Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Sabotage, terrorisme et... chaos

Sabotage, terrorisme et... chaos

 Les réseaux du TGV sont la cible de curieux sabotages, nul ne sait pour l’heure de quoi il en retourne exactement, ce qui est sûr, c’est que la brigade antiterroriste s’est emparée du dossier.

 Quand on regarde le monde en face, et compte tenu des innombrables difficultés et conflits de tout ordre qui nous affectent directement ou indirectement, on peut être tenté de se demander "mais où allons-nous ? combien de temps pourrons-nous résister à cela ?" Les experts ont une réponse plutôt courageuse si on lui donne son véritable sens, "nul ne sait ce qui peut encore nous arriver demain", ou mieux, "nul ne peut dire qu’elles en seront les conséquences".

L’humanité tout entière est engagée dans un tourbillon infernal qui se nourrit des problèmes pour en produire d’autres, à un rythme effréné. Ce phénomène, qui existe probablement dans une forme latente, perceptible et mesurable depuis un peu plus d’un siècle, est désormais dans une phase hautement critique. Pour ma part, j’estime même que, s’il a été pendant longtemps possible de pouvoir empêcher le pire, nous avons aujourd’hui dépassé un "seuil de non-retournement", ce qui rend le mécanisme de broyage inéluctable et ininterruptible.

Depuis l’ère industrielle avec le renfort de la mondialisation et de l’économie globale, une mauvaise répartition des richesses et des gains, une distribution inéquitable des énergies fondamentales, l’injustice, la corruption, les erreurs historiques, les puissances politiques divergentes, le contrôle dans l’ombre, l’absence d’une stratégie globale saine et sage et la puissance des religions sont les causes des tensions toujours plus grandes entre les hommes et qui les poussent à s’opposer.

Si les spécialistes et les experts ne parviennent pas à se mettre d’accord sur les conséquences des troubles de la période actuelle et ne font que prévenir qu’elles ne seront pas négligeables, on peut quand même tenter de se faire une idée sur ce qui nous attend.

Pour résumer, on sait déjà que les pays modernes, l’Occident en particulier, connaissent de sérieux problèmes économiques, et un ralentissement général de leurs activités. Ce sont eux aussi qui supportent les plus importantes charges structurelles, et qui sont donc aussi les plus vulnérables en théorie, car leur capacité de rebond est finalement assez réduite.

En même temps, le coût des matières premières et des énergies augmente significativement du fait de leur rareté et de leur sécurisation. Les réserves de pétrole et de gaz s’épuisent plus vite que prévu à cause du développement, pourtant prévisible, de l’Asie, les installations sont de plus en plus difficiles à exploiter, et il est de plus en plus dangereux de les acheminer. Presque toutes les zones de production étant en guerre ou en conflit plus ou moins naissant, ceci nécessite des moyens de sécurisation toujours plus lourds, généralement militaires. Pour être plus précis, toute l’économie globale, tout le monde occidental, toutes les populations des pays riches et même les autres ont un modèle de maintien et de développement qui repose directement sur la disponibilité des énergies fondamentales. Une modification même mineure d’un paramètre concernant la disponibilité ou le prix de revient a rapidement une conséquence fantastique sur une quantité de choses qui nous affectera tous, au quotidien.

L’impact sur les individus, essentiellement économique au début, est palpable, il se caractérise par une augmentation des charges et pressions de toutes natures, par la baisse du pouvoir d’achat, et par la rupture de confiance envers le système politique et gouvernemental, gouvernements qui n’ont successivement jamais apporté de réponses miraculeuses, toutes tendances modérées confondues.

Les personnes physiques, les individus, sont les éléments les plus fragiles dans la société, ils ont néanmoins une grande capacité d’adaptation et d’absorption des chocs, d’encaissement des problèmes successifs. Hélas comme toute résistance élastique, il y a toujours un seuil de rupture au-delà duquel il serait bien hasardeux de se prononcer concernant la matière humaine.

Les personnes morales, les entreprises, sont le moteur du système, c’est autour d’elles que tout s’organise. Malmenées, ne disposant que de moyens limités pour subsister dans le temps à des longues périodes de ralentissement économique, évoluant dans une sorte de brouillard sans visibilité, subissant des contraintes financières toujours plus grandes, elles sont également sensibles aux troubles. Pour leur survie, elles suspendent l’embauche, ou licencient quand elles ne cessent pas tout simplement d’exister.

Dans la période de crise que nous connaissons, les entreprises sont en plus confrontées au double langage des banquiers qui, d’un côté assurent les gouvernements de leur total soutien (la théorie), et de l’autre côté n’assurent plus le financement du développement, ou même empêchent la survie des PME à moyen terme (en pratique, par le durcissement des relations et des conditions).

Les institutions publiques, au service des gouvernements et des populations, sont également soumises aux mêmes contraintes, plombées par le manque de rentabilité ou de dynamique, et par leur poids.

Face à cette situation, les diverses populations vont réagir de plus en plus violemment, pour atteindre de nouveaux standards de "criminalité latente et effective". Les manifestations publiques seront de moins en moins pacifiques et toujours plus incontrôlables dans leurs débordements. On a déjà constaté par ailleurs que les forces de l’ordre ne s’opposent plus frontalement aux groupes violents, mais se contentent de protéger les biens publics et privés, au lieu d’entrer en confrontation directe, évitant ainsi probablement de nombreuses victimes.

Les conclusions des expériences passées seront mises à profit. Les gens savent désormais que des actions pacifiques n’apportent plus aucun résultat, ainsi, en marge nous assisterons à des actions violentes, rapides, parfois dévastatrices, opérées par de petits groupes, très mobiles et très motivés. Ces actions seront menées dans un esprit de vengeance, de forte revendication et d’anarchie, tous les problèmes seront mêlés pour finalement s’exacerber à l’occasion des manifestations publiques, chacun en profitant pour exprimer toujours plus de mécontentement. Tous les prétextes seront bons pour s’opposer au système et aux gens qui le font.

Très rapidement, un nouveau type d’action va émerger, on en voit déjà les prémices. Mais personne n’ose réellement prononcer son nom tant c’est inquiétant. Il s’agit du sabotage. Des actions insidieuses, subversives, difficiles à prévenir, qui ont pour but de nuire.

Les sabotages pourront être orchestrés par des individus seuls, ou par des groupes motivés par la vengeance et le désespoir. L’essentiel de ces actions criminelles pourraient ne pas être signées, ni revendiquées ce qui en compliquera leur identification.

Ainsi, nous verrons de plus en plus d’incidents, d’accidents, d’anomalies, de "choses curieuses", à toutes échelles, qui auront des conséquences fâcheuses, sans que nous puissions clairement déterminer avec précision ni les causes ni les auteurs. Pour un bon nombre d’entre eux, il s’agira de sabotage, bien au-delà du simple vandalisme. Je pourrais donner de nombreux exemples indémontrables, comme la rupture d’approvisionnement en électricité, la détérioration dans les systèmes de télécommunication, les ralentissements ou obstructions administratives, les perturbations dans les réseaux de transport, les malfaçons industrielles, les procédures de contrôles bâclées, mais néanmoins validées, faussant les informations, etc. Il existe des centaines d’hypothèses.

De plus en plus de gens ont conscience de pouvoir "ralentir", "paralyser" ou "parasiter" le système économique ou des décisions politiques en agissant par le sabotage.

Le sabotage est une forme de criminalité très opaque contre laquelle il est très difficile de lutter, tous les domaines peuvent être concernés. Une fois répandue, il me paraît peu probable que nous puissions aisément rétablir un climat sain et sécurisé.

Au-delà du sabotage, il y a le terrorisme.

Pour le moment, on associe essentiellement le terrorisme à l’islamisme radical, or je rappelle que le terrorisme n’est évidemment pas toujours motivé par le fanatisme religieux. Dans l’avenir, le terrorisme pourrait être lié à toutes les formes de revendication, largement inspiré par le terrorisme islamique, mais il sera différencié par sa nature et son origine.

Le terrorisme est une notion qui doit définir tout ce qui amène ou installe la terreur dans l’esprit des gens. Il se formalise par des actions violentes, sournoises, inattendues. Ainsi, par exemple, je qualifierai de terroristes un groupe de producteurs de vin qui s’organise pour monter une opération de destruction de stock controversé, où les membres qui participent à l’opération sont cagoulés et armés n’hésitant pas à s’attaquer y compris aux forces de l’ordre en les faisant reculer ou fuir. Par ces propos je ne juge pas si ces actions, ou la manière de les mener, sont justifiées ou non, je dis simplement qu’il s’agit de terrorisme. En novembre 2005, lors des émeutes en France, j’avais déjà parlé de terrorisme urbain, propos repris dans la presse. Bientôt, nous pourrions voir émerger des opérations "commando" ici ou là, organisées par de petits groupes de gens en rupture sociale et économique, qui pourraient par exemple prendre d’assaut des centres commerciaux, dérober des biens, et s’enfuir très rapidement avec toujours des victimes innocentes, personnes morales ou physiques. Si en plus, comme je le pense, ceux qui participeront à de telles opérations seront cagoulés, nous serons bien en présence selon moi d’une action criminelle terroriste.

Un autre exemple me semble encore plus parlant. Quand le litre d’essence sera à deux euros ou plus, croyez-vous que nos véhicules seront à l’abri des vols de carburant par le perçage des réservoirs ?

Les actions criminelles contre la SNCF et les lignes TGV sont probablement du sabotage, peut-être même du terrorisme, nous y sommes. Le gouvernement, en tout cas, a fait le lien.

Une société humaine moderne, confrontée en permanence à une criminalité complexe, mêlant sabotages et terrorisme plongera dans le chaos.

Cette idée me paraît tout à fait réaliste, sévère, mais réaliste. Qui pourrait nous assurer, nous affirmer, nous garantir même qu’une société civilisée républicaine avec tout ce que cela implique puisse s’en sortir, ou même simplement se maintenir, dans un environnement turbulent, instable, oppressant et que chaque individu ne va pas subir directement les aléas de telles situations par nature immaîtrisables ?

Même si je suis conscient de passer pour un déclinologue, selon la formule de certains, je peux quand même proposer aux plus objectifs d’entre nous de se préparer à vivre des moments plutôt difficiles, prochainement, au cas où. Face au pire, on s’en sort toujours mieux quand on est prêt et informé, et si on y réchappe on pourra toujours se dire qu’il vaut mieux prévenir que guérir.


Moyenne des avis sur cet article :  3.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • CITOYEN 10 novembre 2008 14:35

    trés bon papier OLIVIER...merci !

    la théorie du KO au service de l’obscurantisme n’est en rien révolutionnaire !


    • foufouille foufouille 10 novembre 2008 15:26

      le percage du reservoir existe deja pour les camions
      certains se sauvent aussi de la station sans payer

      par contre les viticulteurs cagoules ne sont pas des terroristes. c’est juste le seul moyen de se faire entendre


      • Franck804 10 novembre 2008 15:46

        Olivier Rimmel ...
        Ne seriez vous pas le fondateur d’observabilis.com ?
        J’y allais régulièrement pour échanger avec d’autres personnes sur des sujets divers jusqu’au jour où je me suis aperçu que certains de mes posts ne s’affichaient pas ... Notamment, et seulement ceux dans lesquels j’écrivais votre nom  !
        Par la suite plus aucun de mes posts ne se sont affichés sur les forums ...
        Désolé pour les personnes qui nous lisent pour ce hors sujet, je tenais à faire part à Olivier Rimmel de ce dysfontionnement sur observabilis.com.



        • wesson wesson 10 novembre 2008 15:57

          @ L’auteur,

          Bonjour Olivier,

          bien vu votre article, bien vu : j’ai été étonné de ne pas avoir entendu parler dans la presse d’acte de terrorisme concernant cette histoire, alors que par exemple lorsque les radars automatiques sautaient (de joie), les médias n’avait pas hésité à parler de terrorisme, jusqu’a ce qu’on connaisse le "terroriste", un facteur un peu trop dingue et pas assez barbu qui en a profité pour se faire péter la gueule...

          Je crois que ce qu’il s’est passé cette fois, il était attendu que les médias parlent de terrorisme au premier fer à béton sur une caténaire. Mais ils ont pas compris, bref le pouvoir a refilé le poulet à la section antiterroriste histoire de bien clarifier les choses.

          Sauf que à mon avis, faire de l’info et du storytelling avec le terrorisme, c’est plus vraiment ça.

          Merci pour votre article.


          • JL JL 10 novembre 2008 16:15

            @ Olivier Rimmel vous écrivez : ""Pour résumer, on sait déjà que les pays modernes, l’occident en particulier, connaissent de sérieux problèmes économiques, et un ralentissement général de leurs activités"".

            Bon, ça mange pas de pain. Puis ceci : ""Ce sont eux aussi qui supportent les plus importantes charges structurelles"".

            Là c’est déjà moins évident. Où voulez-vous en venir ?

            Puis ici, ça dérape carrément : ""Très rapidement, un nouveau type d’action va émerger, on en voit déjà les prémisses. Mais personne n’ose réellement prononcer son nom tant c’est inquiétant. Il s’agit du sabotage. Des actions insidieuses, subversives, difficile à prévenir, qui ont pour but de nuire…. Au delà du sabotage, il y a le terrorisme.""

            AlQaeda ne vous suffit pas que vous vouliez transformer tout citoyen en terroriste !?
             

            que proposez vous ? "La privatisation partielle de Réseau Ferré de France" ?

            Cette phrase : "" Même si je suis conscient de passer pour un déclinologue, selon la formule de certains, je peux quand même proposer aux plus objectifs d’entre nous de se préparer à vivre des moments plutôt difficiles, prochainement, au cas où."" Faut-il y voir une menace ? :((


            • Gasty Gasty 10 novembre 2008 17:42

              Donc, il ne s’agit plus d’absences d’entretiens, de vol, d’actes de malveillances mais de terrorisme.

              Bien ! Bien ! Une caténaire dont les points sensibles ( il y en a beaucoup) ne sont plus surveillé périodiquement seront à mettre au contentieux des budgets terroristes. C’est très bien de montrer les principaux responsables, je vais dénoncer Guillaume Pépy pour son implication dans le budget.


              • Gasty Gasty 10 novembre 2008 17:48

                Auparavant , il y avait des contrôles périodiques de tous les "BQTT" du matériel. Maintenant, plus personne.


                BQTT : boulon qui tient tout.


              • JL JL 10 novembre 2008 18:01

                @ Gasty : Si on met les sabotages sur le compte des terrotristes, c’est l’Etat qui paiera la facture. On ne saurait mieux préparer la privatisation de Réseau Ferré de France.


              • Absurde Absurde 10 novembre 2008 18:03

                Bon, moi je manque peut-être d’imagination mais je ne vois dans cette affaire qu’une manoeuvre destinée à nous vendre comptant la privatisation de Réseau Ferré de France. Ce n’est qu’une fois qu’il sera livré aux actionnaires que ledit réseau sera équipé de systèmes de détection, de caméras aux endroits sensibles et de flics-maison armés de Taser prêts à intervenir pour protéger la clientèle. Tel quel, cela coûterait trop cher de mettre en place des protections, tout le monde sait qu’il n’y a plus d’argent dans les caisses, n’est-ce pas ? Les méchants guerriers de l’Ombre sont au courant de la chose. Les voilà prévenus et nous aussi par la même occasion... !

                Au sujet du désespoir individuel (et populaire) il existe des organisations, collectifs, assos, groupements indépendants des partis politiques et des syndicats (qui d’ailleurs rejettent ceux-ci) qui s’efforcent d’entraîner celles et ceux qui se sentiraient éventuellement concernés dans des actions de type revendicatif... et qui se cassent régulièrement les dents. Exemple, le "Conseil National de la Résistance" qui avait donné pour ce jour, 10 novembre 2008, un mot d’ordre de grève générale... 
                http://www.conseilnationaldelaresistance.fr/

                Si quelqu’un a remarqué quelque chose, qu’il soit sympa de nous en informer !

                Je ne crois pas, perso, à l’émergence d’un micro-activisme de type terroriste qui serait le fait de personnes isolées ou de groupes spontanés. Court-circuiter un caténaire suppose tout de même une certaine approche technique et représente un gros danger, soit d’être réduit en cendres soit de finir aux Assises. Si quelque forme de désespoir isolé devait se manifester, je pense qu’elle serait plutôt de l’ordre du fait-divers, à savoir le bon vieux tabassage d’un représentant de l’autorité attendu de pied ferme dans un coin de parking. C’est moins périlleux et aussi efficace, sachant que ça crée un exemple, et par là un climat des plus malsains. Et c’est plutôt ça qui, à mon sens, risque de plus en plus de se produire dans les temps à venir. 



                • E-fred E-fred 10 novembre 2008 18:38

                  Il manquait plus que ça...
                  Le fait de faire "sauter" les flashs le long des routes pouvait passer pour un acte citoyen...vu le tas d’argent que nous pompe déjà l’état à travers l’utilisation de la voiture...mais comme moi et tant d’autres nous nous étions rabattu sur le transport via le réseau ferré, celà fait un manque gagner de plus en plus pressant en ce qui concerne ma consommation de carburant et mes quelques points perdus de çi de là ces dernières années (3 x 45€)...l’état prend l’argent, mais tranquillement...

                  Rita Mitsouko le chantait déjà "un petit train...s’en va dans la campagne" à New Dehli ???? Avec les fils barbelés etc...

                  Mais bush n’en a pas encore fini !!!!
                  http://www.alvasoft.net/blog/index/2008/01/28/887-ben-laden-et-bush-dans-un-train-electrique 

                  Et la dernière fois que ben la menace a été arrêté ,c’ était dans une gare !!!
                  new delhi : osama bin laden, the leader of the terrorist outfit al-qaeda and the mastermind behind the september 11 terrorist attacks on america, was

                    arrested by the delhi police at the new delhi railway stationon sunday evening. Fred Chichin et Catherine Ringer le savaient déjà !!! "Personne n’y croient, ils faut qu’ils voient " !!!!

                  • E-fred E-fred 10 novembre 2008 18:49

                    http://www.youtube.com/watch?v=yj0-qBoPjlM 

                    Une panne inhabituelle par sa durée a privé le sud-est de la France d’électricité pendant près de trois heures lundi matin, mais la cause de l’interruption de courant donne lieu à des explications divergentes.

                    "L’alimentation en électricité a pu être intégralement rétablie dès 13h10", précise dans un communiqué le ministère de l’Ecologie, pour qui cet incident est toutefois "la preuve d’une fragilité structurelle de l’alimentation en électricité de la région provence-Alpes-Côte d’Azur".

                    http://www.liberation.fr/depeches/0101166764-gigantesque-panne-de-courant-dans-le-sud-est-de-la-france

                    http://www.latribune.fr/depeches/reuters/gigantesque-panne-de-courant-dans-le-sud-est-de-la-france.html

                    http://gouvactu.adminet.fr/panne-de-courant-dans-le-sud-est-de-la-france-synd0043060.html

                     


                  • Absurde Absurde 10 novembre 2008 19:01

                    Précisons qu’il y a bien une fragilité de l’alimentation en THT dans cette région (une seule ligne THT) à la topologie très accidentée... et qu’un projet de seconde ligne THT a été rejeté l’an passé. Il est vrai qu’il devait traverser de part en part le parc naturel du Verdon. Ecologistes et agriculteurs se sont mobilisés, l’électoralisme a fait le reste. Sauf que ceux qui ont refusé ce projet rejetaient en fait les lignes aériennes, pas la desserte dont ils ne niaient pas l’urgence dont elle relevait. Mais les technocrates voulaient imposer les lignes aériennes. Alors on peut imaginer tout ce qu’on veut, pourquoi pas une action "occulte" visant à relancer ce projet de seconde ligne, qui aurait des chances de voir le jour sachant qu’il n’y a plus d’élection prévue avant longtemps. 


                  • CITOYEN 10 novembre 2008 18:43

                    En novembre 2005 lors des émeutes en France, j’avais déjà parlé de terrorisme urbain, propos repris dans la presse. ..

                    il s’agissait bien d’une forme de terrorisme. Le but étant d’étendre le chaos à l’ensemble de la société. DE VILLEPIN a d’ailleurs décrété le couvre feu !
                    Imaginons une multiplication des actes de cette envergure et ses conséquences...l’extrême gauche s’engouffre, suivie de l’extrême droite,des islamistes...et tout ça contre la démocratie...car le but est bien celui la !


                    • Absurde Absurde 10 novembre 2008 18:53

                      L’extrême gauche s’engouffre dans quoi ?! A part les salles de réunion, je ne vois pas ! 


                    • hurlevent 11 novembre 2008 08:47

                      "L’extrême gauche s’engouffre dans quoi ?! A part les salles de réunion, je ne vois pas ! "

                      C’est justement l’extrême gauche qui est responsable des actes de malveillance sur le réseau ferré. Vous voyez mieux maintenant ?


                    • Absurde Absurde 11 novembre 2008 14:07

                      Ah bon ?! Elle bouge encore ?


                    • Fergus fergus 10 novembre 2008 18:49

                      Certains laissent entendre, ici et là sur le net, que des cheminots seraient à l’origine de ces sabotages. J’ai beaucoup de mal à le croire tant les exploitants de la SNCF, que j’ai côtoyés de près lors des mouvements sociaux de 1995, sont attachés à leur job et à leur mission de service public.

                      Seules deux catégories de "citoyens" ont intérêt à nuire à la SNCF et à dénaturer son image : les militants des partis de droite partisans de la privatisation totale et les compagnies aériennes mises en difficulté par le développement du TGV.


                      • Marc Bruxman 11 novembre 2008 00:32

                        				

                        								
                        				
                        					Certains laissent entendre, ici et là sur le net, que des cheminots seraient à l’origine de ces sabotages. J’ai beaucoup de mal à le croire tant les exploitants de la SNCF, que j’ai côtoyés de près lors des mouvements sociaux de 1995, sont attachés à leur job et à leur mission de service public.

                        Seules deux catégories de "citoyens" ont intérêt à nuire à la SNCF et à dénaturer son image : les militants des partis de droite partisans de la privatisation totale


                        Pourquoi critiquer ceux qui font des accusations gratuites et en faire à votre tour ? Cela dit il y a des brebis galeuses partout et cela peut donc être aussi bien un cheminot qu’un militant de droite qu’un groupe d’ados qui voulaient se faire mousser. 

                        La seule chose qui est étrange c’est que fixer un truc aux caténaires (à ce que raconte ma radio) c’est quand même vachement dangereux. On ne parle pas d’une prise 220V qu’il suffit de ne pas toucher pour ne pas être électrocuté mais d’un truc qui peut faire un arc électrique de plusieurs centimétres. Les mecs qui ont fait le coup connaissaient donc bien la façon de bosser avec ce type de courant (que l’on rencontre dans un tas d’autres activités que le rail) ou alors ils ont eu beaucoup de chance. 




                        				

                      • Marc Bruxman 11 novembre 2008 00:46

                        Il y a eu des sabotages de tous temps, et avec des motifs variés qui vont de la colére immédiate (cf les sabotages lors des derniéres grèves) à des actes prémédités (le mouvement luddite). Ce mouyvement luddite date du XIXème siècle

                        La plupart des activités humaines sont sabotables et souvent il n’y a pas de protection adéquate. On considére que ceux qui ont accès aux installations techniques sont des gens sains d’esprit. Mais si ils ne le sont pas il y a moyen de faire de gros dégats. Un simple bouton "arret d’urgence" dans certaines installations industrielles peut causer des millions en dommages. 

                        De la même façon le terrorisme n’est pas nouveau et le fait qu’il n’y ait fort heureusement pas souvent de tels actes en France tient surtout du fait qu’il n’y a pas tant de tarés que cela. Il est impossible en effet de controler tous les bagages de tous les voyageurs. 

                        Mais au final, un acte de sabotage ou de terrorisme n’a de sens que si il y a une revendication. Ce qui est étrange dans ces histoires récentes c’est qu’aucune revendication n’a semble t’il été envoyée. Dès lors il semble que l’on soit en face d’un malade mental. Le mouvement luddite avait par exemple une revendication. Ils étaient contre le progrès. On va donc attendre de savoir si il y a ou pas une revendication pour ces actes imbéciles. 

                        Et si les actes en question deviennent trop fréquent les mêmes méthodes que celles utilisées pour les terroristes régleront le problème. Vous vous souvenez de Khaled Kelkal ? Les keufs l’ont abattus comme un chien. Ils ont bien fait. Ce genre de bavure permet de faire réfléchir les wannabees. 



                      • hurlevent 11 novembre 2008 08:49

                        "Seules deux catégories de "citoyens" ont intérêt à nuire à la SNCF et à dénaturer son image : les militants des partis de droite partisans de la privatisation totale et les compagnies aériennes mises en difficulté par le développement du TGV. "

                        C’est justement le contraire de ce que vous écrivez.

                        Ce sont des extrémistes de gauche , soit disant amoureux du service public, qui ont saboté les rails.

                        Votre accusation est gratuite est complètement fausse.


                      • Fergus fergus 11 novembre 2008 09:10

                        Relisez mon message attentivement : je n’ai accusé personne d’être à l’origine des sabotages, pas plus les militants de droite que les compagnies aériennes. J’ai simplement souligné qu’ils étaient les seuls à pouvoir tirer profit de ces sabotages, ce qui ne les désigne évidemment pas comme les auteurs de ces sabotages.


                      • hurlevent 11 novembre 2008 10:20

                        "Relisez mon message attentivement : "

                        Relisez-le vous-même. Vous avez accusé 2 catégories de citoyens, par des arguments fumeux, de profiter de ces sabotages.

                        Or, la réalité est toute autre.

                        C’est l’extrême gauche qui a saboté les voies. Et c’est elle qui en profite.


                      • Boscaca 10 novembre 2008 23:29

                        Le sabotage est tout ce qui reste dans ce pays du service minimum ou des ordures se vantent que les grêves passent inapercues !


                        AUX SABOTAGE CITOYENS !!!


                        • JL JL 11 novembre 2008 00:13

                          Jamais un travailleur digne de ce nom ne s’en est pris à son outil de travail, et jamais il ne le fera, en dépit des provocateurs de tous poils.


                        • Boscaca 11 novembre 2008 00:20

                          Ouais les Luddiste n’étaient pas des travailleurs dignes de ce nom !

                          bèèèèè bèèèèè bèèèè !!!


                        • JL JL 11 novembre 2008 14:29

                          Boscaca, vous voulez sans doute parler des luddites, ces canuts anglais qui n’acceptaient pas l’implantation de machines SUR LESQUELLES ILS NE TRAVAILLAIENT PAS.

                          Au lieu de bêler, vous feriez mieux de penser.  smiley


                        • JL JL 12 novembre 2008 09:26

                          "Il n’y a pas de cheminots parmi les suspects". Evidemment ! Un travailleur est en quelque sorte un soldat dans la guerre économique. On n’a jamais vu des soldats sur le champ de bataille faire sauter leurs propres bases.

                          Au vu des photos, il semble peu propbable que ce soient des hurluberlus anars du fin fond de la Corrèze qui ont fait ça.


                        • JL JL 11 novembre 2008 00:16

                          Je ne sais pas qui de l’auteur ou de l’éditeur a choisi la photo mais dans ce contexte, elle constitue une véritable provocation imbécile.


                          • Marc Bruxman 11 novembre 2008 00:27

                            Il parait qu’ils ont retrouvés un cadavre déchiqueté sur les voies le même jour. Avec un peu de chance c’était l’un des saboteurs ;) Ce qui permettra de régler le problème de façon rapide et efficace ;)

                            Parce que bon à aller jouer avec les catainaires des fois on perd (vu la tention, pas besoin de toucher les cables pour se prendre une énorme décharge qui vous transforme un petit maccabé cramé) et y’a plus qu’à attendre le passage du premier train pour finir le travail. 


                            • E-fred E-fred 11 novembre 2008 01:28

                              à Olivier Rimmel

                              Ce matin , j’avais dans l’idée de faire un article sur ce sujet, ayant un peu de temps et d’idées en ce qui concerne les différents "troubles" qui traversent notre pays depuis quelques semaines...
                              Sans tomber dans le panneau de la "conspi" etc...depuis combien de temps ce genre d’actes contre la sncf auraient pût se passer ? Des dizaines d’années.
                              Mais là, il n’y a pas de morts...par rapport à tout ceux qui sont décédés à certains passages à niveaux mal équipés...
                              Ici, ce ne sont que quelques retards de trains et dégats matériels...et là on parle de terrorisme !!!! Mais qui sont les vrais menteurs dans l’histoire ?
                              http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=42704 


                            • hurlevent 11 novembre 2008 08:55

                              "Mais là, il n’y a pas de morts...par rapport à tout ceux qui sont décédés à certains passages à niveaux mal équipés... "

                              Vous faites un amalgame déplacé. Les passages à niveaux où se sont produits des accidents étaient tous équipés de feux clignotant et de barrières. Je ne vois pas en quoi ils seraient "mal équipés"


                            • Lulu de Pantin 11 novembre 2008 09:15

                              ben oui, on a un système capitaliste vorace qui pompe très efficacement le pognon pour le monter tout en haut. Et on n’a plus d’idéologie pour le redescendre depuis qu-on a viré le marxisme. Pour certains c’est un super système qu’il faut défendre avec plein de policiers partout, pour d’autres c’est un système foireux qu’il faut détruire au plus vite.
                              pas réjouissant tout ça !


                              • E-fred E-fred 11 novembre 2008 09:23

                                http://actu.orange.fr/articles/a-la-une/Enquete-sur-les-sabotages-a-la-SNCF-8-arrestations.html

                                Huit personnes "appartenant à l’ultra-gauche, mouvance anarcho-autonome", ont été arrêtées dans le cadre de l’enquête sur "les actes de sabotage commis contre des caténaires SNCF ces derniers jours", a annoncé mardi matin la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie.


                              • E-fred E-fred 11 novembre 2008 09:29

                                Le parquet antiterroriste avait été saisi lundi après une série d’actes de malveillance contre la SNCF ce week-end, qui ont suscité de nombreuses interrogations sur leurs auteurs et leurs motivations.

                                http://www.france-info.com/spip.php?article210527&theme=9&sous_theme=11

                                 


                              • E-fred E-fred 11 novembre 2008 11:17

                                Dix personnes été arrêtées dans le cadre de l’enquête sur des actes de "sabotage" commis contre des caténaires SNCF. Selon la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie, ces personnes appartiennent à une "mouvance anarcho-autonome".
                                Dans le cadre de l’enquête sur "les actes de sabotage commis contre des caténaires SNCF ces derniers jours", dix personnes ont été arrêtées. Selon la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie, elle appartiennent "à l’ultra-gauche, mouvance anarcho-autonome".


                                La ministre précise qu’elle "adresse ses plus vives félicitations aux services de police et de gendarmerie dont la diligence a permis l’identification et l’interpellation" de ces dix personnes.


                                "Cette opération réussie, conduite en plusieurs points du territoire, a été rendue possible grâce au travail de renseignement effectué depuis des mois sur cette mouvance par la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI), et aux investigations conduites sur ce groupe par la Sous-Direction Anti-Terroriste (SDAT)", explque la ministre.




                                Mise en place de la nouvelle Direction centrale du renseignement intérieur
                                (Le 1er juillet 2008)
                                Mise en place de la nouvelle Direction centrale du renseignement intérieur

                                AP | 01.07.2008 | 19:36

                                La nouvelle Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) a été officiellement mise en place mardi à Levallois-Perret (Hauts de Seine). Cette nouvelle structure est issue de la fusion des Renseignements généraux et de la Direction du surveillance du territoire (DST), le contre-espionnage français.

                                Voulu depuis longtemps par Nicolas Sarkozy, qui s’était heurté à l’opposition de Jacques Chirac, ce grand service a été initié par Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur. "Dans le contexte actuel mondial, la nation a besoin d’un renseignement fiable et efficace", avait-elle affirmé aux journalistes le 13 septembre 2007 lors d’une visite dans les locaux modernes et sécurisés occupés par les RG et la DST. "C’est une exigence absolue de notre sécurité."

                                La DCRI est dirigée par le Préfet Bernard Squarcini, un proche du président, qui fut longtemps le numéro deux des Renseignements généraux dont la direction lui avait échappé en 1984 après un veto chiraquien. Il est épaulé par deux directeurs, Patrick Calvar, un ancien de la DST et René Bailly, issu des RG qui commanderont 175 commissaires de police.

                                Avec 4.000 policiers, dont 1.800 sont basés à Levallois-Perret dans un immeuble qui comprend également la Sous-direction antiterroriste (SDAT) de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), la DCRI se voit confier plusieurs missions : le contre-espionnage et la contre-ingérence, le contre-terrorisme et la protection des institutions, la protection du patrimoine et l’intelligence économique. La lutte contre le terrorisme islamique apparaît d’ores et déjà l’objectif numéro un de ce service qui dispose de moyens d’enquête sophistiqués.

                                Cette réforme exceptionnelle n’affectera pas la capitale qui là encore continue à cultiver sa différence avec des services aux périmètres et aux sigles différents. Les "RG-PP" (Préfecture de police de Paris), forts de 700 policiers, resteront autonomes et sont rebaptisés direction du renseignement (DR-PP).

                                Un millier de policiers chargés du suivi de l’opinion publique, des conflits sociaux, des violences urbaines et de la lutte contre l’économie souterraine au sein des RG sont reversés dans la nouvelle Sous-direction de l’information générale (SDIG), créée au sein de la Direction centrale de la sécurité publique (DCSP). Un transfert auquel les syndicats s’étaient opposés dans un premier temps craignant que la "culture RG" soient diluée dans des services départementaux dédiés à des missions de police plus classique.

                                Les fonctionnaires qui étaient eux affectés à la Sous-direction des courses et jeux des RG rejoignent eux les effectifs de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ).

                                ***********

                                mercredi 02.07.2008, 05:02 - La Voix du Nord

                                Bernard Squarcini, dit « le Squale », à la tête du FBI à la française

                                Le préfet Bernard Squarcini, 52 ans, est le premier patron de la nouvelle Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) qui a vu le jour hier. Proche de Nicolas Sarkozy, il est considéré comme un « as du renseignement ». Surnommé « le Squale » ou « Squarc », ce fils de policier, petit-fils de berger corse, était directeur de la surveillance du territoire (DST) depuis le 27 juin 2007, après avoir été numéro 2 des Renseignements généraux (RG). Ces deux services sont fondus dans une seule et même entité, la DCRI. Aux RG, il était le spécialiste incontesté du terrorisme basque, islamiste ou corse. Il est notamment le « tombeur » d’Yvan Colonna, assassin présumé du préfet Claude Érignac.

                                Jovial, rond, affable, le verbe facile - « ce qui est rare pour un homme du Renseignement », selon ses interlocuteurs -, il connaît le prix de la discrétion. Il est très au fait des arcanes de l’île de Beauté où il passe régulièrement ses vacances. C’est par cette connaissance du terrain corse qu’il s’est fait remarquer par Nicolas Sarkozy.

                                Durant la campagne électorale et l’affaire Clearstream, M. Squarcini, en dépit de problèmes de santé, aurait joué les démineurs pour le futur président de la République. En 2004, le ministre de l’Intérieur, Dominique de Villepin, s’était opposé à sa nomination à la tête des RG...

                                 

                                • wesson wesson 11 novembre 2008 11:24

                                  Bonjour E-Fred,

                                  Selon l’express  :

                                  "une source proche du dossier [...] s’interroge sur "d’éventuels liens avec l’ultra-gauche allemande qui a déjà revendiqué des actions contre des trains transportant des déchets nucléaires" "


                                  et en moins de 2 temps 3 mouvements, les liens ne sont plus éventuels mais avérés, et c’est Alliot-Marie qui vous le dit !

                                  ça m’étonnerai pas trop si, prochainement, on a une solide recrudescence dans les journaux du "terrorisme de l’ultra-gauche" - ça fait un bon slogan ça !


                                • wesson wesson 11 novembre 2008 13:32

                                  Les anarcho-gauchistes allemands, ça vous rappelle rien ça ???


                                • E-fred E-fred 11 novembre 2008 17:16

                                  Tout à fait Wesson !
                                  RAF...
                                  Le coup de promo sur Rouillan, maintenant au frais...
                                  "En cette fin de règne du giscardisme, l’heure est à la radicalisation de l’ultra-gauche"
                                  http://www.bakchich.info/article5459.html

                                  et "Dans le sillage ce que l’on a appelé l’euroterrorisme « bande à Baader » en RFA , Brigades rouges en Italie. La situation en France au cours de ces « années de plombs » n’est toutefois en rien comparable à celle de l’Allemagne et encore moins à l’Italie dont les prisons compteront près de 5000 prisonniers politiques"
                                  sans oublier M. Petrella :
                                  http://www.rue89.com/2008/10/12/petrella-ne-sera-pas-extradee-le-revirement-de-sarkozy?page=4

                                  Toute cette communication ? Ou bien la chasse au terrorisme sert de prétexte ?


                                • krolik krolik 11 novembre 2008 11:18

                                  Il semble que le sabotage devienne le passe-temps de quelques uns en ce moment.
                                  Une éolienne dans la Nièvre hier.
                                  @+


                                  • Paradisial Paradisial 11 novembre 2008 12:05

                                    Est ce que le libéro-politicard sabotage du droit à la grève n’y serait pas pour quelque chose ?!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès