Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Représentativité syndicale mouture Sarkozy/CGT/CFDT : le retour du bâton (...)

Représentativité syndicale mouture Sarkozy/CGT/CFDT : le retour du bâton ?

 La casse du code du travail, organisée, préparée par le pouvoir actuel, aura trouvé sa forme législative dans la loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail.

Tout le monde sait bien que le Président de la République est "Pour des syndicats forts", depuis sa tribune dans "Le Monde" du 19 avril 2008...

Traduit en français courant, il s’agissait pour lui de créer les conditions pour que des "organisations sociales" rénovées viennent lui servir de supplétifs pour ses "grandes réformes".

La réforme de la représentativité syndicale en serait le cheval de Troie.

Soyons réalistes : ces nouvelles règles visaient à affaiblir plus encore le monde syndical, en centralisant, en empêchant de s’exprimer les plus petits syndicats. La classe politique trouvait avantage à n’avoir en face d’elle qu’un nombre restreint d’interlocuteurs sociaux, pour mieux les contrôler. Au diable la diversité !

Casser le paysage syndical issu de l’après guerre fut donc le leitmotiv des "réformateurs", pour, - "centralisme démocratique" revisité - en arriver au presque "syndicat unique", voilà le scénario du film, donnant donnant, sous la houlette du Medef et de la CGPME.

Et sous l’oeil, la plume et la complicité bienveillante de la CGT, et de la CFDT, qui signeront en avril 2008 avec les organisations patronales un accord sur une nouvelle "représentativité syndicale".

L’art et la manière d’écraser les petits et de pactiser avec son diable qui amènera à abolir par la Loi du 20 août 2008 la notion de "présomption irréfragable de représentativité" des syndicats.

Les délices de la perspective de pensées syndicales uniques, face à un pouvoir politique qui ne survit que par la même recette bi-polaire. Pour simplifier ? Non , pour mieux contrôler !

Par la règle des "minimum 10%", la mise à mort des petits syndicats ouvriers était décidée, et facilitée la constitution de "syndicats" maison, si utile aux gros employeurs. 

Mais, en 2009, arrivent les premiers coups de balancier judiciaires : un jugement du tribunal d’instance de Brest daté du 27 octobre 2009 va faire parler de lui.

En effet, un débat sur la nouvelle représentativité syndicale façon Sarkozy a eu lieu devant le Tribunal d’Instance de Brest, où une entreprise locale, mais aussi la CFDT attaquaient la validité d’une désignation d’un délégué syndical FO, au prétexte de l’application des nouvelles règles du code du travail issues de la fameuse loi du 20 aout 2008.

Voici les arguments avancés par la défenderesse UD FO du Finistère qui sont contenus dans ses conclusions, reproduites par le site Wk-rh.fr/actualites et le jugement du TI de Brest - 27 octobre 2009 -

Le résultat du match CFDT/société SDMO contre FO qui disait que la loi d’août 2008 était contraire au principe de liberté et d’égalité ? Le juge signe une jolie jurisprudence en déclarant que la Loi du 20 août 2008 est contraire au Droit Communautaire (Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et de libertés fondamentales, Charte sociale européenne, Cour Européenne). 

Un bon bol d’air. 

Un coup d’arrêt aux attaques à la liberté syndicale, son pluralisme, la liberté d’expression et de revendication consécutives à une loi inique ?

Nous verrons bien. En tout cas, chapeau bas aux artistes du Finistère !

Un recours en cassation de la CFDT et du ministère du Travail aurait été été déposé le 5 novembre 2009, indique une dépêche AFP citée sur France Info.fr

 Ah ! les convergences d’intérêts !

Raphael JORNET


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • bilbo59 6 novembre 2009 15:01

    Excellent article !
    Merci à l’auteur


    • Ropi 6 novembre 2009 16:19

      + 1  !


    • vergobret 6 novembre 2009 16:04

      Faut pas se moquer trop longtemps des bretons.
      On réfléchi longtemps mais on agit fort.
      et puis comme on disait avant...verse toujours
      lak atao.

      les bretons sont fous de droit. et racuniers


      • vergobret 6 novembre 2009 16:05

        bien entendu, bravo à l’auteur.


        • Le péripate Le péripate 7 novembre 2009 10:33

          Ca serait vraiment dommage de casser un si bel outil de promotion sociale d’une nomenklatura cooptée.
          Et puis avec pourront s’entendre et s’arranger les capitalistes protectionnistes ?

          Et qui pour continuer à gérer si bien Sécu, Retraites, Formation Professionnelle, Medecine du Travail, Education Nationale et remplir les quelques 800 comités Théodule en convention à Courchevel ou ailleurs ?
          Non, ça marche trop bien.... pour eux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès