Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Sauvons les garçons

Sauvons les garçons

C’est le titre d’un livre de Jean Louis Auduc qui doit sortir sous peu.

Mon intention n’est pas de commenter un livre que je n’ai pas lu mais de faire partager, en tant que père d’un garçon collégien et d’une fille lycéenne, mon étonnement quant à la perception que les élèves peuvent avoir de l’enseignement qui leur est apporté.
 
Le seul fait de savoir que 70% des filles réussiraient au bac contre 60% pour les garçons interpellent sur les raisons d’une telle disparité surtout lorsque l’on sait que les garçons sont davantage orientés vers les bac technologiques et professionnels. N’est ce pas une forme de sexisme ?
 
Ma première interrogation sur le modèle d’enseignement proposé aux jeunes a été déclenchée lorsque j’ai entendu le terme d’intello proféré comme une insulte. Synonyme d’autiste où débile profond…
Et que mon garçon me répondait que si il avait de trop bonnes notes, il serait mis à l’écart des garçons de sa classe. Dans le même temps, son cousin s’en sortait en prenant la tête de la contestation dans sa classe, quitte à se ramasser la pire note de conduite.
 
L’école demeure toujours cet espace clos où le monde non enseignant n’est admis qu’à petites doses et lorsqu’on évoque cette perception de la réussite par les élèves, les profs ne savent que répondre que cela évolue avec l’age et l’avancement dans la scolarité sans apparemment s’interroger sur les raisons d’un tel phénomène…
Autant reconnaitre que l’élimination des plus récalcitrants diminue la tension.
 
Quelle profession accepterait d’être ainsi dénigrée par sa propre clientèle sans se remettre en question ?
Je ne m’étendrai pas sur le retour à la séparation garçons-filles préconisée par certains.
Sur la question de la mixité peut-être qu’une parité réelle dans le corps enseignant apporterait un autre climat dans l’enseignement…Les femmes n’auraient-elles pas tendance à privilégier la réussite de celles qui leur ressemblent, qui adoptent leur propre valeur alors que les garçons ne trouvent pas au collège ou au lycée un adulte auquel ils pourraient s’identifier…
 
Mais surtout tant qu’il existe des travaux dégradants, des travaux mal rémunérés, des travaux pénibles physiquement, tels que ceux que l’on rencontre dans le BTP, dans l’agriculture ou la pêche, dans certaines industries, il est évident que ceux qui peuvent y échapper optent pour d’autres emplois…Tandis que ceux qui ont été éjectés du système scolaire sans aucune formation…après plusieurs années de galère…ils finiront par s’y résoudre.
 
Sachant que le recours à l’immigration n’est pas suffisant pour pourvoir à tous ces emplois, l’éducation nationale y participe à sa façon…
C’est l’une des explications que j’avance…
Quitte à être démenti.
jcbouthemy
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

131 réactions à cet article    


  • anty 14 novembre 2009 11:14

    Je pense qu’il faudrait de classes spécifiquement destinées aux garçons car nos écoles trop rigides dans leurs règles ne conviennent tout simplement pas à ces derniers .

    Dès la maternelle on constate une disparité importante entre une petites filles et les petits garçons.
    Les garçons sont moins matures en général que les filles à la maternelle.

    Plus tard on récolte les fruits de cette uniformisation des règles et des esprits dans certaines universités importantes on a 75% de filles contre 25% de garçons.

    Il faut revoir nos règles républicaines et traiter le problèmes de garçons autrement cela devient urgent .

    On toutes les données statistiques pour le faire on ne pourra pas dire plus tard on ne savait pas.

    Pour mémoire :
    Pratiquement toutes les inventions majeures sont l’œuvre des hommes.
    Plus de 90% de prix Nobel sont attribués aux hommes.
    Les filles savent mieux lire et écrire que les garçons dans nos écoles c’est pourtant les hommes qui plus tard seront les meilleurs écrivains (plus de 90% des écrivains sont des hommes)
    Ces disparit


    • Bardamu 14 novembre 2009 15:03

      Très bon article !
      On peut, sans prendre la posture outrancière et finalement ridicule de l’intello, poser les vraies questions, et avoir une réelle conscience de certains faits sociétaux.

      La réponse à votre interrogation ?
      La société se féminise, car le travail se féminise chez nous en France.
      Il n’est plus physique, souvent, mais travail répétitif de bureau, sur ordinateur, bref le secteur tertiaire y est roi !

      Donc, pour réussir, sera-t-il conseillé d’être une femme, voire un homo pour les hommes !
      Et, rajoutons à cela que les femmes pensent moins le politique, sont moins réfractaires aux pouvoirs en place, consomment plus, sont dans la séduction, ce préalable à la consommation... bref, sont parfaitement incorporées au système !

      Un dirigeant homme, ce n’est pas toujours terrible, certes, mais une femme aux commandes, c’est le pouvoir, plus l’impossibilité de le contester !... car elles s’arrangent pour n’appliquer que les ordres, les ordres rien que les ordres.
      Heureusement , certaines sont joiles, sinon je me rabattais sur les chèvres, plus douces et moins bavardes !


      • Neris 14 novembre 2009 17:49

        Si le secteur tertiaire se féminise, c’est que ces messieurs en ont marre de faire joujou avec leurs ordinateurs, ordinateurs qui voulant « simplifier » les tâches s’automatisent toujours plus ne laissant que peu de place à la créativité voire à la réflexion tout court.

        Quand un métier se féminise, c’est que les messieurs n’en veulent plus et pas parce que les femmes les en ont chassés.

        Quand un métier se féminise, c’est que les messieurs n’en veulent tout simplement pas et pas parce que les femmes en ont fait leurs chasses gardées.

        Aide à domicile, auxiliaire de vie etc, alors messieurs, cela ne vous tente pas ? c’est pourtant très physique de « manipuler » des personnes à mobilité réduite. Mais c’est vrai que ce n’est pas valorisant ni bien payé.

        Si c’est pour avoir autant de préjugés et de clichés sur les femmes, soyez sympa, rabattez-vous sur les chèvres.


      • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 14 novembre 2009 18:48

        @ Néris :

        « Si c’est pour avoir autant de préjugés et de clichés sur les femmes, soyez sympa, rabattez-vous sur les chèvres. »

        Mieux vaut quand même devenir gay !


      • claude claude 14 novembre 2009 19:10

        mon pôv’ hom’

        tiens, par compassion,
        je sors mon mouchoir !
         :’-(


      • claude claude 14 novembre 2009 16:41
        • Plus de 90% de prix Nobel sont attribués aux hommes.
          Les filles savent mieux lire et écrire que les garçons dans nos écoles c’est pourtant les hommes qui plus tard seront les meilleurs écrivains (plus de 90% des écrivains sont des hommes)
        les filles sont meilleures que les garçons en classe, car elles savent qu’à valeur égale, elles doivent en faire 2 fois plus pour obtenir un job.
        les filles savent qu’elles peuvent s’émanciper en devenant indépendantes, donc en essayant de faire les meilleures études possibles.

        les garçons n’ont pas à faire d’effort, puisque les portes, leur sont de fait, plus largement ouvertes.

        cependant, la société est patriarcale, la course vers le sommet pour les femmes est semée d’embuches : les postes clefs restent encore du domaine réservé aux hommes. certaines grandes écoles et professions n’ont été ouvertes aux femmes que dans les années 80 !
        aujourd’hui encore, l’écart des salaires est de plus de 20% entre les hommes et les femmes. il a fallu une loi pour que les partis politiques ouvrent plus largement les leurs listes d’élus aux femmes.

        jusqu’à ces dernières décennies, le rôle dévolu à la femme était la maison et la maternité. même de nos jours, certains estiment qu’une femme ne peut se réaliser qu’à travers la maternité. 

        au fur et à mesure que la femme retrouve la place qui est la sienne dans le société, le nombre d’artistes, de scientifiques, d’artisans, de chefs d’entreprises... tendront vers l’égalité.

        jusqu’en 2008, seulement 34 femmes avaient reçu le prix nobel.
        cette année, les femmes ont été particulièrement honorées par le prix nobel :

        Prix Nobel 2009 : cinq femmes lauréates

        Elinor Ostrom, 1ère femme Prix Nobel d’Economie -

        Ada Yonath, 1ère Israélienne Nobel

        par Nicole Salez, lundi 12 octobre 2009

        • L’attribution des prix Nobel 2009 s’est achevée lundi matin 12 octobre 2009 à Stockholm. Cinq femmes ont été récompensées à cette occasion : l’Allemande d’origine roumaine Herta Müller (Littérature), l’Américano-australienne Elizabeth H. Blackburn et l’Américaine Carol W. Greider (Physiologie-Médecine), l’Américaine Elinor Ostrom (Economie), et l’Israélienne Ada E. Yonath (Chimie).


        @ l’auteur,

         
        les métiers manuels ne sont pas un pis aller : un grand nombre d’artisans réussissent admirablement, et certaines l’exportent à l’étranger.

        il y a un proverbe qui dit : « il n’y a pas de sot métier, mais de sottes gens » ... que l’on soit dirigeant ou employé, chaque fonction, métier a son importance dans une entreprise, un commerce.

        sur AV, il y a quelques posteurs qui ont travaillé avec leur mains, parfois dans des conditions difficiles, mais qui (d’après leurs écrits) sont fiers de ce qu’ils ont accompli.

        ce n’est pas le boulot qui est dévalorisant, c’est le regard que l’on jette sur celui qui l’accomplit.


        • anty 14 novembre 2009 17:54

          Propos plein des préjugés et inexactes.

          Franchement comment voulez qu’une gamine de la maternelle sache qu’elle doit travailler davantage que les garçons parce que plus tard elle sera discriminée dans le monde du travail ???

          Vous véhiculez de surcroit des préjugés fasho féministe et toujours inexactes

          La société est patriarcale la course vers le sommet est semée d’embuches pour les femmes...

          alors chère madame

          1)Quand on tient des propos pareilles on a envie de dire :
          chère madame la société patriarcale ne vous plait pas ,faîtes vos balluchons et et aller habiter dans une société matriarcale personne ne vous empêchera de le faire croyez moi sur parole...
          2)Pensez vous sérieusement que le parcours de garçons ne soit pas semé d’embuches ?
          Si vous le croyez ,vous vous trempez lourdement ou alors vous habitez une autre planète que la terre

          Enfin
          les hommes ou les femmes d’ailleurs qui pense qu’une femme peut se réaliser à travers les maternités Je vous le direz que cela ne regarde qu’eux madame ce n’est pas à vous de dire ce qui est bien ou ce qui n’est pas bien .
          Chacun de nous a sa conception propre sur l’idéal de la vie.On est en démocratie (certes patriarcale car la démocratie est aussi une invention des hommes au profit de tout le monde) et il faut respecter aussi ces personnes qui ont un avis différents du vôtre.

          Que les femmes réussisent dans leur vie, moi comme beaucoup des gens sensés je dis bravo qu’elles continuent ainsi.

          Mais dans ce forum je parlais des garçons qui sont en difficulté dans leur vie parce qu’ ils sont différents de filles et qu’on doit voir leurs problèmes d’une manière différentes.


        • anty 14 novembre 2009 17:56

          Comment voulez vous..


        • Neris 14 novembre 2009 18:15

          @anty

          J’avoue que je n’ai pas bien compris votre post.

          Vous dites qu’il faut respecter les avis différents mais apparemment, vous avez un problème avec l’avis différent de l’intervenant auquel vous répondez de façon très péremptoire.

          Bravo pour le passage, si la société ne te plaît, va voir ailleurs.


        • anty 14 novembre 2009 18:35

          Normal
          Vous ne pouvez pas le comprendre
          1) parce que je me suis pas adressé a vous
          2)Parce que vous n’aviez tout simplement pas envie de le comprendre


        • Neris 14 novembre 2009 18:44

          @anty

          1)les messages s’adressent à toute personne qui les lit sinon vous communiquez par messages privés.
          2)les messages étant public, donc toute personne peut y répondre.
          3)penser à la place des autres est très prétentieux, « vous n’aviez pas envie de comprendre. » En fait, quand je ne comprends pas quelque chose, c’est que je comprends pas point barre, l’envie ou pas n’ayant rien à y voir.


        • anty 14 novembre 2009 18:53

          Le pauvre
          çà existe de mecs pareils ?


        • claude claude 14 novembre 2009 18:58

          @ anti,

          feriez-vous partie ce ces pauvres hommes traumatisés par la sortie des femmes hors de la maison et leur accès aux postes de responsabilité ?

          allons bon, voulez-vous un mouchoir pour pleurer ?

          nombreuses sont les études sociales qui montrent que l’école est un outil de libération pour les femmes, et cela se vérifie encore plus chez les filles issues de parents émigrés.
          (ce n’est pas pour rien que les fanatiques religieux interdisent l’école aux filles).

          vous parlez de préjugés, mais citez- moi des études, articles confirmant vos propos ?

          voici quelques références sur l’éducation et l’instruction des filles.



        • anty 14 novembre 2009 19:48

          J’ai l’impression que le mouchoir c’est plutôt vous qui en avez besoin

          Vous ressortez les vieilleries que tout le monde connait et je envie de vous dire je vous le laisse pour pleurer là-dessus

          Je vous rapelle qu’ici le sujet : CE SOOONT LES GARCONS nom d’une pipe.


        • Bardamu 14 novembre 2009 21:41


          @Neris et Claude :

          Le mieux, tout de même, avant d’exposer quelque idée que ce soit, est d’avoir réfléchi, de s’être renseigné : on ne le dira jamais assez !

          Quand on me dit, pour exemple, que les hommes auraient « abandonné » l’usage de l’ordinateur aux femmes, je crois rêvé.
          Les femmes, accueillies en masse sur le marché d’un travail en France désormais à dominante tertiaire, ne l’ont été que pour casser l’esprit de lutte des classes mettant le patronat en danger.

          Un peu plus de marxisme, s’il vous plaît !

          Elles stimulaient, comme salariées, donc ayant un pouvoir d’achat certain, la consommation, moteur du système libéral... en plus, elles payaient dès lors des impôts !

          Mais on a vu les effets délétères opérés sur l’éducation des enfants, rien ne pouvant remplacer une mère... ce n’est pas moi qui le dit, c’est Freud et, à travers lui, sa conceptualisation de l’Oedipe !

          Hors le fait que pareille assertion -la vôtre- est déjà si catégorique qu’elle en est suspecte, elle est de plus totalement infondée.

          De plus, les métiers dits « physiques » n’ont jamais été laissés aux femmes par des hommes devenus velléitaires, mais attirent de plus en plus de femmes pour autant qu’ils deviennent de moins en moins physiques.
          Idem pour le bricolage, mécaniquement assisté !

          Ainsi, si une femme peut conduire un bus, c’est avant tout parce que la direction assistée, son freinage, sa maniabilité le rendent facile à manoeuvrer.

          Un rajout : au regard de toutes ces familles monoparentales -composées d’une femme et de ses enfants-, des problèmes suscités dans les banlieues où, le père absent, le garçon ne connaît plus l’ordre ni la loi, dire que notre société est patriarcale montre à quel point vous ne la comprenez pas.
          Puis, hormis la blague, ma femme me plaît et a, quant à elle, suffisamment compris le monde, pour me détourner de la tentation caprine !

          C’était une blague... encore un concept -l’humour !- inaccessible à beaucoup de femmes.
          Enfin ! ma fille en a beaucoup... ne désespérons pas donc !

          Pour conclure, on pourrait affirmer que si, historiquement, l’homme fut un temps globalement moins intéressant que la femme -attitudes belliqueuses stupides, pour exemple-, la femme s’est bien rattrapée !
          Souvent hystérique et sexuellement insatisfaite, car ne se laissant pas aller, elle tient plus de Bridget Jones que d’une superbe Claudia Cardinale, symbolisant la méditerranéenne sensuelle et maternelle !

          Ne cherchez pas m’atteindre, à partir d’un raisonnement primaire que je sens possible : ma femme atteint l’orgasme !... merci, pour elle !... et me satisfait : tant mieux pour moi ! 

          Bien à vous, les femmes modernes en mal (mâle ?) de réelle révolution sexuelle !
          Et n’oublions pas que le macho demeure le meilleur ami de ces dames !


        • claude claude 14 novembre 2009 22:25

          ouh lal la... y’en a qui sont graves !

          et qui n’ont pas encore digéré l’abandon des prérogatives masculines sur le leadership industriel, commercial, scientifique, intellectuel... des hommes !

          et qui aimeraient bien renvoyer les femmes à leurs casseroles et à la position du missionnaire...

          pauvres chéris !

          ils en sont restés au temps où la femme se tenait debout derrière la table pendant que les hommes mangeaient.

          malheureusement pour eux les temps ont changé : les filles étudient et sont plus malignes que les garçons quand elle ont une possibilité de réaliser leurs ambitions. autrefois, elles été bridées et ce n’est plus le cas aujourd’hui : quand elles désirent quelque chose, elles s’y mettent sérieusement,elles bossent, contrairement aux garçons qui trainent la patte ou s’amusent !

          quand au suprême argument des mâââââââles machistes :

          • Bien à vous, les femmes modernes en mal (mâle ?) de réelle révolution sexuelle !
            Et n’oublions pas que le macho demeure le meilleur ami de ces dames !
          sachez qu’« il n’y a pas de femme frigide : il n’y a que de mauvaises langues ! » de plus, la technologie moderne permet aux femmes de vivre pleinement épanouies, sans avoir de mâle à se mettre sous la main (enfin, si on peut s’exprimer ainsi)

        • anty 14 novembre 2009 23:08

          Remettez vous ,remettez chère dame
          Un peu de tenue que diable..


        • Bardamu 15 novembre 2009 02:10

          @Anty :

          Une excitée de première, la madame, en fait !
          Voilà qu’elle nous brandit son sex toy sous le nez, maintenant !
          Merci d’ainsi distraire ma garde de nuit sur les lieux de mon travail... elle passe plus vite !


        • Neris 15 novembre 2009 14:37


          Hé, le freudien misogyne, le renvoi aux chèvres, c’était de l’humour !!

          Si, si !!

          Heureuse d’apprendre que votre femme atteint l’orgasme et que votre fille est pourvue d’un sens de l’humour développé.

          Evidemment, vous n’auriez pas eu envie de les voir calquées sur les modèles de votre gourou psy, ça se comprend.


        • dupual 14 novembre 2009 18:16

          L’éducation et notre culture sont en cause !
          Les parents sont moins exigeants vis-à-vis des garçons englués dans une culture machiste malgré de grands progrès depuis les années 70... mais qui gardent encore cette suprématie sur les filles.
          Avant les années 60 les filles n’avaient pas d’autres droits que de se marier et de procréer jusqu’à la ménopause et servir le mâle « chef de famille » (à noter que ce qualificatif demeure dans certains formulaires d’Etat !!!)
           Au début du siècle dernier, une fille qui voulait faire des études jusqu’au bac, ou aller en fac de médecine (ma grand-mère) était gentiment reconduite en cours de couture et cuisine, puis un mariage arrangé dès 18 ans et les grossesses tous les deux ans ont tôt fait de la « mater » et de l’emprisonner jusqu’à son veuvage 50 ans plus tard !
          La frustration de génération de femmes fait qu’aujourd’hui cet héritage encourage les filles à l’étude pour décrocher de bons diplômes sensés leur assurer des carrières professionnelles à revenus conséquents (ma mère, moi, ma fille à bac+10) enfin nous n’avons plus à subir l’humiliation de devoir demander au « mari » l’autorisation de dépenser 3 francs 6 sous pour acheter qqchose !!!
          Hélas, bien que les filles fassent de meilleures études jusqu’au bac, après cela se gâte, la culture machiste millénaire enfouie dans leurs gênes et les messages sexistes  subliminaux (culte de la maternité) les récupèrent et voilà qu’elles choisissent leur futur métier en fonction du potentiel de leur uterus et non de leurs neurones...


          • Neris 14 novembre 2009 18:37

            Entièrement d’accord.

            Ma mère, née en 1938 et mariée en 1960, a dû demander l’autorisation de son mari pour travailler.

            A son mariage, elle a reçu avec son livret de famille, un livre intitulé « le guide de la parfaite ménagère ». On pourrait croire qu’il s’agit d’un livre de recettes de cuisine. Oh que non, on y apprend à torcher bébé et à servir son mari. On y parle que de devoirs de la ménagère, on ne donne des conseils que pour satisfaire le mari.

            Je l’ai précieusement conservé depuis son décès, histoire de me souvenir que ce qu’elle me racontait était la stricte vérité, pas si lointaine que ça.

            Malheureusement, cette culture revient au galop. Alors quand je lis que les pauvres garçons sont dévalorisés pour ne pas dire écrasés par les filles dans leurs études, et qu’il est urgent de les « sauver », ça ne me fait même pas rire tellement c’est pathétique.


          • anty 14 novembre 2009 18:44

            Expliquez moi ce que vous entendez par la culture machiste ?

            Où peut on trouver ce gens,cette civilisation ?

            Se trouve -t-elle sur notre planète ou ailleurs ?

            Faites vous partie de ces gens surprenants à maintes égards ?

            Levy Strauss les a-t-il étudié et qu’a t il conclu ?

            Font ils tout simplement partie de votre imaginaire bien fécond ?


          • Neris 14 novembre 2009 18:49

            Ah là, j’ai parfaitement compris.

            Vous ne cherchez aucun débat aucune discussion, vous n’avancez aucun argument, vous cherchez simplement à provoquer et à entraîner les autres dans des justifications sans fin.

            Amusez-vous bien, sans moi.


          • anty 14 novembre 2009 18:51

            Stupéfiant

            Mon grand père qui était étranger et né en 1900a du demander l’autorisation au consulat français pour entrer en France

            Aujourd’hui avec l’union européenne il n’aurait pas eu besoin de faire cette démarche.

            Ils n’en est pas mort pour autant et a vécu pendant 101 ans

            Autre époque autres moeurs


          • Bardamu 15 novembre 2009 02:12

            On nage en plein délire féministe bourgeois !


          • Annie 14 novembre 2009 19:45

            Il se trouve que ce que le corps enseignant privilégie avant tout, ce sont les élèves motivés. Avec mes deux fils, je n’ai discerné aucune différence de traitement avec les filles, mais plutôt entre les élèves de classes sociales dîtes moyennes et les autres.
            Mais ce n’est pas un sujet inintéressant dans la mesure où dans les écoles non mixtes, les résultats scolaires des filles sont très nettement supérieurs à ceux des garçons. Le fait d’être scolarisé dans une école mixte pénaliserait donc plus les filles que les garçons.


            • anty 14 novembre 2009 19:50

              Ah bon
              Des sources SVP


            • Annie 14 novembre 2009 21:12

              http://www.guardian.co.uk/education/2009/mar/18/secondary-schools-girls-gcse-results

              Je suis désolée que ce soit en anglais mais il se trouve que j’habite en Angleterre où existent des écoles non mixtes et il est donc possible de comparer les résultats scolaires. 


            • anty 14 novembre 2009 21:24

              Dommage mon anglais est aproximatif

              Bon cependant il ne s’agit pas vraiment de comparer les résultats scolaires entre les filles et garçon mais de dénoncer une injustice flagrante qui se fait au détriment des garçons .


            • Bardamu 14 novembre 2009 21:48


              @Annie :

              Les filles intellectuellement plus douées ?
              A vous lire, j’ai du mal à le croire !
              Je sais : facile... mais efficace !

              Plus serviles oui !... pensant moins le monde, donc risquant moins de s’y opposer, cette opposition commençant sur les bancs de l’école justement : là où, après la morale enseignée par les parents -du moins, chez moi !-, on y apprend le cynisme, préalable à la future lutte pour acquérir des places !
              On réfléchit un peu, s’il vous plaît , m’dame !


            • Annie 14 novembre 2009 21:57

              @Bardamu,
              J’ai dit que les filles obtenaient de meilleurs résultats scolaires que les garçons, et vous pouvez en tirer les conclusions que vous voulez. Le fait que vous les trouviez trop serviles pour expliquer cette supériorité en dit plus sur votre ouverture d’esprit que sur mes capacités intellectuelles. 


            • Bardamu 14 novembre 2009 22:20


              Raisonnement fruste, malgré l’apparente intellectualité qu’il revêt de part son phrasé... laissant supposer que la dame est allée à bonne école.

              Mais la pensée mûrit loin des tableaux noirs et des odeurs de craies, si virtuelles soient-elles désormais !
              La servilité de la femme s’explique en son rapport à la triangulation oedipienne.
              La fille n’a pas à se départir de celle qui l’a créée -sa mère !-, celle-ci n’était pas représentative d’un sexe -masculin- vers lequel ses goûts -s’ils sont normaux !- iront !

              Le garçon, lui, a affaire à celle qui l’a créé, mais aussi à celle qui pourrait l’attirer.
              Il doit se détacher de la mère pour aller vers les femmes, d’autres femmes.
              L’homosexuel refusera les femmes, quant à lui, car n’ayant pas accompli ce passage oedipien nécessaire (fixation au stade anal), il ne peut imaginer « prendre » sa mère... la pensée étant intolérable, il choisira le garçon !

               La fille, non, sa mère ne l’empêchant pas symboliquement d’aller vers les hommes !

              Alors, n’ayant cet effort à faire d’un détachement qui amène le garçon à penser le monde -tout deuil entraîne une quête !-, elle se retourne vers son père, ne représentant, lui, aucun danger, et se consacre à la séduction, autre forme de la soumission aux ordres.

              Ainsi, les femmes seront-elles plus serviles -pas toutes : la mienne sûrement pas !-, et, par cette séduction même, des cibles favotrites pour la mode -acmé de la séduction- et la consommation -sa réalisation !

              Excusez-moi pour le propos maladroit, mais je ne m’applique pas à la rédaction de quelque devoir scolaire de philosophie !

              Bien à vous !


            • Salsabil 14 novembre 2009 22:27

              « et se consacre à la séduction, autre forme de la soumission aux ordres. »

              Hmmmmm ! Ouiii ! Quand mêêême-euh !

              Et sinon ? Vous avez d’autres choses intéressantes à nous apprendre ? Excusez-moi, je passe ma vie à séduire, du coup, j’en oublie l’essentiel.... Heureusement que vous êtes là ! smiley


            • claude claude 14 novembre 2009 22:32

              @ bardamu,

              toute plaisanterie mise à part,
              vous croyez sérieusement aux ramassis de conneries pseudo-psychanalytiques que vous nous avez sorties ?

              si oui, vous avez un grave problème vis à vis des femmes... et vous devriez vous interroger sur votre compréhension de la société moderne.


            • Bardamu 14 novembre 2009 22:55

              L’idiot est toujours sûr de lui et triomphant... l’idiot a toujours raison, mais ne sait pas pourquoi !
              L’idiot est idiot, mais peut se faire idiote, car l’idiotie n’a pas de sexe !

              Sinon, s’en référer à certains penseurs -des vrais !- qui corroborent mes dires.
              Je vous laisse le soin de les découvrir.
              Non, non , pas du côté des Bhl, Bruckner et consorts !
              D’autres existent, si si !

              Bon courage, je ne sais pas si vous êtes équipé(e) pour pareille découverte en dehors des sentiers battus de la pensée coutumière, du poncif, du cliché !

              Bonne soirée tout de même... j’ai plus intéressant à faire !

              Rajout : Vous m’avez bien fait rire... j’attendez vos réponses -téléphonées- avant même que vous les formuliez.
              Prévenez-moi la prochaine, je taperai le texte à votre place !


            • Salsabil 14 novembre 2009 23:08

              Pourriez-vous, s’il vous plait concocter un message émanant d’une femme ?

              Nan, c’est juste que comme vous le proposez, on aimerait bien le lire....

              Bardamu, un certain nombre de choses bouleverse peut-être vos idées préconçues et définitivement arrêtées, mais vous pourriez aussi tenter d’ouvrir votre esprit à des circonstances différentes, du genre, qui ont évolué dans et avec le temps, non ?

              En bref, et autrement dit, voulez-vous rester une espèce de vieux con phalocrate englué dans des certitudes passées depuis longtemps, ou espérez-vous faire partie de l’évolution !?

              Ce qui n’empêche nullement de garder un certain bon sens, tâchez de garder cela en tête !


            • claude claude 14 novembre 2009 23:41

              @ bardamu,

              chiche !

              avec les références et les liens, bien sûr

               smiley smiley smiley


            • Salsabil 14 novembre 2009 23:46

              claude,

              Excusez-moi de reprendre votre suite à ma suite, mais...J’ai comme la désagréable sensation que nous parlons dans le vide, pas vous ?

              Et quand je dis « vide », cela prend toute sa signification !!! smiley


            • Bardamu 15 novembre 2009 10:05

              Le smiley, comme moyen immature de traduire une absence de pensée, car péremptoire, catégorique, est aussi un moyen de séduction dont les jeunes filles raffolent.
              On constate que les hystériques féminines présentes sur ce forum l’utilisent plus que de raison.
              Nul hasard à cela ! 


            • Bardamu 15 novembre 2009 10:26

              On me demande des références corroborant mes affirmations.
              Mesdames, lisez Alain Soral (« Vers la féminisation »), Philippe Muray (« Moderne contre moderne » et aussi ses « Exorcismes spirituels »), Eric Zemmour (« Premier sexe »), et j’en passe !... de si bons et si justes penseurs que le système préfère -à part pour Zemmour !- les maintenir en marge.

              Des vrais rebelles donc, et non des « Mutins de panurge » !
              J’ai pour ma part écrit un petit livre au sujet de ce « moderne » délirant... je le mentionne, car seules des références seraient à même de vous toucher, semble-t-il.

              Voir, à ce propos, les rapports de la femme avec les hommes de pouvoir : les prétendues féministes n’étant pas les dernières à leur vouer une admiration autant béate que profondément naïve !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès