Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Retraites complémentaires … reprise des débats

Retraites complémentaires … reprise des débats

La discussion entre les partenaires sociaux sur l’avenir des régimes de retraites complémentaires AGIRC et ARRCO reprend une fois de plus, ce mardi 17 février 2015. En l’absence de consensus entre les représentants des organisations patronales et ceux des salariés, les discussions des années précédentes n’ont accouchées que de mesurettes, justes bonnes à rafistoler les comptes du moment. Le temps passe, vite … et l’heure des décisions un peu plus lourdes a sonné. C’est le tocsin qui résonne …

JPEG Une fois les comptes refaits, une fois de plus, on s’aperçoit que l’Arcco (la caisse complémentaires des salariés du privé) sera à sec en 2015, et plus grave que l’Agirc (la caisse complémentaire des cadres) sera, elle, à sec dès 2018. Ces deux caisses, contrairement à l’Etat, ne peuvent pas emprunter sur le marché financier pour faire face à leur déficit.

Les partenaires sociaux, seuls à pouvoir prendre des décisions, se sont donnés quatre mois pour négocier, ils devront avoir trouvé des solutions pour le mois de juin. Rappelons que ces caisses ne gèrent pas moins de 12 millions de retraites, et qu’elles pèsent jusqu’à la moitié, voire plus, de certaines retraites du privé, particulièrement celles des cadres.

Comme la banqueroute est tout à fait inenvisageable, il va falloir trouver des solutions. Afin de rassurer les retraités, ni le patronat, ni les syndicats de salariés n’envisagent une baisse des pensions, tout au plus le maintien du gel déjà en place depuis plus d’un an. Mais cette mesure ne rapporte rien en période d’inflation quasi nulle. Ces quatre mois de discussion vont être agités, tant le patronat et les grandes centrales syndicales sont en panne d’inspiration.

Le premier obstacle à lever sera celui du lieu choisi pour accueillir les négociations, la patronat a pris la mauvaise habitude des les convoquer chez lui, au Medef…. La CGT et FO ne veulent plus en entendre parler et proposent soit le siège de l’Agirc/Arrco (ce qui est assez logique) ou le Conseil Economique et Social.

C’est sans rire que nous pouvons annoncer que l’ordre du jour de la première réunion porte sur ce sujet là… comme si un accord ne pouvait pas se faire au téléphone en 5 mn…

Faisons à nouveau la revue de détails des mesures envisagées pour réduire le déficit de 5,3 milliards d’euros en 2014 :

 

  • la poursuite du gel des pensions … pas très populaire, et surtout d’un rapport nul.
  • une hausse des cotisations, la proposition de la CGT est de faire porter cette hausse sur les cotisations Agirc, un montant de 2,45 points apporterait déjà plus de deux milliards d’euros dès 2017 et viendrait ainsi sauver des deux régîmes, celui qui est le plus menacé, celui des cadres. Le patronat ne veut pas en entendre parler … il rappele que la priorité économique est la baisse du coût du travail.
  • A contrario, le patronat propose de repousser l’âge de départ à la retraite et de taper sur les pensions de reversions destinées aux veuves et aux veufs en les réduisant significativement. Hurlements de la CGT et de FO…
  • Le patronat évoque aussi, une autre manière de faire qui consisterait à introduire une décote pour tous ceux qui partiraient à la retraite à 62 ans, ceci pendant seulement quelques années, jusqu’a 64 ou 65 ans. Un sacré dispositif pour inciter les salariés à repousser leur départ à la retraite. Sauf qu’actuellement les séniors sont en panne d’emploi dès 55 ans … Est-ce que le même patronat peut s’engager à garder ses séniors et même à recruter à nouveau tous ceux qu’il a jeté à Pôle emploi ces 2 dernières années ?
  • Enfin, il reste la mesure économique par excellence, qui consisterait à fusionner les services de l’Agirc et l’Arrco pour réaliser des économies d’échelle et surtout repousser encore une fois les décisions difficiles à plus tard.

 

A suivre …


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Garance 18 février 2015 09:14

    Pelletier


    La solution , car il y a toujours une solution, c’est de cloisonner les Caisses de retraites

    Chaque Caisse de retraite de chaque catégorie de personnel payant ses retraités à hauteur de ce qu’ils ont cotisés

    Que voit-on aujourd’hui ?

    Des Caisses de retraites en vampiriser d’autres par le fait que leurs propres cotisations ne suffisent pas à payer les retraités de leurs propres Caisses

    Suivez mon regard

    La solidarité a ses limites quand elle se fait au détriment de ceux qui cotisent le plus et en profitent le moins longtemps

    Suivez mon regard encore une fois

    Vous ne voyez pas ?

    Vous ne voulez pas voir ?

    Je vais vous aider ; la caisse du BTP et des Travaux Publics pour que vous ne restiez pas dans l’ignorance et ne finissiez pas idiots

    Tout le monde pompe dedans et allons-y gaiement

    Au point qu’aujourd’hui elle est déficitaire comme les autres

    Peut-être plus encore vu que les travaux Publics et le Bâtiment subissent une crise sans précédent ; du jamais vu 


    Et comme on dit : « Quand le Bâtiment va : tout va »

    « Cécile ? : pourquoi tu tousses ?

    Tu ne tousses pas ?...tu t’es piquée en accrochant tes Légions d’Honneurs sur le torses de tes vaillants camarades.... » 



    • philippe913 18 février 2015 09:21

      cloisonner les caisses de retraite ? contraire à toute solidarité, après on se retrouve avec des caisses de professions sur le déclin au niveau effectifs (mineurs, agriculteurs...) qui sont dans l’impossibilité de payer les retraites par répartition des anciens.
      Non, soit on veut un réel truc mutualisé et solidaire : une seule caisse pour tout le monde, avec les mêmes règles pour tout le monde, soit on change complètement, avec, notamment, de la capitalisation qui ne sera pas influencée par ce phénomène.


    • troletbuse troletbuse 18 février 2015 09:40

      Pas de retraites pour les politiques. Ils n’ont qu’à bosser comme tout le monde. Un SMIC comme paie, ca leur suffit non ?


      • Garance 18 février 2015 09:42

        @ Philippe


        «   Une seule caisse pour tout le monde, avec les mêmes règles pour tout le monde » 

        Vous êtes mûr pour aller vivre sur la planète Utopia ( 3 ème galaxie à gauche en partant du Soleil)

        La « Capitalisation » vous dites ?

        Les « Capitaux » seraient vampirisés avant même d’être capitalisés par ceux qui vampirisent actuellement

        Non....désolé...faut cloisonner

        J’vois que çà....

        • philippe913 18 février 2015 15:00

          - alors autant plein de chose me paraissent effectivement être irréalisables dans le domaine du social, autant le fait de faire un système de retraite de base, ou complémentaire identique pour tous me paraît largement dans le domaine du faisable. Il paraît même que certains pays y sont parvenus....

          - vampirisés par qui ? Est ce que les capitaux des assurances vies sont vampirisés ? non, alors pourquoi en irait il autrement avec des fonds de pension ?


        • Robert GIL Robert GIL 18 février 2015 09:51

          et pendant ce temps la, la fraude fiscale c’est 80 milliards par an ...
          http://2ccr.wordpress.com/category/retraites/


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 18 février 2015 11:12

            Difficile de répondre aux commentaires .... chacun est libre, mais tout de même évitons les « il n’y a qu’à » et les « faut qu’on » ...



            • septikettak septikettak 18 février 2015 16:29

              @Pelletier Jean
              Des Faut qu’ons ? Mais y’en a que des vrais ici.


            • lsga lsga 18 février 2015 15:35

              Je parie qu’ils vont baisser les retraites du haut de la classe moyenne à coup de 49.3... après la réélection de Hollande. 


              • Spartacus Spartacus 18 février 2015 17:33

                Si un un flux de capitaux entrant est inférieur au flux de capitaux sortants. 

                Indubitablement le système fait faillitePOINT. 
                C’est clair net et sans équivoques. 

                « la banqueroute est tout à fait inenvisageable »......

                -Ponzi n’envisageait pas qu’un jour il connaîtrait la banqueroute....
                -Madoff n’envisageait pas qu’un jour ne jamais connaitre la banqueroute...
                -L’Argentine ne croyait pas qu’un état puisse connaitre la banqueroute...
                -Les taxis croyaient que l’achat de licence allait les préserver toute une vie.
                -Kodak croyait avec la pellicule ne jamais connaitre la banqueroute.
                -Rome n’envisageait pas que sa société puisse faire faillite.

                Source : Wikipedia « système de Ponzi »..... 
                Si , alors le fonds promet plus d’argent qu’il ne peut en obtenir. Dans ce cas,  est appelé le taux de Ponzi.

                • straine straine 18 février 2015 17:37

                  La seule et unique façon de solutionner l’ensemble du problème passe par un équilibrage de la Balance du Commerce Extérieur en produisant notre consommation tout en faisant la chasse à la nouvelle lubie des subventions dans le milieu du travail !

                  Les Français acceptent que des fortunes se créent au détriment d’une dette abyssale tout en fermant les yeux sur la déstructuration industrielle vecteur d’un chômage de masse structurel ....
                  Qui pourra expliquer aux 70% de la population concernée qu’ils sont prisonniers de l’interdépendance mise en place par la haute finance ?

                  C’est LE pourquoi de la diminution drastique du pouvoir d’achat de la masse et, de l’augmentation (cynique) du pouvoir de capitalisation d’un pourcentage de la population qui ne risque pas de dépenser plus !


                  • Spartacus Spartacus 18 février 2015 18:41

                    @straine
                    Le déficit du Commerce Extérieur c’est juste un signe qu’on peut acheter moins cher à l’étranger des marchandises que nous ne pouvons produire à un prix iférieur.


                    Avec des pays au niveau de vie plus bas on pourrait éventuellement comprendre, mais la France a des déficits avec l’Allemagne, la Belgique, Ies Pays Bas, les USA, la Suisse, l’Autriche, ou les gens ont un pouvoir d’achat supérieur.

                    C’est donc toute la politique sociale qu’il faut revoir. Mais suicidaire politiquement, aucun des blaireaux politique de la mafia Ena est prêt a lâcher son régime spécial et son pouvoir. 

                  • zygzornifle zygzornifle 18 février 2015 18:33

                    si les caisses ne payaient que les retraites en fonction des cotisations elle serait équilibrées .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès