour attendre 

          Flic       : salaud complotiste  au service des tâches ingrates ( selon Avox )

          Camembert et baguette  : emblème du Français en béret .





          • ZenZoe ZenZoe 21 juin 14:47

            @rocla+
            Valls : Ibère rien pour attendre  smiley smiley


          • nours77 nours77 20 juin 18:48

            Je préfère travailler que de me faire employer... simple question de gout... J ai l impression de participer un peu au moins.


            • gimo 20 juin 19:34

              @nours77
               Emploi  employer  ( il y a un fond cache obscur dans ce mot attendre d’etre utile 

               quand le moment est venu tirer parti user ? consommer
              moi J’emploi ma tonteuse pour couper mon cazon  !!!
               un vieux chinois disait " si tu ne gere pas ta vie d’autres le feront pou toi 
              de façon comme une tondeuse il va prendre un instrument il va l’employer pour tondre
              au sens propre et au figuré    ou est l’HUMAIN je ne le vois pas, ? ha :: !!!! j’ai vu ma tondeuse
              au boulo  !!!!!!
              mon gd pere me disait il vaut mieux etre un mauvais patron 
              Que un bon employé

            • Anthrax 21 juin 15:38

              @nours77

              J’ai été employé d’un journal dont la forme sociale était « Société d’exploitation ». Et ben j’aurais dû me méfier.

            • marmor 20 juin 19:14

              Les fonctionnaires ont un emploi
              les ouvriers ont un travail......................... Vous voyez la difference ?


              • rocla+ rocla+ 20 juin 19:17

                @marmor


                Oui .... je la vois 

              • gimo 20 juin 19:48

                @marmor
                 Non c’est une planque( se dissimuler pour guetter l(heure de sortie  c’est un emploi  

                quel est le metier 
                 comme avait dit un jour à l’a s’emblee  Jospin je suis payer a rien foutre ok !!!
                 travail  comme disent les portugais baisse et mal payer

              • marmor 20 juin 19:28

                J’ai plein de potes à la mairie de Toulouse. C’est eux mêmes qui le disent :
                Tu travailles à la mairie ?
                Non, je suis employé à la mairie !! 


                • rocla+ rocla+ 20 juin 19:41

                  Moi j’ ai un pote qui était employé EDF .


                  Un jour je lui ai demandé ce qu’ il faisait exactement , il me répond :
                  je suis topographe  ..... smiley

                  Je l’ invite un jour chez moi , dans le sud , il a pas été capable , malgré
                  son GPS  de trouver  mon habitation . 

                  Il m’ a cependant dit , parlant de luttes syndicales , qu’ il faisait 
                  partie des durs , de ceux qui etc ....

                  Lui et sa femme touchent une retraite d’ environ 4000 euros par mois .

                  Je suis content pour eux , n’ étant pas à plaindre moi-même , mais il y a une 
                  part d’ indécence de la part  de gâtés par l’ Etat de prendre les gens pour des ânes .

                  • foufouille foufouille 20 juin 19:57

                    @rocla+
                    il y a une 

                    part d’ indécence de la part de gâtés par l’ Etat de prendre les gens pour des ânes .
                    oui. oui.
                    comme toi, peu de cotisations. du cash qui sort de la caisse et 800€ de retraite.

                  • gimo 20 juin 20:50

                    @foufouille
                      ’c ’ EST PAS TROP BIEN DE TE CHAMAILLER AVEC ROCLA+ toujours

                    sans parti pris bonsoir

                  • foufouille foufouille 21 juin 00:32

                    @gimo
                    si personne ne lui répond, il pensera qu’il a raison.


                  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 21 juin 07:50

                    @foufouille

                    Vous savez, il est grognon comme ça, mais il a bon cœur, au fond.

                  • Robert GIL Robert GIL 21 juin 09:21

                    @rocla+
                    un peu comme ceux qui se disent boulanger et font une espece de truc degueulasse avec de la farine, de l’eau et un peu de levain ou comme ceux qui confondent une vielle camionnette rouillée avec un camping car ou encore ceux qui parle de nenette pour une vieille decrepie et de pastis pour de l’urine d’ane !


                  • rocla+ rocla+ 21 juin 09:57

                    @Robert GIL


                    Si c ’est comme ça que tu vois un métier artisanal , tu as vraiment 
                    mieux fait d’ aller taffer dans une boite  qui a pas le droit de te renvoyer .

                    Je vois maintenant pourquoi les clodos comme toi veulent une loi qui 
                    protège des charognes dans ton genre .



                  • Sozenz 20 juin 21:23

                    comprendre la notion de travail est beaucoup plus important qu on ne le pense .
                    il va nous faire vivre nous d une façon personnelle ou nous sur l évolution de notre société soit sur le mode :
                    time out ou 1984 pour donner des images
                    soit
                    dans le respect de nos vies et de notre environnement.


                    • JBL1960 JBL1960 20 juin 21:42

                      C’est vachement instructif cet article. Bon, comme souvent le lundi on apprend qu’il y a un paquet de gens qui ont perdu leur emploi, ou leur travail. Bref qu’ils sont sans emploi ou sans travail...
                      https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/06/20/fucking-monday/ On ne sait plus...


                      • Pierre 20 juin 23:27

                           La différence est simple : la plupart des gens cherche un emploi, beaucoup moins un travail !!


                        • chapoutier 21 juin 08:57

                          De nos jours le travail occupe le centre de nos vies, on y passe des heures......


                          et avant, on faisait quoi ?


                          • rocla+ rocla+ 21 juin 09:05

                            Avant on glandait , on ramassait des glands .


                            On peut le voir sur le célèbre tableau «  l’ Glandélus   »  

                            • bourrico 7 21 juin 09:29

                              @rocla+


                              Un glandeur est aussi un vieux con enragé plein de haine, tout juste bon à servir de bouffon sur un site poubelle.
                              A plus ma raclure de bidet.

                            • rocla+ rocla+ 21 juin 10:01

                              @bourrico 7


                              Note bien que j’ ai toujours été  étonné  que des cloportes 
                              dans ton genre viennent sur des sites poubelle . 

                              La poêle Téfal n’ attache pas .

                              Bourricot est attaché à sa congénitale connerie , il vient sur un infréquentable
                              site poubelle .... faut quand-même être un gros naze , ne crois tu pas  ? 

                            • rocla+ rocla+ 21 juin 10:04

                              J’ va t’ appeler Bourricot l’Glandèlus  à présent . ... smiley


                              Bourricot  l’ Glandélus .... smiley ça sonne comme ça se prononce 

                              Bourricot l’ Glandélus  de Millet ... smiley



                              • rocla+ rocla+ 21 juin 10:08

                                Alors   Bourricot l’ Glandélus  ris-tu ?   


                                Comment tu la trouves ma nouvelle invention haineuse ? 

                                Posée à point ? 


                                J’ en rajoute une couche ? 

                                J’ ai finir  par avoir un sentiment pour toi tellement tu fais partie de la nature 
                                humaine des gros cons . 

                                Lâche  con et   Glandu   voilà la fiche Bourricot  .... smiley

                                • sparker808 (---.---.48.194) 21 juin 10:46

                                  Mes parents m’ont donné la vie, c’est beau. la société dans laquelle je suis venue au monde m’oblige à la gagner sinon je meurs, c’est déjà moins beau.
                                  Ces distinctions sont intéressantes sur le plan personnel car pour ce qui est de nos sociétés c’est la rentabilité qui compte.
                                  Non seulement vous devez gagner votre vie (! !!) mais en plus vous devez être rentable sinon deuxième sanction mortelle. Vous pouvez être un bon ébéniste qui met du coeur à l’ouvrage mais si l’expression de votre talent ne rentre pas dans les carcans de la rentabilité vous finirez chez ikea à monter des meubles pour pas crever.
                                  Nos sociétés nécessitent des emplois pour gérer la rentabilité des métiers. Président de la république n’est pas un métier, mieux même il est l’employé du peuple si on va par là. On peut faire d’un emploi une réalité utile et motivante voir épanouissante même si cela n’est pas un métier, au sens de réalisation personnelle.
                                  Tout est une question de finalité et de cadre « spirituel » dans le sens de l’esprit des choses.
                                  L’emploi peut être mal considéré parce qu’il signifie souvent larbins sans valeur, les improductifs comme on disait il y a quelques dizaine d’années.
                                  Je vous conseille le documentaire suivant si vous ne l’avez vu (loc 2.99 euros)

                                  http://boutique.arte.tv/f10216-bonheur_travail


                                    • straine straine 21 juin 12:45

                                      Bonne nécrologie sur la rémunération de l’activité qui n’arrive pas à dissiper dans mon esprit le flou de la notion de la valeur ajoutée censée peser sur le % de redistribution des rétributions.


                                      • Anthrax 21 juin 15:07

                                        Quelques réflexions étymologiques en vrac, mais qui peuvent éclairer : 

                                        En italien, chômeur se dit « disoccupato ». Je trouve que cette nuance très subtile en ce qu’elle élargit l’action. Si je suis président bénévole d’une assoce je ne travaille pas, mais je suis occupé. D’où l’idée de rétribuer des activités qui ne sont pas à proprement parler du travail salarié, mais sont néanmoins utiles à la communauté. Le débat est ouvert...
                                        L’origine « tripalium » est contestée depuis longtemps par les plus grands linguistes. 
                                        Il semble que le mot travail s’apparente plutôt à l’hispanique « trabajo », qui exprime dans sa première forme « une tension qui se dirige vers un but et qui rencontre une résistance. » Le préfixe latin « trans », raccourci en « tra », comme dans Tramontane, exprime l’idée de passage, et enfin on note que « travel » (voyage en anglais) tire son origine du mot français travail. On peut alors penser que le travail serait l’ensemble des actions qui nous font viser un but (scier une planche, enseigner, labourer...) nécessitant de surmonter des résistances (celles du bois, des élèves, de la terre). Au passage, si j’ose dire, on parlait du « travail » de la parturiente pour évoquer l’accouchement. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès