Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les féministes et la paupérisation du plus vieux métier du monde

Les féministes et la paupérisation du plus vieux métier du monde

 Christine Boutin a relancé le débat dans le magazine L’ Optimum : "Faut-il rouvrir les maisons closes ?". S’en est alors suivi une avalanche de réactions féministes sur cette éternelle interrogation. Le refus d’obtempérer sur la prostitution est significatif de l’aveuglement bourgeois qui caractérise tant les féministes, fer de lance de la bien-pensance. 

Ovidie, tout comme Valérie Solanas, nous rappelle que depuis la nuit des temps le premier moyen d’exister pour une jeune femme bien faite c’est de vendre son corps. 

On dit vulgairement que la Miss France est le mannequin du pauvre et que la tapin de trottoir est la call-girl de l’ouvrier. Cette grossière comparaison relève tout de même une drôle de vérité : personne ne s’insurge contre les agences libérales de call-girl à 5000 euros la prestation tandis qu’évoquer l’ouverture de maisons closes (aux prix abordables) provoque un tollé. 

Les Chienne de Garde parlent de la prostitution comme de "l’appropriation machiste du corps féminin", mais alors qu’en est-il du mannequin et de l’actrice pornographique ? Elles défendent les mannequins en avançant que cette profession est -soi-disant- la seule où elles peuvent espérer gagner plus qu’un homme. Quid de la femme qui se prostitue parce que cela lui rapporte plus que de faire le ménage chez une bourgeoise féministe ou en étant caissière à Leader Price ? 

"Qu’elles profitent de leur physique" disent-elles en ventant alors le libéralisme du corps de la femme, légitimant la femme-objet qu’elles semblent pourtant dénoncer à longueur de plateaux télé.

Ce qui gêne les gardiennes du politiquement correct c’est le fait que les prostituées couchent avec des inconnus, qu’elles se rassurent c’est aussi le lot du mannequin (avec effectivement ce même but étant de bien gagner sa vie). N’est-ce pas non plus le quotidien des actrices porno professionnelles que de fusionner froidement avec des corps étrangers ? Pourquoi ce rapprochement ? Et bien qu’on ne s’y trompe pas : nombre de filles qui échouent dans le mannequinat, n’ayant que leur physique comme valeur marchande, se lancent alors dans le X ou la photo de charme. Ce ne sont certes pas des métiers épanouissants, mais employée à la chaîne ou technicienne de surface en sont-ils ?

Les révolutionnaires de salons arguent le fait que l’on ne parle plus de LA femme à part entière, mais du produit qu’est devenu le corps. Seulement lorsque certaines d’entre-elles avortent à de multiples reprises, se font faire un lifting, poser des implants mammaires, idolâtrent mannequins, actrices, animatrices télé ou chanteuses bimbos, etc... comme le leur conseil ou les incitent les magazines féminins où celles-ci sévissent, n’est-ce pas là non plus l’éloge ou la banalisation du corps de la femme -au sens de produit- elles même consommatrices de ce qu’elles dénoncent ?

Pourquoi ce double jugement pour des professions pourtant si proches idéologiquement ? Vendre son corps est-ce plus légitime lorsqu’on fréquente la haute société, que lorsqu’on exerce pour les petites classes ? Le femme ne peut-elle (seulement) se soumettre à partir du moment qu’on la paie (très) bien ?

N’oublions pas que la réouverture des maisons closes est également la seule manière d’obtenir une prostitution "propre".

En effet avec des règles sanitaires strictes, le coït n’est pas dangereux ou nocifs pour la santé... contrairement à la consommation de produits stupéfiants. Pourquoi cette allusion ? Simplement pour que l’on cesse de contrebalancer à la légalisation de la prostitution, celle de la vente de drogue, laquelle même exercée dans conditions d’hygiène irréprochables resterait nuisible à la santé de tout consommateur. 

De plus si les prostituées obtenaient un salaire reconnu par l’ Etat, les caisses nationales s’en verraient plus que bénéficiaires.

Les féministes répètent que ce serait donner les clés de la prostitution et de l’exploitation de manière légale aux pires crapules, une sorte de collaboration de l’Etat avec la Mafia. Mais n’est-ce pas déjà le cas lorsque les plus puissantes nations de la planète ne font rien contre les banques et leurs patrons voyous qui mettent des millions de travailleurs sur la paille et continuent de polluer impunément ? N’est-ce pas déjà collaborer avec la pègre que de ne rien faire contre la misère dans le monde qui est, elle, véritablement exploitée comme du produit bas de gamme ?

En fait, la lutte contre le proxénétisme -lobby ultra puissant- et l’exploitation de travailleuses sans-papiers (et souvent mineures) -pratiques ultra courantes- serait alors réprimée par des contrôles réguliers des autorités. Lorsque les proxénètes s’apercevront qu’il n’y a plus de véritable marché clandestin en France, la recrudescence de ces phénomènes -odieux mais pas si marginaux qu’on voudrait nous le faire croire- sera tant immédiate que significative. En clair, prenons exemple sur le modèle allemand qui plaît tant aux européens libéraux. 

Pourquoi refuser aujourd’hui aux filles d’ouvriers sans diplôme, ou simplement dans le besoin, une situation juridique stable et régulière ? Pourquoi leur refuser de meilleures conditions de travail ? Les féministes font fausse route, la question de la réouverture des maisons closes n’est pas un combat de lutte des femmes, mais un combat de lutte des classes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 16 avril 2010 11:07

    Le sexe est la chose la plus merveilleuse que l’argent peut acheter.


    • Cascabel Cascabel 16 avril 2010 12:43

      Quand on peut se l’offrir gratuitement c’est encore plus merveilleux !
      Vous devriez essayer (ou au moins tenter), au moins une fois.


    • Deneb Deneb 16 avril 2010 12:58

      Cascabe : Voyez-vous quelque chose de plus rejouissant que l’on peut payer avec de l’argent ?


    • Deneb Deneb 16 avril 2010 13:08

      Le sexe n’est jamais gratuit. Il peut-être libre, mais on le paie en s’investissant physiquement et émotionnellement dans la danse nuptiale.


      Il est clair que l’argent achète très peu de choses, ni amour, ni savoir, ni joie, ni rire. Mais parmi toutes les choses que l’argent peut payer, le sexe est finalement celle qui a le plus de valeur absolue.

    • Cascabel Cascabel 16 avril 2010 13:18

      Le problème c’est que le sexe n’est pas « une chose ». C’est une aventure, une conquête, des sentiments, un plaisir partagé...
      Je souffrirais pas mal si je devais payer pour ça.


    • Deneb Deneb 16 avril 2010 14:39

      Cascabel ; Une aventure, une conquête comme on dit chez les humains ou une danse nuptiale chez les animaux, est un effort que l’on fournit. C’est le prix. Parler de gratuité en matière de sexe est absurde. Il est vrai que l’argent achète uniquement la forme la plus primaire de ce soulagement indispensable. Pensez aux gens qui en sont privés, comme certains handicapés ou d’autres, au physique particulièrement ingrat. On voit bien avec les scandales de l’église, que la limitation de cette fonction biologique fait ressortir les perversions qui sont bien plus nuisibles à la société. La prostitution, aussi condamnable soi-elle, est un puissant régulateur social. Une valve de sécurité. Si elle s’est maintenue depuis la nuit des temps, c’est qu’elle a une utilité et une constante au delà des philosophies et des croyances.

      Ayant vécu dans une dictature, j’ai aussi remarqué que la prostitution n’est visible que dans les pays democratiques. Les dictatures la punissent sévèrement, elle se tient cachée, du coup elle est bien plus perverse et mafieuse.

      Au Danemark, l’Etat paye les prostitués aux personnes handicapés. Trouvez-vous que c’est mal ?


    • Cascabel Cascabel 16 avril 2010 15:00

      "Au Danemark, l’Etat paye les prostitués aux personnes handicapés. Trouvez-vous que c’est mal ?"

      Oui.


    • friedrich 16 avril 2010 15:30

      deneb, plus on est un gentil qui souffre beaucoup ici bas, meilleur sera la place au paradis. Donc oui c’ est mal.


    • Cascabel Cascabel 16 avril 2010 15:57

      @ Friedrich

      Votre fausse morale ne vaut pas un clou.

      @ Dendeb

      Je vous surprendrais sans doute, mais quand ce sont les vieux moches qui fréquentent les prostituées je trouve ça encore pire. Personne n’a à se livrer à la misère du monde.

      Si encore vous m’aviez opposé des formes de prostitution sophistiquées, j’aurais été plus à mal de vous répondre.


    • friedrich 16 avril 2010 16:09

      Et la votre en vaut 3, on a bien compris cascabel.


    • Cascabel Cascabel 16 avril 2010 16:32

      Pour vous damer le fion trois clous me suffisent.


    • Deneb Deneb 16 avril 2010 17:12

      Cascabel veut bien d’une call-girl de luxe, mais méprise celle qui fait le trottoir....

      Friderich : dans le langage médical on appelle ça du masochisme nécrophile.


    • friedrich 16 avril 2010 17:32

      Excellente dissection de grenouille de bénitier, deneb.


    • Cascabel Cascabel 16 avril 2010 17:45

      Deneb et sa folle du trottoir

      Foulez-vous un peu dans vos répliques, ça patine chez vous.


    • Deneb Deneb 16 avril 2010 18:00

      Cascabel ; quand j’aurai besoin de vous pour défendre les bonnes causes comme les transports en commun, je saurai quelle pierre retourner. Mais là, vous êtes à côté de la plaque. Les vieux qui vont aux putes vous dégoutent ? Il faut faire quoi, alors ? Les enfermer ? Vous leur en voulez, parce qu’il ne sont pas encore completement impotents ?


    • Cascabel Cascabel 16 avril 2010 19:46

      Deneb

      Le problème c’est qu’ une prostituée est un être humain et non un simple objet. On n’a pas à la sacrifier pour combler les malheurs ou carences des uns et des autres.
      Ou alors on pourrait étendre le principe aux transferts d’organes. Certains ont absolument besoin d’un rein par exemple, pourquoi ne pas aller le chercher chez les plus vulnérables de la société ? Cela se fait couramment en Inde.
      En Chine, ils font mieux, ils se servent directement dans le corps des condamnés à mort, cela doit dépanner bien du monde. Avec un tout petit peu de cynisme on règle tant de problèmes, tout devient simple et facile.
      Quoi qu’il en soit la prostitution existera qu’on le veuille ou non, surtout à l’ère d’internet. Mais l’ Etat n’a pas à donner son feu vert et encore moins à en,encourager une activité aussi déshonorante et destructrice pour celles et ceux qui la pratiquent.
      Par ailleurs il existe une filiaire très violente de la prostitution qui mérite d’être combattue avec la plus grande fermeté.


    • Deneb Deneb 16 avril 2010 20:55

      « Par ailleurs il existe une filiaire très violente de la prostitution qui mérite d’être combattue avec la plus grande fermeté. »

      Si c’est ça que vous avez à l’esprit je suis d’accord.


    • FRIDA FRIDA 16 avril 2010 11:20

      le problème n’est pas tant la prostitution, mais les conditions et les proxénètes qui s’approprient la femme. Toutes les prostituées ne sont pas autonomes et ne gagnent pas pour elles-mêmes.
      Et quand en vient à parler de ses sujets c’est que nous avons bien regréssé pour trouver que comme c’était le cas depuis la nuit des temps et bien on a qu’à continuer. Pourquoi pas, la différence c’est qu’on est dans un monde global, on verra les « putes » asiatiques et africaines concurrencer les françaises, et on aura un FN pour les « putes » françaises, puisque il faut sauver la sexualité nationale.
      C’est le genre de sujet qui excite, amuse et distrait et en attendant on pense pas à la retraite ni à autre chose, ils le font à notre place, nous on débat sur les gigolos et les bordels.

      On dira bordel ou c’est politiquement incorrect ??? maison close, plutôt ???


      • Julius Julius 16 avril 2010 11:26

        Je suis d’accord avec l’article. Il ya juste deux problèmes :
        1) L’institutionnalisation de la prostitution va ouvrir une voie à une circulation massive des femmes des pays pauvres. (Mais peut-être, ce n’est pas une chose complètement mauvais.)
        2) Il est trop tard. La prostitution ne peut être éradiqué, il est un phénomène constant de la société humaine. Lorsque vous créez un obstacle artificiel, les prostituées trouvent un moyen de survivre. C’est ce qu’ils ont fait : Parce que les bordels sont interdits, ils ont créé des bordels virtuelle - aujourd’hui sur Internet. (Donc, je soutiens la réouverture des maisons closes, mais je ne crois pas que cela aura un grand impact.)


        • Traroth Traroth 16 avril 2010 15:03

          Je ne suis pas surpris que vous soyez d’accord avec l’article...


        • LE CHAT LE CHAT 16 avril 2010 12:32

          la protitution librement consentie doit bénéficier des meilleures conditions de travail et c’est normal ! pour une meilleure sécurité et un suivi médical , il faut suivre l’exemple allemand , un monde sans prostitution n’existe qu’au pays des bisounours !
          en France , qui a le mot liberté dans sa devise , on devrait avoir la liberté de disposer de son corps , même si c’est pour faire du fric avec , ce qui n’est pas contradictoire avec une société basée sur le profit et l’appat du gain !

          le proxenetisme et la prostitution subie doivent eux être pourchassés comme toutes les activités du grand banditisme !


          • King Al Batar King Al Batar 16 avril 2010 13:35

            D’accord avec toi le Chat.

            Mais la plupart des feministes sont des laiderons mal baisées. C’est bête et méchant, mais c’est la seule raison pour lesquelles elles sont choquées par la prostitution. C’est de la jalousie, parce que même gratuit personne veut les lever !


          • zelectron zelectron 16 avril 2010 17:20

            et celles qui épousent une golden card, elles s’appellent comment ?


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 avril 2010 06:08

            @ Le chat


             Mais oui, bien sûr. Je ne comprends pas que toute le monde ne soit pas d"accord avec ce que vous énoncez. 


            Pierre JC Allard

          • Cascabel Cascabel 17 avril 2010 14:22

            Pour comprendre c’est bien simple.
            En Allemagne la prostitution totalement ouverte encourage un important marché s’apparentant à de l’ esclavage, au plus grand boneur des macros. Mais tant que ça tombe sur les autres, on s’en fiche. smiley


          • Cascabel Cascabel 16 avril 2010 13:01

            Par principe on devrait interdire et les maisons closes et la prostitution.
            Bien sûr, elle existera de toutes façons mais au moins l’ Etat et la société dans son ensemble ne cautionnera pas l’esclavage humain. Et qu’on ne me racconte qu’il s’agit du libre choix de la personne car à ce moment là rien ne devrait empêcher les jeux du cirque réapparaitre. En plus, souvent les prostituées qui font se métier par choix (je ne parle même pas de celles que l’on force) ont été abusées dans leur enfance, ce qui remet en question ce poncif de la liberté individuelle.
            Bref, ça m’ écœure ce manque de dignité dans l’opinion publique à ne rien trouver de mal dans les maisons closes. A se demander jusque’ où on va aller dans l’aliénation de la consommation.


            • Hijack Hijack 16 avril 2010 13:18

              Non, la prostitution sans proxo me paraît tout a fait normale ... même naturelle.

              Les femmes qui font appel à des gigolo c’est un luxe ... mais bcp d’hommes qui font appel à des prostituées, c’est un besoin, bien entendu j’exclue les travers ...

              Bien que je n’ai nul besoin de prostituées, il est humain de penser que cela peut soulager bcp de manques et de frustrations.


              • Cascabel Cascabel 16 avril 2010 13:28

                Bien sûr, si votre mère écartait les jambes à des vieux graveleux pour quelques euros vous n’y trouveriez rien d’anormal et cela ne vous poserait aucun soucis.
                J’y crois dur comme fer.


              • Hijack Hijack 16 avril 2010 15:19

                Hola ! Merci pour ma mère, qui n’est plus de ce monde ...

                Je parlais de personnes qui souffrent, des handicapés, des gars pas très beaux qui ont des soucis à connaître des femmes etc ... la misère sexuelle, tu en as entendu parler !!!


              • Cascabel Cascabel 16 avril 2010 15:32

                Ne prenez pas ma réponse comme une agression, je vous démontre seulement de façon un peu crûe que la prostitution n’ a rien de normal ou de naturel. Elle est de fait avilissante.
                Le commentaire de pique cul parle de jeunes filles trop gentilles qui souvent se sont laissées prendre à un mauvais piège, je le crois sans peine. Alors de grâce, ne minimisons pas et n’encourageons personne à entrer dans un cycle infernal.
                La dignité, ça existe !


              • johnford johnford 16 avril 2010 15:56

                si on regarde la clientèle effectivement il s’agit majoritairement d’hommes perdus dans leur époque, accès difficile/limité au sexe, ou incapables de draguer, mals dans leur peau ou mals avec leur femme. Ca inclut les trentenaires castrés par les années 80-90 et l’idéologie propagée à ce moment (femme = déesse inaccessible, drague = ringardise, modèle de la femme d’affaire américaine, homme féminisé donc sentimental etc.. )


              • friedrich 16 avril 2010 17:03

                la prostitution n’ a rien de normal ou de naturel


                C’ est peut-être ce que vous avez lu dans la bible mais je n’ ai rien lu de tel dans mes livres d’ éthologie. 

                On va commencer par les Bonobos : 


              • Hijack Hijack 17 avril 2010 11:34

                Je ne me suis pas senti agressé mais j’ai trouvé que ton allusion à ma mère comme une malpolitesse extrême .... une mentalité de ce niveau ne peut que réagir comme tu l’as fait.
                Comme tu le dit, Ce n’est pas digne et la dignité c’est plus facile à dire qu’à faire !!!

                Pour en revenir aux prostituées, personne n’encourage qui que ce soit à entrer dans ce cycle infernal ... on en parle simplement, c’est le but des commentaires ouverts après un article !
                Comme je n’encourage pas au vol, mais qu’un type qui meurt de faim ou ses enfants peut voler de quoi bouffer s’il n’a pas d’autre solution et il n’y a pas que la France dans le monde.
                Il est vrai que certains esprits me rappellent la même situation que « les Misérables » de V. HUGO que je te conseille de lire, voir et revoir ... !


              • Cascabel Cascabel 17 avril 2010 13:59

                Je ne voulais blesser personne et je suis désolé, vraiment.

                A présent il faut bien se rendre à l’ évidence. La prostitution n’est pas un métier comme un autre. Je part du principe qu’on doit appliquer sur soi ses théories et si on n’y arrive pas alors la théorie n’est pas bonne. C’est la raison pour laquelle j’ai pris un exemple aussi violent.
                J’insiste je n’ai pas traité votre mère de quoi que ce soit, ce n’était qu’un exemple destiné à une démonstration imparable.

                Donc si vous vous indignez haut et fort, avec raison, cela signifie que ce métier, la prostitution, n’en est pas un pour vous. De mon point point de vue, si on ne le souhaite pas pour soi, on n’a pas à le souhaiter pour les autres.
                L’argument favorable aux maisons closes repose forcément sur le principe du sacrifice de quelques filles, pour le bien être de certains.
                Si encore on me fournissait des exemples de prostitution sophistiquée, comme les geishas au Japon, ou celui de la prostitution sacrée de l’antiquité où même celui plus indirect de la photographie ou cinéma érotique, j’aurais été à court d’arguments car à vrai dire ça ne me choque pas tant que ça. A partir du moment où la dignité de la personne n’est pas atteinte je pense qu’il n’y a pas lieu d’interdire. Mais la prostitution qui sort des maisons closes est l’une des pires qui existe, c’est donc indigne d’encourager moralement les filles ou les femmes d’y travailler comme des esclaves.
                Et ce n’est pas de la morale « judéo-chrétienne » comme le prétendent certains. Des pays comme la Chine interdisent vigoureusement la prostitution sans que la morale judéo-chrétienne y soit pour rien.

                Un dernier point,
                On oublie trop souvent que la révolution française avait pour but non seulement de donner le pouvoir au peuple mais aussi de créer une république vertueuse.
                Par conséquent l’ Etat trahirait la République si il percevait des sous de la prostitution. issue des bordels. La Fraternité ne voudrait plus rien dire.


              • Cascabel Cascabel 17 avril 2010 14:04

                je vous cite à nouveau :

                "Non, la prostitution sans proxo me paraît tout a fait normale ... même naturelle."

                A présent comparez-là avec votre réaction indignée et rendez-vous à l’évidence.


              • Hijack Hijack 17 avril 2010 23:07

                Je n’étais pas indigné, pas très content qu’on cite ma mère.

                Ce que j’ai dit, veut simplement dire, que

                - si une fille pour de multiples raisons choisit librement de faire de la prostitution (sans que ce soit une souffrance comme les putes qu’on voit partout) soit en plus de son travail pour pour un besoin d’argent urgent, soit et c’est la plupart du temps le cas pour des motifs que tu as du mal à comprendre ...

                - normal qu’un gars ne pouvant pas connaître de femmes ait la possibilité de faire appel à des prostituées... sinon et c’est une question que je te pose, tu fais quoi pour eux ... ?
                J’ai lu quelque part que dans les pays scandinaves, dans les hopitaux, ils en proposent aux handicapés graves ... quoi de plus normal !


              • Cascabel Cascabel 18 avril 2010 03:14

                Et bien tant pis pour ceux qui n’ont pas de chance. Qu’ils se débrouillent, c’est leur problème.
                On n’a pas à sacrifier personne, c’est tout. Et comme le dit pigripi plus bas les cas de prostitution épanouie sont plutôt rares.
                Quoi qu’il en soit le problème ne se pose même pas en France car la prostitution existe rendant caduc la question des maisons closes. La seule raison est bassement financière, cela représenterait une bonne source d’argent pour financer les petits fours des réceptions à la mairie de Paris.


              • Deneb Deneb 18 avril 2010 07:03

                Cascabel : n’avez-vous jamais cédé à la pression d’un chef au point d’avaler vos convictions et mettre votre corps et esprit, votre imagination et votre créativité au service d’un capital ? Tout en sachant que vous êtes en train de vous faire mettre bien profond, vous le faites volontiers afin de gérer votre survie sur cette planète. Si ce n’est pas le cas, vous avez beaucoup de chance ou alors de l’Alzheimer.


                La plupart des gens le font, moi y compris. Nous nous prostituons tous. Les plus chanceux ont juste le choix du trottoir.

                Est-ce pire une femme qui vend ses charmes, ou un elu qui vend la mission que le peuple lui a confié, au plus offrant ?

              • Hijack Hijack 18 avril 2010 11:48

                Je sais bien que tu t’en fous de la misère sexuelle de certains ... vu tes réponses.

                Il n’y a aucun sacrifice, sinon je serai bien sûr contre. Je ne suis d’accord que si la fille le fait librement et en toute connaissance de cause.

                En aucun cas ce n’est une question d’argent, mais une question vitale ... pour bcp.
                Personne ne s’est construit une fortune en étant prostituée ... vois les quelques années après, tu comprendras. Par contre, les proxos ... oui et c’est contre eux qu’il faut se révolter.


              • @distance @distance 16 avril 2010 13:32

                la prostitution : un métier d’avenir ?

                vous devriez en parler à vos enfants !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès