Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Repas d’affaires : le retour du snobisme

Repas d’affaires : le retour du snobisme

Businesslunch Vous cherchez des signes de changements dans les entreprises ? Demandez à ceux qui leur fournissent des services. J’avais déjà évoqué les prestataires de séminaires ICI.

Hier, dans Le Figaro, une autre profession nous a aidés à comprendre les nouvelles tendances des entreprises : les restaurateurs, ceux qui sont spécialisés dans ce qu’on appelle "les repas d’affaires"...

C’est François Simon, cet expert gastronomique qui cache son visage, et porte des jugements définitifs sur les tables de restaurants, qui nous le dit : "Repas d’affaires : ça bouge !".

Un repas d’affaires, on penserait que c’est fait pour impressionner votre invité, lui en mettre plein l’estomac pour lui en mettre plein la vue... Erreur ! Maintenant, on fait léger sur les calories, c’est plus branché. Et on se précipite sur ces "petits menus" moins chers, mais tellement typiques (et votre interlocuteur appréciera la sagacité avec laquelle vous gérez les deniers de votre entreprise, c’est François qui vous le dit).

Encore plus tendance, allez dans les snacks chic, ou mieux les "snacks snobs" : ce sont les endroits qui vous évitent de parler affaires au milieu de "Ploucland" (c’est François qui parle comme ça ), qui sont de parfaits "filtres sociaux" (chic et snob, cette expression). Les lieux recommandés : Hôtels Costes, Spoon.

Autre astuce : déjeuner en décalé ; manger à l’heure des repas, c’est tellement commun..."En décalant vos horaires, vous risquez d’avoir la salle de restaurant pour vous seul (à midi ou 14h) ".

L’article m’a paru tout aussi décalé que les heures de déjeuner. Il reflète bien cependant l’évolution des entreprises vers une vision plus qualitative que quantitative de leurs relations clients. Un simple déjeuner dit beaucoup de choses sur la culture de celui qui vous invite, et sur celle de son entreprise. Elle parle de nous quand nous invitons un client ou prospect au restaurant.

J’ai bien aimé, dans l’article du Figaro, les 7 conseils qui sont fournis sous le titre " L’art de louper son repas". Afin de le garder en mémoire, je le reproduis ici, vous pourrez y revenir lorsque vous organiserez votre prochain "business lunch".

L’art de louper son repas

1. Arriver en plein rush (13h) ; solution : préférer 12h15 ou carrément 14h

2. Prendre un menu dégustation (ça dure des heures) ; solution : le plat direct à la carte

3. Snober le maître d’hôtel (il se vengera) ; solution : le mettre dans votre poche

4. Oublier de lui dire le tempo du déjeuner (presto/lentamente/allegro) ; solution : toujours préciser, au moment de la commande, l’heure de départ rêvée

5. Retenir une table proche de votre bureau (ça énerve votre invité) ; solution : rapprochez-vous de lui

6. Prendre un apéritif (ringard et absurde) ; solution : prenez du vin au verre

7. A Paris, se rendre en voiture dans un restaurant sans voiturier, et accepter n’importe quelle table ; solution : lors de la réservation, demandez une table, au calme, à l’écart.

Bon appétit !


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • (---.---.50.235) 18 janvier 2006 22:24

    Très mode également : la réunion avec des plateaux repas commandés chez un bon traiteur.


    • An American in Paris (---.---.193.251) 24 janvier 2006 18:31

      Le cachet et l’exclusivité est l’ultime snobisme.

      Pour vraiement impressioner un client et/ou prospect il faudra dîner (pas déjeuner) dans un restaurant comme le Mathis, 3 rue de Penthièvre, 8ème.

      Impossible d’avoir une reservation si on n’est pas connu par la direction.

      Qualité de service et cuisine impeccable. Excellent rapport qualité prix (compter 50€ à 75€ par personne).

      LE PEOPLE : Ardisson, Beigbeder, Orlando, Régine, Valentino,YSL et d’autres personalités avec nom et prénom (Lee Radzwill, Pascal Gregory).

      L’intimité du décor et un nombre limité des couverts est l’assurance d’une ambience uber snob.

      Le cocktail bar à côté est une vraie avantage pour continuer la nuit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès