Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Se cultiver oui, mais gratuitement

Se cultiver oui, mais gratuitement

La culture en ligne attire de plus en plus les consommateurs. Hadopi vient de réaliser une enquête sur les habitudes d’accès aux sites spécialisés dans ce domaine. Il en résulte que la plupart des Internautes interrogés aiment bien se cultiver, mais gratuitement.

Principal critère de choix

Le 29 novembre dernier, Hadopi (la haute autorité chargée de la supervision de la diffusion des œuvres et de la protection des droits sur le Web) vient de publier les résultats de cette étude. Il en ressort que le principal critère de choix des adeptes de la culture en ligne est la gratuité de l’accès. Ils tiennent également compte de la légalité, de la sécurité et de la qualité du répertoire proposé par la plateforme.

Le parcours des utilisateurs

Le parcours des utilisateurs, à partir du moment où ils commencent leurs recherches jusqu’à la consommation, a été au centre de l’enquête. Il a été constaté que la grande majorité des Internautes a déjà une idée très précise de ce qu’elle cherche. 70% de ceux qui souhaitent accéder à une série particulière savent où s’adresser directement. Cette proportion est moindre pour ceux qui plébiscitent une œuvre musicale ou des films (respectivement 57% et 55%). Ils font des recherches sur les sites de streaming ou de téléchargement. Ceci est surtout valable pour la musique.

Les différents profils d’usagers

Les adeptes de la culture en ligne affichent trois profils différents. Une partie est composée de collectionneurs qui téléchargent des œuvres en vue de les conserver, tandis que certains consommateurs préfèrent recourir ou streaming ou supprimer les contenus qu’ils viennent d’acquérir. Il existe une troisième catégorie de personnes qui ne sauvegardent que les contenus qui leur ont plu après les avoir visionnés ou écoutés. Le partage via un disque dur externe ou au moyen d’une clé USB est une pratique très répandue.

La consommation illicite : une banalité ?

Cette enquête a été réalisée pour étudier les habitudes des Internautes après la mise en place de la première mesure visant à bloquer les sites de streaming illégaux. Force est de constater à la suite du sondage que les usagers considèrent la consommation illicite comme une banalité, facile à faire, même si elle est risquée. 70% des Internautes interrogés estiment qu’il n’y a qu’un moindre écart entre les contenus, alors qu’il est plus aisé de visionner des films, des séries et des clips musicaux sur ces plateformes qui n’opèrent pas dans le cadre légal. Ils privilégient cette option en raison des difficultés d’accès ou les catalogues incomplets offerts par les sites légaux. Ils n’écartent pas toutefois les risques qu’ils encourent en exerçant ces pratiques, comme un éventuel repérage par une autorité compétente ou le piratage qui se traduit essentiellement par l’intrusion d’un virus dans leur disque dur.

Des prévisions optimistes

68% des personnes interrogées sont toutefois optimistes quant au développement de l’offre légale. Elles pensent que les sites légaux seront de plus en plus fréquentés à l’avenir, au détriment des sites illicites qui se trouveront dans l’obligation de cesser progressivement leurs activités. D’ailleurs, dans certains secteurs où elle s’avère plus compétitive, l’offre légale dépasse largement la concurrence illicite. La musique en ligne et les rediffusions des chaînes de télévision attirent les Internautes, car leur accès a été simplifié et gratuit. Des ayants droit sur les séries étrangères ont également adopté cette stratégie pour séduire les consommateurs.


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Stof Stof 16 décembre 2013 10:52

    La culture doit rester un privilège des riches et le métier d’artiste circonscrit à une minorité de rentiers.
    Si les pauvres commencent à se cultiver gratuitement ils pourraient remettre en cause leur condition et se révolter. Pire, ils pourraient rester chez eux à regarder des films plutôt que de travailler pour s’offrir un abonnement aux chaines de sport.
    Vive Hadopi, vive la police culturelle ! Non à l’anarchie.


    • Deneb Deneb 16 décembre 2013 12:59

      Consommer, consommation .... J’aimerais savoir ce qui est consommé quand on regarde un film, à part notre temps. 


      • claude-michel claude-michel 16 décembre 2013 13:09

        Inscrivez vous a une bibliothèque...c’est gratuit et plein de livres.. !


        • alinea Alinea 16 décembre 2013 13:22

          Je ne vois guère de culture dans cette con sommation de loisirs ; la consommation étant l’usage d’un produit rentable, pris et jeté ou oublié, ce que n’est pas la culture, naturellement.


          • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 décembre 2013 13:37

            Bonjour Alinea,
            Bruce Willis commandeur des Arts et Lettres, c’est ça la culture. Rappelons que ce prix récompense un artiste qui s’est « distingué » par « sa création dans le domaine artistique ou littéraire, ou par la contribution » qu’il a apporté au monde des arts et des lettres. Véridique.


          • Deneb Deneb 16 décembre 2013 13:49

            Bruce Willis, il a fait beaucoup de navets, certes.

            Mais sa performance immortelle dans « 12 singes » le rachette honorablement.

          • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 décembre 2013 14:01

            Avoir fait peut-être un peu mieux dans un film ne lui enlève pas son statut de lobotomiseur lobotomisé.


          • Inquiet 16 décembre 2013 13:33

            Ah, quel plus bel exemple pour étayer la maxime du « verre à moitié vide, verre à moitié plein ».


            J’entend déjà les commentateurs pro-hadopi, accompagnés en musique de fond par « la marche funèbre », invoquer la destruction de la culture causée par des millions de criminels (qu’on n’a plus le droit de nommer « en herbe » vu les dégâts occasionnés) qui plébiscitent la « culture gratuite ». Crime intolérable dans le temple de la consommation.

            Mais moi, je préfère entendre dans
            « Il en résulte que la plupart des Internautes interrogés aiment bien se cultiver, mais gratuitement »
            non pas « mais gratuitement »
            mais « la plupart des Internautes interrogés aiment bien se cultiver ».

            Je répète « la plupart des Internautes interrogés aiment bien se cultiver ».

            Vous .... comprendre ?
            Dramatique n’est-il pas ? :)

            • foufouille foufouille 16 décembre 2013 21:39

              c’est de la merde et one paye pas pour de la merde en grande partie


              • Pepe de Bienvenida (alternatif) 17 décembre 2013 08:33

                Qu’est-ce qu’on appelle la culture d’abord ? Quand je vois ma frangine, pourtant étiquetée profession intellectuelle, qui consomme des séries américaines jusqu’à l’overdose, je me pose des questions. Elle a contaminé son fils qui à 15 ans passe plus de temps devant son PC qu’en activité.Le relativisme culturel a ses limites. Beaucoup disent que c’est pour se vider le cerveau ; ils feraient mieux de choisir la méditation ou regarder par la fenêtre, c’est sûrement moins nocif.


                • JSUPC 19 décembre 2013 17:31

                  Se cultiver, oui, librement.
                  Certes, la gratuité est importante, c’est la même que pour mon usage passé des bibliothèques et médiathèques, et cela ne m’empêchait pas d’acheter certains titres.
                  Mais c’est le choix, la liberté de ne plus dépendre de tel ou tel marketing, de telles ou telles alliances entre médias et producteurs, de tel ou tel choix de programmation/production/distribution , qui fait à mes yeux la magie du partage. Je ne connais pas, je n’ai jamais entendu parler de 80 % de ce que je découvre tous les jours . Voir plus...
                  Peut-être est-ce cela qui gène le plus une industrie qui se base sur la commercialisation de masse, avec les mêmes techniques que les vendeurs de lessive.
                  Car mon argent, je l’utilise toujours pour acheter, soutenir, aller voir...
                  Je dépense globalement plus pour cela.
                  Mais certainement pas pour les mêmes qu’il y a 20 ans... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès