Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Questions sur le « contrat nouvelles embauches »

Questions sur le « contrat nouvelles embauches »

« Le contrat nouvelles embauches (CNE), qui introduit une profonde modification du droit du travail, permettra à 96 % des entreprises françaises de proposer un contrat à durée indéterminée (CDI), assorti d’une période d’essai de deux ans. Cela signifie qu’à tout moment l’entreprise pourra mettre fin au contrat de travail du salarié, sans avoir à fonder son licenciement sur une faute ou un motif d’ordre économique », indique Le Monde dans son édition datée du 2 août.

Le gouvernement s’est-il posé la question de savoir comment les heureux salariés embauchés dans ces conditions allaient pouvoir se loger, s’ils ne sont pas propriétaires ? Le gouvernement connaît-il les garanties exigées de toute personne candidate à la location d’un logement ? Qu’il faille soutenir l’activité économique, admettons. La solution réside-t-elle pour autant dans la précarisation généralisée des salariés ? Un salarié ainsi embauché n’aura-t-il pas plutôt tendance à épargner un maximum et consommer au minimum, de façon à se prémunir contre tout accident professionnel ? Dans ce cas, l’objectif de stimulation de l’économie, qui passe évidemment par une consommation soutenue, pourra-t-il être atteint ? Or 29% des salariés français travaillent dans des entreprises de moins de 20 salariés, rappelle Le Monde... On peut se demander si l’un de nos actuels ministres, devant se reconvertir dans le privé, accepterait de travailler dans de telles conditions. Voilà en tous cas de quoi redonner le moral à la « France d’en bas » qu’on dit si déprimée.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • de la taille (---.---.127.191) 5 août 2005 09:41

    je crois que n’a pas été évalué, le degré de relation qui s’inscrit entre les deux contractants dans ce type de contrat,dans le cadre d’un cdi classique l’engagement du salarié a l’égard de l’entreprise existe naturellement aprés la période d’essai,surtout si satisfaction des deux parties.( possibilité de faire appel au crédit bancaire, de trouver un logement en location sans caution parentale....)°

    voulant promouvoir « l’essai » et tout ce que cela implique sur deux ans ,ce nouveau contrat incitera le salarié, a rechercher un cdi a l’extérieur( crédit , logement..) et donc a ne pas batir son futur sur ce type de contrat et ne favorisera pas l’investissement personnel a l’égard de l’employeur, le vrai point positif est de pouvoir percevoir une indemnité journalière si le licenciement est prononcé avant les 6 mois qui donnaient droit aux assedic,donc peut inciter des jeunes qui n’ont jamais travaillé à rentrer dans le marché du travail. EN DEUX MOTS, un « contrat hybride » a cheval sur les cdd et cdi mais qui a le mérite de l’obligation du contrat écrit, ce qui n’est pas obligatoire pour un cdi.

    avec de nombreuses questions en suspens comme les clauses de non concurrence de mobilité... et leur champ d’application ........ que les employeurs ne se réjouissent pas trop vite car au bout de 2 ans, ils seront obligés de verser au salarié si ils ne donnent pas suite prés de 2 mois de salaire supplémentaire correspondant au 8% de précarité, et un mois de préavis soit un minimun d’environ 3 mois. le code du travail jusqu’a aujourd’hui était beaucoup plus restrictif.


    • CA (---.---.7.127) 5 août 2005 10:37

      De façon générale ce nouveau contrat est moins protecteur pour un salarié qu’un CDD de 18 mois par exemple à l’issue duquel il a droit à une prime de précarité + congés payés, et pendant lequel il ne peut pas être licencié sur simple décision de l’employeur. Présenter ce contrat comme une forme intermédiaire entre le CDD et le CDI n’est donc pas exact. Par ailleurs je suis très sceptique sur la capacité du salarié de maintenir une motivation sur une durée aussi longue sans savoir quel sera son sort. Une contradiction de plus entre le discours managérial sur la nécessaire implication des salariés, le capital humain et la réalité du terrain. Et en faisant un peu de prospective bonne chance et bon courage à ceux qui ne seront pas confirmés après 2 ans et qui seront licenciés. Solidité mentale exigée


      • (---.---.240.233) 8 août 2005 16:40

        J’avoue être écoeurée par ce nouveau dispositif. Les CDD servaient déjà de période d’essai pour les employeurs. Les jeunes ont de plus en plus de difficultés à trouver un travail stable là avec le CNE, c’est la précarité. Effectivement cela pose des problèmes quotidiens : logements (certains propriétaires ne veulent déjà pas louer à des CDD ou des personnes en période d’essai), et consommation générale. Dans ce contexte, il est certain qu’un français sera plus enclin à acheter une logan neuve roumaine qu’une voiture française ! ou bien vivre au dessus de ses moyens comme le soulignait d’ailleurs un de nos ministres il n’y a pas si longtemps... et puis les employeurs mettront certainement encore plus la pression sur leurs employés (plus d’heures, un salaire moins important pendant la période d’essai). Alors quitte à dire qu’un salarié jugé revendicateur ou ne s’entendant pas très bien avec son employeur ne restera pas longtemps ! alors oui le turnover risque d’être plus important. A voir dans 2 ans, combien de CDI auront été réellement crées !! En plus ce sont souvent dans ces petites structures que les avantages sont inexistants (tickets repas, négociations salariales, pas de CE), on se dirige vers un goufre entre les grandes entreprises et les petites structures !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès