Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Saint Amour et la Fête des Crus en Beaujolais

Saint Amour et la Fête des Crus en Beaujolais

C’est les 25 et 26 avril à Saint Amour en Beaujolais. Un événement festif consacré aux vins, dédié à nos anciens Dieux païens, Bacchus, Dieu du Vin, le Dionysos de la Mythologie grecque, et plus loin encore Liber, Liber Pater et sa parèdre Libera, eux-aussi Dieux du Vin, de la Vigne et de la fécondité. Il faudrait ajouter, selon Wikipedia qui ne se trompe jamais, « .. dieu du vin, de l’ivresse et des débordements, notamment sexuels ». Les 25 et 26 avril à Saint Amour, nous n’en seront certes pas là, Ciel ! Mais le nom Saint Amour n’est pas sans évoquer bel et bien..

D’ailleurs, les organisateurs cette année n’ont pas hésité à placer ces traditionnelles journées de printemps sous les auspices inspirées de l’Amour, des Art et du Vin. J’ai scanné un fragment – un fragment seulement, je ne voudrais pas qu’on me prenne pour une jeune businette affriolée à la réclame – du matériel de publicité pour vous permettre de vous faire vos propres idées ..

 

.. des verres enlacés dans une nuée de petits cœurs enamourés ! Il fallait oser.

J’ai même rencontré un spécialiste en herméneutique qui n’y voyait qu’un verre unique, mais vu au travers du regard dédoublé du buveur légèrement éméché, sous l’effet bénéfique des divines barriques.

A l’appui de sa thèse je peux certifier qu’un jour, au sortir de Moulin-à-Vent, pas de Saint Amour, précisons, avec mon pote Le Guignon, comme moi demi-Bourguignon, nous nous sommes fait arrêter par un agent : nous lui avons dit bien poliment « Bonjour Messieurs ».

Il convient donc d’en déduire que le phénomène de double-vue est assez courant au sortir du Moulin-à-Vent, qu’on voit double assez souvent à Saint Amour et à Chiroubles. Quadruple parfois à Juliénas.

Qui s’en plaindra ?

En général cependant, on verra en ces jolies formes ce qu’il faut voir très-logiquement, et l’on ne reprochera à personne de le faire comme ça. Hommes et femmes y verront tous et toutes, chacun-chacune une bien belle paire de verres.

Lève tes verres. Et surtout, ne les renverse pas. Et portes- les au frontibus. Au Mentibus.Vous connaissez parfaitement la suite, vous lecteur non rebuté par le sujet.

L’imagination va bon train, un train d’enfer. Et surtout, ne vous avisez surtout pas de renverser l’image ! Vous risquez des turgescences dans la tête.

Bravo la Communicante si créative, si suggestive, si féconde. Je dis LA communicante car on ne peut imaginer un homme doué de si formidables talents. La Femme est l’avenir de l’âme.

Pour les plus lourds d’esprit, à peine sortis de leurs lectures de Justine et les bonheurs de la Gauloiserie, précisons que Saint Amour ne s’écrit jamais Seins Amour.

Mon Introït étant terminé passons à une exégèse plus académique

 

Une fête de renommée nationale

Nous pourrions même avancer : de renommée mondiale.

Bof ! Avec la méfiance, voire le rejet que suscite à juste titre les notions de mondialisation, Saint Amour n’y gagnerait rien, et la Fête des Crus non plus. 

De plus, sans qu’ils aient été franchement persécutés, nos vieux Dieux païens de l’Amour et du Vin comptent actuellement bien moins de fidèles que les grandes religions monothéistes financées par les puissants du moment, pour lesquelles on recense pas moins de quatre, voire cinq divinités si l’on inclut Mammon, en passe de l’emporter définitivement contre les trois autres.

Tout cela pour dire qu’à Saint Amour les 25 et 26 avril, il y aura quand même moins d’affluence qu’à New-York, Rome ou la Mecque un jours de Pâques.

On attend cependant des dizaines de milliers d’initiés. Toujours plus d’année en année. Et 2015 devrait battre tous les records de convergence.

Il faut dire que Beaujolais attirent naturellement les célébrités, des plus populaires, Pivot, Miss France, qui sera de la Fête cette année, aux plus sélectives, Le Canard, Maurice Utrillo, Suzanne Valadon, Sadi Carnot .. sans oublier les plus hauts, les plus grands, Baudelaire, Rimbaud !

Il faut dire que Beaujolais est un splendide pays de charming rolling hills comme disent les Anglais, gambadant des hautes collines jusqu’à la plaine de la Saône en éblouissants pas de deux « qui symbolise l’amour ... », paré de feuilles de vigne et de bosquets touffus, parsemé de ménils très-vivants.

En hiver, c’est un peu austère, les brumes remontantes, et la froidure rabattante voyez-vous, des sommets. Les frimas en font un pays pour presbytériens ou Stoïciens pourrait-on dire, peu attachés aux exubérances de la Terre.

Le jouisseur s’y trouvera cependant très-bien en hiver, les pieds devant un bon feu de sarments, à la main quelques verres de vins, finement accompagnée. Et dans la tête quelques poèmes de Baudelaire.

Au printemps, avril, tout devient vert tendre sous un ciel bleu de lin. Le joli temps des jeunes vignes en fleur. L’été, le temps des émois. Aux terrasses ombragées, on boit, on devise, on parle dix langues à la fois. Beaujolais ! Beaujeu ! Montjoie ! Cynon ! Dagonet ! Gandelu ! Chevaliers ! Tous au Glass, tous au Godet ..

Et puis, l’automne en Beaujolais ! .. ça vous tourne la tête, Brueghel et Ucello, Cézanne et Picasso sont passés par là, vous serez ensorcelés, à plus faire attention, à toute prudence quitter , à vivre hors de soif et de raison à jamais... je regarde les hameaux, les vignes autour... C'est l'épanouissement partout, les trombes de couleurs, les roses, jaunes, rouges, pourpres, violacées... vraiment c'est la profusion... des beautés de couleurs voluptueuses comme ça n'existent qu'au cœur d'automne en Beaujolais, en plein moment où tout palpite, où la joie des vignes exubère et se libère, tourne folle, entête, que les papillons, les piafs et les filles virent voguent à portée, ivres, posent, butinent, babillent, titubent en l'air d'odeur... Ah ! Et les raisins, rebondis et ronds et pleins, des grappes gonflées et violacées à pas croire ses yeux de violence... En collines entières couvertes, primesautant tout ceci, de l'inclinaison du ciel à la plaine poudroyante, en croupes ondulantes... vous voyez ce que je veux dire... 

Pour le programme complet, inutile de s’étendre tellement vous le trouverez facilement, partout. Google regorge de la Fête des Crus. 

L’an passé déjà, j’avais chroniqué, mais à la fin des deux journées. Je m’étais largement égaré. Cette année, à jeun, aux prolégomènes.

« Passés pedibus l’une des douze barrières qui ceinturent l’espace de la fête et l’isole des voitures, nous y sommes, là, juste aux premiers accents à tous vents d’une belle musique country .. »

.. ça commencera comme ça. Ce sera aussi beau, mieux encore : Marine Lorphelin sera là, vous baladerez, boirez, chanterez, dégusterez, dévorerez, sauterez en l’air avec la jeune fille aux hélicoptères, confirmerez votre mariage – si ça n’est déjà fait – par Madame le Maire de Saint Amour. De la féérie.

Pour conclure, si vous y aller, demander Claudius le chroniqueux de la Fête des Crus. Je vous paierai un canon ou deux et inspiré par le fragment sus nommé, nous nous égayerons ensemble, sur la Fête des Crus, à quelques contrepets que la Comtesse ne manquera pas d’apprécier.

 

Citations graphiques

hotelbrouilly.com

Agoravox

dailypainters.com

fineartamerica.com

 

Sources

Le temple de Cérès, Liber et Libera (en Latin : Aedes Cereris, Liberi et Liberae) est un temple resté secret et construit en Beaujolais par César après son passage à Jullié et Juliénas. 

Une chapelle fut édifiée sur la montagne vers l'an 600, remplaçant l’ancien temple romain. Cette chapelle obtint le titre de prieuré en 929 avec le moine de Ligny.

Le Mont Saint-Rigaud et sa source sacrée

 Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

 Mais de quoi ? De vin, de poésie, de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.

 Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront : "Il est l'heure de s'enivrer ! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise."

Baudelaire : Petits poèmes en prose, XXXIII (1869)


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • arcadius arcadius 20 avril 2015 10:14

    Bonjour

    et salut aux frères beaujolais , j’étais à Pizay Lundi dernier, je pense bien revenir à Saint Amour,

     va falloir que je trouve un pied à terre,

    merci à vous de conserver vos savoir faires et votre tradition d’accueil...


    • Claudius Claudius 20 avril 2015 16:19

      @arcadius

      Bien le bonjour mon cher confrère


    • oncle archibald 20 avril 2015 10:22

      Le bas relief qui illustre la tête de votre article montre ce que dans le midi viticole (Corbières et Minervois) nous appelons « la capounade » … 


      C’était du temps ou les vendanges n’étaient pas mécanisées. Des jeunes gens, bien costauds, étaient les « porteurs » et les « coupeuses » étaient souvent de très jeunes et jolies jeunes femmes. Si un raisin était oublié sur la souche et que le porteur qui circule dans les rangées avec sa hotte sur le dos s’en apercevait, il avait le droits de « capouner » la vendangeuse coupable de cet oubli, c’est à dire de lui écraser ledit raisin oublié sur la figure s’il était un peu prude ou sur les seins s’il était plus entreprenant !

      Une jolie sculpture ressemblant fort au bas relief que vous montrez se trouvait à l’entrée du jardin public de Lézignan Corbières … jusqu’à la dernière guerre. Elle avait la malchance d’être en bronze, les allemands l’on envoyée se faire fondre aux usines Krupp et le canon qui en résultat n’avait rien à voir avec ceux que je boirais volontiers avec vous si j’étais plus près des coteaux sur lesquels poussent les crus du beaujolais. Avec un faible très marqué pour le Morgon mais je bois de tout pourvu que ce soit bon ! 

      J’imagine que c’est le cru de Saint Amour qui a inspiré le poète de salle de garde : Le bon vin m’endort, l’amour me réveille !

      • Claudius Claudius 20 avril 2015 16:21

        @oncle archibald

        Excellent, excellent, moi, c’est parfois le contraire, le Beaujolais me réveille ..

        SYS


      • Montagnais Montagnais 20 avril 2015 11:42

        Vous nous inspirez l’Auteur !

        Je crois qu’on va s’y mettre.

        Au Saint-Amour, au Beaujolais je veux dire

        J’irai vous voir, en tant que voisin. La météo s’annonce bien.


        • arcadius arcadius 20 avril 2015 12:56

          @Montagnais

          Salut frère adorateur du cep
          plutôt Samedi ou dimanche ?

           qu’on boive enfin un coup dans le réel...

          https://www.youtube.com/watch?v=ClUIawS63hg


        • Claudius Claudius 20 avril 2015 16:24

          @arcadius

          Montagnais sera à la jeune fille de l’Hélico samedi à 16 H , J’ai vu avec lui, nous y serons nombreux, autant qu’un jour de Pâques à Rome


        • arcadius arcadius 20 avril 2015 16:28

          @Claudius

          alors si vous acceptez un barbare venu du nord,

           je veux bien me joindre à vous ...


        • arcadius arcadius 21 avril 2015 09:33

          @arcadius
           
          Claudius question : à quoi vous reconnaîtrai-je.... ?

          vous vous avez ma photo...... smiley
           


        • Alex Alex 20 avril 2015 12:43

          À cette heure, les votes montrent qu’un fidèle de la Badoit a voté. Berk !..
          Pour conclure votre article, j’espérais un petit mot de la comtesse sur la Fête des Crus, car je ne sais pas quoi faire de cet « r » mal placé.
          En dehors du « Wikipedia qui ne se trompe jamais », j’ai apprécié votre article. (En l’honneur de Dionysos, j’avais donné sa version francisée comme prénom à l’un de mes fils.)


          • Claudius Claudius 20 avril 2015 16:25

            @Alex

            Merci, j’ai le train à prendre mais je reviendrai vers vous

            Des gros cadeaux à la Fête .....


          • Jason Jason 20 avril 2015 13:08

            Article de la plus grande mystification,

            Je n’ai jamais bu de vins autant frelatés qu’en Beaujolais. Rappelons-le, le beaujolais était le vin des clochards, en témoigne la filmographie des années 30. Après la guerre, marketing oblige, quelques malins du cru ont monté en épingle des piquettes innommables avec des accents d’oenologues avertis et des qualificatifs risibles. Le beaujol’pif, de vin de ruisseau, était devenu un vin de salon.

            La farce du beaujolais nouveau défie toutes les mystifications, et elle a gagné jusqu’au Japon. Les pauvres.

            En arrivant en Saône-et-Loire, il y a 12 ans, j’ai voulu faire le tour des caves de Beaujolais. Mal m’en a pris. Je me suis fait rouler dans la farine avec, en plus des sourires et des sous-entendus qui me font dire qu’en Beaujolais, le sourire n’est que le masque de l’incompétence. Et du mauvais goût.

            Allez y faire un tour, vous verrez, mais surtout , n’achetez rien ! Ce vin, malgré les évocations bachiques, donnerait sûrement de l’humeur et des aigreurs à n’importe qui.  Ne confondons pas la mise en scène et les papilles.


            • Alex Alex 20 avril 2015 13:55

              @Jason

              Votre remarque est en grande partie exacte. Comme pour tout produit à la mode, il existe des contrefaçons.
              Malheureusement, les pouvoirs publics ne font pas grand-chose pour les empêcher : je me rappelle un reportage où l’amende payée par un escroc était de très loin inférieure aux bénéfices qu’il avait faits en trafiquant le vin.
              Le phénomène est général, et la seule solution consiste à connaître quelques filières fiables, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde.
              Vous avez aussi raison de rappeler que le Beaujolais est un « petit » vin, dont la qualité est très variable d’une année à l’autre, ce qui incite pas mal de gens à faire des mélanges douteux pour le standardiser. Mais il arrive parfois de tomber sur des bijoux.
              Quoi qu’il en soit, in vino veritas ! Hips !


            • oncle archibald 20 avril 2015 14:13

              @Alex


              Tout à fait d’accord avec vous, et j’ajoute que les « crus » du Beaujolais, Chiroubles, Julienas, Morgon, pour ne citer qu’eux mais il y a je crois 12 appellations de « crus » dans la région qui bénéficie de l’appellation générique « Beaujolais », sont quand même très rarement victimes de la standardisation des produits comme les vins de médiocre qualité qui sont vinifiés en « primeur » parce qu’ils ne pourraient pas se vendre en vins de garde. 

              Le Saint Amour m’a toujours attiré pour le nom, et j’en ai acheté quelques bouteilles mais je n’en ferais pas des folies. Soit je ne suis pas tombé sur les meilleurs, soit je préfère carrément les Morgons. 

            • Alex Alex 20 avril 2015 20:23

              @oncle archibald

              « très rarement victimes de la standardisation des produits comme les vins de médiocre qualité »

              Il se trouve que je connais depuis plus de 40 ans un producteur de Bourgogne « de qualité » ; j’avais été très étonné quand il m’avait appris cette technique de mélange bonnes années-mauvaises années pour standardiser le vin, pratique qui ne me semblait pas exister dans le Bordelais, du moins à l’époque. Elle n’est donc pas seulement réservée aux vins médiocres.


            • Jason Jason 20 avril 2015 13:10

              P.S. Je rapporte cette anecdote d’un personnage célèbre qui dit après avoir goûté du vin (de Beaujolais ?), se prononça en ces termes : « ça n’est pas mauvais, mais je préfère le vin ».


              • arcadius arcadius 20 avril 2015 13:18

                @Jason
                bonjour « Je me suis fait rouler dans la farine.... » de quelle manière ?

                toutes les régions viticoles, comme tous les commerces ont leurs aigrefins et leurs charlatans, auriez vous acheté du vin sans le goûter ?

                si oui, ce me semble être une erreur de débutant....

                si vous êtes amateur de vin je relève le défi de vous faire changer d’avis sur les crus du beaujolais...


              • Jason Jason 20 avril 2015 14:54

                @arcadius

                Non, non, il s’agissait d’une visite de cave. J’ai goûté, il était plus que passable, mais les cartons ne contenaient pas le même...

                Il m’arrive d’apprécier un bon Fleurie ou un Moulin à vent, mais je fais confiance plutôt au caviste.


              • Claudius Claudius 20 avril 2015 16:27

                @Jason

                Si c’est Parker qui a dit, Parker est un sot


              • arcadius arcadius 20 avril 2015 20:55

                @Claudius

                 oublions les épiciers Parker et Rolland .....


              • marmor 20 avril 2015 18:53

                Un bon minervois comme La Livinière ( domaine sainte Eulalie ) et vos papilles seront aux anges,
                Un grand languedoc, pic saint loup : La grange des pères..... mais il m’étonnerait que vous en trouviez... alors là, pur bonheur !!
                Corbières, Minervois et languedoc n’ont rien à envier aux surfaits Beaujolais


                • lermontov lermontov 20 avril 2015 19:04

                  @ marmor

                  Ah, le Languedoc, son rosé - pardon, je grimace, et mieux encore, son rosé pamplemousse - pardon, je vomis.


                • alinea alinea 20 avril 2015 19:07

                  @lermontov
                  Viens beau slave aux yeux de braise, tu t’enivreras d’un rosé qui ne te fera même pas roter ! smiley


                • lermontov lermontov 20 avril 2015 19:21

                  @ alinea

                  Je plaisantais. Tu sais bien que dans la région, le rosé pamplemousse, c’est seulement pour vous, les jolies demoiselles. C’est sucré, acidulé, et ça vous fait vite tourner la tête.

                  Tu bois du vin, toi ? Il faudra qu’on se boive un petit blanc de la Clape, avec des huîtres. (t’es végétarienne, je crois ; mais les huîtres, c’est pas vraiment des zanimos ; ça a pas de poil et ça crie pas.)


                • alinea alinea 20 avril 2015 20:20

                  @lermontov
                  J’ai goûté une fois du rosé pamplemousse ; quelqu’un devait avoir envie de s’en débarrasser et m’a payé mon crottin comme ça !
                  Rien que l’idée de faire ça est déshonorante !!
                  Quand elles ne crient pas, je mange volontiers des huîtres, sauf que celles de méditerranée sont beaucoup trop grosses pour moi ; je leur préfère leurs petites cousines de l’océan !
                  Bien sûr que je bois !! je ne fais que ça !! smiley
                  Je connais un petit caboulot aux Saintes Maries de la mer !!!hum !!


                • marmor 20 avril 2015 21:23

                  @lermontov
                  Dans les vins à touristes venus des steppes lointaines et à la langue non pas de bois mais en bois à boire l’alcool du même nom, vous oubliez le Listel, ou le Picpoul de Pinet, tellement soufrés que vous trouerez vos Tong en les pissant !
                  Je parle de Vin, Vladimir, pas d’ersatz à gogos !!
                  Il existe aujourd’hui de beaux petits domaines dans ces régions, gérés par des viticulteurs professionnels, responsables, et amoureux de leur terroir et de leur metier, qui ne font pas « pisser » la vigne, respectent la nature, cultivent en bio, selectionnent les cépages, limiyent la production à 30 hecto /ha, "collent encore au blanc d’oeuf et vinifient en foudre de chêne, qui sont dans leurs chais depuis des siecles. Il en résulte quelques nectars qui n’ont point à rougir de la concurrence bordelaise.


                • lermontov lermontov 21 avril 2015 11:45

                  @ marmor

                  Je suis de la région et buveur de vin, je plaisantais simplement. J’apprécie beaucoup le Corbières et le Fitou. Le Minervois aussi, évidemment. Et les endroits d’où ils tirent leur nom sont magiques et magnifiques- ce beau village de Minerve, par exemple.
                  Le rosé, je ne peux pas, en particulier parce que j’en ai conçu un dégoût immense du fait de ma jeunesse - j’ai quand même gerbé une tripotée de fois à cause de ce breuvage infect.

                  Avez-vous déjà goûté le vin de la vile de Montpellier ? (non d’un producteur de cette ville mais de la commune ? Car elle a des vignes et produit.)


                • lermontov lermontov 21 avril 2015 11:49

                  @ marmor

                  Je suis de la région et buveur de vin, je plaisantais, simplement. J’ai même déjà fait la taille des vignes, du côté de la Clape, justement ; j’en ai pleuré ma race, tellement c’est dur (le climat, ce p** de vent atroce !).


                • lermontov lermontov 21 avril 2015 12:20

                  @ lermontov

                  Lol, mon premier msg ayant disparu de façon inexpliquée du radar, je l’ai reécrit un peu différemment plus tard. Resserrez les boulons, mr Valls, on voit votre grosse patte.

                  Je déconne, j’en sais rien au fond et m’en moque ; mais ils ont plein de super outils, savez-vous ? Par exemple, la captation à la volée de ce que vous tapez sur le clavier, que vous le jetiez sur la toile ou non. Fortiche, einh ? Ils ont testé ça grandeur nature chez Assad et Kadhafi ; enfin, c’était avant que ceux-ci soient décrétés ennemis publics.
                  Bon, ne vous inquiétez pas, ils vont vous dévoiler au fur et à mesure tout ça, au compte goutte, histoire de créer et entretenir le climat. Ah, les photos olé-olé aussi que ta petite amie t’envoie, les sextos, etc, tout ce qui peut faire honte. Car contrairement à ce que vous pensez, ce n’est pas du tout une surveillance effective qu’ils recherchent mais à installer un mécanisme d’autocensure. Quand on cherche à coincer un individu, on ne dit jamais qu’on le surveille ; mais qund on cherche à effrayer une populace, on le claironne.

                  La méthode pour se prémunir n’est bien sûr pas de se prémunir ou de se barricader devant cet ennemi invisible. Non, il faut adopter un comportement erratique, dire plein de trucs faux, avoir plein de vies, plein de comportements antinomiques. Les noyer, déborder leurs filtres et grilles de lecture.

                  Pour les trucs essentiels, préférer le pigeon voyageur au mail. Les signaux de fumée, aussi. C’est tout con, einh ?

                  Qu’est-ce qu’ils sont cons, en effet. Il faut vraiment que vous en soyez l’air de rien aux extrémités pour être aussi prévisibles. Bon, c’est pour quand la chute ? On compte en nombre de jours ? de mois ? Quoi, la télé dit que tout va bien ? Mais la télé n’est plus qu’une sourdine, plus personne n’écoute. Un bolide encore hors du champ de vision approche et tout le monde a déjà le regard tourné vers lui.


                • lermontov lermontov 21 avril 2015 12:31

                  @ alinea

                  Je préfère aussi celles de l’océan, pour tout dire. Va pour les Saintes Maries, en tout cas.

                  Tu as de belles fréquentations, dis donc. Le rosé pamplemousse, ça a le goût du gas oil, l’odeur du gas oil, la couleur du gas oil mais tu ne peux pas alimenter la voiture avec donc ce n’est pas du gas oil ; je soupçonne que l’invention de ce breuvage remonte aux années Giscard, lorsque la voix de son maître serinait ’en France, on n’a pas de pétrole, mais on a des idées’. On a failli y arriver, l’air de rien.


                • arcadius arcadius 21 avril 2015 12:43

                  @lermontov

                  ben moi ce sont les grosses, bien en chair du Canet que je préfère

                  avec un picpoul...


                • lermontov lermontov 21 avril 2015 13:02

                  @ arcadius

                  Quand ils viendront te prendre pour cause d’antitruc, t’auras l’air fin si pour te forcer à faire ton autocritique ils balancent ton message afin de démontrer tes turpitudes sexuelles.


                • arcadius arcadius 21 avril 2015 13:10

                  @lermontov
                   

                  bonjour, avec tout ce que j ai déjà écrit comme conneries

                  il y à longtemps qu"ils peuvent me coincer...

                  je n’y pense plus depuis belle lurette...

                  aimons nous...et trinquons....


                • Claudius Claudius 21 avril 2015 19:30

                  @lermontov

                  Mais non, mais non, pas si définitif !

                  Même si le rosé est par tradition un vin de campeurs

                  Les beaujolais sont justement bons car inattendus, parfois versatiles, vins de Mecs, vins de Femmes tout à la fois


                • lermontov lermontov 22 avril 2015 16:32

                  @ Claudius

                  Je suis vraiment buveur de vin, de tous les vins, mais pas connaisseur. J’apprécie les traditions, en fait ; pour moi, c’est goûter un pays, se lier avec une âme. Je ne vais pas chez le caviste, etc, mais chez le très petit producteur, que je rencontre au hasard ou par bouche à oreille. C’est comme ça que je me suis retrouvé à tailler les vignes, que j’ai appris à faire le pain, le fromage, etc.

                  J’ai eu l’occasion de boire du vin naturel chez un vieillard ; grange avec sol en terre battue, gros fûts, etc. De a charcuterie séchait au plafond. En silence, le mec était le genre de paysan taiseux mais vraiment taiseux, on remplissait les bouteilles en siphonnant. Il se trouve que le vin, laissé tel quel se protège lui-même de l’action oxydante de l’air en développant en surface une sorte de moisissure (ça s’appelle la fleur). Lorsque vous siphonnez, votre vin n’est pas limpide et il y en a toujours en suspension dans le litron. De plus, ce vin est vivant est réagit aux conditions météo du jour ; ainsi vous le buvez le mardi et c’est une piquette infecte mais si vous le buvez le lendemain, ce vin infect est tout à coup un sublime nectar. Tout cela est ennemi du commerce du fait de la standardisation (qualité, aspect, etc)


                • Claudius Claudius 21 avril 2015 19:37

                  Salut et merci à tous pour la richesses des commentaires

                  A samedi peut-être, sur site, 15 heures pour moi, près de la jeune femme aux hélicoptères

                  Dommage qu’Alinéa habite si loin, trop loin ..l

                  Quand-est ce que Agoravox rassemblera les rédacteurs ? LIeux tournants en France ou ailleurs, une fois par mois disons

                  Nous réglerons nos fréquents différents à grands coups de Moulin-à-Vent, et nos amours fantasmés à grands coups de Saint-Amour

                  Bon, bon, c’est vrai, c’est de la poésie de clodo ..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès