Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Retraites, quand les syndicats oseront-ils aborder le vrai problème (...)

Retraites, quand les syndicats oseront-ils aborder le vrai problème ?

L’histoire, je pense, montrera que le jour où l’Union Soviétique a implosé, le Capitalisme dur à l’américaine a commencé son déclin et a démoli ce monde.
 
Après la révolution bolchévique puis suite à la seconde guerre mondiale le capitalisme a été obligé d’évoluer. Le mirage que représentait cette révolution pour le prolétariat faisait que divers pays, dont la France et l’Italie, pouvaient basculer à tout moment. Pour sauvegarder son pouvoir dans ces pays, et à partir de 1945 le capitalisme a développé son visage humain, utilisé ses neurones pour laisser passer les retraites, la sécu, et plein d’autres avantages sociaux, soutenant la croissance.
 
L’empire soviétique s’est ramassé, le capitalisme n’a plus eu besoin de la croissance pour se maintenir, il a repris ses vieilles habitudes, supprimé son visage humain et s’est retourné vers la spéculation, avec ce merveilleux pécule que représentent les retraites, nos retraites.

Sans crainte d’une 3ème guerre mondiale les contrôles se sont évanouis et l’ "American Miracle" est devenu le monde d’ "Alice au pays des merveilles". Les Madoff et autres en ont profité pour transformer Wall Street en une dépendance de Las Vegas mais en jouant avec les sous des autres. Obama qui se vantait de changer tout cela n’a pu que continuer sur la même voie. Les lobbies qu’il devait éliminer continuent de règner sur Washington. Les "Traders", ces rongeurs de l’économie, sont toujours bien actifs dans leur tanière. 

Simultanément l’invasion de millions de „sous développés” d’ Amérique du Sud est en train de transformer la structure humaine des USA.
Les USA et la Chine se dirigent vers le même scénario en partant des deux extrêmes. L’un, les USA, est en train de tiermondiser une masse populaire qui s’aligne sur les derniers venus, l’autre, la Chine, est en train de créer une élite financière sans scrupule en tirant une masse misérable également vers un tiermondisme qui ne pourra, dans un cas comme dans l’autre, que vivoter.
 
Je fais aussi le parallèle entre le Chine et les USA parce que la Chine est en train de se doter, comme les indous d’ailleurs, de spécialistes en finances. Ils se créént leurs propres traders et tôt ou tard auront leurs propres Madoffs. Les uns partent de la pauvreté, les autres de la richesse, mais tous se dirigent vers ce qui s’est dévoilé fin 2008 à Wall Street : un capitalisme dénoué des bases et idéaux qui ont produit les révolutions de 1776 et 1789 et sur lesquelles nous vivions et progressions jusqu’ici.

Bien entendu l’Europe est entrainée dans ce circuit infernal.

Un jour viendra, peut être pas très loin, ou tout cela explosera. Les Lula et Chavez en sont les premiers signes.

Le Capitalisme était présenté à l’origine comme la Libre Entreprise, ce qui nous a permis d’améliorer le sort de l’homo sapiens européen et nord américain. Sans le sinistre mais oh combien efficace garde fou stalinien, ce même Capitalisme est devenu un vaste jeu pour truands qui jouent l’argent des autres sur une roulette mondiale. 

Ayant eu l’occasion de voir de près la technologie soviétique dans les pays du tiers monde et de la comparer à notre technologie je n’ai jamais cru que l’URSS se lancerait dans une guerre mondiale qu’elle était vouée à perdre. Mais elle servait à quelque chose : notre mode de vie. 
C’était du bluf de leur part comme l’était d’ailleurs la fameuse guerre des étoiles de Reagan.
 
Alors nos amis grands chefs syndicaux devraient se mettre au travail pour reprendre leurs bases idéologiques et ne pas négocier des bouts de chandelle et la garantie de leur propre retraite, mais se battre soit pour que le capitalisme redevienne humain, soit pour le faire exploser !

Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • BEBE 18 octobre 2010 17:49

    Logique que les citoyens s’interrogent sur la réforme des retraites. Quoi de plus normal. Trop souvent trompés, ils souhaitent un pacte social.
    N. SARKOSY n’est pas mandaté pour réformer les retraites. Ceci étant, il faut bouger les lignes. Alors ?
    La sécurité sociale prend l’eau. Les dépenses explosent.
    La dette continue son petit bonhomme de chemin 
    http://www.nirgal.com/wakeup/dette ...qui va payer ?
    Et puis, il y a cette fameuse loi POMPIDOU-ROTHSCHILD qui impose à la FRANCE d’emprunter sur les marchés financiers hors de prix.
    Il est, peut être, une question de fond, qu’il faut poser : ne serait il pas temps de sortir la France de cette Europe mondialiste qui impose à tout et à tous son dogme économique, social, politique pour la placer dans une perspective INTERnationaliste démocratique ?
    Retrouver notre souveraineté, notre indépendance, notre liberté de travailler avec d’autres nations dans un cadre mutuellement avantageux.


    • Abou Antoun Abou Antoun 18 octobre 2010 18:32

      Citation :
      N. SARKOSY n’est pas mandaté pour réformer les retraites.

      Tiens donc ! Il existe un article de la constitution qui lui interdit de se pencher sur le problème ?
      NB : Je ne veux pas dire que je soutiens son initiative, mais il ne faut pas dire n’importe quoi.


    • JL JL 18 octobre 2010 18:54

      Combien de fois Sarkozy a-t-il répété : « J’ai pas été élu pour augmenter les impôts »

      Combien de fois a-t-il utilisé cette formule : « j’ai été élu pour faire ceci, pour faire cela » !

      Il a même dit pendant sa campagne électorale qu’il ne toucherait pas à l’âge de départ à la retraite.

      Alors, si cette formule établit sa légitimité, je dis que, effectivement, il n’a aucune légitimité pour repousser l’âge du droit à la retraite.

      Je préfère « âge du droit à la retraite » puisqu’il y a une grosse différence entre la cessation d’activité et le droit à liquider sa retraite (selon l’expression consacrée), la cessation définitive d’activité intervenant le plus souvent avant cet âge !


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 19 octobre 2010 09:03

      les pancartiers s’ en foutent des PME , ils savent pas ce que c ’est une entreprise ....


    • Cogno2 19 octobre 2010 12:49

      Là en ce moment le 19 octobre 2010, la cessation d’activités risque surtout d’intervenir pour les PME qui n’arriveront pas à vivre si le mouvement qui est de la responsabilité des syndicats continue.

      Faux derche va, avec ta pitoyable tentative de culpabilisation.
      Avec des faux jetons comme toi, il faudrait juste ramper et dire « amen ».

      Les syndicats sont pas blancs, mais la bande à sarko non plus, les deux sont responsables, et non pas un seul comme tu l’affirmes.

      Tu me fais gerber.


    • Cogno2 19 octobre 2010 12:52

      Et ils n’en ont rien à foutre des salariés précaires qu’ils empêchent de travailler.

      Une perle, tu le fais exprès d’écrire un truc aussi marrant ?
      C’est vrai que la bande à sarko elle, ne demande qu’a les faire bosser, le plus possible, et le plus longtemps possible.
      Chacun sait à quel point ces gens se soucient des « salariés précaires » comme tu le dis si bien.

      AV a un nouveau comique.


    • Abou Antoun Abou Antoun 18 octobre 2010 18:26

      Assez bien vu. La fin de l’URSS a (peut-être) été une bonne chose pour les citoyens soviétiques, quoiqu’il semble qu’on ait en l’occurrence jeté le bébé avec l’eau du bain. Il y a chez les classes les plus défavorisées (retraités, etc.) de l’actuelle Russie une nostalgie de l’ancien régime.
      Pour les classes moyennes de l’occident ce fut une catastrophe. Fini le capitalisme à visage humain que nous avons connu en Europe occidentale de 1945 à 1990. Le capitalisme retrouve son arrogance et retourne à des pratiques du 19° siècle. Il n’y a plus de contrepoids plus aucune menace à son expansion, sinon lui-même. Les religions, presque marginalisées durant la guerre froide s’engouffrent dans le vide idéologique laissé par la disparition du communisme et refont surface. Exit les partis progressistes dans les pays musulmans, exit les moudjahidines du peuple. Le christianisme bien mal en point sur ses propres terres se fait aspirer par la spirale revendicatrice de l’islam pour tenter un improbable come-back. Alors qu’on pouvait auparavant redouter des conflits d’idéologie, on a maintenant à faire face au risque de conflits d’intérêt ou de guerre de religions.
      Bref, la disparition d’une grande puissance comme l’Union Soviétique risque d’avoir des effets pervers insoupçonnés. Le 21° siècle ressemble furieusement au 19°, on ne voit que des regressions.


        • Abou Antoun Abou Antoun 18 octobre 2010 19:02

          En effet, je pensais plus à la fonction qu’à la personne dans ma réponse


        • diego149 diego149 18 octobre 2010 19:39

          Bonne analyse. Quoique que je pense que la chute de la dictature soviétique est une bonne chose pour ces pays. Entièrement d’accord pour Lula par contre Chavez rien à voir avec Lula..


          • pilhaouer 18 octobre 2010 19:46

            « Le capitalisme est cette croyance étonnante que les plus mauvais des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tous »
            Keynes


            • pilhaouer 18 octobre 2010 19:56

              Le « capitalisme à visage humain » ?! Une plaisanterie et un contresens historique total sous de multiples aspects ( et qu’on ne m’entraine pas dans le débat stérile) capitalisme-communisme, car l’histoire ne se résume pas à ce choix )

              Et la misère effroyable des travailleurs du XIX ème siècle ( bien après si l’on sort de l’Occident) Et la colonisation et son cortège d’horreurs et de massacres et la boucherie de 14/18, les interventions directes ou non de l’Empire en Amérique du sud et l’Irak détruit, ce n’est pas le capitalisme peut-être ?


            • Fergus Fergus 18 octobre 2010 23:15

              Bonsoir, Pilhaouer.

              Le « capitalisme à visage humain » ne peut exister, en effet, car il porte en lui les germes de la rapacité. Tout juste peut-on espérer qu’il soit le moins inhumain possible, mais cela suppose qu’il existe une forte solidarité des salariés.

              Une solidarité que les modèles sociaux individualistes véhiculés par les médias, via des informations manipulatrices ou des fictions abrutissantes, ont malheureusement fortement mise à mal lors des dernières décennies.


            • SALOMON2345 19 octobre 2010 11:13

              Il était temps de voir cette opinion enfin partagée, écoutée trop distraitement depuis 1989 par les entourages.

              En effet, depuis la chute du mur de Berlin, plus aucun adversaire potentiel et sérieux ne put résister face à ce capitalisme « armé » qui se proclama vainqueur mais surtout détenteur de la raison : ils ont perdu, donc la vérité c’est nous, oseront-ils proclamer toutes ces dernières années ! L’élection du Fouquet’s demeure un parfait échantillon du complot qui hélas, dépasse nos frontières !!!

              A partir de là - détruisant par « détricotage » tous les systèmes sociaux des pays - les pouvoirs et les patronats occidentaux n’ont plus eu aucune raison de se gêner ! Puisqu’en face il n’y avait plus de dangers (URSS), inutile donc de composer avec les corps sociaux, syndicats et autres, ainsi, le grand Monopoly - « Etats, Medef, Banques, Bourses, etc » - commença.

              Les anti-communistes d’hier n’hésitant plus aux trafics et aux échanges « incestueux » avec les ennemis d’hier, ils fricotent avec la Chine et tous ces pays aux nouveaux esclaves des temps modernes.

              Au nom de la faim de ces peuples (jadis c’était la colonisation civilisatrice) - osèrent-ils proclamer pour justifier tous les transferts et retours juteux - ils mirent en compétition les ouvriers du nord contre ceux du sud, sans vergogne, alors que seule la cupidité soutenaient leurs démarches...on connait la suite...

              Tout ce qui précède ne valide pas pour autant les anciens régimes pseudo marxistes ou d’autres dictatures, fussent-ils à « droite ou à gauche » car le fouet ou la torture ne possèdent pas cette subtilité topographique de situation....


            • Ariane Walter Ariane Walter 19 octobre 2010 16:34

              @ pilhaouer
              J’adore ! je note !


            • diego149 diego149 18 octobre 2010 20:09

              à pilhaouer
              Tout à fait vrai en ce qui concerne les interventions directes et indirectes en Amérique Latine. Je précise Latine car l’Amérique centrale Mexique, Guatemala etc ne sont pas l’Amérique du Sud et ont eu, ou ont leur lot d’interventions US. Il y a un mouvement de fond qui a commencé pour contrer l’hégémonie « gringa » . Mais si ça réussit et je le souhaite, ça prendra du temps.


              • BA 18 octobre 2010 21:29

                Pénurie de carburants : plus de 2.600 stations à sec, l’Ouest le plus touché.

                En agrégeant les chiffres de Total, des indépendants et des grandes surfaces, le nombre de stations touchées par un manque de carburant dépasse les 2.600 stations.

                http://www.lepoint.fr/societe/penurie-de-carburants-plus-de-2-500-stations-a-sec-l-ouest-le-plus-touche-18-10-2010-1251172_23.php


                • LOKERINO LOKERINO 19 octobre 2010 00:24

                  pilhaouer

                  Je sais qu’ici, on pratique volontiers le simplisme mais là , c’est la grande confusion  !!

                  ,la révolution industrielle et la condition ouvrière ( est elle mieux dans les pays collectivistes ?) les Empires coloniaux ,les totalitarismes, la guerre froide en Amérique du sud ..mais n’oubliez pas aussi en Asie...
                   tout cela mis au banc du grand satan « capitalisme ».....


                  • Le péripate Le péripate 19 octobre 2010 10:18

                    Quelle théorie ! Ainsi la menace soviétique n’était pas réelle, et pourtant crédible au point de contraindre le Capitalisme (quoi que ce soit, ce n’est pas très clair...) à aménager un petit nid bien douillet de droizakis. Alors réelle ou non ?
                    Si je comprend bien la suite, l’article est un appel à reconstituer par les syndicats l’équivalent de la menace bolchevique.
                    C’est pas un peu pervers tout ça ?


                    • sleeping-zombie 19 octobre 2010 10:34

                      Bonne analyse, bien que je ne partage pas trop la vision de la génèse du visage humain (je pense que la sécu et les retraites ont été arrachés aux dirigeants, et non autorisés par ces derniers, mais c’est qu’une question de sémantique).
                      Par contre, ta conclusion :

                      Alors nos amis grands chefs syndicaux devraient se mettre au travail pour reprendre leurs bases idéologiques et ne pas négocier des bouts de chandelle et la garantie de leur propre retraite, mais se battre soit pour que le capitalisme redevienne humain, soit pour le faire exploser !

                      laisse planer un gros contre-sens : ce n’est ni la nature, ni la fonction d’un syndicat de traiter des ces questions-là. C’est le boulot des partis politiques. Et je pense que si tu attribues ce rôle aux syndicats, c’est parce que la plupart des partis ont complètement démissionnés sur ce sujet depuis bien trop longtemps...


                      • Gérard Luçon Gerard Lucon 19 octobre 2010 14:45

                        exact, les partis veulent négocier 66 ans et 10 mois au lieu de 67, grande victoire de la négociation ... et preuve de leur utilité
                         ;; et les élu de ces partis se sont gardés leurs pensions spéciales ... votées ce mois-ci

                        quand aux syndicats j’ai encore 1968 en mémoire, donc je doute ...


                      • Peretz Peretz 20 octobre 2010 20:53

                        Ce qui m’énerve chaque fois qu’on parle du système soviétique qui d’ailleurs n’était pas le communisme marxiste, qui effectivement a boosté l’ultralibéralisme anglo-saxon c’est de croire qu’entre les deux rien n’est possible. Un peu d’utopie S.V.P : www.citoyenreferent.fr


                      • BA 19 octobre 2010 10:38

                        Mardi 19 octobre 2010 :

                        La France au bord de la rupture.

                        « Cette réforme est essentielle, la France s’y est engagée, la France la mettra en œuvre ». La parole ne peut pas venir de plus haut. Elle est signée Nicolas Sarkozy. Après François Fillon, dimanche soir, le chef de l’Etat a donc porté l’estocade, hier soir, à cette France qui défilera aujourd’hui pour la sixième fois depuis le mois de Septembre.

                        Attention à la panne d’essence.

                        Face à cette posture inflexible, le conflit sur les retraites, lui, est monté d’un cran hier. Les routiers sont passés à l’offensive avec des opérations escargots et des blocages de dépôts pétroliers, ravivant la crainte d’une pénurie d’essence avec 3500 stations-service à sec.

                        http://www.leprogres.fr/fr/france-monde/article/3997196/La-France-au-bord-de-la-rupture.html


                        • Yaltanne 19 octobre 2010 12:05

                          Capitalisme n’est plus le terme adéquat, il s’agit bel et bien de Cupidilisme auquel personne (ou quasi) n’échappe.


                          • pallas 19 octobre 2010 13:07

                            Monsieur l’Auteur,

                            La vrai question serait plutot qu’en est ce que les gens prendront conscience du vrai probleme.

                            C’est la fin de l’Occident, la fin de l’Europe.

                            Nous assistons à des émeutes un peut partout en Europe, des émeutes multi raciales, des émeutes de la faim aussi, nous assistons au prélude de la guerre civil dans la totalité de l’occident.

                            L’idéologie suicidaire de l’apres guerre, des Dany le Rouge, des autres tartuffes, à entrainé notre civilisation dans la mort, avec la complicité du peuple.

                            Les gamins peuvent manifester autant qu’ils le souhaitent, ils n’auront aucuns travail, aucuns avenirs, c’est terminé, l’Europe est morte.

                            L’heure est au bilan de 40 années d’echec, 40 années de l’idéologie mortifere de l’individualisme.

                            Autre point, nos sols, nos fleuves, nos cotes, nos océans sont morts, nous sommes dans la sixieme extinction massive d’espece, avec un changement global du climat devenant jour apres jour extreme.

                            Je crois que vous n’avez encore tout à fait saisi la réalité de la situation, mais je ne doute pas que vous serez capable de le comprendre.

                            Bienvenue dans le Tiers Monde.

                            Elle est belle l’idéologie de Mai 68.


                            • pallas 19 octobre 2010 13:19

                              Avant de me critiquer, la Réalité me donne entierement raison et suffit comme preuve de mon argumentaire ci dessus.

                              «  »«  »«  »« L’echec total »«  »«  », voila la seule et unique chose réussite, une civilisation qui c’est suicidée sans aucunes possibilitées de seconde chance.

                              vous voila seul à seul face aux conséquences de vos actes de ces 40 années de l’idéologie suicidaire.

                              Un nouveau Mai 68 ??, que je rigole un peut.


                            • Heil Cartman Heil Cartman 19 octobre 2010 14:14

                              Elle est belle l’idéologie de Mai 68.

                              Génial la conclusion, tout ca c’est la faute à Mai 68, on devrait d’ailleurs rajouter le changement climatique, la grippe H1N1, l’ouragan Katrina, la mort de Michael Jackson et ma récente poussée d’hémoroides.

                              Ridicule mais poilant, ne vous arrêtez surtout pas.


                            • yoananda 19 octobre 2010 15:44

                              Le gouvernement n’a pas le choix d’aller au clash
                              l’état lui même qui s’est enfermé dans un double mensonge envers le peuple et les marchés. Mensonge ou illusion. Il y a matière à chercher, creuser, interpréter !!!!

                              http://yoananda.wordpress.com/2010/10/12/retraites-pourquoi-le-gouvernement-ira-jusqua-laffrontement-physique-sil-le-faut/

                              pourtant a un moment ou a un autre il va falloir revenir à la réalité :
                              * rapport péberau qui montre que la france maquille ses comptes via les engagements retraite
                              * rapport de Jean Roux ancien commissaire au comptes sur la grande braderie des privatisations
                              * bad banks cachés via les déduction d’impôts des filiales des grandes banques
                              * balance commerciale en déficit
                              * dette possédée a 70% par l’étranger
                              * bulle immobilière d’au moins 35% selon le friggit qui gonfle artificiellement le PIB
                              * niches fiscales à des fins électorales


                              • zototo 19 octobre 2010 16:00

                                Il n’y a qu’un seul vrai problème, c’est celui de la loi pompidou giscard...


                                • Fergus Fergus 19 octobre 2010 16:33

                                  Bonjour, Zototo.

                                  Vous faites sans doute allusion à la loi Pompidou-Rothschild. Toujours en vigueur, elle interdit à l’Etat français d’emprunter à taux zéro à la Banque de France et l’oblige à se tourner vers les marchés financiers pour le plus grand profit des établissements privés les plus voraces.


                                • BA 19 octobre 2010 16:01

                                  Pénurie : 4000 stations-service en mal d’approvisionnement.


                                  Ce mardi, le groupe Total a fait état d’environ 1000 stations-service en rupture d’un ou de plusieurs carburants, soit près d’un quart des 4.300 stations que compte le réseau de la compagnie pétrolière.

                                  Selon l’Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP) entre 1000 et 1500 stations sont fermées ce mardi dans la grande distribution sur un réseau de 4800 pompes.

                                  L’enseigne Carrefour recense à elle seule 300 stations « en rupture totale de carburant », sur un réseau de 1246 pompes à essence.

                                  Les distributeurs indépendants de carburant, qui revendiquent un réseau de 3500 stations environ, comptent « au moins autant de stations touchées » que dans la grande distribution, soit environ un millier.

                                  Au total, d’après Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, ce sont « près de 4000 stations » qui sont en attente d’approvisionnement.

                                  http://www.lefigaro.fr/societes/2010/10/19/04015-20101019ARTFIG00346-au-moins-3000-stations-service-touchees.php


                                  • Fergus Fergus 19 octobre 2010 16:35

                                    Bonjour, BA.

                                    Et si Borloo le manipulateur en avoue 4000, c’est qu’il y en a 6 à 8000 en difficulté dont probablement 3000 à sec de tout carburant !


                                  • Pyrathome pyralene 19 octobre 2010 19:02

                                    mais se battre soit pour que le capitalisme redevienne humain, soit pour le faire exploser !

                                    La première possibilité est totalement exclue, puisque c’est le caractère justement non humain qui fait sa spécificité , quant à la deuxième , c’est parfaitement ce qui va se passer.....

                                    La réforme des retraites ? une escroquerie se met en place......voilà la véritable motivation.....
                                    même démasqués, ils continuent leurs crapuleries....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès