Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Quelques émotions laborieuses

Quelques émotions laborieuses

En direct de ma Segpa

Leurs émotions en stage ...

Aliou

J'ai effectué mon stage de découverte de monde du travail dans l'entreprise SEC à Saran. On y fait la pose et l'entretien des appareils de contrôle dans les véhicules. Durant ce stage je suis passé par différents sentiments.

Par trois fois, Francis m'a demandé de souder. La première fois j'avais très peur de me brûler et de mal faire . Il m'a bien expliqué et il m'a rassuré. Finalement j'y suis arrivé ! J’étais très content de moi. Les autres fois, je n'avais plus d'appréhension

Avec Fabrice je me suis rendu dans un dépôt de taxi. Nous devions contrôler les compteurs. C'est un endroit où personne n'a le droit de rentrer . Ça m'a fait plaisir qu'on me laisse rentrer et qu'on me considère comme un ouvrier.

Quand j'ai aidé Francis à dévisser les plaques de fixation d'un GPS, c'était très inintéressant. Je n'avais jamais fait une chose pareille ! J'étais fier de moi. Quand j'y suis arrivé et que j'ai compris ce que je faisais, je me suis fait plaisir.

J'ai été particulièrement bien reçu sur ce stage. J'ai senti que tout le personnel me faisait confiance et se préoccupait de moi. C'est un sentiment très agréable et qui m'a donné de la fierté, du courage et l'envie de bien travailler.

Ce stage fut une expérience formidable j'ai désormais envie de m'orienter vers l’électronique même si c'est difficile. Ce stage m'a donné de l'ambition.

2364560123_1.jpg

Joana

Je devais faire un stage chez un fleuriste. Le premier jour, j'ai trouvé le magasin fermé. J'étais déjà anxieuse, ce fut une catastrophe pour moi. J'ai paniqué et je me suis énervée.

Quand j'ai appris que le magasin venait de fermer, j'ai éprouvé une grande colère vis à vis du patron qui n'a pas pris la peine de me contacter pour me prévenir.

Mon expérience commençait très mal. Heureusement ma mère ne travaillait pas ce matin et elle m'a soutenu. Grâce à elle, j'ai retrouvé un stage dès le lendemain.

C'est un magasin de service qui propose aux gens de laver et repasser leur linge qui m'a accepté en dernière minute. Ce fut un bonheur pour moi de trouver dans ces conditions un stage.

J'ai été remarquable accueillie par les deux dames. Elles m'ont fait confiance de suite, m'ont donné du travail à faire seule. J'ai réussi et j'étais fière de moi.

Cette double expérience m'a donné de la confiance. Je sais maintenant que je peux compter sur cet endroit où l'on est prêt à me recevoir à nouveau.

Je peux même dire que je me suis faite des amies. C'est un grand plaisir de pouvoir ainsi se confier à des adultes que je ne connaissais pas.

Finalement mon malheur et devenue un bonheur. Je sais maintenant qu'il ne faut pas désespérer et qu'il existe toujours une solution. L'an prochain je ferai mon stage de 3 semaines à La Maison Blanche avec mes deux amies.

emotions.jpeg

Christopher

J'ai effectué mon stage dans une entreprise de maçonnerie. J'ai toujours été en chantier pendant cette semaine où il n'a pas fait beau. Durant cette expérience je suis passé par différents sentiments assez contrastés.

En premier lieu je retiens les moments où le patron me criait dessus quand je n'arrivais pas à faire ce qu'il me demandait. J'éprouvais de la tristesse, je ne m'attendais pas à ça. Je trouvais que ce n'était pas mérité et je faisais un peu la tête.

Quand il m'a fallu porter les sacs de mortier, ils pèsent 25kg, j'ai réussi. J'ai fait preuve de force mais surtout de courage. J'étais fatigué mais fier de moi.

Par trois fois, le chantier s'est terminé plus tard que prévu ( jusqu’à une heure de plus ) ça me mettait en colère parce que j'étais fatigué et que j'aurais aimé me reposer. Je perdais mon envie de travailler et j'attendais sans rien faire. Ça énervait le patron.

Quand Aldo m'a demandé de passer le tamis j'ai su que j'allais réussir parce que c’était facile. J'avais confiance en moi et j'étais plein d'énergie. J'ai aussi apprécié qu'on me donne une responsabilité.

Malgré mes sentiments négatifs ( tristesse et colère ) je pense que c'est le métier qui me convient. Il me faudra accepter la nécessité parfois de prolonger la journée pour terminer un travail. Je l'ai compris.

emotions20chats1.jpg

Justine

J'ai effectué mon stage découverte au salon de coiffure Intermède. J'ai travaillé en compagnie de deux coiffeuses et d'une apprentie. Ce fut une expérience nouvelle pour moi qui m'a fait vivre différentes émotions.

Souvent je n'avais rien à faire que balayer et regarder. Je me suis ennuyée, le temps paraissait très long. Je ne referai pas coiffure, j'ai compris ! Je n'avais tellement rien à faire que l'envie de rentrer chez moi me prenait. J'éprouvais alors une grande tristesse d'avoir choisi ce stage faute de mieux.

J'ai perdu mon temps, ça me rendait malheureuse. Heureusement que l'ambiance au salon était excellente. Avec les coiffeuses nous rions beaucoup. Elles faisaient des bêtises, elles ennuyaient l'apprentie et ça me faisait rire. C'est agréable de travailler dans la joie.

J'avais vraiment envie de travailler et d'apprendre. J'ai fait tout ce qu'on m'a demandé et j'aurais aimé en faire beaucoup plus parce que j’étais très motivée

C'était humainement un bon lieu de stage mais ce n'est pas un métier pour moi. L'an prochain, je pense essayer la vente ou bien m'occuper des enfants. J'ai besoin que ça bouge.

1015778 542335502491086 846508138 o

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 3 juillet 2013 10:09

    « En premier lieu je retiens les moments où le patron me criait dessus quand je n’arrivais pas à faire ce qu’il me demandait. »

    celle la, est très bonne. le mec veut un esclave qui sait tout faire
     smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 3 juillet 2013 10:12

      Foufouille


      Réalisé sans trucage

      C’est éloquent !

    • foufouille foufouille 3 juillet 2013 10:13

      des comme ça, j’en ait déjà vu. quand c’est leur tour de faire quelque chose, ils le font de travers en général


    • C'est Nabum C’est Nabum 3 juillet 2013 10:15

      Foufouille


      Et ce n’est qu’un stagiaire de 14 ans

      Honte à ce triste personnage 

    • foufouille foufouille 3 juillet 2013 11:06

      j’avais un pote couvreur qui a vécu la même chose, plus vieux mais dépressif


    • urigan 3 juillet 2013 22:12

      Hôtellerie et bâtiment : même combat !


    • C'est Nabum C’est Nabum 4 juillet 2013 06:41

      Foufouille


      Ne généralisons pas mais admettons des cultures de branche professionnelle !
      le travail y est parfois une punition ...

    • L'enfoiré L’enfoiré 3 juillet 2013 11:40

      Faut toujours préparer son avenir, se réserver une suite. 

      Une deuxième vie commence peut-être ?
      Je n’ai jamais eu le temps d’écrire une ligne pendant ma vie active.
      Cela a changé... smiley


      • C'est Nabum C’est Nabum 3 juillet 2013 12:06

        L’Enfoiré


        Vous vous rattrapez ! 

        Bonne journée de tout repos

      • Prudence Gayant Prudence Gayant 3 juillet 2013 22:12

        « leurs émotions en stage »

        belle prose ! pourtant vous désespériez il y a peu.
        Vous avez donc réussi (les professeurs) à leurs inculquer quelques notions.



         

        • C'est Nabum C’est Nabum 4 juillet 2013 06:42

          Prudence


          C’est je l’espère le résultat de mon travil sur la connaissance de soi et l’expression par l’écrit !

          Pour le reste, l’avenir dira s’ils en gardent quelque chose

        • Shawford Shawford42 3 juillet 2013 22:22

          Bon, la StarGate Na Boom, faut pas désespérer comme dit par Dear prudence 6-deux sus, il fait un temps rêvé pour naviguer ce soir, je dirais même que je suis d’humeur pour faire visiter quelques constellations.


          Chiche ?

          • Prudence Gayant Prudence Gayant 3 juillet 2013 22:25

            Shawford42

            Eteignez donc la lumière on y verra mieux

          • Shawford Shawford42 3 juillet 2013 22:30

            C’est fait mais je distingue à peine le digi-code ainsi que mon FRV100.


            Vous m’éclairez à votre tour ?

          • C'est Nabum C’est Nabum 4 juillet 2013 06:43

            Shawford42


            Pourquoi tant d emépris ?

          • Shawford Shawford42 4 juillet 2013 09:35

            Na Boom, pris au premier degré, le mépris (le é m’a sans doute échappé) chez moi ça n’existe pas, tenez le vous pour dit. 


            Pour le reste je suis toute ouïe !!!!

          • Prudence Gayant Prudence Gayant 3 juillet 2013 22:39

            Shawford42

            Cela aurait été avec plaisir. 
            Pourquoi avez-vous donc besoin de voir votre digi-code en ce moment ? quand au FRV100 j’ignore ce que cela est.
            Je vous abandonne à vos rêveries.


            • Shawford Shawford42 3 juillet 2013 22:45

              Soit, mais ce sont aussi les poils bien dressés de ma chatonne pyrathomere, et la terreur annonciatrice de l’Etoile du berger bédouine, dixit Contantdansleserreurs sous d’autres fils d’Agoravox.


              Allez y jeter un œil avant de vous endormir si vous le voulez bien, ou à la revoyure, puissiez vous avoir le réveil doucereux.

            • C'est Nabum C’est Nabum 4 juillet 2013 06:44

              Prudence


              Je crois qu’il veut ainsi démontrer l’échec de notre école !

              Il le fait parfaitement

            • Shawford Shawford42 4 juillet 2013 09:36

              éééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééé smiley


            • C'est Nabum C’est Nabum 4 juillet 2013 13:00

              Shawford42


              Vous n’avez qu’une touche ?

            • Phi ka Sō Phi ka Sō 4 juillet 2013 13:33

              Ola nabum,

              on ne dirait pourtant pas de la french touch ?

               « Le difficile c’est ce qui peut être fait tout de suite, l’impossible c’est ce qui prend un peu plus de temps. »

              Georges Santayana


            • C'est Nabum C’est Nabum 4 juillet 2013 13:53

              Phi ka Sō


              Chacun fait en fonction de ses moyens !

              Celui-ci n’en a guère !

            • Shawford Shawford42 5 juillet 2013 07:45

              Yep, jamais du moyen, toujours de l’intense, surtout en été, avec 2 é


              Na Boom, au fait, bon voyage au fil de l’eau smiley

            • C'est Nabum C’est Nabum 5 juillet 2013 07:48

              Shawford42


              Merci

              J’espère que vous suivrez avec attention mon aventure modeste et ligérienne au fil de l’eau

              Le o remplacera le é et nous en serons quittes !

            • Shawford Shawford42 5 juillet 2013 07:55

              Sans faute, je serai fidèle à votre histoire d’ô (vous me serez gré j’espère de ne pas l’avoir sorti dans mon post précédent, ; maintenant que vous l’avez vous même énoncé, on ne risque plus l’incident diplômatique smiley )


            • C'est Nabum C’est Nabum 5 juillet 2013 10:51

              Shawford42


              La diplomatie et moi ça ne fait pas bon ménage !

              Vous ne risquez que des éclaboussures !

              Bonne lecture

            • Shawford Shawford42 5 juillet 2013 11:06

              Vous ferez des éclaboussures sur qui vous voulez dans votre histoire d’ô, mais sûrement pas sur moi. smiley 


              Je me contenterai effectivement de vous lire smiley

            • C'est Nabum C’est Nabum 5 juillet 2013 11:09

              Shawford42


              Le seul qui risque de prendre l’eau c’est moi.

            • Fab81 5 juillet 2013 12:06

              Suis-je le seul à être choqué par le comportement du patron qui fait porter des sacs de 25kg à un gamin de 14 ans (si j’en crois la réponse à un commentaire précédent) ? smiley
              On va encore lui confier des stagiaires au type qui crie sur les gosses et leur confie des besognes pénibles ?


              • C'est Nabum C’est Nabum 5 juillet 2013 13:12

                Fab81


                Si c’est choquant, ce n’est plus dans l’air du temps de s’en étonner !

                S’en plaindre ce serait déclencher la colère des tenants de l’ordre, du travail seule valeur qui vaille et du patron naturellement bon et généreux.

                Il faut de la mesure en toute chose ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès