Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Saint GIEC

L’article de Véronique Anger de Friberg « Climato-scepticisme : Galilée convoqué devant le Saint-Office ? » ne m’a pas laissé indifférente, et comme ce que j’avais à dire à ce propos dépasse largement le cadre d’un commentaire, j’ai décidé de m’inscrire en tant que rédacteur.

Certains trouvent cet article déplacé ; ce n’est pas mon avis. Il y a un an, j’ai failli moi-même être « répudiée » de mon club d’astronomie pour avoir osé contrer publiquement les thèses du Saint GIEC ! (Heureusement, on n’en est pas arrivé là, chacun mettant du sien pour comprendre l’autre)

JPEG - 54.8 ko
1633 procès de Galilée devant le Saint Office
source

Dans cette affaire, aucun des deux n’est clair : on a les climato-dogmatiques d’un côté, les climato-sceptiques de l’autre. Les climato-dogmatiques sont payés pour étayer une thèse qui sert ceux qui les commandent, les climato-sceptiques risquent, pour certains, leur place, si tant est qu’ils en aient une, en dénonçant certaines falsifications de données des premiers. Mais, même si les arguments qu’ils avancent en matière de climat semblent un peu plus honnêtes scientifiquement que ceux des premiers, ils passent pour des rigolos, et pour cause : ils évacuent le constat et, a fortiori la cause, des dérèglements climatiques que tout un chacun peut constater, tout autant que ceux dont on nous rabat les oreilles et dont il vaut mieux aller vérifier les données à la source, avant d’en faire un buzz. 

Depuis 1995, j’étudie les relations entre l’activité solaire et le climat. Depuis 2002, j’ai redoublé d’intensité dans cette recherche, en raison de la constatation d’un nouveau type de traînées d’avions, devenu subitement beaucoup plus nombreux dans le ciel, des traînées persistantes, formant des nuages inconnus jusque là et créant un voile artificiel, cause immédiate de lourdeur de l’atmosphère et d’augmentation de la température.

Il devenait urgent de faire la part des choses entre les facteurs naturels et les interventions humaines dans les phénomènes météorologiques et climatiques.

(Par la suite j’ai constaté d’autres effets, en fonction de la saison et de la météo du jour : vents au lieu de pluie avec des abats d’eau concentrés très localement ; l’adieu au bleu profond du ciel, dont on pouvait jouir avant l’an 2000, même par les jours de très beau temps ; l’horizon au lever et au coucher du soleil de plus en plus rarement indemne de lacérations violettes et de rouges dignes des cartes postales de mauvais goût de mon enfance ; dessèchement très rapide des sols…).

JPEG - 30 ko
Ciel des Hautes Alpes 16 mars 2010

Personne ne m’a briefée pour faire ces constats : mais petit à petit, avec les autres êtres humains qui ont les pieds sur terre et regardent le ciel, avant leur patrie ou leur idéologie, avant la « voix de son maître » et leur situation sociale, nous nous sommes contactés. Et ils s’en lève de plus en plus, abandonnant leurs sécurités idéologiques pour admettre l’inadmissible : on se fait gazer à longueur de journée. Oh bien sûr, cette fois ci, c’est à petit feu, insensiblement et avec le consentement de tous ceux qui croient encore tellement fort que ce n’est pas possible qu’ils arrivent à en faire abstraction et justifient leur aveuglement avec arrogance. Pourtant ce n’est pas la première fois : les Aborigènes n’ont pas vu le bateau de Cook parce que cela n’entrait pas dans leur champ conceptuel. Il y a d’autres exemples…

Pour les enfants de dix ans et moins, c’est le ciel normal … si tant est qu’on les invite à le regarder. Ça me fait horriblement froid dans de dos. Ciel bleu, nuages et intempéries naturelles est la première de mes priorités, en termes de legs aux générations montantes.

Revenons au climat. Il est bon de rappeler un petit fait : jusqu’en 2007, les spécialistes autorisés de l’étude de l’activité solaire prédisaient un cycle 24 tonitruant. Or celui-ci a commencé à nous surprendre par deux ans d’absence de taches, ce qui traduit sa faiblesse. Maintenant il démarre, de manière assez chaotique. L’observation des taches depuis 400 ans, Galilée ayant été le premier (dont l’histoire a retenu le nom) a amené à une constatation sur laquelle à peu près tous ceux étudient la question aujourd’hui sont d’accord : quand il n’y a pas de taches sur le soleil, il fait plus froid que quand il y en a. Le cycle des taches s’observe sur le cycle de 11 ans (moyenne entre 8 et 13 ans). Justement, la durée de celui-ci est d’autant plus courte qu’il est actif (beaucoup de taches) et d’autant plus longue qu’il en a moins. Cela est conditionné par deux autres cycles plus longs : un de 80-90 ans et un autre de 150-200 ans. Il en existe aussi un quatrième, encore beaucoup plus long, de 2300 ans (ces données ayant été recueillies en paléo-climatologie).

JPEG - 37.4 ko
Soleil en longueur d’onde visible
Image SOHO du 8 avril 10 source

Jusqu’à ce que l’absence de taches sur le soleil (de janvier 2008 à janvier 2010) ne l’oblige à retourner sa veste, la voix scientifique officielle n’admettait pas de prendre en compte les deux cycles moyens (80-90 ans et 150-200 ans). Il se trouve qu’ils vont tous les deux vers un minimum, et donc logiquement les cycles de 11 ans devraient être de moins en moins forts.

C’est ce qu’annonçaient des chercheurs indépendants, mais bien sûr, il n’y avait pour les entendre qu’une poignée d’autres chercheurs indépendants. Aujourd’hui, les « officiels » intègrent la réalité de ces deux cycles et même le GIEC prévoit qu’en 2020 il y aura un petit coup de froid ! L’année dernière, sa courbe de températures prévues pour le 21ème siècle était encore uniformément croissante. Ainsi va la science, dans son ballet avec nos croyances, cela ne date pas d’hier.

De ce point de vue là, c’est bien à la même problématique qu’a été confronté Galilée.

Pourquoi était-il gênant d’admettre que ces deux autres cycles étaient à prendre en compte ?

De la part de scientifiques, c’est quand même curieux…

Ces cycles ont le malheur de se traduire par le mouvement des planètes, dont les négligeables, mais variables, influences gravitationnelles conjuguées déplacent le barycentre du système solaire -son centre d’équilibre de masse- entre l’intérieur et l’extérieur de son disque visible, et ce mouvement par rapport au centre du soleil active ou ralentit l’activité de celui-ci.

GIF - 11 ko
Déplacement du barycentre
du système solaire par rapport à la sphère visible u soleil source

De nos jours un scientifique fidèle au dogme a appris qu’il était ridicule de tenir compte de « l’influence des planètes ». C’est de l’astrologie : l’astrologie est la bête noire qu’il faut anéantir, voilà le crédo qu’il faut intégrer et réciter de nos jours pour être reconnu comme « scientifique ».

Ces deux ans d’absence de taches ont donc amené la « science-croyance » actuelle à retourner sa veste (ça s’est fait discrètement, seuls ceux qui suivent le sujet de près ont pu le constater).

C’est peut-être un grand pas pour l’humanité !

Il reste un autre écueil à franchir que voile ce débat faussé sur le climat.

Oui, les perturbations climatiques sont, en bonne part au moins, dues à l’homme.

L’évolution des climats, elle, échappe encore à sa volonté de main mise.

Non, elles ne sont pas si sûrement que ça dues au CO2 et aux autres GES, qui sont tous des composants en quantité infime dans l’atmosphère (0,05% pour le CO2, 0,003% pour le méthane –CH4, et dans les mêmes échelles pour les autres. Le CO2 serait même plutôt témoin que cause d’une augmentation des températures[1].

C’est la vapeur d’eau, l’agent n° 1 de l’effet de serre : 80%[2]

Et on l’oublie tout le temps !

Or, nos yeux peuvent le constater et nos enquêtes pointent des dispositifs « scientifiques » consacrés à l’étude de la ionosphère (la couche la plus externe de l’atmosphère terrestre) qui chauffent celle-ci pour voir les réactions (HAARP –sous contrôle exclusif de l’US Army, EISCAT- Européen, SURA-Russe… ). Les ondes ultra-haute fréquences (rayons X et gamma), qu’ils peuvent envoyer à haute dose depuis leurs émetteurs au sol, sont répercutées, au niveau de la ionosphère, qui nous les renvoie en ondes basse fréquence, domaine micro-ondes et radio. On constate tous les jours dans nos fours à micro ondes que les micro-ondes agitent -en fait déstructurent- la molécule d’eau, ce qui chauffe les aliments.

JPEG - 84.8 ko
HAARP Panorama
source

Donc, ces petits joujoux installés autour de l’Arctique pour leur majorité, chauffent la calotte polaire depuis 1993 -en ce qui concerne HAARP-., ce qui la fait fondre et produit beaucoup de vapeur d’eau …

En période de réchauffement naturel, comme c’était le cas jusqu’en 2000, cela a accentué le réchauffement. En période de refroidissement naturel, comme c’est le cas depuis, la courbe si catastrophiquement optimiste du GIEC accuse l’écart avec la réalité des températures moyennes enregistrées. La calotte polaire reprend plus tôt et plus largement chaque année depuis 2007 ; même si l’épaisseur de glace est fine, elle n’en renvoie pas moins les rayons infrarouges solaires (albédo) au lieu que ceux-ci soient captés par l’absorbant océan, lequel génère moins de vapeur d’eau puisqu’il s’évapore moins et limite donc l’effet de serre.

GIF - 22.2 ko
Températures moyennes comparaison
entre celles prévues par le GIEC et celles enregistrées. Source


Mais il y a les manipulateurs d’ondes et les épandeurs aériens de produits chimiques qui sévissent, avec la bénédiction aveugle de tous… ou presque ...

Les diverses analyses indépendantes faites sur les résidus d’épandages (substances recueillies sur des surfaces planes et propres) révèlent du baryum (chlorure), de l’aluminium, et autres métaux toxiques … des polymères.

Le baryum est un excellent conducteur d’ondes.

Le chlorure de baryum - composant des petits sachets dessicateurs- absorbe l’humidité. N’avez-vous pas remarqué à quel point les sols se dessèchent rapidement après un épisode bien arrosé, suivi d’épandages - parfois relativement discrets, parfois monstrueusement évidents - ? L’humidité est rappelée dans l’atmosphère, alors que le sol attend qu’elle l’imprègne. Et là haut, que fait-elle ? De l’effet de serre, alourdi au baryum !

L’aluminium, lui, augmente l’albédo des nuages, ce qui a pour conséquence de maintenir le froid.

Les cumulus violets, ça n’existe que depuis qu’il y a ces épandages. Les cirrus en forme de plume ou de râteau, qui se sont vus décerner de très jolis noms[3] dans les nomenclatures de nuages depuis l’an 2000, aussi.

JPEG - 29.1 ko
Nuages artificiels
Grande Bretagne 3 décembre 2005 source ACSEIPICA


Le CO2 a bon dos ! Sauvegardons lui ses puits (l’Antarctique, l’Amazonie et toutes les forêts) qui le recyclent en oxygène ; il assure notre squelette. Mais pour l’effet de serre, vous repasserez, la vapeur d’eau en peut beaucoup plus que lui !


Tout le débat sur le climat est faussé, en cela qu’il fait abstraction de cet acteur principal : la géoingéniérie. Pourtant, cela existe depuis les années 40[4] . En 1978, a été signée par les deux principaux protagonistes, une convention mettant fin à « des techniques de modification environnementale en temps de guerre ou d’hostilité ». C’est la convention ENMOD. Elle a été ratifiée de nouveau en 1992 au sommet de Rio de Janeiro. Depuis, c’est la grande oubliée de touts les sommets sur le climat !

Elle ne prévient QUE les interventions en temps de guerre ou d’hostilité ; si on n’est pas en guerre, il n’y a RIEN de défini. Ce sont donc des essais militaires en temps de « paix ». En fait, c’est la « guerre non-conventionnelle ».

Tant qu’on ne cernera pas le véritable coupable, on n’aura affaire qu’à une volée de piailleurs !

Pendant ce temps, des conférences se tiennent sur la géo-ingéniérie dans le but de « retooling the planet », "ré-outiller" la planète…

S’ils arrivent à faire gober à tout le monde que les dérèglements climatiques sont dus au CO2 émis par nos industries et nos activités, certes parfois horriblement polluantes, mais en réalité pas si influentes qu’on le prétend, surtout à l’échelle globale sur le climat, alors qu’une bande de rigolos s’amusent délibérément et dans le seul but d’être les maîtres, à faire joujou avec l’atmosphère, ces deniers n’auront plus qu’à sortir de leur cachette et arriver comme le messie avec leur géoingéniérie ! 

Un peu de sérieux, messieurs dames, remettez les pieds sur le sol de votre planète et regardez son ciel !

Êtes vous à ce point aveuglés par notre civilisation ?

 Finalement, cerner le véritable coupable, c’est dénicher en quoi on préfère le rassurant dogme à l’actuelle vérité.

Encore une fois, merci Galilée !

 

  1. http://www.etcgroup.org/en
  2. http://www.etcgroup.org/en/node/5080 
  3. Traduction du rapport de l’ETC group en français
  • Diaporama « Les causes de la crise climatique sont-elles vraiment celles que l’on croit ? », présenté au Klmaforum de Copenhague le 12 décembre 2009
  1. http://rockastres.org/spip.php?rubrique25 sur serveur ftp, me demander le mot de passe 
  2. ou à télécharger sur free en français en anglais


[1] Un sujet qui fait polémique : il a été constaté en paléo-climatologie, que l’augmentation du CO2 sur l’ensemble de la planète suivait de 800 ans une augmentation des températures en Antarctique (facteur naturel, dû aux variations de l’orbite terrestre). L’Antarctique est le puits de carbone le plus important de la planète.

[2] 60% si l’on ne tient pas compte de l’absorption du rayonnement infrarouge par les nuages, ce qui scientifiquement parlant, est discutable…

[3] cirrus fibrillatus, cirrus incinus … drôles de cirrus qui se trouvent à des altitudes bien inférieures à celle des cirrus naturels (au-dessus de 8000m)

[4] les premiers brevets d’épandage aérien et de modification des conditions météo datent des années 30. Des trouvailles qui ont été exploitées par les nazis, puis leurs principaux vainqueurs.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • pissefroid pissefroid 10 avril 2010 09:02

    C’est un papier que j’ai trouvé passionnant et instructif.

    Cependant j’ai sursauté quand j’ai lu cette phrase :

    Oui, les perturbations climatiques sont, en bonne part au moins, dues à l’homme
    Ce papier n’établit pas cette affirmation.

    J’ai donc relu ce papier et je me suis pris à douter de sa qualité scientifique :

    au sujet de HAARP vous dites

    Les ondes ultra-haute fréquences (rayons X et gamma)

    HAARP emet des ondes radio, pas des rayons X ou gamma.

    Pour le moment je reste sur l’étude de Svensmark.


    • LeGus LeGus 10 avril 2010 15:01

      Sauf que les arguments à la Courtillot butent là dessus :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ruption_solaire_de_1859

      Conséquences sur le climat ????????

      Peau de zob.


    • LeGus LeGus 10 avril 2010 15:16

      Parlez des taches solaires et de leur influence sur le climat sans parler de la plus importante irruption observée est pour le moins « troublant ».
      Un extrait de l’article cité plus haut :
      "L’éruption atteint la Terre 17 heures plus tard (dans la nuit du 2 au 3 septembre), illuminant le ciel nocturne sur tout l’hémisphère nord, des témoignages indiquant que jusqu’à des latitudes aussi basses que Panama il était possible de lire un journal en pleine nuit du fait de la lumière aurorale. Le champ magnétique terrestre s’inverse, subissant les perturbations du vent solaire issu de l’éruption, dont le champ magnétique était, au moment où il a atteint la Terre, opposé au champ magnétique terrestre."


    • LeGus LeGus 10 avril 2010 16:55

      @sudiste,

      Lisez l’article svp :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ruption_solaire_de_1859

      Éruption solaire de 1859L’éruption solaire de 1859 est une série d’éruptions solaires ayant eu lieu à la fin de l’été 1859 et ayant notablement affecté la Terre. Elle a notamment produit de très nombreuses aurores polaires visibles jusque dans des régions tropicales, et a fortement perturbé les télécommunications par télégraphe électrique. Elle est considérée comme la plus violente tempête solaire jamais enregistrée par l’Homme. Sur la base des statistiques désormais établies, pour ce type d’événements, il est considéré comme susceptible de se produire avec une telle violence seulement deux fois par millénaire. Il est utilisé comme modèle afin de prévoir les conséquences possibles d’une tempête solaire violente, susceptible d’affecter à l’échelle mondiale les télécommunications, la stabilité de la production d’électricité, et le bon fonctionnement des satellites artificiels.
      Déroulement de la tempête [modifier]

      La tempête s’est déroulée en deux phases, correspondant à deux éruptions solaires de grande ampleur.

      La première a atteint la Terre dans la soirée du 28 août 1859, selon l’Eastern Standard Time, soit le fuseau horaire de la côte est des États-Unis d’Amérique. Elle provoque des aurores très lumineuses et spectaculaires, visibles jusque dans la mer des Caraïbes, où de nombreux équipages de bateaux notent la couleur inhabituelle du ciel. De nombreux observateurs terrestres interprètent à tort les lumières aurorales comme étant dues à des incendies lointains. Le champ magnétique terrestre est lui aussi fortement perturbé.

      La seconde phase débute le 1er septembre. L’astronome anglais Richard Carrington, alors en train d’observer le Soleil, remarque un ensemble de taches solaires anormalement grand. Ces taches étaient apparues depuis plusieurs jours, et étaient tellement grandes qu’elles étaient aisément visibles à l’œil nu. À 11h18 il note un éclair très intense en provenance de ce groupe de taches, éclair qui subsiste moins de 10 minutes[1], et correspond au début d’une nouvelle éruption solaire extrêmement violente[2]. Le même phénomène est observé non loin de là par un ami de Richard Carrington, R. Hodgson[3]. L’éruption atteint la Terre 17 heures plus tard (dans la nuit du 2 au 3 septembre), illuminant le ciel nocturne sur tout l’hémisphère nord, des témoignages indiquant que jusqu’à des latitudes aussi basses que Panama il était possible de lire un journal en pleine nuit du fait de la lumière aurorale. Le champ magnétique terrestre s’inverse, subissant les perturbations du vent solaire issu de l’éruption, dont le champ magnétique était, au moment où il a atteint la Terre, opposé au champ magnétique terrestre.

      Le temps séparant la seconde éruption solaire de son arrivée sur Terre (17 heures) est anormalement bas : il est d’ordinaire de l’ordre de 60 heures. Sa brièveté est conséquence de la première éruption solaire, dont le vent produit avait déjà durablement nettoyé l’espace interplanétaire entre la Terre et le Soleil. La violence de cette seconde tempête a très fortement comprimé la magnétosphère terrestre, la faisant passer de 60 000 kilomètres à quelques milliers, voire quelques centaines de kilomètres. Cet amincissement de la magnétosphère a rendu la Terre bien moins protégée des particules ionisées du vent solaire et est à l’origine des aurores très intenses et très étalées observées.

      Conséquences [modifier]

      On estime que 5% de l’ozone atmosphérique a été détruit lors de la tempête, ozone qui mit plusieurs années à se reformer dans la haute atmosphère. La température très intense de l’éruption (50 millions de degrés à sa naissance) a permis d’accélérer des protons issus du Soleil à des énergie dépassant les 30 MeV, voire 1 GeV pour certains. Des tels protons énergétiques ont été en mesure de réagir par interaction forte avec des atomes d’azote et d’oxygène de la haute atmosphère terrestre, donnant naissance à des neutrons, et également à l’origine de la formation de nitrates. Une partie de ces nitrates a par la suite formé une précipitation laquelle a atteint la surface terrestre. Elle a été mise en évidence par des carottages glaciaires effectués en Groenland et en Antarctique, révélant que l’abondance de nitrates alors formés correspondait à celle ordinairement formée par le vent solaire pendant 40 ans.

      Les aurores ont par la suite généré des courants électriques dans le sol, qui ont affecté les circuits électriques existant, notamment les réseaux de télégraphie électrique. De nombreux cas de télégraphistes victimes de violentes décharges électriques sont rapportés, ainsi que d’incendies de stations de télégraphie suite aux courants très intenses se propageant dans le sol.


    • clairehenri clairehenri 11 avril 2010 00:15

      Bonjour,
      Veuillez m’excuser, j’ai effectivement parlé de perturbations climatiques alors que je voulais parler de perturbations météorologiques : les premières sont sur le long terme et globales, les secondes à court terme et locales.

      Haarp enregistre les ondes radio (ULF ultra low frequency) répercutées par la ionosphère suite à ses émissions d’ondes très haute fréquence (VHF) et ultra haute fréquence (UHF). Voir un radar UHF sur leur site . La ionosphère répercute ces ondes VHF et UHF également en micro ondes (qui sont juste au dessus du domaine radio). En entourant l’Arctique de telles installations, et en envoyant le jus au maximum de temps en temps, il y a de quoi faire fondre une banquise, depuis le temps qu’ils y travaillent (1993))


    • JL JL 11 avril 2010 08:04

      Voilà ce qui explique pourquoi la banquise fond.

      Ils provoquent la fonte de la banquise et disent : « L’effet de serre dû au CO2 provoque le réchauffement climatique qui fait fondre ma banquise. »

      J’accuse ceux qui font tout pour empêcher cette vérité d’éclater, ou bien de participer au complot, ou bien d’être des « parasites utiles » aux prédateurs.

      Et je considère comme un titre de gloire que d’être le poil à gratter de ces salopards que je me fais un devoir de harceler.


    • DIMEZELL 10 avril 2010 09:05

      Le débat est nécessaire et il est indispensable d’écouter tout le monde.

      Des choses ont été exagérées, des peurs existent, des individus en ont trop dit.....On ne doit pas en tirer la conséquence que la grande majorité a tort.Le pire serait de laisser entendre que l’atmosphère peut continuer à recevoir du CO2 puisque le problème serait ailleurs.

      Continuons à acheter des 4x4, à balancer n’importe quoi dans l’air, ....puisque nos ’industries horriblement polluantes ne sont en réalité pas si influentes que ça....’
      Le problème est plus complexe, les chercheurs racontent n’importe quoi ma brave dame !

      On devrait évoquer St Allègre !
      J’ai entendu récement un inspecteur de primaire indiquer à un professeur des écoles qu’il ne fallait pas dire n’importe quoi à ses élèves ( CO2, responsabilité humaine..) et qu’il fallait d’abord lire le dernier livre de cet ancien ministre de l’Education Nationale.
      Quelle tristesse.


      • COVADONGA722 COVADONGA722 10 avril 2010 09:20

         Je ne crains rien et je ne rétracte rien, il ny a rien à rétracter et je ne sais pas ce que j’aurais à rétracter. ...



        yep rien de bien neuf sous le soleil.


        • JL JL 10 avril 2010 09:47

          Excellent article Clairehenri, et merci pour ces informations.

          « Mais il y a les manipulateurs d’ondes et les épandeurs aériens de produits chimiques qui sévissent, avec la bénédiction aveugle de tous… ou presque ... »

          Tous les matins de bonne heure j’observe au dessus de ma ville des chemtrails.

          Le silence des pouvoirs publics à ce sujet est intolérable !

          Quant à Haarp, je me doute bien que ces dispositifs y sont pour quelque chose dans la fonte de la banquise, mais dès qu’on évoque ces sujets, l’on se fait traiter de libéral pollueur. Et par des gens qui en apparence n’ont aucune raison de protéger les puissants intérêts qui sont derrière.


          • LeGus LeGus 10 avril 2010 11:21

            Après les géophysiciens les astrologues au secours des pétroliers...

            Votre inspirateur :http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Nicola


            • andqui 10 avril 2010 11:28

              Dans le domaine du climat, j’en avais déjà lu des sévères, mais là, on touche au sublime dans le délire. Comment prendre appui sur les hypothèses en cours pour teinter de scientisme ses thèses délirantes.
              Ceci dit, il y a quelque chose de rassurant dans ce genre de « machin » pour le climatosceptique que je suis. Jusqu’à présent, les thèses sceptiques n’étaient défendues que par une poignée de scientifique s avertis qui avaient de grandes difficultés à se faire entendre ou lire ; cela change à l’évidence et il est naturel de voir, dès lors, se pointer des dérives délirantes du climato scepticisme comme il en existe depuis longtemps chez les carbocentristes.
              Le scepticisme quitte la clandestinité pour entrer dans la normalité, avec son cortège de folie ordinaires, et c’est tant mieux


              • LeLionDeJudas LeLionDeJudas 10 avril 2010 14:46

                Il y a bien des naïfs qui croient que l’objectivité existe... des naïfs aussi qui croient qu’un juge puisse être impartial... elle donne son avis, elle n’a pas à être impartiale.


              • Francky la Hache Francky la Hache 10 avril 2010 11:37

                Article passionnant,
                je regarde régulièrement :
                Solar Cycle Progression and Prediction
                et je suis convaincu que la marche d’escalier va conduire rapidement à un réajustement de la prévision, qui il faut le rappelé est issue d’un consensus. Nous verrons alors la voie des climato-sceptiques renforcée.

                En effet, je considère qu’il s’agit d’une aubaine pour nous de constater que le soleil perde de l’activité. Nous pourrons mieux constater la corrélation entre l’activité et le changement climatique, qui a été mésestimé par le GIEC.
                Même si on aura plus froid (ce que je déplore un peu c’est vrai), au moins on a une chance de
                voir la Science se départir de cette arnaque climatique, où le citoyen paye les frais à tous les coups.
                Sans cette baisse d’activité, le GIEC et les médias nous auraient ****
                Ouf ! (mais c’est pas fini)

                Je répète aussi (certains sont bouchés), que la véritable écologie, c’est de s’occuper en priorité des véritables pollutions, essentiellement (agro)-industrielles, c’est un autre débat qui est honteusement absent.
                Stop à la malbouffe et à la sur-consommation de produits non-durables. Pas pour le pauvre CO2 inoffensif, mais pour les pollutions de la planète.
                Les chemtrails évoqués dans l’article sont aussi une source d’inquiétude, à suivre ...

                Bravo pour cet article.


                • LeLionDeJudas LeLionDeJudas 10 avril 2010 14:41

                  Il faut un titre pour étudier ? Serait-ce un peu comme pour gouverner ? Faut-il être expert pour donner un avis ? Ou avoir une chance d’avoir raison ?
                  J’ai pourtant vu tant d’enfants plus sages que bien des adultes...


                • clairehenri clairehenri 11 avril 2010 00:30

                  A titre personnel, bien entendu ! avec un cœur d’enfant, comme le dit le commentaire suivant ! Quand on se pose des questions sur des sujets interdits d’école, il faut bien y aller par soi-même, tout en puisant aux sources les plus scientifiquement rigoureuses et les plus basiques dans la fourniture des données.
                  Et avec ça, faire tourner la roue d’une logique résistante à tous les faits.


                • JL JL 10 avril 2010 14:12

                  @ ClaireHenri, au sujet de Trolléon et avant de répondre à sa question pernicieuse, vous devez savoir que quand on dit comme lui, rolléon se moque bien de savoir si on est compétent en la matière !

                  Mais quand dit des choses qui lui déplaisent il exige un certificat de compétence. Oui, Trolléon est un autoritarien au service de nombreuses causes, entre autre la cause des réchauffistes. Je vous en dirai plus si vous le souhaitez, vu que ce n’est un secret pour personne ici.

                  Je dois également vous prévenir que trolléon, allez savoir pourquoi, a fait voeux de détruire Agoravox.

                  Et il n’aime pas, mais pas du tout ce qu’on appelle le journalisme citoyen, une appellation impropre il est vrai pour exprimer un grand salon où l’on cause. Mais il faut croire que Trolléon n’aime pas les salons où il n’est pas écouté en rapport avec son ego qui n’a d’égal que son insolence à l’égard des « mal-pensants » vis-à-vis de toutes les VO.

                  Je suis curieux de voir comment il va réagir à mon intervention.


                  • JL JL 10 avril 2010 16:02

                    @ Razzara, il faut dire surtout que Villach fait quelque part, l’apologie du journalisme citoyen, une chose que trolléon dit exécrer depuis qu’il a déclaré qu’il avait honte d’avoir publié sur Avox. Il a parfois des réminiscences du temps où il avait encore un peu de bon sens. D’ailleurs pour justifier sa présence sur Agoravox, il a aussi déclaré qu’il voulait la ruine du site !

                    Drôle de méthode !!!   smiley

                    Je vois que là son mépris n’a pas été vraiment au rendez-vous puisqu’il a répondu. Sa réponse importe peu.

                    Ps. ’Les brins d’une guirlandes éternelle’ ? ça ne me dit rien.


                  • JL JL 10 avril 2010 16:26

                    Oui, merci, je l’ai consulté, sans l’emprunter, merci. Intéressant mais un peu chronophage.  smiley


                  • JL JL 10 avril 2010 16:08

                    Sauf erreur, le ci-dessus trolléon avait dans le passé, fait état de services rendus en tant que gestionnaire de ressources humaines sans nous dire où ? C’est sans doute au titre de cette « compétence » qu’il se permet de faire ici la police de la pensée ?  smiley

                    Ce troll est ridicule à réclamer des titres et des CV ici où justement, la parole qui s’exprime est l’anti-parole d’experts. Il est bon en effet de rappeler qu’un expert, plus il est pointu, et plus il est dangereux. Et ça, c’est un expert qui l’a dit !  smiley


                  • Francky la Hache Francky la Hache 10 avril 2010 16:45

                    @ Wald : Vous persistez dans votre ignorance de ce qu’est la rétro-action. C’est pourtant simple.

                    Mais lorsqu’il s’agit de CO2, là, curieusement vous connaissez la rétro-action ; comme c’est curieux.


                  • rastapopulo rastapopulo 10 avril 2010 16:53

                    Le point faible de ces théories est connu, les variations de puissance solaire (tout comme les paramètres astronomiques en général) sont trop faibles pour expliquer l’histoire du climat,

                    Ca me semble bien péremptoire et l’intérêt des travaux de Svenmark est de montrer que des interactions existent, notament avec les rayons cosmiques ionisants, qui explique de fortes variations.


                  • LeGus LeGus 10 avril 2010 17:01

                    @Trolléon,

                    La description est vide mais elle joint un site par contre (sur la gauche sous la photo)
                    http://rockastres.org/

                    Bonne lecture, je sens que vous allez rire.

                    PS : Et oui Trolléon, on est pas toujours en désaccord sur tout.


                  • djanel Le viking- djanel du viking-chaise 10 avril 2010 17:29

                    .

                    .

                    N’avez-vous pas encore compris que Léon est resté toute sa vie un élève qui ne peut répéter inlassablement ce que ses maîtres lui ont appris. La seule preuve de vérité qu’il admet, est un argument d’autorité. Il regarde le CV et conclue qu’un tel est dans la vérité car son curriculum vitæ le prouve, il est bac + 18. Je déconne néanmoins   Léon a une mentalité de soumis. Jamais il n’ira s’aventurer en dehors des sentiers battus. L’aventure, il ne connait pas. Le pauvre lorsque l’on sait que tous les progrès de la pensée vient de ces gens qui ont eu l’audace de réfuter leur maître.

                    D’abord le GIEC n’est pas un rassemblement de scientifiques spécialisés dans le climat mais un ramassis de financiers experts en collecte de fond. Al Gore qui était financièrement limité quand il quitta la vice présidence en 2000 s’est fait un petit pactole de quelques 100 millions de dollars depuis qu’il milite contre le gaz carbonique.

                    Maintenant Léon, le fait que tu aies besoin de lire un CV pour savoir si une personne est compétente ou pas, prouve que tu es incapable de le déterminer en examinant ce que dit ou écrit cette personne. Ta méthode est celle que tous les ignorants utilisent parce qu’ils n’ont aucune connaissance pour pouvoir juger le savoir des autres. Pauvre Léon, il a été professeur toute sa vie mais ne sait pas ni comment juger ni comment réfuter les autres quand il n’est pas d’accord.


                  • JL JL 10 avril 2010 19:01

                    Non léon, c’est toi qui nous fatigues avec ton lobbying inquisitorial !

                    Tu es un négationniste du bon sens, une insulte à l’honnêté intellectuelle, un individu sans scrupule de la pire espèce, ta position est intenable, tu le sais mais tu t’obstines à le nier : sur certains sujets, quand tu n’es pas odieux tu es ridicule, et quand tu n’es pas ridicule tu es odieux ! Tu n’as aucune fierté, seulement de l’orgueil.

                    Tu fais encore comme avant que tu n’aies révélé ta vraie nature, tu n’as qu’une alternative : continuer ou quitter Agoravox, parce que tu ne remonteras jamais dans l’estime des gens clairvoyants ici.


                  • 5A3N5D 10 avril 2010 19:33

                    Vous êtes clairvoyant ? smiley


                  • JL JL 10 avril 2010 20:18

                    5A3 etc, oui, je ne suis pas non voyant ! En outre je prétends juger avec clarté et perspicacité, ce qui ne semble pas être votre cas si j’en juge par votre sottise goguenarde.


                  • JL JL 10 avril 2010 20:35

                    Pendant que j’y suis, je dois vous mettre les points sur les i !

                    Un CV est antinomique d’un pseudo ! En effet, sous un pseudo, on peut dire n’importe quoi. A ce titre, léon est donc complètement ridicule de réclamer les CV de tous ceux qui contestent les VO !

                    Et c’est pourquoi la clairvoyance est si utile ici. Mais la claivoyance est aussi dangereuse pour les obscurantistes que la lulmière pour les vampires ! smiley


                  • JL JL 10 avril 2010 20:43

                    5A3..., léon, avez-vous assez d’esprit pour imaginer qu’un expert payé pour dire blanc vienne ici dire noir parce que telle est sa conviction : s’il ne donne pas son identité, qui pourra vérifier qu’il est réellement expert ?

                    Villach vous dirait que cette information ne serait qu’une information donnée, donc pas fiable. Et il aurait raison.


                  • clairehenri clairehenri 11 avril 2010 00:51

                    Influence majeure du soleil-émetteur et de la Terre-modulateur.

                    Les variations de l’irradiance solaire totale affectent 10 fois plus le rayonnement ultra violet que le rayonnement visible.
                    Elles sont aussi corrélées avec l’intensité de son champ magnétique et avec celle du vent solaire (flot de matière ionisée qui baigne tout le système planétaire)
                    En réaction, l’extension du champ magnétique terrestre varie.
                    Si l’activité solaire diminue, davantage de rayons cosmiques entrent dans l’atmosphère de la Terre, cela provoque davantage de nébulosité (les rayons cosmiques favorisent la formation des nuages à basse altitude), l’albédo augmente (moins de rayons sont captés par l’atmosphère terrestre).
                    La température de la ionosphère varie, elle, d’environ 300% , ce qui influence la chimie de la stratosphère (la couche d’ozone...) et sa dynamique.
                    Bref, les micro-variations de l’activité solaire provoquent beaucoup de rétroactions, dont les conséquences ne sont pas mathématiquement linéaires.

                    Il en est de même pour le CO2, mais celui ci est absorbé par les plantes -nous n’avons qu’à soigner nos forêts- et surtout stocké en carbone, libérant l’oxygène, et ce d’autant plus qu’il fait froid. Et inversement s’il fait chaud, le carbone se libère sous forme de CO2. Mais toute l’attention à propos du réchauffement est polarisée là dessus, ce qui fausse l’exposé.

                    Il en est aussi de même pour ces émissions d’ondes VHF et UHF, soit disant inoffensives car
                    n’affectant pas la stratosphère. Mais comme elles sont répercutées par la ionosphère, qui influence la chimie de la stratosphère...


                  • 5A3N5D 11 avril 2010 09:49

                    C’est très bien, mon petit J.L. Je note que vous êtes certain que la santé mentale se trouve de votre côté et l’insanité de l’autre. Mais ce jugement est tout relatif car provenant de l’esprit dérangé d’une personne qui croit qu’autour de lui, tout est complot. smiley


                  • JL JL 11 avril 2010 10:07

                    5A3N5D, vous n’êtes qu’un minable qui a besoin de cacher l’indigence de ses interventions par des perfidies sur la santé mentale de ceux qu’il est incapable d’affronter au plan des idées et des arguments. Je vous ai vu plusieurs fois intervenir de cette façon quand ceux qui défendent ici les mêmes intérêts que les votres étaient en difficulté.


                  • 5A3N5D 11 avril 2010 11:17

                    Mon cher J.L., cela fait plusieurs fois que vous prétendez que je « défends » quelques intérêts, alors que vous n’en savez strictement rien. C’est l’alpha et l’oméga de votre « argumentation », surtout quand vous êtes à l’aporie (comme dirait un autre rédacteur sur le forum.) 

                    Je vais donc, une fois de plus, vous laisser délirer. Dans certaines circonstances, il est inutile d’argumenter.


                  • JL JL 11 avril 2010 11:33

                    Coué !!!

                    Où ça une aporie ? Dans le petit carnet où vous notez les nouveaux mots que vous avez appris ?

                    5A3N5D, il ne m’est pas difficile de savoir quelles causes vous sont chères : ce sont celles que je combats et où vous venez immanquablement me donner des coups de pieds de l’âne. (une expression pour votre petit carnet)

                    Mais peut-être au fond que vous ne défendez aucune cause et ne me donnez ces coups de pieds que par manie ?

                    Et puisque vous parler de délire, laissez-moi vous dire que déclarer comme vous le faites, que c’est ce que je pense de vous qui détermine l’alpha et l’oméga de mon argumentation me paraît relever du délire le plus évident.


                  • 5A3N5D 11 avril 2010 11:40

                    « ceux qui défendent ici les mêmes intérêts que les votres étaient en difficulté. »

                    En plus, vous êtes même incapable de relire ce que vous avez écrit : vous avez bien écrit que je défends des intérêts et non une cause. Vous êtes un vicieux, J.L.


                  • JL JL 11 avril 2010 11:44

                    Encore un mot, 5A3, vous avez peut-etre seulement cru pouvoir faire une bonne blague de potache parce que vous avez confondu clairvoyant et extralucide ?

                    Dans ce cas, vous auriez dû en rester là et ne pas me donner à penser ce qui n’est pas. Si vous me donnez des verges pour vous faire battre, ne venez pas pleurer quand ça vous revient dans la gueule.


                  • JL JL 11 avril 2010 11:52

                    5A3N5D, qui c’est vicieux sinon vous qui appelez cause des intérêts privés au détriment de l’intérêt général et qui déclare vicieux celui pour qui une cause est antinomique d’un intérêt ?

                    Moi j’appelle un chat un chat, pas vous.


                  • JL JL 11 avril 2010 11:53

                    5A3N5D, qui c’est le vicieux ici sinon vous qui appelez cause des intérêts privés au détriment de l’intérêt général et qui déclare vicieux celui pour qui une un intérêt est antinomique d’une cause ?


                  • 5A3N5D 11 avril 2010 11:55

                    J.L., allez donc apprendre la différence qui existe entre « intérêts » et « cause », à moins que vous ignoriez que les mots ont un sens. Ensuite, si vous voulez argumenter, évitez de jeter le discrédit sur votre adversaire en laissant sous-entendre qu’il est « acheté ». C’est un moyen, certes radical et définitif, mais qui est aussi très hasardeux. Bon dimanche.


                  • JL JL 11 avril 2010 12:16

                    5A3N5D, la confusion que vous avez faite entre claivoyant et extralucide est typiquement une confusion à peine involontaire de la part d’un obscurantiste : j’en veux pour preuve cette appellation de « soucoupistes » régulièrement convoquée par les thuriféraires des VO remises en cause par les internautes les plus perspicaces.

                    Pour ma part, je le répète, une cause concerne le plus grand nombre, la cause est générale, l’intérêt est toujours particulier.

                    Vous avez le devoir moral de me donner votre définition puisque vous m’avez insulté pour ne l’avoir pas utilisée. Mais je vois que vous essayez de vous débiner. Je n’ai pas besoin de jeter le discrédit sur vous, vous vous discréditez tout seul.


                  • JL JL 11 avril 2010 13:49

                    Une précision s’impose : cette distinction entre cause et intérêt n’a pas de sens et c’est seulement dans un contexte donné qu’il convient de juger lequel des deux est le plus approprié.

                    Je n’en aurais pas parlé si 5A3N5D n’était pas intervenu sur ce point de façon aussi vicieuse.

                    ------

                    Mais plus important, au sujet de sa confusion entre clairvoyant et extralucide : j’ai déjà dit que les obscurantistes craignent la clairvoyance de leurs détracteurs comme les vampires la lumière.

                    Et quand je dis que ce lapsus qui a poussé 5A3N5D à confondre clairvoyabnt et extralucide est typiquement obscurantiste, je le prouve avec ce qu’il s’est passé à propos de la Directive européenne sur la libération des services : l’AMI était surnommée Directive Dracula du fait que ses rédacteurs craignaient qu’elle ne vienne à la connaissance du public avant qu’elle ne soit adoptée.
                     
                    De fait, elle a été mise à la lumière et a échoué à s’imposer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Derniers articles de l'auteur

Tous les articles de cet auteur




Les thématiques de l'article


Palmarès