Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Savez-vous combien touche un juge ? Et un enseignant ?

Savez-vous combien touche un juge ? Et un enseignant ?

Savez-vous combien touche un juge ? Et un enseignant ? Je pense que vous serez étonnés... Il existe chez les fonctionnaires des disparités salariales saisissantes...

En voyant la une du Nouvel Obs ce matin, "Grands patrons, ministres, élus : ces privilèges qu'il faut abolir", j'ai pensé qu'il était bon qu'on s'intéresse enfin sérieusement à ces questions afin de moraliser notre vie publique. Le labeur d'un patron payé 100 000 € est-il vraiment cent fois plus difficile ou important que celui du smicard travaillant dans la même structure ? De même, qu'est-ce qui justifie qu'un député ne paye pas ses repas, ou son taxi ? La France a grand besoin de refaire sa révolution, car une nouvelle aristocratie pioche allègrement dans les budgets nationaux.


Mais il existe une autre aristocratie, moins connue. Je parle des juges français. Ils sont détestés, bien souvent, pour leurs décisions contestées. Mais je ne m'intéresserai pas à leur décisions ici. Je m'intéresserai à leur bulletin de paye.

Un magistrat est un fonctionnaire de catégorie A. Tout comme un enseignant certifié ou agrégé. Pourtant, leur vie quotidienne est bien différente... Le magistrat arrive au palais de justice vers dix heures le matin... s'il a des audiences à tenir car dans le cas contraire il peut rester chez lui et y travailler ses dossiers à sa guise. Le magistrat a tout loisir de papoter dans les couloirs du palais au cours de la journée et, croyez-moi, il ne s'en prive pas. Et puis, tenez-vous bien, le magistrat a à sa disposition une voiture avec chauffeur. Le magistrat n'a pas vraiment de supérieur hiérarchique mais sait très bien qui lui est inférieur au palais. Le magistrat n'a rien à craindre et peut juger comme il lui sied : il est légalement irresponsable.

L'enseignant, lui, doit effectuer ses seize à dix-huit heures de cours (hors heures supplémentaires), dont la préparation occupent plus de vingt heures supplémentaires au cours de sa semaine. Il a d'autres obligations diverses (conseils, réunions, etc.). L'enseignant n'a guère le loisir de lézarder pendant ses heures de travail car il a soixante yeux braqués sur lui, ainsi qu'un inspecteur académique pour le rappeler à l'ordre en cas de dérive. L'enseignant est responsable de ce qu'il dit, de ce qu'il fait, peut être sanctionné par le Ministère comme par la loi ; il est responsable des dizaines d'élèves qui passent dans sa classe chaque jour.

Je vous passe les éventuels poncifs supplémentaires pour en arriver au coeur du problème : le juge et l'enseignant ont fait cinq ans d'études universitaires et passé des concours difficiles, ils sont fonctionnaires de catégorie A mais l'un a le (ré)confort d'un salaire grassouillet tandis que l'autre fait vache maigre.

Selon les chiffres du ministère de l'Education Nationale, un jeune enseignant commence sa carrière avec 1 666 € mensuels (2 030 € s'il est agrégé). Un salaire confortable pour la France, un pays où 50% de la population gagne moins de 1 500 €... Mais un salaire qui demeure très bas eu égard à la durée et à la difficulté de la formation requise. A mi-chemin de la retraite, l'enseignant perçoit environ 2 400 € (un peu plus de 3 000 € s'il est agrégé). Il termine sa carrière à environ 2 700 € (agrégés : 3 500 €). C'est nettement en-dessous de la rémunération des autres enseignants des pays de l'OCDE, et le salaire de l'enseignant allemand s'établit à 3 670 € en moyenne, contre 2 200 € en moyenne en France.

Le magistrat, lui, perçoit 2 630 € net en début de carrière. A mi-parcours il touche plus de 5 500 € et finit sa carrière avec plus de 8 700 € mensuels. Ces chiffres révèlent donc qu'un magistrat touche jusqu'à trois fois plus d'argent qu'un enseignant.

Que justifie cette disparité ? La durée et la difficulté des études sont équivalentes. En 2012 un candidat à la magistrature doit être titulaire d'un Master, tout comme un aspirant enseignant, soit cinq années d'études post-bac. Dans les deux cas, entre la formation en vue du concours et la formation suivant la réussite au concours il faut compter deux à trois années supplémentaires. Les conditions de travail dans un palais de justice sont meilleures que celles d'un établissement scolaire, chacun en conviendra. Les magistrats bénéficient d'avantages en nature que les enseignants n'ont pas (comme l'exemple des chauffeurs le montre). Est-ce donc la responsabilité endossée qui fait la différence ? Impossible : le magistrat est irresponsable et inamovible. L'enseignant est responsable de ses élèves et du contenu de ses cours. Est-ce la fatigue psychologique qui fait la différence ? Les deux métiers affectent profondément ceux qui les exercent, mais quel métier ne présente pas de difficultés à ce niveau ?

Ce doit donc être le nombre... Il y a 16 000 magistrats en France (bien moins que les 30 000 magistrats exerçant en Allemagne et au Royaume-Uni), tandis que le nombre d'enseignants a sept chiffres.

Mes propositions sont donc les suivantes : il convient d'aligner la rémunération des enseignants français sur celle de leurs collègues européens. Comment justifier que cela ne soit pas déjà le cas ? Et comment justifier que les magistrats perçoivent de telles rémunérations, totalement disproportionnées ?

Je propose donc également que les salaires des magistrats soient réduits de moitié. Oui : de moitié. Ce qui leur laisserait toujours près de 4 400 € en fin de carrière, toujours bien en-deçà du salaire des enseignants à un stade équivalent. Cela permettrait de doubler le nombre de magistrats pour atteindre un niveau comparable à celui de nos voisins. La justice est d'une lenteur telle que la France est régulièrement condamnée par la Cour Européenne des Droits de l'Homme ! Des procédures simples mettent jusqu'à trois, quatre ans pour être tranchées.

Il est absolument nécessaire que nous rétablissions le principe d'égalité dans notre pays. C'est un principe qui nous est cher, et nous devons y rester attachés. Les enseignants ne doivent pas être paupérisés, et les magistrats ne doivent pas être érigés en aristocratie.

J'ai pris ces deux exemples, extrêmes, pour montrer la flagrance des inégalités qui existent même au sein de la fonction publique. Je tiens finalement à préciser que je ne suis ni fonctionnaire de l'éducation nationale, ni de la justice, ni même fonctionnaire d'ailleurs...


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • JC (Exether) 7 juin 2012 10:14

    Votre article me semble être de parti pris.

    Je connais quelques magistrats et il ne me semble pas qu’ils soient tous des glandeurs irresponsables, vous donnez un peu dans la caricature.

    Pour être complet, vous avez omis de donner les salaires des magistrats dans les autres pays européens, mais peut-être que ces chiffres n’allaient pas dans votre sens ?

    Quitte à aller vers plus de justice, il serait sans doute très bénéfique d’augmenter les salaires de professeurs, 1600€ c’est peut-être confortable selon vos critères mais ça ne permet pas de faire vivre une famille à Paris.


    • appoline appoline 7 juin 2012 20:41

      Allons, allons, il faut rester raisonnable, ne comparons pas un enseignant qui reprend quasiment les mêmes cours chaque année avec un magistrat qui détient l’avenir de tout un chacun au bout de chaque décision. Que cela vous plaise ou non les responsabilités ne sont pas tout à fait les mêmes.

      Bon, je vous l’accorde le chauffeur est à laisser au garage, mais pour avoir été jurée d’assises je vous assure que leur situation n’est pas vraiment confortable.

    • mortelune mortelune 8 juin 2012 08:47

      @Appoline

      « un enseignant qui reprend quasiment les mêmes cours chaque année  »

      Avec les changements de programmes successifs et les différentes classes/sections/niveaux un enseignant ne peut certainement pas se contenter de reprendre les mêmes cours ou alors il vaut mieux qu’il aille à la pêche. Les élèves sont les meilleurs jugent des enseignants et il ne faut pas badiner ou vouloir les prendre pour des imbéciles. 


    • spartacus spartacus 9 juin 2012 11:41

      mortelune

       prof privilégié « bobo » prifiteur a fond d’indemnités d’éloignement DOM-TOM et primes d’installation outre-mer...
      Prof d’éco qui vote Mélenchon....
      Pas un échantillon d’économie de marché ! 

      L’éducation nationale marche sur la tête avec de tels pédigrée !

    • chantecler chantecler 7 juin 2012 10:14

      Curieux article .*
      D’abord il faudrait citer des sources .
      Ensuite le juge qui arrive au palais de justice et papote, pour un cliché ç’en est un .
      Les juges ont des centaines de dossiers à traiter , quant à leurs temps de présence au palais de justice je demande à vérifier : ils peuvent peut être commencer les audiences à 10 heures mais je doute qu’ils sortent du PdJ à 16 heures. De plus il y a le travail de procédure, confrontations , auditions, etc ....
      De plus opposer deux catégories de fonctionnaires , ça commence à bien faire .
      Diviser , nous n’avons eu que ça pendant au minimum 5 ans .
      Mais certains ne savent faire que ça .


      • Francescab 7 juin 2012 20:58

        J’ai fait état de mes observations sur le terrain... Je sais qu’il n’est pas politiquement correct de dénoncer certaines dérives dans la fonction publique. Mais moi qui suis le premier à défendre les fonctionnaires (vraiment !) je dis qu’ils ont aussi des obligations qu’ils ne tiennent pas dans certains cas. Avez-vous déjà mis les pieds dans un Centre National de Documentation Pédagogique ? A observer les employés sur des semaines on peut se demander si ce ne sont pas des emplois fictifs... Vous savez moi je suis pour l’égalité. Les gens dans le privé ont beaucoup de mal, et les enseignants ont beaucoup de mal aussi, mais certains fonctionnaires non. Il faut dire ce qu’il y a à dire. Il ne s’agit pas de diviser. Il s’agit d’adopter une attitude raisonnable. Notamment en termes de budget. Nous sommes un pays à forte tradition latine, soit. Mais essayons d’être plus efficaces ! Cet article ne dit pas « les fonctionnaires se la coulent douce tandis que le privé sue sang et eau », cet article dit « tout n’est pas équilibré dans la fonction publique loin s’en faut ».


      • Le Yeti Le Yeti 7 juin 2012 10:17

        Les caisses des états sont plus que vides ; celles des banques encore pire.
        Derrière cette crise (ou effondrement, c’est selon ...), admise comme étant systémique, on trouve systématiquement (justement !) corruption, fraude et spéculation débridées et ce tant dans le secteur financier que politique, les deux étant intrinsèquement liés. (Google : Goldman Sachs ...).

        Aussi je ne m’inquiète plus de ces « disparités » et autres délires absolus car le système est en train de se ré-équilibrer massivement et ce en dehors de tout contrôle possible, tel une tour de « Babel la vie ».
        Nul n’était besoin d’être un génie pour le voir venir dès le départ. Ceci expliquant cela.

        Article néanmoins très intéressant et édifiant ; à suivre dans 3 mois ...


        • ChrisTukov ChrisTukov 7 juin 2012 10:24

          Je ne prétend pas connaître le monde enseignant, mais en tous cas l’auteur de cet article ne connaît strictement RIEN à la magistrature. Disparité de rémunération, probablement. Revaloriser le traitement des enseignants, évidemment car c’est une noble fonction. 

          Mais déblatérer de telles inepties sur le métier du magistrat est limite irresponsable.
          Quand on ne connaît pas, on se tait.

          Un juge fainéant, arrogant et surpayé

          • Le Yeti Le Yeti 7 juin 2012 11:05

            Je ne connais pas les coulisses de la justices mais le fait est que la seule fois ou j’ai vu un juge de près (il y a deux ans, « tribunal de circonscription » ou un truc comme ça), la pauvre dame avait l’air usée, surmenée et désabusée (plus de la moitié des plaignants ou défenseurs absents ; hallucinant !) mais malgré tout vaillante, humaine et avec les pieds sur Terre. Grosse et bonne surprise !


          • TicTac TicTac 7 juin 2012 11:06

            Je vais au Palais tous les jours ou presque.
            Il me tarde de voir le ballet incessant des limousines déposant les magistrats sur leur lieu de travail... Au moins, je pourrai espérer de la place pour me garer.

            Autant il est vrai que les enseignants sont trop mal payés, autant lorsque je vois le planning des audiences et le temps qu’il faut passer sur un dossier, je me dis, non pas que les Juges sont des branleurs sur-payés mais que les enseignants devraient voir leurs grilles revues.


          • franor 7 juin 2012 13:09

            Sans être magistrat, je constate chaque jour, dans les petites juridictions de provinces, que certains d’entre eux, font des horaires à ralonge et parfois dépassent en temps effectif de travail les 85 heures hebdomadaires entre les permanence du week-end et leurs semaines surchargées. Certains JE + JAF + JLD de compa mais aussi de permanence.
            Ma seule certitude à la fin de cet article c’est que l’auteur ignore complètement de quoi il parle.

            Jean de la Fontaine nous disais :

            De telles gens il est beaucoup
            Qui prendraient Vaugirard pour Rome,
            Et qui, caquetant au plus dru,
            Parlent de tout et n’ont rien vu.
            Le dauphin rit, tourne la tête,
            Et le magot considéré,
            Il s’aperçoit qu’il n’a tiré
            Du fond des eaux rien qu’une bête.
            Il l’y replonge, et va trouver
            Quelque homme afin de le sauver.


          • EN FRANCE UN INGENIEUR BACC+6 TOUCHE 2500 EUROS UN GUICHETIER DE BANQUE OU EMPLOYE DU SENAT OU DE LA CHAMBRE 3600 EUROS....MOIS

            QUI A LE POUVOIR.... ?????


          • _Ulysse_ _Ulysse_ 7 juin 2012 10:59

            @Auteur

            Je ne connais pas le pb dans les détails mais vous semblez nettement de parti pris.
            déjà sur les rémunérations des enseignants, elles sont justes mais vous ne comptez pas les primes or les enseignants touchent pas mal de primes. En moyenne on peut ajouter 20 à 30% au salaire de base.

            Les rémunérations que vous donnez pour les magistrats sont un peu surprenantes à croire que c’est mieux payé que les médecins hospitaliers.

            Là où vous faites une erreur c’est que vous considérez que les études sont les mêmes. Désolé de vous décevoir mais je crois pas que ce soit le cas. J’ai cru comprendre qu’on avait allongé la durée des études pour les enseignants. Un peu comme les études d’infirmière. Ce sont des demandes syndicales pour ensuite réclamer une rémunération plus importante. Sauf qu’un prof reste un prof et une infirmière, une infirmière. Un médecin généraliste reste un médecin généraliste. Du coup, on a eu beau ajouter des années d’études inutiles, les rémunérations sont restées à peu près les mêmes.

            A la base, on avait :

            médecin spécialiste c’est 11 ans d’étude
            généraliste 6 ans. (c’est passé à 9 ans)
            Infirmière : 2 ans. (c’est passé à 4 ans)
            Prof : 4 ans. (c’est passé à 5 ou 6 de ce que j’ai compris)
            Agrégé : 5ans.
            Magistrat : c’est variable selon le concours et le parcours. En théorie 6,5 années peuvent suffire. Dans la pratique faut compter 7,5 ans ou 8,5 années.

            Un point que vous omettez pour la magistrature c’est que le concours est très difficile :
            en 2007 : 2500 candidats pour 186 places. Et ce sont les meilleurs étudiants en droits qui passent le concours (ceux dont le dossier est accepté dans les IEJ) . En clair, parmis les 2500 il n’y a pas de « bras cassés » . C’est pas comme le concours de médecine par ex ou il y a une moitié de touristes.

            De ce que je viens de voir sur les rémunérations, elle sont inférieures à ce que vous dites et correspondent à peu de choses près aux rémunérations des médecins hospitaliers.

            Pour finir, je connais personnellement une juge qui travaille au tribunal administratif et elle n’a pas de voiture avec chauffeur je ne sais pas d’où vous sortez ça. Peu être que pour certains postes très prestigieux ça existe comme les magistrats du conseil d’état ou de la cours de cassation c’est possible mais c’est à vérifier. Mais ce sont des postes que l’on peut avoir qu’en fin de carrière et faudrait voir les conditions.


            • TicTac TicTac 7 juin 2012 11:09

              Merci de m’indiquer où ma femme doit s’adresser pour obtenir un rappel de ses primes non-payées.
              Si elles existent, c’est parce qu’elles correspondent à un travail supplémentaire (tutorat, charge d’un niveau ou titulaire de classe...).


            • _Ulysse_ _Ulysse_ 7 juin 2012 11:16

              Lol, comme toujours, dès qu’on touche aux primes on se fait tomber dessus smiley .
              Et sinon, oui pour beaucoup de primes il y a des conditions (que votre femme ne rempli peut être pas). Faire le détail n’est pas évident car les infos sont difficiles à trouver.

              J’avais trouvé des chiffres généraux sur les stats de l’INSEE avec les moyennes globales. Et les primes sont un complément de salaire appréciable mais variable d’un prof à l’autre. Certains peuvent toucher 40/50% de primes d’autres 5%, c’est du cas par cas.


            • TicTac TicTac 7 juin 2012 11:24

              Je ne sais pas si l’on peut véritablement dire que je vous sois tombé dessus...
              Je ne connais pas le système de primes dans le public, puisque ma femme est dans le privé.
              Ceci étant dit, votre remarque était quelque peu générale, ce en quoi je me suis senti légitime à préciser que si prime il y a, elle est méritée puisque correspondant à une contrepartie en terme de travail effectué.
              Un exemple pour ce qui concerne ma femme (je devrais me renommer Colombo...), elle a effectué cette année un tutorat (accompagnement d’une jeune future collègue) qui lui a royalement rapporté 1 000 €.
              Entre l’accompagnement, les réunions et débriefings, les rapports d’activité et autres soutien de je ne sais plus trop quoi avec l’inspecteur académique, en gros, on doit être bien en dessous du minimum syndical.


            • _Ulysse_ _Ulysse_ 7 juin 2012 11:40

              Si votre femme est dans le privé, il n’y a aucun rapport. Je sais que dans le publique il y a beaucoup de primes dont la contrepartie en terme de travail n’est pas toujours évidente loin de là.
              J’avais vu le détail un jour, certaines primes sont quasi automatiques. MAIS, car il y a un mais, il ne s’agit pas de taper sur les profs, les primes de ce genre c’est assez général dans l’ensemble de la fonction publique où la rémunération est en moyenne constituée à 20% de primes. (donc quelqu’un qui touche 1600 euros de net aura 2000 de revenus avec les primes). Le problème est que cela est très variable d’un cas à l’autre et que cela créer des inégalités difficiles à justifier entre certains fonctionnaires. En clair, il y a des abus dans certains cas de primes cumulés pour une contrepartie faible voire inexistante.


            • Emmanuel Aguéra LeManu 7 juin 2012 15:35

              Ca change rien au pblm : les enseignants sont sous-payés.
              Les juges, on s’en fout. Ils ne construisent pas l’avenir. Faudrait pas confondre.
              Quant à la rémunération des années études... le beurre et l’argent du beurre, en somme.


            • Ipozya 7 juin 2012 17:37

              Je souhaite simplement réagir sur deux points :

              « on a eu beau ajouter des années d’études inutiles, les rémunérations sont restées à peu près les mêmes. » -> Pour commencer, ces années ne sont pas inutiles. Vous sortez cela de votre chapeau, sans expliquer le pourquoi du comment. L’ajout d’années de formation est cher, et ne se fait pas à la légère. Toute qualification en plus dans le métier que l’on exerce est utile. Ce qui amène au fait que plus on est qualifié, plus le salaire est élevé. Du moins ça devrait l’être en théorie. Une personne plus formée peut prétendre à un salaire plus élevé. Même si c’est un professeur. C’est la raison même de la différence de salaire entre un agrégé et un non agrégé.

              Second point : « C’est pas comme le concours de médecine par ex ou il y a une moitié de touristes. » D’où sortez vous cela ? 74 places pour 890 inscrits, vous trouvez que c’est un concours où il y a « une moitié de touristes » ?


            • tf1Goupie 7 juin 2012 17:47

              Ce serait bien que Mr Ulysse nous donne quelques exemples de ces « supposées » primes, parce qu’il n’est pas très convaincant sur cette réalité.

              Il confond peut-être primes et heures supplémentaires, qui effectivement sont très fréquentes en ce moment.

              Il a peut-être cru voir une prime pour la tache de professeur principal. Mais ce n’est pas une prime, c’est un salaire pour les heures supplémentaires correspondantes.

              Il a peut-être vu prime « ISO » et tout de suite il a crié Euréka ces salauds d’enseignants se sucrent !

              Qu’il se renseigne : c’est la rétribution des heures de présence aux conseils de classe, qui se terminent parfois à 20h, ce qui ne donne lieu à aucune prime pour travail du soir.

              Bientôt il va nous dire que les enseignants touchent des tickets restaurants !

              Bref, quand on dit n’importe quoi parce qu’on ne sait pas lire une fiche de paie, il est un peu normal qu’on se fasse tomber dessus, non ?


            • maolecha maolecha 7 juin 2012 18:36

              Vous oubliez juste ces pauvres professeurs des écoles, nombre non négligeable d’enseignants qui eux ne peuvent prétendre à aucune prime (si pour moi directrice, royalement payées 50 europ de plus par mois...) mais je suis une nantie par rapport à mes collègues.

              Généralité, généralité généralité...


            • _Ulysse_ _Ulysse_ 8 juin 2012 11:27

              Ben non, on ajoute pas toujours des années utiles loin de là. Souvent comme on ne sait pas quoi ajouter comme formation, on ajoute des stages et des stages qui n’en sont pas où la personne exerce son métier c’est tout mais elle considérée comme stagiaire c’est la seule différence.

              Ce sont bien les syndicats qui poussent à ajouter toujours plus d’années dans le seul but de réclamer des revalorisations de rémunération pour les personnes déjà en poste . Sans s’occuper d’ailleurs si on fait perdre du temps aux générations suivantes qui vont devoir attendre encore 1, 2 ou 3 années de plus avant de pouvoir être payée et qui en attendant sont souvent en galère pour financer leurs études. D’ailleurs cela va avoir pour conséquence de rendre les études moins accessibles car étant plus longues, elle sont aussi plus coûteuses.
              Mais ça, vous n’y avez pas pensé smiley .


            • _Ulysse_ _Ulysse_ 8 juin 2012 11:41


              @tf1Goupie
              Je n’ai pas dis que les primes étaient anormales. Ce que j’ai dis c’est que ça compte dans la rémunération des professeurs. On ne peut pas d’un côté regarder le salaire de base des enseignants et le comparer à celui des magistrats toutes primes incluses.

              De manière général, à chaque fois que l’on fait des comparaison de salaires qui concernent des fonctionnaires, les primes sont négligées alors qu’elles constituent en moyenne 20% de la rémunération totale.

              Il y a une prime d’installation par ex qui n’est pas dégelasse et qui ne correspond pas à un travail supplémentaire.


            • _Ulysse_ _Ulysse_ 8 juin 2012 11:43

              Pour finir, je ne confond pas prime et heure sup car il y a bien des cas où les heures sup ne sont pas payées !


            • Ipozya 8 juin 2012 22:43

              On ajoute des années de stage pour les professeurs par exemple ? Au contraire, on a supprimé cela durant le précédent quinquennat.

              Les stages ne sont pas inutiles. Passer du théorique à la pratique pendant sa formation n’est pas inutile. Cela permet de bonifier et faire mûrir toute la théorie, en évitant les problèmes susceptibles de se poser si l’on est directement « lâché » dans la nature. C’est un avantage à la formation. C’est utile.

              Quant au coût des études, c’est un problème récurrent, que ce soit pour une année comme pour dix. Après avoir fait 14 ans d’ « études », ce n’est pas une de plus ou de moins qui change fondamentalement la donne, les personnes ayant de faibles revenus ne payant pas les inscriptions et étant donc dans le même coût que pour une année de lycée.

              Je vois que vous ne réagissez pas sur le « moitié de bras cassés en médecine », pourtant un commentaire sur cela m’intéresserait fortement.


            • armand armand 7 juin 2012 11:05

              Des primes pour les enseignants ?
              Certainement pas à la fac, ou bien si on est président, et en général il s’agit de dispense d’heures.
              Un prof d’université (donc le grade le plus élevé), en milieu de carrière, c’est au maximum 3500E par mois, avec une prime d’enseignement et de recherche automatique qui en ajoute un petit millier de plus... par an.


              • _Ulysse_ _Ulysse_ 7 juin 2012 11:12

                Pour les profs de fac j’en sais rien. Ce que je sais par contre c’est que dès qu’on aborde le sujet des primes dans la fonction publiques on marche sur des œufs...

                Il y a beaucoup de primes (pas forcément élevées mais nombreuses) pour les profs du secondaires, après ça dépend aussi de ce qu’ils font évidemment.


              • _Ulysse_ _Ulysse_ 7 juin 2012 11:09

                En revanche, je vous rejoint sur un point, un seul : l’irresponsabilité des magistrats.

                C’est en effet, une chose discutable et il devrait exister une instance de contrôle.
                Après plus généralement, il y a beaucoup à faire au niveau de la justice dont les moyens restent trop faibles pour pouvoir bien fonctionner.


                • xray 8 juin 2012 18:03


                  LA … « JUSTICE » 

                  Trop d’argent va à la justice pour payer des magistrats irresponsables et incompétents. 

                  Des juges irresponsables et incompétents 
                  http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2009/06/06/trop-d-argent-va-a-la-justice-pour-payer-des-juges-irrespons.html 



                • Alpo47 Alpo47 7 juin 2012 11:17

                  La gauche reprend le pouvoir et les enseignants . .. « reprennent du poil de la bête »... Plus de revenus ... de vacances ...moins de travail... C’est reparti comme en 14... on croit rêver.

                  Le rôle de l’enseignant est certes important dans la société mais demander une (grosse) revalorisation salariale pour 800.000 personnes, alors que les caisses sont vides et notre économie dans l’état que l’on sait, témoigne pour le moins d’une inconséquence, en dehors bien entendu de la recherche de tirer la couverture à soi ... au détriment de tous les autres.

                   Et si faisait le vrai bilan avantages/inconvénients du métier d’enseignant ? Peut être serait il temps de reconsidérer certains ?

                  Et pour ce qui est des affirmations de l’auteur sur les avantages et le travail des juges .. Je laisse chacun ... juge.


                  • Le Yeti Le Yeti 7 juin 2012 11:27

                    « reprennent du poil de la bête »...

                     - Gloups ! - 


                  • Ipozya 7 juin 2012 17:42

                    « Et si [l’on] faisait le vrai bilan avantages/inconvénients du métier d’enseignant ? »

                    Je vous invite très vivement à le faire, avec un enseignant. En toute objectivité. Parce que non, un enseignant ce n’est pas seulement 18h de cours. C’est largement plus en préparation de cours, en correction de copies, en rencontres parents/professeurs, etc.

                    Non, être devant un bureau, ce n’est pas pareil qu’être devant une classe remplie d’élève à tenir. 18h à tenir 35 adolescents, c’est bien plus éreintant nerveusement que passer 35h devant un ordinateur. Pas de pause, pas le droit à la moindre faiblesse, à maintenir tout un cours et à jouer les flics.

                    « Vis ma vie de prof’ » : ce n’est pas si enviable que vous semblez le penser.


                  • armand armand 7 juin 2012 20:42

                    Alpo,

                    A titre de comparaison, les enseignants toutes catégories en France sont parmi les moins bien payés d’Europe. Pour info, prof d’université je gagnerais facilement trois fois plus en GB ou en Allemagne, et même aux USA pour une charge de travail assez semblable.

                    Ce sont les fonctionnaires des Finances qui sont le mieux lotis en France - j’aimerais qu’on m’explique pourquoi un inspecteur des finances gagne trois fois comme moi à échelon égal (et encore, je ne compte pas les primes). Et c’est là que les primes se démultiplient dans la plus grande opacité. Mais chaque fois qu’on a essayé de raisonner Bercy ça a été une levée de boucliers.


                  • appoline appoline 7 juin 2012 20:51

                    Les enseignants ont fait leur propre tort après mai 68, le « il est interdit d’interdire » a fait des ravages et en plus, ils ne veulent pas en assumer la responsabilité. Maintenant ils ne plaignent de ne plus pouvoir tenir tête à leur élève, la faute à qui ? A la société vont ils pleurnicher, ou à Pierre à Paul à Jacques mais pas à nous, m’enfin.


                    Et puis, si les mômes d’aujourd’hui ne savent plus lire, écrire et compter, ce n’est pas notre faute non plus, les programmes sont trop lourds, les enfants pas attentifs. 

                    Enfin bref, quand ces ânes auront compris qu’ils sabotent notre jeunesse depuis quelques décennies, ils pourront prétendre à quelque augmentation car avant, ce serait vraiment de l’imposture au regard de leurs bien piètres résultats. 

                    Au fait, ce n’est pas moi qui le dit, les médias sont seuls responsables de véhiculer ces informations ô combien réelles.

                  • Ipozya 7 juin 2012 21:52

                    Étrangement, je suis sorti de l’école il y a moins d’une dizaine d’année et je sais lire, écrire et compter.

                    Les professeurs ne font rien, mais les voilà d’un seul coup entièrement responsables de tous les maux de la jeunesse, et même de Mai 68.

                    Un professeur n’est pas là pour éduquer les élèves, et ce n’est pas ce qu’ils font. A ce titre, ils ne sont pas responsables de la turbulence de leurs élèves.

                    Moi même sorti du système éducatif français, je ne vois pas autour de moi une « jeunesse sabotée ». Peut être devriez vous arrêter de regarder, justement, ces médias. Sortez de chez vous ! Dans la mesure où ce n’est pas vous qui le dites, que votre seule information viendrait donc des médias, comment pouvez vous juger de la véracité de ces derniers ? Vous devriez vous apprendre à vous méfier. Qui a dit que la sagesse venait avec l’age ?..


                  • Tristan Valmour 7 juin 2012 11:18

                    Cet article, c’est vraiment du n’importe quoi.

                    Certes, les enseignants ne sont pas assez rémunérés eut égard à la somme de travail, à la responsabilité, à l’usure nerveuse… Mais il ne faut pas oublier que leur rémunération est lissée sur 12 mois. A vacances égales avec d’autres professions, vous pouvez ajouter 1/6è de salaire. Maintenant, il y a chez les enseignants un certain nombre de branleurs – pour différentes raisons, parfois pardonnables -, et ce n’est pas faire injure à la majorité qui travaille bien de l’affirmer, parce que les profs qui exercent correctement leur métier en ont ras la casquette des collègues fainéants, alcooliques, etc. Le statut d’agrégé est une vaste escroquerie : être payé plus pour travailler moins et ne rien apporter de plus aux élèves. L’agrégation devrait être supprimée. Le fin du fin est le prof qui cumule une responsabilité syndicale ou politique (même rémunération, moins d’heures à effectuer face à des élèves, et il emmerde le proviseur, principal ou directeur), ou l’agrégé qui monopolise les heures sup et se tape différentes primes pour être référent de ceci, guide en cela, etc. Alors sa rémunération peut aller jusqu’à 5000 € en milieu de carrière. Mais encore une fois, c’est une minorité. Mais à dénoncer pour plus de justice, parce que la France a besoin de sortir des corporatismes, clientélismes et privilèges. On peut déblatérer à raison sur certains profs, mais on peut aussi le faire sur les chauffeurs de taxi, les dockers, les médecins, les huissiers et notaires, les maîtres-chiens et pas mal de professions qui comptent nombre d’avantages. La France n’est pas sortie du féodalisme.

                    Concernant les juges, vous êtes dans l’erreur totale. D’abord, l’ENM est l’un des concours les plus difficiles, autant que l’ENA, et je le dis en connaissance de cause puisque j’ai préparé des étudiants à ces concours ainsi qu’à bien d’autres. L’agrégation, ça n’est rien à côté, sauf peut-être l’agrégation de philo. Les juges ont une très grande culture générale, une très bonne capacité à analyser, et ce sont des travailleurs. D’ailleurs, ils n’auraient pas pu obtenir le concours sans cela ; ils sont donc habitués à travailler dur.

                    Après, il y a effectivement parmi les juges des brebis galeuses, comme partout. Et il est vrai que les juges sont trop protégés lorsqu’ils commettent des fautes. J’ajouterai même qu’il est anormal que l’appartenance des juges à la franc maçonnerie ou à d’autres associations ne soit pas connue de tous parce que cela influe sur leur jugement lorsqu’il faut juger des frangins. Mais cela n’a rien à voir avec leur rémunération qui ne m’apparaît pas exagérée. 

                    Pour terminer, il faut impérativement augmenter la rémunération des enseignants-chercheurs, c’est une honte. Dans le système anglo-saxon, on gagne bien plus.


                    • alinea Alinea 7 juin 2012 13:34

                      Ce que je crois c’est qu’un agrégé de philosophie aurait beaucoup de mal à être reçu au concours de la magistrature mais qu’un magistrat n’aurait pas plus de chances d’être reçu à l’agrégation de philo.
                      Vous voyez ce que je veux dire ?


                    • _Ulysse_ _Ulysse_ 7 juin 2012 11:20

                      A tiens, les primes à la faculté :

                      http://fgimello.free.fr/documents/PrimesEns.pdf

                      Ce qui est bien c’est qu’il y a les numéros de décret. On a pas les barèmes car ils sont mis à jour chaque année donc faudrait chercher mais déjà il y a bien des primes.


                      • armand armand 7 juin 2012 20:48

                        primes très faibles, et dont l’attribution obéit à des critères bizarres. Par exemple, on peut toucher une prime d’encadrement doctoral... sans encadrer de doctorats ; et dans mon cas, j’en encadre quatre, et je n’ai rien (grande surprise de mes doctorants, d’ailleurs, qui s’imaginent qu’ils me rapportent !).
                        Seul la prime d’enseignement et de recherche est généralisée à tous les enseignants-chercheurs, et c’est dans les mille euros par an, payables deux fois (et souvent en retard...).
                        Il y avait autrefois le ’projet pédagogique’ qui récompensait celui qui acceptait un demi-service en plus, à l’époque dans les 10 000 francs, il n’existe plus car c’est effectivement idiot d’encourager à faire des heures sup.


                      • _Ulysse_ _Ulysse_ 8 juin 2012 11:51

                        @armand

                        Je répète encore que je n’ai jamais dit qu’il était anormal qu’il y ait des primes dans la fonction publique. Vous êtes 4 ou 5 à me tomber dessus, le simple fait d’évoquer ces primes vous irrite je n’y peux rien. 1000 euros par an c’est déjà pas dégueulasse l’air de rien. Dans mon ancien boulot j’avais droit à 140 euros brut par an pour 10 heures sup par semaine toute l’année smiley . Et payée avec 1 an de retard en plus smiley

                        Sur les critères d’attribution des primes je sais qu’ils sont bizarres ça fait justement partie des choses que je dénonce et qui sont source d’inégalité entre fonctionnaire. Certains en se débrouillant bien peuvent toucher beaucoup de prime pour trois fois rien en contrepartie à faire ce qui n’est pas correct vis à vis des autres qui font le même travail qu’eux et qui ne touchent pas ces primes. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Francescab


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès