Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Retraites en détresse

Retraites en détresse

De plus en plus de retraités font face à des difficultés financières toujours croissantes. Disent-ils que leur pension de retraite ne suffise plus pour vivre décemment. Nombre d’entre eux sont par ailleurs, contraints de vendre leur bien immobilier acquis péniblement grâce à de longues années de labeur.

Si, l’âge du départ à la retraite s’allonge inexorablement, la rumeur répandue selon laquelle plusieurs annuités d’efforts supplémentaires suffiraient pour améliorer le pouvoir d’achat des futurs pensionnaires et leur permettre ensuite de couler de vieux jours tranquilles, est un mythe absolu. Bien loin de ce cliché, la plupart de ces retraités tardifs terminent leur carrière sur les genoux avec pas moins de souci d’argent qu’imaginé. La vraie raison de la chute de leur moyens, est que malgré une carrière plutôt longue et harassante, nombreux de ces retraités ont perçu pendant toutes leurs années de travail des salaires tristement faibles et que par conséquent le calcul de leur pension au régime général se pratique sur 50% du salaire annuel moyen perçu au cours de la vie professionnelle. Faut-il encore ajouter que dans notre système d’assurance vieillesse par répartition, trop de jeunes au chômage, implique forcément la difficulté du financement des retraites actuelles. Devrais-je encore ajouter que les nouveaux retraités qui ont perçu une bonne partie de leurs salaires en Francs sont forcément perdants sur cette période dans cette méthode de calcul, même après conversion. Le coût de la vie était indubitablement inférieur et les salaires aussi par conséquent. Ceci jusqu’en 2001. On oublie trop souvent de le notifier. Un autre paramètre est la conséquence des petites retraites actuelles et de la misère sociale plus généralement : (l’absence d’évolution des carrières). L’ascenseur social est en panne depuis bien longtemps déjà, rares sont ceux qui évoluent professionnellement et profitent de ce biais pour voir augmenter leur niveau de vie. Contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, l’allongement de l’âge de la retraite ne profite pas à tout le monde. Ceux qui devraient pouvoir bénéficier d’un repos bien mérité, deviennent des seniors au chômage, peu convoités par les entreprises quand ils sont licenciés avant l’âge légal du départ.

Les choses ont beaucoup changé dans le paysage professionnel. Il y a encore quelques années, même si on clôturait sa carrière professionnelle à soixante ans, l’évolution de carrière permettait à beaucoup de se retirer sereinement de la vie « active », avec de beaux projets de voyages et de croisières en tête. On quittait une activité pour une autre plus jubilatoire et plus salvatrice pour sa santé. Oui ça a vraiment existé et ça s’appelait les « trente glorieuses ! » C’était le temps ou l’on débutait sa carrière au plus bas de l’échelle, certes, mais avec un peu d’ambition après quelques années, il était encore possible de gravir les échelons sans être sorti de HEC ou de Saint-Cyr. On pouvait au moins prétendre à une fin de carrière satisfaisante. Un Ouvrier Spécialisé en fin de carrière accédait au poste de Chef de chantier, un employé pouvait devenir Cadre dans sa société à quelques années de sa retraite. Enfin, une « simple dactylographe » pouvait prétendre à partir à la retraite avec une qualification de Secrétaire de direction ou Responsable de secteur. Tout était possible à condition de faire ses preuves. La motivation aidant les ambitions ne se limitaient pas au simple désir de quelques déjeuners à la table du Directeur pour épater la galerie juste pour flatter les égos. On ne faisait pas semblant d’être, mais on était vraiment.

Depuis une trentaine d’années, ce principe de récompense au mérite naturel appliqué avant les années 80 est définitivement caduc aujourd’hui et la motivation n’y est plus vraiment. Histoire de schématiser rapidement pour le comparatif, nous allons dire qu’une employée d’Accueil par exemple, n’a pratiquement aucune chance de devenir un jour Assistante de direction ou Chef de projet, cela même en fin de carrière. Bien entendu qu’on lui permettra sûrement d’accumuler quelques formations bidons qui n’auront aucun lien avec ses projets de développement professionnel et encore. A aucun moment de son parcours et malgré tous les efforts du monde elle ne verra sa fiche de paie varier en conséquence. Le cursus Bac plus douze sera incontournable pour exiger dès le départ être au moins payé à la hauteur de ses diplômes, mais bien en dessous de ses prétentions personnelles évidemment.

Il y a cependant quelques exceptions : Prenons pour illustration le cas de personnes qui feraient agir leurs relations ou bénéficieraient de réseaux favorables. Eh bien même là il devient difficile de profiter des largesses amicales ou familiales à cause des répercutions du grippage diachronique des carrières sur l’économie globale. Aussi subtiles quelles soient, les incidences sont multiples autant qu’imperceptibles allant jusqu’à ralentir les curseurs de la croissance sans un coup de pouce majeur de l’État. Pour peu que ce dernier ne soit pas lui-même sanctionné par les mauvaises recettes fiscales dues au ralentissement économique des entreprises, elles-mêmes plombées par une chute de la consommation conditionnée par une morosité ambiante et une peur chronique de l’avenir. Bref tout ça pour dire que les retraités ne sont finalement pas les seuls à subir l’immobilisme de la finance et la frilosité des entrepreneurs français. Pendant ce temps, les investisseurs étrangers surfent sur nos faiblesses et ne perdent pas leur temps dans les états d’âme sans fondement pour rafler tous les marchés et racheter le patrimoine français en décrépitude. Ils occupent le marché, là où les investisseurs français sont absents et finissent par devenir des leaders dans des domaines que nous avons trop longtemps sous-estimés pour de simples questions philosophiques ou idéologiques. Nous perdons un peu chaque jour notre souveraineté économique à cause de nos jugements hâtifs et nos préjugés sur tout : les vieux, les jeunes, les banlieues, les diplômés, les sans diplômes, les étrangers, d’autres cultures, etc. Combien de temps encore nous reste-t-il avant de perdre complètement notre intégrité culturelle ? Combien de temps nous reste-t-il avant de voir d’autres pays nous dicter leur loi ? Les retraités d’aujourd’hui ne sont pas dans la misère par accident, mais bel et bien victimes de la frilosité ambiante des entrepreneurs français à bien des niveaux, trop animés par des états d’âme improductifs. Trop enfermés dans des mentalités archaïques ou passéistes qui freinent les ardeurs collectives, les ambitions, les audaces, les rêves et les projets. Bien payé ses employés ne signifie absolument pas se ruiner mais les motiver pour qu’ils se sentent partie prenante à la prospérité de l’entreprise. 10 000 employés bien payés c’est peut-être autant de producteurs satisfaits de leur carnet de commande en y réfléchissant bien. C’est peut-être le Maire d’une petite ville heureux de développer des structures supplémentaires favorisants les rencontres dans sa collectivité territoriale. En effet, plus de recettes fiscales c’est aussi plus de moyens pour la ville pour mettre en œuvre ses projets, surtout si les contribuables sont plus nombreux à se partager la charge fiscale pour alimenter les caisses de l’État. Il est préférable de dépenser pour améliorer la vie quotidienne que dans l’assistance sociale des chômeurs ou de gens qui n’ont jamais travaillé de leur vie et vivent déjà pris en charge par leurs proches. Comment les communes peuvent-ils dans une telle conjoncture s’occuper de leurs personnes âgées en grande solitude. Ces retraités en difficulté économique aujourd’hui à cause de leur petite pension, dans le passé, furent plus souvent au travail qu’à se préoccuper de construire une vie familiale ? Si en plus on ne peut même pas leur venir en aide par manque de fonds et trop empêtrés dans les problèmes sociaux c’est un comble.

Pour conclure je dirais que malheureusement nos retraités n’en sont qu’au début d’une galère graduelle dont ils devront s’accoutumer. Les jeunes ont de moins en moins d’avenir et ceux qui ont la chance d’avoir un emploi sont plutôt mal rémunérés. C’est à mon avis la preuve que les futurs retraités ne seront pas mieux lotis et la situation va apparemment se dégrader. Dites-moi où est la valeur travail si c’est pour ce résultat final. Quel modèle de société espérons-nous léguer à une génération témoin de ce fiasco ? Je dois dire que ça fait un peu peur !

 

Danièle Lony


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 16 juin 2015 08:39

    Pas de crainte votre ministre, député, sénateur, préfet seront les derniers a se partager le dernier centime ......


    • Sarah Sarah 16 juin 2015 13:18

      @zygzornifle

      C’est vrai mais il y a aussi que depuis 40 ans vos dirigeants vous pillent dans au moins un but bien précis :

      « Et si la crise de la dette publique était en vérité celle de l’immigration ? Cela signifierait que tous les efforts d’austérité que l’on impose aux Français proviendraient du refus de la réguler. Cette étude exhaustive taille en pièces les arguments des élites qui prétendent que l’immigration nous enrichit. Fondée sur les chiffres de la comptabilité nationale, elle démontre au contraire l’ampleur du désastre. Comment interrompre cette hémorragie qui ruine nos finances publiques et le budget des familles ? Les solutions existent mais qui aura le courage de les appliquer ? »

      Source : http://www.amazon.fr/gp/product/2841912787

      et : http://www.polemia.com/les-francais-ruines-par-limmigration-de-gerard-pince/


    • zygzornifle zygzornifle 16 juin 2015 14:57

      @Sarah
      "des élites qui prétendent que l’immigration nous enrichit....« 

      C’est vrai , ils nous apportent leurs coutumes,leurs costumes , leurs conseils sur la sexualité :  »va n... ta mère«  »ta mère la pute" n... la police etc ...., leur industrie, leur technologie, leur savoir faire , leur sciences, leur musiques, leurs poèmes et écrits (qui datent de plusieurs siècles) leur fécondité car bien souvent ils ont plusieurs compagnes, leurs lieu de cultes, leur gastronomie : kébabs etc ... .....Jamais la France n’a été aussi riche financièrement et intellectuellement les politiques ont un regard avisé que le vilain peuple de manants de la france du bas illettré sans dents et hyper raciste ne soupçonne même pas .....  


    • Spartacus Spartacus 16 juin 2015 20:47

      @gros macho


      Y’a pas plus collectiviste que la retraite......


    • foufouille foufouille 16 juin 2015 08:53

      un peu con de vendre son logement pour payer un loyer.
      " Il est préférable de dépenser pour améliorer la vie quotidienne que dans l’assistance sociale des chômeurs ou de gens qui n’ont jamais travaillé de leur vie et vivent déjà pris en charge par leurs proches."
      remarque très libérale très conne.


      • ZenZoe ZenZoe 16 juin 2015 09:39

        @foufouille
        un peu con de vendre son logement pour payer un loyer.

        Apparemment on assiste à un bond très net des ventes en viager, vous savez, ce dispositif qui force les retraités à se séparer de l’unique bien qu’ils possèdent juste pour joindre les deux bouts, privant peut-être leurs enfants d’un héritage qui aurait été sûrement bienvenu.
        Système révoltant, car il accentue encore plus les inégalités de patrimoine et finit par concentrer la richesse d’un pays entre une clique de plus en plus restreinte.

        La retraite par répartition, on se dirige vers sa fin, et on s’attaque maintenant à l’épargne des vieux, en leur piquant leur maison et en leur taxant leur assurance vie (c’est pour bientôt). Notre modèle social part vraiment en vrille.


      • foufouille foufouille 16 juin 2015 10:00

        @ZenZoe
        franchement, un viager occupé est réservé aux riches. en plus la valeur est surestimée de beaucoup.


      • ZenZoe ZenZoe 16 juin 2015 11:07

        @foufouille
        Réservé aux riches, qui, les vendeurs ou les acheteurs ?


      • foufouille foufouille 16 juin 2015 14:37

        @ZenZoe
        ben les acheteurs car il faut payer deux loyers ou un si tu es propriétaire.


      • Lonzine 16 juin 2015 09:00

        Merci, ne pas oublier non plus l’hémorragie de retraités qui partent dans de très bonne conditions vers l’étranger et ne règlent plus aucun impots en France, ni CSG ni RDS rien, cela va bien finir par se voir non ?


        • Robert GIL Robert GIL 16 juin 2015 09:27

          le retraites c’est comme la dette : une arnaque !
          .
          voir : RETRAITES, ON NE NOUS DIT PAS TOUT…


          • Daniel Roux Daniel Roux 16 juin 2015 10:29

            Vous n’avez pas encore tout vu.

            La robotique et l’intelligence artificielle se développent rapidement. Tous les emplois qui peuvent l’être seront assurés par des robots. Il ne sera même plus nécessaire d’avoir de la lumière et du chauffage dans les ateliers, ni de délégués du personnel.

            Le problème n’est déjà plus : Comment je vais vivre avec ma petite retraite mais comment je vais vivre sans travail.

            Une chose est certaine, ceux qui possèdent le capital, les machines, les robots.. refusent de partager avec ceux qui sont nés sans rien. Comme tout a été organisé pour favoriser les multinationales, c’est à dire leurs riches actionnaires fils à papa, y compris et surtout l’UE, il n’y a rien à espérer des hommes au pouvoir, bien au contraire.

            Une question se pose : Pourquoi les électeurs continuent de voter, élections après élections, pour les mêmes clampins au lieu de mettre leur tête au bout d’une pique ?

            Eteignez vos télévisions et sortez dans la rue !


            • fredleborgne fredleborgne 16 juin 2015 12:12

              @Daniel Roux
              Tout à fait


            • jean-marc D jean-marc 16 juin 2015 19:25

              @Daniel Roux

              Bonjour,
              Bon, d’accord, on sort, on coupe des têtes, beaucoup car on n’a que le choix et il faudra travailler aussi beaucoup pour fabriquer les piques, je suis bien d’accord avec vous sur ce point et en général avec votre réaction.
              Mais après, qui va diriger ? on se transforme en Mad Max ? On fait quoi ? on reprend le carquois, l’arc et les flèches, et on part à la chasse ? On flingue son voisin pour s’approprier le lopin de terre qui nous permettra de cultiver nos patates ? 
              Evidemment, le plein emploi et même l’emploi tout court risque de ne plus exister. Il faudra s’adapter et entrevoir une autre forme d’existence, mais personne ne s’appesantit sur ce futur pourtant très proche. L’évolution des métiers est telle qu’on ne peut la concevoir pratiquement qu’au jour le jour......en attendant Terminator et les Machines car souvent la réalité dépasse la fiction.
              De toutes façons, l’Homme n’est pas fait au fond pour travailler, mais pour vivre, simple point de vue philosophique qui semblerait enfin aboutir.
              Bien sur, on pourrait songer à un revenu universel, qui remplacerait salaire, répartition sociale, impôts et taxes etc, etc. A priori, Eurêka !
              Chacun l’utiliserait à sa guise, libre à lui de crever une fois ce revenu dépensé.
              A ce moment là, on pourrait parler de Liberté, d’Egalité.......mais pour la Fraternité, en revanche, c’est pas prouvé du tout. 
              D’accord avec vous, mais que proposez-vous ensuite ?
              Bien à vous,


            • rotule 16 juin 2015 20:06

              @Daniel Roux
              > Le problème n’est déjà plus : Comment je vais vivre avec ma petite retraite mais comment je vais vivre sans travail.
              Hélas vous avez raison.
              Et je vois que la question de retraites est quasi toujours vue dans le cadre de l’équation du CNR : les actifs paient les retraités. L’équation devrait changer avec l’augmentation de la productivité (robotisation) et avec les délocalisations (sans droits de douane). Mais ce n’est pas le cas. Voudrait-on couler la retraite par répartition, on ne s’y prendrait pas autrement (et vu que ce mode ne rapporte rien aux banquiers qui gouvernent ...)

              Cela ne résout pas le problème actuel des petites retraites, insuffisantes pour vivre dignement. Mais les retraités votent pour leurs bourreaux ...


            • Daniel Roux Daniel Roux 17 juin 2015 09:46

              @jean-marc

              La société actuelle est grosso modo semblable à la société qui existait il y a 1000 ans, la société féodale. La Révolution a été une parenthèse sans suite, les bourgeois ont remplacé les aristocrate mais la structure est restée la même. La classe dominante exploite sans vergogne les classes dominées et malheur à celui qui s’oppose ou s’insurge.

              L’histoire nous apprend que les quelques concessions et aménagement arrachés par les dominés ont été payé aux prix du sang et des larmes à la suite de grèves générales durement réprimées par exemple.

              Aujourd’hui, 80% des actifs ont encore un emploi et les 20% qui en sont privés ne sont pas organisés en force politique ou syndicale. La classe dominante a parfaitement analysé les causes de ses reculs précédents. Elle maîtrise les médias et les politiques et donc les élections, la puissance publique et les lois. Cela lui a permis de récupérer une partie de ses concessions.

              Il est donc probable que rien ne changera avant longtemps, tant que ceux qui s’en sortent seront majoritaires sur ceux qui ne s’en sortent plus.

              Sinon, ce que je proposerais, puisque vous me le demandez, est basé sur un revenu égal et la CMU pour tous en fonction de l’âge (enfants, adolescents, adultes, vieux adultes) financés par la TVA. Ceux qui travaillent auraient bien sûr des revenus complémentaires versés par les entreprises.

              En attendant, mais les dominants s’y opposeront, mettre fin à la dissimulation et aux mensonges sur la situation réelle, à la marginalisation sociale et à la culpabilisation des chômeurs, aux cruautés engendrées par la misère, construire des hôtels et des logements sociaux, sanctionnés sans faiblesse les délinquants politiques et économiques comme le sont les autres délinquants. 


            • jean-marc D jean-marc 17 juin 2015 18:09

              @Daniel Roux

              Bonjour,
              Vous me rejoignez sur le raisonnement de l’état actuel des classes et de leur historique, et d’un possible revenu « universel ». J’ai d’ailleurs toujours affirmé que la Révolution n’avait rien apporté de véritablement probant.

              Seuls problèmes, et de taille, sur le fond :

              - la classe « dominée », de quantité infiniment plus grande que l’autre, si un jour elle s’organise, et ce n’est pas pour demain, elle ne le fera qu’en devenant classe « dominante », organisée par un « dominant » supérieur qui à son tour renverra la majeure partie des « dominants » vers les « dominés » pour la simple raison qu’il s’agit d’un comportement inné de par l’instinct tribal, celui du chef, on en revient donc à une simple inversion de maîtrise....... .tout comme les fourmis, pour prendre un exemple frappant,mais c’est toujours le même principe. C’est un principe inamovible de la nature, on ne peut le nier.
              On en a donc encore pour quelques milliards d’années....

              Pour votre proposition de transition, bien que ce ne sera pas de la transition eu égard à ce qui précède, le financement par la TVA ne suffira probablement pas, loin de là, sauf peut-être en ajoutant l’IR, la CSG, la RDS, les fonds (presque à sec) des caisses de retraites, des cotisations chômage, maladie et pourquoi pas la spoliation totale des comptes d’épargne, d’assurance-vie, la saisie des propriétés.........et un « dominant » s’arrangera toujours pour s’accaparer du maigre bien du « dominé »

              Mais je vous tire mon chapeau : au moins, vous proposez du concret, tout à fait possible à court terme, mais le diable se cache toujours, comme d’habitude, dans les détails.

              Bien à vous,.

            • Le421 Le421 16 juin 2015 21:03

              Entre parenthèses, beaucoup de jeunes sont plus préoccupés par le nombre de barres sur le smartphone que par leur retraite.
              On a créé volontairement des générations d’abrutis à l’eau chaude qui ne sont pas prêts à se remuer le cul, que ce soit pour travailler ou pour revendiquer, cela va de pair.
              La défense des acquis de notre société est le cadet de leur souci.
              Parfois, je me dis qu’à mon âge, je suis vraiment trop con de vouloir m’occuper de leur avenir...

              Peut-être que quand ils auront le nez dans la merde, ils se réveilleront. Que ce soit au niveau société, environnement, travail ou autre. Mais je pense qu’il sera bien tard.
              Par contre, ça risque péter grave !! Un jour...


              • elpepe elpepe 17 juin 2015 07:15

                a ce stade la retraite est morte, tout au moins a partir de ma generation
                La question pour moi est de savoir comment je vais avoir un boulot interessant et correctement paye jusqu a ma mort (mourir les bottes aux pieds et j espere jeune)
                Et la c est a nouveau une impasse totale,
                Sinon ma generation on est foutu il faudrait penser aux generations futures et ce que l on va laisser derriere nous
                Ma pensee est que si on a tout perdu, gardons au moins notre ame et dignite

                Ce qu on laisse a nos enfants est un desert,
                - nos amis musulmans meme si ce sont des braves types souscrivent a l Islam qui est tout sauf pacifique, une religion guerriere, intolerante et etatique
                - les braves gens sont les plus dangeureux car extremement laches, in fine on laisse un pays musulman derriere nous, c est juste une question de tps
                - la dette abyssale contractee sur nos retraites et economies, personne ne comprend vraiment ca (buyin des banques sans garantie etatique au programme ds un terme de 2 mois)
                - l heritage est confiscatoire
                - le bilan ecologique de la planete un desastre
                - notre autonomie energetique un fiasco comme notre education

                L etat va sauver l etat dans la panique, ils ont compris trop tard qu un etat sans economie ca ne pouvait pas marcher, liberaliser le travail en periode de crise est la pire erreur a faire (tous les seniors se font licencies sans exception)

                Vous citoyen ordinaire on va vous surveiller, matraquer fiscalement et physiquement, et vous pouvez tjrs aller voter Lepen (les champions du raquette europeen)

                Vous pouvez tjrs sortir dans la rue, la violence n etant pas une solution, faites comme Ghandi allez prendre des coups de matraques sans risposter, mais ca va amuser le gouvernement, il y a longtemps que le peuple n a plus de voix et de poids,
                La morale de ces gens la inexistante, ils pensent a leurs survies certainement pas a la votre, l homme est ainsi fait, une bete sauvage, pas forcement douee. et encore moins honnete


                • zygzornifle zygzornifle 18 juin 2015 09:30

                  tous les politiques le savent mais ils s’en battent les c.....s jusqu’à la moelle ......Eux auront plus de 10 000€ net de retraites et pour certains un chauffeur, un appart de fonction, une secrétaire, un avocat et des larbins .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Danylo

Danylo
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès