Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > RD Congo : une pierre noire aux vertus curatives contre les morsures du (...)

RD Congo : une pierre noire aux vertus curatives contre les morsures du serpent :

Dans la partie est de la République démocratioque du Congo, dans la province du Sud-Kivu, Zone de Mwenga, les morsures du serpent sont souvent guéries par une petite pierre noire qui se transmet de genération en génération.

Tous les habitants des villages de Kalambi, Kamituga et Mungombe le savent : les morsures de serpent ne constituent pas un grand danger pour eux parce qu’ils savent qu’ils disposent d’un remède miracle : une petite pierre de couleur noire de la taille d’une bille dont plusieurs familles disposent dans leur maison, et capable d’enlever le venin en quelques minutes, faisant que la personne mordue guérisse.

Dans cette région qui constitue un prolongement de la forêt équatoriale, la présence des serpents très venimeux est connue et leurs morsures entraînent souvent la mort si la personne est mordue loin du village.

Cependant, les habitants prennent souvent une très grande précaution d’usage quand ils vont dans la forêt couper les arbres pour la cuisine et le chauffage, et emmènent avec eux cette pierre magique au cas où l’accident se produirait.

Et mine de rien, les serpents sont souvent présents dans cette forêt qui longe toute la partie sud du Kivu jusque dans la province de Maniema, au centre de la RD Congo.

Les habitants peuplant ces zones sont en majorité de la tribu lega, étendue sur trois grandes zones plus grandes que le Rwanda et le Burundi réunis, allant du Sud Kivu au Maniema, et cette tribu est parmi la plus grande de la RD Congo par son nombre d’habitants.

Cette tribu est souvent connue pour des pratiques traditionnelles tels les rites initiatiques reconnus dans le pays et toute la région d’Afrique centrale.

Avant que débutent les soins à la personne mordue par le serpent, les familles procèdent ainsi : ils chauffent cette petite pierre noire au feu pendant dix minute au maximum, mais cela dépendra de la force du feu : plus le feu est grand plus le temps est minimisé. Cette pierre sera ensuite posée sur la morsure pendant plus ou moins cinq minutes, et entre-temps, le patient éprouve des douleurs atroces dues essentiellement au feu.

Après le retrait de la pierre, il sera allongé sur une natte et se reposera pendant une journée.

Les morsures de serpent étant souvent mortelles dans cette zone, la survie de la personne pendant les deux ou trois jours suivants prouvera qu’elle a recouvré la guérison.

Des familles entières disposent dans leurs maisons de ces pierres aux vertus magiques et, malgré les guerres et déplacements de la population dus au chômage et famine, elles se déplacent toujours avec cette pierre.

Ces derniers temps, la présence des centres de santé missionnaires protestants et catholiques a contraint plusieurs familles de se méfier de ces petites pierres sataniques, selon les missionnaires.

Les missionnaires exhortent les habitants du village à se méfier de ces pierres et à se rendre toujours dans les centres de santé quand les morsures de serpent se produisent, et à mettre fin à cette croyance aveugle aux chefs des villages.

Les missionnaires prétendent que les éventuelles guérisons peuvent cacher des effets secondaires que les familles et chefs des villages ne peuvent pas prévoir et guérir.

Malgré la sensibilisation menée par les Eglises pour abandonner ces pierres et de ne se rendre qu’aux centres de santé en cas de morsure, les habitants de cette zone continuent de croire aux vertus curatives et magiques de cette pierre et n’ont guère de choix puisqu’aller dans un centre de santé exige de l’argent qui manque énormément dans cette partie de la province du Sud-Kivu, malgré la présence des minerais de valeur comme l’or, le coltan, la cassiterite, et où les quelques rares échanges commerciaux se font entre biens et biens ou biens et services.

Source : Kilosho Barthélemy

Covalence.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • marcel 26 juin 2007 11:26

    J’aime beaucoup l’Afrique mais permettez-moi de douter sérieusement des qualités curatives de cette pierre surtout en face des morsures des terribles mamba vert/noir,vipère heurtante,cobra noir ou boomslang.


    • LE CHAT LE CHAT 26 juin 2007 14:32

      Idem , comme marcel je doute de la petite pierre noire , du pouvoir du grigri contre le noir mamba .

      J’ai justement visionné un reportage sur les dangereux serpents d’afrique auquel on peut rajouter les cobras cracheurs , cobras à capuchon , vipères du gabon etc etc dont les venins sont neuro toxiques ou nécrosent les chairs comme le venin de crotale .

      et si manque de bol , on a droit au scorpions , veuves noires ou tarentules .....


    • Serpico Serpico 27 juin 2007 10:44

      Je me méfie surtout du venin du missionnaire.


    • Voltaire Voltaire 26 juin 2007 14:21

      Les venins de serpents (et des autres animaux) sont composés de peptides, dont un certain nombre est sensible à la chaleur. On peut donc imaginer que le processus décrit permette une destruction d’une partie des composantes du venin injecté, qui agit localement. En revanche, cela ne peut avoir d’effet curatif global, un certain nombre de ces peptides ayant une action centrale (sur le coeur par exemple). En fait, j’imagine que tout dépend si le venin a pu se diffuser par voie sanguine.

      Cette sensibilité à la chaleur est plus importante pour les venins issus d’animaux marins. Une technique classique pour inactiver le venin de vive est de rapprocher une source de chaleur de la partie (en général le pied) piquée, mais sans appliquer directement cette source de chaleur (pas la même de provoquer une brulure sérieuse).

      Pour le venin de serpent, la technique décrite ne peut au mieux qu’avoir un effet partiel, et bruler le sujet de façon sérieuse (avec risque d’infection sur de la chair déjà endomagée). Bref, l’hôpital est conseillé !


      • LE CHAT LE CHAT 26 juin 2007 14:37

        @VOLTAIRE

        l’issue , fatale ou pas est souvent conditionnée par la dose de venin injectée par la morsure . Certains serpents savent doser leurs morsures pour seulement intimider ou pour tuer . Il faut éviter de marcher pieds nus en afrique et se méfier des serpents comme le boomslang et le mamba verts qui se dissimulent dans le feuillage par mimetisme pour chasser oiseaux et caméléons


      • eugène wermelinger eugène wermelinger 26 juin 2007 14:56

        Comme Voltaire je pense que la chaleur peut avoir une influence. Un traitement par chaleur est connu pour traiter les piqûres de guêpes (approcher le bout incandescent d’une cigarette). La pierre noire ( impérativement à chauffer) ne serait que la partie d’un rituel africain local. Pour ma part j’utiliserais la technique de la chaleur et aussi..... les rituels européens pour plus de sécurité !


        • marcel 26 juin 2007 17:20

          @Le chat:tu ne trouveras pas de veuve noire en afrique mais certaines araignées d’afrique du sud possèdent un venin ,si j’ose dire, pas piqué des vers.


          • faxtronic faxtronic 26 juin 2007 17:39

            Au moyen age, et de nos jours aussi dans les campagnes francaises, les rebouteux ou sorciers ou meneux « remplacaient » le medecin. « remplacait » car le medecin est toujours plus efficace, mais etait plus cher, ou loin, ou occupe. Ce doit etre la meme chose en afrique : par manque de temps pour se deplacer, d’argent ou de medecin, le sorcier remplace le medecin. Mais la mortalite est plus grande et l’esperance de vie plus faible.

            Neanmoins le sorcier ou le rebouteux (selon les regions) connait des remedes simples, des manipulations simples, et a un impact psychologique reelle, un peu comme quand a chaque fois que l’on va chez le medecin, on a deja moins mal et on se sent rassure.


            • marcel 26 juin 2007 17:39

              @ auteur : au ghana en pays ashanti(ou akhan),ile utilisent aussi une pierre noire censée annihiler les effets du venin de serpent ?


              • MVS67 26 juin 2007 17:40

                *** le 26.06.07 je viens de lire avec intérêt l’article de Mr Kilosho Barthélemy sur la pierre noire « magique » utilisée dans son pays contre les morsures de serpents, ainsi que les 5 premiers commentaires plus ou moins pertinents. Je voudrais donc apporter ma petite « pierre » à ce débat en espérant qu’elle vous intéressera ne serait-ce que de manière anecdotique.

                - Je suis étonnée de la réaction actuelle des missionnaires catholiques car figurez-vous, qu’ayant vécu en Afrique de le l’Ouest de 1969 à 1984 avec 3 jeunes enfants, nous possédons encore une pierre noire achetée chez les Pères Blancs à Abidjan ! Elle était toujours dans notre trousse de secours lorsque nous partions en brousse ou à la plage ainsi que du sérum anti-venimeux : Dieu merci, nous n’avons jamais eu à les utiliser, mais deux précautions valent mieux qu’une ! Cela permet peut-être de rassurer en attendant des secours plus efficaces, et dans les cas bénins son efficacité a dû faire ses preuves sinon les Africains du Congo et d’ailleurs, les Pères Blancs, les broussards ne l’auraient pas utilisée et ne s’en serviraient plus : je suppose que les vertus de cette pierre tiennent à sa composition. Et puis lorsque l’on a rien d’autre, cela vaut la peine d’essayer. Bien sûr, des précautions élémentaires : ne pas marcher pieds nus même dans son jardin à Abidjan ou Douala, ne pas se balader sans large chapeau en brousse, en forêt ou dans une bananeraie, repasser au fer chaud tous les sous-vêtements et vêtements, etc..., toutes précautions à la portée des citadins ( aisés ou riches ) d’Afrique mais pas vraiment à celle des habitants de la brousse ou même des citadins pauvres de ces contrées africaines qui sont la majorité,... Alors ?

                - D’autre part, le mode d’emploi de cette pierre noire ( sa provenance : Prokuur WHITE PATERS - Keiserstaat 25 2000 ANTWERPEN ) est différente, il n’est pas question de la chauffer au feu avant de l’appliquer : « Faire saigner l’endroit de la morsure ; dès que la pierre est en contact avec le sang, elle s’attache à la plaie et ne se détache que lorsqu’elle a absorbé tout le poison. Dans certains cas, la douleur existante disparaît, mais parfois au contraire la pierre provoque un travail douloureux (en cas de clous ou abcès)... Si une application de la pierre ne suffit, on peut recommencer plusieurs fois, toutes les 3 heures jusqu’à guérison complète. »

                Après chaque utilisation, il faut nettoyer la pierre : trempage ½ heure dans de l’eau chaude, puis 2 heures dans du lait, lavage à l’eau fraîche, séchage à l’air. Selon les Pères Blancs belges ( qui ont dû obtenir le « secret » de fabrication de cette mystérieuse pierre noire des Africains du Congo ) : « La pierre sert indéfiniment... smiley contre l’empoisonnement du sang causé par la morsure des serpents - il n’est pas précisé lesquels smiley -, des centipèdes, des araignées, des abeilles, des guêpes et de tous les insectes venimeux ... contre tous les empoisonnements du sang à la suite de : blessures, écorchures, abcès, doigt blanc, phlegmon, tétanos, morsures de chiens enragés, flèches empoisonnées »

                - Voilà, est-ce la même pierre ? Il y a en Île-de-France de méchantes araignées smiley : à la prochaine piqûre, je testerai ma pierre.( je n’y pense jamais, il a fallu votre article intéressant, Mr Kilosho pour que je la ressorte de l’armoire à pharmacie ! Je vous remercie de nous faire découvrir d’autres aspects et d’autres coutumes d’ailleurs : cela élargit nos horizons, ouvrent nos esprits smiley. )

                PS:je viens de prendre connaissance du commentaire d’eugène wermelinger et je ferais comme lui : « Pour ma part j’utiliserais la technique de la chaleur et aussi..... les rituels européens pour plus de sécurité ! »... une chaleur modérée toutefois smiley !


                • MVS67 26 juin 2007 17:55

                  *** le 26.06.07 je viens de lire avec intérêt l’article de Mr Kilosho Barthélemy sur la pierre noire « magique » utilisée dans son pays contre les morsures de serpents, ainsi que les 5 premiers commentaires plus ou moins pertinents. Je voudrais donc apporter ma petite « pierre » à ce débat en espérant qu’elle vous intéressera ne serait-ce que de manière anecdotique.

                  - Je suis étonnée de la réaction actuelle des missionnaires catholiques car figurez-vous, qu’ayant vécu en Afrique de le l’Ouest de 1969 à 1984 avec 3 jeunes enfants, nous possédons encore une pierre noire achetée chez les Pères Blancs à Abidjan ! Elle était toujours dans notre trousse de secours lorsque nous partions en brousse ou à la plage ainsi que du sérum anti-venimeux : Dieu merci, nous n’avons jamais eu à les utiliser, mais deux précautions valent mieux qu’une ! Cela permet peut-être de rassurer en attendant des secours plus efficaces, et dans les cas bénins son efficacité a dû faire ses preuves sinon les Africains du Congo et d’ailleurs, les Pères Blancs, les broussards ne l’auraient pas utilisée et ne s’en serviraient plus : je suppose que les vertus de cette pierre tiennent à sa composition. Et puis lorsque l’on a rien d’autre, cela vaut la peine d’essayer. Bien sûr, des précautions élémentaires : ne pas marcher pieds nus même dans son jardin à Abidjan ou Douala, ne pas se balader sans large chapeau en brousse, en forêt ou dans une bananeraie, repasser au fer chaud tous les sous-vêtements et vêtements, etc..., toutes précautions à la portée des citadins ( aisés ou riches ) d’Afrique mais pas vraiment à celle des habitants de la brousse ou même des citadins pauvres de ces contrées africaines qui sont la majorité,... Alors ?

                  - D’autre part, le mode d’emploi de cette pierre noire ( sa provenance : Prokuur WHITE PATERS - Keiserstaat 25 2000 ANTWERPEN ) est différente, il n’est pas question de la chauffer au feu avant de l’appliquer : « Faire saigner l’endroit de la morsure ; dès que la pierre est en contact avec le sang, elle s’attache à la plaie et ne se détache que lorsqu’elle a absorbé tout le poison. Dans certains cas, la douleur existante disparaît, mais parfois au contraire la pierre provoque un travail douloureux (en cas de clous ou abcès)... Si une application de la pierre ne suffit, on peut recommencer plusieurs fois, toutes les 3 heures jusqu’à guérison complète. »

                  Après chaque utilisation, il faut nettoyer la pierre : trempage ½ heure dans de l’eau chaude, puis 2 heures dans du lait, lavage à l’eau fraîche, séchage à l’air. Selon les Pères Blancs belges ( qui ont dû obtenir le « secret » de fabrication de cette mystérieuse pierre noire des Africains du Congo ) : « La pierre sert indéfiniment... smiley contre l’empoisonnement du sang causé par la morsure des serpents - il n’est pas précisé lesquels smiley -, des centipèdes, des araignées, des abeilles, des guêpes et de tous les insectes venimeux ... contre tous les empoisonnements du sang à la suite de : blessures, écorchures, abcès, doigt blanc, phlegmon, tétanos, morsures de chiens enragés, flèches empoisonnées »

                  - Voilà, est-ce la même pierre ? Il y a en Île-de-France de méchantes araignées smiley : à la prochaine piqûre, je testerai ma pierre.( je n’y pense jamais, il a fallu votre article intéressant, Mr Kilosho pour que je la ressorte de l’armoire à pharmacie ! Je vous remercie de nous faire découvrir d’autres aspects et d’autres coutumes d’ailleurs : cela élargit nos horizons, ouvrent nos esprits smiley. )

                  PS:je viens de prendre connaissance du commentaire d’eugène wermelinger et je ferais comme lui : « Pour ma part j’utiliserais la technique de la chaleur et aussi..... les rituels européens pour plus de sécurité ! »... une chaleur modérée toutefois smiley !


                  • m3uch4 m3uch4 27 juin 2007 11:54

                    C’est tout a fait crédible d’un point de vue scientifique : il est bien connu que la chaleur détruit la quasi-totalité des venins animaux. L’efficacité est donc dans le fait que la pierre est chauffée au feu, puis appliquée sur la morsure.

                    Cette pierre noire doit avoir de bonnes qualités pour stocker les calories du feu avant de les répandre dans la zone de la morsure, mais un effet identique serait sans-doute obtenu avec un morceau de métal chauffé par exemple. Rien de magique là-dedans.


                    • Annie 27 juin 2007 12:16

                      Un prêtre flamand de Butare au Rwanda, Frère Ange, m’a donné il y a 25 ans une pierre noire aux vertus soit-disant magiques. Je dois avouer l’avoir utilisée sur un de mes patients, mais sans résultats (il n’en est pas mort, mais cela ne l’a pas guéri). Elle était censée soigner toutes sortes d’affections, abcès etc et pas seulement les morsures de serpent. Il n’a pas été mentionné à l’époque de la pierre devait être chauffée. Je l’ai jetée et le regrette aujourd’hui.


                      • Bobby Bobby 27 juin 2007 13:02

                        Bonjour, Et quid des effets du plantin ? étonnament fort efficace contre les morsures d’insectes (Taon par ex) et les irritations de certaines plantes (orties, etc) et semble t’il aussi contre les morsures de serpents (je n’ai pas essayé !). Bien cordialement.


                        • arleib 16 septembre 2007 16:32

                          Bonjour à tous, Maintenant retraité j’ai passé 25 ans de ma carrière dans différents Pays d’Afrique, en brousse et en ville et je confirme les dires de MVS67. Je possède encore moi-même plusieurs exemplaires de pierre noire que j’utilise à l’occasion et j’ai aussi la notice mentionnée et détaillée par MVS67. Je n’ai pas vu soigner de morsures de serpents mais bien d’autres choses comme blessures infectées, piqures d’insects, abcès, furoncles, panaris etc. Lorsque j’étais en Côte d’Ivoire en brousse il y avait un Prêtre itinérant qui allait de village en village dire la messe et apporter soins et assistance aux villageois. Ce prêtre, le Père Jean, était totalement démuni et vivait en brousse dans les mêmes conditions et de la charité des villageois. Lorsqu’il venait sur notre zone, je l’invitais gite et couvert durant son séjour et nous avons eu tout le temps de discuter. C’est lui qui m’a fait connaître la pierre noire et j’ai pu constater son effet sur lui même. Dans sa soutanne passée, il était chaussé de simples sandalettes et se déplaçait à pied de village en village un jour il arriva blèssé au mollet entailé par une pierre tranchante dans une chute. La blessure était tellement grande et infectée qu’il avait du y appliquer 3 pierres noires, qui s’étaient collées sur la plaie, avec un morceau de tissus par dessus. Les pierres restèrent collées à la plaie durant cinq jours puis la cicatrisation a commencé, l’infection était guérie. Lui même m’a dit avoir vu des cas de morsure de serpent guérir au bout de quelques jours. Alors ! Croyez ou ne croyez pas mais ce qui est sur c’est que moi je l’utilise encore et l’utiliserais sans hésiter même sur une morsure de serpent car si l’application est immédiate, et c’est souvent le cas des villageois portant la pierre dans un sachet autour du cou, je suis certain que la pierre aspirerait le venin en grande partie car j’ai pu constater moi-même la force d’attraction de cette pierre.

                          Je crois savoir qu’à l’origine cette pierre était naturelle mais très rare. Puis elle a été reproduite par les Missionnaires et maintenant encore elle est fabriquéepar les Pères Blancs à Antwerpen en Belgique.

                          Arleib


                          • adjanounette 4 octobre 2007 17:28

                            Bonjour, Il existe la même chose en France, ces pierres sont appelées pierres à venin ( pierre à crapaud, pierre à serpent, pierre à cauchemars, pierres à femmes ...). Les anciens les utilisaient dans l’Ariège et en Haute Loire, en les laissant tremper dans l’eau ... Elles sont terriblement efficaces ! L’association d’ethnologues Serest vous renseigne et vous propose des ouvrages. Elles sont difficiles à dénicher à présent ! J’aimerais savoir comment trouver une pierre noire du Congo, M. Arleib pourrait-il me renseigner svp ? Merci adjanounette


                            • JPE 11 juin 2008 11:01

                              Chirurgien-Dentiste ayant exercé au Congo pendant 10 ans, je connais la pierre noire que nous n’oubliions jamais lors de nos nombreux déplacements en brousse.

                              Nous avons eu l’occasion de l’utiliser à plusieurs reprises pour le traitement de petites infections dermatologiques (Furoncles) et une fois pour une amie qui s’était fait piquer par un insecte non identifié. D’autre part, nous nous déplacions régulièrement au dispensaire de Kinzundu à proximité de Mbanza Ngungu où l’équipe des infirmières (d’origine colombienne) traitaient systématiquement les morsures de serpent par cette méthode avec des résultats toujours positifs.

                              Cette pierre est effectivement disponible en Belgique chez les Pères Blancs d’Anvers ou chez les pères "Skeutistes". En cas de présence de venin, la pierre colle naturellement à la plaie et se détache quand le venin est totalement absorbé. La pierre est ensuite régénérée par trempage dans du lait bouillant. .

                              N’en déplaise aux esprits compliqués, l’action de cette pierre est véritablement spectacualire et il n’est pas nécessaire de chercher si l’action du feu ou autre en potentialise l’action ou non, face à une urgence, il convient d’agir avec les moyens économiques disponibles et il n’y a que le résultat qui compte. Comme dans de nombreuses autres pathologies, il existe des gestes thérapautiques simples et éprouvés qu’il convient de réapprendre, à appliquer et à étudier avec candeur et sans à priori pseudo-scientifiques. 

                               


                              • Mamcine 1er septembre 2008 14:13

                                je suis arrivée sur votre site alors que cherchais un site sur lequel j’aurais pu éventuellement acheter la dite Pierre Noire.

                                j’ai vécu en Afrique, Côte d’Ivoire, à Bouaké. J’ai acheté des Pierres Noires sur le conseil d’une amie qui vivait également à Bouaké mais qui avait vécu plusieurs années au Congo. Avec la pierre, achetée aux Pères Blancs Belges, il y avait une notice d’utilisation. Cette Pierre ne nécéssite pas d’être chauffée, il suffit simplement de l’appliquer sur la blessure infectée (faire saigner sur une piqure afin qu’elle adhère). La pierre se décolle lorsque qu’il n’y a plus de venin ou d’infection. Il faut laver la pierre après usage durant une demi-heure dans l’eau chaude ensuite la plonger 2 heures dans du lait et enfin on la rince à l’eau fraîche puis on la fait sécher à l’air. La pierre sert indéfiniment.

                                J’ai utilisé cette pierre souvent pour diverses piqures d’insectes, sur des furoncles, des abcès, des plaies infectées... heureusement je n’ai pas eu l’occasion de la tester sur des morsures de serpents. Cependant je confirme la bonne vertue de cette pierre.

                                Je l’ai partagée en 3 pour en donner à mes enfants qui sont désormais parents et qui l’utilisent pour leurs enfants, c’est pourquoi je suis à la recherche de personnes susceptibles de la vendre, et je pense qu’en Belgique il y a peut-être une possibilité de trouver une communauté de Pères Blancs qui pourraient encore la commercialiser. Je poursuis mes recherches dans ce sens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès