Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Scandale du sida à Kisangani (RDC)

Scandale du sida à Kisangani (RDC)

C’est très serieux, il faut agir.

Cet article fait partie d’un projet de lutte contre le SIDA dans le milieu universitaire, scolaire et la prise en charge de malades et orphelins du SIDA.

Les structures sanitaires ont été bouleversées dans le monde depuis l’émergence du SIDA. Le triomphalisme médical a été ébranlé devant cette pandémie. A l’heure actuelle, le SIDA est la principale cause de décès parmi les personnes âgées de 15 à 49 ans en Afrique. En 2003, 2.9 millions de personnes sont mortes du SIDA et on a noté 4.8 millions de nouveaux cas d’infections par le virus. Le taux de prévalence est en hausse.

Sa large propagation dans le monde et son impact dévastateur affectent sensiblement les aspects démographiques (taux élevé de mortalité, pourcentage élevé de la population active malade), économiques (diminution de la productivité, dépense énorme pour les recherches), sociaux (veuvage, nombre élevé d’orphelins, foyer déstabilisé, populations malades).

Le SIDA revêt ainsi une gravité singulière et constitue une préoccupation majeur de santé publique à Kisangani (RDC), en Afrique et dans d’autres parties du monde. Ce problème sanitaire mondial et son intrication aux faits démographiques, économiques et sociaux ne peuvent être résolus que par les actions internationales, nationales et les organisations non gouvernementales dans un esprit de solidarité ; d’ou l’implication de l’OPNG ROUTE DE L’ESPOIR ancien CARPE DIEM/SIDA à Kisangani dans le milieu universitaire et scolaire.

En effet, selon certaines études menées par AJAN/parlons SIDA montrent que les personnes les plus exposées sont respectivement les prostituées, les militaires et les étudiants ainsi que lycéens. Selon les mêmes études, sur 10 enseignants dépistés volontairement, 4 sont séropositifs. D’autre part, sur mille élèves filles interrogées dans 5 écoles différentes dans la commune de Mangobo (Kisangani), environs 500 ont avoué avoir eu des rapports sexuelles avec leurs enseignants.

Il ressort de ces mêmes études que sur 124 malades VIH positifs prise en charge par AJAN, 16 sont étudiants ; dans une période de trois mois, 36 morts dont 4 étudiants ont été enregistré.

Les études similaires effectuées à la Faculté de Médecine de Kisangani (Travaux de fin d’études) en 2003 ont révélé que sur 300 sujets ( étudiants et élèves) 230 ont avoué avoir eu des rapports sexuels parmi lesquels 174 entres 14 - 18 ans, 57 avec plus d’un partenaire et 70 sans préservatif . Les facteurs favorisant le développement d’une épidémie VIH sont : la promiscuité sexuelle avec multi partenariat sexuel, l’ignorance de l’état sérologique, la résistance à se faire dépister, l’ignorance de la maladie, le refus catégorique et les manques d’usage systématique du préservatifs.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • R.M (---.---.189.113) 25 novembre 2005 22:15

    Merci pour votre article. Mais il me paraît trop pessimiste et alarmiste. Il me semble que la nécesité d’une praxis s’impose. Voulez-vous dire concrétement ce que votre groupe dont vous citez dans l’article fait ? N’est-t-il pas un groupe qui repose dans une farde et absent sur terrain comme en trouve souvent en Afrique ? R.M


    • friendly (---.---.207.4) 14 décembre 2005 14:05

      Je vois que beaucoup des personnes dans le monde pense que cet article et tres allarmant, alors que c’est la verites ; si vous voulez verifier, vous n’avez qu’a venir faire votre propre etudes et a la fin, vous nous donnerez raison. Ces chiffres sont des statistiques qui sont tres moindre ; la realité est cachée.Il y a des associations qui veulent utilisées les fonds a leurs propres interets. Je sais que cela vous paraitras tres inconsevable mais de nos jours ; il est vrai que dans notre pays certaines personnes ont trouvés là une façon d’avoir de l’argent sans travailler. Notre assaciation n’existe plus, parce que, mes amis voulais a ce que nous faisons de meme. Je suis pour l’instant à Goma au Nord-Kivu. Merci de vouloir cherche à aide les associations serieuses comme AJAN/PARLONS SIDA dons le coordonnateur et un Pretre du Sacrée Coeur dans la paroise CHRIST-ROI a Mangobo. Merci surtout de vous avoir interressé à cet article. Merci Francis ISIAKA T.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès