Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Questions d’un « mâle barré » aux féministes « intégristes (...)

Questions d’un « mâle barré » aux féministes « intégristes »

On ne peut que féliciter toutes les femmes et les hommes qui luttent pour l’égalité en droits entre les hommes et les femmes. L’ironie de certains, à propos des mâles écrivant sur la condition masculine, me conduit par contre à poser certaines questions :

1 - La légitimité du combat des femmes pour le respect de leurs droits donne-t-elle le droit de considérer tout homme qui oserait émettre des réserves à propos du dogme féministe, comme un horrible dominant ?

2 - La prise en compte d’un malaise doit-il être le privilège accordé, pour l’éternité, aux femmes naturellement victimes et doit-il être refusé aux hommes, éternels exploiteurs, ne souffrant que de leur manque de savoir-vivre ?

3 - S’il n’y a pas de nostalgie à avoir pour l’homme du passé, est-il vraiment nécessaire de vouloir inventer un homme nouveau à partir de nos rêves d’unité ? S’il n’est pas conseillé d’établir des rapports avec l’autre à partir de nos fantasmes, est-il davantage recommandé de ne pas en tenir compte ? Les femmes n’ont certes jamais détenu la toute-puissance, mais cela empêche-t-il tout humain, homme ou femme, de réagir inconsciemment et comme un petit enfant, comme si c’était le cas ? N’y a-t-il pas de fortes chances que cela se perpétue, à moins que l’humain, devenu tout-puissant, n’arrive à « maîtriser son inconscient » ? Alors doit-on, parce que la différence des sexes a été mal gérée et a servi pendant des siècles à inférioriser les femmes, la dénier aujourd’hui ?

4 - Qui, à part certains féministes et les sexistes tout à fait condamnables, évoque la différence entre les sexes pour juger que l’un serait meilleur que l’autre ? Cette différence des sexes a certes servi à inférioriser la femme, mais doit-elle, parce qu’elle a été mal gérée pendant des siècles, être déniée maintenant ? Faut-il, parce que la différence des sexes était synonyme de discrimination, aller vers une égalité synonyme d’indifférence ?

5 - On ne peut que refuser les stéréotypes de la société patriarcale traditionnelle. Mais, pourquoi alors se délecter autant en déversant son fiel sur le macho débile dont il est souvent fait une généralité et un épouvantail et pourquoi continuer d’assimiler tout homme dénonçant des dérives féministes à cette triste caricature ?

6 - Ne serait-il pas davantage crédible lorsque l’on veut fustiger la violence masculine, d’éviter de voir, dans toute personne qui ne suit pas l’idéologie dominante (celle des dominés), un ennemi à abattre ? Il vaut certes mieux utiliser la force des mots que des moyens physiques, mais est-elle toujours assez « tranquille » pour espérer mettre fin à la guerre des sexes ?

7 - Ne serait-il pas davantage constructif d’analyser les arguments des autres sans les déformer et d’engager le dialogue pour essayer de les comprendre ? Le mépris affiché pour les hommes qui tâtonnent, n’est-il pas symptomatique d’une attitude défensive et sectaire qui ne fait pas bon ménage avec l’esprit d’ouverture que l’on pourrait attendre de la part de défenseurs de la démocratie ? Pourquoi, pour combattre les intégristes, se sentir obligé d’adopter leur attitude ?

8 - En n’arrivant plus à concevoir que la vision du monde féministe puisse aussi entraîner des dérives, celle-ci ne devient-elle pas une idéologie et n’est-ce pas déjà une dérive ? Défendre la démocratie, des féministes l’ont fait et on ne peut que les applaudir. Mais alors pourquoi employer aussi des méthodes staliniennes en ne voyant dans les contradicteurs que des déviants et des traîtres à la seule cause qui serait valable, celle des féministes ? Dans notre société en mutation, n’est-ce pas un moyen confortable de ne pas se « poser d’utiles questions » que de se complaire avec bonne conscience dans ses certitudes ?

9 - N’est-ce pas une attitude plutôt conservatrice, de figer les hommes dans les erreurs de leur enfance et de ne cesser de vanter les mérites d’une adolescence réactive dont il serait temps de sortir ?

10 - Est-ce faire preuve de progressisme que de refuser, après le nécessaire et inévitable grand nettoyage, la récupération du « bébé jeté avec l’eau du bain » qui aiderait à avancer vers l’âge adulte ?

11 - Suffit-il de bouger pour avancer ? S’il est positif de dénoncer les erreurs du passé, celui-ci ne doit-il pas nous servir à considérer nos faiblesses actuelles avec humour pour éviter que le futur ne nous échappe ?

12 - Dans une société où la difficulté à assumer les limites désespère, ne vaut-il pas mieux être « mal barré » que pas « barré » du tout ?

Jean Gabard

Auteur de : Le Féminisme et ses dérives Du mâle dominant au père contesté, Les Editions de Paris, Paris 2006. http://www.jeangabard.com


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • DIEU le père 7 mars 2008 12:52

    Vous êtes prévenu, on va vous copier/coller des pages avec des chiffres. Vous allez devoir justifier vos positions par rapport au nombre de femmes violées / minutes.

     


    • barbouse, KECK Mickaël barbouse 7 mars 2008 13:25

      bonjour,

      faute de me retrouver dans la coté gentillet de ces question ouvertes, je me permet d’en poser d’autres :

      pourquoi ne parle t on jamais des paternités imposés ?

      Pourquoi ne parle t on jamais des menaces permanentes sur l’amour paternel lorsqu’on a fait un enfant a une " si t pas content je divorce et tu verras plus tes gosses"

      pourquoi ne parle t’on pas de l’inégalité en défaveur des hommes qui est celle du choix de devenir parent, monopole féminin qu’elle continue a faire passé comme "égalitaire"

      pourquoi ne dénonce t on pas la violence psychologique et la criminalité spécifiquement éminine, de la mère célibataire qui menace son fils en bas age avec une paire de ciseau en passant par celle qui poussent leur enfants vers la criminalité au nom d’un statut de "mère victime" qui culpabilisera constamment son/ses enfants pour les garder sous le controle de son exclusif intéret.

      Pourquoi en réaction de plus en plus d’hommes vont chercher des femmes a l’étranger, pour ne pas prendre le risque d’etre séparer de leur futur enfants par des culturellment surtout libre de briser les familles qu’elles font semblant de construire.

      combien d’enfant du divorce cherchent et ne trouvent pas de solution pour surtout ne pas reproduire l’impact négatif que ça eut sur leur vie pour leur enfants, et ne le trouve pas dans la bétise des clichés du genre femme = victime, homme = coupable, comme si les prisons pour femmes n’éxistait pas, qu’en prison de nombreux hommes on pris sur eux les crimes de leur femmes pour qu’elle reste dehors a s’occuper de leur enfants, et qu’aucune d’entre elle n’a jamais poussé un homme a commettre un délit pour se faire offrir ce qu’elle a envie.

      Pourquoi lorsque vous etes un jeune homme et un jeune père, on ne vous aide pas a sortir votre enfant de la ddass mais on vous explique a quel point il faut l’abandonné vite pour qu’il soit rapidement adoptable ?

      amicalement, barbouse. Pas plus con que ceux qui vers 40 ans vont se chercher une jeune femme a peine francophone en larguant leur manipulatrice de française pour s’assurer une vieillesse moins risquée que celle qu’elle réserve souvent a "l’homme de leur vie", rejeté comme une vieille merde aprés avoir été utilisé.

       

       


      • DIEU le père 7 mars 2008 13:27

        Ca sent le vécu mon frère.


      • armand armand 7 mars 2008 13:40

        Franchement, je préfère encore la ’paternité imposée’ à celles qui te font l’ultimatum : "tu mets de l’ordre dans ta vie selon mes critères ou je vais faire un tour à la clinique et je fais disparaître" ! 


      • DIEU le père 7 mars 2008 13:45

        Quelqu’un aurait une bonne blagque sur les blondes, que l’on teste l’humour des féministes... ?


      • barbouse, KECK Mickaël barbouse 7 mars 2008 15:15

        le problème c’est que l’un n’empeche pas l’autre,

        une femme peu trés bien commencé par " si tu veu qu’on le garde tu dois..." et une fois que tu as bien investi ta vie, fait les travaux dans le nouvel appartement, emprunté ce que tu pouvais, etc... te dire : bon maintenant si tu veux rester a aimer regarder ton enfant grandir, tu dois....

        parce que tu ne sera jamais assez docile, jamais assez soumis, jamais assez dévirilisé pour satisfaire son besoin de controle.

        amicalement, barbouse :))


      • idyllique 8 mars 2008 21:46

        Ah la victimisation du mâle "moderne" !

        Je connais nombre d’enfants de divorcés épanouis et qui se sont faits une raison et mieux vaut être confrontés aux vicissitudes de la vie tôt ainsi on apprend que les contes de fée ne sont que des contes de fée !! On n’élève pas les enfants dans du coton de nos jours !

         


      • idyllique 8 mars 2008 21:48

        oui moi, mais suis une brune aux yeux verts !

        Une femme vient d’accoucher. Le médecin est à son chevet et lui dit d’un air grave :

        - Je dois vous dire quelque chose au sujet de votre bébé.

        - Qu’est-ce qu’il y a qui ne va pas ? s’inquiète la mère.

        - Votre bébé est hermaphrodite.

        - Qu’est-ce que c’est que ça veut dire ?

        - Ça veut dire qu’il a à la fois des parties sexuelles masculines et féminines.

        - Oh mon Dieu, c’est merveilleux, s’écrie la femme. Vous voulez dire qu’il a à la fois un pénis ET un cerveau ?

         


      • Tamar 7 mars 2008 13:37

        Ramassis d’idées faites.

        Enfin, prendrai-je le précieux temps de ma vie pour tout lire ? Non, je ne crois pas : vos idées ne sont pas novatrices, ni originales. 

        Exemple au 4ème point  : je ne connais aucune féministe qui évoque une différence entre les sexes pour juger un meilleur que l’autre.

        Par définition - le petit Larousse , Féminisme : Doctrine qui préconise l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société.

        Donc avant d’écrire un article (et a fortiori un livre, ) sur un sujet donné, on se renseigne


        • Mescalina Mescalina 7 mars 2008 13:55

          Les féministes intégristes ????? PAS BIEN

          Article poubelle.


          • Lilith 9 mars 2008 10:38

            Les feministes integristes ?

            pourquoi ?

            Elles ont organise des commandos pour violer les hommes ?

            Elles ont organise des massacres d’hommes ?

            Elles ont envahi de force, par la violence, l’Assemblee Nationale ?

            Elles ont fait des coups d’Etat pour prendre le Pouvoir ?

            Elles pratiquent les viols collectifs dans les cites ?

            Elles brulent les voitures dans les rues pour reclamer la PARITE ?

            *Mais au fait, qu’est-ce qu’un homme ? Tout ce que je vois autour de moi dans la culture populaire me dit qu’un homme est celui qui baise et qui tue *
            Marilyn French

             


          • Lilith 9 mars 2008 10:49

            Abus de pouvoir ?

            Encore faudrait-il que les feministes aient le pouvoir !

            Tous les pouvoirs sont dans les mains des hommes. En politique, dans les syndicats, PARTOUT.

            Elles ont tellement le Pouvoir que nous n’avons eu que des femmes PresidentEs de la republique !

            C’est vrai, quel abus de pouvoir !

             


          • mescaline mescaline 7 mars 2008 14:25

            Etre feministe est toujours quelque chose de comique, de risible et surtout, quelque chose qui n’est ni serieux ni justifie. Evidemment.

            Mon pere a trois enfants. Qu’il a abandonnes. Nous avons ete eleves par ma mere, qui a fait front toute seule pendant quelques annees, avant de se remettre en couple. Hors personne (je dis bien personne) ne s’est revolte du fait qu’un homme ait abandonne trois enfants sans se retourner. Combien de femmes se retrouvent seules a elever des enfants pourtant concus a deux ? Combien de femmes sont mises au ban de la societe parce qu’elles ont decide de laisser leurs enfants, alors que la meme reaction est tout a fait acceptable et acceptee de la part d’un homme ?

            Pire, mon pere etait violent. LA juge n’a pas trouve ca tres grave. C’etait juste qu’il etait impulsif. Ca, c’est du sexisme au quotidien. Pas besoin de mentionner l’excision ou le port de la Burka. Le sexisme en France est une realite vecue par des millions de femmes, tous les jours, en silence. Mais c’est pas vraiment grave, et leurs doleances ne sont que des enfantillages, n’est-ce-pas ?

            Le sexisme est une doctrine enfoncee a coup de marteau dans la tete des enfants, males et femelles, parce que ca contribue au "bon equilibre" de la societe. Une petite fille qui pose devant une cuisine Berchet tandis que son frere pose devant un etabli Smoby, ca c’est du machisme. C’est de la propagande, et ca a des effets devastateurs sur le developpement intellectuel des petites filles et des petits garcons. Mais tout le monde s’en fout, c’est les femmes qui sont concernees, donc c’est pas vraiment serieux...

            Les femmes elles-memes sont prisonnieres de la norme et ne voient meme plus pourquoi elles devraient en sortir, tant la chose est bien enfoncee dans nos cranes.

             

            Mais il n’y a qu’un homme pour trouver que tout ceci n’est decidement que billevesees, et qu’il faudrait se soucier de vrais problemes, de problemes d’hommes.

             

            Allez donc lire Ainsi Soit-Elle, de Benoite Groult. Une grande dame, qui sait de quoi elle parle, elle.

             

            Et puis franchement, coller "feministe" et "integriste", c’est assez pitoyable...

             


            • Traroth Traroth 7 mars 2008 15:03

              Je n’ai pas l’impression que l’auteur de l’article nie la réalité du sexisme. Ce qu’il dit, en gros, c’est que la réaction contre ce sexisme est parfois tellement forte qu’elle créé une nouvelle forme de sexisme, dans l’autre sens. Et je peux vous assurer, en tant qu’homme dans la trentaine, que c’est quelque chose qu’on ressent de plus en plus. J’ai eu une éducation plutôt libérale, et je me considère comme libéré de ce type de préjugé, et j’ai déjà ressenti une méfiance spontanée chez des femmes sur certaines questions, parce que j’étais un homme, et donc par définition un macho-dominateur-patriarche. Et ce n’est certainement en créant de nouvelles injustices qu’on va résoudre les anciennes.


            • mescaline mescaline 7 mars 2008 15:12

              Justement. J’ai beaucoup de mal avec les hommes (ou les femmes) qui reagissent aux feministes en disant qu’elles veulent une vengeance. Non. Elles veulent l’egalite, ce qui est percu comme un sexisme inverse par beaucoup.

              Je trouve egalement assez mal venu pour un homme de se plaindre d’etre victime du sexisme des femmes quand il est si evident que la societe est encore tres tres machiste....


            • mescaline mescaline 7 mars 2008 15:19

              Un peu de recherche, et voila ce qu’on trouve (du meme auteur, bien evidemment) :

               

              En grandissant, la fille, née d’un ventre du même sexe, reste dans la fusion et peut continuer à suivre son modèle premier et à se sentir toute-puissante comme elle. Le petit garçon, au contraire, pour devenir un homme, est obligé de renoncer au modèle qu’il idolâtre. Cette castration primaire est terrible.

               

               

              Sans commentaire....


            • barbouse, KECK Mickaël barbouse 7 mars 2008 15:24

              bonjour,

              j’aime bien ce genre de constat tronqué vis a vis de la réalité : Mon pere a trois enfants. Qu’il a abandonnes

              ça peu se reformulé de la sorte, mon père a mis 3 fois sa femme enceinte, sa femme a décidé qu’il soit devenu père 3 fois.

              femme qui a pleinement choisi de porter ses grossesses a terme, parce qu’a aucun moment mon père n’a pus légalement influencé cette décision. Décision prise tout en sachant que son couple pouvais ne pas durer.

              Une femme qui comme dans toute séparation n’est pas totalement neutre ou détachée des raisons pour lesquelles son couple n’a pas durée, femme estimable qui a assumé sa décision de mettre au monde. Mon père n’a finalement pas supporté qu’on décide de sa vie et de sa responsabilité paternel a sa place, de décision qu’il n’a pas pu prendre.

              amicalement, barbouse, enfant adopté de parents divorcé.

               


            • Traroth Traroth 7 mars 2008 15:34

              @barbouse : vous allez trop loin. Vous n’avez aucun moyen de savoir comment les choses se sont passées

              @mescaline : "Elles veulent l’egalite, ce qui est percu comme un sexisme inverse par beaucoup" : Evidemment, si pour vous, accepter le fait que les féministes sont les gentils et les hommes les méchants est un présupposé à la discussion, ça ne va pas le faire. Le problème, justement, c’est que des femmes amères et même, oui, revanchardes, il y en a. Les femmes aussi ne sont que des êtres humains. Mais je ne vois pas pourquoi des *hommes* qui n’ont rien à voir avec leur problème devraient en supporter les conséquences.


            • mescaline mescaline 7 mars 2008 15:39

              Mon pere a mis trois fois sa femme enceinte, et ca ne fait pas de lui un pere ?????

              PARDON ????

              Alors une femme qui tombe enceinte est automatiquement mere, et un homme qui met sa partenaire enceinte a le choix de soit assumer, soit se barrer en courant ???

              Ils etaient maries, ils ont fait des enfants dans le cadre d’un mariage, il avait le DEVOIR d’assumer ses enfants, d’un point de vue moral et LEGAL.

               

              Non.

              Mon pere a trois enfants qu’il a abandonnes, en connaissance de cause. Voila justement le genre de reaction qui m’horripile : c’est forcement la mere qui a decide toute seule, etc...

              Non.

              Au moment de la conception, il etait pleinement conscient des consequences de ses actes. Un enfant, ca ne se fait pas tout seul (ou seule, en l’occurence). Il faut etre deux.

              En toute amitie, bien sur, mescaline, enfant de divorces et paternellement abandonnee :)


            • DIEU le père 7 mars 2008 15:44

              On s’en branle de vos malheurs. En tirer des généralités ets e baser dessus pour refaire le monde est de surcroit ridicule.

              J’ajoute que les chiennes de garde sont inbaisables. C’est un fait, voir le livre de Rudolpho carlis à ce sujet, edition Odile jacob


            • mescaline mescaline 7 mars 2008 15:57


              "Ca sent le vécu mon frère" vs "On s’en branle de vos malheurs. En tirer des généralités ets e baser dessus pour refaire le monde est de surcroit ridicule."

               

              Je n’ai rien a ajouter, si ce n’est que quelqu’un qui ressent le besoin de se faire appeler Dieu le Pere et qui traite les Chiennes de Garde d’"imbaisables" doit avoir de serieux probleme de confiance en soi.

              Petit penis, peut etre ? Essayez la Porshe. Ca vous couvrera moins de ridicule. Et encore.


            • mescaline mescaline 7 mars 2008 16:01

              Pour ce qui est de l’inegalite devant le divorce, je suis d’accord, il y a un net probleme. Mais je ne suis pas sure des causes. Je pense que si les femmes ont le plus souvent la garde, c’est parce que justement, elles sont vues comme etant des meres avant tout. Si elles etaient vues comme des etres humains, elles seraient egalitaires par rapport aux hommes, et la garde seraient decidees sur les vrais criteres, a savoir le benefice de l’enfant.

              Non ?


            • barbouse, KECK Mickaël barbouse 7 mars 2008 17:50

              cher pescaline,

              je vous prie de croire qu’un homme peut trés bien désirer un rapport sexuel et n’avoir aucune conscience au moment ou il le vit que celui ci est fécond, 

              croire par exemple que sa femme est sous contraceptif, et se retrouver quelques semaines aprés avec une femme qui décide de la garder sans lui demander son avis autrement que consultatif, puisque de toute façon a moins de devenir criminel et de lui ouvrir le ventre lui meme, il n’a aucun moyen d’intervenir sur le processus de grossesse, et donc sur le fait qu’en conséquence directe de son envie de sexe d’un moment, d’un soir, d’une pulsion de désir,

              il se retrouve avec une paternité imposé par la seule volonté de sa femme, puisque elle, elle peut décider encore pleinement pendant de nombreuse semaine aprés l’acte fécond si elle en fait ou non un père, la ou l’homme n’a parfois pas meme décider de faire d’elle une mère, juste succombé a son désir pour elle.

              je vous prie de croire qu’une femme peut trés bien se croire sous contraceptif, avoir envie d’un rapport sexuel, l’obtenir, et finalement décider de garder l’enfant meme si elle sait que le père qu’il aura n’est pas l’homme qu’elle aurai choisi pour père de son enfant si elle avais prémédité sa grossesse.

              et oui, donc je ne vais pas trop loin mais ne reflète que la réalité lorsque j’affirme que votre père a mis 3 fois enceinte sa femme, et qu’elle a décidé 3 fois de faire de lui un père. Pareillement je confirme que qu’il n’existe aucun couple qui n’est une interaction entre 2 personne, et qui dit interaction dit co responsabilité et influence mutuelle, aussi il n’existe plus de séparation que de couple qui reste ensemble qui n’est pas de le co responsabilité et de la mutuelle influence des 2 personnes.

              Sa n’existe pas un qui s’en va et l’autre qui n’y est pour rien, chacun est responsable de sa part dans l’interaction d’un couple.

              amicalement, barbouse.

               

               


            • claude claude 7 mars 2008 17:53

               

              @ barbouse,

               

              on voit à votre post que vous ne connaissez rien à l’histoire des femmes au cours du XX° siècle. :

              • suite à l’hécatombe de la première guerre mondiale, toute incitation et information à la contraception était interdite et fortement punie (amendes, peines de prison) : c’était la loi de 1920.
              • la contraception par pilule est autorisée en 1968 ... mais le décret d’application ne paraitra qu’en... 74 !!!
              • l’avortement est autorisé seulement en 1975...

              de plus, le code napoléon faisait de la femme, une éternelle mineure  : d’abord soumise à l’autorité de son père, puis à celle de son mari.

              • en 1967  : les femmes acquièrent la possibilité d’ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de leur mari.
              • en 1975 : Loi permettant de divorcer par consentement mutuel, sans avoir à prouver la faute du conjoint. L’adultère n’est plus un délit. La femme n’est plus obligée de suivre son mari s’il change de résidence. La mixité devient obligatoire dans l’ensemble de la scolarité.

              sans préjuger de l’âge de mescaline, je suppose que sa maman, fait partie des femmes qui ont eu 20 ans dans les années 50-60, période où l’on disait aux femmes "débrouillez-vous" quand elles tombaient enceintes et que c’était non désiré. seules les femmes de notables, allaient en suisse ou en angleterre pour avorter.

              la seule méthode contraceptive autorisée, était la "méthode ogino-knaus" grâce à laquelle de nombreux petits bébés sont arrivés sur notre belle planète :

              fr.wikipedia.org/wiki/Ogino

              · En 1928, le gynécologue autrichien Hermann Knaus confirmait et précisait la découverte d’Ogino, mettant au point la méthode Ogino-Knaus, dite également rythmique ou cyclique, qui consiste à prévoir à chaque fois, grâce à un calcul statistique des cycles menstruels précédents, la période de l’ovulation, c’est-à-dire pendant laquelle la fécondation est possible. Seulement il modifia considérablement l’esprit de cette méthode pour en faire un moyen de contraception (la Méthode des cycles). Ogino s’opposa à cette façon de voir, soutenant que le taux d’échec était trop élevé et que promouvoir une telle méthode pour la contraception, bien que d’autres fussent disponibles et plus efficaces, aboutirait à un grand nombre d’avortements dus à des grossesses non désirées. Ce qui n’empêche pas cette méthode des cycles, utilisée pour la contraception, d’être appelée Méthode Ogino, même au Japon.

              De fait, l’application d’une telle méthode sur une vaste échelle s’est révélée difficile et a conduit à un grand nombre d’échecs en raison de sa complication : elle exige une grande autodiscipline chez le couple et elle n’est pas utilisable lorsque les cycles menstruels sont irréguliers, comme c’est souvent le cas.

              Parmi les méthodes de limitation des naissances, cette méthode Ogino-Knaus fut approuvée par l’Église catholique en 1951 et, avant qu’on en découvrît les limites, elle souleva d’immenses espoirs.(...)

               

               

              www.e-sante.fr/sexualite-piege-methode-ogino-NN_711-95-7.htm

               

              • Le piège de la méthode Ogino Une vaste étude américaine portant sur la fertilité féminine, bouleverse les acquis. Plus de 70% des femmes sont fertiles en dehors de la période théorique habituelle du 10ème au 17ème jour du cycle ! (...)

                 

                Une étude sur 700 cycles menstruels

                 

                Plus 220 sujets ont été suivis sur près de 700 cycles menstruels. Les taux des principales hormones féminines, œstrogène et progestérone, ont été mesurés dans les urines, comme les témoins de la période d’ovulation. Seuls 30% des femmes sont fertiles dans l’intervalle théorique du 10ème au 17ème jour ! Ainsi, 70% des sujets sont fertiles avant ou après cette phase du cycle, et ceci, malgré la présence de cycles réguliers. Les ovulations tardives, au cours de la 5ème semaine, sont plus fréquentes que prévu avec 4 à 6% des femmes. Au final, elles sont plus de 10% à être fertiles à n’importe quel moment de leur cycle, c’est-à-dire, du 6ème au 21ème jour !

               

               

              pour info :

              8mars.online.fr/article.php3

              · Interdiction de la contraception et de l’avortement

              En 1920, l’Assemblée Nationale vote une loi interdisant l’avortement et la contraception, qui ne cessera d’être renforcée par la suite.

              En France, la loi de 1920 assimile la contraception à l’avortement. Toute propagande anticonceptionnelle est interdite. Le crime d’avortement est passible de la cour d’Assises. En 1923, l’importation d’articles anticonceptionnels est prohibée. Les jurys populaires se montrant trop favorables aux inculpé-e-s, l’avortement est désormais jugé en Correctionnelle.

              La loi de 1939, qui promulgue le Code de la famille, renforce la répression. Des sections spéciales de policiers sont créées. Les tentatives sont punies comme les avortements. Les avorteurs sont très sévèrement condamnés. En 1941, ils peuvent être déférés devant le tribunal d’État. En 1942, l’avortement devient crime d’État. Pour l’exemple, une avorteuse est condamnée à mort et guillotinée en 1943. Plus de 15 000 condamnations à des peines diverses sont prononcées jusqu’à la Libération.

              8mars.online.fr/article.php3

              · "Les députés français contre la maternité volontaire (1967-73)

              Débats sur la contraception à l’Assemblée Nationale

              Les députés français qui prennent la parole en 1967, 1971 puis en 1973 s’opposent de façon fanatique à la maternité volontaire. Les débats à l’Assemblée sur l’avortement et la contraception sont particulièrement houleux.
              Ces messieurs semblent craindre que libérées par la pilule et l’IVG les femmes ne soient saisies d’une véritable folie lubrique ; à les entendre, elles n’attendent que l’inpunité sexuelle pour devenir des putes.

              Propos entendus à l’Assemblée

              "La fornication sera rationalisée par la contraception... C’est l’abominable exploitation de tout ce qu’il y a d’animal et de porcin dans l’âme humaine"
              (
              Jean Foyer)

              "L’anarchie des mœurs et la facilité décupleront des apétits sans frein... C’est une ouverture aux jeunes des portes de la licence"
              (
              Pierre Volumard, député de l’Isère)

              "Un tel texte ne peut que favoriser la dissolution des mœurs, voire, chez les esprits faibles, la prostitution"
              (
              B Talon, sénateur apparenté UDR)

              "C’est un encouragement à ce qu’on pourrait appeler une civilisation aphrodisiaque"
              (
              M Capelle, PDM)

              Ces mêmes députés s’opposeront farouchement à l’IVG."

              8mars.online.fr/article.php3

              ·" La loi Veil autorise l’IVG

               En France, contribuant à éviter bien des drames, la loi Veil du 15 janvier 1975 autorise l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Un texte provisoire est voté pour 5 ans. Le vote définitif se fera en 1979.

              Grâce à Simone Veil, ministre de la santé, les contraceptifs sont remboursés par la Sécurité sociale et le mineures peuvent y avoir recours sans l’autorisation de leurs parents. Parallèlement, la relation mère-enfant fait l’objet de nombreuses études psychologiques."

               

               


            • barbouse, KECK Mickaël barbouse 7 mars 2008 18:30

              cher claude,

              bigre, jamais au grand jamais je n’ai entendu ce siècle du long chemin du combat des femmes, leur grandeur face a l’oppression, seulement... je parle au présent, dans l’ici et maintenant, et ne vous en déplaise,

              certaines extrémistes anti macho fière de leur combat s d’antan sont autan de vieilles dames qui pleurent de ne jamais voir leur petits enfants depuis le divorce de leur fils d’avec cette "jeune femme libérée", et pourtant c’est pas faute d’avoir tellement endoctriné leurs garçons dans le respect de "la cause des femmes".

              je m’en fou de savoir qu’au siècle dernier, parce que je n’y vis pas, j’ai grandis sur la conséquence du siècle dernier, et je n’imagine pas un monde ou les femmes n’ont pas le droit de vote, ne peuvent pas avorter, ne sont pas maitresse et pleinement possédante de leur corps, potentiel, talent, etc... encore moins exclue des décisions importante de leur vie, etc... mon problème n’est pas leur victoire passée,

              c’est leur abus de pouvoir d’aujourdh’ui, leur position dominante et sans nuances dans le politiquement correct,

              au point d’oublié qu’etre femme n’empeche pas d’etre ignorante, menteuse, criminelle, manipulatrice, auto destructrice, destructrice ou destructurante pour leur enfants, et oui des mauvaises mères ça existe, etc...

              E tveuillez bien croire que si par mégarde d’une soirée de désir sexuelle, vous vous retrouvez avec en futur mère de votre enfant une alcoolique, une dépressive, une "victime", mais aussi une " je te garde si tu me fait jouir, autrement je te jette, ou te trompe, alors si tu veux voir grandir ton gosse, etc....,

              vous vous croyez toujours innocente, naive, incapable de savoir que de toute façon la justice vous donnera la garde, et qu’utiliser son amour pour votre enfant a votre seul avantage n’est pas pure égoisme ? Vous avez gagné le droit de vote aprés guerre ? et alors ? qu’est ce que ça a a voir avec la violence de la menace qui pèse constamment sur de nombreux pères de famille ? Et les dérives malsaine de femmes qui sentant leur pouvoir sur l’autre en profite pour le détruire, en justifiant leur bassesse par la vengeance des femmes opprimées, leur supposé "faiblesse", etc..

              mon problème c’est la mise sous tutelle de l’amour paternel, la véritable épée de damoclès qui pèse sur un systéme idéologique et judiciaire qui fait d’un homme un présumé coupable, un forcément incapable d’élever vos enfants sans elle, et j’en passe sur le fait qu’un ado d’aujourhd’ui, qui met enceinte une autre ado, si l’enfant pour X raison part a la ddass, la société n’aidera pas le père a sortir son gamin de la, mais lui expliquera qu’il est coupable, qu’il doit etre responsable, et qu’impuissant et incapable, il doit abandonné son enfant pour le rendre adoptable.

              Faut il préciser que de l’assistante social a la juge, en passant par l’avocate, les association féministe en partie civile, et le reste, dés qu’un homme a la vélléité d’etre père sans etre soumis au diktat de la surféminisation de certains corps de métier spécialisé dans l’enfance, il est toujours en posture de présumé coupable, et finalement réduit au rang d’ancien donneur de sperme qu’il faut transformer en pension alimentaire au nom de sa "responsabilité" ?

              je persiste et signe, donné au père d’aujourdh’ui le droit d’interrompre la grossesse des femmes pendant aussi longtemps qu’elle ont le droit de choisir d’avorter, et LA on sera sur un pied d’égalité vis a vis de la construction d’une famille, d’une décision d’enfanté prise ensemble, et qui implique co responsabilité. autrement, au nom de quoi vous croyez qu’on va garder des idéologies qui doivent nous responsabilisé d’etre père, alors que clairement c’est une décision imposé par la nature et par sa femme.

              amicalement, barbouse.

               

               

               

               


            • claude claude 7 mars 2008 18:39

              @ l’auteur,

              je trouve votre article à côté de la plaque et pleins de préjugés.

              pourquoi vouloir accentuer ce qui sépare les hommes des femmes ?

              si sur le plan physiologique, nous sommes différentes de vous, messieurs, notre esprit nous permet d’accèder aux mêmes postes que vous et à la même citoyenneté.

              il n’y a aucun sexe qui est meilleur que l’autre. l’humanité est composé de femmes et d’hommes, dont l’objectif devrait être le plus harmonieusemnt possible sur cette planète.

              malheureusement, depuis des millénaires, un sexe a pris le dessus sur l’autre.

              les femmes sont encore moins biens rémunérées à compétences égales, accèdent moins aux postes clefs de l’entreprise ou de la république...

              et dans le monde, sont les premières victimes avec les enfants de la violence et de l’infamie des hommes.

              les hommes bien dans leur peau, ne se posent plus de questions face aux femmes, parce qu’ils ont assimilé la complémentarité des comprétences des 2 sexes. ils ont admis que ce n’est pas la naissance qui détermine ce que doit devenir un homme ou une femme, mais ce qu’elle ou il a envie de faire : à part la grosssesse, chacun peut occuper toutes les places possibles dans la société, même celles réservées traditionnellement à un sexe.

              vous n’aimez pas les féministes, mais grâce à elles, nous, les femmes du XXI° pouvons accèder à la contraception, au travail, à l’éducation, à l’autonomie...

              le monde est rempli d’exemples de situations, où les sociétés n’ont pas reconnu la valeur intrinsèque des femmes, en les confinant dans le rôle de reproductrices et de femmes de ménage...

              messieurs, vous qui restez concés face aux femmes, détendez-vous, cela ira beaucoup mieux et cessez de vouloir à tout prix avoir l’esprit de compétition : tout est tellemnt plus agréable quand nous avons ensemble....


            • claude claude 7 mars 2008 19:33

              au cas où vous n’auriez pas décrypté mes écrits, je suis femme et mère de famille !

              et à ce titre, je remercie les grandes féministes qui ont combattu pour que je puisse aller à l’école, avoir un boulot qui me plait, disposer librement de mon salaire, avoir des enfants quand mon compagnon et moi l’avons désiré...

              il est clair que vous avez un gros problème personnel avec une femme, et que de ce cas, vous en faites une généralité !

              je vous invite à aller sur le fil www.agoravox.fr/article.php3 de fanfan, vous y trouverez des témoignages d’hommes heureux de vivre auprès de femmes qui s’assument.

              les femmes n’ont aucune position dominante dans la société, ce serait même le contraire, voyez-vous : le nombre de femmes chefs d’entreprise, officiers supérieurs, cadres dirigeants, chefs d’état est nettement inférieur à celui des hommes.

              les salaires sont inférieurs de 20% à celui des hommes....

              et je repiquerai les arguments que fanfan a avancés : www.agoravox.fr/article.php3

              je compatis à votre douleur et à vos démélés avec votre ex et les lois de la république, mais en négociant vous arriverez peut-être à trouver une solution.

              ce n’est pas le cas des femmes qui sont mortes ou ont été mutilées sous les coups des hommes.

               


            • Jean GABARD Jean GABARD 7 mars 2008 22:46

              Je n’ai jamais dit que je n’aimais pas les féministes. Je suis le premier à condamner la société patriarcale dans l’autoritarisme et le sexisme et à reconnaître ce que le féminisme a apporté. Je ne fais que dénoncer les dérives de certaines féministes. Et ne pas concevoir que l’on puisse dériver est déjà une dérive !


            • Jean GABARD Jean GABARD 7 mars 2008 22:58

              S’il ne fallait rien dire sur les dérives de certaines féministes parce que le sexisme des hommes est plus grave, pourquoi alors parler des non respects des femmes en France alors qu’il y en a tellement plus dans d’autres pays du monde ?

              Il me semble que pour pouvoir progresser vers plus de démocratie, il ne suffit pas de critiquer l’adversaire de la démocratie. Il faut aussi regarder ce qui ne fonctionne pas très bien dans les mesures que l’on met en place pour aller vers la démocratie. Il me semble même que l’autocritique est un devoir ! 


            • Jean GABARD Jean GABARD 7 mars 2008 23:36

              "sans commentaire" C’est dommage !


            • Jean GABARD Jean GABARD 7 mars 2008 23:45

              Pourquoi s’intéresser aux problèmes des hommes voudrait-il dire dénier les problèmes des femmes ? N’est-ce pas un peu de l’intégrisme que de faire de tout homme qui écrit sur les problèmes des hommes un horrible macho ?


            • Jean GABARD Jean GABARD 8 mars 2008 09:32

              Vous dites : "pourquoi vouloir accentuer des différences"

              Il n’est pas question pour moi d’accentuer les différences mais d’en tenir compte et surtout de ne pas les dénier. Cette dénégation de la différence des sexes est une des dérives que je dénonce chez certains féministes (homme ou femme)


            • claude claude 8 mars 2008 19:10

              les plus viragos des feministes, n’ont jamais, battu, violé ou tué des hommes...

              elles n’ont pas interdit l’accès à l’éducation aux hommes, l’accès à certaines professions,

              forcé des jeunes garçons au mariage, réduit des mecs en esclavage,

              etc... etc...

              dans tous lescombats, il y a des personnes plus passionnées, plus emportées, plus déjantées que les autres. c’est à grâce à ces furies, ces sufragettes que nous jouissons de cette liberté...

              mais il reste encore des bastions à dégommer : car l’arrière gardedu machisme résiste bien : il y a tant d’hommes qui aimeraient bien renvoyer les femmes à leurs fourneaux, et retouver la douce époque où ils n’en foutaient pas une ramée à la maison...


            • Jean GABARD Jean GABARD 9 mars 2008 09:29

              « Réponse 1 : mais l’homme est un dominant... il suffit d’ouvrir les yeux chaque jour à travers le monde pour s’en rendre compte. Le féminisme c’est l’égalité des sexes, les femmes aussi veulent être des dominantes (mais pour faire la guerre, tuer ou violer !) »

              Réponse à la réponse 1 : Vous ne répondez pas à la question et vous vous contredisez avec votre réponse 2 en généralisant !

              De plus si « le féminisme c’est l’égalité des sexes » vous me donnez raison car vous savez très bien qu’il n’y a pas d’égalité des sexes et que c’est justement pour cela qu’il doit y avoir égalité en droits

               

              « Réponse 2 : le malaise de certains hommes (ne jamais généraliser, tous les hommes ne sont pas d’horribles hommes des cavernes...) c’est qu’ils sont nés de femmes (ça alors ! insupportable) et qu’ils doivent apprendre à partager les pouvoirs et ça les emmerdent profondément ! » 

              Réponse à la réponse 2 : Le malaise des hommes est d’avoir subi la castration de ne pas être comme tout humain (homme ou femme) voit sa maman : dans la toute-puissance. Les hommes subissent cette castration tout petit et ont des difficultés à l’assumer. Les femmes, à qui elle n’est pas imposée du fait qu’elles sont du même sexe que la maman, ont des difficultés à l’accepter quand elles sont adultes !

              Vous avez raison : les hommes qui savent qu’ils doivent renoncer à la toute-puissance, essaient de compenser et de mériter « La femme » en recherchant le pouvoir. Et les femmes aiment les hommes qui ont du pouvoir pour pouvoir les admirer (se voir en eux) ! Je vous renvoie à mon article sur « L’évaporation de l’homme » ( http://www.ripostelaique.com/L-evaporation-de-l-Homme.html )

               

              « Réponse 3 : l’homme nouveau est apparu au 20ème siècle et il n’est pas prêt de disparaître... son évolution est cours, ça pose pb pour lui avec ses congénères néandertaliens mâles, mais il apprécie et s’épanouit grâce au succès garanti avec sa cohabitation avec femmes ! »

              Réponse à la réponse 3 : Il peut effectivement s’épanouir s’il garde le respect de sa différence et s’il n’essaie pas de devenir ce qu’il ne peut pas être : une femme.

               

              « Réponse 5 : voyons, mais c’est pour l’enterrer une bonne fois pour toutes bien sûr !!! »

              Réponse à la réponse 5 : Ma réponse est dans la question 7

               

              « Réponse 6 : il n’y a pas de guerre des sexes, il y a des femmes qui veulent être respectées et investir toutes les strates de la société ! Nos mères en ont eu assez d’être des pondeuses au foyer dépendante du bien vouloir d’un mari ! »

              Réponse à la réponse 6 : Que les femmes veuillent être respectées, tout à fait d’accord, mais est-ce normal que toute personne qui dénonce des dérives dans l’idéologie féministe (n’est-ce pas avoir envie de progresser ?) soit considérée comme un ennemi réactionnaire ?

               

              « Réponse 7 : c’est déjà fait, allez faire un tour dans les rayons des librairies ou bibliothèques municipales et vous aurez les réponses à vos questions et interrogations existentielles ! » 

              Réponse à la réponse 7 : j’ai bien dit « analyser les arguments des autres sans les déformer »

              Faites un petit retour en arrière et regardez combien de fois mes propos ont déjà été déformés … Ne pensez-vous pas qu’il s’agit, si ce n’est d’une guerre des sexes, d’une guerre idéologique ? que l’idéologie féministe emploie les mêmes méthodes que l’idéologie machiste ? qu’il ne s’agit plus de dialoguer avec l’autre, mais de le « descendre » ? …

               


            • Lilith 9 mars 2008 10:57

              *J’ajoute que les chiennes de garde sont inbaisables*

              Ah ben nous y voila. Une *vraie* femme doit etre BAISABLE.

              Tu as la liste complete des chiennes de garde ?

              Fais gafe, tu en as peut-etre baisee une sans savoir qu’elle en etait !

              Mais tu sais, les *vraies* hommes baisent meme des chevres, du moment qu’il y a un trou pour y mettre ton marteau piqueur.

               

               


            • idyllique 9 mars 2008 14:02

              Les avancées féministes sont niées chaque jour ! Ce mouvement fait peur aux hommes . Pensez donc il a réussi à donner des droits aux femmes !!! Le féminisme a réussi à faire évoluer les mentalités. Enfin l’égalité des sexes et la parité et le partage des pouvoirs à coup de lois pour que cela devienne légitime (les hommes étant incapables de les partager sans mesures coercitives et incapables de considérer la femme comme un ventre à remplir pour l’économie (des bras pour les usines et les mines), et fournir les armées pour les guerres à mener ).

              Pourtant quelle évolution depuis les discours de ces hommes à la tribune du début du 20ème siècle sur les élucubrations machistes et sexistes pour maintenir les femmes à tout prix au foyer et à maternité OBLIGATOIRE !

              2008  : Dramatique de constater que nous avons encore des miss France qui s’excusent maldroitement de cette imprégnation socioculturelle sexiste qui consiste lorsque l’on est né de sexe féminin à exploiter dès la puberté ses protéburances mammaires tout en tentant de prouver que l’on est doté d’ un QI supérieur à celle des dindes de foire exhiber à côté d’elle !

              Dramatique que les femmes occidentale se définissent de manière binaire soit comme objet sexuel (regardez un peu les pages des magazines féminins) ou soit comme machine à pondre (la merdeuf est redevnue très tendance) et se plaigne ensuite de la démission des géniteurs mâles (sans doute ne leur a-t-on pas dit que la maternité n’est pas obligatoire  ! oui d’autres vies sont possibles sans enfant et sans regret !)

              Par conformisme, par fénéantise, par instinct grégaire et les avantages sociaux d’une société nataliste, elles pondent toujours plus (7 milliards de bipèdes) !

              Consternant de voir qu’en France de plus en plus femmes renoncent aux études supérieures et à une prometteuse carrière professionnelle pour retourner au foyer et élever des marmots à la charge financière complète de l’Etat !

              Et oui, buller sur le canapé en attendant que le lave-linge ait terminé le travail avant d’aller chercher les petits l’école du quartier... ça demande en effet un QI proche d’une poule pondeuse et rien d’autre !

               


            • idyllique 9 mars 2008 14:04

              Le plus dramatique c’est que bcp gens croient à ces conneries de psy torturés


            • idyllique 9 mars 2008 14:55

              @ Claude, merci pour ces rappels historiques salutaires !

              Femmes & hommes de 2008 ne nous sommes toujours pas complètement affranchis de cet héritage misogyne, sexiste et machiste !

               Les luttes féministes doivent continuer pour que les mentalités changent et ce sur toute la planète !


            • idyllique 9 mars 2008 15:01

              @Traroth, si vous êtes réactif au féministe actuel (pourtant bien faiblard à côté de celui des années 70 !) , c’est que vous n’êtes pas aussi ouvert, libéré et serein que vous le pensez dans une société qui rappelle légitimement les inégalités sexistes pour mieux les combattre.

              A votre décharge d’un trentenaire bien dans sa vie d’homme d’aujourd’hui, on ne débarrasse pas en seulement 30 ou 40 ans de ces imprégnations sexistes ayant perdurer pendant des millénaires !


            • idyllique 9 mars 2008 15:05

              C’est sûr que tirer un coup et se faire appeler Dieu le père c’était pas compliqué pour les clebs du siècle dernier

              Aimer et faire jouïr une femme qui connaît son corps et son sexe c’est pour les hommes, voyons, pas pour vous !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès