Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Réforme de l’école : la méthode Darcos

Réforme de l’école : la méthode Darcos

Pourquoi de nouveaux programmes pour les écoles élémentaires et maternelles ?

Ceux de 2002, modifiés en 2007 ont-ils été remis en cause après un bilan approfondi de leur application dans les écoles ?

Non, ils n’ont pas été analysés, aucun bilan n’a été dressé.

La décision découle de la volonté politique de supprimer la classe le samedi.

Bien, nombre de départements fonctionnent sur 4 jours avec le même volume annuel que les autres : vacances raccourcies et travaux certains mercredis matins. Une analyse des expériences existantes a-t-elle conduit au choix de généraliser cette expérience ?

Non. La décision fut de réduire le temps de classe pour tous les élèves, faisant passer le temps moyen hebdomadaire de 26 heures à 24 heures.

Pourquoi supprimer la classe le samedi matin ? Des études sur le rythme de l’enfant, sur les processus d’apprentissages ont-ils montré que concentrer la classe sur 4 jours serait bénéfique pour l’apprentissage ?

Non,aucune étude ne l’indique.

La raison est simple, comme l’a expliqué X.Darcos en octobre 2007 : 2 sondages successifs ont montré que 82 % des parents y étaient favorables. Il n’est pas question de réformer l’école pour mieux y apprendre, mais pour faire plaisir aux parents.

Dont acte.

Bien entendu, réduire le temps de classe n’est pas envisageable sans en revoir les programmes. Donc voici une nouvelle réforme.

Les nouveaux programmes arrivent, ils sont prêts, les manuels sont imprimés, nous sommes fin février 2008. Et maintenant commence la concertation. Et oui, voici la nouvelle méthode de concertation : on fait d’abord, on demande leur avis après.

Les enseignants, les pédagogues, les associations de parents donnent leur avis de façon quasi unanime : personne ne veut de ces programmes. La conclusion de la synthèse des inspecteurs de l’éducation nationale de Loire-Atlantique est un exemple éclairant : « À vouloir tout contrôler, tout surveiller, tout cadrer, on veut construire une école où le formatage prime sur le développement de la personne et de son intelligence ».

Forts de cet encouragement, les nouveaux programmes version 2 arrivent fin avril. Ils intègrent quelques modifications de façades et reprennent l’essentiel de ce qui a été critiqué.

Que contient cette réforme ? Quelques phrases de Bernard Collot en donnent un raccourci éclairant : Voilà une réforme ... qui consiste à supprimer trois heures de classe pour la majorité pour les faire subir à une minorité, à rajouter des contrôles et des évaluations à tous les coins de la scolarité comme on rajoute des caméras de vidéosurveillance à tous les coins de rue, à pondre un ennième programme, à instaurer des « stages » pour ceux que le système aura ou loupé, ou abimé, stages animés par les mêmes, à proclamer une liberté pédagogique qui a toujours exister et qu’on aurait bien du mal à supprimer puisqu’on ne sait pas comment les enseignants pourront bien arriver à remplir les objectifs annoncés aux micros, tout en obligeant lesdits enseignants à pratiquer des méthodes officielles ... Bref, faire croire au « peuple » qu’on a tout réformé quand on ne réforme rien du tout et qu’en fait de réforme on revient à toute allure à la préhistoire de l’école.

Concernant plus spécifiquement la maternelle, X.Darcos explique en mars 2008 : « S’agissant de l’école maternelle, sa finalité est de préparer les élèves à l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul. ». Ce qui contraste de façon saisissante avec les finalités de 2002 : « L’école maternelle a pour mission d’aider chaque enfant à grandir, à conquérir son autonomie et à acquérir des attitudes et des compétences qui permettront de construire les apprentissages fondamentaux. » !

A réduire sa fonction à préparer le CP, on est en droit de douter de l’utilité de 3 années de maternelle pour y parvenir. Les autres pays d’Europe semblent très bien s’en passer. La spécificité française n’est elle pas remise en cause de façon implicite par ces nouveaux programmes ? Certes, ce n’est pas encore pour demain matin, mais faire de la politique consiste aussi à préparer l’avenir.

Et vous, voulez-vous, pour l’école de vos enfants, de l’avenir qui se dessine ?

Liens :

Article « Ecole primaire : les raisons de la grogne »

La réforme sur le site officiel

Actions et informations contre la réforme


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • sneaky13 sneaky13 31 mai 2008 15:34

    Ben en fait tout ce cirque c’est pour réduire le nombre d’heures et donc le nombre de postes d’enseignants en ne remplaçant pas une bonne partie de ceux qui partent à la retraite


    • TSS 31 mai 2008 18:22

      a l’epoque où j’allais à l’ecole ,la France etant essentiellement agricole,les vacances c’etait le 14 juillet pour que les enfants puissent participer aux moissons et la reprise le 1er octobre après les principaux travaux des champs !!

      l’ecole,malheureusement,a toujours eté decidée en fonction des desiteratas d’adultes et non pas pour le confort et l’education des enfants !

      une majorité de parents qui vilipendent les profs pour leur manque d’implication ne se gène pas pour partir en week end le vendredi soir en faisant abstraction du samedi


      • tvargentine.com lerma 31 mai 2008 18:46

        Jamais ce moi de mai 2008 n’aura été aussi tranquille,alors qu’on prédisait dans la "presse" qui ne sait plus quoi inventer pour vendre,un nouveau mai 68 !

        Ici même les adorateurs du TSS prédisaient la fin du projet DARCOS

        Il n’en est rien,car les réformes de l’éducation nationale sont nécessaire et les français approuvent

         


        • ouallonsnous 1er juin 2008 23:33

          Toujours aussi limité lerma !


        • ernst 31 mai 2008 22:57

          À trois ans, je lisais, j’écrivais à quatre, j’entrais en sixième à dix.

          Examen d’entrée en sixième : dictée. 5 fautes éliminatoires.

          Latin.

          Plus fort que tout : pas d’assistance personnalisée !...

          En seconde C trente-six élèves par classe.

          Vous vous foutez du monde, messieurs-Dames de l’enseignement !... Oui, vous faites de nos gamins des assistés mentaux à vie en les laissant glander trois ans à la pâte à modeler dans vos mouroirs de la cervelle intitulés « Maternelles ».

          Activités d’éveil, mon cul !....

          Et en plus, ils s’emmerdent grave à vos cours !...par voie de conséquence,les chérubins n’en fichent pas une rame !...

          Ma petite-fille m’assure que l’oeuvre maîtresse de Goethe est « Docteur Freud » !...


          • Stan 1er juin 2008 01:45

            C’était en quelle année ?


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juin 2008 08:29

             un an je savais déjà péter tout seul sans les mains ..


          • ZEN ZEN 1er juin 2008 08:29

            Ernst, est-ce vaiment "ernst" ("sérieux", en allemand) ?

            Un petit génie ! mais en matière d’éducation à la politesse, il faut tout reprendre à zéro...


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juin 2008 08:42

            à deux ans j’ avais déjà écrit la théorie de l’ apeuprèïsme ...


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juin 2008 08:43

            Depuis ...plus rien ,

             

            Caramba , viva la révoloutionne....


          • 5A3N5D 1er juin 2008 09:41

            N’empêche que c’est vrai : ils "s’emmerdent grave" à ne "rien foutre". Ou plutôt à "conquérir leur autonomie et à acquérir des attitudes et des compétences qui permettront de construire les apprentissages fondamentaux." ! (si quelqu’un comprend ce que çà sous-entend, qu’il ne se gêne pas pour expliquer.)

            Par ailleurs, on voit mal comment les parents pourraient être majoritairement contre les "nouveaux" programmes, puisque "la décision découle de la volonté politique de supprimer la classe le samedi."  Les parents n’attendent que ça.

            "S’agissant de l’école maternelle, sa finalité est de préparer les élèves à l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul."

            Oui et.... ?

            Ne pourrait-on pas envisager qu’au moins, la grande section maternelle, faisant théoriquement suite à deux années d’acquisition du langage parlé, de l’expression orale, puisse être une année de préparation à la lecture et l’écriture.

            La Finlande, citée à tout bout de champ pour ses résultats merveilleux n’a pas d’école maternelle, mais des "jardins d’enfants". Toutefois, ce qui correspond à notre "grande section" est bien une classe de préparation...au cours préparatoire.

            Ce qu’il y a de plus gênant et qui n’est pas exprimé dans votre article : les professeurs des écoles vont être obligés d’assurer chaque semaine deux heures de soutien aux élèves en difficulté. Que deviendront les RASED ? J’ai peur pour eux.


            • Roda Roda 1er juin 2008 14:43

              Cela signifit avoir envie d’apprendre, avoir envie d’aller à l’école. Les enfants de la maternelle ne sont pas oisifs, ils sont tout le temps en activité. C’est même la seule façon de « tenir » une classe. Imaginez vous devant 30 élèves de 3 ans (c’est mon cas) et réfléchissez à ce que vous feriez pendant toute une journée. Pour que la classe fonctionne, il ne faut pas de temps mort, sinon, vous pouvez imaginer le résultat. Alors il arrive que des enfants s’ennuient. C’est un symptôme qu’il nous faut repérer, c’est souvent un signe de précocité. Mais nous devons d’abord penser la classe pour un groupe plus ou moins homogène. Les cas à part demandent un traitement particulier, que ce soit dans la précocité ou la difficulté.

              Réduire l’objectif de la maternelle à préparer l’entrée au CP, c’est oublier l’importance de la sociabilisation des enfants de cet âge, c’est oublier que pour accepter de subir des règles de plus en plus contraignantes au cours de la scolarité, il faut en être l’artisan. A ne vouloir construire que des lecteurs, on oublie de construire des citoyens.

              Quant à la question de l’utilité de la maternelle à la Française et la référence au modèle Finlandais, je reproche aux nouveaux programmes de dessiner des évolutions qui n’ont pas été discutées par la nation.

              Je suis d’accord avec vous que la question de l’aide aux élèves en difficulté est un problème important dans cette réforme, mais ce n’était pas le sujet que je souhaitais aborder dans cet article.


            • 5A3N5D 1er juin 2008 15:35

              @ Roda,

              C’est même la seule façon de "tenir" une classe. Imaginez vous devant 30 élèves de 3 ans (c’est mon cas) et réfléchissez à ce que vous feriez pendant toute une journée. Pour que la classe fonctionne, il ne faut pas de temps mort, sinon, vous pouvez imaginer le résultat.

              Oui, j’imagine très bien : j’ai eu un CM2 de 36 élèves et je ne suis jamais descendu en-dessous de 27. Je sais de quoi je parle.


              Réduire l’objectif de la maternelle à préparer l’entrée au CP, c’est oublier l’importance de la sociabilisation des enfants de cet âge, c’est oublier que pour accepter de subir des règles de plus en plus contraignantes au cours de la scolarité, il faut en être l’artisan. A ne vouloir construire que des lecteurs, on oublie de construire des citoyens.

              Eh bien, ça a le mérite de la clarté : s’il faut que l’enfant soit "l’artisan" des "règles de plus en plus contraignantes" nécessaires à vivre en société, ça va prendre beaucoup de temps. Voilà donc un "artisan" qui va devoir "s’approprier" des règles de vie en société. En passant, je vous signale que, pour certains, une vie entière n’est pas suffisante pour une telle tâche.

              Autre point : lorsque ledit enfant entrera dans la vie active, devra-t-il, une fois de plus, être l’artisan de la législation à laquelle il devra se plier ? Le réveil sera dur ! Je me demande si on ne marche pas sur la tête : un artisan, en principe, il a fait son apprentissage. Le plus souvent chez un maître artisan. Oui, je sais, c’est très rétrograde, mais le temps perdu ne se rattrape jamais.

              Quant à la question de l’utilité de la maternelle à la Française et la référence au modèle Finlandais, je reproche aux nouveaux programmes de dessiner des évolutions qui n’ont pas été discutées par la nation.

              Si c’est le seul problème, ce n’est pas très grave.

              Je suis d’accord avec vous que la question de l’aide aux élèves en difficulté est un problème important dans cette réforme, mais ce n’était pas le sujet que je souhaitais aborder dans cet article.

              Il est quand même à soulever d’office puisque les enseignants travailleront sur 27 heures et les enfants sur 24. Les cours de soutien, pendant le temps scolaire ou les vacances, c’est l’arrêt de mort des éducateurs spécialisés à l’école, ou au moins d’une partie d’entre eux.


            • Roda Roda 1er juin 2008 18:59

              Le sens de mon article est que la réforme Darcos, en plus d’être néfaste pour l’école, n’est pas démocratique. Vous trouvez que ce n’est pas grave. Je pense qu’au contraire c’est très révélateur de son contenu et des objectifs de ceux qui la défendent.


              • yungmi 15 mars 2014 09:56

                en fait il faudrai alleger l’ecole primaire et alourdir le programme scolaire des collèges ! comme ça les ados on la faculter de repondre et les enfant peuvent rester avec leurs parents etant tout petit ! ils on besoins de leurs parents. comme ça la primaire deviendrai une sorte de crèche.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès