Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Salariés et chômeurs seniors : Les mal aimés des entreprises (...)

Salariés et chômeurs seniors : Les mal aimés des entreprises !

Si les organisations patronales militent pour faire travailler plus longtemps les salariés seniors, la réalité de leurs conditions de travail est loin d'être évidente. La lecture du baromètre seniors en entreprise est édifiante à ce sujet.

Il y a encore quelques mois, François Fillon, sous les acclamations de Laurence Parisot, proposait de reporter l'âge de la retraite de 62 à ... 67 ans. Déjà, direz-vous, pour que les salariés atteignent 62 ans, il faudrait que les entreprises changent d'attitude à l'égard de plus âgés qui, lorsqu'ils ne se voient pas proposer une rupture conventionnelle déplorent, nous dit le 12e Baromètre Seniors en entreprise : « (...) leurs conditions de travail et l'inaction de leur employeur concernant leur gestion de carrière (...) »
 
La lecture du Baromètre Seniors en entreprise, qui vient d'être publié par le magazine Notre Temps, apporte un parfait démenti aux propos tenus par le précédent gouvernement et les organisations patronales. En effet, loin des images d'Epinal, de la longévité heureuse des plus âgés au travail, on découvre que toutes les mesures présentées pour justifier le report de l'âge de la retraite ne sont au mieux que des postures, au pire des impostures ! 
 
Que dit le baromètre ? Extraits
 
Conditions de travail
 
« (...) Les seniors sont plutôt insatisfaits de leurs conditions de travail et notamment de l'inaction de leur employeur concernant leur gestion de carrière (...) Côté salaire, 78% des séniors interrogés affirment n'avoir reçu aucune augmentation individuelle depuis trois ans. 85% déplorent également le manque de promotion, de changement de poste ou d'affectation sur un nouveau projet ces trois dernières années. Ils ne sont globalement pas très confiants puisque 82% ne pensent pas pouvoir donner une nouvelle direction à leur carrière. Plus alarmant : 42% des sondés ont le sentiment qu'eux-mêmes ou les seniors en général sont victimes de harcèlement du fait de leur âge (contre 40% non). Un chiffre en augmentation puisqu'ils étaient 36% en 2010 et 2011 (...) »
 
La retraite
 
« (...) Si la plupart des sondés souhaiteraient dans l'idéal, prendre leur retraite à 60 ans ou voire moins, un quart ne savent pas à quel âge ils devront travailler pour obtenir leur retraite à taux plein. Mal informés, la plupart des répondants (81%) n'ont eu aucun bilan, rendez-vous de carrière ou aide à l'orientation au cours des trois dernières années et 78% disent ne pas avoir bénéficié d'une information sur la retraite ou bilan retraite sur cette même période (...) »
 
Etonnant, écrit le blog Mode d'Emploi, puisque : « (...) le précédent gouvernement avait rendu obligatoire l'entretien de seconde partie de carrière par la Loi sur l'orientation et la formation de novembre 2009... (...) »
 
Le tutorat outil de maintien dans l'emploi
 
« (...) 56% d'entre eux pensent que le contrat de génération proposé par le gouvernement Hollande, basé sur le principe un jeune de moins de 30 ans embauché, un senior de plus de 55 ans maintenu dans son emploi pour le tutorer, peut constituer une vraie solution pour le maintien dans l'emploi des séniors (...) 76% des seniors regrettent que leur entreprise n'ait mis en place aucun dispositif de tutorat pour leur permettre de transmettre leurs compétences (...) »
 
A cela nous ajouterons la gadgeterie communicatrice, du précédent quinquennat : campagne d'information gouvernementale sur les TMS lancée en fanfare par Eric Woerth : « Mettre fin aux troubles musculo-squelettiques dans votre entreprise, c’est possible  », ou l'opération : « Bonnes pratiques seniors » lancée par Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez qui consistait à proposer aux entreprises de se faire auditer par Vigéo sur : « (...) les processus de gestion des ressources humaines les plus exposés au risque de discrimination : recrutement, formation, santé au travail (...) »
 
Pas brillant direz-vous ? Et encore, pourrait-on dire, les seniors interrogés sont encore dans l'emploi.
 
Mais qu'advient-il de ceux qui sont au chômage, dont la majorité de longue durée ? Il est bon de relire ce témoignage de Sylvain Grevedon, spécialiste de l’emploi des seniors au Cabinet Mercuri Urval, qui expliquait que pour les seniors : « Retrouver un CDI est quasi impossible » et ajoutait : « (...) on commence à être considéré comme un salarié trop âgé à 52 ans (...) leur taux de chômage a explosé ces dernières années et le marché de l’emploi leur reste toujours aussi hostile (...) Les experts s’accordent à dire que les employeurs ont privilégié le maintien dans l’emploi de leurs salariés au détriment du recrutement de nouveaux seniors (...) Si le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 5,6% en 2011, celui des plus de 50 ans a explosé de 15,5%. Ils sont désormais 872.000 à être inscrits à Pôle emploi (...) »
 
Face à un telle situation, nombreux sont ceux qui se tournent vers les pouvoirs publics, leur demandant de mettre en place des dispositifs d'aides financières ou de formation pour les seniors. Le contrat de génération même s'il n'est pas parfait est une ébauche de solution. Du moins pour ceux encore dans l'emploi.
 
Pour les autres, les aides ou formations ne représentent au mieux que des effets d'aubaines pour les entreprises, au pire ne servent à rien puisqu'aucune embauche ne leur sera proposée à terme !
 
La question de l'emploi des plus âgés est plutôt à poser aux organisations patronales qui continuent de prôner l'allongement sans fin de l'âge légal de la retraite, mais continuent à abuser de la rupture conventionnelle pour se débarrasser d'eux tout en évitant de les recruter, une fois au chômage.
 
Bien que ces organisations patronales qui seront présentes lors de la conférence sociale des 9 et 10 juillet n'auront que les mots compétitivité et flexibilité à la bouche, il serait intéressant que quelqu'un veuille bien les mettre devant leurs responsabilités en ce qui concerne l'emploi des seniors.
 
Car, il est vraiment temps de rappeler à Laurence Parisot qui nous expliquait en 2008 : « (...) Pour favoriser l'emploi des seniors, il faut repousser l'âge légal de la retraite (...) les pays ayant les plus forts taux d'activité des seniors sont ceux où l'âge de la retraite est le plus élevé (...) » où à Jean-François Roubaud de la CGPME qui déclarait  : « il va falloir travailler plus longtemps  » que les salariés et chômeurs seniors qui sont partant pour continuer à travailler dans de bonnes conditions, sont toujours en attente des résultats de leur propos et démonstrations !
 
 
 
Crédit et copyright photo
ANACT

Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • titi 6 juillet 2012 13:45

    Peut être un élément pour éclairer la situation des séniors :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_Peter


    • Login Login 6 juillet 2012 15:01

        
        < tout employé tend à s’élever à son niveau d’incompétence > 
        devient 
        <Toute compétence tend à s’élever au dessus du seuil utile à l’entreprise >.

    • Croa Croa 6 juillet 2012 14:57

      « Pour favoriser l’emploi des seniors, il faut repousser l’âge légal de la retraite »

      Elle doit confondre retraités et chômeurs... Dans les deux cas ils ne sont plus en emploi en effet !

       smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley

      Le problème c’est que même en tenant ces raisonnements de tambour on ne gagne pas grand chose... à part quelques cadres ! (Seule catégorie de travailleurs pour laquelle un profil de vieux est avantageux)


      • dan taneli dan taneli 6 juillet 2012 15:44

        bonjour,


        Si ce n’était dramatique, ce serait risible !
        Quand dans notre hyperbolique société capitaliste, qui se prétend si si si pour le glamour du travail, de la compétitivité etc... on en arrive à cette calamité politique ultralibérale de « faire travailler les seniors ad vitam aeternam », on se dit que la bêtise n’en finira jamais sur cette terre.
        Déjà qu’à la quarantaine vous commencez à être vieux selon les critères, et qu’il est déjà bien difficile de trouver du travail, à la cinquantaine, bonjour les dégâts... et je m’arrête là...
        Le cynisme et la bêtise l’emportent, et le pire, la cruauté mentale !!! de ceux qui nous gouvernent.
        Sachant qu’il n’y a plus assez de travail pour tous, considérant la démographie mondiale, les flux migratoires en constante augmentation, et qu’il faudra à court terme le partager ce fameux « tripalium », c’est véritablement retourner le couteau dans la plaie que de prolonger l’âge de la retraite et précipiter des gens dans la survie (qui ont travaillé toute leur vie !). Pour en arriver là !

        Ceux qui nous souhaitent de continuer à travailler où à survivre sont ceux qui cumulent des retraites pantagruéliques.
        Quand allons-nous nous réveiller !
        Faire la grève du travail justement et réclamer que l’on mettre de l’ordre dans le chaos libéral
        Il suffirait d’une semaine - à condition toutefois que la grande majorité de la population s’y mette - mais la peur domine de perdre ses petits acquis et sa misère morale.

        Je ressens des vagues de colère me submerger quand j’entends ces « cons » de politiciens et autres bonnets blancs tenir des leçons de morale à la plèbe vieillissante.
        bonne journée.




        • Denzo75018 7 juillet 2012 16:40

          Rien à voir avec l’hyper capitalisme parce qu’aux USA temple de l’hyper capitalisme, tout sénior ou retraité qui souhaite travailler trouve un emploi et trouve un emploi facilement !

          Cette situation n’est vraie qu’en FRANCE parce que nous avons décidé de ne prendre de l’hyper capitalisme que ce qui nous semblait « bon » pour le salarié ...et comble pour les salariés Français, les gouvernements à TROP vouloir faire le bonheur des salariés Français, a finit par faire leur malheur.

          En effet il y a une donnée INDISSOCIABLE de l’Hyper capitalisme, c’est la FLEXIBILITE du travail dont nous n’avons pas voulu et qui sclérose tous les emplois en France pour les Jeunes de moins de 25/30 ans et les séniors de plus de 50 ans !


        • jef88 jef88 6 juillet 2012 16:40
          seniors : Les mal aimés des entreprises !

          vela aurait été plus clair !

          n’publiez pas, vous les jeunes que les seniors ont été « dressés » à prendre des initiatives et même à refléchir ....

          Mais dans le monde des procédures et protocoles ils font tache ! !


          • alinea Alinea 6 juillet 2012 17:25

            Le libéralisme joue contre lui : il n’a pu vivre jusqu’à aujourd’hui que parce qu’il y avait des travailleurs qui avaient encore le goût du travail bien fait, une honnêteté, et puis, bien sûr un savoir-faire appris et confirmé « sur le tas ».
            Quand il n’y aura plus que des jeunes qui n’auront plus cette morale- oh combien désuète !-, le libéralisme n’aura plus de troupes pour l’engraisser !
            Alors, si les séniors peuvent partir en ayant de quoi vivre, tranquillement même si c’est un peu « autrement », tant mieux, qu’ils profitent ; tous ces couillons du patronat ne seront pas longs à les regretter !


            • jef88 jef88 6 juillet 2012 18:27
              • le normal erreur HENAURME : il est né à Rpuen ! c’est le normand
              p’tet ben qu’oui ! pt"er ben qu’non....

            • chmoll chmoll 6 juillet 2012 17:48

              je me demande si le chomeur vas devoir créer son emùploi lui même , via entrepreneur , voir au black


              • Blé 7 juillet 2012 07:06

                @chmoll

                Le chômeur peut créer son emploi mais si il y a 100 chômeurs qui créent leur emploi en même temps encore faut-il qu’il y ait du travail. A qui vendre ses services si ceux qui seraient susceptibles d’en avoir besoin n’ont pas les moyens de payer ?

                Pour améliorer la situation du travail et de l’emploi en France, il faut refonder et prendre le sujet dans sa globalité.

                Lorsque que j’ai eu besoin de poser des fenêtres neuves, je me suis adressé à un artisan français. J’ai eu la surprise de constater que les ouvriers qui sont venus me poser les fenêtres ne parlaient pas un mot de français, ils arrivaient tout droit de Pologne. 

                Je pensais faire travailler un petit artisan du coin, en fait j’ai participé à la concurrence déloyale envers les salariés français sans que je le sache. En payant la facture, je ne me suis pas rendu compte que les salariés étaient payés avec une poignée de haricots car j’ai payé plein pot.


              • chmoll chmoll 7 juillet 2012 09:00

                c ça l’avantage ce que fait le polonais le français peut le faire aussi, il n’est pas necessaire de rester en france pour créer son emploi
                en france le service est trop cher , cause le rouleau compresseur des taxes à payer par l’entreprise , qu’elle que soit sa taille et fabrication

                c la course au moins cher


              • foufouille foufouille 7 juillet 2012 10:43

                "Lorsque que j’ai eu besoin de poser des fenêtres neuves, je me suis adressé à un artisan français. J’ai eu la surprise de constater que les ouvriers qui sont venus me poser les fenêtres ne parlaient pas un mot de français, ils arrivaient tout droit de Pologne. "

                la c’est la gendarmerie tout de suite
                et plainte pour escroquerie


              • spartacus spartacus 7 juillet 2012 09:35

                Ce qui est toujours récurent avec les post de gauche, c’est que l’entreprisse ou l’entrepreneur est leur « bouc émissaire ».

                Comme cet article qui feint de n’aborder cela que sous l’angle de « l’entreprise privée ».

                Jamais il n’est venu à l’idée de mettre en cause l’état, la fonction publique et son exemple désastreux.

                Vous connaissez beaucoup de policiers embauchés à 57 ans ?
                Vous croyez qu’on embauche des pompiers à 58ans ?
                Les maître nageurs municipaux, vous croyez qu’ils ont étés embauché à 55 ans ?
                A votre préfecture à votre avis combien d’embauche de personnel de 53 ans et plus l’année dernière ? 
                Vous pensez peut être qu’a la SNCF on embauche à 56 ans ? eux qui mettent à la retraite les conducteurs de TGV à la retraite à 49 ans.
                Vous imaginez des embauches de salariés EDF à 54 ans ?
                Les concours d’entrée des fonctionnaires ne sont ils pas sélectifs sur les ages, directement ou indirectement ?

                Un peu trop facile de diaboliser l’entreprise, mieux vaudrait comprendre que ceci est une conséquence du chômage de masse.
                Par ailleurs il serait temps de comprendre qu’on embauche pas pour faire plaisir à telle ou telle catégorie sociale, mais parce que l’entreprise a besoin.
                L’emploi est un marché libre, le futur retraité dispose de moins d’avantages qu’un jeune, puisque l’on sait qu’a court terme, il partira, et sachant qu’il va partir on en déduit que sa motivation pour des projet long sera réduite.

                • Dzan 7 juillet 2012 11:22

                  En 1998, un audit dans l’automobile française, faisait apparaitre, que chez Toyota à Onaing dans le Ch’Nord la moyenne d’âge des salariés, était de 33 ans contre 46 ans chez les constructeurs Français.

                  S’en suivit le plan CASA- Cessation d’Activité des Salariés Âgés- où à partir de 2000 tous les salariés, nés en 1943/ 44 partaient en préretraite.à 56 ans , bien sûr en ayant 160 trimestres. Puis les 45/46 à 56 ans 1/2, et ainsi de suite jusqu’au gens nés en 1948.
                  Mais là où le bât blesse, c’est que pour 3 « vieux » ( parce que pour un patron à 56 ans on est VIEUX ) 1 seul jeune a été embauché, mais une fois le vieux parti avec tout son savoir.
                  25000 personnes ont été concernées. !
                  Et les patrons de l’Automobile Française, avaient budgetté les indemnités de départ. Environ 150000 FF de l’époque.


                  • simir simir 9 juillet 2012 11:31

                    @ Spartacus

                    Le problème de l’embauche des séniors pas les administrations ne se pose pas.
                    Qui aurait envie de débuter dans la fonction publique à cet âge la avec les salaires de misère du début ? Réponse personne. Rappel : net d’un prof agrégé à l’embauche 1400 €

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès